Mental et Vie intérieure

4 certitudes à se répéter comme des mantras pour devenir plus fort

La vie, c'est compliqué. On ne va pas se mentir : les super-héros n'existent pas. Mais certains s'en sortent mieux que les autres. Pourquoi ? Parce qu'ils ont développé (entre autres) ces 4 automatismes.

L’art de réussir sa vie fait couler beaucoup d’encre, sur FTS et sur tous les sites de développement personnel : il y a beaucoup de croyances limitantes à désamorcer, et d’attitudes positives à intégrer.

Mais de toutes les bonnes habitudes, voici les 4 qui, à mon avis, jouent le plus pour un mental fort et une attitude qui favorise la réussite dans la vie.

1. Make it happen

Heureux hasards mis à part, rien n’arrivera si on ne le provoque pas, et les plus belles victoires, il faut aller les chercher.

Certes, les heureux hasards existent. Certaines personnes semblent même abonnées à la chance.

Mais je vais vous faire gagner du temps : partez toujours du principe que la vie ne vous fera pas de cadeau, et que si vous voulez quelque chose, il faudra mettre votre persévérance à l’épreuve : c’est la façon dont l’Univers fait le tri entre les gagnants et les perdants (ceux qui se contentent des miettes en soupirant).

Quand un objectif vous tient à cœur, il faut mettre toutes les chances de son coté et ne pas lésiner sur les efforts. Compter sur un coup de pouce du destin est un mauvais calcul.

2. Décidez – ne laissez pas le hasard décider pour vous

… le choix de prendre des risques, d’affronter l’inconfort, de vous remettre en question … ou de ne rien faire et de rester bien au chaud dans ses habitudes.

Bon, ok, parfois, la foudre peut tomber sur l’arbre à côté de chez vous, qui écrase votre voiture. Pas de chance. Là, vous n’y êtes pour rien.

Mais 90% de ce qui vous arrive dans la vie arrive parce que VOUS avez pris une décision (y compris, celle de ne prendre aucune décision et de rester passif).

On avance tous sur une route faite de carrefours, et aller tout droit sans se poser de questions est probablement une mauvaise idée – surtout si vous voulez aller quelque part en particulier.

Ca parait un peu abstrait, alors comment appliquer cette loi au quotidien ? 

Tout simplement, en prenant l’habitude de se demander régulièrement « qu’ai-je fait ces derniers temps qui m’a VRAIMENT fait avancer, et qui a VRAIMENT contribué à rendre ma vie (un peu) meilleure ? ».

Le simple fait de se poser cette question de temps en temps nous oblige à regarder nos choix de vie en face, et à reconnaître les phases où on se laisse flotter – et à l’inverse, les changements de rythme qui ont introduit des dynamiques positives dans nos vies.

3. La frustration est un moteur (le meilleur), pas une douleur

Beaucoup de gens pètent un câble ou jettent les gants à la moindre difficulté : c’est plus facile d’esquiver la difficulté et la vexation, surtout quand l’échec pique l’égo.

Mais si vous parvenez à faire de cette frustration une source de motivation, le fuel qui vous pousse à batailler encore plus fort : sky is the limit.

4. Abandonner, c’est se voler soi-même

Avoir des projets et des envies, c’est normal : on a tous besoin de se sentir avancer dans la vie.

Mais on a trop souvent tendance à commencer les choses pour les abandonner progressivement, au fur et à mesure qu’on les remplace par de nouvelles lubies.

Dans le monde hyper connecté et hyper stimulant dans le quel on vit, difficile de rester focalisé sur un projet / une idée très longtemps…

… et du coup, on a tendance à passer de projet en projet, d’ambition en ambition, sans vraiment s’y investir autant qu’il le faudrait.

L’exemple typique, ce sont les bonnes résolutions que tout le monde fait, mais que personne n’arrive à tenir très longtemps.

Pourtant, si on arrivait à se montrer plus persévérants, on se rendrait compte que les choses avancent réellement, et qu’elles permettent là aussi d’introduire des dynamiques nouvelles dans nos vies.

D’où cette conclusion : abandonner les choses trop tôt, c’est se voler soi-même. On se prive d’une part de « possible », qui aurait pu apporter énormément de changements dans nos vies.

Alors comment avancer plus, et abandonner moins ?

  • Eliminer les sources de distraction : non, pas besoin de se mettre à un nouveau sport tant que vous n’avez pas fini votre première année de Cross Fit (ou autre) : allez au bout des choses avant d’en commencer d’autres
  • Célébrer les victoires. Prenez goût au sentiment de satisfaction qu’on éprouve quand on arrive à accomplir les choses; ressentez la fierté : c’est vraiment ennivrant, et source de confiance en soi (exemple : votre premier jogging de 3km sans vous arrêter, malgré la douleur, ou vos 6 mois de pratique sportive, etc).
  • Mettre le doigt dans l’engrenage : l’être humain est une créature d’habitude. Il peut nous être difficile de commener et de continuer quelque chose, mais une fois qu’on est pris dans le process, on se prend au jeu et il devient à l’inverse difficile de lâcher prise – pour peu qu’on s’amuse un peu, ou qu’on obtienne des résultats satisfaisants.

Quand j’étais plus jeune, je développais une obsession toutes les semaines : le hip-hop, l’athlétisme, le tricot, le théâtre, un nouveau mec… Et je la mettais de côté aussitôt. Je me défilais dès qu’il fallait faire de vrais efforts ou que la moindre difficulté se présentait.

J’avais notamment un sacré potentiel en danse. Ma cousine et moi avions démarré cette activité au même moment. Mais je partais avec une petite longueur d’avance. Hélas, je suis très vite passé à autre chose. Elle, a persévéré dans cette voie. Elle ne s’est pas  laissé démonter par son manque de talent, et a enchainé les clubs et les heures d’entrainements. Aujourd’hui, elle me met sévèrement à l’amende et quand je danse, j’ai la grâce de Mister Bean.

J’ai compris, quelques années plus tard, que l’abandon est un mode de vie, plus qu’une erreur. Et que la réussite en est une autre. Un cercle vertueux commence par une victoire. Une raison d’être fier. Pour ma part, cette fierté fut mon premier livre.

Comment appliquer cette loi au quotidien ?

Commencez par UN objectif que vous jugez atteignable. N’importe lequel : finir un dossier, aller au bout d’un footing (même court), tenir une semaine sans clope… Qu’importe, mais un défi avec une ligne d’arrivée.

Le but de ce défi est de vous prouver que vous êtes capable d’aller au bout d’un projet et la réussite est une part de votre personnalité.

Vous réussissez ce que vous entreprenez.

La vérité c’est que la réussite fais presque aussi peur que l’échec parce qu’elle implique de répéter l’exercice.

Réussir une fois peut être mise sur le compte d’un « malentendu ». Mais enchainer les réussites ne laissent plus de doutes sur vos compétences. Et vous pouvez avoir peu d’avoir peur de « décevoir » par manque de compétences.

Mais qu’importe : vous comptez désormais une victoire à votre compteur et personne ne vous la retirera. Surfez dessus pour lancer d’autres projets de plus en plus ambitieux et poursuivez-les sans relâche. La bonne nouvelle, c’est que l’échec n’existe pas.

Parce que l’échec, c’est quand on arrête d’essayer. Tant que vous refusez d’abandonner, vous n’avez pas échoué…

Toutes ces lois pourraient se résumer en quelques phrases : vous avez beaucoup plus de pouvoir que vous ne le pensez. Prenez les bonnes décisions, agissez en conséquences, dépassez la frustration et ne perdez jamais de vue vos projets. La vie est certes une sacrée garce par moments, mais elle n’est pas si compliquée à dompter pour peu qu’on décide de se retrousser les manches et de ne plus simplement subir.

Commentaires / Discussion

Cet article vous a plu ? Vous avez des questions ? Vous souhaitez réagir, ou apporter des précisions ? Laissez-nous vos commentaires ci-dessous.

Les commentaires agressifs, discourtois, non constructifs, ou simplement désagréables seront supprimés.