Mental et Vie intérieure

5 pièges qui vous guettent si vous vous mettez au développement personnel

Quand on se lance dans le domaine de la séduction, on ne s’en rend pas toujours bien compte mais on est en plein dans le monde du développement personnel, ou devrais-je dire dans une démarche consciente de développement personnel. C’est à dire qu’on ne suit plus son instinct mais on commence à se demander comment […]

Quand on se lance dans le domaine de la séduction, on ne s’en rend pas toujours bien compte mais on est en plein dans le monde du développement personnel, ou devrais-je dire dans une démarche consciente de développement personnel. C’est à dire qu’on ne suit plus son instinct mais on commence à se demander comment se comporter pour être efficaces.

De fait, ce processus est très excitant car on découvre de nombreux concepts plus passionnants les uns que les autres. Mais aujourd’hui je me permets de mettre  un frein à cette excitation à travers quelques avertissements. Car contrairement à ce qu’on pourrait penser, entamer une démarche de développement personnel consciente n’est pas sans risque – on l’a vu notamment avec l’excellent article « Le piège du développement personnel« .

L’objectif initial du développement personnel est bien de reprendre le contrôle de notre vie afin de mieux réaliser nos objectifs. Pour cela nous prenons peu à peu conscience de nos pensées et comportements limitant et nous essayons de les corriger. Mais qu’arriverait-il si les mauvais plis que nous avons pris dans notre enfance étaient remplacés par des choses encore plus toxiques pour notre santé mentale et l’équilibre de notre vie?

Après bientôt 3 ans à explorer les recoins du développement personnel, notamment par l’intermédiaire de mon blog ceclair.fr, je me dois de vous donner un retour sur quelques pièges à éviter pour que ce périple vous soit la plus constructif possible…

1. Croire qu’on peut changer du jour au lendemain

Lorsqu’on aborde pour la première fois le développement personnel, on est naturellement tentés de se focaliser sur les astuces les plus faciles à mettre en place. Ainsi, lorsqu’on découvre la séduction et ses techniques, nous apprenons comment aborder une femme avec des phrases types à réciter aux inconnues que nous voulons approcher, des tours de magie, des histoires à raconter, l’art de lire les lignes de la main, sans oublier de porter un joli chapeau stylé pour se faire remarquer.

Puis vient en général un certain ras-le-bol. On se rend compte que passés les premiers moments d’émerveillement, on a du mal à se faire passer pour un vrai mec Alpha. Le soi-disant timide qui se change en Casanova? Un concept marketing pur et simple! On abandonne donc en se disant qu’on ferait mieux de rester soi-même : « tout ça ce n’est pas moi, je ne suis pas fait pour être un séducteur »

Pourtant, si le château de cartes s’écroule au moindre coup de vent, ne serait-ce pas tout simplement parce qu’il ne repose sur aucune base solide? On pourra agencer les cartes comme on veut mais le tout restera toujours un fragile château de cartes.

Non, pour apprendre à séduire, il faut prendre du temps pour intégrer toutes les choses importantes, qui vous permettront de voir les choses différemment, et de développer une personnalité plus séduisante.

En une phrase, rappelons-nous que “Rome ne s’est pas construite en un jour”. Tout comme pour Rome, tâchons de bâtir patiemment des fondations fortes pour que notre développement personnel ressemble à de glorieux édifices.

2. Le mysticisme

Un des dangers les plus graves du développement personnel est sans doute de lui donner une dimension mystique. On le voit particulièrement dans un des livres les plus vaporeux que j’ai pu lire, et pourtant devenu best-seller : “Le Secret”. Ce livre, lancé en grandes pompes avec une campagne marketing calibrée au millimètre près, est tellement vide qu’on peut le résumer en une seule phrase : “visualisez ce que vous voulez et l’univers vous le donnera”. En d’autre terme, l’auteur vient tout simplement de remettre au goût du jour la prière ! Passionnant n’est-ce pas ?

Un autre exemple qui me semble tout à fait pertinent : le film “Yes Man”. On y voit un gourou du développement personnel, Terrence Bundley, conseiller à tous ses adeptes de dire “oui” à chaque opportunité qu’on leur propose. Le personnage principal, Carl Allen, bien que blasé incurable, fait le serment avec Terrence de cesser d’être un Monsieur non. Très sceptique au début, Carl devient pourtant un adepte en réalisant  l’impact positif que cet engagement donne à sa vie. Il y croit tellement qu’il devient superstitieux, disant “oui” de peur qu’un malheur lui arrive s’il rompait son serment. Mais finalement, Terrence le rappelle à l’ordre en lui avouant qu’il n’y a aucun serment : le seul but du message était de le pousser à avoir l’esprit ouvert aux opportunités qui se présentent.

Nous avons tous naturellement tendance à imputer les événements qui nous arrivent à nos actions. Ca paraît logique pour des événements qui ont un lien direct avec nos actions. Mais lorsqu’on s’attaque à des événements hasardeux, qui dépendent du chaos comme les jeux d’argent par exemple, on peut aisément associer de mauvaises causes à des événements. C’est ainsi que quelqu’un qui lirait “Le Secret” peut devenir accroc s’il se rend compte que sa vie prends d’une façon ou d’une autre la tournure qu’il avait espérée dans ses rêves. De même pour “Carl Allen” qui devient un “yes man” parce qu’il se trouve que les opportunités auxquelles il a dit “oui” lui ont apporté du bonheur.

Pour comprendre encore mieux comment naissent nos superstitions, je vous conseille de jeter un coup d’œil à cette petite expérience en trois parties où les participants essayent de trouver les causes de l’augmentation d’un compteur aléatoire : part1, part2, part3.

En bref, soyons donc vigilants et ne surestimons pas un concept miracle sur la base d’effets difficilement mesurables et dépendant du chaos.

3. L’extrémisme

Le fait que nous soyons avides de solutions pour résoudre les problèmes de notre vie nous pousse souvent à prendre trop à cœur un conseil. Heureux d’avoir trouvé un remède nous l’appliquons à l’extrême, pour guérir le plus vite possible. C’est comme si nous n’avions pas lu la posologie du médicament. On en vient même à appliquer ce conseil à tout va, en se moquant du contexte pour lequel il avait été initialement prévu.

Prenons un concept tout simple, par exemple : le concept d’abondance et de détachement. Ce concept est populaire en séduction, car il nous pousse à ne pas devenir obsédé par une seule fille, tellement obsédé qu’on n’ose pas aller la voir ou qu’on gâche tout aux premiers mots qu’on lui adresse. Dans ce cas, effectivement, il est utile de prendre du recul par rapport à cet attachement exagéré pour une fille qu’on ne connaît même pas.

Maintenant admettons que je pousse à fond ce sentiment d’abondance et que je me dise systématiquement : “bon cette fille n’est pas la seule sur Terre, il y en a bien d’autres qui vont me plaire”. Qu’est-ce qui va arriver d’après vous? A priori, j’aurai là une excuse très pratique pour éviter les difficultés : dès qu’une fille a l’air trop difficile à séduire, je me dirai tout simplement qu’il y en a bien d’autres à séduire et je passerai mon chemin. Et finalement je n’avancerai jamais en séduction.

Tout cela pour dire que l’équilibre est essentiel. S’il est vrai qu’il ne faut pas se mettre trop de pression sur une fille, il ne faut pas non plus y renoncer pour autant. J’ai pris ici l’exemple de la séduction mais on peut généraliser ça à de nombreux domaines :

  • équilibre entre tout planifier et vivre à l’arrache
  • équilibre entre se focaliser sur un seul projet et se disperser sur plusieurs
  • équilibre entre tout ranger et vivre dans un bordel
  • équilibre entre vivre toujours au même endroit et vivre en nomade

Je pense que la meilleure métaphore pour illustrer tout cela est la conduite d’une voiture. Pour avancer dans la bonne direction, je dois trouver un équilibre entre la gauche et la droite. Bien sûr, je peux temporairement virer complètement à gauche ou complètement à droite dans le cas où je veux changer de direction, ou dans le cas d’un danger sur la route. Mais ce virement doit rester temporaire et dès que je peux je retourne à l’équilibre.

Sachez donc équilibrer convenablement la conduite de votre changement afin d’avancer dans la bonne direction au lieu de tourner en rond.

4. Se contenter de lire sans appliquer

Récemment, j’ai assisté à un discours qui m’a fait sourire au sein de mon club Toastmasters. Le titre était : “Comment aborder une femme”. Et le contenu ressemblait à un condensé des concepts évoqués dans le fameux livre “The Game : les secrets d’un virtuose de la drague”.

Ce qui m’a surtout marqué, c’est l’arrogance du ton de sa voix. Et ça m’a rappelé ma propre réaction lorsque j’ai terminé ce même livre il y a près de deux ans. Quand on lit un tel livre, on est tenté de s’identifier à l’auteur, puisqu’il nous a raconté tous les secrets qui ont fait son succès. On se dit “c’est bon je vois la matrice”, et on croit déjà tout savoir.

Cependant, la mise en application de ces connaissances est beaucoup plus difficile qu’il n’y paraît. Alors on se dit qu’on n’en sait pas assez et l’on se replonge dans tout un tas de livres pour approfondir. On réfléchit à toutes ces théories sans avoir le courage de les confronter à la réalité. Et on se donne même le luxe de jouer les moralisateurs et de donner des conseils condescendants à ceux qui débarquent.

Je suis parfaitement d’accord qu’on peut se rapprocher de la vérité par les livres. Mais tant qu’on n’a pas appliqué, pour moi tout cela ne reste qu’un potentiel. Ce savoir est à prendre avec des pincettes car les gens  qui écrivent les bouquins ne peuvent tout simplement pas écrire exhaustivement tout ce qui les a mené au succès.

Mon conseil est donc d’expérimenter le plus possible, et d’évoluer en se servant de l’approche inductive de l’expérience, qui est pour moi le moyen le plus puissant de s’adapter à la réalité du terrain.

5. L’isolement

Il faut bien l’avouer, parler de développement personnel est quelque chose qui rebute beaucoup de gens. De nombreux à-priori négatifs y sont rattaché et ce n’est pas une mince affaire de les déjouer. Avouer qu’on s’intéresse au développement personnel, c’est comme avouer qu’on appartient à une secte ou qu’on aime jouer les donneurs de leçon, qu’on a l’arrogance de croire qu’on peut se hisser plus haut que les autres.

Aussi, si l’on essaye d’échanger à ce sujet, on se frotte souvent au cynisme de nos proches. Et en fin de compte, on préfère garder ça pour soi et faire nos recherches à part pour trouver notre propre voie. Pourtant cet isolement n’est clairement pas le meilleur moyen d’avancer. Il s’apparente à de l’auto-médication et nous savons bien que cela comporte des dangers : au mieux ne pas choisir le médicament le plus approprié, et au pire faire empirer encore plus notre condition.

L’idéal est évidemment de trouver un expert du domaine dans lequel on veut progresser. C’est le coach, le mentor, qui a déjà l’expérience et qui saura reconnaître en nous le blocage qui nous empêche d’avancer. Mais ce n’est pas facile de les trouver car en général, ils sont très demandés et font donc payer très cher leurs conseils. En plus, ils ne seront disponibles que ponctuellement, et ne nous accompagneront pas sur le terrain (ou alors ils le feront payer très cher ;) ).

Il va donc falloir trouver des regards extérieurs bienveillants dans notre entourage. Des gens qui comme nous sont ouverts d’esprit, positifs et motivés. Des gens qui partagent les mêmes objectifs que nous et qui seront capable de nous évaluer sans nous juger. Je sais bien que ce n’est pas une mince affaire mais ça se joue parfois au détour d’un bar, une personne qui commence à nous parler de ses projets, de ses principes dans la vie, de ses rêves, tout simplement, sans fioriture. Et l’on sait déjà qu’on est sur la même longueur d’onde et qu’on vient de découvrir un potentiel compagnon de route. Enfin notez qu’on peut avoir plus de chance dans les clubs Toastmasters, souvent fréquentés par des amateurs de développement personnel.

A défaut, il y aura bien sûr FTS, on pourra aussi bloguer sur le développement personnel et recueillir le feedback des visiteurs.

Tout ça pour dire que tout le monde n’est pas allergique au développement personnel. Si vous n’avez pas encore trouvé chaussure à votre pied, ce sera un excellent moyen de vous motiver à aller vers les autres afin pourquoi pas de fonder un futur cercle des coachs disparus!

C’est la première fois que j’écris un article pour FTS, aussi votre avis et vos remarques m’intéressent au plus haut point : avez-vous trouvé cet article utile, intéressant ? Etes-vous en désaccord avec certains points évoqués dans cet article ? N’hésitez pas à en discuter en laissant un commentaire !

En attendant, merci de m’avoir lu !

Sur le même sujet
Commentaires / Discussion

Cet article vous a plu ? Vous avez des questions ? Vous souhaitez réagir, ou apporter des précisions ? Laissez-nous vos commentaires ci-dessous.

Les commentaires agressifs, discourtois, non constructifs, ou simplement désagréables seront supprimés.

  • vahagan

    C’est vrais que rome c’est pas faite en 1 jours, mais j’imagine qu’il avais un plan solide. Tu as entièrement raison sur le point qu’il faut ce basé sur une réalité, on ne peut pas ce dire que tout est possible. mais certain qui on un grand pouvoir d’analyse peuvent trouvé un équilibre dans le chao d’une vie.

    Ce que je pense des relations hommes femme. c’est qu’un homme peux/dois être supérieur a une femme que pour 5 raison : 1 : la protège 2 : la comprendre 3 lui faire l’amour comme un dieu :) 4 : lui faire des enfant 5 : serré c’est poing pour protégé sa famille.

    Isolement : je déteste les site de développement personnel tel que présenté : Pkoi ne pas aidé les gens qui le demande. A croire que seul l’argent compte.

    J’imagine que le décalage entre le sentiment de ce douté d’avoir un potentiel fantastique et ne pas l’utilisé par « peur » peut rendre fou. j’ai bien dis « peut »

    ce contenté de lire sans appliqué : exacte tout a fais vrais !!!!

    l’essentiel c’est de vivre la vie a fond. sans regret. Je compté pas dire de gros mots mais je sais tjr pas écrire. :p

    La vérité c’est que je me suis auto psychanalyse ou je suis mégalomane. J’en sais rien ce qui compte c’est de vivre la vie a fond et etre en phase avec soie même. Mais j’ai pas envie que tu me contacte j’imagine que tu sais trop sur moi. je suis pudique on va dire, et sensible.

  • Super article. J’ai particulièrement aimé la fin.
    Une mine d’or (en dépit du fait que ce ne sont que des articles relativement courts) pour moi qui ai 17 ans. En effet, je me lance dans le développement perso. aujourd’hui, ce qui fait que si je n’adopte pas la bonne vision, les erreurs vont s’accumuler et modifieront considérablement, dans les années à venir, la personne que je serai. Donc j’y vais doucement mais sûrement.

    Lorsque l’auteur parle du regard des autres par rapport au DP, je me suis tout à fait reconnu. Dans mon entourage d’amis, au lycée par exemple, je ne connais pas beaucoup de monde qui ait entendu parler du DP. D’ailleurs, des personnes très ouvertes d’esprit, positives dans la vie, je n’en connais pas beaucoup non plus.
    Alors en effet je connais leur réaction si je commençais à leur parler de tout ceci : ils s’en amuseraient et ne comprendraient pas.

    Trouver les bonnes personnes est plus que difficile.

  • Snurk

    Que veux tu dire par tendance à imputer les événements qui nous arrivent à nos actions ? Je ne te comprends pas bien. Veux tu dire que ce sont grâce a nos actions que l’on a ce que l’on désire ? Ou que cela peut être par « miracle » et essayer de ne pas relater ça a des faits pour ainsi dire réels ?

  • Merci pour ton commentaire vahagan!

    Pour Rome : d’accord il y avait un plan. Ce plan permet de savoir ce que l’on va faire et surtout comment on va le faire comme un livre sur le développement personnel. Mais je préciserait aussi que chaque bâtiment a eu ses propres échaffaudage, qui sont comme les astuces qui servent de base pour internaliser les principes de base sous-jacent (=les vrais bâtiments en dur!).

    A propos du mysticisme oui c’est vrai qu’il faut parfois un grand pouvoir d’analyse pour savoir ce qui marche et ce qui ne marche pas dans une expérience soumise au chaos et ne pas se tromper dans les liens entre cause et effet.

    Pour le point sur l’Isolement, en fait je parlais de coaching en tête à tête, qui peut donc coûter très cher. Et je crois simplement que c’est l’offre et la demande qui détermine le prix.
    Si une personne prends du temps à te suivre, à te donner des cours, je trouve qu’il est normal qu’il soit payé pour ça puisque la charité, on ne peut malheureusement pas en vivre.

    Pour le gros mot, j’ai beau chercher, je ne vois pas :D

    A propos de mégalomanie, je crois bien que ça peut aider pour être motivé à agir. Il y a d’ailleurs un livre qui s’appelle « la magie de voir les choses en grand ». Mais attention : gare aux déceptions à l’arrivée :)

  • @CycWins : je te comprends tout à fait. Les années ado sont souvent très pénibles car on est dans un environnement de frustrés. C’est le moment où l’on désire obtenir un peu plus d’indépendance et pourtant chacun doit continuer à faire plaisir à ses parents et à étudier des matières dont on a horreur, typiquement à cause de profs qui ne savent pas s’y prendre pour insuffler le plaisir de leur matière, ou parce qu’il y a la pression du programme qu’il faut traiter à temps. Pourtant tout le monde passe par là,plus ou moins sans encombre, c’est une épreuve à passer.
    Comment aborder le développement personnel dans cet environnement : pas facile à dire. Pour ma part, c’étaient plutôt les amis de mes parents qui m’inspiraient et qui m’insufflaient ce côté positif qui me donnait la pêche.
    Après on ne peut pas généraliser. On rencontre aussi des élèves mâtures au lycée. Peu nombreux mais bien là! Je pense qu’il faut être sur ses gardes contre les requins qui veulent s’élever en te marchant dessus, tout en gardant l’esprit ouvert pour te lier à ceux qui veulent bien collaborer.

    @Snurk : par miracle non, disons plutôt que ce qui t’arrive peut ne pas être la conséquence directe de ton action. Par exemple admettons que un soir tu met un beau chapeau pour aller draguer. Et là tout marche pour toi, les filles sont toutes attirées par toi. Tu te dis alors que cela est dû à ton chapeau. Et donc à chaque fois tu met ton beau chapeau pour attirer les filles. Un jour tu oublies ton beau chapeau et là c’est la catastrophe : tu te dis : c’est bête, à cause de ça je vais pas assurer! Pourtant ce soir là tu assures encore plus que les autres soir!
    Tu vois c’est comme l’histoire de Dumbo l’éléphant volant, ce n’était pas ton chapeau qui te rendait attirant (ou pas QUE ton chapeau), pas plus que la plume de Dumbo l’éléphant volant qui lui permet de voler.
    Evidemment dans la pratique ça peut être nettement plus hardu de découvrir ce qui marche.

  • Pingback: A découvrir : 5 pièges à éviter en développement personnel()

  • Snurk

    Oui j’ai tout a fait compris merci =) Je suis passé par là effectivement mais ça c’est calmé maintenant et heureusement.

  • vahagan

    Parfait ! ;)

    Mais je pense que Enfaite le plus important c’est de croire en ces chance et de les tentés : j’aime la citation faut visé les étoiles au pire au tombe sur des nuages.

    Enfaite la peur n’est rien d’autre qu’une frontiere. Et Personne peut vivre sur une frontiere. lol

  • Benben

    Excellent article!
    Personnellement, je suis tombé dans les pièges 1, 3 et 4. Cependant, je ne penses pas qu’avertir de ces pièges permette réellement de les éviter. Les gens ont généralement tendance à apprendre de LEURS erreurs, et non pas de celles des autres. Et, dans un sens, ça ne peut qu’être bénéfique: j’ai poussé les choses à l’extrême, mais avec un peu de bon sens et de recul, je crois que l’on fini par atteindre un juste milieu.
    C’est juste question de recalibration permanente, afin de se construire réellement comme on le voudrait. Toutefois, la pire erreur serait de croire que cela est acquis, alors que ce doit être un travail perpétuel.

    Encore bravo pour cet article de qualité.

  • Très intéressant article ! je ne suis pas né de la dernière pluie et expérimenté « le développement personnel » sous différentes formes pour mieux me connaitre, dégommer mes programmes limitants de mon enfance, trouver d’autres voies dans l’amour que la pure relation physique au travers le tantra. Je me sens bien dans ma peau , je sais ce que je veux..bref, ça baigne.

    Je suis tombé dans les pièges 3 et 4, après ajustement ça va mieux mais je sens une tendance à retomber dedans..pourquoi? c’est plus facile que de se creuser la tête et faire des efforts…j’expérimente donc avec les femmes, avec toujours la peur de me planter, de prendre un râteau..en gros, d’être rejeté !! En gros, je ne sais toujours pas aborder une femme -consciemment- dans le but d’aborder une femme….
    Bref..s’adapter toujours à la situation, et expérimenter encore.
    ciao, shed

  • @CycWins : Pour en revenir à la problématique du lycée, voici un article de Jean-Philippe de Révolution Personnelle qui vient alimenter le débât : http://www.revolutionpersonnelle.com/2010/03/le-lycee-cest-la-prison/
    Dans cet article, Philippe pousse les lycéens à se responsabiliser pour améliorer leur propre sort.

    @vahagan : oui dans la vie il faut tenter, sans que ça tourne à du n’importe quoi bien entendu ;)

    @Benben : merci pour la petite éloge! Ton idée sur le fait qu’on doit se tromper pour évoluer est très pertinente en effet, pour reprendre la métaphore de la voiture, je dirais que quand on commence à conduire, on zigzague beaucoup, c’est à dire qu’on passe tout le temps d’un extrême à l’autre jusqu’au moment où on arrive à réguler tout ça pour aller tout droit. Qu’est-ce que vous en pensez?

    @shed : ah voilà le mot clé : ajustement. C’est vrai qu’on peut toujours retomber dans ces pièges, après tout ça fait partie de la nature humaine! C’est pourquoi j’aime bien l’idée de développement personnel CONSCIENT. En passant, c’est aussi un peu le but ultime de la plupart des religions : atteindre l’illumination, en gros arriver à réguler nos pulsions pour qu’elles aillent dans le sens de notre épanouissement personnel, et aussi celui des autres.

  • Ryo

    Très bon article.

    J’ajouterais quelques points supplémentaires :

    – se culpabiliser et s’en vouloir de ne pas arriver à mettre en pratique ce que l’on lit. Parfois il y a beaucoup de conseils qu’on lit dans les articles de séduction ou de développement personnel et qui ne sont pas applicables avec ce que l’on est (notre personnalité, nos croyances, notre perception du monde). On peut être tenté de s’en vouloir et de culpabiliser de ne y arriver alors que ça parait tellement facile ou que les autres y arrivent. On se dit qu’on est nul de ne pas arriver à faire ce que les autres parviennent à faire avec tant de facilité. Il suffit de regarder une vidéo de Mystery : en la regardant ça peut nous paraitre simple sans voir les heures de travail et le plus important, le fait que la méthode Mystery est « congruente » avec sa personnalité (Mystery est un « show-man », très bon magicien, ect) Lire et tenter d’appliquer sa méthode serait vain et générateur de souffrance pour quelqu’un d’introverti ou de plus réservé par exemple.

    – se croire au dessus de la masse et se croire supérieur aux autres parce qu’on a accès à un savoir que les autres ignorent. C’est bien souvent le cas de débutants qui se mettent au game et qui voit partout des « afcs », ou des comportements d’afcisme sans voir que cela représente une certaine « normalité », et qu’à trop vouloir se distinguer des autres, on en arrive à devenir un mec « bizarre »

    – confondre les concepts : par exemple, confondre la gentillesse et la soumission, confondre être mystérieux avec être bizarre, devenir mois attaché et devenir insensible… Comme on manque de recul, on applique les concepts sans distinction (ce qui revient à la partie extrémisme)

    En tout cas, très bon article qui arrive peut-être un peu tard par rapport au développement de la communauté mais comme on dit « il n’est jamais trop tard pour bien faire ! »

  • Zob

    Bon article, resume bien les problemes du debutant. Je crois que pendant longtemps j’ai du en accumuler deux ou trois.

    Cela dit je trouve un peu deplace la remarque sur la priere, surtout de la part d’un site/forum de developpement personnel, d’autant plus un qui a refuse la creation d’un forum spiritualite… Et s’il est vrai qu’en soi le mot « priere » est un synonyme de « demande » la priere constituant une demande a Dieu (ou quoi que ce soit d’autre), est d’une part une vision purement judeo-chretienne de la chose, et en plus une misconception assez grossiere. La priere musulmane, hindoue, ou de la plupart d’autres religions du monde n’ont rien a voir avec ca. Et quand bien meme, sur un site imposant a ses membres le respect de l’opinion, religion ou race de chacun, je trouve la derision un peu limite. My two pence.

    Par contre je suis totalement d’accord sur la critique qui est faite de The Secret. J’ai eu l’occasion d’assister a un seminaire de Sivapragasam Arumugam, qui est le chef de fil de « The law of attraction » en Asie du Sud-est, et j’ai trouve ca assez branlant et infonde. Sinon que c’est un appel a un etat d’esprit positif. En soi rien de bien nouveau.

    Merci pour ton travail FK ;-).

  • Pingback: Heiwa No Bushi()

  • @Ryo: merci pour ton retour positif! Pour répondre à tes points :
    -« se culpabiliser et s’en vouloir de ne pas arriver à mettre en pratique ce que l’on lit » je ne sais pas si on a le choix ou pas de se culpabiliser. Ce qui est certain en effet, c’est qu’on doit adapter/personnaliser les conseils qui nous sont donnés suivant notre manière de vivre. Peut-être pourrait-on dire cela en un mot : authenticité.

    -« se croire au dessus de la masse et se croire supérieur aux autres », bien d’accord avec toi : c’est un point que j’ai voulu citer dans le cadre du point « 4. Se contenter de lire sans appliquer »

    -oui j’aime bien cette vision des choses, qui montre qu’il y a vraiment une dualité dans chque choses, et qu’il faut être subtil pour trouver le bon équilibre

    @Zob : pour une fois, cet article était un article invité, donc je réponds à ton commentaire en tant qu’auteur de l’article:
    -quand tu dis : « La priere musulmane, hindoue, ou de la plupart d’autres religions du monde n’ont rien a voir avec ca. », si tu insinue que ce n’est pas une demande à un être supérieur, à ce moment là je ne pense pas qu’on puisse l’appeler « prière ». Pourtant ce sont bien des religions, or ce qui caractérise les religions est bien cet être tout puissant envers lequel dépendrait notre existence non?

    « sur un site imposant a ses membres le respect de l’opinion, religion ou race de chacun, je trouve la derision un peu limite » justement c’est le fait de ne pas accepter la dérision qui serait limite. N’est-ce pas la première chose qu’on interdit dans les pays totalitaires?
    En dehors de ça ne t’inquiète pas, je vis à Maurice et je respecte tous les gens que je croise quelle que soit leur religion, le proprio de mon logement est même un musulman très croyant et mon logement est à l’intérieur de sa clôture. Je pense que la religion a cela d’utile que ça donne un cadre moral qui est positif : les gens croyant (les vrais) ne vont pas faire du mal à autrui parce qu’ils croient au jugement dernier ou à la réincarnation.

  • Pingback: Blog Anniversaire : C’éclair! a trois ans()

  • sam

    Argancel,

    Super article, clair, précis et tout à fait vrai!

  • SaM

    L’article est vraiment interressant.
    J’ai surtt aimé la partie 4. »lire sans appliquer » car je m’y suis senti concerné.
    Je reconnais que de chercher a connaitre tout les concepts de séduction n’avance en rien, et qu’il
    vaut bien mieux se concentrer sur l’application de principes basiques, plutot que d’attendre de tomber
    sur un conseil « super puissant »(qui n’existe pas) qui nous changera du jour au lendemain…
    De plus, je pense que les experts dans le domaine ne dévoileront jamais toutes leurs astuces pour nourir une certaines dépendance de leurs lecteurs :) donc je respecte ton conseil qui est d’expérimenter le plus
    que possible en faisant face à la réalité du terrain.
    Merci pr ton aide :)

  • Beniz

    Franchement j’adore votre article , vous avez une perception très positive de la vie et du développement personnel , je vous avoue que c exactement ce que je cherche en ce moment , alors merci infiniment pour cet article ou vous nous faites partager votre expérience et vos conseils, c’est très encourageant =D

  • Xav

    Un an après, toujours aussi bon ! Je le trouve très bien écrit, très objectif, bien expliqué, structuré, bref il a toutes les qualités. Malgré sa longueur, il est pas mal synthètisé : ca nous permet d’avoir une vision globale des différents aspects du développement personnel et de ses « dangers » (bien que je pense qu’il y a bcp plus de probabilité qu’il nous aide plutôt que de nous creer des pbs), à nous d’aprondir nos recherches si on veux en savoir plus. Mais il reprend malgré tout les idées les plus importantes. Un grand merci à son auteur !

  • Luc

    Un des defauts du developpement personnel c’est que si on l’a beaucoup pratiqué on se sent tres superieur aux autres, on voit parfois les erreurs grossieres de autres Or il faut toujours rester modeste en sachant dans la vie qu’il y a toujours plus puissant ou plus fort que vous. de plus on a probablement commis les meme erreurs (sauf si grossieres) a une autre epoque.
    En occident une certaine modestie est mal vue mais je pense qu’elle est necessaire quelque part
    par contre la banalité des gens nous renvoye a la faiblesse humaine en general !