Discussion

(Article) Bilan : 15 ans après FTS.

Note : 8
lancé par Owen le 28.12.2018
22 réponses
dernier par chilperic le 14.01.2019, 02h00
  • Owen [MOD]
  • Score : 1011 - 30 ans
Vendredi 28 décembre 2018, 9 heures 42.

Je me réveille chez ma copine M., me sert un café instantané (qui peut encore croire que ce genre de boisson est acceptable ?), nettoie la table basse sur laquelle traine une capote et quelques bières consommées la veilles. Je pensais avoir plus la gueule de bois, ça doit être ça de vieillir : au lieu de se mettre une bouteille de rhum pas cher dans la gueule, on va faire un escape game entre potes et on termine avec quelques pintes de mauvaises bières à 8 euros. Merci Paris.

C'était cool de revoir mes meilleurs potes pour une petite virée de trentenaires actifs : l'un a sa boite, il bosse tout le temps, M. a repris un truc dans le droit ou les semaines font plus de 35 heures, l'autre change de boulot et s'apprête a commencer une nouvelle vie de serveur trendy dans le Marais après avoir été serveur trendy et exploité place de la Madeleine. Ma pote C. cherche du taff comme prof de FLE après 8 ans en Argentine, et moi j'ai arrêté d'être prof de FLE après un burn out général un an plus tôt.

Un an plus tôt, je fêtais mon anniversaire dans les larmes en me faisant jeter sans ménagement par la femme qui avait cristallisé tous mes schémas émotionnels. En l'espace de trois mois, j'avais connu cette passion qui dévaste tout, nous ramène à l'état de petit chieur pleurnichard et angoissé, et évidemment, qui voudrait prendre en charge l'immaturité émotionnel d'un autre, tant PuA qu'il soit? Paula s'était cassée et m'avait remplacé au bout d'une semaine. J'ai mis des mois a m'en remettre, en fait, aujourd'hui, il y a toujours une douleur quelque part dans mon corps qui revient en certaines occasions, comme une cicatrice. Je ne peux pas entendre parler de Pole Dance sans penser à elle (elle était prof de Pole Dance), je ne peux pas m'empêcher de comparer certaines sessions BDSM avec ce qu'on faisait tous les deux (elle était masochiste), je ne peux pas entendre les Backstreet Boys ou Sam Smith sans penser à elle, heureusement pour moi, peu sont les gens de mon entourage avec de si mauvais goûts.

J'avais été fasciné par la décharge de haine que ça avait déclenché en moi, tout en sachant qu'elle avait été complètement réglo. Elle avait fait les choses proprement, ne m'avait pas pris pour un con, simplement elle avait besoin d'un homme sur de lui, borderline dominateur / pervers narcissique, et moi je ne domine que dans la chambre, le reste est une boule de fragilité qui cherche a faire semblant dans un monde ou les hommes fragiles se font exclure, voire pire...

Un an plus tard, je me suis installé en Bretagne, j'ai trouvé un colocation super en centre ville. Un truc bizarre, comme d'hab : ma coloc est dominatrix et passe le temps en sodomisant des hommes avec un gode ceinture. J'ai aussi trouvé un taff d'assistant de vie. Comme dans Intouchables, je m'occupe d'un type en fauteuil qui aime le classique et la haute gastronomie. Je travaille 2 jours par semaines et passe le reste du temps a faire du sport pour ne pas tomber en dépression hivernale, voir l'une de mes 5 copines du moment, essayer d'écrire un quatrième roman, en français cette fois (j'avais essayé l'anglais mais je ne me sens pas convaincu) et penser à la suite. Je sais qu'il y aura une suite, mais là, j'ai besoin de stabilité, et Nantes m'apporte cette stabilité. Je peux y penser sans me presser, avec mon petit CDI et mes copines, mes cours de capoeira et mes bières a 8 degrés.

Hier, je suis allé a la Fnac le matin pour chercher un cadeau à l'une de mes copines. On s'est engueulé avant que je parte, et en plus je lui avais donné un coup de ceinture qui avait dévié de ses fesses a sa chatte et elle avait eu mal. L'engueulade et le coup de ceinture ne sont pas liés entre eux, mais ça faisait deux choses dont je voulais me faire pardonner. Je m'étais excusé, bien sur, mais un petit truc personnalisé allait, j'espère, lui rappeler que je regrettais sincèrement d'avoir critiqué ses potes de droit qui me regardait de haut (en meme temps, ils me regardaient vraiment de haut les connards, mais bon, convention sociale exige : faut pas le dire).

Bref, je vais a la Fnac et je tombe sur quoi en devanture? "The Game", de Neil Strauss. Ca m'a rappelé FTS, ça m'a rappelé combien de temps j'avais passé dessus a l'époque. Je regarde Messenger, Popovski me souhaite Joyeux Noel, Zaik (c'est bien son pseudo? merde, j'ai oublié les pseudos des gens) me souhaite un Joyeux anniversaire. Je n'ai pas gardé de contact avec tout le monde, meme si je sais à peu près qui évolue ou. Popovski me dit qu'il est modo maintenant, ça me fait plaisir. J'éprouve non sans une certaine fierté le fait de me rappeler que je l'avais toujours recommandé pour ce rôle auprès de FK. Je me sens un peu important d'un coup, meme si je n'y suis pour rien. C'est pas grave, il faut prendre les bons sentiments meme s'ils sont un peu fake parfois.
  • Owen [MOD]
  • Score : 1011 - 30 ans
Bonjour FTS


Hello FTS ! A quoi ressembles-tu aujourd'hui? Et moi? A quoi je ressemble? Qui suis-je?

Je ne sais plus à quel moment j'ai quitté FTS exactement, mais quand je retourne voir mes propres stats je me dis "Putain de merde" : 3000 et quelques messages, c'est à dire 1% de ce qui a été écrit ici, 950 points, c'est à dire qu'en gros je suis juste derrière Smooth, FK, Blusher et les vieux pontes qui sont tous plus ou moins partis, rattrapés par la vie ou déçus d'une évolution de la mentalité du site, évolution naturelle et, je l'espère, saine.

C'est sur qu'au début de FTS, les MeToo et la question de l'éthique dans la drague ça n'existait pas.

Je suis arrivé sur FTS en 2005, c'est à dire que je fais officiellement partie des gens qui ont vus le site passer par plusieurs phases. Je ne peux pas dire que j'ai tout suivi tout le temps, mais j'ai vu FTS être un repère de PuAs creepy mais fascinants qui parlaient de Mystery et de Soral comme des types a imiter, j'ai vu FTS évoluer dans une vibe plus dev perso, j'ai vu FTS lutter pour se définir au sein d'une tension de plus en plus forte : est-ce qu'a un moment il faudrait pas inclure un peu de féminisme dans ce qu'on dit? De l'éthique, du respect, la condamnation du harcèlement, oui mais jusqu'ou? FTS reste un site fait par des hommes pour des hommes. Un site bien meilleur que d'autres merdes qui parlent de séduction et des femmes comme de gibier, mais un site qui aura toujours une vibe sexuée : on écoute plus volontiers untel qui a levé 100 meufs qu'unetelle qui parle de son point de vue de femme. Logique et pas logique en meme temps, on y peut rien.

Tiens, d'ailleurs, et moi?

Moi j'ai couché avec ma centième fille le mois dernier, et j'ai aussi passé pas mal de temps en 2018 a explorer autrement, donc on peut y ajouter quelques filles trans et un ou deux mecs. J'aime pas les mecs, j'aime bien les femmes trans, elles étaient toutes cool, touchantes et mille fois plus matures que moi.

Ca veut dire que je suis un super PuA, non? Il faut impérativement m'écouter? J'en sais rien... Je suis un marginal, j'évolue dans des milieux alternatifs, j'ai fait partie des bénévoles qui ont monté Burning Man aux US cette année, je suis coordinateur des bénévoles sur des versions plus petites de Burning Man, j'ai fait partie de la scène BDSM de Manille, j'ai fait un premier show Boylesque et je compte bien continuer avec un pote qui veut faire drag queen. Est-ce que mes conseils ont une quelconque valeur en terme de drague? Oui, je pense, mais ce ne seront pas les habituels conseils.

Moi je te dirais : sois intéressant et surtout sois SAFE. Donc respecte le consentement des femmes. Ton lifestyle c'est 3% du truc, ensuite vient la logistique (peut être 40% a Paris) et surtout, surtout, viendra ton équilibre interne et le fait que tu sauras montrer a la fille que tu la respectes et que tu respectes son consentement.

Tu m'entends ? Pas que TU LUI FAIS SENTIR QUE, mais que TU LA RESPECTES, elle et son consentement. Point.

Je suis sur que certaines filles ont couché avec moi simplement parce qu'elles savaient que c'était ok, qu'elles ne seraient pas jugées et que je m'arrêterais là ou elle le voudrait.

Aujourd'hui ça me parait la BASE, mais je sais que ce n'est pas évident ni ancré dans les esprits de tout le monde. Surtout dans la communauté de drague, du moins telle que je l'ai laissée.

Je demande toujours avant d'embrasser, je n'ai quasiment jamais eu de refus.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • +1 (Merci ! :)) le 10.01.19, 19h33 par Habibi
  • Owen [MOD]
  • Score : 1011 - 30 ans
Et maintenant?

Comme c'est facile de se perdre en chemin, surtout quand on n'est pas très sur de ce qu'on veut dire.

Car qu'est-ce que je voulais dire au juste en revenant ici? Après tout, je suis parti car je ne me reconnaissais plus trop dans certains discours, ou parce que j'avais l'impression d'avoir fait le tour de la question. Je suis encore loin d'être un parfait déconstruit, mais ce que la communauté de séduction m'a montré, c'est, comme l'avait prophétisé Blusher (il me semble) :

"Serez-vous plus heureux quand vous choperez à tour de bras?"

Nope.

On vous le dit.

Nope.

Moi je serai plus heureux quand j'aurais résolu mes conflits émotionnels intérieurs et fini d'intégrer une enfance d'abus psychologiques et une dernière relation qui les a tous réveillé. J'ai déjà fait une très grosse partie du chemin.

Je serai plus heureux quand on arrêtera de mettre la pression aux hommes de choper et aux femmes d'être soit des Saintes soit des Putes.

En fait, le patriarcat c'est notre ennemi a tous. Lorsqu'on arrêtera de se branler la nouille sur quelle femme est respectable et quelle femme est une salope, alors elles se sentiront plus libres de dire "oui" ou "non" aux hommes. Et les hommes auront compris que manipuler, forcer, jouer sur le flou, c'est de la merde criminelle.

Mais on en est encore loin. Un pote de mon frère trouvait ça trop cool car il a réussi a mettre un doigt dans le cul d'une fille qu'il baisait, elle a retiré sa main mais après 4 ou 5 fois, elle a cédé.

Tu comprends que c'est du viol, C.?

Mais je m'égare.

Je pense a un projet. Un truc sur lequel travailler. Questionner la/ les masculinités. Remettre en question cet ordre absurde qui fout tous les gens qui baisent pas dans une case de frustrés pas virils. Ou qui me mettrait moi dans la case "Viril" car je suis grand, brun, musclé, j'ai la voix grave et que je baise. S'ils savaient a quel point je me sens a l'opposé de tout ça, entre mon TDAH, mon hypersensibilité et mon "haut potentiel". Plus on me prend pour un tombeur, plus je perçois l'absurde piège dans lequel on vit. Je le sais depuis quelques années maintenant, mais j'aimerais savoir comment l'expliquer aux autres. Si on ne fait pas ses propres expériences, comment apprend-on? Et en meme temps ça m'aura pris 10 ans pour passer de "Afc" a "Natural" (ouais, je pense que je suis plus natural que PuA aujourd'hui, en tout cas je calcule rien).

Je vais être honnête : c'est quand meme plus sympa quand on baise. Donc ce n'est pas ça qu'il faut questionner. Ce qu'il faut questionner, c'est ce jeu en lui même et l'utilité de se maintenir dans ce jeu qui n'est qu'un simple reflet du capitalisme : au final le plus friqué aura toujours un gros avantage sur le moins friqué, meme si c'est une grosse merde abusive a la Weinstein. Et y'aura toujours des rapaces pour le défendre ou vouloir l'imiter.

Un truc dans lequel on arrête le concours de bites permanent et les jeux d'ego.

Je suis sans doute un utopiste, mais maintenant que j'ai couché avec 100 filles, je suis crédible non?

Non?

Ah, bon :)

Dernière note. Les mecs, lisez tous "King Kong Theory" de Virginie Descentes. Vous vous ferez du bien.

Merci de m'avoir écouté. Je ne sais pas si je vais beaucoup trainer ici mais j'ai vu passer le mot BDSM dans un topic...

Owen.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • +2 (La suite, vite !) le 28.12.18, 12h09 par Jalapeno
  • +1 (Intéressant) le 03.01.19, 11h53 par r-0
  • Owen [MOD]
  • Score : 1011 - 30 ans
Muahaha, quelle "suite" tu veux, Jalapeno?
  • Owen [MOD]
  • Score : 1011 - 30 ans
Les femmes de ma vie (depuis la dernière fois)

On va finir par croire que je n'ai rien à faire aujourd'hui, et j'avoue que oui, c'est le cas. Je retrouve quelques potes le soir, l'après-midi était morose et fatiguée, comme un lendemain de cuite.

Je ne sais pas quand je suis parti de FTS exactement, alors remontons à l'été dernier, en 2017.

Avant de partir pour 6 mois aux Philippines (j'y viens), j'étais en relation ouverte avec 3 nanas, plus deux occasionnelles. C'était chouette, on baisait tout le temps à tel point que malgré mon inactivité professionnelle, je me sentais complètement épuisé. 4 filles, c'est trop.

Ensuite, je suis parti pour être prof à Manille pendant six mois. Ironie du sort : moi qui était de plus en plus dans des délires BDSM je me retrouvais à enseigner à des petites étudiantes catholiques. OUI, je sais ce qu'on peut en penser, et OUI je suis sur que certaines n'étaient pas si innocentes que ça, mais je me refuse toute baise avec étudiante, même canon et consentante.

Dommage, j'ai du rater une ou deux bonnes soirées. L'éthique ça a un prix.

Entre quelques plans culs et autres rencontres, je finis par tomber sur Paula. Paula, c'est celle qui aura chamboulé mes repères au plus haut point. Dans le bon sens comme dans le mauvais.

Je la rencontre sur Okcupid, on accroche bien, elle est sub, je décèle un aspect masochiste dans nos discussions. Je vous fait un topo : alors que la filipina moyenne est ou bien demi obèse ou bien plate comme un phase, Paula, de nature a prendre du poids, fait 18 heures de sport par semaine et ce depuis toujours. Dans le top 3 de mes culs parfaits il y a Paula, et bien que c'eut été un rêve pendant 3 mois, j'ai aussi ressassé ce cul pendant le reste de mon année 2018.

Je fais pas les détails, mais j'avais l'impression de coucher avec Asa Akira tatouée, prof de Pole Dance, danseuse de Krump, femme fontaine qui prenait son pied via les coups de cravache, et qui me semblait être la parfaite complémentarité du marginal sensible que j'étais.

Sauf que bon, on ne casse pas ses schémas si simplement, le gamin angoissé de séparation au complexe du sauveur s'est réveillé. J'ai basculé dans cette insécurité borderline qui me bouffe par période, et elle, du haut de ses habitudes d'être traitée comme une esclave ou ignorée, n'a pas pu s'adapter a un type qui ne voulait pas la soumettre en dehors de la chambre.

27 décembre 2017 : mes 29 ans, je me fait jeter. Remplacer en une semaine.

Je préfère pas essayer de retranscrire le processus de remise en question, la haine qui surgit, la crise interne qui s'en est suivie, les flash backs de violence familiale que j'avais refoulé, des bouts de thérapie et l'impossibilité de prendre du plaisir qui, heureusement, n'a duré que quelques semaines. J'avais littéralement son fantôme qui me regardait lorsque je baisais. C'était glauque, on s'en doute.

Ironiquement, plus je voulais m'éloigner des ambiances BDSM, plus les filles qui me sollicitaient étaient des masochistes / soumises / brats qui voulaient qu'on les cogne pour prendre leur pied. Et moi je troquais volontiers le sexe hard contre des câlins et le fait de ne pas rester seul.

Puis, le 14 février, alors que j'avais accepté d'aller voir la messe avec un collègue pour ne pas être tenté de stalker mon ex (je suis tombé jusque là), je rencontre Z., au petit minois d'ange, et qui l'était. Métisse chinoise française, mannequin locale. On discute à la salle d'escalade (ou j'étais avant d'aller à l'église). Je finis par lui demander ses origines, elle me dit "Je n'ai pas connu mon père", je soupire intérieurement : comme presque toutes mes ex.

On se revoit deux jours plus tard et on s'entend très bien. Du 18 au 28 février, date de mon retour, on s'est vu presque tous les jours. Merci Z., tu m'as montré que l'espoir était encore la. Et puis meme si je sais que c'est mesquin, Z. était franchement canon, le nouveau mec de Paula est laid. C'est un anglais basique qui fait de la guitare et que la moitié des filles de Manille déteste car il a des comportements abusifs avec ses copines.

Mais bon. On ne peut pas changer les gens. Le sauveur peut aller se faire foutre des lors que la victime réclame son bourreau.

Voila le topo.

En mars je reviens en France, en Avril je vais faire le sommet européen de Burning Man à Nantes. On me propose d'être conférencier. Je deviens conférencier.

After party, une des filles du bureau de Burning Man me file un petit gâteau plein de microdoses magiques. On va faire la fête. Je choppe la fille. Mauvaise logistique : on ne couchera pas ensemble. Mais encore une fois : c'était moi qui avait chopé le canon local.

La suite de mon année sera similaire : tout en réparant mon ego en découvrant que les filles avec qui je sors et couche sont dorénavant au dessus de la moyenne physiquement, je redécouvre aussi le plaisir de vivre chaque rencontre comme unique. C'est drôle : en me focalisant sur mon ego, j'apprends paradoxalement à laisser aller ce genre de configuration.

Il y aura donc :

- P et A, mes deux petites asiatiques kinky rencontrées en avril avec qui on a poussé le délire sexuel assez loin.
- A une russe très belle et très cool avec qui finalement ça ne l'aura pas fait. Redécouverte des dates avec bisous sans sexe (sauf une fois, c'était bien). Retour de connexions intellectuelles.
- M. Djette japonaise qui envoie de la techno qui tabasse. On aura passé notre Burning Man a moitié ensemble. C'était chouette. Elle est presque asexuée. On aura passé du temps autrement et ça fait du bien pour un obsédé comme moi. A base d'acide lysergique, de techno et de câlins.
- Quelques filles indéterminées dans la fièvre de mes festivals (4, je crois).
- M. la lettone canon de l'année dernière que je retrouve en juin dans le meme festoche. Apres 3 heures a discuter, un orage de la mort nous tombe sur la gueule, on finit par s'arracher les vêtements dans sa tente 2 place pour une des baises les plus spontanées, bestiales et chaotiques de ma vie.
- F. rencontrée à Burning Man, vue à San Francisco après, asiatique, grande, intelligence et incroyablement douce. Le sexe le plus romantique depuis des lustres avec en prime massages sensuels a la crème qui sent le citron. Les tartes au citron meringuées n'ont plus la meme saveur maintenant.
- Et depuis Nantes, il y a S., C., L., O., T. etc.

Voila ou j'en suis. Il y a eu d'autres histoires. Des dates avec des filles transcende vraiment adorables, quelques histoires homo d'une nuit dans l'excitation de l'ivresse, un fail total d'une rencontre faite sur Tinder ou on se chauffe trop, ou j'arrive chez la fille, ou je me rends compte que l'absence de photo cachait un physique vraiment, vraiment repoussant, ou je me sens mal de repartir et je finis en me sentant mal d'être resté.

Voila, pas simple de résumé un ou deux ans en un paragraphe. Je ne saurais pas quoi rajouter d'autre (est-ce bien nécessaire?)
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • 0 (La suite, vite !) le 28.12.18, 19h59 par Bumble
Sympa de lire de tes nouvelles Owen. Surtout que t’as un parcours hyper original !


Reste un peu avec nous, t’as du lourd à apporter par ici !
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • 0 (Merci ! :)) le 28.12.18, 21h44 par Owen
Le naked modo est de retour. Ça fait plaisir de lire de tes nouvelles. Clairement je pense qu’avec ton parcours assez atypique. Tant en terme de séduction développement perso, que pro tu as énormément à apporter ici ;)
  • Owen [MOD]
  • Score : 1011 - 30 ans
Merci the Pop, ce "parcours original" est justement ce qui me fait parfois douter de ma légitimité en tant que "mec pas normal" dans une communauté qui finalement parfois cherche a comprendre les dynamiques sociales "normales" afin d'être capable de choper un éventail le plus large possible.

Regarde mes dernières copines un peu sexy :

Une perforeuse burlesque qui aurait très bien pu connaitre Blusher a quelques années pres, évoluant dans les memes troupes parisiennes.

Une Dj de techno progressive.

Une danseuse de krump / contemp / pole dance.


Actuellement : une ancienne teufeuse maman de deux enfants surdoués, une étudiante qui a perdu sa virginité en club échangiste et qui en trois mois a déjà dépassé l'expérience sexuelle de beaucoup de mes partenaires, une marocaine qui veut rester vierge mais a décidé de pousser l'art de la fellation au plus haut point, une fille au format +++ avec un visage d'ange qui découvre la fessée et une jolie minette au regard de colombe qui aime la douleur.

Ou alors suis-je la preuve vivante qu'a un moment il faut arrêter de chercher à plaire au plus grand nombre et trouver sa "voie", sa "niche" en acceptant que les bimbos c'est pas pour moi (et Dieu sait que je fantasme sur elles et craque devant les étudiantes blondes aux yeux de glace).

Y'a-t-il seulement une réponse? Ou des réponses?

Non, je ne suis pas en pleine crise de la trentaine. Mais effectivement, j'ai envie d'explorer un peu ces trucs là : pourquoi veut-on avoir du succès? Epanouissement ou concours de bite? C'est quoi ce "mâle alpha" qu'on nous rabâche tout le temps sur les sites de dragues? Je me sens très "femelle alpha" et je chope plus que plein de faux "mâles alphas".

Et puis, est-ce que j'ai des comptes a rendre aux gens?

Etc. Etc.

A un moment c'est vrai que je me suis senti trop bizarre pour la vibe de FTS. Non pas que je doutais de l'ouverture des gens ici, mais je me disais "hey, vas donc chercher les réponses tout seul".

J'ai envie d'écrire un blog qui parlerait un peu de ça. Si y'a des geeks qui ont des idées de format cool et très 2019 je suis preneur :)

(Ah, et aussi, un souvenir qui me fera toujours sourire : le fait d'avoir été utilisé dans cet article alors que le Field Report était volontairement caricatural suite a un pari avec M., membre de FTS dont je ne me rappelle plus du pseudo.

https://motherboard.vice.com/fr/article/nz3v4m/le-monde-tres-glauque-des-mecs-qui-croient-que-la-drague-est-une-science)
  • Owen [MOD]
  • Score : 1011 - 30 ans
Je viens de voir la réponse de Bumble. "Naked Modo", c'est bon, on se rappelle de moi.

Vous allez me donner envie de revenir fouiner un peu par ici, vous tous :)
Comme c'est une question que se posent un peu tous les gens qui vont et viennent ici ("je reviens mais est ce que je vais vraiment rester?")
J'ai envie de te répondre que ton apport se mesurera uniquement dans la longueur. Pas à l'attention que génère cette interrogation.
Donc je pense que c'est pas trop la peine que tu te prennes la tête, reste et tu verras bien.
Bon retour parmi nous;)
  • Owen [MOD]
  • Score : 1011 - 30 ans
Je crois que je vais rester un peu pour venir foutre ma merde.

C'est une promesse d'ivrogne, je suis ivre, M. revient de club echangiste. On boit beaucoup.

Mais...

Oui je vais checker Fts quelque temps.
As usual, il y a des pseudos dont on se souvient ! Comme pour les femmes.
L'alcool c'est un bon ami, profite bien, hâte de lire la suite de tes péripéties et encore bon retour ici ;)
D'un mec qui est arrivé bien après...

C'est encourageant ces réflexions que tu apportes et les brief récits de tes expériences sont palpitants !
Je pense que nous sommes tout ouïe.

La bise ! :)
  • Owen [MOD]
  • Score : 1011 - 30 ans
Bon, et alors?

Alors ca m'a fait du bien de venir poster un peu sur FTS apres deux, trois ans.

J'ai un peu réfléchi a tout ca et ca m'a fait plaisir de voir qu'on ne m'avait pas oublié et qu'il restait certaines tetes connues.

Donc oui, je vais revenir fureter ici, avec un objectif peut être un peu différent de la moyenne des gens, mais pourquoi pas.

J'ai remarqué que beaucoup pouvaient glisser de "Afc" à mec vraiment glauque si personne ne leur expliquait. FTS a toujours fait office de tampon avant que certains wanna be players aillent se perdre sur d'autres sites misogynes.

Et si moi (et tous les autres hein) on n'est pas la, qu'est-ce qui va les empecher d'aller grossir les rangs des incels?

Sans me jeter trop de fleurs, je suis un exemple type d'un mec qui est passé d'Afc à "mec qui chope raisonnablement" (je n'aime pas le mot PuA), je pense qu'avec une centaine de partenaires au compteur, ma street cred n'est pas a prouver.

Or, si moi je ne viens pas dire a l'Afc moyen plein de croyances limitantes qu'il faut aussi penser consentement, éthique et respect, va-t-il écouter sa copine féministe? Alors qu'on lui répète sans arret qu'il faut juger les actes et pas les mots?

Et puis comment expliquer que machine, féministe indépendante aime se faire gangbanger par pleins de mecs? A première vue, ca fait dissonant.

Mais moi (et d'autres ici), on a fini par le comprendre : si on se détache de tous ces préjugés, les femmes deviennent des hommes comme les autres et on peut vivre des relations plus épanouissantes.

Donc, je vais rester un peu ici.

J'ai un projet : faire un blog qui parle cul, masculinité et plein d'autres trucs. Je voudrais pouvoir mettre ca en relation avec FTS, proposer le fruit de mes réflexions et avoir des retours, des idées de thèmes à traiter etc.

Blusher faisait ca a une époque à sa manière. Il n'est plus la, je ne vais pas prétendre être Blusher, mais apporter une autre petite voix qui montre qu'on peut aussi trouver son style.

Et clairement, mon style est loin du PuA habituel :)

Voila, bonne année à vous, je rouvre mon journal en attendant de comprendre comment on fait un blog.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • 0 (Bonne idée !) le 31.12.18, 13h21 par Bumble
  • 0 (Bonne idée !) le 31.12.18, 18h10 par Lulla
  • 0 (Bonne idée !) le 01.01.19, 20h49 par Jalapeno
  • 0 (Bonne idée !) le 02.01.19, 05h15 par valll
  • +2 (Intéressant) le 05.01.19, 13h09 par Moumane
  • Syd_
  • Score : 698 - 26 ans
Content de te revoir ici :)

Est-ce que tu assumes ton côté dominateur/kinky très tôt dans une rencontre ? Est-ce que c'est très vite mis en avant sur ton profil sur les sites / app de rencontres ?
  • Owen [MOD]
  • Score : 1011 - 30 ans
Hello Syd, quoi de neuf?

Oui, j'assume mon cote kinky assez vite mais je ne le mentionne pas toujours aussitot des le debut pour plusieurs raisons :

1 question de vibe : parfois j'ai envie de rencontrer la fille autrement et orienter la conversation sur le kink risque de sexualiser trop tot a mon gout.

2 sur Tinder, force est de constater que mentionner ca des le debut n'apporte aucun match et qu'alors que je me dis "au moins elles savent a quoi s'attendre, elles devraient se sentir rassurees que je n'essaie pas de la jouer snake", certains vieux schemas semblent persister.

3 parfois aussi, je n'en ai pas envie. J'aime le cul hard mais des rapports tout doux ca me plait aussi.

Apres, on a tendance a rencontrer des gens qui nous matchent et c'est de plus en plus rare qu'une fille qui me plait ne soit pas au minimum intriguee par ca.

Donc j'adapte. Mais j'hesite pas a le mentionner tres vite si je sens la fille receptive.

Ca m'a valu quelques plantages : une fille terrorisee a l'idee de coucher avec moi bien que jz lui ai expliquee que tout dependait de son consentement et qu'on n'etait pas oblige de le faire comme ca.

Et une masochiste dont je n'avais pas soupconne les vices et n'avait pas du tout mentionne la chose.
Salut Owen.

D'accord avec toi.
Citation:
2 sur Tinder, force est de constater que mentionner ca des le debut n'apporte aucun match et qu'alors que je me dis "au moins elles savent a quoi s'attendre, elles devraient se sentir rassurees que je n'essaie pas de la jouer snake", certains vieux schemas semblent persister.

C'est le cas IRL aussi, dans les grandes lignes mis à part certains milieux ou cercles sociaux où les gens se sentent déjà rassurés de part leurs confiance en des lieux ou des groupes auxquels s'identifier. Et encore.
Généralement les filles n'aiment pas êtres considérer comme des objets avant d'avoir elles même choisi de l'être. Surement pour ça que les mecs les plus détachés et malignement en axe avec le moment présent (au delà de la beauté on va pas revenir dessus) charbonnent plus que le needy mal fagoté ou le gars qui a vraiment l'air d'être en chien- là pour pécho. Au premier abord les nanas aiment les mecs au comportement détaché, au moins en apparence, surtout celles qui se font harponner régulièrement pour leurs physiques. Elles veulent pas être des objets au début, elles veulent se sentir uniques. C'est peut être un peu différent pour les mecs mais pas tant que ça quand je discute avec les gens. On veut tous se sentir unique et spécial, alors qu'on l'est pas forcement.
Et en sécurité aussi. Ca c'est un truc que j'ai compris tard. Beaucoup de nanas ont besoin de se sentir en sécurité. Manque de confiance? Recherche inconsciente d'un potentiel géniteur? Validation sociale? Pas envie de se faire violer? Surement un peu de tout ça. C'est valable pour les SDR et aussi IRL. Si t'es trop bourrin en mode frontal sans avoir prouvé que t'es fiable avant, beaucoup de chance qu'elles fuient en courant. Là encore il y a des exceptions. J'en ai rencontré des vraiment pas farouches quand je faisait du solo le soir, en envoyant vraiment du lourd de lourd par contre, et un peu sur les SDR aussi mais c'est vraiment pas si courant que ça.
Perso je me met en mode bulldozer seulement quand tout les voyants sont presque au vert. Après je sais pas trop comment ni pourquoi. Mais ça marchait pas mal à la belle époque (j'ai relu mes journaux il y a pas longtemps et WTF!?) Il y a une espèce de minuterie intime à chacun dans les relations humaines. Un chrono qui temporise le premier message sur messenger au deepthroat avec mains attachées dans le dos.

Obvious, mais aussi bonnes se sont elles misent pour l'occasion ça veut rarement dire open bar. Même si elle sont elles même en chasse, coucou tinder. Il y a des cas à part. Mais ça reste des cas à part.

EDIT: ton projet a l'air grave intéressant. Keep going!
  • Owen [MOD]
  • Score : 1011 - 30 ans
Je pense que tu as bien cerné le truc.

En fait; ne serait ce que montrer que tu connais les codes sociaux semble etre une validation en soi car ca prouve que tu sais ou est la limite a ne pas dépasser.

C'est toujours tres drole dans mon cas car je maitrise tres bien certains codes sociaux en milieu alternatif et pas du tout dans d'autres milieux, donc parfois je suis un peu le "roi" et parfois non haha.

Cela dit, c'est quand meme facile a mentionner, faut juste montrer aux gens que tu ne te résumes pas a ca.

De maniere intéressante, quand j'étais aux Philippines, je me suis retrouvé avec trop de match tinder et rien a dire aux filles. J'ai donc tenté de voir si l'approche directe du "hey, on baise?" fonctionnait (apres tout, y'a des mecs qui font ca, est-ce parce qu'ils ont des retours positifs?)

J'ai donc formulé poliment que j'étais en couple libre et n'étais intéressé que pour du sexe, et éventuellement BDSM.

Ben la c'est moi qui ai eu peur des quelques "oui" : les meufs avaient l'air vraiment déséquilibrées, et je me dis que dans les deux cas, tant pis, faut jouer avec les codes sinon c'est qu'on a un souci :)
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • +1 (Intéressant) le 03.01.19, 13h15 par Thedaze
Yo !

Je ne sais pas si tu te souviens de moi. Probablement pas, j'ai été assez peu actif au final, avec de longues pauses.

J'ai moi aussi découvert différentes facettes de FTS au fil du temps. La partie Creepy (ou sa fin en tout cas) vers 2006/2007, l'orientation dev perso, l'arrivée de filles sur ce forum et d'idées plus féministes (il en fallait !!!). Et puis j'ai évolué. Pour reprendre les vieux termes je suis passé d'afc a "semi-natural" on va dire. Pas au point d'être à l'aise tout le temps, mais qui arrive a séduire a peu près naturellement sans y penser. Qui joue ce jeu sans chercher à le truquer et a modifier les règles pour duper les femmes. Oui j'arrête de dire fille maintenant. Une fille c'est bien, mais une femme c'est mieux. Et ce n'est pas une question d'âge.

J'ai eu une relation longue aussi. 4 ans et demi. J'ai découvert que de vrais sentiments c'est cool, parfois. J'ai quitté mon taf et fait une dépression aussi dernièrement (enfin y a un an). Je vais demander un PVT en Australie pour cette année. En espérant que je sois accepté. Je croise les doigts.

J'ai eu moi aussi une nostalgie de FTS ce soir. Je sais pas pourquoi. Je ne pense pas rester. Je m'étais lassé de cet endroit a mesure qu'il changeait et que je changeais en même temps. J'ai toujours voulu faire un article du genre "ce que le game m'a appris". Peut être que je le ferais un jour. Je l'avais commencé et puis il s'est perdu dans les limbes.

J'ai expérimenté niveau sexe. J'ai testé le BDSM. Je suis un curieux mélange de dom/vanille/sub. Tout dépendant de la partenaire et de l'envie du moment. Pas facile de trouver son bonheur. J'ai encore besoin de grandir et d'évoluer là dedans. Bref. Il est tard et ce message n'a déjà plus ni queue ni tête.

Au plaisir de te relire, peut être.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • 0 (Bienvenue !) le 09.01.19, 07h28 par The_PoP
  • +1 (Cool) le 09.01.19, 08h54 par Syd_
  • Owen [MOD]
  • Score : 1011 - 30 ans
Hello Newstart :)

Si, je me rappelle de toi. Y'aurait-il une nostalgie bizarre dans l'air? Ou est-ce que la présence de The Game en étalage de la Fnac a ramené plein de gens à y repenser? (Deux, en fait).

J'ai vécu en Australie il y a... 7 ans, en PVT, on peut en discuter (même si mes souvenirs sont flous et que ca a du changer). C'est la Nouvelle Zélande que je regrette un peu d'avoir pas fait.

Sinon j'ai vu un reportage sur les saisonniers d'hiver en Finlande et je me dis que j'aimerais bien mourir dans un endroit rude et loin de tout. (En meme temps un commis de cuisine qui gagne plus de 2500 net dans un endroit ou y'a rien a faire il doit avoir de quoi voyager le reste de l'année).

Cool d'avoir des nouvelles en tout cas :)

(PS : Les gens qui s'adapent aussi bien en sub qu'en dom sont des switchs, y'en a peu, c'est tres rare quelqu'un d'aussi a l'aise dans un rôle que dans l'autre. Moi je n'y arrive vraiment pas.)
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • 0 (Intéressant) le 10.01.19, 19h44 par Habibi
A lire / A voir en ce moment sur FTS