Discussion

Avoir de la discussion ?

Note : 10

le 05.04.2019 par Diek

13 réponses / Dernière par Diek le 10.04.2019, 22h32

Hello FTS,

Je voulais avoir un peu vos avis par rapport au fait d'avoir de la conversation.

Lors de récents abordages j'ai ressenti une certaine connexion avec les concernées. En gros elles avaient l'air réceptives. Genre beau sourire et regard droit dans les yeux. Bref elles avaient l'air ouvertes à la discussion.

Toutefois, à ce stade j'ai beaucoup de mal à enchaîner sur une conversation. C'est-à-dire qu'on se regarde dans le blanc des yeux mais rien ne se passe. On se sourît mais ça s'arrête là. Je n'arrive pas à retenir la nana ni à démarrer une conversation. Du coup la plupart du temps je repars bredouille. Sans avoir pu aller plus loin. Quelque part je préfère repartir sans avoir tout tenté plutôt que de subir un échec.

Du coup je me demandais si vous aviez quelques conseils pour démarrer une conversation ou créer du lien.

Merci d'avance

À bientôt !
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Courage le 05.04.19, 21h42 par Reiky67
Il y a plusieurs types de discussions à mon sens.
La discussion de circonstance: se faire observateur et regarder autour pour trouver quelque chose de singulier. Rebondir dessus et enchainer sur autre chose par association d'idées.

Mais je grille une étape: faire parler l'autre. Faire preuve d'empathie et voir ses centres d'intérêt.

Certaines personnes aiment être guidées dans la conversation. Là faut sortir la carte "passion" ou "culture G". Je suis fan de machin ou j'ai lu le dernier bouquin de truc. Ne pas se fermer à la conversation en demandant ce que l'autre en pense selon l'aisance de l'engagement.

Le changement de lieu si besoin peut aider aussi. J'ai remarqué qu'une certaine impulsion se créée quand on change d'endroit. Avec le soin de détailler le lieu précédant au passage.

Dans tout les cas avoir un peu de références et de culture aide pas mal.
Attention la culture c'est comme la confiture, moins on en a, plus on l'étale. Ahah. Ça surtout dire être en axe avec l'instant présent et pas forcément en faire des caisses. Alterner point de culture plus petites anecdotes marrantes ça marche pas mal.

Sexualiser selon le degré d'aisance. Là c'est le point chaud. Des nanas vont se mettre très vite dans le mood "parlons de levrette" d'autres vont aimer un peu attendre en levant leurs boucliers anti salope. Ça va dépendre de l'assurance de la nana à ce niveau là. C'est vraiment aléatoire. Et il peut y avoir de sacrées surprises. :) l'habit fait pas le moine.

Dans tout les cas calibrer la personne en fonction de son attitude et ou du lieu de rencontre.
J'ai pas les mêmes punchlines selon que je sois en pub anglais, en boite hype ou sur tinder. Il y a des endroits où plus d'attitudes déstabilisantes sont permises que d'autres.

My 50 cents
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+2] Instructif le 05.04.19, 20h31 par Diek
  • [+2] Instructif le 05.04.19, 20h31 par Diek
  • [+1] Constructif le 05.04.19, 21h44 par Reiky67
Yo Thedaze,

Merci pour ta réponse !

Thedaze a écrit:
Il y a plusieurs types de discussions à mon sens.
La discussion de circonstance: se faire observateur et regarder autour pour trouver quelque chose de singulier. Rebondir dessus et enchainer sur autre chose par association d'idées.


Ce type de conversation je ne la maîtrise absolument pas. Quand j'essaie d'en faire j'ai le sentiment d'être chiant à mourir et que ce que je dis est vraiment inintéressant.

Des conseils pour améliorer ce type de conversation ?

Thedaze a écrit:
Mais je grille une étape: faire parler l'autre. Faire preuve d'empathie et voir ses centres d'intérêt.


D'accord ! Cela paraît évident mais fallait y penser.

Thedaze a écrit:
Certaines personnes aiment être guidées dans la conversation. Là faut sortir la carte "passion" ou "culture G". Je suis fan de machin ou j'ai lu le dernier bouquin de truc. Ne pas se fermer à la conversation en demandant ce que l'autre en pense selon l'aisance de l'engagement.


Est-ce que tu peux détailler ? Ca à l'air important !

Thedaze a écrit:
Le changement de lieu si besoin peut aider aussi. J'ai remarqué qu'une certaine impulsion se créée quand on change d'endroit. Avec le soin de détailler le lieu précédant au passage.


Oui j'avais remarqué aussi et pourtant je ne l'applique pas à la drague de rue. À essayer.

Thedaze a écrit:
Dans tout les cas avoir un peu de références et de culture aide pas mal.
Attention la culture c'est comme la confiture, moins on en a, plus on l'étale. Ahah. Ça surtout dire être en axe avec l'instant présent et pas forcément en faire des caisses. Alterner point de culture plus petites anecdotes marrantes ça marche pas mal.


Alors là pareil que pour le premier point. Lorsque je parle de choses de culture générale ou que je donne une anecdote j'ai le sentiment de ne rien dire de marrant. Que ce que je dis n'a aucune importance et que la nana se fait chier.

Il y a peut-être une croyance à la con ou un autre truc qui existe derrière cette impression... À voir.

Thedaze a écrit:
Sexualiser selon le degré d'aisance. Là c'est le point chaud. Des nanas vont se mettre très vite dans le mood "parlons de levrette" d'autres vont aimer un peu attendre en levant leurs boucliers anti salope. Ça va dépendre de l'assurance de la nana à ce niveau là. C'est vraiment aléatoire. Et il peut y avoir de sacrées surprises. :) l'habit fait pas le moine.


Je suis pas encore à ce stade je crois. Je cherche déjà à ressentir un peu de complicité, de confiance et de lien avant de penser à sexualiser.

Thedaze a écrit:
Dans tout les cas calibrer la personne en fonction de son attitude et ou du lieu de rencontre.
J'ai pas les mêmes punchlines selon que je sois en pub anglais, en boite hype ou sur tinder. Il y a des endroits où plus d'attitudes déstabilisantes sont permises que d'autres.


Oui forcément ^^

Au final ta réponse me fait penser à une seule chose : ce n'est peut-être pas forcément de dire des choses et d'avoir une conversation qui fait la relation mais plutôt d'avoir le bon état d'esprit et le bon état intérieur ?

La question que je me pose : comment travailler l'état d'esprit et l'état intérieur ? Comment les façonner de manière à être suffisamment à l'aise lors d'une rencontre pour avoir de la conversation ?


:challengeaccepted:

Du coup je partage avec vous quelques conseils que j'ai reçu d'une amie.

- Lors d'une conversation regarder dans les yeux, hocher la tête. Et plus généralement envoyer des signes qui montrent votre intérêt pour la discussion et pour l'interlocuteur.

- Privilégier les questions ouvertes. Une question fermée est une question dont la réponse va être << oui >> ou << non >>. Une question ouverte implique une réponse argumentée ou consistante. Exemple de question fermée : << Est-ce que tu aimes le poisson ? >>. La réponse est soit << oui >> soit << non >>. Alors que la question intelligent aurait été << Qu'est-ce que tu aimes manger ? >>. Ce qui ouvre la discussion et implique l'interlocuteur.

- Reformuler. Reformuler l'élément le plus important dans une phrase mais en utilisant d'autres mots.

- Se révéler. Souligner les expériences de vie communes avec la personne avec laquelle vous parlez.

- Parler de banalités. Pour ça il vaut mieux partir du contexte dans lequel on est plongé. Si vous êtes dans un bar, parlez du lieu, de ce qu'il a de spécifique et creuser le sujet. Et lorsque le sujet est épuisé, trouver une ouverture vers un autre sujet.

Si vous avez vous aussi quelques techniques, je suis preneur !

Salut !
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Intéressant le 05.04.19, 21h47 par Reiky67
Bonsoir Diek,

Je rencontre le même problème que toi avec les filles, ce qui t’arrive m'est arrivé quand j'ai abordé une fille pour la première fois, je mettais senti déstabiliser quand je ne savais pas quoi lui dire alors que j'avais réussi l'abordage.

Pour les conversations, tu peux aussi utiliser l'humour.

Diek a écrit:
Du coup je partage avec vous quelques conseils que j'ai reçu d'une amie.


Diek a écrit:
- Lors d'une conversation regarder dans les yeux, hocher la tête. Et plus généralement envoyer des signes qui montrent votre intérêt pour la discussion et pour l'interlocuteur.

C'est de bon conseil même si regardé l'interlocuteur dans les yeux est un conseil de base parce qu'une personne qui ne te regarde pas dans les yeux, tu pourrais te dire qu'elle manque de confiance en soi.

Diek a écrit:
- Privilégier les questions ouvertes. Une question fermée est une question dont la réponse va être << oui >> ou << non >>. Une question ouverte implique une réponse argumentée ou consistante. Exemple de question fermée : << Est-ce que tu aimes le poisson ? >>. La réponse est soit << oui >> soit << non >>. Alors que la question intelligent aurait été << Qu'est-ce que tu aimes manger ? >>. Ce qui ouvre la discussion et implique l'interlocuteur.

Juste pour rebondir sur ce paragraphe, on pourrait très bien demander << Est-ce que tu aimes le poisson ? >>, elle aurait répondu oui ou non, puis on aurait pu enchaîner sur une autre question en lui demandant lequel, après tu peux clore la conversation avec une simple question fermée.

Diek a écrit:
- Se révéler. Souligner les expériences de vie communes avec la personne avec laquelle vous parlez.

Le problème-là, c'est que si tu tombes sur une femme qui n'est pas ouverte pour parler de sa vie, ça risque d'être compliqué de parler de vos expériences communes.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] 100% d'accord le 05.04.19, 22h54 par Diek
Si vous voulez lire des trucs issus du game pour leur côté pratique, il y a un bouquin d'un certain Juggler (une antiquité comme la Mystery method), qui s'appelle conversational jiu jitsu, qui est assez sympa (sa juggler method est aussi pas mal).
Un autre qui appuyait bien sur la conversation est Swingcat dans "real world seduction".
Il y a sans doute encore ici quelques posts du Maniac plan où le mec avait (si je ne me trompe pas de méthode), beaucoup de questions, sujets, routines qui peuvent servir de béquilles.

Enchainer les questions fermées, ça fait un interrogatoire, la patience de l'autre peut avoir ses limites, et en général on met l'autre mal à l'aise, parce qu'une question, ce n'est pas un guide, c'est une demande à l'autre de faire du contenu pour meubler.
Pour le reste; la question fermée, c'est un très bon outil si on veut amener quelqu'un à un endroit, parce qu'on sait qu'elle répondra pas un truc. ça peut être l'occasion de briller en offrant le point de vue "out of the box" et contre-intuitif. Le truc qu'en général, les gens ne pensent pas. Comme un point de vue sur les relations humaines si ce n'est pas le sujet.

La conversation, on la souvent dit, ne compte pas, parce que souvent on ne se souvient pas de comment on les aborde et elles non plus. Ce qui compte c'est l'impression que tu laisses, pas ce que tu fais ou ce que tu dis.
Pour le situationnel, faut pas faire du situationnel pour le plaisir. Si tu te sens chiant, c'est parce que ça t'amuse pas, pour toi, c'est juste une planche de salut, mais tu ne sens pas que ça te rapproche de l'autre.
Moi, les fois où je me sors la tête du cul, les nanas je les aborde avec n'importe quelle connerie qui me fait marrer.
Des fois, il s'agit juste de tordre la signification de la situation.
Elle se baisse devant moi pour ramasser un truc, je me tourne légèrement pour faire comme si elle s'était baissée face à moi et je lui dis "je vous en prie, vous pouvez me saluer normalement". Le fait que tu changes de position, elle va se sentir con, un peu mal à l'aise, mais tu offres le truc rigolo qui détend la situation.
Elle lit son bouquin limite sous mes yeux dans le bus: "C'est un bon livre, sauf les trois derniers chapitres. Enfin, sauf si vous aimez les histoires où le héros meurt à la fin. Oh, pardon, je l'ai dit"
Faut qu'elle comprenne qu'on joue un peu la comédie. Parfois, même si faut pas être que le bouffon si on aborde comme ça, dire un truc décalé, ça marche.
Si tu l'as déjà abordée, que tu stalles un peu, et que tu es dans un bar: "ah, mais je comprends pourquoi tu parles pas, ton verre est encore plein, toutes les filles autour elles parlent parce qu'elles ont bu".
Si dès le départ elle parle pas trop, tu peux jouer un truc comme "non mais je comprends que tu boudes un peu, j'ai vu cette autre fille qui est habillée comme toi, c'est pas marrant, je suis venu te consoler".
Le côté décalé, ça peut la faire marrer. Après si elle est vraiment pas intéressée, ça changera rien, mais le fait de pas te démonter peut te faire marquer des points.

Après, si tu veux pas appuyer sur ça, tu peux chercher un truc qu'elle a en commun avec les autres nanas, ou un truc différent. ça peut aussi permettre de jauger son caractère.
Ou alors, tu peux transposer votre situation à celle d'un film: "là, tu m'observes comme ce moment du duel final entre M. et Ms Smith"; ou n'importe quel western.
Ou n'importe quelle série (de préférence drôle et connu, évidemment: Kaamelott, Bref...).
Genre "J'aborde une fille, elle répond pas, je me demande pourquoi, elle m'a regardé, je l'ai regardée, sa copine m'a regardé, le barman m'a regardé... '70 euros' ".
ou (Si elle est connaisseuse): "Une fois, à une exécution, je m'approche d'une fille. Pour rigoler, je lui fais : Vous êtes de la famille du pendu ? C'était sa sœur. Bonjour l'approche !"
Tu peux aussi lui faire remarquer un truc drôle sur elle dans ces circonstances (le truc qu'on remarque pas parce qu'on se regarde pas en général) "Tu brilles" (là en général la nana elle est en train de se morfondre parce qu'elle se dit que son fond de teint est parti en couilles) puis tu pointes le truc et elle s'aperçoit que sa bague ou ses boucles d'oreille font des reflets bizarres avec les spots de l'endroit. Ou qu'elle est placée devant un écriteau qui est drôle.

Mais, ça, c'est juste du circonstanciel et un peu de bouffonnerie pour faire un numéro, secouer les conventions et la prendre à contrepied.
Si tu sens que la nana elle est intéressée, et que tu n'as vraiment pas d'obstacle, la difficulté, c'est pas tant de trouver un truc à dire que de ne pas bien calibrer, maîtriser le rythme ou l'énergie et la perdre.
Si elle est open, elle te facilitera le travail, si elle est pas assez volontaire, ou pas très loquace de base, elle ne sait pas trop quoi dire, mais faut au moins la guider et faire 80% du boulot, lui fournir des choses auxquelles elle peut se raccrocher, et susciter des émotions.
Je parlais de Bref. C'est ultra commun, c'est pas différenciant, mais pourquoi? Parce que le mec a bien tapé sur les petites choses communes pour sa génération. Il tape sur les bonnes madeleines de Proust, les conneries qui nous font marrer, les doutes qu'on peut avoir.
Du coup, tu t'identifies et tu te laisses transporter. Si la nana elle se laisse transporter par ton discours, tu l'emmènes presque où tu veux, et dans ton lit ça peut être une destination.
La plupart du temps, tu n'es pas obligé de continuer sur un sujet jusqu'à l'épuiser.
tu n'es même pas obligé de rester dans la continuité de ton open.
Après l'avoir abordée, avoir fait ton effet, en lui laissant bien le temps de les marquer mais pas en laissant un blanc qui va être malaisant, tu te présentes, puis tu pars sur autre chose. Mais pas pour meubler. Pour vraiment les connaitre, et en les écoutant tu sauras de quoi parler.
Si tu sais vraiment pas, et qu'elles t'inspirent pas, c'est peut-être pas si dommage?
Ok, ça peut être chiant si tu les trouves vraiment à ton goût et dans ce cas, tu sors ton plan B.
Tu rebondis sur du circonstanciel, tu vois comment elles réagissent, tu leur parles de leur réaction, tu leur parles d'autres gens d'une manière drôle, et ça enchaine.
Mais faut pas parler juste pour dire quelques mots dans le silence.
Faut pas juste parler pour être sensé. Ce qu'il faut c'est qu'elles se souviennent de ce qu'elles ont ressenti quand tu as passé ce moment avec elles. Et que toi, tu te souviennes du plaisir que tu as eu à jouer avec elles, à mener ça comme un chef d'orchestre ou à être surpris.

Les questions ouvertes, on en parle souvent comme le graal de la conversation, mais si tu lui demandes ce qu'elle aime manger, qu'elle te dit "le poisson", et que tu fais "ah oui, c'est cool", ou "moi aussi j'aime bien",
c'est pas vraiment quelque chose qui va te mener quelque part.
Si tu lui réponds "ah, ok, c'était ça l'odeur mêlée à ton parfum", que tu la laisses réagir un peu pincée, et que tu lui demandes ce que c'est son parfum ensuite, là, oui, ça devient sympa.
Bien sûr, le "moi aussi j'aime bien", ça se sort quand vous êtes vraiment en train de connecter, mais au début, quand tu dois encore susciter son intérêt, ça reste trop quelque chose qui donne l'impression que tu cherches sa validation.
Tu peux aussi lui demander si c'est parce que ça lui rappelle son enfance dans son port en Bretagne ou sur un chalutier norvégien, ou lui faire un "c'est cool, ça rend intelligent" un peu sarcastique, suivant ce par quoi vous avez commencé (si par exemple à un point de la conversation avant, vous avez dit que les gens sont pas toujours malins. Ou si au départ elle t'entendait pas, et que 1H plus tard, vous parlez de masturbation et que tu lui sors que ça rend sourd, c'est un lieu commun, mais le rappel à ton opener où elle t'entendait pas sera plus marquant (et la fille peut même partir gravement en fou rire).
Tu peux aussi alterner les conneries et le sérieux (c'est bien en fait de graduellement faire progresser la proportion vers un truc drôle pour plusieurs trucs sérieux pour pas être juste un juke box à vannes).
Quand je disais qu'il faut lui fournir du matériel, c'est qu'au départ elle n'ait plus qu'à remplir les blancs.
"Ah, mais en fait de près, tu es vachement plus mince que ce que je pensais. Moi qui voulait te recruter comme garde du corps. Tu es danseuse, en fait?"
Si tu as de la chance et que par hasard, tu tombes juste, tu peux rester sérieux, après une approche comme ça (tu as suffisamment posé ta connerie), et tu lui demandes si c'est la danse qui l'a rendue comme ça ou si dans sa famille ils sont tous fins (ça peut être l'occasion d'apprendre des trucs à réutiliser plus tard); ou si c'est son métier ou juste une passion ou un sport. En fonction, tu lui demandes ce qui l'attire là-dedans, etc, tu alternes avec des anecdotes ("Billy Elliot a changé ma vie quand j'étais jeune, mais mon père a insisté pour que je fasse full contact"). ça marche pareil si elle n'est pas danseuse, tu peux aussi lui demander si elle est comme ça naturellement ou si elle fait un sport exigeant, ou si elle est sportive... ou alterner du personnel et du circonstancié. "Là tu vois,je me suis trompé, mais elle part exemple, je suis sûr qu'elle est videuse/chauffeuse de canapé/joueuse de curling/boxeur* poids lourd" (*non, c'est pas une faute)....
Si un truc tombe à plat, change de stratégie. Il faut faire feu de tout bois.

Il faut pas que tu vois la conversation juste comme le moyen de rester pour qu'elle se rende compte que tu es cool. La conversation, c'est ton flux d'échange. Si tu n'as pas d'obstacle pour te gêner, c'est à toi de jouer de ce flux pour faire des vagues entre toi et elle.
Et tu peux parler de tout, ce qui compte c'est pas tant le sujet que la manière de l'aborder, et ce qu'elle va sentir.
Sachant que si toi tu as souvent des points dès le départ, elles sont plus susceptibles de réagir positivement.
C'est pas une excuse pour être moisi, mais ça veut dire qu'au départ elles vont plus te pardonner tes erreurs.
Donc tu as tout le champ libre.

Et ça aide bien de repenser aux situations déjà vécues et de refaire le match. Ton cerveau apprend par l'habitude, mais c'est comme les voitures autonomes, il s'en fout s'il roule en condition réelle ou virtuelle.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Constructif le 06.04.19, 10h40 par Jalapeno
  • [+1] La suite, vite ! le 08.04.19, 23h03 par Reiky67
Merci Onmyoji pour ses conseils, ça va sans aucun doute nous aider à pallier ce manque de conversation que nous avons. J'espère juste que je serai en mesure de les appliquer.

Onmyoji a écrit:
Enchainer les questions fermées, ça fait un interrogatoire, la patience de l'autre peut avoir ses limites, et en général on met l'autre mal à l'aise, parce qu'une question, ce n'est pas un guide, c'est une demande à l'autre de faire du contenu pour meubler.

Au-delà du côté interrogatoire, la personne en face de nous trouvera ça sûrement lourd d'enchaîner les questions surtout si elles sont banales comme le "ça va ?", imaginé le nombre de fois où ils leur posent ses questions en plus je trouve que c'est plutôt éliminatoire sachant qu'elles privilégieront un homme qui s'est ce démarqué et se mettre en valeur d'autant qu'il ne faut quand même pas oublier que les femmes ont le choix parmi tous les mecs qui les dragues.

Onmyoji a écrit:
Pour le reste; la question fermée, c'est un très bon outil si on veut amener quelqu'un à un endroit, parce qu'on sait qu'elle répondra pas un truc.

Le mieux, c'est de garder les questions fermées pour la fin, ça permet de conclure une conversation et de s'éclipser.

Onmyoji a écrit:
Si tu te sens chiant, c'est parce que ça t'amuse pas, pour toi, c'est juste une planche de salut, mais tu ne sens pas que ça te rapproche de l'autre.

Je me sens senti exactement comme ça pendant mon premier abordage.

Onmyoji a écrit:
Parfois, même si faut pas être que le bouffon

Perso, je dois sûrement souvent passer pour un bouffon, quand j'ai des blancs dans une conversation avec une fille, j'utilise tout le temps l'humour, ça finit même par me mettre mal à l'aise à cause de cela, mais je me sens tellement ennuyeux quand il ne se passe rien, que je finis par me rattraper à ce que je peux, c'est-à-dire l'humour un peu lourd.
Ça vient pas tout seul mais faut pas se décourager. C'est naturel pour toi d'échanger avec tes potes? Alors tu tiens le bon bout.
Un de trucs qui nous retient c'est surtout qu'on approche pas en étant conditionné à la familiarité, donc on se retient inconsciemment. Alors qu'un pote tu parles de n'importe quoi avec, tu n'hésites même pas. Aussi, tu as en tête en général qu'il va pas te juger. Si tu arrives vers la nana en ayant pas luttez peur de son jugement, tu as déjà une chance de moins de bloquer.
Alors qu'en général c'est tout le contraire.
Une des grandes erreurs à mon sens, finalement, c'est de croire qu'elle va vous aimer parce qu'elle va vous juger positivement.
Alors qu'en réalité c'est l'inverse, son jugement est positif parce que vous l'attirez.
Donc essayer de gratter des points et la mériter c'est se soumettre à son jugement et se mettre des boulets aux pieds. Se foutre de son jugement c'est être assertif, c'est un filtre, c'est poser ses standards, et ça expose aussi moins à avoir peur de dire quelque chose.
On s'en branle de prendre un râteau.
Honnêtement elle juge ton approche. Au mieux en soirée elle voit quoi? 1% de toi. Et pas nécessairement le meilleur, et même si c'est le cas ça veut pas dire que son jugement est sûr.
Si ça peut te rassurer sur ta bouffonnerie, les mêmes vannes qui ont fait mouche parfois ont aussi pu tomber à plat pour moi (des fois je resors des vannes parce que ça fait partie de délire avec des potes).
Mais elles sont pas toutes drôles et ont pas toutes inventé l'eau chaude hein.
Puis même si la nana est top, ça veut pas dire sur tu es un moins que rien si tu te rates. Des fois vous êtes juste pas compatibles, elle peut être cool ça enclenche juste pas. Mais ça tu t'en rends même pas compte avec une nana qui t'attire pas.
Quand tu enlèves la frustration d'un échec liée au cul, tu relativises beaucoup ton jugement sur tes échecs en évaluant les meufs et leurs actions à leur juste valeur.

Si tu veux t'améliorer, écoute les humoristes (même ceux sur tu aimes pas) pour voir leur manière de tordre les choses. La drague c'est pareil, qu'on fasse de l'humour ou pas.
Quand tu penses à une vanne, essaie de trouver la meilleure forme, ou de savoir comment l'adapter à diverses situations.
Quand tu laisses passer une nana, tu réfléchis à ce sur tu aurais pu utiliser.
Par contre la réflexion c'est après le match. Si tu fais ça sur le field ça te paralyse en général.
Quand tu sors ton esprit doit être branché sur l'action.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] A lire le 09.04.19, 17h49 par Reiky67
Prendre des cours de théâtre d'impro aide beaucoup aussi. Etant passé personnellement par cette étape je ne peux qu'indiquer de se trouver un bon prof et une bonne équipe. Le théâtre, même classique, ajoute beaucoup de prestance, fait travailler la diction, mais en avant la personne... bref en valeur ajouté ce n'est que du plus!

Sinon si vous voulez des références high level il y a les concours d'éloquence. C'est très intéressant et impressionnant à voir. Certaines associations (souvent tenues par des élèves futurs avocats) proposent même des cours et des stages... peut être creuser de ce côté là aussi. :)
Toastmaster, il y en a dans quasi toutes les grandes villes : https://www.toastmasters.org
Ca a bien aidé des amis qui étaient assez timides au départ.
Onmyoji a écrit:
C'est naturel pour toi d'échanger avec tes potes? Alors tu tiens le bon bout.

La plupart du temps, c'est naturel même si je n'ai plus de cercles sociaux, je m'en suis séparé après avoir arrêté mes études.

Onmyoji a écrit:
Un de trucs qui nous retient c'est surtout qu'on approche pas en étant conditionné à la familiarité, donc on se retient inconsciemment.

Il y a effectivement ce problème de la familiarité, mais pour ma part, j'ai aussi du mal à aborder et parler avec des personnes que je ne connais pas, la seule chose qui peut tout changer, c'est quand la fille vient d'elle-même ou engage la conversation comme c'était une fois arrivé avec une fille de mon ancien lycée, c'était elle qui m'avait parlait, il y avait un bon feeling seulement du jour au lendemain, elle ne m'a plus adressait la parole, je pense que quelqu'un à sûrement du lui dire quelque chose...

Onmyoji a écrit:
Alors qu'un pote tu parles de n'importe quoi avec, tu n'hésites même pas.

Non, ça s'est sûr.

Onmyoji a écrit:
Aussi, tu as en tête en général qu'il va pas te juger.

Exactement.

Onmyoji a écrit:
Si tu arrives vers la nana en ayant pas luttez peur de son jugement, tu as déjà une chance de moins de bloquer.

Le mieux, c'est de ne pas y penser, et plutôt de se concentrer sur l'abordage ainsi que la conversation pour instaurer du confort.

Onmyoji a écrit:
Une des grandes erreurs à mon sens, finalement, c'est de croire qu'elle va vous aimer parce qu'elle va vous juger positivement.

Je suis d'accord avec toi, puis même si elle est satisfaite, ce n'est pour autant qu'elle va nous rappeler ou accepter un date. Il y a plusieurs facteurs qui jouent comme l'état d'esprit, le lifestyle, le comportement et tout comme de son côté, elle peut très bien avoir quelqu'un, ne recherchez personne ou encore ne pas envisager de revoir la personne.

Dans tous les cas, on ne peut pas tout contrôler.

Onmyoji a écrit:
Se foutre de son jugement c'est être assertif, c'est un filtre, c'est poser ses standards, et ça expose aussi moins à avoir peur de dire quelque chose.

C'est une façon de se protéger pour ne pas avoir peur comme tu le dis.

Onmyoji a écrit:
On s'en branle de prendre un râteau.

J'en ai tellement pris, c'est toujours aussi difficile.

Onmyoji a écrit:
Si ça peut te rassurer sur ta bouffonnerie, les mêmes vannes qui ont fait mouche parfois ont aussi pu tomber à plat pour moi (des fois je resors des vannes parce que ça fait partie de délire avec des potes).

Bien sûr, certaines vannes peuvent fonctionner et parfois non, mais dans mon cas, j'ai tendance à enchaîner l'humour lourdement.

Onmyoji a écrit:
Mais elles sont pas toutes drôles et ont pas toutes inventé l'eau chaude hein.

Oh non, j'ai connu une fois une fille qui n'avait aucun humour, elle ne parlait non plus alors imagines à quel point c'était compliqué. Je me retrouvais parfois à faire la conversation tout seul, j'ai même fini par la next tellement qu'elle était ennuyante, quelqu'un de mon ancien cercle social m'avait demandé si je voulais vraiment être avec une personne comme ça, je lui avais répondu non, heureusement. Mais avec le recul, j'ai pris conscient qu'en réalité, elle n'était juste pas intéressée.

Onmyoji a écrit:
Puis même si la nana est top, ça veut pas dire sur tu es un moins que rien si tu te rates

Le risque de ce raté existe toujours, on ne peut pas être parfait.

Onmyoji a écrit:
évaluant les meufs et leurs actions à leur juste valeur.

En parlant d'évaluer les femmes à leurs actions et leur juste valeur, ça me rappelle quand j'étais plus jeune et quand une fille me plaisait, je me disais toujours qu'elle était trop belle, trop intelligente pour moi, mais depuis que je fréquente les communautés de séduction, je me suis rendu compte que c'était complètement stupide, une fille ou une femme ne sera jamais trop belle ou trop intelligente. Maintenant, je ne m'interdis plus d'être attiré par des belles femmes comme celle de mon dernier post.

Onmyoji a écrit:
Quand tu penses à une vanne, essaie de trouver la meilleure forme, ou de savoir comment l'adapter à diverses situations.

C'est ce que je vais faire.

Onmyoji a écrit:
Par contre la réflexion c'est après le match. Si tu fais ça sur le field ça te paralyse en général.
Quand tu sors ton esprit doit être branché sur l'action.

Si, je réfléchis trop, je sais que j'inventerai n'importe quelle excuse pour justifier le fait que je décide de ne pas aborder.

Thedaze a écrit:
Prendre des cours de théâtre d'impro aide beaucoup aussi. Etant passé personnellement par cette étape je ne peux qu'indiquer de se trouver un bon prof et une bonne équipe. Le théâtre, même classique, ajoute beaucoup de prestance, fait travailler la diction, mais en avant la personne... bref en valeur ajouté ce n'est que du plus!

J'avais déjà lu des témoignages de personnes qui disaient que c'était très efficace pour ça. Enfin pour moi, ça ne sera pas possible, je vis dans un coin perdu, il n'y en a pas. J'ai aussi d'autres priorités plus importantes en ce moment.

Thedaze a écrit:
Sinon si vous voulez des références high level il y a les concours d'éloquence. C'est très intéressant et impressionnant à voir. Certaines associations (souvent tenues par des élèves futurs avocats) proposent même des cours et des stages... peut être creuser de ce côté là aussi. :)

Je viens de taper concours d'éloquence sur le Web, je suis tombé sur une vidéo, j'en regarderai quand j'aurai le temps.

Jalapeno a écrit:
Toastmaster, il y en a dans quasi toutes les grandes villes : https://www.toastmasters.org
Ca a bien aidé des amis qui étaient assez timides au départ.

Merci pour le lien Jalapeno.
Sur le site ( il faut fouiller ) y'a un tas de " canned stuff " qui traîne. C'est le reliquat d'une époque ou la communauté de la séduction avec l’excitant côté secret d'une loge franc-maçonnique, bien avant que ça rentre dans les mœurs, la pop-culture et les séries TV.

On en est revenu, et je le déplore un peu. Les petites phrases pour aborder, les tricks pour relancer la discussion, le pré-mâché pour avoir du " fluff " c'était utile. Dans mon cas ça m'a été utile dans.... 100% des cas. Je déconne pas.
Tu peux commencer par ça, essaie de te trouver quelques tricks et avec l'habitude, tu pourras t'en passer.
Je me rappelle d'une époque pas si lointaine où l'on avait fait un sujet sur les manières d'aborder dans les transports en commun.
Après on pourrait refaire des sujets sur les idées de jeux, sujets de conversations et ce que ça peut évoquer chez l'autre (qu'on croit ou non aux patterns certains sujets ont forcément un certain potentiel d'évocation sur des sujets, à utiliser pour sexualiser ou connecter...)
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] +1 le 10.04.19, 21h20 par Oldboy
A mon avis c'est pas tant le contenu du patern ( encore que...) qui importe mais surtout le fait d'avoir une béquille. Une phrase, une attitude prémâchée pour avancer ( comme quand on m'avait dis sur mon journal de dire " j'ai très envie de t'embrasser " à mon ex pour passer ma peur du passage à l'acte. )
Je sais pas comment retrouver ça sur le site, mais y'avait vraiment des structures du type phase 1, phase 2 etc. pour un peu tous les types de situations ( en boite, dans la rue, dans un bar, pour niquer ta voisine... )

Ma seule crainte si je m'atèle à l'article, outre le fait que je ne pourrais faire que du rapprochement n'ayant pas l'expérience de proposer le contenu, c'est de tomber sur des trucs un peu chelous comme il y avait à l'époque, du " non-field-testé ".
Yo les gars !

Pour être plus précis dans ma demande.

Je pense qu'une fois la conversation lancée je suis tout à fait capable de discuter. La question c'est plus comment lancer la discussion ? Et en fait le moment précis où je sèche c'est après avoir fait la phrase d'approche. Du genre "je te trouve jolie voilà je m'appelle Diek" en général après ça je rebondis sur sa réaction et là, après avoir rebondit, je sèche.

Que me conseillez vous de dire à cet instant la ?

Diek