Discussion

Bien s'informer à l'ère d'Internet.

Note : 87

le 26.02.2015 par FK

27 réponses / Dernière par tibdeconne le 08.03.2015, 10h42

Effectivement, et cela l'est d'autant plus quand on sait que la majorité des articles de presse sont des copies collés de l'AFP.

Heureusement il existe des articles "locaux" avec témoignages originaux et vérification de sources, que google analyse comme différenciant de la masse des copies collés et peut faire remonter en premiers résultats.

Du coup les médias sont de plus en plus obligés pour faire plus d'audimat via google , d'avoir des sources originales et d'éviter le copie colle.

D'autre part lorsqu'on multiplie les sources sur un sujet et qu'on se rend compte qu'il n'y a que des copies collés sans différence, on peut aussi en tirer la conclusion que ce sujet n'est pas bien couvert et ne pas donner de crédibilité à ces infos. CQFD
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Developpe stp le 28.02.15, 22h02 par Iskandar
Puisque justement c'est dans l'air du temps : histoire banale.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] mdr !! le 28.02.15, 19h52 par Cellar Door
  • [0] lol le 28.02.15, 20h06 par tibdeconne
Sujet sympa. Perso, j’ai à peu près le même avis que Outkast et Smooth sur la presse. Donc en gros choisir ses lectures, le temps, se construire une culture de base, et de préférence hors presse, l’esprit critique, développer son instinct…
(Par contre, juste un truc Outkast : l’info est quand même le secteur le plus difficile à piper avec les Maths… Très souvent, il est atypique comme secteur. Quand on vous dit que ce sont les aliens qui l’on emmené sur Terre…)

Par contre:

Image

Juste une chose sur ça.

Si c’est effectivement vrai, le problème c’est que faire le choix d’apprendre à et d’utiliser cette arme n’est absolument pas enseigné en cours, et dépend grandement de la volonté et des efforts de tout un chacun. C’est désespérant. Certains de mes meilleurs potes, qui sont pourtant trèèèèès trèèèès loin d’être cons s’avèrent incapables de recul sur certaines pensées magiques et assez douteuses liées à… leur propre domaine d’expertise.

Bon, mais une connaissance minimum de son sujet permets effectivement de parer le gros de la manip. Le gros. Et le souci, c’est que pour parer les plus fines, il faut une connaissance bien plus développée que la connaissance de base. So…

Ce qui m’amène là où je voulais en venir. Sincèrement, je pense qu’il est impossible d’éviter de se faire manipuler vis-à-vis de certains sujets. Et que les points en question sont loin d’être détails. Et quand je dis « détails » ici, je pense également à qui était le corbeau de Clearstream ou si Bachard a des armes chimiques… En gros, oui, le système est plus fort que vous et vous écrase, comme on écrase des cloportes. Rappelez-vous quand même que, pour reprendre une info que j’ai apprise dans ce topic, vous pouvez vous retrouver en face avec la CIA… Je crois qu’il faut regarder la réalité en face et agir en fonction de ça. C’est pas un encouragement à l’inaction ou à la paresse intellectuelle ou quoique ce soit, mais juste une remise contexte. D’autant que j’exagère un peu : ponctuellement on peut gagner plus qu’on ne l’aurait cru grâce à l’esprit critique et… à la chance. Mais bon… Concrètement :

Citation:
Mais nous sommes en revanche, extrêmement moins bien informés qu'autre fois, si l'on s'en réfère à la qualité intrinsèque des informations que l'on reçoit. Nos cerveaux n'ont plus le temps de trier le vrai du faux, et je ne m'étalerai pas sur des théories fumeuses pour tenter expliquer pourquoi nous en sommes arrivés la, chacun se fera sa propre idée, le fait est que nous y sommes.


Ca, je doute. La qualité de l’information s’adapte à l’époque, mais je suis pas convaincu que la qualité de celle qui arrive dans la tête du consommateur final a tant varié que ça depuis que la presse de masse existe. En 1916, on pouvait retranscrire le témoignage d’un poilu dans les journaux expliquant que les balles allemandes ne tuent pas et que les tranchées sont chauffées et électrifiées, en 2015, non. Pour raconter ça, il faut faire un plateau avec des chroniqueurs prestigieux (parce qu’en fait, papa et maman sont biens nés, donc ils ont pu utiliser leurs contacts après le diplôme acheté) qui utilisent des références que personnes ne connait réellement (parce que sinon, ils vomiraient de telles insultes à leurs connaissances et valeurs, ce que tout ceux qui savent ce dont ces mecs parlent font) en face d’autres cyniques intéressés qui bêlent d’approbation.

Plus sérieusement, j’avais vu une analyse sur Arte de la couverture de l’assassinat de l’archiduc François-Ferdinand par CNN (si je me rappelle, mais en tout cas un des plus grands médias US, à l’époque comme aujourd’hui), et toutes les dérives d’aujourd’hui se rencontraient déjà (quoiqu’à une échelle moindre). Arrêtsurimage par contre, pas sûr que ça existait déjà…

Et enfin, c’est à cause de ce problème de combat inégal que je n’écouterai pas un truc comme « La Voix de la Russie ». Attention, m’informer sur un média russe, pas de problème (à part que je ne m’intéresse pas du tout à la Russie, mais bref…).Mais pas sur un média dont la source me parait aussi douteuse. Ce média, c’est plusieurs personnes formées et expérimentées tant en com que sur la culture russe et française, qui ont le temps et l’argent nécessaire pour faire leur propagande. Des ressources fondamentales dans lesquelles je suis bien moins doté et qui font toute la différence. Donc je ne crois pas pouvoir déjouer une quelconque manipulation s’ils font correctement leur boulot…


Par contre, le topic m’a rappelé certaines questions que je me pose depuis longtemps.

Citation:
En plus de cela, la qualité de l'information est aujourd'hui estimée non pas à sa véracité, mais à sa rapidité de transmission.


Je comprends que moyennement cet état de fait (je partage à peu près le même diagnostic que toi). Sincèrement, qu’est-ce que j’en ai à foutre de savoir maintenant ou la semaine prochaine que Martin Bouygues est mort aujourd’hui. Je suis pas trader, et aux dernières nouvelles, la majorité de la population non plus. Donc je comprends pas trop pourquoi les gens valorisent l’info à la vitesse. Autant à la quantité d’infos, je comprendrais encore (à qui a le plus de détails sensas et gore…). Mais à la vitesse… Perso, aujourd’hui, l’info en continue pour moi, c’est essentiellement quand il n’y a rien à la télé quand je repasse, et juste les annonces de titres, histoire d’avoir en quelques secondes les sujets qui font le « buzz » (oui, je n’ai pas encore appris à me servir de Google news et autres). Et si je regarde le reportage, de toute façon, je m’informerai très probablement par d’autres médias par la suite.

Ensuite, ton article, et notamment tes passages sur la presse US, m’a fait réaliser un truc. Je savais que la presse US est considérée comme la meilleure du monde (je ne connaissais pas les raisons). Mais donc, on a d’un côté le NYT et Washington Post, et de l’autre… Fox News (dont la bassesse va jusqu’à parler de « no-go » zones en France et de révolution islamique dans l’Hexagone au moment des émeutes de 2005 apparemment…), la chaîne de télé la plus regardée des USA si je me rappelle bien. Tu expliques ça comment ?

Citation:
(...) la plupart des diplomates et ambassadeurs le sont également, des agents, tout comme certains étudiants de Sciences-Po, et certains entrepreneurs.


Pourquoi des étudiants de Sciences-Po seraient des agents ? :shock: Image :pokerface:


Citation:
L'erreur serait de penser que l'information est objective. Dès lors que l'on traite, on pose un regard subjectif. Sauf peut être dans le cas des mathématiques...


3 ou 5 points, ma mémoire me joue des tours. C’est l’écart de note moyen pour une même copie de Maths corrigée par différents professeurs… Oui, je sais, cet exemple est un peu à côté de la plaque. Mais …

Sinon, sur la publication scientifique, je sais pas si tu étais tombé sur ça : http://passeurdesciences.blog.lemonde.fr/2014/10/29/un-chercheur-denonce-linutilite-de-nombreux-travaux-scientifiques/

@ Cellar Door : « Heureusement il existe des articles "locaux" avec témoignages originaux et vérification de sources »

Tu pourrais nous donner un exemple STP ?
  • FK King in the North
  • Score : 3176 - 36 ans - MBTI: CHAT
Iskandar a écrit:
Ce qui m’amène là où je voulais en venir. Sincèrement, je pense qu’il est impossible d’éviter de se faire manipuler vis-à-vis de certains sujets.



Je pense aussi. On peut néanmoins prendre certaines informations avec des pincettes et faire preuve, autant que faire ce peut, de bon sens.


Iskandar a écrit:
Si c’est effectivement vrai, le problème c’est que faire le choix d’apprendre à et d’utiliser cette arme n’est absolument pas enseigné en cours, et dépend grandement de la volonté et des efforts de tout un chacun. C’est désespérant.



Aujourd'hui, et même si ce n'était pas le rôle autrefois des études ou des études sup, on t'apprend, en cours, à être opérationnel sur un poste de travail. L'Université, qui avait la prétention d'apporter le prestige et la grandeur à travers l'éducation, se targue maintenant d'avoir des licences pros et tutti quanti. Plus personne ou presque n'est à la recherche de l'épanouissement intellectuel ou spirituel, les gens visent des taux d'embauche élevés et des premiers salaires à la sortie du Master intéressants.

Le vrai travail de développement tu dois le faire toi même. FTS m'a appris à écrire de façon synthétique par exemple, pas la fac.

A la limite, les études t'apportent plus une grille de lecture et une méthodologie qu'autre chose. Enfin, les bonnes études du moins. Ce n'est pas tant le savoir qu'elles te confèrent, qui est important, mais la façon dont tu sauras l'utiliser, la capacité à mobiliser tes connaissances et tes compétences. Chose sur lesquelles ont fait l'impasse beaucoup trop de formations "prestigieuses"... Après je ne dis pas, si tu fais tes études à Oxford, Cambridge, ou même à la Sorbonne, c'est différent.




Iskandar a écrit:
Ca, je doute. La qualité de l’information s’adapte à l’époque, mais je suis pas convaincu que la qualité de celle qui arrive dans la tête du consommateur final a tant varié que ça depuis que la presse de masse existe.


Effectivement, et l'exemple que tu cites ensuite est très bon. Simplement, l'explosion de la masse d'infos ne permet plus de discerner le vrai du faux, le bon du médiocre, le logique de l'irrationnel, c'est un gloubi-boulga de phrases alambiquées et de citations tronquées, d'images hors contexte et de pathos mielleux. L'info, en elle même, ne vaut souvent rien. Ce qui n'était pas tout à fait le cas avant, bien que les censure eut été absolument grossières.



Iskandar a écrit:
Pourquoi des étudiants de Sciences-Po seraient des agents ?
.

Parce que les services de rens recrutent majoritairement des civils depuis quelques années. Ce n'est même pas un secret.. Analystes, linguistes, et j'en passe. Certains agents ne sont pas plus âgés que toi ou moi, et la qualité (c'est à relativiser, je trouve..) des formations de sciences-po assure une source intarissable de bonnes recrues. Enfin, je présume qu'elles soient bonnes :D



Iskandar a écrit:
Je comprends que moyennement cet état de fait (je partage à peu près le même diagnostic que toi).


Je ne le comprends pas réellement non plus, il s'agit plus d'un constat qu'autre chose. Instinctivement, je dirais que c'est l'apparition d'Internet qui a modifié nos attentes, et façonné notre désir de rapidité. C'est une question que je trouve éminemment intéressante, qui s'était d'ailleurs retrouvée abordée dans plusieurs débats philosophiques, suite, notamment, à la publication du manifeste d'Unabomber : comment nous fabriquons la technologie, dans un premier temps, et comment elle nous fabrique en retour, puisque nous sommes dans un processus d'adaptation perpétuel, nos comportements s'adaptent à notre environnement numérique, les gens passent leur temps sur leurs smartphones etc..

En somme : nous créons des technologies qui développent de nouveaux environnements, et adaptons ensuite nos comportements, pour qu'ils soient en adéquation avec ces nouveaux environnements.

Dans une approche un peu plus large, puisque relative non pas au comportement, mais aux perceptions (modifiées par la technologie), Stéphane Vial parle "d'otonphanie numérique". Je n'ai pas encore lu son livre donc je ne pourrai pas t'en parler précisément, mais tu trouveras plus d'infos ici : http://www.etre-et-ecran.net/post/56606495446/letre-et-lecran-un-livre-de-stephane-vial

Ça me parait être une piste intéressante pour expliquer ce désir de vitesse.
Citation:

Amnesty est indépendante sur le premier pan de sa structure. Derrière, tu as Amnesty International Charity Limited, financée par des fonds d'investissements privés, des corpos, des milliardaires... L'influence est palpable. Il y'a des rapports (pas géniaux, mais bon..) sur le financement des ONG sur le site de l'Ecole de Guerre Economique. Tu verras, c'est édifiant.

Amnesty ne s'investit d'ailleurs que sur certains théâtres d'opérations, si j'étais mauvaise langue, je dirais que c'est parce qu'elle attend l'avale officieux de la diplomatie américaine... En fait, en toute franchise, il est relativement aisé de constater qu'une ONG comme Amnesty suit de très près la politique étrangère américaine depuis plusieurs dizaines d'années, ne rentrant en conflit avec cette dernière que de manière très sporadique. Afin de maintenir l'illusion, je présume...


Sur la fondation Amnesty International Charity Limited, tu as un lien/une source à donner? Ca m'intéresse :)

Sinon de tête je te donne quelques exemples où Amnesty est allé à l'encontre de ce que font les Américains.
Amnesty dénonce notamment le fait que les Américains n'aient toujours pas ratifié la Convention des Droits de l'Enfant.
Elle a aussi dénoncé les cas de torture à Guantanamo, ainsi que dans les prisons américaines en Irak et en Afghanistan.
Elle dénonce aussi l'attitude américaine vis-à-vis de la CPI.
Elle a aussi dénoncé l'utilisation de drones au Pakistan, ainsi que les civils tués par l'armée américaine et l'OTAN en Afghanistan.
Sans parler de la dénonciation des crimes de guerres israéliens, ou encore de la dénonciation des pratiques de Coca Cola au Guatemala.

Je suis d'accord pour dire qu'il y a suspicion, et pour dire qu'il y a certainement des choses qui ne sont pas dites, mais s'ils font ça juste pour faire illusion ils le font plutôt bien.

Ensuite, quand je disais ONG je ne pensais pas qu'à Amnesty, tu en as d'autres qui sont intéressantes.
J'ai cité Oxfam par exemple, qui s'oppose aux pratiques des multinationales dans les pays du tiers-monde.
Ou encore MSF. Qui, lors de la guerre en Libye, en avait dénoncé la supercherie? Rony Brauman, ancien président d'MSF.


Citation:
Le journaliste israélien indépendant Yoav Shamir (je crois qu'il est de gauche OMG...) prend le cas de la plus grande association juive américaine. C'est un exemple très parlant, dont tu pourras appliquer le pattern à la plupart des ONG : existence justifiée lors de la création, perte de l'importance du rôle de l'organisation, instinct de survie de l'organisation, création d'un climat justifiant son existence, survie...

Tu parles de l'AIPAC? C'est plutôt un lobby qu'une ONG ça :P


Citation:
Il me parait évident que certaines ONG trafiquent volontairement leur rapport pour pouvoir justifier de leur présence sur un théâtre d'opération, justifier d'un appel aux dons, justifier de leur existence tout simplement. C'est un reflex de survie. Je m'engage sur une pente savonneuse, et je fais confiance à ton intelligence (et à celle de ceux qui liront ça), mais il existe un formidable reportage appelé Defamation. Tu peux le trouver sur le site d'Arte, il doit pas durer plus d'une heure.

Attention, je ne dénigre pas le rôle des ONG, je dis simplement que certaines des plus grosses sont devenues des instruments qui ne servent plus qu'eux mêmes (reflex de survie) et les grands décideurs (question de l'indépendance financière).


PS : As-tu lu "Dead Aid", qui traite notamment du business florissant des ONG, s'effectuant parfois même au détriment des causes qu'elles prétendent soutenir ?


Je regarderai le reportage déjà. Je peux le trouver où le bouquin?

100% d'accord pour dire qu'aujourd'hui les ONG sont devenues un business. Mais c'est un business qui sauve des vies.
Pour te donner une idée, MSF prévoit de doubler son volume financier d'ici 10 ans.

Les ONG ne sont pas responsables du fait qu'il y ait des guerres, des épidémies, ou des catastrophes naturelles. Et elles ne sont pas non plus responsables du fait qu'on vende des armes, qu'on exploite des ressources, que des gens meurent de faim, ou encore qu'on spécule sur l'alimentaire.
Et c'est pour toutes ces choses qu'elles disent que je pense que l'information qu'elles donnent peuvent être intéressantes.

Et c'est cela qu'elles essayent de changer, d'une part en étant sur le terrain, d'autre part en proposant des mesures, des traités, et des lois, pour que ça change.
En fait elles font le boulot que nos politiques devraient faire, mais comme la majorité est tenue par les lobbys...


PS: d'ailleurs ça tombe bien que tu cites Arte, parce que je recommande fortement cette chaîne qui diffuse régulièrement des reportages intéressants. Tu peux même en trouver sur canal+ parfois.
Et je conseille aussi l'émission "Ce soir ou jamais", qui a le mérite de confronter des points de vue réellement différents sur un sujet donner, et donc de faire réfléchir.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+3] Like a boss ! le 08.03.15, 16h16 par achribu
Je voulais profiter de ce topic pour demander conseil sur un truc.

J'ai besoin de rassembler des débats télévisés (pas nécessairement de manière exhaustive, mais plusieurs en tout cas) sur une problématique, afin de me faire une idée de l'ambiance sur un sujet, qui peut parfois être très éclairante.

Outre YouTube et autre, quelqu'un a des idées ?
En pas gratuit tu as l'INA (quelques contenus libres d'accès) et Arrêt sur Images. Sinon : programme télé, tu listes toutes les émissions qui pourraient aborder ton sujet et tu t'amuses avec google.
Ce soir ou jamais, tu y auras des débats plus qualitatifs que le reste.