Discussion

Collègue insupportable

Note : 13
lancé par Ptit_litchi le 13.06.2017
12 réponses
dernier par DamienJd le 17.04.2018, 16h14
Bonjour à tous,

Depuis quelques temps j'effectue un stage en tant que vendeuse dans le luxe et j'ai l'impression que si je n'agis pas tout de suite, je vais en regretter les répercussions plus tard.

Pour expliquer ma situation en bref, voilà j'ai une collègue en CDI qui n'arrête pas de me vanner. Ouais en fait ils sont plusieurs et j'aimerais que ça cesse. C'est très désagréable de se sentir infériorisé ou moqué c'est pourquoi je vous demande vos conseils parce que je veux repondre intelligemment et pas me montrer affectée même si c'est le cas.
Bonjour,

Je pense que le mieux est de ne rien dire et de laisser "glisser" ses remarques. En bref le mieux à faire est de s'en foutre. Quand les gens te font des plaisanteries et qu'ils voient que tu t'en fout ils s'arrêtent tout seuls.

Autrement il ne faut pas que tu vois les relations humaines dans un contexte gagnant - perdant ou perdant - gagnant. C'est à dire que tu te considère comme perdante et que tu vois cette personne qui t’embête comme gagnante.

Tu peut considérer les relations humaines dans un contexte gagnant - gagnant. C'est a dire que tu te vois comme gagnante et tu vois les autres personnes comme gagnantes à la fois. Je pense que ça devrait t'aider à mieux gérer les relations humaines.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • 0 (C'est pas faux) le 13.06.17, 22h15 par Ptit_litchi
  • 0 (Non) le 17.04.18, 16h10 par DamienJd
  • Syd_
  • Score : 595 - 25 ans
Une idée de pourquoi elles font ça ?
Ce ne sont que des femmes ou des hommes aussi ?

Est-ce que quelqu'un est de ton côté ?
En fait ce sont principalement des femmes. Les hommes sont plutôt chouettes avec moi à vrai dire.

Le problème c'est que je fais face à une équipe exclusivement constituée de vanneuse type "insécure"....

Le genre de filles qui se rassurent en se réjouissant du malheur des autres et sévissent dans leurs propos abrutissants sur les commentaires de basse-cour... du coup étant du genres paumée qui sait pas se défendre si j'ai par le passé pu trouver des gens sympas ou me suis suffit dans l'isolement ben là, ayant ppur obligation de m'intégrer dans l'équipe je ne peux pas me laisser faire et même c'est super désagréable de voir des eegards moqueurs et niais...

Au fond rien qu'à voir les piques lancées entre elles je ne veux pas prendre part à ce jeu extrêmement derangeant d'échanges de piques mais j'aimerai savoir bien me défendre des moqueries et mieux poser mes limites.

Ce qui est loin d'être évident car je ne suis "que" stagiaire. Or, dans formation je tends la perche en posant mes questions. Perche qui est volontiers saisie par d'autres qui plus est.

Du coup quand je vais dans le stock ne connaissant ni les noms ni les codes on me gueule dessus et ça je ne le supporte pas. Les moqueries avec les regards et phrases niaiseuses ben tu m'évites, je ne sais pas comment l'expliquer c'est pas clair, je ne veux pas être non plus trop dans le détail mais c'est une réalité et ne sachant pas poser mes limites face à ce types de comportement (1ere expérience pro) j'ai besoin d'aide pour me défendre...
Locknar a écrit:
Bonjour,

Je pense que le mieux est de ne rien dire et de laisser "glisser" ses remarques. En bref le mieux à faire est de s'en foutre. Quand les gens te font des plaisanteries et qu'ils voient que tu t'en fout ils s'arrêtent tout seuls.

Autrement il ne faut pas que tu vois les relations humaines dans un contexte gagnant - perdant ou perdant - gagnant. C'est à dire que tu te considère comme perdante et que tu vois cette personne qui t’embête comme gagnante.

Tu peut considérer les relations humaines dans un contexte gagnant - gagnant. C'est a dire que tu te vois comme gagnante et tu vois les autres personnes comme gagnantes à la fois. Je pense que ça devrait t'aider à mieux gérer les relations humaines.



En fait je comprends tout à fait ce que tu dis mais le problème c'est que je ne suis pas douée pour répliquer de manière aisée. Je ne suis pas assertive et le fait que j'ai envie d'aider les gens/de leur plaire, certains en abusent, d'autres se moquent et dans le monde di travail le problème c'est que je ne sais pas comment l'expliquer mais on se sner mieux quand on pose les limites. Ayant déjà été "harcelée" â l'école faite d'assertivité face aux remarques des autres quand on me vannait en m'appelant Wikipedia eh bien j'ai gardé un très mauvais souvenir de cette période de vannes incessantes qui m'a fait tomber dans une profonde dépression...


Du coup je ne dis pas être un bouc émissaire et ne me présente pas comme une victime face à un bourreau couple où je serai en aucun cas responsable. Seulement, poser des limites j'aimerais bien face à un comportement injustifié de ce que j'appelle une pique rabaissante et injustifiée.
  • Atz
  • Score : 42 - 32 ans - MBTI: INFJ
C'est malheureusement monnaie courante dans le milieu du travail, s'agissant de ta première expérience pro tu n'as pas forcément le recul nécessaire.

Il faut que tu prennes conscience que tu trouveras (à différents degrés bien sur) ce type de comportement partout. Il va falloir que tu apprennes à faire avec.

Même si ça te semble peu évident dans l'immédiat, l'idéal reste de les ignorer. D'après ce que j'ai compris tu es stagiaire en plus, donc tu ne feras pas forcément carrière là bas. Réagir de la même manière qu'elles serait leur donner trop d'importance, sans compter que tu risques d'amener de l'eau à leur moulin et amplifier le phénomène.

Il te reste éventuellement la possibilité d'en discuter avec tes supérieurs si ça t'est insupportable, seulement encore une fois tu risques d'obtenir l'effet inverse.

N'oublie pas que la roue tourne et que tôt ou tard, surtout dans ce genre de cadre, on obtient ce que l'on mérite. essaye de laisser couler.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • 0 (Constructif) le 14.06.17, 06h17 par Ptit_litchi
  • +2 (Il y'a du vrai...) le 14.06.17, 09h55 par The_PoP
  • +1 (Tout à fait !) le 14.06.17, 16h43 par Locknar
  • +1 (+1) le 14.06.17, 18h57 par Apheleia
Atz a écrit:
C'est malheureusement monnaie courante dans le milieu du travail, s'agissant de ta première expérience pro tu n'as pas forcément le recul nécessaire.

Il faut que tu prennes conscience que tu trouveras (à différents degrés bien sur) ce type de comportement partout. Il va falloir que tu apprennes à faire avec.

Même si ça te semble peu évident dans l'immédiat, l'idéal reste de les ignorer. D'après ce que j'ai compris tu es stagiaire en plus, donc tu ne feras pas forcément carrière là bas. Réagir de la même manière qu'elles serait leur donner trop d'importance, sans compter que tu risques d'amener de l'eau à leur moulin et amplifier le phénomène.

Il te reste éventuellement la possibilité d'en discuter avec tes supérieurs si ça t'est insupportable, seulement encore une fois tu risques d'obtenir l'effet inverse.

N'oublie pas que la roue tourne et que tôt ou tard, surtout dans ce genre de cadre, on obtient ce que l'on mérite. essaye de laisser couler.


Bonjour

Je pense que je vais tâcher de me concentrer sur mon travail pour faire valoir mon mérite et mes droits.

Envore merci.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • 0 (Bonne idée !) le 14.06.17, 10h05 par The_PoP
  • 0 (Bien joué) le 14.06.17, 21h30 par Apheleia
Ne t'inquiète pas je suis passé par la en étant stagiaire et ce genre d'expérience te fait le cuir. Comme le disait Nietzsche, tout ce qui ne te tue pas te rend plus fort ;-)
Citation:
En fait ce sont principalement des femmes. Les hommes sont plutôt chouettes avec moi à vrai dire.


Rien à tirer de ce constat ? ...

Tu es nouvelle, et en plus stagiaire. Donc elles t'analysent et te critiquent pour se rassurer entre elles de leurs liens, et de leur valeur par rapport à toi ; tu apparais comme une concurrente (surtout si t'habilles bien voire "mieux" qu'elles et/ou que tu as l'air compétente pour une stagiaire).

Tu dis toi-même qu'elles le font pour se rassurer car "insecure" ;)

___

Autre piste : si les garçons sont "chouettes" avec toi, peut-être que quelques unes des filles sont jalouses...

"Chouette", c'est connoté. Au travail on est correct ou sympa, pas plus. Si une fille commençait à être "chouette" avec moi au boulot, je voudrais signifier tout autre chose que si j'avais choisi un mot plus commun :)

__

C'était pour essayer de comprendre la situation. En revanche pour un conseil c'est compliqué... As-tu déjà essayé d'avoir des relations avec certaines lorsqu'elles sont seules ?
Je pense que tu as raison de te mettre à fond dans ton boulot, mais n'oublie pas une chose: On ne peut pas partir en vacances avec tout le monde, mais le respect doit rester.

Si il y a de l'abus, normalement tu as une personne responsable qui devrait pouvoir t'aider.

Si c'est vraiment trop hardcore, sert les dents et tu en ressortira plus forte mentalement, tout en faisant en sorte de maintenir le niveau de respect là où il se doit dans ton prochain job.

Courage!
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • +1 (Absolument) le 27.12.17, 22h40 par Hillel
Comment se déroule ton stage depuis?

Je prends le temps de remonter un peu le topic parce que c'est un sujet qui me tient à coeur.

Ça me surprend de lire :

Citation:
En bref le mieux à faire est de s'en foutre. Quand les gens te font des plaisanteries et qu'ils voient que tu t'en fout ils s'arrêtent tout seuls.


Oui.... mais non. Pas dans le cas du harcèlement. Quand on est positionné comme balai à chiotte, on reste un balai à chiotte. Le "rien s'en foutre" c'est valable quand on a une certaine assiste et affirmation de soi qui est visible de la part des autres et que le harcèlement ne concerne pas un effet de groupe.

Citation:
Il faut que tu prennes conscience que tu trouveras (à différents degrés bien sur) ce type de comportement partout. Il va falloir que tu apprennes à faire avec..

Même si ça te semble peu évident dans l'immédiat, l'idéal reste de les ignorer


Dans quel monde professionnel est-ce que vous vivez?

Je n'ai pas du tout eu à faire systématiquement à ce genre de comportement. On peut très bien atterrir dans une équipe bienveillante et productive. On peut aussi apprendre à se faire respecter et faire respecter ses droits. Qu'il y ait deux trois cons dans une entreprise ok, on ne peut pas sauver tout le monde de la bêtise. Mais le harcèlement professionnel, c'est juste pas possible à accepter "parce que c'est le travail". Est-ce qu'on apprend réellement à "faire avec" ou est-ce qu'à un moment donné on apprend à s'affirmer et à dire stop?

Citation:
On ne peut pas partir en vacances avec tout le monde, mais le respect doit rester.


Mais absolument!

Expérience perso:

J'ai vécu du harcèlement lors d'un stage de la part de ma supérieure (pour vous dire que je n'avais quasi aucun recours possible). Ce que j'en ai retiré, c'est que comprendre les causes du harcèlement est une bonne façon de savoir comment le contourner, et qu'il faut absolument apprendre à s'affirmer et avoir confiance en sa valeur.

Si ma chef me descendait plus bas que terre, ce n'était pas parce que j'étais une belle merde, mais parce qu'elle me craignait. Elle avait peur de mes compétences (qu'elle n'avait pas), de mes connaissances (qu'elle n'avait pas), peur de ma capacité à refonder-souder une équipe, de proposer des solutions innovantes auxquelles elle n'avait pas pensé et savoir me faire apprécier de l'ensemble du personnel, d'animer de nouvelles passions. C'était SON entreprise. Que les résultats soient meilleurs, que l'équipe se sente mieux, elle s'en foutait, c'était pur égo.

J'ai tenté durant une période de l'ignorer, mais le harcèlement est beaucoup trop pesant. Je songeais tous les soirs à quitter ma formation, ça me dégoûtait du métier. Quotidiennement avoir la boule au ventre pour des remarques déplacées et injustifiées, c'est non. "C'est pas une histoire de gagnant-perdant", oui et non. En tout cas j'ai décidé de me battre parce que ce diplôme je le méritais. Quand j'ai compris ses insécurités, j'ai décidé de ne plus me laisser faire par ses menaces (parce qu'elle avait un poids considérable dans l'obtention de mon diplôme). J'ai décidé de rester cohérente, compétente, respectueuse, droite, jusqu'à être irréprochable professionnellement. Je me suis affirmée pour qu'elle comprenne que ses menaces ne m'atteignaient plus et que j'étais prête à me défendre devant le jury. Comme c'était son arme principale, elle n'avait plus rien contre moi. A aucun moment je ne lui ai manqué de respect, je suis restée professionnelle malgré mes revendications, ce qui fait qu'elle n'avait aucune autre défense que l'attaque personnelle et injustifiée. J'ai continué à agir positivement pour la structure et j'ai monté des actions qui dessinaient des faits indémontables et j'ai appris mon métier. Oui, j'ai eu un mauvais bilan, mais déplacé, jugeant, avec des attaques personnelles qui ne pouvaient juste pas être objectivement recevable pour un jury. J'ai été tellement cohérente et efficace dans mon parcours que finalement, c'est elle qui s'en est pris plein la gueule et moi qui suis sortie grandie de cette expérience. J'ai gagné le respect, envers moi-même et envers les autres, et je n'ai pas eu forcément besoin de la descendre pour ça: je me suis reposée sur des faits.

Maintenant qu'elle n'est plus ma supérieure, quand je la croise dans la rue ou qu'elle tombe sur moi au téléphone, je la vois paniquée, précautionneuse, je vois qu'elle a perdu le pouvoir qu'elle avait envers moi et toutes ses insécurités ressortent dans nos échanges. Malgré ses menaces initiales (parce qu'elle avait beaucoup de contact), je n'ai aucun problème pour trouver du travail et on reconnait mes compétences. Elle sait que j'ai de très bonnes relations avec une bonne partie des professionnels du territoire et qu'elle ne peut plus vraiment m'atteindre.

Opinion perso:

Le travail ce n'est pas la vie. La vie ce n'est pas le travail. Le travail est un gagne pain. Ça peut être une passion, certes, mais ça reste un gagne pain avant tout. Se faire bouffer de l'extérieur comme de l'intérieur, stagiaire ou non, ce n'est pas quelque chose de normal qu'on accepte d'encaisser parce que "c'est le monde professionnel". Il y a des lois qui encadrent ce genre d'abus, ce n'est pas pour rien.

Le burn-out, on a vite fait de le friser dans ce type de contexte malsain. Ce genre de comportement, ça peut profondément dégoûter du métier/du monde professionnel auquel on essaye de se former. Je ne suis pas du tout d'accord pour dire que c'est le cas partout et qu'il faut l'accepter tel quel, parce que ce n'est juste pas vrai.

Je pense qu'il faut faire la part des choses entre la distance et le recul professionnel et la protection de son identité individuelle. Se laisser marcher sur les pieds en attendant que ça passe, ne jamais apprendre à se défendre, à dire non, ou stop, c'est pour moi le meilleur moyen de perpétrer un comportement contre productif pour soi. Parce qu'on ne peut pas faire constamment semblant que ça ne nous atteint pas en tant qu'être humain. Parce que le monde professionnel demande également à développer une estime et une affirmation de soi, à moins de vouloir être sans cesse reléguée au rôle de souffre douleur sans jamais apprendre à s'en sortir.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • +2 (Absolument) le 28.12.17, 08h53 par valll
  • +1 (C'est pas faux) le 28.12.17, 13h27 par Thedaze
  • +1 le 30.12.17, 00h39 par Onmyoji
  • +2 (A lire) le 30.12.17, 14h22 par Moumane
  • +2 (A lire) le 01.01.18, 12h22 par Baijin
  • 0 (+1) le 17.04.18, 15h57 par Ptit_litchi
Yo les gens,

Un bail que j'étais pas là. Tout ça pour te dire que j'étais exploitée par une supérieure qui me payait moins cher qu'une stagiaire classique par économie.

Dans le luxe, le fait est sûon te traite comme de la merde, wesh je compatis, c'est quoi ces valeurs à la con.

Ensuite, j'ai beaucoup appris, j'ai pris tout ce que je pouvais prendre. Respecté les gens, donné beaucoup aussi, la vente ça te bouffe les jambes et les collègues pas sympas avec leur jalousie et deux trois vannes ont fini par comprendre que j'avais à mes côtés d'autres collègues de valeur. J'étais pas une pauvre victime dont tu peux rire facilement et je me suis renforcée.

Tout me parait si loin. Nietsche parle aussi de la bêtise avec beacoup de légèreté. J'en ai fait mon motto.

Gros bisous,

Je repars. Merci pour ton expérience. Top.
Je ne suis pas d'accord avec vous, les gars. Laisser couler, c'est bien quand on a confiance en soi, mais quand tu es stagiaire et donc en position d'infériorité, c'est le genre de truc qui peut passer pour du harcèlement à la longue.

Je te conseillerais, Litchi, de jouer les innocentes et de leur demander, en face, "pourquoi tu dis ça?".

Ou sinon, solution que je ne conseille pas car kamikaze, mais qui peut faire du bien : "T'es obligée de vanner une stagiaire pour te sentir bien dans ta peau? Me dis pas que t'es si fragile que ça, j'en serais vraiment triste pour toi".
A lire / A voir en ce moment sur FTS