Discussion

Comment avez-vous su que vous étiez amoureux.se de lui, d'elle?

Note : 9
lancé par Hillel le 25.03.2018
4 réponses
dernier par Benrachi le 13.04.2018, 00h44
Oui je sais, ça craint d'être amoureux.se. C'était la honte quand votre camarade disait devant tout le monde "Il/elle a un.e amoureux.se, nananèèèèreuh". Ça rend vulnérable. Ça met en position de faiblesse. Ça vous fou parfois en one-itis et ça fini en obsession. Ou pas. Peut-être que ça fait se sentir bien. Peut-être que c'est cool. Peut-être que vous le regrettez pour rien au monde.

Ça fait un bail que je n'ai pas ressenti ça. De me sentir amoureuse. Au point que, peut-être, j'ai juste oublié ce que c'était, trop préoccupée de savoir si elle ou lui m'attirait sexuellement. Peut-être que je l'ai été, ou le suis, sans me l'avouer. Vous m'aidez à retrouver la mémoire?

Je ne sais pas si ce sujet a déjà été abordé mais, quand je tape "amoureux"dans recherche, je tombe sur "obsession", "chagrin", "rupture" ou "comment ne pas tomber amoureux", rayez la mention inutile. Je me suis dit "Wow". C'est si mal que ça?

Dites moi que non. Dites moi comment vous avez su que vous étiez tombés amoureux.se d'elle(s) ou de lui ou d'eux. Pourquoi lui(eux), pourquoi elle(s)?
Arg ça tue les yeux ton écriture "inclusive". Je vais faire un mini point ici, mais je pense que les gens sont capables d'imaginer la "diversité" sans forcément l'expliciter par écrit (ce qui rend le truc balbutiant à la lecture) SURTOUT sur FTS.


Je suis dans la même situation que toi.

La dernière chose que j'ai ressenti qui s'approche du sentiment fort c'est d'avoir cru apercevoir une mes ex "fondatrices"/"mythifiée". Ca m'a un peu transporté et grisé.

Du reste le pourquoi, bah de manière schématique, je pense que c'est lié à deux choses qui peuvent s'entrecroiser.

>La première c'est un peu un élèment objectif de comparaison de valeur perçue.
X a Y dans son giron. X pense avoir une certaine valeur, et pense que Y a une valeur très forte par rapport à lui; X pense qu'il y a moyen avec Y => BIM.
En gros, je pense que l'amour le plus commun, c'est le sentiment de besoin que crée le cerveau quand une personne croise ce qu'elle pense être une personne rare (en général à plus haute valeur perçue, ou a forte valeur perçue dans l'absolue).
Beaucoup de mecs qui viennent ici dut FTS le font parce qu'ils ont en gros une seule fille qu'ils trouvent attirante dans leur giron, donc rareté, et voilà ça fait des Chocapics.

Pour les filles c'est strictement la même chose.

En général, les gens se concentrent sur les détails pour expliquer qu'ils sont amoureux, alors qu'en général cela s'explique en écransante majorité par des facteurs très simples, et notamment ce que j'appelle l'attraction primitive (physique-statut). Cela s'explique selon pour deux raisons : 1) les gens font souvent plus attentions aux détails qu'aux idées générales (cf, MBTI par exemple) 2) les gens n'aiment pas se sentir "causés" (à savoir que leurs actions sentimentales notamment, ne soient pas causées par de l'immanent/magique/trascendental) et non uniques. Les gens n'aiment pas connaître les règles du jeux, ou plutot qu'on leur rappelle les règles du jeux qu'ils connaissent plus ou moins mais qu'ils ont décidé de mettre de côté parce que ça pique les pieds.

>Autre élèment plus intéressant. Stéphane Edouard parle d'un concept que je trouve cool. Il dit qu'on tombe amoureux de manière consciente quand l'autre personne arrive à s'immiscer dans son univers poétique.
Typiquement, il donne un exemple qu'il dit avoir vécu : une fille qui l'attire avec qui il sortait. Un jour la fille lui achète une glace alors que c'est l'été, et cours jusqu'à chez lui pour lui apporter la glace avant qu'elle ne fonde. DU coup c'est lui qui a fondu pour elle.
J'ai moi meme vécu un truc similaire, alors que je me cachais inconsciemment le fait que j'étais "amoureux" d'une très proche amie, voici 7 ans.
En soit, cela peut être ce fameux "détail" qui conscientise l'amour passionnel via le rapport de valeur, mais dans certains cas, ça peut vraiment transformer la conceptualisation de quelqu'un de la personne qu'elle cotoie.


A l'heure actuelle je suis incapable de te dire si "amoureux" veut forcément dire passionnel. Si ça veut forcément dire perte de controle.
Je pense surtout que l'Amour est un concept de merdre quand lequel on mélange tout.
Passion, affection, attraction, interêt, besoin, ect...

Je suppute que vu ta demande, et vu que la majorité des gens font un amalgame (entre la coqueterrie et la classe) entre la passion et l'amour, tu parles de l'amour passionnel.

Du reste, l'amour passionnel ça se sent profondèment. C'est effectivement une sensation de perte de contrôle, une espèce de boursouflure, parce que bien souvent tu te réduis à ton amour (lire ton besoin) pour telle ou telle personne. En fait si t'y penses bien, l'amour passionel c'est une réduction.

La grande question c'est si tu peux vivre la passion sans être réduit, et à ça, mon vécu incomplet me dit que non. Depuis que je suis "indépendant" à quasi tous les points de vues, je n'ai plus été atteint de passion. Mais pour être honnête je n'ai pas rencontré et cotoyé de femmes que je trouve sublimes et magiques (je ne fais pas d'efforts non plus pour etre en relation avec des femmes comme ça -> peut être un acte manqué?) donc ça peut aussi être lié à ce fait là.


Quand j'étais très amoureux voici ce qu'il se passait:
>sentiment de tragique
>polarisation complète de la vision du monde, sens de l'esthètique exacerbé
>volonté de se retrouver mythifié, donc amalgame avec d'autres "mythes" qui parlent de l'amour (connexion avec des chansons, des romans, des films
>réduction plus ou moins forte du sens de mon existence à la personne désirée
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • +2 (Très intéressant) le 25.03.18, 19h14 par Hillel
  • +2 (Instructif) le 03.04.18, 00h14 par r-0
Ce n'est pas la première fois que j'entends quelqu'un regretter de ne plus tomber amoureux.
J'ai moi-même été dans le cas aussi... et puis finalement, c'est reparti.

Désolé si je dévie un peu le sens de tes questions, mais je pense qu'il est aussi intéressant de se demander "pourquoi on ne tombe plus amoureux ?"

Je pense qu'il y a un contexte qui fait qu'on tombe amoureux, ce n'est pas forcément lié à une personne en particulier, aussi formidable soit elle. Il y a des éléments qui suscitent la passion du début et ce sont souvent des contraintes (différence de valeur perçue, distance géographique, différence d'âge, de religion, de status, ou déjà en couple, bref, tout ce qui fait un bon film romantique). Je ne dis pas que c'est impossible, mais pour ma part, je ne suis jamais tombé amoureux (dans le sens "amour-passion") d'une fille avec qui c'était simple et facile dès le départ, que ce soit au niveau de la relation proprement dite ou à un niveau plus "logistique".

Par déduction, je pense que dans les phases où on ne tombe plus amoureux, c'est juste que ces contraintes ne sont plus suffisantes, plus assez fortes. Ça peut être pour différentes raisons :
  • une bonne estime de soi (ce qui fait qu'il y a un écart plus faible entre sa valeur perçue et celle des autres)
  • des attentes revues à la baisse (rechercher des relations plus "simples" ou purement sexuelles par ex.)
  • manque de temps à consacrer à une relation / priorité donnée à d'autres projets
  • envie de rester dans sa zone de confort, de sortir avec des personnes du même milieu, etc.

Le corollaire, c'est qu'on devrait pouvoir se donner la possibilité de retomber amoureux, de se remettre dans le contexte adéquat. C'est ce qui arrive généralement (inconsciemment ?) quand on décide de persister dans une relation naissante mais compromise ou compliquée par un ou plusieurs facteurs évoqués plus haut.

Citation:
Il dit qu'on tombe amoureux de manière consciente quand l'autre personne arrive à s'immiscer dans son univers poétique.

Oui c'est un élément intéressant, j'ai aussi tendance à poétiser mes relations amoureuses, mais généralement après être tombé amoureux. C'est sans doute lié aux deux autres symptômes que tu évoques : "sens de l’esthétique exacerbé" et "volonté de se retrouver mythifié".
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • +2 (Pertinent) le 25.03.18, 19h14 par Hillel
  • +1 (Intéressant) le 26.03.18, 16h40 par Perlambre
Alors… je fais une grosse différence entre « « être amoureux » et « aimer ».

La base est commune, le désir.
C’est cette attirance pour l’autre qui nous rend joyeux, cette envie de le voir, de partager des moments avec lui. En fait, si on est si bien avec ce partenaire, c’est souvent parce que notre bonheur égoïste prime et que ce partenaire à un moment donné nous donne ce qui nous fait du bien.

Le problème est qu’une attirance aussi forte soit-elle ne suffit pas pour faire fructifier une relation. Parce qu’il faudra à un moment se confronter à la réalité de l’autre si la relation dure plus que quelques jours, semaines. Avoir envie non de retirer uniquement de la satisfaction de lui mais échanger, partager et s’intéresser à SON envie de bien-être. Faire enfin sa connaissance, ce qui dépasse largement l’aspect physique de sa personne ou ses talents sexuels (ou son goût pour la cuisine libanaise, le cubisme etc).

Donc j'ai été amoureuse souvent.
Je n'ai aimé qu'une unique fois. Le jour où j'ai dépassé mon intérêt personnel pour envisager un avenir avec un partenaire descendu de son piédestal. J'ai donné vraiment, sincèrement, bien plus que mon corps à un partenaire qui a lui aussi su s'ouvrir.
Et là j'ai su que pour lui comme pour moi, ce qui primait était le nous.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • +1 (Intéressant) le 26.03.18, 21h47 par Hillel
  • +1 (Bravo !) le 27.03.18, 16h03 par Guigui820
La derniere fois que je suis pas certain, mais la derniere fois que j'ai ete seduit ca je m'en rapelle pas mal.

C'etait il y a un an, je venais de rompre avec mon ex et avais pris 2 semaines de vacances chez mes parents, renoué avec une ex elle aussi entre deux, et puis je rentre chez moi ses affaires a elles ayant disparut (normal on avais rompu) une murge avec un pote russe et le lendemain je croise de la fenetre une tignasse noir que je connais bien.
Bref je sort dans mon pijama completement démonté de la veille avec mon ex bien âpreté m'expliquant qu'elle m'aime et qu'elle veux recommencer. C'est a ce moment que je vomi dans le pot de mon voisin (qui m'en veux toujours ^^) et ca a ete une passion formidable pendant 1 mois. (Je precise on avais ete ensemble 8 mois auparavant). Apres ca s'est casser la guelle doucement, mais sur le coup voir le matin la fille que j'aime et lui faire un calin (oui celui avec les bras bande dégoutants) avant d'aller au boulot c'est vraiment cool.
Ca me rendrais presque nostalgique ^^
A lire / A voir en ce moment sur FTS