Discussion

Comment développer son sens de l'humour.

Note : 14

le 30.05.2014 par Thedaze

13 réponses / Dernière par Onmyoji le 31.05.2014, 17h15

Comment faire pour développer son humour, faire rire, comprendre l'humour des autres?

L'humour est une valeur sociale qui a son importance.
De nos plus jeunes années à l'école jusqu'au jour ou on exerce une profession, l'humour est très présent dans notre société.
Humour noir, pince sans rire, répartie, observation, cynisme, autodérision, imitation...

L'humour canalise les gens, met en avant certaines personnalités et peut en stigmatiser d'autres.
Il peut aussi être mal comprit, mal interprété, se qui peut donner lieux à des quiproquos, ou pire: devenir source de conflits.

Mais avant tout l'humour nous fait rire et nous fais du bien. Le rire provoquerai la libération d'endorphines qui auraient un effet très bénéfique sur la santé.

Le partage d'humour est souvent le début d'un contact réussi et détendu avec une autre personne.
L'humour tisse un lien émotionnel fort et invisible entre les gens.

J'admire vraiment les personnes qui ont le sens de l'humour et de la répartie en toutes circonstances. C'est une force incroyable. Je trouve en manquer beaucoup parfois. Ou en faire trop à d'autres moments...
C'est très frustrant.

Comment améliorer tout ça?
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [-1] Non le 30.05.14, 17h35 par Boubou
  • [+1] Du calme le 31.05.14, 03h34 par wayl
Ou plutot comment conserver tout ça ? Un bébé rit 300 fois par jour. Les veinards.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Intéressant le 30.05.14, 15h39 par Thedaze
Salut à toi.

En 1ère réponse, je te dirais qu'il faut aimer ça; aimer rire, et faire rire. Sinon, comme beaucoup de choses, ça peut être inné, comme le sens du rythme ou encore l'aisance sociale ou séductive;
Ca peut aussi se travailler je pense, mais c'est beaucoup plus facile quand ça vient tout seul, de toi-même.

Un exemple: on me trouve souvent drôle, notamment en soirée, ou bien avec les commerçants quand je fais mes courses, je fais souvent rire ma psy en entretien, ou + récemment quand j'ai appelé Pole-Emploi, j'ai fait rire la dame au téléphone sans le vouloir > très facile car c'est naturel, pas vraiment besoin de bosser dessus.

A l'inverse, de base je suis une grosse quiche-lorraine en séduction, et j'aime pas trop ça en plus, je suis pas à l'aise à jouer les playboys + d'autres trucs désagréables qui me bloquent > du coup je progresse pas... en grande partie car mon état d'esprit ne s'y prête pas.

Quelque part, pour toi ce sera surement pareil avec l'humour: ta volonté et ton kiff, ça jouera beaucoup sur ta capacité à évoluer. Mais ne te force pas à faire le clown si ça te fait aller contre ta façon naturelle d'être toi-même.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Merci ! :) le 30.05.14, 15h40 par Thedaze
  • [-1] Non le 30.05.14, 17h37 par Boubou
  • [-1] ??? le 30.05.14, 18h01 par Vinsanity
  • [-2] Du grand n'importe quoi le 30.05.14, 20h13 par Onmyoji
  • [-2] T'es lourd le 30.05.14, 20h36 par Popovski
  • [-1] Get a life le 30.05.14, 21h24 par Owen
Salut Thedaze,

Je te rejoins, l’humour si c’est utilisé de manière pertinente, ça peut être une arme de destruction massive et c’est un accélérateur de relations sociales.
Après comment améliorer cela ? Déjà, définir quelle est la forme d’humour qui te sied, car il y autant de formes d’humour que de variantes de cocktails en discothèques : des tonnes.

Selon moi, le plus important pour travailler le domaine, et cela va dans le sens du développement personnel, c’est d’être un fin observateur de son monde environnant, de ce qui se passe, des gens autour de nous. C’est la matière première que tu pourras ensuite distiller.

Pour faire rire les autres, je suis persuadé qu’il faut aimer les autres et le monde.


Ensuite, pour nourrir ton humour et ta répartie, il faut aussi s’inspirer des meilleurs, de ceux qui nous marquent dans ce domaine.

Donc, lire. Personnellement, Charles Bukowski et Frédéric Beigbeder me font rire. Il y a dans leur œuvre des phrases ciselées sur le monde et les gens qui font mouche. A toi de te plonger dans la lecture des auteurs susceptibles de nourrir ton inspiration.

Si tu veux gagner du temps, achète un dictionnaire de citations, il y en a certaines qui, sorties, dans le bon contexte, feront leur petit effet (attention à ne pas les utiliser de manière trop "robotique"). Tu peux aussi t’amuser à faire toi-même des citations sur le monde.

Egalement, dans le monde du cinéma, tu peux trouver des réalisateurs, des dialoguistes, des acteurs inspirants :
- L’humour potache façon Very bad trip ou The big Lebowski (dans ce dernier, l’humour parano et cinglé de John Goodman me fait hurler de rire).
- L’humour plus intello de Woody Allen,
- Les dialogues d’Audiard,
- Etc.
A toi de faire ton marché.

Bref, faut se cultiver un peu.

Tu peux également te plonger dans l’art de la rhétorique. C’est intéressant pour renforcer son éloquence et s’adapter au discours des autres. Utiliser aussi les analogies, les symboles.

Voilà, ton humour ce sera un peu la synthèse de tout cela et de bien d’autres choses que tu « moulinera » avec ta personnalité et ton expérience. Peu à peu, ta curiosité, ton "background" et ton expérience t'amèneront à anticiper les situations et à être réactif dans ta répartie.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Merci ! :) le 30.05.14, 15h40 par Thedaze
  • [+1] Instructif le 30.05.14, 17h37 par splifstarz
  • [+1] Intéressant le 31.05.14, 17h31 par Onmyoji
frenchfab a écrit:
si c’est utilisé de manière pertinente, ça peut être une arme de destruction massive et c’est un accélérateur de relations sociales.


Je me permets de corriger: une arme de séduction massive :wink:


Déjà l'humour ça ne s'apprend pas sur internet, dans les vidéo ou les bouquins... à mon sens il faut traîner avec des gens drôles.
Y'a pas de secret on devient proche en caractère des personnes que l'on côtoie. Trouve un pote avec un sens de l'humour et une répartie over 9000, et traînes un max avec lui.

Pour le reste: observation, énergie, adaptation à la situation... et le self-amusement!! Ne deviens pas un clown triste qui fait rire la galerie et déprime en solo. C'est aussi toi-même que tu cherches à amuser

Image




Dernier p'tit truc: le rire est aphrodisiaque, on rit avec son ventre, c'est très proche des émotions sexuelles et de l'orgasme. C'est pourquoi on dit: femme qui rit, à moitié au lit :wink:
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Merci ! :) le 30.05.14, 15h40 par Thedaze
Citation:
C'est pourquoi on dit: femme qui rit, à moitié au lit :wink:


Ca fait pas tout. Longtemps, je n'ai eu que des moitiés de femmes dans mon lit. Pour le reste, merci FTS.

@GCeara ; ) Il n'a pas demandé une solution facile. Il n'a même pas demandé de solution pour son cas précis. Il demande s'il est possible, et si oui, comment, d'améliorer son sens de l'humour.

Si en effet, certaines personnes ont plus de facilité, de talent que d'autre à faire rire, et bien, c'est comme pour les muscles, l'anxiété de l'approche, ou le look. Ca peut se travailler.

Plutot que réinventer la roue :
http://www.frenchtouchseduction.com/board/comment-developer-son-humour-vt4688.html

L'écoute est primordiale. Les gens drôles rebondissent sur ce que leur dit leur interlocuteur. L'humour est une grille de lecture comme une aute. Je filtre ce qu'on me fit en cherchant ce qui est drôle là dedans.

Les blagues. C'est un peu comme les filles vulgaires. "Personne" n'aiment ça, mais tout le monde se retourne dessus. C'est pas la façon la plus subtile de faire de l'humour, je le concède. Mais ce serait vouloir mettre la charrue avant les boeufs de viser un sens de l'humour au top sans maitriser un minimum les bases.

Donc oui, je conseillerai à quelqu'un qui n'est pas drole et qui voudrait le devenir de s'entrainer à raconter quelques blagues. Il y a deux types de bonnes blagues. Les très courtes, avec une chute très forte (Pourquoi les treillis des militaires ont des poches sur les cotés ?). Et celles qui racontent une histoire. Avec une chute un peu moins forte.

Les mauvais plaisantins débitent ces blagues le plus vite possible, comme s'ils prenaient une douche écossaise. Leur ton est rapide, ils précipitent la chute. Vous connaissez tous un mec qui raconte bien les blagues ? Ca dure des plombes ? Sans virer dans cet extrême, l'important, c'est de travailler le rythme, rajouter des éléments extérieurs qui font vivre les personnages. Comment ils sont habillés, le temps qu'il fait, des trucs qui n'ont rien à voir, mais qui donnent l'ambiance. Et à ce moment là, les gens attendent la chute, ils la veulent.

Autour de moi, ceux qui racontent le mieux les blagues sont aussi ceux qui globalement, sont les plus drôles, dans tous les registres. Je le vois un peu comme la base, un passage obligé. Ensuite, une fois qu'on est à l'aise avec le rythme, on peut travailler un registre en particulier (l'absurde, l'humour noir, le cynisme, le pince sans rire).
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+2] Merci ! :) le 30.05.14, 15h42 par Thedaze
  • [0] J'allais le dire le 30.05.14, 16h18 par MaryeL
  • [+1] Encore! le 30.05.14, 17h10 par splifstarz
  • [+1] Constructif le 31.05.14, 17h19 par Onmyoji
Citation:
Plutot que réinventer la roue :
comment-developer-son-humour-vt4688.html

C'est une mine d'or ce topic! Merci@Boubou
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Sympa :) le 30.05.14, 17h35 par Boubou
J'amènerais un point qui me parait important : distinguer la "bonne" et la "mauvaise" manière de faire de l'humour, parce que je pense que toute blague est potentiellement drôle. Cependant, potentiel n'est pas universel.

De ce que je sais sur les causes neurologiques du rire ainsi que l'ouvrage de Bergson, le rire serait causé par la surprise, d'une situation, d'un mouvement, de l'absurde, d'un choc, l'abstraction faite des conventions, l'illogisme, l’exagération, et j'en passe. Cette surprise a pour conséquence un "court-circuit neuronal" qui nous fait rire. Bah oui, notre cerveau n'a pas fait ses petites connexions internes pour gérer cette info. Résultat, on rit. D'ailleurs ça explique aussi pourquoi une blague répétée ad nauseam ne fait plus rire et devient même ringarde : tout le monde la connaît.

Cependant, aucun être humain à un cerveau étant la parfaite réplique de son voisin, nous réagissons tous de manière différente, fut-ce infime à un même événement. Ce qui implique que si l'on veut faire rire, on doit jouer sur ces court-circuits.

Petit souci, nous ne sommes pas tous de grands neurologues, doublés de grands psychologues, doublés de grands profilers, doublés de grands médiums. Dès lors, comment faire rire ?

Pas de panique ! Pour arriver à faire rire, il faut intérioriser quelques règles. Voilà ce que je propose :

1) Comme le dirait l'ami Desproges (qui manifestement doit être cité plusieurs centaines de fois par jours), on peut rire de tout mais pas avec n'importe qui. Tout le monde n'est pas réceptif au même humour, n'a pas les mêmes prédispositions, qu'elles soient innées ou acquises à rire de telle ou telle chose.

--> Solution : Observer son interlocuteur, le connaître un minimum, développer son feeling.

2) La manière dont on dit quelque chose peut faire passer quelque chose d'outrancier pour de l'humour... ou de l'humour pour quelque chose d'outrancier. Il faut faire attention à la manière dont on énonce les choses.

3) Il faut aussi trouver le bon moment, la bonne occurrence. Les gens ne sont pas toujours réceptifs à l'humour pour diverses raisons : fatigue, stress, chagrin, moment formel, ... Par exemple, n'allez pas raconter la blague du sanglier qui demande au cochon comment va sa chimio devant le grand-tonton victime d'un cancer en phase terminale.

4) Vouloir faire rire est une chose, mais ne devenez pas le comique de service non plus. Vous savez, celui qui vient tout le temps pour raconter des blagues qui cherche l'approbation et la popularité par le fait de faire rire ? Ce mec dans le fond, il n'est pas tellement drôle et si tout le monde l'aime bien dans le fond, on le trouve aussi un peu lourd. Un vrai sens de l'humour, c'est quand on arrive à placer sa phrase, son jeu de mot, whatever, un bon moment.

5) En lien avec le précédent point, ne cherchez à faire ni dans l'outrancier ni dans l'insistance, tout est une question de proportion : trop de salace fait passer pour un obsédé, de raciste pour un raciste, de noir pour un sordide, machistes pour un machiste, de gamin pour un gamin et de médecin pour tout ça à la fois. Aussi, la provoc' et surtout la surenchère dans celle-ci peut faire sortir du cadre de l'humour assez vite. Il faut savoir doser et varier son répertoire.

Si quelqu'un a quelque chose à ajouter, qu'il n'hésite pas :)
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Absolument le 30.05.14, 17h11 par splifstarz
  • [+1] Intéressant le 30.05.14, 18h21 par Thedaze
  • [+1] Il y'a du vrai... le 31.05.14, 17h20 par Onmyoji
Autre truc tout bête, regarder des comédies et des spectacles de comiques. Observe tout ça et tu trouvera des petites astuces pour mettre tes vannes en valeur et en plus, tu en apprendras plein. Exemple, pour moi Coluche est un vivier inépuisable de vannes en tout genre.

On me trouve souvent drôle et pourtant les 3/4 de mes vannes ne sont même pas les miennes. Je me contente de les ressortir dans un bon contexte. Puis quand tu sais faire ça, créer les tiennes devient plus facile.

Et comme disent les autres, il y a plusieurs types d'humour et de manières de le raconter. Quelques exemples concrets:
- savoir raconter une histoire et y intégrer des trucs drôles (Dubosc pour le story telling)
- auto dérision et mettre en avant ses défauts pour s'en servir comme d'une arme (Fernandel et son sourire dont il a longtemps été complexé)
- surjouer les expressions du visage et la gestuelle (Fernandel et Louis De Funes, Semoun)
- jouer à l'idiot (tous les films avec le personnage François Pignon genre le dîner de con, le placard).
- la vulgarité (Bigard et parfois Foresti)
- humour glauque, sale voir écœurant, risqué mais formidable quand c'est bien fait (Michel Muller, Guillon).
- jouer une blague au lieu de la raconter (Guy Montagné)

Mention spéciale pour Begbeider si tu aimes lire, qui est cynique à souhait.


Autre astuce utilisée par des comiques, rire de sa propre blague. Ça marche encore mieux si tu ris avant même de la raconter. Astuce estampillée Gad Elmaleh, Kavanagh et Semoun.


Ha, utilise aussi les surnoms. Surtout les noms de gens connus, genre un surfeur qui se la pète un peu, tu l'appelles David Hasselhoff. Un mec chevelu, Einstein. Donnez des surnoms, c'est toujours mignon en plus, mes gens le prennent rarement mal.


Si tu aimes, regarde les battles de rap aussi. Y en a c'est des snipers de la vanne. Ex: rap contenders ou word up si l'accent canadiens ne te fait pas mal au crâne. (Les meilleurs sont pour moi Wojtek, Gaiden, Nekfeu, Freddy Gruesum, Godié).



Mais pour moi les maîtres restent Desproges (finesse, surprise), Dieudonné (jeu d'acteur, expressions du visage, vannes qui piquent) et le best of the best Coluche (trop de qualités pour toutes les citer).


Voilà, mate tout ça et ça devrait refaire pas mal du munitions. Surtout n'hésite pas a regarder plusieurs fois ceux qui t'ont plu. Avant de faire rire les autres, il faut trouver l'humour qui te correspond le mieux donc celui qui te fera le plus rire.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Intéressant le 30.05.14, 18h25 par Thedaze
  • [+1] Intéressant le 30.05.14, 19h07 par Popovski
  • [+1] Constructif le 31.05.14, 17h20 par Onmyoji
  • Olfff [MOD]
  • Score : 1551 - 31 ans - MBTI: DAMN
Ce n'est qu'une remarque a titre personnel, mais je trouve que le meilleur moyen de faire rire, c'est encore de se faire rire.

Et a moins d'avoir un rire de maniaque et les yeux injectés de sang le partage de la poilade avec les autres suit en general.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Yep ! :) le 30.05.14, 21h09 par Thedaze
  • [+1] C'est pas faux le 31.05.14, 17h21 par Onmyoji
  • [+1] Pertinent le 18.04.15, 14h30 par Orphelin
  • Syd_
  • Score : 740 - 26 ans
Olfff a écrit:
Ce n'est qu'une remarque a titre personnel, mais je trouve que le meilleur moyen de faire rire, c'est encore de se faire rire.

Et a moins d'avoir un rire de maniaque et les yeux injectés de sang le partage de la poilade avec les autres suit en general.



Dès fois ce que je vais dire me fait tellement rire par avance que j'arrive pas à le raconter jusqu'au bout

Y a une astuce contre ça? 8)
Merci à tous pour vos réponses. J'ai matière à bosser comme ça. :) Et puis je pense que ça pourrait aussi aider d'autre personnes.
  • Owen [MOD]
  • Score : 1029 - 30 ans
Un truc con : si tu fais une vanne, assure toi que tu serais capable de bien la prendre si elle t'était destinée.

Je ne suis pas pour les trucs un peu méchant, sauf quand il s'agit d'écarter un boulet ou un gros con.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Intéressant le 31.05.14, 16h15 par Thedaze
  • [+1] Pertinent le 31.05.14, 17h21 par Onmyoji
Je ne tiens pas à faire dévier ce sujet, mais histoire que tout le monde comprenne pourquoi le post de GCeara a pris une série de notes négatives, et de dire ce qu'on est assez nombreux à penser (le fond est le même, même si au final il y aura sans doute plein de choses qui me sont propres). Et puis ça servira sans doute aux autres, si toi tu persistes dans tes travers:

GCeara a écrit:
Sinon, comme beaucoup de choses, ça peut être inné, comme le sens du rythme ou encore l'aisance sociale ou séductive;

C'est drôle, tout ce que tu cites, c'est de l'acquis. Pas de chance, personne peut se reposer sur la malchance pour se dédouaner de pas être bon.
L'aisance sociale ça peut être altéré par l'éducation, mais ce qu'on a appris on peut toujours le corriger, si on se bouge. L'humour c'est pareil. La seule limite comme toujours c'est l'intelligence, la capacité d'adaptation, et la volonté de changer. Pas des excuses comme "je suis pas né comme ça" ou "on m'a pas éduqué comme ça".

Citation:
très facile car c'est naturel, pas vraiment besoin de bosser dessus.

Tu as une définition assez "magique" de la chose: "je l'ai au départ alors je suis à 100%".
C'est complètement faux, tous les gens brillants dans un domaine ont toujours dit qu'il fallait travailler pour développer un talent. Il y a de rares exceptions, mais on travaille toujours inconsciemment, en voyant les autres faire, en faisant des bourdes qui sont drôles et qu'on reprend plus tard volontairement, et tout un tas de situations du même genre.

Citation:
A l'inverse, de base je suis une grosse quiche-lorraine en séduction, et j'aime pas trop ça en plus, je suis pas à l'aise à jouer les playboys + d'autres trucs désagréables qui me bloquent > du coup je progresse pas... en grande partie car mon état d'esprit ne s'y prête pas.

Si tu n'aimes pas ça, on se demande bien ce que tu fais là?
Tu n'aimes pas ça mais tu veux quand même les résultats?
Tu sais qu'une relation tu pourras pas la garder si tu te passes de rester séduisant?
C'est pas "j'ai gagné, maintenant tu restes avec moi, tu es séduite, maintenant je peux devenir moche, inintéressant, arrêter le sport et grossir, et m'enfermer dans un sac parce que j'aime pas sortir".
"Je suis pas à l'aise à jouer les playboys": Encore une croyance de merde.
Tu peux avoir le style d'un playboy si tu veux, mais les plus gros choppeurs ici sont des mecs qui ont des styles divers et variés, et ils se la jouent pas James Bond ou "je suis trop un homme à femmes". Tu peux avoir l'air complètement normal et ultra séduisant. Tout est affaire de communication. Ce qui te dessert c'est pas ta gueule, ton look (t'es normal), ta logistique, c'est ton état d'esprit et tes croyances de merde, parce que tu crois que séduire une fille c'est jouer un rôle et se faire passer pour un playboy et t'aimes pas ça, les playboys, sans doute parce que pour toi ce qu'ils font c'est pas bien, ou parce que tu aimerais bien faire la même chose en étant toi.
Sauf que tu peux pas séduire et être toi. Même pour avoir des relations sociales, tu nous racontais au début, c'est compliqué, avec tes amis ça passe pas.
Et je dis pas qu'il faut se renier, jouer un rôle, mais quand on est négatif en permanence, qu'on fait des généralités au kilomètre qui nous tirent vers le bas, qu'on a peur de tout (parce que c'est le cas, tu trouves toujours des excuses pour ne pas agir, tu flippes au moindre contretemps, etc), qu'on a des croyances sur les relations profondément moisies, et qu'on exprime les quelques trucs intéressants qu'on a pour soi par ce biais, ben forcément même les mecs on les fait fuir.
Même ici, tu arrives à user les gens, qui veulent même plus réagir à tes avis parce qu'ils savent que tu n'écouteras pas.
Et qu'à chaque fois, sous un léger vernis de choses apprises ici et que tu ressors pour pas te faire noter négativement, il y a toutes tes idées qui ressortent.

Citation:
Quelque part, pour toi ce sera surement pareil avec l'humour: ta volonté et ton kiff, ça jouera beaucoup sur ta capacité à évoluer. Mais ne te force pas à faire le clown si ça te fait aller contre ta façon naturelle d'être toi-même.

Donc pour revenir au sujet, l'humour ça s'apprend, comme la séduction.
Tout le monde n'est pas hilarant mais tout le monde peut apprendre à raconter une blague ou avoir un bon mot de temps en temps. Et avoir de l'humour, ce n'est pas "faire le clown", encore un préjugé. On peut faire de l'humour sans avoir l'air d'un bouffon.
Donc ton conseil qui revient à "surtout, évite ce que tu connais pas parce que ça t'est pas vraiment naturel, donc ça sera dur de progresser", garde le, s'il te plait.
D'une manière général, personne ici n'a rien contre toi, si tu regardes le nombre de posts sur le SOS on est là pour s'entraider.
Mais tant que tu n'as pas parcouru du chemin, évite de donner des conseils aux autres, parce que tu n'as rien pigé. Fais le pour eux, fais le pour toi.
Merci. Rien de personnel.

(NOTE pour les autres posteurs, même si vous êtes d'accord, merci de ne pas me donner de note pour la partie précédente, c'est pas fait pour ça. Par contre si ce qui suit vous plait, allez-y, vous gênez pas!:p)
___
L'HUMOUR:

Pour l'humour, il y a plein de choses, les blagues, c'est intéressant pas seulement pour avoir un répertoire, même si c'est toujours bien d'en avoir quelques unes plus ou moins salées suivant le public (si la jolie MILF que vous draguez a un enfant, vous ne pourrez pas lui raconter votre blague des 3 putes dans l'ascenseur...).
Les blagues, ça donne l'esprit de ce qui est drôle. Bien sûr, certaines choses ne cadreront pas avec votre humour (la blague carambar c'est pas tellement une référence on va dire), mais ça vous montrera que ça passe par des jeux de mots, des incompréhensions (complètes, ou une interprétation différente en fonction des personnages), des clichés, des situations cocasses, de l'absurde, des références culturelles, ce genre de choses.
Les spectacles sont bien pour ça, car ça vous donne les références culturelles qui vont être souvent utilisées dans le cadre de l'humour. ça en crée aussi (le "blond" de Gad elmaleh. J'ai pas dit que c'était LA référence, je sais que beaucoup n'aime pas. Mais c'est devenu assez populaire. On peut ne pas aimer, c'est présent dans notre milieu, on peut choisir de jouer avec ou pas).

Ensuite, il y a le storytelling, chacun son style pour ça, mais la gestuelle est importante (et puis ça permet d'impliquer les gens en les prenant comme référence -"tu vois, il mesurait à peu près comme ça, oui, là"-), le rythme, l'intonation, jouer avec sa voix, faire des grimaces si c'est visuel (ça effectivement, c'est faire le clown, mais on peut s'en passer).

On peut aussi rechercher les choses qui nous font rire.
Et chercher une situation familière, et essayer de les y transposer. C'est un bon "entrainement".
Essayer de voir son quotidien différemment, les choses standards avec une touche inhabituelle.

Deux autres ressorts de l'humour sont l'ironie et les références intimes, ce qu'on appelle dans le jargon les private joke. être ironique ne sert pas qu'à l'humour, mais c'est un bon outil. Quant aux private jokes, dire quelque chose à quelqu'un quand on sait pertinemment qu'il est totalement différent ("je suis sûr que tu étais ravi d'aller à ce concert avec ta copine" quand on sait que le mec aime pas les chanteurs à l'eau de rose, par exemple), ça peut faire rire. Idem avec des situations vécues ensemble. Même un petit détail peut être drôle rapporté à la situation actuelle.
C'est "drôle à rebours". J'ai pas d'exemple, là, mais la même chose en dérangeant; vous êtes un mec, votre voisine vous dit un jour qu'elle adore les beaux blonds comme vous, puis quelques années plus tard vous apprenez qu'elle a mangé le voisin qui est passé après vous. Une phrase sympa devient légèrement perturbante. ça peut marcher en sens inverse.

Autre chose, la répétition. Dis une fois, une chose est anodine. Deux fois, ça peut attirer l'attention. trois fois, ça peut devenir drôle. Après, c'est difficile, il n'y a pas de recette, il faut choisir quelque chose avec lequel on peut jouer, dans différentes situations.

Mais surtout, il faut avoir l'esprit ouvert. Ne pas prendre tout au pied de la lettre (ça reste un ressort de l'humour de prendre les choses littéralement quand on est sensé être figuratif, mais les gens premier degré sont le cauchemar des gens drôles. Sauf si l'humour se fait à leurs dépends).
Il faut savoir penser en dehors des interprétations habituelles, et savoir dire la chose qui va faire mouche. Il n'y a pas grand chose à faire pour apprendre, à part pratiquer.
L'idée c'est de se lancer, d'avoir des références, pour connaitre quelques moyens d'être drôle, et puis de se tester. Si on a toujours peur de prendre un bide, on avancera pas.
Il faut pas dire la blague pour faire rire les autres, mais parce qu'on trouve ça drôle.
ça revient au conseil précédent de "se faire rire en premier".
Je mettrai une réserve sur une chose, c'est que rire à ses propres blagues peut entrainer les autres au fou rire si c'est vraiment drôle, par contre si c'est raté ça peut vraiment donner l'impression qu'on est lourd. Certains disent aussi que par rapport à la séduction ça fait needy, j'ai pas une idée aussi précise, je pense que l'effet dépend beaucoup de la blague.

Alors il faut savoir être spontané, laisser l'idée sortir sans se poser de question.
écouter, comme le disait Boubou, ça aide beaucoup, d'une part parce que ça nous met dans la position de rattraper la balle au bond, plutôt que de la lancer, et faire de l'humour à partir de rien c'est pas toujours une mince affaire, ensuite parce que ça aide aussi à voir ce qui peut faire rire l'autre, dans sa manière de raconter, de s'exprimer, les clichés qu'il emploie.
Parce que oui, quand c'est ciblé, c'est beaucoup plus efficace.


Pour ce qui est de gérer un bide, ne pas se refermer si on essuie un blanc. Au contraire, on peut en jouer, l'idée c'est d'être souriant malgré tout, parce qu'on est pas là pour être validé par le rire des autres. Ne pas se prendre au sérieux, ça relaxe les gens, ils riront plus facilement avec vous.
C'est pas une affaire d'état de faire une blague moche, il faut pas en faire en permanence, mais ça fait partie du jeu. Les humoristes écrivent leurs spectacles, les "chroniqueurs" leurs interventions (il y a bien des choses qui sont spontanées mais pour beaucoup ce n'est pas le cas).
Alors c'est évident qu'on ne voit que le meilleur (et c'est même pas toujours le cas).
Faut pas complexer, se laisser aller, et ne pas chercher systématiquement à être drôle.
C'est comme chercher à être séduisant, c'est souvent contre productif, parce que ça induit toute une série de comportements qui vont à l'encontre de ça.
Il ne faut pas non plus chercher à être drôle pour être séduisant ou avoir de meilleures relations sociales, pour les mêmes raisons.

Si le bide vient du fait que ça choque l'autre, il peut être de bon ton de s'excuser, si on a vraiment pas fait attention. Maintenant, on peut très bien assumer, parfois les autres sont coincés ou ont un humour différent, on peut simplement minimiser honnêtement sans faire d'affaire d'état, il ne s'agit pas de dénigrer les sentiments de l'autre, mais de ne pas se flageller non plus.
ça m'amène à la phrase de Desproges, qui est souvent utilisée à tort, il ne parlait pas de choquer la cible, par exemple en faisant une blague sur les noirs à un noir (il y en a beaucoup qui en rient, après il y a eu le débat là dessus dans le sujet sur la discrimination ordinaire, je laisse à chacun le soin de se positionner), mais du fait que ce ne soit pas drôle suivant la personne qui fait de l'humour, par exemple un raciste qui raconte la même blague -là, même à un blanc, c'est pas drôle-.

Pour finir, ne pas toujours donner la réponse qu'on attend, répondre sciemment à côté de la plaque, balancer une saloperie dans une contexte complètement inapproprié, c'est un bon point de départ.
L'humour, c'est de la transgression, de la logique, mais aussi de la bienséance.
Alors lâchez vous!
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Ca va mieux en le disant le 31.05.14, 19h13 par Cellar Door
  • [+3] A lire le 01.06.14, 17h06 par John_Rimbault
  • [0] A lire le 18.04.15, 15h29 par Orphelin