Discussion

Drague : le revers de la médaille

Note : 12

le 11.04.2019 par Perlambre

6 réponses / Dernière par Thedaze le 12.04.2019, 18h40

Trouver l’amour au 21ème siècle n’est pas simple si l’on en croit cette compilation non exhaustive de termes 2.0. Des comportements « amoureux » laissant à désirer, certains étant carrément cruels.

Ce sujet n’est pas un encouragement à passer à l’acte mais une mise en garde afin de vous éviter autant que possible d'être déçu ou d’avoir le cœur en miette.

Ghosting (ghost = fantôme) : Ne plus donner de nouvelles du jour au lendemain, sans explication

Zombieing (technique du mort vivant) : C’est recevoir, après avoir été ghosté, un message du lâcheur, histoire de vérifier que vous êtes toujours là pour lui

Mosting : Sous-catégorie du ghosting. C’est disparaître dans la nature après avoir prétendu à sa cible qu’il y avait une réelle connexion entre vous

Orbiting (orbit = tourner autour de) : Version améliorée du ghosting qui consiste à couper les ponts tout en continuant de regarder les publications de l’autre sur les réseaux sociaux

Stalking (stalk = traquer) : Suite possible de l’orbiting qui consiste, en plus de vous espionner, de vous harceler par sms, mails, appels

Breadcrumbing (miettes de pain) : L’autre vous contacte par intermittence afin de susciter votre intérêt, vous garder sous le coude, à défaut souvent d’avoir trouvé mieux pour le moment

Micro-cheating (micro-triche) : Le partenaire ne faute pas sexuellement parlant, mais est infidèle en entretenant une relation ambiguë, en flirtant avec une autre personne

Stashing (planquer) : il s’agit d’une personne qui entretient une relation amoureuse mais qui ne présente pas son partenaire à son entourage, qui le cache volontairement

Flexting : Consiste à mentir sur vos qualités physiques ou intellectuelles dans le but d’impressionner votre cible avant le rendez-vous

Fauxbae'ing : S'inventer une relation amoureuse sur les réseaux sociaux

Cricketing (cricket = référence à ce qui est incorrect) : Ouvrir le message d’un interlocuteur afin qu’il voit qu’il a été lu et puis attendre des jours ou semaines avant de répondre

Firedooring (firedoor = porte coupe-feu) : Entretenir une relation amoureuse à sens unique

Serendipidating : Aller à des dates sans grande conviction

Cushioning (Cushion = oreiller) : Utiliser une personne afin d’avoir un plan b si l’élu de notre cœur nous fait faux bond

Benching : Placer plusieurs personnes sur le ban de touche où elles devront attendre que nous nous lassions de notre partenaire actuel



Connaissez-vous d’autres termes ?
Vos expériences ?
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Pas convaincu le 12.04.19, 01h26 par Iskandar
  • [+1] Intéressant le 12.04.19, 12h42 par The_PoP
  • [+1] Intéressant le 12.04.19, 15h26 par Thedaze
  • [+1] Intéressant le 13.04.19, 10h17 par Jalapeno
Une astuce simplement qui m´apparait en lisant cette liste non exhaustive de lâchetés désormais bien banales et quotidiennes :

- être vraiment très très détaché des réseaux sociaux et autres applis invasives vous protège d’une partie non négligeable de ces phénomènes.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Merci ! :) le 12.04.19, 18h21 par Perlambre
  • [+1] Absolument le 13.04.19, 10h17 par Jalapeno
Pas convaincu.

Parce que la technique pour se débarasser de toutes ces conneries assez vite : se créer du choix, de manière à être détaché. Exemple :

Citation:
Breadcrumbing (miettes de pain) : L’autre vous contacte par intermittence afin de susciter votre intérêt, vous garder sous le coude, à défaut souvent d’avoir trouvé mieux pour le moment


Pour que ça marche, faut que la victime n'ait pas d'autre choix, d'autres prospects. Non, parce que ça se repère vite ce "breadcrumbing" ( je connaissais pas). Tu vas éventuellement répondre quand l'autre va commencer à faire ça. Parce que tu as pas encore bien compris ce qui se passe, parce que tu testes, parce que... Quand maintenant tu as compris et qu'elle te relance alors que tu es en date avec ton nouveau plan... :roll:

Si en plus ce jour là, t'es d'humeur cruelle et un peu ivre... :roll: :) :roll: Le Mauvais Coin a dû commencer comme ça je pense.
On ne peut pas éviter totalement les comportements qui sont seulement du fait de l'autre.
Je pense qu'on peut en être affecté mais qu'il faut comprendre que c'est l'autre le problème, pas nous, dans la majorité des cas (si c'est systématique même en vrai il y a des questions à se poser sans doute). Même si on ne lui convient pas ce n'est pas forcément pour de bonnes raisons.
Pour les jeux de pouvoirs et de dépendance ce n'est pas neuf, je penser qu'il vaut mieux privilégier les nanas qui montrent des signes de constance et d'implication dans la longueur.
Je suis le premier à ne pas lâcher une nana à la première difficulté, mais quand ça devient une lutte et que ça sent la mauvaise volonté, les excuses et qu'il en découle une attitude irrespectueuse, faut se casser et même si elle revient, la prendre pour ce qu'elle est.
Et ne s'impliquer que de manière limitée ou pas du tout.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] En effet le 12.04.19, 18h24 par Perlambre
C'est surtout une histoire de dépendance affective tout ça. :)

Vous remarquerez qu'on est quand même plus prompt à la connerie même en connaissance de cause quand on est en état de faiblesse psychologique. On n'utilise pas forcement la bonne partie du cerveau quand on se sent pas bien dans ses pompes (régulation de la sérotonine surtout) . D'où les histoires à la con + sur-projection d'une réalité déformée.
Je pense que si on est un peu malin et apte à garder la tête froide on évite 99% des pièges tendus par les relations humaines. Je dis ça, je suis loin du compte selon les périodes mais force est de constater que quand je vais bien et que j'arrive à prendre du recul, c'est plutôt moi qui maitrise le sens de la relation. Ca parait évident dit comme ça, mais pas tant au regard de la détresse de beaucoup de gens...

Relation de pouvoir? C'est fou comme on parle d'amour et de séduction à tout va dans les films, chansons etc.. sans être capable de reconnaitre qu'il y a un jeu de pouvoir dans les relations humaines à peu près constamment.
J'ai l'impression que ça s'intensifie avec les années, chez les gens plus âgés surtout. Peut être que le poids des mauvaises expériences nous fait devenir plus réticent au lâché prise? Ou bien s'autocentrer plus que de mesure? D'où les vacheries dans les relations sans doute.
Moi avant toi. Un problème? Goodbye baby!

Sans doute que le fait de connaitre sa propre valeur amène aussi à ne plus respecter la sensibilité des autres, en conscience du fait que les gens sont interchangeables à foison, leur personne n'a plus grande valeur à partir d'un certain stade. On peut faire un parallèle avec le monde du travail. Car finalement c'est un peu pareil. Une rencontre, un engagement qu'on respecte ou non, un projet commun qu'on adopte ou pas, des objectifs à atteindre, des interférences extérieurs, des départs, l'histoire de l'offre et de la demande...

Indubitablement on vie dans une société de plus en plus féroce sous tout rapport. On donne des noms conceptuels pour chaque situations. On analyse tout, tout le temps. Si vous ne le faites pas, on le fait pour vous ahah, mon coloc actuel est analyste pour des lignes de cosmétique. Vous seriez étonnez de savoir ce dont les firmes sont capables pour vous vendre de la crème à bronzer.
Mais je m'égare un peu, sorry.

Tout ça pour dire que même avec la bonne info au bon moment, le cerveau est pas capable de toujours utiliser les bons canaux, la faute aussi à un contexte particulier.

Le liens hyper intéressant (merci Voucny) sur les comportement du cerveau face à des situations différentes en fonction du contexte:
http://www.youtube.com/watch?v=eOZmORZcKHI
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+2] Intéressant le 12.04.19, 15h50 par Onmyoji
  • [+1] Intéressant le 12.04.19, 18h27 par Perlambre
  • [+1] Intéressant le 13.04.19, 10h20 par Jalapeno
L’utilisation des réseaux facilite certainement ces comportements. Par contre je ne pense pas que ça n’arrive qu’à ceux qui n’ont pas d’autres choix. Tout dépend si la relation est installée ou non. Si tu tiens un minimum à une personne, elle te fera encore du mal en t’espionnant ou en te relançant au compte goutte.

Prendre du recul est nécessaire en effet en se disant que l’autre cherche à se rassurer et qu’il est hors de question de lui laisser croire qu’il a un quelconque pouvoir sur nous. Ne pas perdre confiance en soi, ne pas s’aigrir en disant « tous/toutes les mêmes ».

Malheureusement avec l’âge et les mauvaises expériences, pas mal de personnes perdent patience très rapidement ou alors s’investissent le strict minimum avec un partenaire. Parmi les quadras c’est très souvent le cas.

A propos de pouvoir :
J’avais lu dans je ne sais plus quel ouvrage que pour qu’un couple soit durable, un équilibre naturel devait se créer entre le dominant et le dominé. Chaque partenaire étant à tour de rôle dominant ou dominé.
Qu’un couple durable était un couple qui allie deux formes :
- les interactions complémentaire où chacun à un rôle distinct
- les interactions symétriques où les deux partenaires ont des intérêts et des rôles communs.

Je pense que trop de couple rêve d’une relation sans conflit. Or c’est impossible dans la durée. Donc en cas de conflit les partenaires se séparent, pleins de désillusions. Or un conflit ou plutôt sa résolution sans que quiconque soit lésé, fortifie le couple. Mais cela fait appel au dialogue, à l’écoute de l’autre qui en retour nous écoutera, à la négociation permettant de trouver un juste équilibre entre les deux personnalités.
La fusion dans le couple est aussi à éviter. 1 + 1 = 3 reste l’équation d’un couple durable. Mais bon je digresse ;)
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Intéressant le 12.04.19, 18h30 par Thedaze
  • [+1] Oui le 13.04.19, 10h21 par Jalapeno
Belle digression Perle :)
La fusion dans le couple à deux désavantages:
1- ça ne dure que peux de temps en général (sûrement des contre exemples mais j'en connais pas)
2- ça embarrasse tout le monde. Où comment saboter sa vie sociale pour l'autre.
Ça me fait toujours penser à la chanson de sting, every breath you take. Creepy à souhait.