Discussion

[D] Elliot Rodger, PUAHate & Misogynie

Note : 19

le 28.05.2014 par NewStart

101 réponses / Dernière par FK le 23.06.2014, 17h28

FTSHate.

Beaucoup de haine sur ce fil.

Et elle n'émane pas de moi en grande partie...

J'imagine que cela a du être le chemin qu'a suivit Eliot Rodgers.

Face à son incapacité à créer un contact avec le sexe opposé, il s'est tourné vers la communauté de PUA, il a du se sentir rejeté à tort ou a juste titre, mais toujours est-il, qu'il s'est tourné vers ceux qui l'acceptaient, et on connaît le résultat.

Ce topic est très instructif, malgré mon trollage.
h0tr0d3 a écrit:
FTSHate.

Beaucoup de haine sur ce fil.

Et elle n'émane pas de moi en grande partie...

(blah blah comparaison tirée par les cheveux sur Eliott Roger...)

Ce topic est très instructif, malgré mon trollage.

Bon, je ne sais pas où on en est avec le bidouillage / antibidouillage d'adresse IP, mais juste non.

Il y a eu des interrogations sur ce topic, des vieux dossiers évoqués, mais il n'y a que toi qui a visé aussi bas. Relis-toi, tu verras que tu as "visé", le plus "bas" possible. Et c'est pas la peine de parler de "troll", franchement sur des sujets pareils, y compris ton propre mal-être que je prends au sérieux, ça ne se fait pas, vraiment.

H0tr0d, je ne t'ai jamais manqué de respect, alors laisse-moi juste dire que je t'ai écrit par MP que j'étais triste pour FTS pour ce que tu dis ici et qui est objectivement injuste envers FK et les membres, mais à la fin je suis juste triste pour toi.

Je te souhaite d'aller mieux au plus vite, quoi qu'il arrive.
  • Ash
  • Score : 514 - 39 ans - MBTI: ENFP
Citation:
Moi, je me regarde dans la glace, et j'y vois un minable.


Ça ça me fait tiquer. Si t'en es à ce point là, va voir un psy.

D'autant que tu as un gros problème de mesure dans le jugement de l'égo:
Citation:
Moi, je me regarde dans la glace, et j'y vois un minable.

Toi, tu regardes dans la glace, et tu y voies Dieu en personne.


C'est comme s'il n'y avait pas de juste milieu.

Et se voir tel que l'on est réellement? Avec ses qualités et ses défauts? Se voir avec bienveillance? Amour de soi, sans pour autant se complaire dans l'égo?

Je pense que tu en es conscient, sinon tu ne viendrais pas jouer les trolls ici.
Bouge-toi mec! Ne reste pas avec ses idées. Fais en sorte de t'en sortir.

Comme disait toujours mon père: "Quand on veut, on peut."
En gros, si on le veut vraiment, on peut déplacer des montagnes, on peut faire des choses que l'on ne croyait pas possible de faire.
  • Owen [MOD]
  • Score : 1082 - 30 ans
On oublie le détail sympa qui fait qu'HotRod a encore peu de chance de devenir comme Elliott : il n'est pas (encore) en mesure d'acheter un flingue au supermarché...

Hotrod, comme je pense ne pas faire partie de ceux qui ne t'ont pas "manqué de respect", que penses tu du fait que j'approuve les conseils qui t'ont été donné par les autres ?

- Va voir un psy / coach, n'importe qui pour t'aider.
- Fais le ménage dans ta tête.
- Arrête de te complaire dans ce ton conflictuel : tu ne récoltes que ce que tu semes. Les autres membres sont a priori des humains et ils réagissent selon leur humeur et leurs valeurs. C'est une bonne nouvelle, non? Ceux qui choppent plein de filles et s'épanouissent sont en fait exactement comme toi et tu peux le faire.

Ce qu'il te faut c'est arrêter de cracher sur FTS, te prendre en charge, trouver un chemin qui te plait et le suivre.

J'ajoute que pour connaitre un petit peu FTS (juste un peu), je te dirais qu'un mec qui change positivement est toujours le bienvenu sur FTS, et que ton attitude actuelle, si elle change dans le "bon sens", te sera pardonnée et que tu seras apprécié (mais ne t'attends pas à de la complaisance de la part de ceux que tu as énervé).

Maintenant je suis d'accord avec les autres : si ton unique but c'est de venir cracher et pester comme un vieux chat malade, aucune raison de ne pas chercher à t'exclure du forum, ce n'est pas du sectarisme, juste un ras le bol.
  • h0tr0d4
  • Score : 0 - 35 ans - BANNI DU FORUM
Ce membre a été banni de FTS, en raison d'une attitude déplacée (arrogance, agressivité, propos borderline ou en contradiction avec notre règlement et nos valeurs). Les propos de ce membre n'engagent que lui, sont donc à prendre avec des pincettes, et ne reflètent pas les opinions des autres utilisateurs de FTS.
Owen a écrit:
Maintenant je suis d'accord avec les autres : si ton unique but c'est de venir cracher et pester comme un [b]vieux chat malade[b], aucune raison de ne pas chercher à t'exclure du forum, ce n'est pas du sectarisme, juste un ras le bol.


Qu'est ce que tu as contre les chats.

'Spèce d'ailurophobe.

Et sous entendre que je suis potentiellement un meurtrier est un manque de respect de mon point de vue.

Terrigan a écrit:
Et c'est pas la peine de parler de "troll", franchement sur des sujets pareils, y compris ton propre mal-être que je prends au sérieux, ça ne se fait pas, vraiment.

H0tr0d, je ne t'ai jamais manqué de respect, alors laisse-moi juste dire que je t'ai écrit par MP que j'étais triste pour FTS pour ce que tu dis ici et qui est objectivement injuste envers FK et les membres, mais à la fin je suis juste triste pour toi.

Je te souhaite d'aller mieux au plus vite, quoi qu'il arrive.


Pardon Monsieur Terrigan (sans ironie aucune).

Je ne vous visais pas, et je reconnais que vous avez été bienveillants à mon égard sans complaisance pour autant.

Mais, je ne peux en dire de même de certains membres...

Ta vie est un véritable déchet ... Je n'ai pas peur des mots.

Je vois un déchet, j'appelle ça un déchet, rien de plus.

Je n'injurie pas h0tr0d, mon objectif n'est pas de le blesser, ou de chercher à porter atteinte à sa dignité, et je ne m'aventurerais pas à être vulgaire à son égard.


Et c'est moi qui ait été été bas ..?
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Dont feed the troll le 19.06.14, 10h21 par Cellar Door
  • [0] C'est pas le plus important le 19.06.14, 10h43 par Terrigan
  • [0] Détends toi le 19.06.14, 11h56 par Owen
  • Ash
  • Score : 514 - 39 ans - MBTI: ENFP
Écoute h0tr0d, ravale un peu ton égo. Relativise.

Je t'ai défendu sur ce point, j'ai montré que ça dépassait les bornes pour moi. Les choses ont été dites. Point.

Stop ! Passe à autre chose ! Il n'y a pas à en faire une affaire d'état et ressasser les choses éternellement.

Si tu as envie qu'on t'aide, on peut t'aider !
Mais si tu continues à troller, tu vas te mettre tout le monde sur le dos. Et là, on ne va plus être gentil !
  • Owen [MOD]
  • Score : 1082 - 30 ans
Je n'ai rien sous entendu HotRod, tu peux interpréter les choses comme tu veux, je n'ai pas à me justifier.

Citation:
On oublie le détail sympa qui fait qu'HotRod a encore peu de chance de devenir comme Elliott : il n'est pas (encore) en mesure d'acheter un flingue au supermarché...


Il y a plusieurs manieres de comprendre cette phrase, et tu as évidemment choisi la plus négative, c'est ton probleme, pas le mien. Je t'en propose d'autres :

- Ironie.
- Second degré.
- Critique du systeme américain ou il est presque plus simple de choper des flingues que des clopes.
- Focaliser sur la différence plutôt que sur le point commun.

Je m'arrête là.

Quand à ce que Raven a dit, tout le monde n'est pas d'accord avec lui, c'est entre lui et toi. Je suis modérateur, pas juge ni redresseur de tort.

Tu devrais t'intéresser au triangle de Karpmann, ou triangle dramatique, ca t'aiderait à comprendre tes propres modes de fonctionnements toxiques.

Ce n'est pas une attaque, je l'ai lu, j'ai repéré certains réflexes toxiques chez moi. Comme je l'ai dit, on l'est tous plus ou moins, autant prendre du recul.
"La misogynie tue

J’ai l’impression qu’il faut que je parle des événements récents ici, je sens que c’est nécessaire, et pourtant je ne sais pas par où commencer. Depuis mercredi, je me prends en plein fouet la triste réalité : c’est pas demain la veille qu’il fera bon être une femme en ce monde. Ca sonne drama queen et tout, mais c’est comme ça que je le perçois, ça reste assez confus mais si je n’en parle pas maintenant, il sera trop tard et tout le monde aura oublié. On oublie vite, quand ça nous arrange…

Vendredi 23 mai, Elliot Rodger a tué six personnes près de Santa Barbara. Je lis partout des articles qui parlent de qui il est : le fils d’un assistant-réalisateur sur le tournage de Hunger Games. De ses troubles mentaux : il souffrait d’une forme aiguë du syndrome d’Asperger, "ce qui rend très difficiles les relations sociales". On dit de lui qu’il est un "jeune vierge en guerre contre les femmes". C’est bien, c’est tellement lisse, tellement facile. Avec cette approche totalement biaisée, je vois les gens commenter : "mais tous les hommes sont pas comme ça, heureusement ! lui il était malade mental !" d’un côté, et "en même temps je comprends, ça doit être frustrant de pas avoir de meuf et de pas pouvoir baiser".

A part dans le milieu féministe que je fréquente, je n’ai pas lu d’article qui dénonce l’acte profondément misogyne de cet homme, qui explique que non, être rejeté par les femmes n’est pas une excuse, une justification, une explication correcte, pour assassiner 6 personnes, et pour tenir le discours que tenait Elliot Rodger. Je suis sidérée qu’on passe à côté de ça, et sidérée qu’on ne modère pas ces commentaires effarant de violence, profondément misogynes, que je lis partout.

Et puis la réalité me rattrape. On vit dans une société patriarcale et profondément misogyne. Il est OK de faire des "blagues" à caractère sexuelles sur la petite secrétaire qu’elle est bien mignonne, siffler une femme est un compliment, et dire de cette même femme qu’elle est une salope quand elle ne daigne pas répondre "oh merci trop aimable prends-moi toute nue sur le capot de ta Renault 18" est normal, et justifié. On demandera toujours aux femmes ce qu’elles portaient quand elles se sont fait harceler/agresser/violer, on trouve des excuses aux hommes qui violent ("oh mais tu comprends, ça faisait 6 mois qu’ils étaient ensemble et elle refusait de coucher avec lui !"), on qualifie les meurtres conjugaux de "crimes passionnels", qu’on habille de romantisme. On a peur de sortir en jupe et en talons, et quand on ose enfin, je redeviens le bout de viande que j’ai toujours été.

Mercredi j’ai pris sur moi et, en grande adulte responsable, je suis allée passer la journée à Paris, pour rencontrer des gens. (coeurs sur vous au passage) Avant de partir, mon mec m’a dit qu’il avait peur pour moi, et que ça ne le rassurait pas, que je sois seule dans Paris sans lui. Avant de partir, j’ai planifié mon voyage pour être seule le moins possible, pour le rassurer, et pour me rassurer : j’étais encore plus flippée que lui. Evidemment. C’était moi la nana toute seule en robe qui allait se balader dans tout Paris. Déjà avant de partir, on se regardait et on se disait mais putain, c’est pas normal d’avoir peur comme ça, c’est pas normal et c’est pas JUSTE.

Je suis donc allée à Paris et c’était super. J’ai été seule 5 minutes en tout et pour tout. Dans le métro, à l’heure de pointe. Cinq putain de petites minutes entre cinq putain de petites stations, cinq minutes pendant lesquelles un homme a frotté son sexe en érection entre mes fesses avec insistance, pendant lesquelles je me demandais si j’étais parano, si tout ce féminisme ne m’avait pas monté à la tête — oh on en cherche des stratégies pour rester dans son monde de Bisounours… — et pendant lesquelles je me penchais en avant, en équilibre précaire vu le peu de place, pour décoller mon corps du sien, la bile aux lèvres, les yeux qui piquaient. Je suis sortie de la rame à toute vitesse mais j’ai senti qu’il descendait aussi alors que je l’ai regardé. J’ai vu son visage, j’ai vu sa main sur son entrejambe au vu et su de tous, j’ai vu son regard moqueur, j’ai vu son rictus, j’ai entendu son ricanement. Et je l’ai vu rentrer dans la rame suivante, et j’ai pensé merde, une autre nana va subir ça aussi. J’ai prié très fort pour qu’elle soit plus forte que moi, et qu’elle dise tout haut ce que je pensais tout bas : gros porc dégueulasse, espèce d’animal, connard, mais crève, va te faire foutre, dégage et fous-moi la paix, sale pervers immonde et répugnant. J’ai cru que j’allais vomir et finalement j’ai juste pleuré. Longtemps. J’en suis encore secouée.

Je suis secouée aussi qu’en racontant ça à une de mes amies elle me réponde, "Je suis désolée si j’ai l’air blasée ou quoi, mais à Paris, ça m’arrive tout le temps…"

Donc voilà, j’ai ça dans mes bottes mercredi, je me révolte, je tempête, et je pleure, POURQUOI moi, POURQUOI agir comme ça, POURQUOI ? Avant-hier je poste sur la page du blog les conseils du Projet Crocodiles si on est témoin de harcèlement de rue, j’y glisse une allusion à mon agression, et un connard vient commenter : "C’est grâce à ce genre de BD que l’autre jour, quand j’ai vu une femme se faire un peu emmerder par un mec, j’ai décidé que ça me regardait pas et que j’en avais rien à foutre." Le coup de poignard dans le ventre. Je vous les donne cadeau, pour que vous compreniez un peu pourquoi j’ai envie de vomir :

Dans tout ça on pense que tout va bien et d’un coup, bim, un Elliot Rodger. Qui n’est pas le premier, et qui ne sera pas le dernier. Tant que des gens continueront de s’en foutre, tant qu’on imputera la profonde misogynie à des troubles mentaux ou à une "légère frustration mais compréhensible quand même hein". Tant qu’on ne martèlera pas dans le crâne des hommes que le corps des femmes ne leur appartient pas. On y revient souvent, à cette histoire, hein… Mais à quel point notre monde est malade ? Dites, j’en connais des mecs qui n’ont pas des masses de succès, j’en connais des vierges à 20, 21, 22 ans… et j’aurais peur qu’ils se réveillent un matin en se disant "ah dis donc y’en a marre de ces connasses de salopes pourries gâtées qui veulent pas coucher avec moi, alors que je suis un "magnificent gentlemen"", comme Elliot Rodger.

Cette tuerie n’est pas l’oeuvre d’un fou isolé, tout comme les viols ne sont pas commis par des fous isolés. Il faut cesser de répandre cette idée fausse et de se rassurer derrière l’idée dorée que les crimes misogynes sont la cause de maladies mentales, le fait de psychopathes, totalement en marge de notre société, qu’ils n’ont pas d’autre contexte que la folie, que tout le monde les condamne et que tout va bien. Il faut exposer la banalité de ces actes, des discours misogynes, il faut montrer combien c’est courant et répandu, combien nombreux sont ceux qui pensent comme Elliot Rodger, combien nombreux sont les commentaires qui applaudissent son geste, le justifient, le comprennent, le défendent.

Depuis que j’ai décidé de parler de féminisme sur mon blog, j’ai reçu des monceaux d’atrocités qui s’apparentent dangereusement au discours d’Elliot Rodger. J’ai lu que les femmes ne sont pas dignes de confiance, qu’elles ne doivent pas avoir de droits, qu’on ne doit pas leur donner de pouvoirs, qu’elles sont la lie de la société, la cause de la déchéance de notre civilisation, qu’elles ne sont que de viles salopes qui attirent les hommes vers les bas instincts. J’ai lu que les féministes, ces castratrices, se réclament de la misandrie, qu’elles haïssent les hommes et veulent les voir morts, les contrôler, les brider. J’ai lu que l’ordre établi ne peut pas changer, que la domination de l’homme sur la femme est dans la nature des choses, qu’il suffit de ne pas porter de jupes, de ne pas sourire, de ne pas sortir, de ne pas se coiffer comme ci ou ça, de ne pas se maquiller ainsi ou de ne pas croiser les jambes. J’ai lu qu’une bonne femme, est une femme invisible.

Alors pourquoi pas morte ? Finalement ?

Aujourd’hui j’ai peur parce que je me rends bien compte qu’on n’avance pas assez vite et que la grande majorité des médias dépeignent ce qui est purement et simplement la manifestation la plus extrême du monde dans lequel nous vivons, comme l’oeuvre d’un déséquilibré mental. Parce que personne ne veut remettre en question ce monde. Personne ne veut reconnaître qu’il considère les femmes comme des objets à disposition, personne ne veut admettre qu’il se sent opprimé quand une femme le rejette – parce que ça voudrait dire que cette femme est un dû, et que son rejet est injuste. Personne ne veut voir en face que la moindre blague misogyne contribue à ce système malade qui sent le cadavre, les cadavres plutôt, les cadavres de toutes les femmes qui sont mortes parce qu’un homme un jour a jugé qu’il avait le droit de s’accaparer une femme et son corps, et qu’il n’a pas envisagé une seule seconde que cette femme ne soit pas d’accord, et que ce soit son droit à elle. Ces cadavres sont légion.

Il y a cette jeune fille, Maren Sanchez poignardée pour avoir refusé d’aller au bal de promo avec un camarade, décédée de ses blessures (il y a un mois). On dit de son agresseur qu’il montre des signes de "psychose". cette dame, Nicole El Dib, frappée et étranglée pour avoir "humilié" Papy Marcel, qui avait pour elle un "certain béguin". Il y a cette femme, Samantha Geimer, violée à 13 ans par Roman Polanski, qu’on encense toujours aujourd’hui, dont on ne dit rien, à qui on décerne des prix pour son oeuvre. Il y en a d’autres, beaucoup trop, et on n’en parle pas, ou pas assez, ou pas assez bien.

Je suis fatiguée. Ecrire cet article m’a demandé beaucoup d’énergie, et vivre dans cette société m’en demande d’autant plus.

La révolte n’est pas assez forte. Les voix qui grondent ne sont pas assez nombreuses.

Beaucoup trop de gens encore valident la misogynie, sans même s’en rendre compte, car la condamner reviendrait à leur ôter leurs privilèges, et à les pointer du doigt. Mais la misogynie tue. Le sexisme tue. Cette société tue, chaque jour, et il faut que ça cesse."


(unejeuneidiote.com)
Qu'en penses tu de cet article?
Il y a un biais, car après avoir lu d'autres articles de ce blog qui m'ont fait m'arracher les cheveux, mon point de vue personnel est qu'il s'agit d'une jeune fille sujette à la paranoïa et qui projette son mal-être sur le monde.

Se servir d'un fait divers qui s'est déroulé à des milliers de kilomètres dans une société complètement différente de la notre, et où les meurtres de masses sont légions pour toutes sortes de raisons diverses et variés, et quasi systématiquent l'oeuvre de déséquilibrés mentaux, pour en tirer des conclusions sur la misogynie généralisée de la société française, je trouve ça tout simplement malhonnête intellectuellement.

On fait souvent le reproche de misandrie et de victimisation aux féministes, et ce n'est pas pour rien, car ce reproche est justifié selon moi.

Lorsqu'un homme se fait castrer par une femme, il y a un soutien unanime des féministes, qui parlent tellement forts qu'on a l'impression qu'il s'agit de l'opinion de la "communauté féminine" (une telle communauté existe-t-elle d'ailleurs !?).

Répondre a de la violence psychologique ou physique par de la barbarie serait donc légitime ?

La question que je me pose, est de savoir si les opinions de cette idiote écervelé comme elle s'appelle elle même (et à raison selon moi) sont isolées ou bien largement partagées parmi les femmes.

Si effectivement, des filles se faisaient abusés régulièrement dans les transports en communs de la façon dont elle le décrit, alors peut-être qu'effectivement le tableau dramatique qu'elle dépeint est justifié.

Mais encore une fois, il faut lire le reste des articles de son blog pour bien comprendre celui-là...

Bref, que ce soit Eliot Rodgers, ou cette jeune fille mal dans sa peau. La haine répond à la haine.

Je rêve d'un monde où hommes et femmes marcheront main dans la main, pleins d'empathie et de compassions pour les faiblesses de l'autre. Où aucuns n'essayeraient de "prendre le pouvoir", où être un homme ou une femme ne serait pas discriminant ni dans un sens ni dans l'autre.

Mais l'utopie a ses limites.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Du grand n'importe quoi le 23.06.14, 14h51 par LuxLisbon
  • [0] Du grand n'importe quoi le 23.06.14, 14h52 par Mr.Smooth
h0tr0d5 a écrit:
Se servir d'un fait divers qui s'est déroulé à des milliers de kilomètres dans une société complètement différente de la notre, et où les meurtres de masses sont légions pour toutes sortes de raisons diverses et variés, et quasi systématiquent l'oeuvre de déséquilibrés mentaux, pour en tirer des conclusions sur la misogynie généralisée de la société française, je trouve ça tout simplement malhonnête intellectuellement.

Ce qui est malhonnête intellectuellement, c'est la manière dont les médias français ont relayé cette affaire, sans jamais faire état de la misogynie du tueur. Un crime raciste, on l'aurait catalogué comme tel : on provoque toujours l'émoi (et c'est justifié) quand on évoque les juifs qui se font agresser et violenter ; mais là, comme il s'agit d'un crime misogyne, on se dit que bon, c'est pas bien grave, qu'on peut bien passer la misogynie du mec sous silence. Or j'estime que comme le racisme, la misogynie est une circonstance aggravante, dans un cas pareil. Pourquoi les médias ont-ils pensé que c'était accessoire ? C'est ça qui m'interroge dans cette affaire, et contrairement à ce que tu prétends, ça en dit long sur notre propre rapport au sexisme.

h0tr0d5 a écrit:
On fait souvent le reproche de misandrie et de victimisation aux féministes, et ce n'est pas pour rien, car ce reproche est justifié selon moi.

Tu n'as absolument aucun élément qui permette de valider tes propos.
A part quelques féministes radicales (et elles sont de plus en plus rares), il est aussi ridicule de prétendre que les féministes sont misandres que de prétendre que les hommes sont tous misogynes.

h0tr0d5 a écrit:
Lorsqu'un homme se fait castrer par une femme, il y a un soutien unanime des féministes, qui parlent tellement forts qu'on a l'impression qu'il s'agit de l'opinion de la "communauté féminine" (une telle communauté existe-t-elle d'ailleurs !?).

Répondre a de la violence psychologique ou physique par de la barbarie serait donc légitime ?

:shock:
Non mais tu as des faits pour étayer tes propos ? Parce que là, tu inventes clairement et simplement des choses. Je n'ai jamais vu personne se réjouir de ce qu'on castrait un homme — et s'il faut le dire clairement, il y a bien davantage de femmes excisées contre leur gré dans le monde que d'hommes castrés contre leur gré.
Mais vraiment, j'attends, explique-moi où et comment tu as vu qu'on pouvait castrer un homme et être soutenu pour ce geste par des féministes.
C'est vraiment l'attaque la plus idiote que j'ai entendue contre le féminisme, et pourtant, crois-moi, j'en ai entendu un paquet.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Dont feed the troll le 23.06.14, 17h26 par FK
LuxLisbon a écrit:
Non mais tu as des faits pour étayer tes propos ? Parce que là, tu inventes clairement et simplement des choses. Je n'ai jamais vu personne se réjouir de ce qu'on castrait un homme — et s'il faut le dire clairement, il y a bien davantage de femmes excisées contre leur gré dans le monde que d'hommes castrés contre leur gré.
Mais vraiment, j'attends, explique-moi où et comment tu as vu qu'on pouvait castrer un homme et être soutenu pour ce geste par des féministes.
C'est vraiment l'attaque la plus idiote que j'ai entendue contre le féminisme, et pourtant, crois-moi, j'en ai entendu un paquet.


"John et Lorena Bobbitt

...

John Wayne Bobbitt (né le 23 mars 1967 à Buffalo New York) et Lorena Leonor Gallo de Bobbitt (née en 1970 à Bucay, Équateur) forment un couple américain (mariés le 18 juin 1989) qui s'est fait connaître suite à un fait divers en 1993, lorsque Lorena coupa une partie du pénis de son mari avec un couteau de cuisine.

...

La nuit du 23 juin 1993, Lorena Bobbitt coupe le pénis de son mari avec un couteau de cuisine pendant qu'ils étaient au lit dans leur maison de Manassas (Virginie). Elle s'enfuit ensuite avec le morceau tranché qu'elle jette par la fenêtre de sa voiture. La police parvient tout de même à retrouver le morceau qui sera recousu par la chirurgie.

Lors de ses déclarations à la police, Lorena déclare qu'elle avait coupé le pénis de son mari parce qu'il se masturbait et qu'il ne voulait pas lui donner d'orgasme. L'accent fut mis aussi sur le fait qu'il était violent, la battait souvent, et l'avait obligée à avorter.

Lors du procès en 1994, elle n'est pas reconnue coupable mais est tout de même obligée de passer 45 jours dans un hôpital psychiatrique.

John, quant à lui, est acquitté en septembre 1993 d'une plainte pour agression sexuelle sur sa femme.

Depuis l'incident

Lorena et John divorcent en 1995, après six années de mariage.


John devient acteur pornographique, afin de financer son opération, et tourne dans trois films : John Wayne Bobbitt… Uncut, Buttman at Nudes a Poppin' 2, et Frankenpenis.

En 1996, John Bobbitt déménage vers le Nevada, où il travaille dans un lupanar. Il entretient une relation avec Taylor Hayes, une actrice pornographique (qui bénéficiera de sa notoriété). Par la suite, il devient barman, chauffeur de limousine, conducteur d'engins de chantiers…

Ruiné, il parie avec Howard Stern pour se faire réagrandir le pénis. L'opération sera plutôt un échec et il reste avec le même sexe1.
Lorena

Lorena changera son nom pour reprendre son nom de jeune fille, Gallo. En décembre 1997, elle est accusée d'agression sur sa mère, Elvia Gallo, pendant que cette dernière regardait la télévision. Quatre mois plus tard elle est acquittée faute de preuve à charge contre elle.

Elle devient un symbole, pour les organisations féministes, de la femme se rebellant face à un mari qui la battait. Lors de son acquittement, elles ont manifesté leur satisfaction."


...

Attaque idiote ou pas, c'est la stricte vérité.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [-3] Stop le troll stp ! le 23.06.14, 16h25 par Blusher
h0tr0d5 a écrit:
Attaque idiote ou pas, c'est la stricte vérité.

Non : la vérité, c'est que certaines féministes ont pu considérer qu'une femme qui usait de la violence physique pour se protéger était légitime.
Ça n'a donc rien à voir avec ton idée de "on applaudit quand on castre un homme". Non : déjà, personne n'applaudit ; on remarque juste que c'est une femme qui a fini par rétablir la balance au sujet de la violence subie et qui s'est défendue et vengée d'un homme qui la maltraitait.
Par ailleurs, tu énonçais ça comme une vérité générale, or il s'agit d'un cas particulier. Aucune féministe n'applaudira lorsqu'un homme sera castré contre son gré, de manière totalement gratuite.
En revanche, la légitime défense (oui, car c'en est), c'est un autre problème. Est-ce que je trouve normal qu'elle ait fait souffrir cet homme ? Non. Est-ce que je comprends qu'elle en soit arrivée là ? Oui, mille fois oui.
Dis-toi bien que le jour où l'égalité entre les sexes sera réellement arrivée, les femmes n'auront plus à se faire justice toutes seules, car on les écoutera quand elles iront dire que leur conjoint les bat. Si la société soutenait davantage ses victimes (hommes comme femmes, d'ailleurs), on n'en arriverait pas à des drames pareils.

Je note, ceci étant dit, que tu trouves idiote une nana qui utilise une anecdote américaine pour tirer des conclusions quant à notre propre société, quand tu n'hésites pas à faire la même chose (prendre une anecdote américaine pour généraliser sur toutes les féministes, françaises comme étrangères).
Citation:
Je note, ceci étant dit, que tu trouves idiote une nana qui utilise une anecdote américaine pour tirer des conclusions quant à notre propre société, quand tu n'hésites pas à faire la même chose (prendre une anecdote américaine pour généraliser sur toutes les féministes, françaises comme étrangères).


Mais tellement.

C'est hypocrite. Et apprends a avoir du recul, ça t'aiderais à t'en sortir! Pour ça je t'invite à considérer d'autre schémas, et à essayer de te détacher de ceux qui tu sembles trop utiliser.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Dont feed the troll le 23.06.14, 17h27 par FK
LuxLisbon a écrit:
h0tr0d5 a écrit:
Attaque idiote ou pas, c'est la stricte vérité.

Non : la vérité, c'est que certaines féministes ont pu considérer qu'une femme qui usait de la violence physique pour se protéger était légitime.

Ça n'a donc rien à voir avec ton idée de "on applaudit quand on castre un homme". Non : déjà, personne n'applaudit ; on remarque juste que c'est une femme qui a fini par rétablir la balance au sujet de la violence subie et qui s'est défendue et vengée d'un homme qui la maltraitait.


Faux Madame.

...

"Mrs. Bobbitt Is Symbol Of Feminist Resistance

Published: January 19, 1994 (New York Times)

Like most of the American mass media, you have framed the Lorena L. Bobbitt affair as an issue of penile mutilation. You ignore the social context of Lorena Bobbitt's actions.

Prof. Catharine MacKinnon of the University of Michigan and the writer Andrea Dworkin long ago pointed to the institution of marriage as a legal cover for the act of rape and the permanent humiliation of women. Lorena Bobbitt's life has been a poignant instance of that nightmare, which elicited a bold and courageous act of feminist self-defense.

As one who recently returned from a conference of feminist activists in Europe, I can assure readers that the Lorena Bobbitt case has galvanized the women's movement worldwide in a way the Anita Hill case never did. No feminist is advocating emasculation as the weapon of first choice. And some women question the political prudence of "sociosexual vigilantism." But whatever the judgment of America's patriarchal legal system, Lorena Bobbitt is for most feminists no criminal. She is instead a symbol of innovative resistance against gender oppression everywhere.

What an irony that Ecuador, one of the world's most oppressively patriarchal societies, has generated such a potent symbol of female empowerment. STEPHANIE MORRIS Sydney, Australia, Jan. 12, 1994""


...

Vous me demandez des faits, je vous en donne, et vous les niez.

Vous tentez des les minimiser.

Elle n'a pas reçu un soutien isolé de quelques féministes, mais un soutien fort et unanime, elle est devenue un symbole de la femme qui se rebelle contre un mari abusif.

Je reviens donc à mon point de départ : user de barbarie envers un mari violent serait donc de la légitime défense ?. Assumez vos positions, et là on pourra débattre, autrement c'est une perte de temps.

Lutter contre l'excision qui est un crime de guerre d'un côté, et soutenir que la castration peut être un acte de légitime défense de l'autre ?

C'est une bien étrange idée que cela.

En outre, et c'est très important, les faits de violences conjugales n'ont jamais été avérés.

Sachant par ailleurs que cette femme était déséquilibrée psychologiquement, et qu'elle a ensuite fait de fausses accusations, je pense que cet exemple est très parlant.

Je ne tire pas des conclusions liées à ce fait divers. Mais lié au soutient absolu de la communauté féministe mondiale qui a fait de cette femme un héro de la rébellion contre le "patriarcat".

Ceci n'a rien de particulier et d'isolé.

...

Bref Madame, soyez honnête intellectuellement, car je tente de l'être.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [-3] => Aide perso le 23.06.14, 16h04 par Mr.Smooth
  • [-3] Arrête la drogue le 23.06.14, 16h25 par Blusher
h0tr0d5 a écrit:
No feminist is advocating emasculation as the weapon of first choice. And some women question the political prudence of "sociosexual vigilantism."


h0tr0d5 a écrit:
Bref Madame, soyez honnête intellectuellement, je tente de l'être.

Vraiment ?

Encore une fois, ce que certaines féministes (oui, il ne suffit pas de dire "elle est l'image pour les féministes du monde entier de la résistance envers l'oppression masculine" pour que cela soit vrai) ont pu dire ne concerne pas toutes les féministes en général, encore moins celles d'une autre génération (votre exemple a plus de 20 ans, quand même).

Par ailleurs, savez-vous combien d'hommes ne sont jamais condamnés pour des faits de violence sur leurs épouses ? Ce n'est pas parce qu'il n'a jamais été condamné qu'il n'a rien fait. Et on peut aussi penser que le déséquilibre de sa femme peut être lié à ce qu'il lui a fait subir.

Encore une fois, ce que je trouve hallucinant, c'est qu'on se masturbe le cerveau sur une affaire d'il y a 20 ans pour dire que les féministes sont méchantes, et qu'on nie la réalité, qui est que les femmes sont souvent victimes d'agressions sexuelles ou physiques de la part des hommes. Quelques chiffres, histoire de parler sur des faits, du concret : http://www.haut-conseil-egalite.gouv.fr ... tiques-79/
C'est ça la réalité aujourd'hui. La réalité, ce n'est pas que quelques féministes aient pu se réjouir de ce qu'une femme en a été réduite à émasculer un homme pour se protéger de la violence qu'il lui faisait subir. Non, la réalité c'est que les femmes sont encore et souvent victimes de crimes liés à leur genre, et ça, c'est intolérable.
En fait t'as juste été démoulé trop chaud toi.

Ca ne sert à rien de parler avec toi, si tu commences à utiliser des généralisations pour fabriquer les tiennes, tu vas pas t'en sortir.

Essaie de casser ce cercle vicieux: être intelligent c'est aussi savoir passer au dessus de la bêtises des autres.

Toi tu vas essayer de lire le monde en te focalisant sur tout ce qui pourrais donner raison à ta vision. C'est ça qui est toxique.

Ton affaire est anecdotique: le médias s'emparent de telles affaires parce que ça fait vendre. C'est une affaire dite "à sensation".
Du coup, que l'affaire ai fait feu de paille médiatique durant 2-3mois, c'est parfaitement logique. Que certains groupes l'ai pris en porte étendard, c'est logique. Mais on en parle plus.
C'est pas parce que certains crient plus forts que d'autres que ça représente la réalité. C'est valable pour tout les camps.

Au demeurant, la violence faite aux femmes est elle, bien réelle.



Arrête de jouer au gros con, ou à défaut, cesse de poster ici.

Je vais peut être me prendre des notes négatives mais j'assume;

T'es un gros connard de comparer l'excision face à une affaire de merde aux USA.
C'est vraiment le fleuron de la petite merde frustrée occidentale qui ne connait RIEN DES PUTAINS DE VIOLENCES REELLES faites aux femmes (et aux hommes aussi, mais vaut mieux être un homme dans la plupart des pays pratiquant un islam déglingué et corrompu).
Tu te rends compte jusqu'à ou tu vas pour essayer d'avoir raison??
Mais va te faire foutre, connard.
T'as des centaines de milliers (millions) de femmes qui sont mutilées pour des raisons de merde, contre leur gré.

Va te faire foutre.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Du calme le 23.06.14, 16h24 par Blusher
LuxLisbon a écrit:
Par ailleurs, savez-vous combien d'hommes ne sont jamais condamnés pour des faits de violence sur leurs épouses ? Ce n'est pas parce qu'il n'a jamais été condamné qu'il n'a rien fait. Et on peut aussi penser que le déséquilibre de sa femme peut être lié à ce qu'il lui a fait subir.


Ce propos est très grave et très dangereux.

Même innocenté par la Justice, un homme accusé de violences conjugales par sa femme resterait donc coupable ?

...

Je ne me "masturbe" pas sur cette histoire, j'y ai juste fait allusion, et comme vous m'accusiez de ne pas me baser sur des faits je vous en donne voilà tout.

...

Par ailleurs, il ne s'agit pas de nier la réalité des violences conjugales.

La question, est : "Est-ce qu'une femme qui castre son mari en l'accusant de violences conjugales commet un acte de légitime défense ?"

Le fait qu'il soit innocenté par la Justice n'y changeant absolument rien selon vous.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [-3] Boulet le 23.06.14, 16h23 par Blusher
h0tr0d5 a écrit:
LuxLisbon a écrit:
Par ailleurs, savez-vous combien d'hommes ne sont jamais condamnés pour des faits de violence sur leurs épouses ? Ce n'est pas parce qu'il n'a jamais été condamné qu'il n'a rien fait. Et on peut aussi penser que le déséquilibre de sa femme peut être lié à ce qu'il lui a fait subir.


Ce propos est très grave et très dangereux.

Même innocenté par la Justice, un homme accusé de violences par sa femme resterait coupable ?

Je n'affirme rien. Je dis simplement que ne pas être condamné pour faute de preuves ne signifie pas qu'on ne soit pas coupable. Il y a des tas de viols non élucidés tous les ans, des tas de situations où des femmes ont été victimes de leur conjoint qui n'a jamais été condamné, etc. La justice n'est pas toujours fiable.
Par ailleurs, pourquoi n'a-t-elle pas été condamnée, si on ne lui a pas trouvé de circonstances atténuantes ?

h0tr0d5 a écrit:
Le fait qu'il soit innocenté par la Justice n'y changeant absolument rien selon vous.

Il a été innocenté pour un fait d'agression sexuelle, pas pour l'accusation globale de maltraitance et de violences sur sa femme.
Par ailleurs, pas besoin de mettre un "J" majuscule à "justice" pour faire croire que c'est une valeur intouchable et supérieure. En français, on ne met pas de majuscule à ce mot.

Je finis par penser comme Smooth : tu ne veux pas débattre, tu veux simplement venir éructer ta haine en sélectionnant les seuls faits qui t'intéressent.
Tu ne réponds à rien : tu as un seul exemple, et tu t'y accroches comme une moule à son rocher, alors même que ton exemple ne signifie strictement rien, qu'il ne prouve rien.

Je te souhaite un bon trollage : moi, j'arrête là.
  • ANONYME (ce membre a désactivé son profil et / ou a demandé à masquer son pseudo)
  • Score :
Il y a aussi des femmes en Asie qui sont défigurées par des jets d'acide sur le visage par leurs maris/ex. C'est atroce.

J'avais vu un reportage aussi sur des femmes en Thaïlande qui étaient amputées parce que leur mari n'avait pas reçu suffisamment de dot. L'un d'eux avait coupé une jambe à sa femme correspondant à la part de la dot qu'il lui manquait. L'autre avait le nez coupé, l'autre les yeux crevés... C'est pas croyable les horreurs qui peuvent être faites aux femmes de par le monde.