Discussion

Femme histrionique, manipulatrice

Note : 11

le 06.05.2019 par alexpjb

7 réponses / Dernière par alexpjb le 07.05.2019, 16h08

Bonjour à tous.
Après 13 ans d'une relation sérieuse qui a donné 2 enfants formidables,
après une rupture douce, sans heurts, avec la mère de mes enfants avec qui je conserve une trés bonne relation (nous considérons que nous restons une famille),
je me suis retrouvé sur le marché, un marché trés trés tendu. On m'avait prévenu que ce serait compliqué... je l'ai appris à mes dépends. 4 ans de galères. Quand on a la quarantaine bien conservée, sur la côté d'azur, sortir avec des filles ce n'est pas trés difficile. trouver une femme (je n'emploie pas le terme fille) c'est déjà plus compliqué. Quant à une femme équilibrée, capable d'entretenir une relation stable, là... no comment.

J'en viens donc à ma dernière relation qui a duré presqu'un an... pour un gros flop nul.

Au départ, c'est la grande révélation. Une fille trés jolie de 35 ans (moi 39), au visage doux, regard d'agneau dans des grands yeux clairs... C'est tellement fluide, il y a tant de complicité. Comme si le ciel m'avait envoyé mon âme soeur. Au bout d'un mois, wkd de rêve à Londres. Présentation à son père trés rapide après 2 mois de relations à peine. Voyage en corse superbe. Tout est beau, les choses sont simples. On est trés indépendants tous les deux. Il arrive parfois qu'on ne se voit pas pendant 10 jours, même si on vit à 20km de distance, mais ça ne fait rien. Quand je lui propose une activité ( j'ai un côté un peu hyper actif) elle est heureuse de me retrouver et de partager des choses avec moi. Bref on s'aime sans se le dire.

Et puis trés vite... le vent tourne.
Dès le retour de vacances fin aout, alors que madame semblait emballée, ravie de son séjour, j'entends les mots suivants lors d'un repas: "j'ai besoin de moments pour moi" (on se voyait 1 à 2 fois par semaine avant le séjour), on est pas obligé d'être scotchés, Nice c'est loin (elle habite à 20 minutes). Tout cela dit sous le ton de l'humour... Mais dit quand même: la couleur est annoncée...

à partir de là, je n'ai plus eu de répit. Chaque semaine m'apporte son lot de surprises. La relation devient tout simplement kafkaïenne...

exemple:
sms d'elle le vendredi: on ne s'est vu qu'une fois cette semaine c'est pas bcp
moi: j'ai les enfants ce soir, mais vient
elle: non ma soeur arrive demain (samedi) pour le wkd. Elle va vouloir aller en boite il faut que je sois en forme.
(donc on se voit pas parce qu'elle va en boite demain soir...ok)

exemple:
En septembre, on découvre une maladie des nerfs périphériques (jambes) à mon fils. Vraisemblablement une maladie génétique (à ce jour elle ne parait pas évolutive, mais en septembre c'est la décharge électrique). Madame est en déplacement pro. Comme je passe la journée à l'hopital elle s'inquiète par message. Je lui réponds que les news sont pas trés bonnes. Elle me dit qu'elle m'appellera dans la soirée... J'attends toujours son appel. Le wkd, soirées copine le vendredi, et le samedi. On ne se voit que 4h le samedi. Et le dimanche elle ose me balancer: "je suis fatiguée de ma semaine"...

Et pourtant elle veut rencontrer mes enfants, s'investir. On organise un wkd avec les petits fin septembre. Et là c'est le rêve. Escalade avec ma grande. Photo de famille. Tout se passe pour le mieux dans le meilleur des mondes. Et puis c'est la grande déclaration d'amour : elle n'a vécu qu'une passion dans sa vie, c'était avant moi, et ne pensait jamais retrouver mieux si vite avec moi... Je finis par commettre l'irréparable, je lui balance un "je t'aime".

La semaine suivante, voyage de 10 jours à NY pour le taf. Pas un appel. Bon j'ai quand même mon message du matin et du soir. Mais pour le coup de fil, pas le temps, entre les rdv la journée et les sorties jusqu'à 4h du mat...
Bref la grande démonstration du grand amour. C'est moi, je dois être trop exigeant, comme elle me le dira plus tard...
Et de déplacements en déplacements en octobre on ne se voit que 3 fois. Et pas un appel en un mois. Quand je lui fait la remarque: "c'est une perte de temps de s'appeler", "je n'appelle jamais personne"' (je suis donc personne" ). Et là la phrase qui tue: "il faut que tu te demandes si une femme indépendante comme moi peut te rendre heureux, c'est la seule question à laquelle tu dois répondre". (Je me réponds à moi-même que mon ex compagne était trés indépendante. Elle est avocate à son compte, investie dans plusieurs associations. Bref sa vision de l'indépendance, c'est juste de la M...)
Sans oublier la phase victimisation: "je suis une mauvaise petite amie"...

Après quoi elle me dit: "j'ai besoin de savoir si tu es capable d'avoir d'autres enfants sinon je ne peux pas m'investir à fond dans la relation" (ah bon? moi je croyais que tu étais dedans, wkd avec mes enfants, déclarations d'amour... tout ça n'avait donc pas d'importance...)

A partir de là, c'est devenu délirant.
Novembre , décembre, pas un week end entier ensemble. Madame sort le jeudi, le vendredi elle est trop fatiguée pour passer la soirée avec moi. Pourquoi pas, mais j'appelle cela une relation plan cul dans ce cas.
Que nenni, elle veut officialiser avec mes gosses. Elle fait des annonces, à son père notamment: "quand on aura un enfant avec alex et qu'on sera tous ensemble avec les siens..." (semaine suivante, lors d'une discussion: "mais c'était pour rire"...).
Elle continue ses annonces avec sa famille à noel, et mes amis lors du repas du jour de l'an : "avec alex on va s'installer, on va avoir des enfants".
Je me décompose car je sais qu'elle délire: 9 mois qu'on est ensemble, elle n'a mis qu'une brosse à dent chez moi, on fonctionne au planning, elle a toujours une bonne excuse quand je lui parle de vacances et surtout... elle me rejette. (on s'embrasse plus, on se prend plus dans les bras. Niveau sexe c'est une à deux fois pas semaine, après le brossage des dents comme un vieux couple...et surtout, on peut facilement passer 2 semaines sans rien c'est pas un pb...). Pas une photo de moi sur fb "ça va faire fuir mes prétendants" "c'est sensé être drôle?"
Le lendemain des annonces, c'est "ah mais non c'est un projet mais pas tout de suite"...

finalement en janvier je finis par péter à deux reprises:
- elle ne reste pas dormir chez moi alors qu'on ne s'est pas vus depuis 9 jours (et que 9 jours auparavant elle faisait des annonces d'installation). Je lui demande ce qu'elle me veut à la fin, que ça me gonfle toutes ces incohérences.
- un soir où elle me rejette une fois de plus (un samedi soir après une semaine d'abstinence et une semaine sans se voir en prévision), je lui fais une scène déshonorante pour moi (source de ma culpabilité aujourd'hui) "t'as pas envie de moi, je le vois bien, t'as besoin de boire à chaque fois, maintenant tu m'expliques, etc etc...). Je ne crie pas, mais je suis ferme et insistant, chiant et nul. Il ne se passe rien bien sûr ce soir là. Rien de tel pour bloquer la donzelle. Mais quand on est à bout on est à bout...

2 semaines plus tard, je la mets au pied du mur. Je dis que je marche plus. Elle me répond que ma scène de 30 min (10 min grand grand max en réalité) a cassé quelque chose, que le lendemain elle s'est forcée (c'est elle qui est venue vers moi et je l'ai même repoussée au départ), qu'elle a été trés choquée, etc... qu'elle veut faire une pause pour voir si "on se manque". Qu'effectivement elle traine des pieds pour partir en vacances avec moi ( deux semaines avant, elle parlait de bébé). Et qu'en plus elle a prévu un séjour aux seychelles dans deux mois avec tonton et tata...

Bref, Je refuse catégoriquement la pause et lui dis que nos chemins se séparent ici. (fin de 10 mois de relation)
Quand je reviens vers elle une semaine après je reçois un beau sms, le dernier : "on a essayé, ça n'a pas marché, c'est dommage. Je garde en mémoire les beaux moments"

Pour le tableau j'ai oublié: toutes les techniques à la con du fuis moi je te suis et inversement fonctionnaient à merveille. Et justement, de constater cela, me renforçait l'idée que je faisais fausse route. Et puis au bout de 6/8 mois de relation, j'avais envie d'une partenaire, pas d'un adversaire dans un "game". N'est-on pas systématiquement perdant lorsqu'on force sa nature? Et puis n'est ce pas s'adapter à SON mode de fonctionnement malsain?

Alors voilà ma question est simple. J'étais amoureux et j'arrive encore (après 3 mois) à culpabiliser de l'avoir perdue à cause de ma scène et de mes mises aux points (reproches). Pour autant ma lucidité me dit qu'elle m'aurait fait vivre l'enfer, que les choses auraient été de mal en pire, même si au "game" elle cédait assez vite. Donc:
Est-ce que certains ont vécues des histoires similaires? ça a donné quoi au long terme?
Mon psy me dit qu'une hystéro pareil, elle fuit dès qu'il y a un début d'engagement quelconque. Elle fait tout pour construire une vraie relation mais prend la fuite dès qu'il y a un début de concrétisation. Exemple typique: l'homme marié qui finit par quitter sa famille pour elle après plusieurs années de flirt et qui se fait planter (alors qu'elle a tout fait pour le convaincre de faire le pas) ... Et c'est vrai que toutes ses précédentes relations n'ont été que des pétards mouillés (fuite d'un cote ou de l'autre au bout de 2 / 3 ans) En gros, tot ou tard je me serai retrouvé chez mon psy. Et plus tard, lancé dans des projets, l'addition aurait été encore plus lourde...
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+2] Courage le 06.05.19, 12h16 par Onmyoji
  • [+1] Courage le 06.05.19, 12h45 par Jalapeno
  • [+1] Courage le 06.05.19, 16h21 par Thedaze
  • [0] Courage le 06.05.19, 17h48 par The_PoP
  • [+1] Bienvenue ! le 08.05.19, 12h16 par FK
"N'est-on pas systématiquement perdant lorsqu'on force sa nature? Et puis n'est ce pas s'adapter à SON mode de fonctionnement malsain? "

Si, absolument, et ce pour tes deux questions.
Finalement, elle a rompu, pour ton plus grand bien.
Il y a de nombreuses personnes qui ont déjà décrit cela ici.
Tu n'es pas seul, et ton principal travail, vu que c'est elle qui a rompu, c'est de te convaincre que c'est un bien,
et puisque vous n'avez rien à faire ensemble, de ne jamais lui laisser un nouvel espace dans ta vie.
Même pas une minute.
Travaille sur toi avec ton psy, et apprends à ressentir que tu t'en es finalement bien sorti.

ça ne donne JAMAIS rien à long terme, pour la simple et bonne raison que comme tu le dis, aucune de ses relations n'a duré (et ses ex peuvent sans doute te raconter des choses du même genre).

Et ça peut franchement être pire que ça,
tu t'en sors relativement bien.

Bon courage
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Je valide le 06.05.19, 12h46 par Jalapeno
  • [+1] Absolument le 06.05.19, 16h21 par Thedaze
Elle voulait clairement pas s'engager et te faisais juste quelques belles promesses pour te rassurer. Elle voulait s'amuser.

Bientôt tu l'oublieras et tu guériras mais tu as clairement rien perdu.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] 100% d'accord le 06.05.19, 16h02 par The_PoP
  • [+1] Je valide le 06.05.19, 16h27 par Thedaze
Mec courage.

On est pléthore à être passé par la case "relation bordélique", tout en essayant d'y croire. Sauf que ça abouti jamais sur un truc constructif.
Perso c'est avec du temps et du recul que j'ai pu y voir plus clair.
Courage à toi.

Cela prouve une nouvelle fois qu'on n'apprends jamais, qu'on n'est jamais à l'abri, qu'on n'est jamais arrivé.


Petit bémol dans ton récit pour moi : je trouve dommage que tu la qualifies dans le titre de manipulatrice, voir d'histrionique.
Nul besoin de la diaboliser pour qu'on ai de l'empathie pour toi.
Nul besoin de lui diagnostiquer des pathologies pour comprendre que t'as douillé.

Par contre si tu veux en tirer les bonnes leçons, il est peut être bon de regarder ce que vous avez vécu de manière plus tranquille.


Visiblement cette meuf n'était pas prête. On dit souvent ici qu'il faut juger les actes et non les paroles.
Visiblement à un moment, tu as eu envie d'aller plus vite qu'elle.
Tu as eu besoin de plus que ce qu'elle pouvait/voulait donner.
Elle n'était probablement pas équilibrée, mais qui l'est ? L'as-tu été toi même tout le long de la relation ? L'as-tu toujours été dans ta vie ?
Bref, ne venons pas poser de diagnostiques là ou c'est peut être simplement de la confusion humaine. Je n'ai pas lu de réelle volonté de te nuire dans cette relation.

Moi la question que j'ai envie de te poser c'est : qu'est-ce qui fait que malgré le fait qu'elle ne t'apportait pas ce dont tu avais besoin, tu t'es accroché, tu as eu envie de continuer avec elle, tu te poses encore des questions sur elle ?
Parce que cela, c'est toi, et tu peux agir dessus.


Bon courage à toi. Pas évident de revenir sur ce genre de relations et sur le "marché" après avoir été longtemps en couple sain.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] C'est pas si simple le 06.05.19, 19h48 par Onmyoji
Merci pour vos réponses. Onmoji tu m'as rassuré.

Il n'y a pas de volonté de la diaboliser. Si seulement j'y arrivais j'en serais trés soulagé :) Il fallait des mots clés pour situer le sujet sur le forum.

Tu as raison pop. On a tous nos déséquilibres, certes. Je connais la place de ma névrose aussi :) Elle n'avait pas d'intention de nuire. Mais à jouer avec les sentiments, à être dans la superficialité des sentiments, l'inconstance des sentiments, l'instabilité émotionnelle permanente et affective on nuit à l'autre.
J'ai réagi relativement rapidement. Mais cela m'a couté.

Je voulais aller plus vite qu'elle ? je n'ai jamais parlé d'installation ni d'enfant. (ça va j'en ai déjà deux j'ai eu ma dose niveau biberon :)
C'était ses sujets, pas les miens.

Je voulais seulement avoir une relation équilibrée. Les premiers 5 mois ont été simples. Quand elle a voulu rentrer dans ma vie, celle de mes enfants, dans mon coeur en me faisant des déclarations, j'ai pensé que nous pouvions nous voir plus régulièrement (d'ailleurs c'est elle qui au départ m'a reproché d'avoir programmé des soirées où elle était la bienvenue sans lui en parler d'abord en me demandant de fonctionner comme un couple).
Donc se voir, au moins quand elle n'avait rien à faire.. Mais elle était fatiguée de ses soirées... C'est là que je n'ai plus été d'accord.
Soit on est des sex friends, soit on ensemble décide d'avancer. Et dans ce cas, ça veut dire partager des moments. On a décidé ensemble d'avancer et c'est là qu'elle a reculé. Tout en continuant de parler de plus belle...

Elle me disait en effet que j'étais impatient (parce que je voulais passer un week end entier avec elle?!! Passer plus d'une nuit par semaine avec elle??? n'importe quoi).

Elle a cru que l'installation était mon attente sans doute. C'est faux. Mais à force d'en parler à moi, autour d'elle, de faire des annonces, notamment à son père!! oui je me suis fait à l'idée. J'ai commencé à regarder des annonces. Elle a provoqué l'attente. C'est de la manipulation, peut-être inconsciente, ça n'enlève rien aux dégats et à la responsabilité.

Pourquoi rester me demandes-tu alors que je n'y trouvais pas mon compte? Les sentiments, j'étais amoureux. On est pas des machines. Je me souviens du dialogue entre le petit prince et le renard: si je t'apprivoise tu deviendras unique pour moi... Mais bon, il faut se faire à son époque sans doute... et zapper :)

quant à faire le travail pour me recentrer et ne plus répéter le scénario, c'est ce que je fais, notamment grace à vous, je verbalise par écrit et je sors des choses :)

Bien à vous. Et merci encore.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Courage le 06.05.19, 20h10 par The_PoP
Oh je n'encourage pas à zapper, loin de là.
Et loin de moi l'idée de fustiger l'époque ni d'en abuser.


Ce que je voulais simplement t'apporter comme questionnement c'est celui-ci :

Qu'est-ce qui pousse un homme avec ton expérience, a passer plus de la moitié de la relation à ignorer/excuser/accepter des faits déplaisants. L'amour est évidemment une bonne raison, mais parfois on retrouve derrière ces questions d'autres choses :
- l'envie d'y croire accentuée par la peur d'autre chose
- s'être perdu dans une histoire que l'on se raconte à soi même car on rêve de quelque chose
- se cacher derrière sa propre bienveillance vis à vis de la partenaire pour s'excuser ses propres faiblesses

Bref, ce ne sont que des exemples, et je ne dis pas que c'est ton cas, mais tu vois l'idée j'imagine. Ce sont juste des vulnérabilités bien naturelles, que tout le monde éprouve, mais je crois que l'on gagne à connaître ses propres failles. Cela permet de prendre parfois du recul et de te corriger.


Une fois encore, je n'ai nulle intention de la dé-diaboliser ou de minimiser ses torts à elle. Je ne souhaite absolument pas te culpabiliser non plus.
Simplement, elle, elle n'est pas là sur FTS. Elle elle n'est plus là avec toi. Et la seule chose sur laquelle toi tu peux agir, c'est bien toi même.
Les seules actions/réflexions que tu peux entreprendre maintenant visent ta prochaine relation et non celle-ci qui fait désormais partie de ton passé.

Ceci étant dit, bienvenue à toi sur FTS, n'hésites pas si tu souhaites partager un peu avec nous à te présenter dans la section bienvenue. Nul doute que ton expérience et ton recul sur les relations hommes/femmes peuvent apporter à tout le monde ici.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+2] 100% d'accord le 07.05.19, 21h57 par Oldboy
Qu'est-ce qui pousse un homme avec ton expérience, a passer plus de la moitié de la relation à ignorer/excuser/accepter des faits déplaisants. L'amour est évidemment une bonne raison, mais parfois on retrouve derrière ces questions d'autres choses :
- l'envie d'y croire accentuée par la peur d'autre chose
- s'être perdu dans une histoire que l'on se raconte à soi même car on rêve de quelque chose
- se cacher derrière sa propre bienveillance vis à vis de la partenaire pour s'excuser ses propres faiblesses

ok pop. Bien d'accord. Des points à explorer...