Discussion

La frustration

Note : 9
lancé par Marasdesbois le 03.02.2018
12 réponses
dernier par Magdalena le 26.05.2018, 01h39
Bonjour, j’ai hésité à poster ici ou dans la partie couple puisque mon problème concerne ma relation avec mon compagnon. Si jamais je ne suis pas au bon endroit, je m’en excuses.

Pour situer le contexte, nous sommes en couple depuis 5 ans et nous vivons ensemble depuis presque aussi longtemps.
Il a 29 ans et j’ai 6 ans de plus que lui. J’ai connu plusieurs partenaires avant lui, il n’a connu que 3 femmes et n’a eu que deux relations « poussées », je suis la seconde.

Je ne me suis jamais posée la question sur sa sexualité et son expérience. Le fait qu’il avait perdu sa virginité plus tardivement que moi et qu’il n’avait expérimenté qu’avec une femme ne m’effrayait pas. Aucun préjugé.

D’autant qu’au tout début de notre relation, les deux premières années on va dire, il était très enthousiaste. Alors c’était toujours pareil, dans le lit, dans le noir, le missionnaire. Mais bon, je faisais avec et l’un comme l’autre avions des orgasmes.

Et puis, progressivement nos rapports se sont espacés et ça je le comprends. La fatigue, la vie quotidienne, la santé... plein de facteurs font que.
Sauf que là où ça a commencé à poser problème, c’est que nos rapports sont devenus courts et insatisfaisants.

Toujours le lit, le noir, et 5 minutes top chrono monsieur a joui, c’est fini. Alors les premières fois, j’ai été très compréhensives, rassurantes et patientes. Il se dévalorisait etc, donc je faisais tout ce que je pouvais pour le rassurer.
Sauf que les mois ont passé, et qu’il était toujours aussi demandeur mais que la situation persistait, et au fur et à mesure, il semblait s’en contenter, en être satisfait.
Aucun câlin après, il avait eu un orgasme, il était détendu et souriant, et il filait reprendre une douche. Moi, je restais là avec ma frustration grandissante.

Au bout d’une année comme ça, j’avoue que ma compréhension, ma patience, ma gentillesse et ma bienveillance se sont fait la malle. J’ai commencé à réfléchir à nos rapports sexuels, à les analyser.
Et subitement, j’ai réalisé qu’il ne me touchait pas, qu’il n’y avait aucun préliminaire, qu’il prenait ce que je lui donnais mais qu’il n’y avait rien pour moi de sa part. Je ne l’ai jamais vu se toucher, je ne savais même pas si il se masturbait.
Que c’était monotone, routinier, qu’il n’y avait aucune communication. J’ai bien essayé pourtant, de varier les lieux et les positions, mais non on en revenait toujours à la même chose.

Alors je lui en ai parlé, j’ai expliqué du mieux que je pouvais mes sentiments, ma frustration, ma solitude. Il a eu l’air touché mais s’est renfermé. Il ne faut pas parler sexe, il ne faut pas parler fantasmes, il est gêné. Je lui ai demandé de faire des efforts, et pourtant ce n’est pas la bonne formulation.

Depuis : 2016 nous avons eu deux rapports sexuels dans l’année. Il a été droit au but, rien n’a changé. Alors je n’ai plus voulu qu’il me touche, me mettre la main au panier pour me faire comprendre qu’il a envie... non désolée.
A plusieurs reprises j’ai essayé de parler avec lui, j’ai proposé qu’on consulte un sexologue, qu’il parle avec des potes... mais c’était un refus à chaque proposition.
2017, je lui ai acheté deux petits bouquins sympas et ludiques sur le plaisir féminin et la masturbation féminine, à trois reprises j’ai initié les relations intimes... droit au but à chaque fois. Et la dernière m’a « traumatisée », j’ai voulu le guider pour me caresser, quand il m’a touchée, j’étais mouillée normal, il m’a sorti « Aaarg ça me dégoûte ». J’ai fini en pleurs, il avait eu un orgasme et pour lui c’était fini.

Aujourd’hui, je suis un peu désespérée. Je n’arrive pas à tout restranscrire car c’est un sujet sensible. Je ne le harcèle pas, je ne le rabaisse pas, j’essaye que nous ayons une sexualité épanouissante pour nous deux. Mais je n’arrive plus à coucher avec lui, j’ai perdu ma confiance en moi, quoi que je fasse ça se termine toujours de la même façon alors ça émousse mes envies.

Et pourtant... que je suis frustrée ! Les mecs disent parfois qu’ils sont des chiens, c’est un peu mon impression depuis deux ans, que je suis une chatte en chaleur.

Nous avons des rapports sexuels où seul compte son plaisir. Et je ne sais plus quoi faire alors si vous avez des conseils, je suis preneuse.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • 0 (Courage) le 03.02.18, 17h17 par Sterdex
  • 0 (Fuyez, pauvres fous !) le 03.02.18, 19h25 par Onmyoji
Il a un contexte religieux, culturel ou d'éducation particulier ?

Autre piste, y a-t-il eu des changements physiques ou psychologiques importants depuis que vous êtes ensemble ?


Le reste de votre relation va bien : des projets ? des envies partagées ? des activités à deux ?
Je te remercie pour ta réponse.

Nous sommes tous les deux athées, pas de contexte particuliers à signaler qui pourrait expliquer son comportement. Du moins à mes yeux.
Nous avons acheté notre maison il y a un an, nous avons décidé de nous marier en 2019. Si notre vie intime laisse à désirer selon moi, nous avons malgré tout une complicité dans notre couple. Nous n'avons pas de problèmes d'argent ni de gros soucis qui pourraient le stresser. Nous sommes partis en voyage l'été dernier.

Il est sportif, il a des amis, il est libre de faire ce qu'il veut. On ne peut pas dire que je sois une nana chiante

J'ai des problèmes de santé, mais je les avais déjà au début de notre relation et nous avions des rapports plus satisfaisants à l'époque.
Physiquement, j'ai pris quelques kilos, je ne suis pas grosse juste mon poids de forme. Il dit me préférer tel que je suis actuellement car avant j'étais trop mince.

Il faut quand même savoir qu'il est très... immature ? Il se repose entièrement sur moi pour énormément de choses, j'ai plus l'impression d'être sa mère que sa nana.

Il ne verbalise rien, ni ses envies, ni ses ressentis, ni ses besoins à partir du moment où on touche la sexualité. Il n'est pas démonstratif et n'est pas câlin.
Si j'essaye d'échanger sur notre vie intime, il me sort SA phrase : je ne me sens pas à l'aise pour en parler et je n'ose pas faire.
Mais en même temps, lorsque j'essaye de l'encourager, que je l'accompagne dans l'acte, il casse tout en devenant très blessant.
Et étonnamment, il est par contre assez à l'aise pour me dire tout ce qu'il ne veut pas faire ou n'aime pas : pas de cunnilingus c'est crade, je ne dois pas être sur lui parce que c'est nul, me caresser c'est dégoûtant.
Si je devais être réductrice, je dirais que les préliminaires féminins ne l'intéressent pas, que la relation est satisfaisante pour lui à partir du moment où il a eu son orgasme.

Je ne sais pas si c'est parce que je n'ai pas vu la situation dès le départ ou bien parce que j'ai volontairement occulté le problème.

A la fois j'ai envie de l'aider, de faire en sorte que ça aille mieux entre nous dans ce domaine. Et en même temps, je baisse les bras, je suis lasse et triste.
Et un peu honteuse aussi de quémander son attention.
  • Syd_
  • Score : 595 - 25 ans
A quel moment tu te dis que d'acheter une maison et te marier avec un homme immature qui ne te touche pas est une bonne idée ?
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • +1 (100% d'accord) le 03.02.18, 19h26 par Onmyoji
@Syd_ je comprends ce que tu veux dire. Je ne suis pas certaines que ce soient de bonnes idées, dans le sens où quoi qu'on fasse, on ne sait pas ce que l'avenir nous réserve de bons comme de mauvais.
Bien que nous n'ayons pas une sexualité complice et épanouissante, et malgré son immaturité, j'ai des sentiments pour lui. Il ne se résume pas à ça, c'est une belle personne qui a des qualités sinon je ne serais plus avec lui depuis un moment.

J'ai assez de sentiments pour avoir envie de passer du temps avec lui, d'essayer de construire des choses et de ne pas abandonner parce qu'il y a ces difficultés.
J'ai envie de lui donner encore un peu de temps, de lui laisser ce temps pour que peut-être il réalise ses erreurs.

Après tout ce que je pourrais trouver/dire/faire, si cette situation persiste, et bien je partirais. Une maison, ça se revend. Le mariage n'a pas encore eu lieu, et quand bien même, ça s'annule.
Mais je comprends ce que tu me dis.

Si jamais tu te poses la question, je ne suis pas avec lui par dépits et je ne suis pas une dépendante affective. Je n'ai pas peur de devoir recommencer à zéro sans lui, je sais vivre seulement avec moi-même et mes multiples personnalités ;)
Il n'est pas seulement immature. Il est plein de préjugés à la con et il te respecte pas. Pas de réciprocité, pas de considération de tes besoins. Excuse-moi mais pour lui tu es un vide-couilles et sa boniche.
En plus le truc d'ejac en 5mn et de pas de soi-même penser qu'il faudrait faire un truc alors que 99% des mecs seraient traumatisés que ça arrive avec une femme, c'est vraiment le signe que pour lui tout est normal.

Belle personne en apparence mais pas avec toi. Et pas très intelligente en plus, car il se braque et ne t'écoute pas alors que tu devrais être la seule pour qui il devrait toujours au moins avoir une oreille.
Non sérieux, réfléchis bien. Et surtout ne te laisse pas faire.

Si tu veux vraiment le secouer tu devrais lui proposer de faire venir un deuxième mec pour qu'il regarde comment s'y prendre, parce que tu as encore envie d'avoir une vie sexuelle sympa?
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • 0 (Pas sympa) le 03.02.18, 19h50 par sebz9999
@Onmyoji je ne suis pas choquée par ta réponse parce qu'en toute honnêteté j'ai l'impression d'être un vide-couille pour parler crûment. Et oui, il devrait m'écouter quand je lui dis clairement que ça ne va pas. C'est juste normal dans une relation saine, tout comme j'ai été à l'écoute pour lui lorsqu'il a commencé à avoir des problèmes de performance ( ce n'est pas vraiment comme ça que je le ressens, mais je ne trouve pas de mots adaptés là tout de suite).

Maintenant, je suis tellement remontée contre lui que je serai tout à fait capable de lui balancer le truc du second mec pour qu'il prenne des cours, j'en rigole toute seule là. Mais je crois qu'il se renfermerait encore plus sur lui-même.

Il y a un temps pour tout, le fun comme le sérieux. Autant que je pourrai passer une journée à bouquiner ou faire je ne sais quoi, autant que si j'ai un truc chiant à faire comme de l'administratif, et bien je m'y mets.
Sauf que, je suis obligée de râler parfois pour ce côté ado jemenfoutiste et qu'en même temps j'ai l'impression/et je redoute d'être moitié castratrice avec lui et que ce soit pour cette raison qu'il ne soit pas capable/qu'il n'ose pas prendre des initiative dans notre relation intime.

Mon problème c'est, pourquoi est-il comme ça. Et là personne ne peut répondre à sa place. Et que faire pour qu'il se bouge le cul pour moi ? Je ne suis pas parfaite, j'ai certainement mes tords mais j'aimerais trouver quelque chose qui le fasse réagir sans pour autant le persécuter avec ça.

J'ai déjà essayé : parler sérieusement avec lui en lui expliquant mon ressenti, lui offrir les deux bouquins ludiques, le guider pendant l'acte, être plus expressive pour qu'il sache ce que j'aime et n'aime pas, m'habiller de façon plus affriolante pour le stimuler à s'occuper de moi. Pour l'instant c'est échec partout, alors soit je suis une grosse nulle qui sait pas s'y prendre, soit j'ai pas trouvé LE truc qui lui donnera le déclic.
J'ai bien pensé à devenir plus dominante dans nos "échanges" (si je peux appeler ça comme ça...) histoire de le stimuler et de lui donner envie, mais comme il m'a pas mal refroidie lors de ma dernière initiative, j'ai juste peur de me ridiculiser.

Je me répète, je comprends que ça puisse choquer que nous soyons toujours ensemble, que nous ayons acheté une maison etc. Mais pour moi, je n'ai pas encore fait tout ce que je pouvais pour pouvoir arranger cette situation. Même si j'ai bien conscience qu'il faut être deux hein :) et que les gens ne se bougent que s'ils en ont envie.
Je pense que tu gagnerais à tenter de le bousculer... Je me reconnais un peu dans ton discours, tes réflexions et tes tentatives de résolution de problème et d'équation..

J'ai aussi tenté plein de trucs pour trouver des solutions à un problème, dont, et surtout, la compréhension, l'empathie etc, pensant que comme je le connaissais, le bousculer n'aurait pu qu'être pire...que ça ne pourrait que le braquer d'avantage et que ça ne nous permettrait pas d'avancer...

Je me suis entendue dire (avec beaucoup, beaucoup de surprise) plus tard qu'il aurait aimé (ou eu besoin) que je le bouscule d'avantage, que je le secoue, que je jette des assiettes par terre au besoin pour le faire réagir...
C'est un fonctionnement qui moi ne me parle pas (toi non plus visiblement) et qui me paraissait carrément contre productif...et au final, il semblerait que ça nous aurait été utile en temps et en heure...

Se pose quand même la question, en toile de fond, de la pertinence de vivre une relation dans laquelle il faut que l'un des 2 cherche 150 solutions pour les 2, tandis que l'autre ne fait qu'attendre que tu trouves le bouton magique...

Et pas mieux Que Syd et Ony... Je trouve que vos problématiques (quand bien même il y a tout un tas d'autres choses qui roulent à côté etc...) mériteraient de réfléchir sérieusement à cette histoire de mariage et à ce que ça comporte...
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • +1 (+1) le 04.02.18, 01h44 par Hillel
  • +1 (Oui) le 04.02.18, 11h12 par Perlambre
  • +1 (Tout à fait !) le 04.02.18, 12h00 par voucny
  • +2 (A lire) le 05.02.18, 14h35 par Jalapeno
Bon, je n'ai jamais eu ce soucis de plaisir partagé. Mais tout du moins, Lulla a raison de souligner qu'en dehors de son manque d'investissement sexuel, il y a un problème de fond:

Citation:
Se pose quand même la question, en toile de fond, de la pertinence de vivre une relation dans laquelle il faut que l'un des 2 cherche 150 solutions pour les 2, tandis que l'autre ne fait qu'attendre que tu trouves le bouton magique...


Le sexe c'est un peu un symptôme de, pas le trouble. Quand bien même tu trouverais une solution, il n'est pas improbable que ça revienne dans d'autres circonstances et d'ailleurs, tu en fais déjà part.

En réalité, tu n'as pas grand chose à te reprocher, tu as essayé. Mais tu as essayé en partant dans l'optique où il était prêt à changer, ou qu'il pouvait changer. Ces solutions que tu lui proposes, c'est valable pour quelqu'un qui souhaite que ça s'améliore, qui fait déjà preuve de bonne foi.

En revanche, quelqu'un de mauvaise foi, ou avec des valeurs pas très proches de ce que tu attends, tu auras beau lui offrir la solution sur un plateau d'argent, il ne saura pas la saisir, parce que tu lui demandes quelque chose qui pour lui ne pose aucun problème ou ne fait pas partie de ses valeurs.

Citation:
j'aimerais trouver quelque chose qui le fasse réagir sans pour autant le persécuter avec ça.


C'est un peu quitte ou double. Prendre des pincettes, visiblement, ça ne marche pas. Après je ne dis pas, peut-être que l'approche douce pourra marcher un jour, mais il se peut aussi que tu attendes 5, 10, 20 ans avant d'en voir les résultats. Et pour un mec qui considère la cyprine comme quelque chose de dégoûtant, sans vouloir être méchante, je tends à croire qu'il a des siècles d'éducation sexuelle à rattraper.

Mais être prête à attendre encore pour expérimenter si à un moment il se met à mûrir, si c'est un sacrifice lourd au bénéfice d'un seul être, ça t'appartient.

Citation:
Même si j'ai bien conscience qu'il faut être deux hein :) et que les gens ne se bougent que s'ils en ont envie.


Du coup... tu penses qu'il en a envie? Et intrinsèquement, tu penses qu'il va se bouger?

Citation:
Après tout ce que je pourrais trouver/dire/faire, si cette situation persiste, et bien je partirais.


Les limites que tu t'imposes sont de fausses limites. Peut-être ai-je tort, mais je le vois plus comme une façon de te donner bonne conscience. Tu essayes de te prouver que tu n'es pas dépendante de lui et que tu pourrais partir si tu le décidais.

Sauf que, dans les faits, ne sachant pas quelles sont les solutions que tu souhaiterais utiliser en dernière intention, et donc n'ayant en fait aucune limite, tu n'auras jamais aucune raison de partir.

Pourquoi tu ne trouverais pas une limite concrète à ta patience?
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • +1 (+1) le 04.02.18, 11h13 par Perlambre
Ce qui me peine en te lisant est que tu avoues perdre ta confiance en toi, être lasse et triste et pire que tes envies s'émoussent, ce qui est compréhensible avec ce que tu vis au lit.

Plutôt que de chercher à savoir pourquoi cet homme se comporte ainsi avec toi, il serait plus qu'important de te recentrer sur toi non ?
Vas-tu te contenter d'un homme qui au lieu d'être dans une sexualité inter-personnelle se contente d'une sexualité masturbatoire ?
La différence entre manque d'expérience et mauvaise volonté est-elle claire pour toi ?
Combien de belles années es-tu encore prête à laisser filer ?
Ne risques-tu pas à terme d'être dégoûtée de l'acte sexuel et par ricochet des hommes ?
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • +1 (+1) le 04.02.18, 12h01 par voucny
  • +1 le 23.02.18, 15h26 par W0rthy
Merci pour vos réponses qui sont si constructives, en discuter avec des personnes neutres (même si vous n'avez que ma version) me permet de voir la situation sous d'autres angles, de l'appréhender d'une autre façon.

Je ne peux que supposer diverses raisons et explications à son comportement, sans connaître la vérité puisqu'il ne s'ouvre pas à moi.
Il ne peut pas nier le problème puisque je lui en ai parlé à plusieurs reprises en étant très explicite.

Alors soit il se complaît dans cette situation, en est satisfait, c'est (comme tu le dis si bien Perlambre) une sexualité masturbatoire pour lui, et il n'est finalement qu'une personne égoïste et égocentrique. Quoi que je fasse, rien ne changera car c'est sa personnalité. J'en suis réduit à un statut d'objet, le vide-couille de service et accessoirement bobonne à la maison.
Soit, il y a un problème autre, peut-être un gros manque de confiance en lui ? Cette immaturité qui se refléterait aussi dans sa sexualité ? Et qui expliquerait peut-être son côté bouhlesfillesc'estsale. Bien que je trouverai malgré tout égoïste de se reposer sur cette explication depuis plusieurs années sans se bouger pour faire changer les choses. Après, il est abonné à l'immobilisme en général donc bon.

Niveau désir, il en éprouve toujours pour moi. Hors relations intimes, c'est quelqu'un d'attentionné, aimant et tendre.
De mon côté, effectivement c'est triste de perdre l'estime de moi-même, d'autant que j'avais fait un gros travail dessus avant qu'on se rencontre. Donc j'ai un peu la désagréable impression de faire un bon 7 ans en arrière. J'ai toujours une libido, dans le sens où je ressens la frustration et le besoin de toucher et d'être touchée, j'ai parfois du désir pour lui même si c'est de plus en plus rare car l'appréhension le fait disparaître aussi vite qu'il est arrivé. J'ai encore moins confiance et moi qu'avant, j'avais bien travaillé sur ma timidité mais elle fait son grand come-back. Bref, que des trucs pas cool.
Mais c'est également ma faute. Non pas que je me flagelle, mais en vous lisant j'ai réalisé que j'ai trop donné d'importance à son comportement en pensant (à tord ou à raison) que j'y étais forcément pour quelque chose. C'est logique de chercher à se remettre en question mais je n'aurai pas dû me baser sur ses réactions pour m'auto-juger. Je ne sais pas si j'arrive à décrire correctement mes pensées, désolée :)

@Hillel je suis d'accord avec toi, on ne change pas une personne. Elle n'évolue que si elle le veut bien, elle ne corrige que si elle a conscience du problème et veut y remédier. Et jusqu'à présent, son comportement porte à croire qu'il n'est prêt à rien de tout ça.
Mes limites... bonne question. Je n'ai pas la moindre idée des miennes, j'ai toujours eu du mal à partir, non seulement j'ai des sentiments pour lui et du coup ça rend difficile le choix, mais en plus j'ai mon côté "besoin de sauver le monde" qui prend le dessus. Honnêtement je ne sais pas pourquoi, mais c'est sûr qu'à cause de ça, je reste plus longtemps que je ne le devrais.
Aujourd'hui il m'est difficile de réfléchir aux limites que je pourrai poser, sans doute parce que je ne souhaite pas le quitter. Je me mens à moi-même lorsque je dis ne pas être dépendante de lui, je le suis certainement.

@Lulla effectivement le mariage ne semble pas être judicieux. J'y ai pensé tout le weekend... Nous n'avons rien entrepris, rien payé etc. Et si un mariage s'annule, je n'ai clairement pas envie de gaspiller de l'argent pour que peu de temps après on arrête tout. C'est mon côté terre à terre mais nous ne sommes pas Crésus, le jeter par les fenêtres ce n'est pas mon genre.
Je n'apprécie pas non plus les personnes qui se reposent sur d'autres pour trouver la solution. Étonnamment, il ne supporte pas les collègues qui se comportent de cette façon à son travail...


Voilà ce à quoi j'ai pensé ce weekend, ce n'est pas une grande révolution, mais pour le moment c'est ce dont je me sens capable.
Je retombe dans le travers du Saint Bernard, je vais de nouveau prendre les choses en mains et être celle qui fait le (énième) premier pas.
*Me concernant, je vais travailler sur moi-même. Merci @Perlambre, tes mots m'ont touchée. Me valoriser, prendre soin de moi, me privilégier... Nous sommes un couple, mais je suis là et je dois réapprendre à m'aimer. Le développement personnel est important, un esprit sain dans un corps sain est le meilleure adage.
*Peut-être que ce sera ça, ma dernière limite @Hillel, mon bousculage @Lulla Et tout en prenant en compte les conseils que j'ai reçu dans un gentil pv :
je vais lui rentrer dedans, le bousculer, le sortir de sa zone de confort. Sans crier, parce que j'ai déjà essayé et ça ne fonctionne pas (je le soupçonne de me mettre sur MUTE quand je pète une gueulante). Ni rien casser parce que je tiens à ce qu'on a ;) Je reparlerai de notre sexualité qui laisse à désirer, et ensuite je partirai quelques jours, sans lui.
ET, oui c'est moi qui m'y colle on est d'accord (mais honnêtement si je ne le fais pas j'aurai l'impression de ne pas avoir tout tenté donc on va dire que je le fais plus pour ma conscience que pour lui), je vais le provoquer, l'allumer, le chauffer, le travailler sur plusieurs jours pour que la pression et l'envie montent. Et puis je vais laisser libre court à quelques fantasmes que j'ai. Soit il rentre dans le jeu, je prends le contrôle et je lui montre ce qu'est une "vraie" relation intime partagée (selon moi) en espérant lui donner envie d'apprendre et de poursuivre, de susciter sa curiosité. Et en parallèle, il devra véritablement réfléchir, me parler en toute sincérité, faire un travail sur lui.
Soit gros fail, et là... il faudra bien que j'ouvre les yeux et que je dise stop.
Tu as raison d'aller au bout des choses si tu en ressens le besoin, c'est tout à fait compréhensible...
ça me parle assez d'avoir besoin d'être sûre qu'on a tout tenté avant de capituler...mais alors tente...tout... Y compris, voire surtout, ce à quoi tu n'as pas encore fait appel...

Je ne perçois de votre histoire et de lui que ce que tu en dis et en ressens certes...mais vu de chez moi...il a besoin d'un électrochoc...mais genre...d'un vrai...
Parle lui de tes doutes et de tes réflexions par rapport au mariage et à l'essence de votre relation...
Ta remise en question est importante et je ne suis pas convaincue qu'il en soit conscient... et je vais faire ma connasse de base qui généralise...mais si tu savais combien de fois j'ai entendu des mecs me dire qu'ils n'avaient "rien vu venir", que pour eux tout allait bien..."hormis quelques prises de tête...mais bon...on le sait bien...c'est juste que les filles...c'est chiant par essence, nan?..."... :roll:

Alors sors de vos schémas de fonctionnement, bouscule toi en même temps que tu le bousculeras...et ne cherche pas à vous préserver...parce que vous en êtes à un stade ou c'est un peu du quitte ou double... Alors j'ai envie de dire...foutu pour foutu...

Je pense que tu es dans une phase de réflexion importante...la contemplation... Tu es en train de mesurer l'étendue des problèmes, tu y cherches des solutions, tu mesures, tu ne te résous à lâcher l'affaire pour tout un tas de bonnes ou de mauvaises raisons... Parce que tu penses qu'il y a encore des choses à faire, parce que la balance n'est pas encore assez déséquilibrée...et puis parce que ça n'est pas encore le moment de décider, tout simplement...
Je vais essayer de te retrouver un topic qui m'avait parlé à l'époque... mais je n'arrive pas à remettre la main dessus dans l'immédiat...

Quoi qu'il en soit...bon courage à toi...ces périodes ne sont pas faciles et bouffent pas mal d'énergie...Mais au final, il y a derrière quelque chose à quoi tu tiens profondément, avec ou sans lui...et ça, c'est important...
Bonsoir.
Je vis la même frustration que toi. Actuellement en couplé depuis 16 mois. Mon copain est me touche quasiment pas. Positions banales au lit de courte durée. Pas de préliminaire il ne m'excite même pas il ne cherche pas à le faire. Il dort à moitié habiller. Je n'est jamais eu d'orgasme avec lui. Les rapports sont rapides, vite fait il ejaccule en moi. Il ne me masturbe même pas à parement il n'aime pas ça. Je lui ai dit que je mennuyais aucune réaction il dit qu'il va changer puis rien. Il me dit que je suis une.... Il ne se masturbe pas non plus. Moi qui aimes la fantaisie le hard. Je suis au fond du gouffre et c'est dure de ne pas le tromper. Il me trouve trop grosse à mon avis c'est pour ça. Mais il ne veut pas en parler. Je compatis avec toi. Du coup je me masturbe. Quand il n'est pas là, je vais sur des sites depuis peu. Je sais que cela est dure. Je suis là si tu veux en parler. Maintenant j'ai laissé tomber je mate. S'il veut partir OK qu'il s'en aille. Je ne le retiens pas. Bon courage. Mais ne t'en fais pas il ne te mérite peut être pas.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • 0 (Orthographe stp) le 02.06.18, 20h46 par corwin
A lire / A voir en ce moment sur FTS