Discussion

Le one-itis, obsession amoureuse... un mal nécessaire ?

Note : 4
lancé par Fabio87 le 30.09.2018
3 réponses
dernier par MisterAlister le 17.10.2018, 17h51
Salut à tous,

Je lance ce topic pour vous faire part du fruit de ma réflexion suite à notamment une phrase entendue sur Youtube à la fin d'une vidéo sur l'obsession amoureuse :

"On a tous besoin d'une belle obsession amoureuse. [...] ça fait les pieds."

Au passage, je finis en ce moment de digérer une OI d'une durée totale de 6 mois. 6 mois de la rencontre avec la fille en question, le game pour la séduire, etc jusqu'à la fin claire et nette de tous nos échanges et la suppression de tous nos liens. Et depuis juin dernier la reprise de ma vie et de mon game avec rencontres et séductions d'autres femmes tout en la zappant progressivement de mes pensées.

Cet OI est de loin le pire que j'ai vécu à ce jour, il m'a fait relativiser tous mes échecs amoureux passés... Le plus cruel étant que j'ai réussi à me faire haïr de la nana en question, alors qu'en agissant mieux, j'aurais pu au moins garder son estime et de la dignité à ses yeux. Mais bref, on réécrit pas le passé.

Cependant avec l'atténuation progressive de cette OI au fil des semaines, cette expérience aussi douloureuse soit-elle est par ailleurs source de mûrissement, de prise de maturité, et est je trouve loin de manquer d'enseignements positifs. Aussi je me demande si ce n'est pas un passage de vie presque obligé comme peuvent l'être le chagrin d'amour, une rupture amicale ou dans une mesure plus grave la mort d'un proche. Autant d'épreuves de vie qu'on connaît quasiment tous un jour ou l'autre, et qui si elles nous font souffrir ont un coté inévitable et deviennent parfois même des étapes clé de notre existence et de notre évolution individuelle.

Peut-être à la différence près que dans le cas du OI, je pense qu'une "vaccination" se met en place psychiquement et affûte notre esprit pour ne plus retomber dans ce piège pervers si on en a vraiment souffert. D'où l'emploi du mot "besoin" dans la vidéo qui a retenu mon attention et m'a poussé à écrire ce post.

Je voulais vous faire part de tout ça car je pense sincèrement que de prendre le problème sous cet angle et de garder cette comparaison en tête peut aider ceux parmi vous qui en souffrent à le digérer plus vite.

Pour ma part, j'avais beau me dire qu'il n'y a pas meilleure école que la souffrance, il a vraiment fallu la phrase de cette vidéo (et surtout je pense l'emploi de ce mot "besoin") pour accélérer mon processus de guérison.
Hello,

Je ne sais si nous avons tous l'idée qu'une obsession amoureuse va nous faire évoluer.
A mon sens, cette obsession n'est qu'une situation dans laquelle nous nous mettons pour des raisons qui nous appartiennent et dont les autres ne sont pas responsables.
Ce n'est pas "un piège pervers", plutôt un signal d'alarme à prendre en compte pour mieux se découvrir, ce qui peut aussi se faire sans souffrance (ou sans l'idée que souffrir permet d'avancer).

L'obsession amoureuse est favorisée par l'ennui de sa propre vie.

Si l'on prend le terme "besoin" de ta fameuse vidéo dont j'ignore tout, quels sont justement tes besoins ? Dans ta vie en général, professionnelle, amoureuse, amicale, le temps accordé à tes aspirations, tes loisirs, te sens-tu plein en tant qu'individu sans dépendre d'un/une autre ? Et aussi que peux-tu apporter aux autres, à une femme ?
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • +3 (A lire) le 03.10.18, 09h41 par The_PoP
  • +1 (A lire) le 18.10.18, 06h19 par valll
Citation:
L'obsession amoureuse est favorisée par l'ennui de sa propre vie.



C'est juste tellement bien dit. Merci Perlambre.

Pour le reste je plussoie ton message. A mon sens ce n'est pas quelque chose dont on a besoin, mais c'est un aléa par lequel une vie amoureuse passe souvent, et dont on peut tirer de gros bénéfices si on en tire les bonnes leçons.
Bonjour à tous,

Pour moi, le OI c'est comme s'accrocher désespérément à un caillou qu'on confondrait avec une bouée.
On est sûr que si on lâche, on va se noyer. Et plus on se noie, plus on le tient pour se sauver.

C'est le symptôme de deux choses qui se nourrissent l'un l'autre : une carence affective aggravée d'un manque de confiance (qui peut être très ponctuel ou très circonscrit) en soi.

Les leçons de la vie sont nécessaires, le IO peut en faire partie.
C'est qu'en on en a plusieurs que ça doit devenir un signe d'alerte.
A lire / A voir en ce moment sur FTS