Discussion

Les filles dominantes au lit.

Note : 55
lancé par Curieux23 le 10.05.2018
38 réponses
dernier par sebz9999 le 18.05.2018, 20h54
@Nonchalance, Mr.Smooth : Le monde dans lequel vous vivez semble cruel. Alors que je connais des gens, beaucoup de femmes, d'ailleurs, moi aussi, avec qui j'ai couché, d'autres non, et que je les reconnais pas du tout dans leurs attraits sexuels ou en terme de pratique ou de communication ou de vision des choses dans ce que vous décrivez. Et je ne parle pas d'homo (si ce n'est aucune homo).

Citation:
C'est con mais un mec qui parle trop, qui exprime ses désirs ou qui passe son temps à demander s'il peut faire si ou ça...


Je pense que tu parles des extrêmes. Celui où on ne se laisse jamais guider par ses instincts/par l'envie du moment. Il s'agit pas de tout verbaliser. Oui, au bout d'un moment, une fois que les choses sont fixées, que vous avez communiquer, c'est bien de passer à l'action, à moins que verbaliser soit un truc excitant pour la nana.

Et j'ai envie de te dire, si des nanas sont fermées dans leur sexualité, qu'elles vous jugent, et que ça ne vous convient pas, beh next, go on. Si c'est valable pour la séduction, la relation amoureuse, je ne vois pas pourquoi ce ne serait pas valable pour la relation sexuelle. Parce que dans "relation sexuelle" il y a aussi "relation". Pour moi tout est en lien. Maintenant, que vous en ayez souffert mais que vous avez décidé de faire et/ou continuer dans ce sens là, ça me semble plus être un choix.

Citation:
Les femmes que j'ai rencontré s'attendaient à ce que leur partenaire saches magiquement ce qu'elles voulaient


Pour moi, que ça soit des mecs ou des nanas, ça traduit l'inexpérience, l'idéalisation ou la déconnexion avec la réalité.

Citation:
C'est compliqué de "demander à une fille" si tu peux la dominer, en tout cas dans l'action; Tu peux le faire mais la plupart du temps ça change le paradigme.


C'est pas plus compliqué de galérer à chaque tentative en essayant un rapport de force alors que le mec n'y arrive pas, et qu'il a beau demander des conseils à droite à gauche, essayer, ré-essayer, ça ne fonctionne toujours pas.

Citation:
Le plus grand élèment, et le plus dur pour moi, ça a été d'accepter que la plupart (toutes dans mon cas) des filles ont envie de se faire dominer sexuellement (ça ne veut pas dire qu'elles ne peuvent pas aimer changer la donne de temps en temps, ou qu'il n'existe pas d'exceptions).


Je répète, pour moi "dominer sexuellement" ça ne veut rien dire à partir du moment où tu n'es pas dans une pratique particulière. Ce n'est pas parce que j'aime tel ou tel position que ça fait de moi une dominante. Pour le coup, -Alex a parfaitement traduit une pensée que je n'arrivais pas à détailler.

Citation:
>m'être virilisé, beaucoup. Et le corps aussi, beaucoup (musclé). Sincèrement quand tu te construit un physique qui plait aux femmes, ça ne crée pas la même forme d'attraction et de désir sexuel.


C'est peut-être simplement qu'en te virilisant et en jouant les codes à fond, tu attires logiquement les nanas qui sont attirés par des schémas très codés à fond.

Je trouve ça juste "triste" que sur un tel terrain d'expression libre et de plaisir (sexe), on puisse autant se restreindre ou tenter de coller à. Quand on se retrouve dans une situation sociale, ok, je peux le comprendre, mais le sexe... c'est ton corps qui est à 100% en jeu, autant que celui de ton partenaire. C'est ton plaisir, c'ton envie, tes attirances, ton intimité, c'est ton univers personnel. Si ça te permet de te sentir mieux et d'éprouver plus de plaisir, tant mieux, mais faire tout ça ou changer structurellement pour faire plaisir aux autres alors que t'as cette rancœur au fond d'avoir eu à changer? Alors qu'il y a d'autres moyens de faire?
On sent quand même dans l'histoire de l'auteur du poste les conséquences de trente ans de féminisme, ou un jeune type dis se faire plus ou moins " dominer " par une femme sans gêne de sont côté tous en ayant la crainte et la peur de juste la soulever pour la retourner. Sociologiquement, c'est tous a la fois intéressant et flippant.

" Le monde dans lequel vous vivez semble cruel. Alors que je connais des gens, beaucoup de femmes, d'ailleurs, moi aussi, avec qui j'ai couché, d'autres non, et que je les reconnais pas du tout dans leurs attraits sexuels ou en terme de pratique ou de communication ou de vision des choses dans ce que vous décrivez. Et je ne parle pas d'homo (si ce n'est aucune homo). "

Le prisme de l'homosexualité hérité de ta propre expérience ne peut pas vraiment fonctionner a mon sens. Pour le reste, vis a vis de ce que te décrivent les femmes hétéro, il y a ce que les femmes disent publiquement, et ce que les hommes et leurs expériences constate dans l'intimité, toute les femmes, aiment une certaines forme de dirigisme, de manière consciente ou non, qui s'exprime principalement dans le lit, précisément là ou l'animalité prend le dessus sur l'idéologique et le conditionnement social.

" C'est pas plus compliqué de galérer à chaque tentative en essayant un rapport de force alors que le mec n'y arrive pas, et qu'il a beau demander des conseils à droite à gauche, essayer, ré-essayer, ça ne fonctionne toujours pas. "

Pour moi, il n'y a aucune raison d'exprimer la chose, puisqu'elle la déjà exprimé en lui racontant l'histoire de ce type qui a eu ce comportement et qu'elle a aimé. C'était une manière détourné pour lui dire, fais moi pareil. Le problème ici, c'est juste que le type n'ose pas, parce qu'on lui a bourré le crâne sous trente ans de féminisme, que retourner une femme pour la prendre en levrette, dans les limites de sont consentement, c'était lui manquer de respect. Au final, les premières victimes d'un petit sabotement idéologique de la virilité sont les femmes en elle même. Qui ne retrouve plus une forme d'animalité instinctivement et biologiquement recherché dans leurs rapports aux hommes.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • -1 (Arrête la drogue) le 15.05.18, 20h58 par Onmyoji
  • 0 (Houston ?) le 15.05.18, 21h36 par Hillel
  • +1 (Constructif) le 15.05.18, 23h09 par Mr.Smooth
  • +1 (Constructif) le 25.05.18, 13h08 par ChantePaul
@Hillel Je ne trouve pas du tout que ce soit triste. Au moins avec nos témoignages respectifs, je sais qu'il y'a au moins deux points de vue sur le sujet qui fonctionnent dans la réalité.

Je ne ressens aucune rancune envers les femmes. Je n'éprouve pas non plus le besoin de les dominer dans le sens les briser. J'ai un côté assez sauvage dans le sexe que je n'assumais pas parce que j'ai appris pendant longtemps qu'il fallait respecter les femmes, demander leur consentement et être doux. Ce que j'ai mal interprété par être mou. Ma faute. J'ai en partie gâcher des relations sexuelles comme ça parce que même si ça peut marcher, c'est pas très excitant.

J'ai appris qu'on peut aussi se lâcher et être sauvage tout en respectant les femmes et en demandant leur consentement. En fait dans la plupart des cas, ce sont elles qui le veulent sans oser le demander. J'ai pas eu beaucoup de partenaires mais en recoupant les témoignages de mes potes mecs, ils ont tous eu une majorité de nanas qui voulaient cet aspect sauvage et de jeu de domination pendant le sexe mais qui n'osaient pas le dire. Il leur a fallu d'abord tâter le terrain discrètement. Et j'ai aussi traîné avec pas mal de filles à la fac qui ressentaient le besoin de me raconter leur vie en glorifiant les mecs "virils", "dominateurs" et en décribilisant les mecs doux et attentionnés.

Pour moi ça n'a rien avoir avec de l'asservissement ou quelque chose de malsain. C'est juste une pratique courante dans le jeu sexuel qui apparemment n'est pas toujours assumée.
Je répondrais pas aux réponses m'intégrant, ni sur le féminisme, parce que la prévisibilité m'ennuie. Juste:

Citation:
On sent quand même dans l'histoire de l'auteur du poste les conséquences de trente ans de féminisme, ou un jeune type dis se faire plus ou moins " dominer " par une femme sans gêne de sont côté tous en ayant la crainte et la peur de juste la soulever pour la retourner. Sociologiquement, c'est tous a la fois intéressant et flippant.


Non. En fait il a jamais parlé de ça. C'est juste l'histoire d'un mec qui sait pas s'y prendre. Pas encore. C'est tout. Et c'est pas grave, ça arrive, tu peux pas t'en vouloir décemment à 18 ans de pas encore tout maîtriser et tout savoir. Tu peux pas te mettre la pression comme ça alors que t'as juste tout plein d'année devant toi et tout plein d'autres femmes et de relations à connaître. Tu peux même pas t'en vouloir de pas avoir encore totalement confiance en toi, d'assumer tes envies et tes désirs et ton corps qui a à peine fini d'être forgé. D'autant que, merde, cette nana, c'est même pas celle dont il est fou amoureux ou qu'il l'émeut ou qui le bouscule. C'est pas la reine Elizabeth. C'est juste une nana. Et qu'est représentative en rien de ce que sont LES nanas et dont on peut à peine tirer une conclusion sur ce que veulent les femmes.

Ce qui est intéressant et flippant sociologiquement, c'est que des mecs viennent lui dire qu'en vrai c'est facile, alors qu'on parle d'un plaisir partagé, entre deux personnes différentes, en zone de découverte, et que non, merde, c'est jamais "facile". Que c'est qu'il faut juste y aller plus fort, ou plus fermement pour que ça passe mieux. Qui apprennent à des tous jeunes, tout au début de leur vie sexuelle, que le sexe tu peux le penser technique,qu'il faut la prendre comme ceci ou comme cela, de s'inspirer de trucs qu'ils sont à peine en mesure de comprendre tant ils manquent d'expérience. Que les nanas sont comme ci ou comme ça alors qu'il a tellement, mais alors tellement à découvrir sur les femmes et que ce serait bien plus intéressant qu'il se forge sa propre opinion, qu'il en tire la même conclusion ou pas, parce que c'est pas ça qui va l'aider à ressentir les différentes femmes qui vont traverser sa vie et qui va lui permettre de s'adapter. Que, juste dire qu'apprendre à s'écouter, à écouter l'autre, leur corps, leurs émotions, leurs envies, de vivre l'instant, de se concentrer sur le ressenti plutôt que la réflexion, de dire que tout le monde est pas tout pareil que c'est pas vrai, de dire "hey, t'es libre d'expérimenter, t'es libre de pas savoir, t'es libre de demander à apprendre, t'es même libre de fucker les règles si t'as envie", que l'on préconise bien avant la technique ou le soucis de performance le ressenti, ça soit vu comme une entrave à une prétendue virilité. Voilà, c'est tout.

Citation:
Pour moi ça n'a rien avoir avec de l'asservissement ou quelque chose de malsain.


J'ai jamais parlé de ça.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • +2 (Merci ! :)) le 16.05.18, 01h23 par Jalapeno
Putain, mais si on arrêtait de considérer que les gens sont tous coulés dans un moule, on gagnerait en intelligence dans ce débat, parce que "tous les mecs" et "toutes les filles", les "grandes masses" et autres, au final ça fait dire que de la merde.
Les gens s'étalent sur un spectre. C'est pas tous les mecs qui aiment dominer, toutes les filles qui aiment être dominées.
Donc c'est sûr que la société peut avoir un impact, mais au final, on en revient quand même à qui est la personne qui couche avec toi, qui tu es... Et on est pas tous pareils, et ça dépend pas du genre.
Un mec qui aime pas être dominant, c'est pas une folle tordue, une nana qui aime dominer, c'est pas une lesbienne refoulée ou une féministe qui en fait trop.
C'est même pas dépendant des typologies d'ailleurs, quel que soit son caractère peut bien aimer se faire déboiter par un mec de manière bien intense, ou au contraire aimer un truc plus romantique et à l'eau de rose.
D'expérience, souvent femme varie, et c'est encore plus vrai au lit.
(Et j'espère que pour mes congénères, c'est pareil, et qu'ils ont pas juste toujours envie de limer comme des bourrins. Parce que j'ai eu des ex qui ont eu droit à des mecs comme ça, et eux qui se prenaient pour des champions de la baise et de l'orgasme, ils n'avaient eu droit qu'à la simulation de la nana, pas à la nana elle-même).

Et des généralités comme ne font que révéler la manière que vous avez de "compenser" ce passif qui vous pèse et avec lequel vous n'avez pas fait la paix et avez peur de retomber (C'est pas un coup bas, ça a vraiment du sens par rapport à votre expérience que vous nous confiez, pas un jugement).
C'est humain, mais faut se rendre compte qu'il y a des choses au delà de ça et qu'on peut bien s'épanouir sans ces limites là, sans cette vision "étroite" qui destinée à nous assurer plus de succès, nous empêche de goûter de beaux fruits des relations humaines (et n'a qu'un effet d'auto confirmation pour les succès qu'elle est censée assurée. Parce que ça ne marchera qu'avec les volontaires, et comme ça se voit/sent dans votre comportement, forcément, vous attirerez en priorité les nanas qui marchent comme ça, ou qui se plieront à ça même si elles pouvaient avoir envie d'autres choses).

Et ça n'a rien à voir avec l'expérience d'ailleurs. Même quand en relation j'avais certains côtés AFC, ça m'empêchait pas d'être naturellement très dominant au lit avec mes nanas, parce que dans cette situation là c'est ce qu'elles préféraient. ça n'a pas été le cas de toutes par la suite, pourtant j'avais gagné en expérience et j'étais plus branché sur mes désirs aussi.
Et c'est pas une question de muscles, c'est une question d'esprit. Ma libido se formait comme ça, plus tard j'ai appris à laisser un peu plus de place à ma partenaire pour s'exprimer et je m'en porte pas plus mal, parce que j'en suis plus à une relation dominant dominée mais à un échange où l'autre peut me surprendre, faire de son mieux pour "prendre le dessus" par sa "performance" (et là on parle pas de performance "sportive", mais plutôt "artistique" dans la manière de donner du plaisir on va dire, le côté "faire vriller l'autre de plaisir).
Faut voir aussi qu'il y a différentes formes de dominances.
-Il y a celle de vouloir être celui qui donne le plus de plaisir à l'autre.
-Il y a le fait d'être le guide de son plaisir, et de pas lui donner nécessairement ce qu'il/elle veut quand on estime que ça nuit à cet objectif. ça se mêle très bien au premier.
-Il y a celle qui est de se servir du corps de l'autre comme un instrument de plaisir pour soi (et éventuellement, lui donner un peu de plaisir au passage, ou croire que c'est uniquement parce que c'est "rude" qu'elle prendra du plaisir -alors que bon, lui claquer le cul et la plaquer au mur, ça peut la mettre dans le mood, mais bon, si vous lui faites pas vibrer les zones érogènes (et s'agit pas forcément de pilonner comme sur Beyrouth pour ça), ça sera juste désagréable pour elle, alors que vous aurait l'impression de lui avoir donné un truc dont elle devrait se souvenir-. C'est la grosse idée reçu du mec moyen. Et tellement mal exécuté si souvent.
-Il y a les trucs plus hard à base de BDSM, et ça, c'est plus la dominance dont on parle ici. C'est une forme d'acte à part.


Les fois où la communication verbale pendant l'acte échoue, c'est pas nécessairement parce que la fille n'aime pas du tout ça. C'est que le mec demande ça d'un air mal assuré, et que la fille sent que ça va pas être bien fait.
Comment tu veux qu'elle soit dans le mood si le mec lui demande un truc d'une voix blanche?
C'est déjà différent si le mec parle d'un air joueur ou d'une voix autoritaire, ou simplement dépourvue de doutes (donc plus promptes à inspirer la promesse de plaisirs non entrevus jusque là, en clair une bonne baise des familles). Et qu'il accompagne la parole du geste.

Après je suis le premier à être pour la communication, avant, pendant, après, mais faut savoir que certaines personnes ne savent pas s'exprimer sur ça.
Alors il faut communiquer autrement. Ce que dit Fate sur l'escalade et la gradation est très safe.
Mais si on est dans quelque chose de plus intense, on peut aussi aller très loin en s'arrêtant juste le temps qu'il faut pour laisser à l'autre le temps de s'exprimer. ça peut aussi être foutrement excitant de titiller l'autre ou la laisser dans l'attente, et ça l'est souvent pour elle aussi quand elle attend que ça (ou qu'elle "attend pas que ça", mais est ouverte à essayer pour voir). Et si elle n'est pas emballée, ça lui donne l'occasion d'esquiver. De trouver une autre initiative à prendre pour "détourner l'attention" et montrer qu'elle n'a pas envie de ça (après, c'est sûr que si on reste sur du non verbal, ça va être difficile si c'est en général qu'elle veut pas, ou ponctuellement, ou d'une manière différente). Mais bon, c'est pas comme si on pouvait pas aussi faire de la communication un jeu:
"Dis moi que tu veux que je te prenne plus fort" (ou en version question "tu veux que je te fasse ça?", éventuellement avec du dirty talk pour être dans le mood), etc

Mais y réfléchir sans des idées reçues du style "tous les mecs ci, toutes les nanas ça", ça aide vraiment à pas faire de connerie d'ailleurs.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • 0 (Détends toi) le 15.05.18, 22h31 par sebz9999
  • +2 (La suite, vite !) le 15.05.18, 22h45 par Hillel
  • 0 (Blah blah blah) le 15.05.18, 23h11 par Mr.Smooth
  • 0 (Blah blah blah) le 15.05.18, 23h11 par Mr.Smooth
  • +1 (Ca va mieux en le disant) le 16.05.18, 00h49 par Fate
Hillel a écrit:
Si ça te permet de te sentir mieux et d'éprouver plus de plaisir, tant mieux, mais faire tout ça ou changer structurellement pour faire plaisir aux autres alors que t'as cette rancœur au fond d'avoir eu à changer? Alors qu'il y a d'autres moyens de faire?


Citation:
Citation:
Pour moi ça n'a rien avoir avec de l'asservissement ou quelque chose de malsain.


J'ai jamais parlé de ça.


Désolé j'ai surinterprété.

À part ça je comprends mieux ton positionnement maintenant. Et en vrai je ne suis pas du tout contre ce que tu dis. Mais le mec qui est venu demander de l'aide n'était pas venu des conseils généraux sur le sexe. D'après ce que j'ai compris, son amie était partante pour des jeux de domination et il ne savait pas comment faire pour la retourner quand c'était elle qui avait le dessus.

Bah les réponses qu'on lui donne auront forcément des éléments techniques puisque de son propre témoignage à part ce problème tout se passait bien.

Du coup pour moi il y'avait deux problèmes quand aux autres conseils moins techniques:

1) ils ne répondaient pas spécifiquement à sa problématique et étaient limites hors sujet. Le gars veut savoir comment dans son cas particulier il peut renverser la vapeur et passé de dominé à dominant dans le jeu sexuel, (et je le rappelle avec l'aval de son amie) il veut pas savoir comment explorer sa sexualité.

2) Pour moi ils peuvent être interprétés comme: "Tu t'y prends mal, la sexualité c'est pas que ça, c'est autre chose!" Alors oui c'est pas que ça. Mais ça peut aussi n'être que ça où est le problème? Encore une fois le mec veut savoir quelque chose de ce cas particulier, pas qu'on lui donne une leçon sur ce qu'est la sexualité ou pas.

Pour finir, j'ai pris tes interventions comme une attaque envers cette pratique courante et j'ai essayé de démontrer que la sexualité ça peut aussi être simplement ce jeu là et que beaucoup de femmes adorent ça mais n'osent pas forcément le montrer.
Je constate également que dans mon expérience personnelle, recoupée avec celle de mon entourage, cette fameuse phase d'exploration est souvent décrédibilisée et même si je le déplore, au fond tant pis.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • +1 (C'est pas faux) le 16.05.18, 09h48 par Fate
  • 0 (Oui) le 16.05.18, 10h26 par sebz9999
  • +1 (Constructif) le 16.05.18, 12h56 par Onmyoji
Nonchalance a écrit:
Désolé j'ai surinterprété.


Non, c'est moi qui ait mal interprété, je pensais que tu disais que le fait de dominer une femme "au lit" n'était pas malsain (ce que je ne disais pas), par contre, si tu parlais de coller à une norme et d'être en incongruence avec toi-même, oui, ça, je trouve ça malsain. Et que si t'es bien avec ça, c'est encore que c'est ton choix et la faute de personne d'autres. C'est comme lire un mec qui est avec une nana par défaut, alors qu'elle est d'un ennui mortel, ou trop jalouse ou ceci cela et qu'il se donne pas les moyens d'aller vers du mieux.

Nonchalance a écrit:
Bah les réponses qu'on lui donne auront forcément des éléments techniques puisque de son propre témoignage à part ce problème tout se passait bien.


Ce qu'il dit. C'est pas ce que j'ai ressenti à la lecture.

Nonchalance a écrit:
Du coup pour moi il y'avait deux problèmes quand aux autres conseils moins techniques:

1) ils ne répondaient pas spécifiquement à sa problématique et étaient limites hors sujet. Le gars veut savoir comment dans son cas particulier il peut renverser la vapeur et passé de dominé à dominant dans le jeu sexuel, (et je le rappelle avec l'aval de son amie) il veut pas savoir comment explorer sa sexualité.


Beh justement, à mes yeux la technique il a déjà essayé mais il ne sait pas l'appliquer dans tous les cas. Donc il aura beau appliquer les conseils techniques à la lettre, je suis presque sûre que ça donnera rien de plus. Alors qu'avoir des bases pour s'approprier la "technique", pour la comprendre, c'est d'autant plus constructif. Communiquer avec la principale concernée (genre vraiment) aussi.

Et toujours à mes yeux, il ne sait pas l'appliquer parce qu'il ne sait pas saisir l'instant, tout simplement. C'est ma version, comme une autre. Qu'il fait les choses comme on appliquerait un conseil chopé sur FTS sans avoir les bases de façon maladroite et inadaptée. Et vu son âge, il y avait tout intérêt à repenser les choses à ce niveau. Après, peut-être que comme le souligne quelqu'un dans le sujet, c'est peut-être simplement que les mecs ont moins d'intelligence sociale que les femmes.

Nonchalance a écrit:
2) Pour moi ils peuvent être interprétés comme: "Tu t'y prends mal, la sexualité c'est pas que ça, c'est autre chose!" Alors oui c'est pas que ça. Mais ça peut aussi n'être que ça où est le problème?


Beh.. que c'est pas la vérité puisqu'il y a des contre-exemples. Donc, qu'on conditionne la sexualité à venir plutôt que se permettre l'exploration et l'esprit critique. Moi c'est pas ma façon de fonctionner mais, pourquoi pas.

Ce qui est dommage c'est de vouloir que ça se passe pareil pour tout le monde en y prêtant une vérité absolue. Après, si on me sort une étude sociologique, statistique, scientifique des choses, pourquoi pas, mais là, il y a rien de crédible dans ce qui est raconté ici. Tant que t'as pas de faits établis, je prends le principe de l'ouverture d'esprit.

Nonchalance a écrit:
Pour finir, j'ai pris tes interventions comme une attaque envers cette pratique courante et j'ai essayé de démontrer que la sexualité ça peut aussi être simplement ce jeu là et que beaucoup de femmes adorent ça mais n'osent pas forcément le montrer.


Oui... sauf que, dis moi si je me trompe, ça c'est de l'interprétation parce que je suis déjà intervenue à droite à gauche concernant le féminisme et qu'on a cette vision un peu biaisée de la nana qui bride et qui veut renverser l'ordre naturel des choses, entre les lignes, et qu'en fait, on peut pas discuter intelligemment parce que dès que tu dis "féminisme" tout est dit. Et franchement, que ça devient un peu lourd à la longue (et je l'assume publiquement pour pas le répéter), et qu'en vrai, j'avais même pas l'envie de répondre à ce sujet de base parce que j'en connaissais l'issue.

Il suffit en fait de lire le contenu pour comprendre qu'à aucun moment j'ai remis en question la pratique de la domination. Parce que si on parle sérieusement les gars... vous avez déjà pratiqué la domination, pour de vrai? Il faut pas le prendre personnellement mais, ce dont vous parlez, c'est un peu "gentillet" pour se dire dominant. Ça me fait un peu rire qu'on puisse penser qu'on serait contre le fait de dominer une femme dans ce qu'il décrit ou ce que vous décrivez, parce que ce qu'on y raconte, c'est juste ce qu'on peut faire de façon tout à fait ordinaire, et si une femme le faisait elle serait pas plus dominante. Je ne sais pas pourquoi les gens prêtent des intentions là où il y en a pas, c'est de l'interprétation avec les limites et les échelles de chacun. Je crois que la vague "50 nuances de Grey" a largement participé à l'édifice.

Peut-être que si à un moment donné ça ne marche pas avec les nanas au lit, c'est pas tant que vous savez pas être dominant que juste vous manquez de confiance, d'assurance, que vous êtes hésitants, alors que c'est aussi de ça dont on a besoin pour se sentir à l'aise quand on baise, puisque lâcher prise, et que la posture de "dominant" que vous pensez prendre vous donne cette confiance et assurance là, par illusion du rôle que vous pensez vous donner. Limite, que j'ai l'impression qu'on confond être "actif/passif" et être "dominant/dominé".

Nonchalance a écrit:
Je constate également que dans mon expérience personnelle, recoupée avec celle de mon entourage, cette fameuse phase d'exploration est souvent décrédibilisée et même si je le déplore, au fond tant pis.


C'est un parti pris comme un autre.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • +2 (Pertinent) le 16.05.18, 15h52 par Onmyoji
Déjà, je suis absolument pas d'accord avec ce truc sur le "féminisme". Je vois vraiment pas le rapport. C'est une simplification idéologique simpliste et fausse. Je vois ce que tu veux dire dans l'idée Sebz, mais ça n'as rien à voir avec le féminisme - qui plus est que le féminisme des années 70 n'avait rien à voir avec certaines formes très récentes.

De toute manière il est illusoire de penser que la plupart des mecs avaient "ce qu'il fallait" (en objectif et/ou subjectif) pour pour qu'une femme accepte de se voir dominée par lui;
Je pense que la proportion a toujours été un peu la même.

Je peux comprendre qu'il y a ait une espèce de façade de "dévirilisation", mais ça ne prends pas du tout et c'est du discours.
D'ailleurs, si tu lis les machins anti-virilistes, ils te disent qu'un autre problème de la virilité c'est que la plupart des mecs n'arrivent pas à atteindre ce standard et sont donc complexés par rapport à ça. Je pense que cette tendance à toujours existée, féminisme ou pas.



Citation:
Non. En fait il a jamais parlé de ça. C'est juste l'histoire d'un mec qui sait pas s'y prendre. Pas encore. C'est tout. Et c'est pas grave, ça arrive, tu peux pas t'en vouloir décemment à 18 ans de pas encore tout maîtriser et tout savoir. Tu peux pas te mettre la pression comme ça alors que t'as juste tout plein d'année devant toi et tout plein d'autres femmes et de relations à connaître. Tu peux même pas t'en vouloir de pas avoir encore totalement confiance en toi, d'assumer tes envies et tes désirs et ton corps qui a à peine fini d'être forgé


Oui tout à fait :)
Ca ne sert à rien de se mettre la pression effectivement, parce que c'est pas ça qui va te faire évoluer dans le bon sens en particulier vis à vis de ses objectifs.
Le truc c'est que tu peux ne "pas te mettre la pression" tout en "te construisant de sorte à". Et tu peux "te construire de sorte à" parce qu'il y a énormement d'élèments communs dans les relations humaines et la sexualité. Il y a des choses qui marchent dans pleins de cas, et d'autres non. Sinon il n'y aurait pas de forum FTS.

Citation:
Ce qui est intéressant et flippant sociologiquement, c'est que des mecs viennent lui dire qu'en vrai c'est facile, alors qu'on parle d'un plaisir partagé, entre deux personnes différentes, en zone de découverte, et que non, merde, c'est jamais "facile". Que c'est qu'il faut juste y aller plus fort, ou plus fermement pour que ça passe mieux.

Tu prends le problème à l'envers!
C'est au contraire très dur; Parce que si les effets sont simples et que c'est facile quand c'est naturel, le cheminement qui amène à ce que ça soit naturel est en réalité dur. Un peu comme quand on dit "il suffit d'être confiant".
Ok mais ce "suffit" cache un enorme cheminement pour que ça puisse s'exprimer de manière saine, naturelle.

Citation:
Que les nanas sont comme ci ou comme ça alors qu'il a tellement, mais alors tellement à découvrir sur les femmes et que ce serait bien plus intéressant qu'il se forge sa propre opinion, qu'il en tire la même conclusion ou pas, parce que c'est pas ça qui va l'aider à ressentir les différentes femmes qui vont traverser sa vie et qui va lui permettre de s'adapter.

Ce n'est en rien contradictoire.
Tu peux savoir qu'en Egypte il y a beaucoup de désert, qu'il fait chaud, que les Mamelouks l'ont dirigé au 14 eme siècle -enfin des tas de choses en rapport avec son aspect général, sa géopolitique, son histoire- et tout de même savoir la vivre de manière personelle quand tu la visite, qui ne sera jamais la meme que quelqu'un d'autre oui.
Mais ces spécificités n'enlèvent en rien le général qui gouverne ce que tu vas voir.

Ce sont les deux faces d'une même pièce, tout comme en droit, se forment ce qu'on appelle "Le droit Objectif" AKA l'état du droit à un moment donné, et "un droit Subjectif" AKA les prérogatives afférentes à un individus.
Le subjectif se fait cependant d'un droit complet, général, en l'application d'une situation donnée.

De même, tu peux apprendre à un mec qu'une femme aime qu'elle se fasse stimuler le clitoris par exemple, ça n'enlève rien au fait qu'il va le vivre quand il couchera avec une fille.

Citation:
hey, t'es libre d'expérimenter, t'es libre de pas savoir, t'es libre de demander à apprendre, t'es même libre de fucker les règles si t'as envie", que l'on préconise bien avant la technique ou le soucis de performance le ressenti,


Mais sauf que la plupart des gens choisissent bêtement des camps. Surtout en fonction du paradigme moral d'une époque. Aujourd'hui, un des paradigmes moraux dans le grand public c'est une importance de l'émotivité, de l'écoute, de non-jugement. Mais c'est juste une vision.

Je m'explique :
Concrètement, vous faites une opposition entre capacité d'écoute et de partage et performance. C'est complètement artificiel.
Ecouter et comprendre ça n 'aide pas à être "bon". C'est nécéssaire mais pas suffisant. T'as des tas de mecs qui sont à l'écoute qui savent faire ça, mais qui savent pas utiliser et exploiter les infos qu'ils prennent.
D'un autre côté, les gens coincés dans la performance, t'aura soit des gens qui ont des hautes attentes d'eux meme qui ne se pensent pas à la hauteur et en souffrent. Soit des gens qui font un truc sans essayer de savoir si c'est ce qu'ils devraient faire, comme des autistes dans leur coin.
Les deux sont nazes. Et puis t'as pire , t'as les gens qui ne pensent qu'a eux et font ni l'un ni l'autre.
Il faut savoir utiliser les deux, et les deux volets appellent à différentes capacités. C'est pas l'un OU l'autre, il faut les deux.
Même si ça pique d'entendre que point de vue performance, bah ouais ça peut être discriminant mais c'est la vie et c'est pas non plus irreversible au contraire.



Citation:
C'est pas plus compliqué de galérer à chaque tentative en essayant un rapport de force


Ce n'est pas un rapport de force. Si une personne la joue rapport de force c'est qu'elle n'as rien compris.


Citation:
Et j'ai envie de te dire, si des nanas sont fermées dans leur sexualité, qu'elles vous jugent, et que ça ne vous convient pas, beh next, go on. Si c'est valable pour la séduction, la relation amoureuse, je ne vois pas pourquoi ce ne serait pas valable pour la relation sexuelle. Parce que dans "relation sexuelle" il y a aussi "relation". Pour moi tout est en lien. Maintenant, que vous en ayez souffert mais que vous avez décidé de faire et/ou continuer dans ce sens là, ça me semble plus être un choix.


Tu "médicalises" comme c'est pas permis haha. Si une fille aime être dominée (encore une fois dans le cadre spécifique sexuel), c'est qu'elle est "enfermée" dans sa sexualité? Je ne dis pas que c'est ce que tu dis, mais j'espère que c'est pas le cas.

Je t'ai envoyé un MP spécifique en parlant de ma relation. Tu penses sincèrement qu'on est enfermés? Que c'est un rapport de force?

Le jugement c'est normal et c'est la vie. Faut apprendre à accepter ça, et apprendre surtout à accepter d'être jugé, parfois mal, et surtout savoir s'en défaire.


Citation:
Je répète, pour moi "dominer sexuellement" ça ne veut rien dire à partir du moment où tu n'es pas dans une pratique particulière. Ce n'est pas parce que j'aime tel ou tel position que ça fait de moi une dominante.

Ca veut soit dire que tu n'as pas compris ce que ça voulait dire, soit qu'on l'a mal expliqué!
C'est pas une histoire de pratique, ni de position, c'est une histoire de paradigme. C'est un truc diffus, global.
C'est en quelque sorte, un mode d'expression (très très efficace si on l'applique, et surtout qu'on peut se permettre d'appliquer)

Je le repète, ce n'est jamais l'homme qui "soumet" la femme, c'est la femme qui accepte, étant donné la valeur perçue de l'homme, de se laisser entrer dans ce paradigme. C'est une décision qui vient en grande partie de la femme. C'est ça que les mecs comprennent pas encore une fois : les femmes ne veulent pas être dominées, mais se laisser aller à l'être par des hommes par lesquelles elles sont très attirées, donc au final peu de personnes et surtout pas des mecs pas attirants et lourds.


Citation:
C'est peut-être simplement qu'en te virilisant et en jouant les codes à fond, tu attires logiquement les nanas qui sont attirés par des schémas très codés à fond.


Au contraire.
1) Parce que mon "type" de base que j'attire (filles libérées, belles, ayant une forte curiosité intellectuelle et ayant un attrait pour la culture), je les attirai déjà quand j'étais éffeminé.
2) Parce que j'ai étendus le "type" de filles que j'attirais d'autre part.



Un autre élèment à prendre compte c'est qu'on se croit toujours unique. Tout le monde se croit différent. Alors quand une personne te dit "je suis différente, et sexuellement j'aime quand ça se passe bien et que c'est naturel" et bah dans l'écrasante majorité des cas, le schéma qu'on a détaillé avec NonChalance est hyper efficace. Ce qui ne veut pas dire qu'il ne peut y en avoir d'autre, mais que c'est surement le plus petit dénominateur commun.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • +1 (Constructif) le 16.05.18, 17h12 par Hillel
  • -Alex
  • Score : 553 - 31 ans
Citation:
Je le repète, ce n'est jamais l'homme qui "soumet" la femme, c'est la femme qui accepte, étant donné la valeur perçue de l'homme, de se laisser entrer dans ce paradigme. C'est une décision qui vient en grande partie de la femme. C'est ça que les mecs comprennent pas encore une fois : les femmes ne veulent pas être dominées, mais se laisser aller à l'être par des hommes par lesquelles elles sont très attirées, donc au final peu de personnes et surtout pas des mecs pas attirants et lourds.

Dominer, ça veut dire : "exercer sur quelqu'un un ascendant, une influence, lui imposer sa volonté."

Dans ce que tu décris, il est plutôt question d'être dirigée que d'être dominée.

Le sens des mots est important.

Etre dominé, cela suppose d'être contraint par la force (physique ou psychique), ou par un écart de force si grand qu'il est inutile de résister. Le dominant s'arroge tous les avantages possibles, au détriment du dominé et sans considération pour lui.

Etre dirigé, cela suppose d'être convaincu (à tort ou à raison) que l'autre est plus compétent que soi, qu'il a un charisme, et que suivre ses directives nous apportera de meilleurs résultats et plus simplement qu'en nous dirigeant nous mêmes.

Etre guidé, c'est encore différent. Cela suppose qu'on prend des initiatives, qu'on est actif, mais que notre action est canalisée par quelqu'un ayant plus d'expérience que nous sur certains domaines.

Citation:
les femmes ne veulent pas être dominées, mais se laisser aller à l'être par des hommes par lesquelles elles sont très attirées, donc au final peu de personnes et surtout pas des mecs pas attirants et lourds.

D'accord, mais on peut dire aussi que les femmes ne veulent pas diriger ni guider tous les hommes dans l'acte sexuel, mais le faire que pour des hommes par qui elles sont très attirées, donc au final peu de personnes et surtout pas des mecs pas attirants et lourds.

Pas plus qu'elles ne veulent attacher tous les hommes aux barreaux de leur lit et donner des fessées à tous les hommes. Seulement ceux par qui elles sont attirées, et en définitive, ceux avec qui elles auront une relation particulière pour faire cela, ceux avec qui elles se sentiront à l'aise et pas jugées.

Les femmes, et les hommes aussi, peuvent très bien aimer autant jouer à dominer que jouer à être dominé, selon l'humeur du moment.

Parce que c'est un jeu.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • +1 (Intéressant) le 17.05.18, 09h32 par Hillel
En même temps faudrait partir du principe qu'en général on va pas coucher avec des personnes qui nous attirent peu. Parce que les cas où on est mort de faim et où on cherche à remplir un besoin c'est plus une condition normale.
Et que donc les nanas vont généralement avoir suffisamment d'attirance pour avoir envie du mec.
Mais je trouve que le critère de l'attirance comme "libérateur" de l'envie de se faire dominer est complètement arbitraire.
C'est pas tant ça qu'elle ait confiance dans le mec pour pas aller trop loin. C'est aussi le fait qu'elle pense qu'on la jugera pas de se soumettre. Et que ça n'aura pas de conséquences sur la relation à venir (c'est aussi pour ça que la plupart des nanas préfèrent ce genre de trip hors couple. Parce qu'elles savent que ça affectera pas le respect d'un mec qu'elles aiment. Et que ça deviendra pas le seul trip sexe -parce que pour certains mecs dès qu'ils ont un truc ça devient obligatoire parce que c'est bon pour eux, mais même si c'est bon pour la nana les mecs ils comprennent pas que le faire à chaque fois c'est juste chiant, et que ça fait pas profiter des sensations. C'est vrai pour la domination/soumission comme la fellation, la sodomie ou autres. Et je pense que les nanas veulent pas de sentir obligées de se lâcher à chaque fois, de "sortir le grand jeu". Même si elles aiment le gars, et même s'il les attire beaucoup).
Je pense donc que ça dépend aussi pas mal de la maturité en matière de sexualité qu'elle perçoit chez le mec.

Bien sûr le fait que comme beaucoup de mecs la plupart des filles ait peu d'expérience fait qu'elles et ils se conforment aussi aux rôles qu'elles sont supposées avoir dans l'imaginaire collectif parce que c'est le seul modèle que tous ont à disposition quand autre chose n'a pas marché.
Ça veut pas dire qu'il n'y a pas autre chose à explorer.

Pour revenir au post original cela dit, je pense que lui voulais jouer avec sa nana pour répondre à son envie à elle. Mais qu'il manque de gnaque et de savoir faire "physiquement". De ce côté la les conseils qu'on lui a donnés n'étaient pas hors propos. Mais c'est vrai que d'une manière générale, l'idée que les femmes se soumettent et les mecs dominent, doivent faire ainsi, c'est vraiment restrictif.
Contrairement à Alex je pense pas que dominer soit nécessairement égoïste. Quand on est dans ce cas là c'est surtout le fruit de l'inexpérience. Tu peux imposer les choses tout en choisissant ce qui sera plaisant pour le ou la partenaire.
Je pense pas que notre OP se fasse pas plaisir même si la fille décide de ce qu'il se passe et "l'utilise". De ce qu'il décrit c'est loin d'être déplaisant.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • 0 (+1) le 17.05.18, 11h27 par Fate
Ouh là, beaucoup de réponses, je pensais le sujet clos, c'est pour ça que je suis pas revenu ^^ Je vais répondre à ceux qui s'adressent à moi, ou parlent de mon problème, ça serait quand même la moindre des choses de ma part.


Hillel a écrit:
Ensuite, je ne vois pas en quoi une nana qui chevauche fait d'elle une "dominante". Moi je me demande deux choses: on parle de filles dominantes ou on parle juste de filles tout court?


Oui mais si on part dans un débat de 3h sur qu'est ce que dominer, on s'en sortira pas. Je parle de "domination", parce qu'on a là une fille qui aime être au-dessus, diriger, voire provoquer et tout. Donc ouais je pense qu'on peut parler de "domination soft", puisque y a bien une histoire de rapport de force.

Après c'est elle même qui se qualifie de "fille dominante".

Et je précise parce que je crois que je l'ai pas assez dit, qu'on a pas ce genre de rapport, où l'un "domine" l'autre, fréquemment, c'est une variation.

Hillel a écrit:
Ou bien on considère que c'est une fille qui n'a pas d'inclinaison particulière à la domination/soumission et dans ce cas là, qu'elle veuille grimper sur l'autre fait pas d'elle quelqu'un de fondamentalement dominant


Oui mais là, j'ai l'impression que tu ramènes les goûts, les arrières pensées et les pratiques d'une autre fille aux tiens. Toi, probablement que quand tu grimpes sur un mec, tu n'as aucune arrière pensée de domination... Elle, si. Voilà tout.

Hillel a écrit:
(mais peut-être que toi, ça t'atteint dans ta volonté de contrôle parce que t'as l'impression de manquer de... virilité?)


Ecoute, je veux pas avoir l'air agacé, surtout que t'as fait l'effort de répondre, et c'est sympa, mais j'ai quand même explicitement précisé l'inverse non ?

Curieux23 a écrit:
Alors je précise qu'en soit, me faire diriger au lit, par une fille entreprenante et sûr d'elle ne me gêne pas du touuut.


Curieux23 a écrit:
Elle est "dominante" pourrait-on dire, c'est à dire entreprenante, aime être au dessus et diriger les opérations, et même assez sauvage. J'adore ça, pas de problème.


Voilà, je le répète, parce que je veux pas passer pour un mec qui refuse par je ne sais quelle principe de laisser une fille diriger l'acte.

Hillel a écrit:
Juste quelqu'un... qui avait envie de te grimper dessus. Il y a pas d'analyse à faire plus que ça


Non en effet, y a pas d'analyse à faire : je te dis que mon amie me "domine" quand elle me chevauche, c'est l'état d'esprit dans lequel elle est, point. Voilà voilà.

Hillel a écrit:
ou bien un moyen de mieux gérer son plaisir et son corps parce que peut-être que t'es pas encore au point...


Ouais, je veux pas avoir l'air susceptible, mais non, c'est pas du tout ça le problème. D'ailleurs j'ai bien précisé qu'elle me laissait fréquemment le dessus quand je lui demandais avant. Ce serait pas le cas si j'étais mauvais.

Hillel a écrit:
En vrai, moi je pense pas que tu manques de force ou que tu dois y aller plus franchement ou que tu dois "t'imposer" ou apprendre des techniques [...] Je pense que c'est juste que tu manques de connexion et de feeling parce que tu penses technique et que t'es pas suffisamment dans l'instant. Si c'est pas une fille qui a une inclinaison particulièrement au S/M, et que toi t'essayes un peu "bêtement" de renverser la situation mais que tu n'y arrives, c'est peut-être tout simplement que tu ne sais pas ressentir le "moment" où tu dois vraiment le faire. Il va y avoir des moments où on aura envie qu'on joue avec notre clitoris, l'instant d'après d'être franchement pénétrée... des périodes où on aura envie que ça soit bien rapide et le mois suivant de la lenteur. Des partenaires avec qui on aura envie de ça parce que ça s'y prête bien et que pour on ne sait quelle raison ça marche mais pas avec un autre. Et c'est pas grave, c'est bien même, à partir du moment où on sait quand on éprouve du plaisir et quand l'autre en éprouve. Et ça se calcule pas, ça se ressent. Bah là c'est pareil, ça, faut le ressentir.


Mouais... je sais pas comment dire, j'ai un peu l'impression que tu es hors-sujet. Encore une fois, je crois que tu me parles en fait de comment toi tu vois les choses à l'aune de tes goûts et fantasmes sexuels... Je t'en veux pas, c'est peut être parce que j'ai pas assez bien expliqué.

Mon amie aime être au-dessus, diriger, "dominer". Jusque là, aucun problème pour moi (je crois que je vais bien le marteler pour que ce soit clair pour tout le monde). Mais, je sais aussi (et quand je dis je sais, je dis je sais c'est un fait) qu'elle aime beaucoup être au dessus, mener la danse et tout, et d'un coup, se faire renverser et passer de totalement dominante à totalement soumise. Or moi, je n'arrivais pas à faire ça, et suis venu demander conseil.

Hillel a écrit:
Vous avez dit de quoi vous avez envie, certes, ça ne veut pas dire que vous vous êtes exprimés et que vous avez communiqués


Euuuuh... Si. C'est littéralement ce que ça veut dire...

Hillel a écrit:
Pourquoi ne pas lui demander qu'est-ce qu'a fait ce mec en particulier et ce que toi tu peux te permettre?


Attends... je l'ai déjà fait, elle m'a raconté, sinon on aurait pas cette discussion. Quant à ce que je peux me permettre, ça aussi je le sais, pas de problème de ce côté là.

Hillel a écrit:
Pourquoi tu ne lui demandes pas comment faire? [...] Pourquoi tu lui dis pas que juste tu galères ? [...] Pourquoi t'avoues juste pas que tu sais pas faire? Pourquoi même elle ne te montrerait pas en te guidant avec son corps, sa voix, ses mains?


Mais... c'est là qu'on voit que y a une incompréhension de ta part, peut être parce qu'on parle d'un fantasme qui t'est totalement étranger, ou que je me suis mal exprimé, mais ce dont je parle est un jeu. Si je lui demande la permission de "gagner", où est le jeu ? Ce qu'elle aime (entre autres hein, encore une fois, on parle d'une variation de notre sexualité), c'est être au dessus, diriger, et d'un coup perdre le pouvoir... Si je lui demande la permission, de me guider et autre, on est pas du tout dans le même délire.

Et aussi, il faut bien comprendre que je suis pas un mec "dominé" par une fille, qui en "souffre" ou qui en conçoit de la frustration, et qui demande comment prendre le dessus... Je demande comment reprendre le dessus quand je suis en position de "dominé" parce que je sais que c'est (entre autre) ce qu'elle aimerait que je fasse une fois ou deux !

Hillel a écrit:
Pourquoi même que vous joueriez pas à qu'elle prenne ton rôle pour te montrer et que toi tu ressentes les choses et que tu lui rendes la pareille?


Mais... on le fait ça. Mais à d'autres moments, c'est autre chose. C'est comme si je demandais les règles du jeu de petit chevaux, et que tu me répondais "joue au jeu de l'oie, c'est très bien".

Hillel a écrit:
Elle peut te guider, et toi tu pourrais lui permettre de te guider. Elle peut te dire les choses qu'elle aime que tu fasses et ce qu'elle aimerait que tu fasses concrètement. Elle peut te dire "plus fort" elle peut te dire "plus profond" comme elle peut te dire "plus doucement", et tu peux faire la même chose sans que ça n'enlève rien de l'excitation du moment, voir que ça peut le pimenter, si on voit le sexe autrement que comme de la performance. Mais faut être à l'aise avec ça. Faut être à l'aise avec l'autre, faut être à l'aise avec soi. Faut être à l'aise avec le sexe de façon générale. Faut savoir assumer. C'est tout ça, pour moi, communiquer, vraiment.


Mais ça aussi on le fait. C'est du sexe classique, ça.



-Alex a écrit:
Qu'entendez-vous par "dominer l'acte sexuel" ?


Bah comme j'ai dit : être au-dessus, diriger, "baiser" l'autre, en profiter éventuellement pour le/la narguer, et autre. Evidemment, on rappelle dans le cas où tout le monde y trouve son plaisir et est consentant.

-Alex a écrit:
J'aime bien que la femme impulse le mouvement au-dessus de moi. Cependant, même dans cette position, il est difficile de dire qui domine, car même si elle est au-dessus parce qu'elle m'a fait comprendre par un mouvement qu'elle voulait qu'on se retourne, et qu'elle dirige le mouvement :
- D'une part c'est parce que je le veux bien
- D'autre part, j'accompagne le mouvement car je n'ai à ce jour jamais fait l'amour avec une femme assez sportive pour gérer seule le mouvement en étant au-dessus
- Enfin, lorsqu'elle est dessus, je garde les mains sur les hanches pour stopper son mouvement lorsque je sens que je vais partir trop vite.


Alors moi personnellement, je me sens dominé. Après chacun son ressenti et autre. Faut dire aussi, que si mon amie est au-dessus, c'est pas "parce que je le veux bien", mais parce qu'elle s'est mise au-dessus de son propre chef, qu'elle gère seule l'action (je donne des coups de reins par en dessous quand même hein), et qu'en général quand je lui mets les mains sur les hanches, elle les retire.

-Alex a écrit:
Tu manques peut-être d'intelligence kinesthésique, celle reliée à la représentation de son corps dans l'espace, à la motricité, à la compréhension des forces, etc... Ou bien ta partenaire a-t-elle cette intelligence là très développée.


Oui c'est pas impossible. Après je pense que les pistes soulevées par Fate et Life sont intéressantes et que c'est de ce côté là qu'il faut creuser.

-Alex a écrit:
je ne me verrais pas faire le mâle dominant sans avoir prévenu à l'avance, car j'aurais peur d'effrayer ma partenaire


Je comprends, mais là on est dans le cas d'une fille que je connais depuis un bout de temps, donc 0 risque de l'effrayer, d'autant qu'elle m'a bien dit qu'elle aimerait ça.

Fate a écrit:
Le sexe est un jeu dans lequel vous vous amusez avec le cadre et vous faites ce que vous voulez dedans.


Voilà !!!

sebz9999 a écrit:
On sent quand même dans l'histoire de l'auteur du poste les conséquences de trente ans de féminisme, ou un jeune type dis se faire plus ou moins " dominer " par une femme sans gêne de sont côté tous en ayant la crainte et la peur de juste la soulever pour la retourner. Sociologiquement, c'est tous a la fois intéressant et flippant.


Non mais pardon, y a aucun rapport avec le sujet. J'ai pas peur de le faire parce que sinon je risquerais de finir sur balance ton porc, non c'est pas du tout ça l'ambiance. Et j'ai pas peur de le faire tout court, d'ailleurs. J'essayais, mais j'y arrivais pas, parce qu'elle faisait ce qu'il fallait pour.

Hillel a écrit:
Que c'est qu'il faut juste y aller plus fort, ou plus fermement pour que ça passe mieux.


Bah... pardon, mais les conseils qu'on m'a donnés que tu sembles trouver "graves", sont plutôt bons... Je suis pas venu demander "comment se comporter au lit avec les filles en général", je parle quand même d'un cas précis là.

Hillel a écrit:
Que les nanas sont comme ci ou comme ça alors qu'il a tellement, mais alors tellement à découvrir sur les femmes


Mais d'abord je suis pas venu poser des questions sur les femmes... ^^ Et personne m'a dit que LES femmes en général étaient "comme ci ou comme ça"...

Hillel a écrit:
Que, juste dire qu'apprendre à s'écouter, à écouter l'autre, leur corps, leurs émotions, leurs envies, de vivre l'instant, de se concentrer sur le ressenti plutôt que la réflexion, de dire que tout le monde est pas tout pareil que c'est pas vrai


Désolé, mais son m'avait répondu ça, j'aurais quelque peu râlé en disant qu'on répond pas à ma question... Ce que tu dis là, je le sais déjà...

Nonchalance a écrit:
Mais le mec qui est venu demander de l'aide n'était pas venu des conseils généraux sur le sexe. D'après ce que j'ai compris, son amie était partante pour des jeux de domination et il ne savait pas comment faire pour la retourner quand c'était elle qui avait le dessus.


Voilà !!! Merci, tu as tout compris.

Nonchalance a écrit:
Bah les réponses qu'on lui donne auront forcément des éléments techniques puisque de son propre témoignage à part ce problème tout se passait bien.


Là encore, merci. Même si, je pense que Fate et Life ont raison de dire que tout n'est pas technique, et bien sûr que j'aborde pas le sexe en général uniquement sous un angle technique.

Nonchalance a écrit:
Du coup pour moi il y'avait deux problèmes quand aux autres conseils moins techniques:

1) ils ne répondaient pas spécifiquement à sa problématique et étaient limites hors sujet. Le gars veut savoir comment dans son cas particulier il peut renverser la vapeur et passé de dominé à dominant dans le jeu sexuel, (et je le rappelle avec l'aval de son amie) il veut pas savoir comment explorer sa sexualité.

2) Pour moi ils peuvent être interprétés comme: "Tu t'y prends mal, la sexualité c'est pas que ça, c'est autre chose!" Alors oui c'est pas que ça. Mais ça peut aussi n'être que ça où est le problème? Encore une fois le mec veut savoir quelque chose de ce cas particulier, pas qu'on lui donne une leçon sur ce qu'est la sexualité ou pas.


Après y a plusieurs choses. Déjà les gens qui me donnent des conseils techniques + "pyschologiques", je les remercie car je pense qu'ils font bien. Ensuite, je comprends que le sujet dérive. Les gens qui viennent ici ont pas l'obligation formelle de me répondre à chaque message, ils dialoguent entre eux, c'est normal.


Hillel a écrit:
Ce qu'il dit. C'est pas ce que j'ai ressenti à la lecture.


Ouais mais si vous commencez à chercher à deviner quelle "sombre vérité" se cache derrière ce que je vous dis, vous avez quand même de très très très grands risques de répondre à côté...

Hillel a écrit:
Beh justement, à mes yeux la technique il a déjà essayé


Non y a des choses qu'on m'a dites ici que j'ai pas essayées.

Hillel a écrit:
il ne sait pas l'appliquer dans tous les cas. Donc il aura beau appliquer les conseils techniques à la lettre, je suis presque sûre que ça donnera rien de plus.


Euuuh... ok... Sympa la confiance ^^

Hillel a écrit:
Alors qu'avoir des bases pour s'approprier la "technique", pour la comprendre, c'est d'autant plus constructif. Communiquer avec la principale concernée (genre vraiment) aussi.


Mais... comment dire ? Je sais pas, j'ai un peu l'impression que tu me prends pour un débile, ou un mec qui a 0 expérience, mais vraiment 0. Tout ce que t'as dit, et je le dis pas méchamment, je le savais déjà. Et je suis pas fan fan du ton quand même assez condescendant que tu prends. Je te suis très reconnaissant de vouloir m'aider, mais enfin quand tu affirmes qu'on a pas communiqué ma pote et moi, je te trouve bien sûre de toi, et bien catégorique.

Hillel a écrit:
Beh.. que c'est pas la vérité puisqu'il y a des contre-exemples.


Mais encore une fois, personne ne m'a dit que la sexualité c'était ça et pas autre chose... Si on m'avait répondu ce que Nonchalance dit "la sexualité c'est pas que ça", j'aurais répondu : "merci, je le sais déjà, ça répond pas à ma question".

Hillel a écrit:
Limite, que j'ai l'impression qu'on confond être "actif/passif" et être "dominant/dominé".


Y a des façons de n'être QUE passif, mais dominant quand même.

Onmyoji a écrit:
Pour revenir au post original cela dit, je pense que lui voulais jouer avec sa nana pour répondre à son envie à elle. Mais qu'il manque de gnaque et de savoir faire "physiquement". De ce côté la les conseils qu'on lui a donnés n'étaient pas hors propos. Mais c'est vrai que d'une manière générale, l'idée que les femmes se soumettent et les mecs dominent, doivent faire ainsi, c'est vraiment restrictif.
Contrairement à Alex je pense pas que dominer soit nécessairement égoïste. Quand on est dans ce cas là c'est surtout le fruit de l'inexpérience. Tu peux imposer les choses tout en choisissant ce qui sera plaisant pour le ou la partenaire.
Je pense pas que notre OP se fasse pas plaisir même si la fille décide de ce qu'il se passe et "l'utilise". De ce qu'il décrit c'est loin d'être déplaisant.


Voilà, je suis 100% d'accord avec tout ce que t'as dit. Et je précise que je suis très content des conseils qu'on m'a donnés.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • 0 (Du calme) le 17.05.18, 14h57 par Onmyoji
  • 0 (Ca va mieux en le disant) le 17.05.18, 17h43 par Jalapeno
  • 0 (Du calme) le 17.05.18, 21h11 par sebz9999
  • 0 (Cool) le 18.05.18, 02h19 par Hillel
  • +1 (Ca va mieux en le disant) le 18.05.18, 07h37 par Nonchalance
Pour revenir sur ta problématique initiale, le truc qui me frappe et que j'ai déjà observé dans d'autres témoignages de cette section du forum, c'est que lorsqu'un/une partenaire nous raconte comment il ou elle a kiffé ce fameux truc qu'un ou qu'une ex lui a fait découvrir, ça devient un problème. Parce qu'on se fout la pression pour "satisfaire" ou être à la hauteur, laisser un bon souvenir...
Je dis "nous" et "on" parce que ça m'est déjà arrivé et que je suppose que c'est arrivé à d'autres, c'est un classique.

Mon seul conseil serait donc de faire ton possible pour te détacher de cette idée que ce gars a fait mieux que toi et de ne pas chercher à te mesurer à un type qui ne fait même plus partie de sa vie.
Pour le reste, je partage ce que certains t'ont très bien expliqué au sujet de l'attitude.
Enjoy!
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • +1 (Il y'a du vrai...) le 17.05.18, 20h29 par Jalapeno
  • +1 (Effectivement) le 17.05.18, 22h05 par Onmyoji
" Voilà, je le répète, parce que je veux pas passer pour un mec qui refuse par je ne sais quelle principe de laisser une fille diriger l'acte. "

" Et même si tu passe pour un mec qui " c'est pas trop un problème. Ta même pas besoin de te justifier, si ça aurait été le cas, et que te faire " dominer " au lit par une fille, te dérangerais, ça aurait pas été un crime tu sais. Enfin, peut être sur ce forum vis a vis de certaines personnes, mais c'est un peu un cosmos très a part par moment.

Non mais pardon, y a aucun rapport avec le sujet. J'ai pas peur de le faire parce que sinon je risquerais de finir sur balance ton porc, non c'est pas du tout ça l'ambiance. Et j'ai pas peur de le faire tout court, d'ailleurs. J'essayais, mais j'y arrivais pas, parce qu'elle faisait ce qu'il fallait pour.

Ma phrase était, on sent les " relan " d'un certain féminisme, pas que toute ta problématique viens du féminisme, maintenant, que les chiennes de garde a une époque, ni pute ni soumise a une époque intermédiaire, et maintenant, tous le mouvement " Meeto ", le tous, dans le contexte de judiciarisation du harcèlement de rue et du mainspreeding via la loi Shiappa, finit par créer chez certaine personne une sensation de crainte et de pertubation dans sont rapport aux femmes, c'est une évidence, faut vous réveiller les gars. Changer les mœurs de la société, c'est la raison même d'existence de ce dernier, pour le meilleur parfois, mais aussi pour le pire.

Ensuite, pour répondre brièvement sur le fait qu'il n'y a pas qu'un féminisme, mais une multitude de féminisme, comme soulevé plus haut : C'est également une évidence, mais ce qu'il faut regarder, c'est qu'elle type de féminisme est promue par le médiatique, ci ce n'est principalement ceux que je viens de citer. C'est ici toute la nuance, puisque c'est celui qui est relayé qui provoque des transmutations dans la société, mais aussi dans le legislatif : cf Loi Shiappa sur le harcèlement de rue.

Enfin, pour répondre clairement a l'auteur, si ta pas peur de le faire, pourquoi tu le fais pas. Je note, parce qu'elle fait ce qu'il faut pour t’empêcher de le faire et garder le dessus, tous en ayant envie de le faire. Trés bien, mais en faite, ta juste a faire ce qu'il faut, comme elle ne se gêne pas pour le faire, pour prendre le dessus a ton tour. A moins qu'effectivement, tu crains de le faire. Ce qui reviens a dire que tu as quand même un peu peur de le faire tu crois pas. Du coup, je replace ma question, pourquoi tu as peur de le faire quand elle monte d'un cran dans la repartie physique pour t’empêcher de le faire ?

Pour terminer, change de ton dans tes réponse, parce que tes pas le centre du monde et que ta pas l'air bien respectueux vis a vis des personne qui ont pris du temps pour t'aider, que tu sois d'accord avec ou non.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • -1 (T'es lourd) le 17.05.18, 21h15 par Jalapeno
  • 0 (Mauvais esprit) le 17.05.18, 22h10 par Onmyoji
Il est possible qu'il ait peur de lui faire mal. Pas peur tout court.
C'est facile de forcer un peu et de s'imposer physiquement. Mais si tu lui fais un bleu en la tenant ça devient un peu SM et c'est pas forcément son délire. Et ça peut casser le moment.

Pour le reste, il est aussi possible qu'il soit plus faible que la fille physiquement. Ou que sa position et son expérience lui donnent l'avantage et compensent et dépassent leur différence de force.
Ça arrive quand les membres d'un couple font à peu près la même taille et le même poids. Puis il y a des filles très sportives, et qui ont une musculature très puissante..
(La plupart des nanas en salle soulèvent entre leur poids et leur poids et demi. C'est pas rien et c'est bien plus que la plupart des mecs qui savent plus que le sport existe. Ça pourrait expliquer une part de son "agressivité" aussi. Le sport ça fait sécréter de la testostérone et on sait que la plupart des femmes au comportement sexuel agressif ont des taux plus élevés que la normale)
Ça fera pas de lui moins un mec s'il est dans ce cas là.
C'est rare mais ça arrive.
Et ce sera pas un effet du féminisme.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • 0 (Oui) le 17.05.18, 22h36 par sebz9999
Je valide plus ou moins l'ensemble. Je tiens quand même a dire que j'ai parlé de " relan " du féminisme, un truc latent mais pas unique et primordial dans la compréhension. C'est un tous dans une complexité, et sont cas fait échos a une dimension plus sociologique, toute proportion gardé, que je retrouve de plus en plus chez les hommes jeunes. Alors certes, il peut manquer d'expérience, être un peu plus timide, ou il peut y avoir tous un de raison qui fait qu'il ne le fait pas.

Ces raisons, on peut pas les savoir a sa place. Mais c'est bien une forme de crainte qui l'empêche d'agir. Et dans un contexte social dans lequel un homme qui écarte les jambes un peu trop dans le métro peut se voir condamné par la justice, il est pas délirant de se dire que ce même contexte peut se substituer a une femme qui aime être dominé, parce que ça créer une puissante dissonance cognitive entre l'éducation moral d'une société en partie idéologique, et la réalité d'une partie de jambe en l'aire dans la complexité du désir féminin, qu'on n'a tous pu constater au moins une fois. Tous ça peut être une piste comme une autre dans un tous beaucoup plus global, c'est ma conviction.

A partir de là, dire a l'auteur qu'il n'y a rien de blessant ou d’offensants a retourner sa partenaire sans lui demander sont autorisation, et ceux, de manière ferme. Me semble adapté en partie a la situation.

Ce qu'il faut que tu comprenne Curieux, c'est que c'est ce qu'elle veut, et qu'elle te la plus ou moins demandé de manière indirect. Ta pas de problématique en faite, ni d’hésitation a avoir, autre que celle d'être plus ferme et de mouvoir ton corps pour prendre le dessus. Quand tu l'aura fait, tu va juste te dire que tu t'es pris la tête pour que dalle.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • 0 (Pas convaincu) le 18.05.18, 00h32 par Onmyoji
Citation:
Le sport ça fait sécréter de la testostérone et on sait que la plupart des femmes au comportement sexuel agressif ont des taux plus élevés que la normale


Tu m'apprends un truc! Je savais pour l'adrenaline, la noradrénaline et l’endorphine (mon hormone préférée;) mais pas pour la testosterone. Enfin je ne pensais pas que c'était si impactant pour les femmes.

Est ce qu'on pourrait extrapoler et dire que les filles qui sentent leurs muscles brûler à la salle de sport ou qui sécrètent naturellement plus de testostérone que la moyenne, vont avoir un comportement sexuel différent de celles qui font un petit footing hebdo ou de celles qui ne font rien?

Mais tout dépend aussi de ce que tu entends par "comportement sexuel agressif".

En clair, est ce que selon toi, la biologie pourrait expliquer - en grande partie, les comportements sexuels? désolée si cette question parait idiote aux plus scientifiques d'entres vous.

Je ne parle pas d'identité sexuelle mais bien de sexualité, peu importe qu'on soit homo, hétéro, trans...je ne veux surtout pas repartir sur un débat clivant...merci ;)
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • +2 (Bonne idée !) le 18.05.18, 02h11 par Onmyoji
La biologie explique en partie les comportements sexuels, évidemment.
Voir ceci pour commencer:
https://en.wikipedia.org/wiki/Sexual_mo ... d_hormones

Qu'il s'agisse de notre personnalité (sans doute par l'influence prénatale et périnatale: http://pediatrics.aappublications.org/content/62/6/1166).
Mais aussi de nos comportements (là; chez le rat, c'est plus politiquement correct que chez l'homme, mais nous sommes des mammifères et des primates comme les autres: http://www.umich.edu/~psycours/531/becker.chapter3.htm; http://www.umich.edu/~psycours/531/becker.chapter4.htm)

Il y a beaucoup d'études là dessus (évidemment;))
On montre même qu'une poignée de gènes est différentiellement exprimée entre les cerveaux de mâles et femelles , et qu'ils affectent des composantes spécifiques du comportement sexuel (chez les rats, chez nous ça doit être un petit peu plus complexe, mais pas nécessairement beaucoup plus, même si on rajoute des couches de contrôle par le néocortex (https://www.ucsf.edu/news/2012/02/11440 ... onstructed).

L'agressivité sexuelle (au sens de rechercher des partenaires activement et d'être proactif dans la réalisation de ses désirs) est assez liée à la testostérone (https://www.psychologytoday.com/us/blog ... y-passions)
C'est ce qui, en théorie (mais ça parait pas du tout déconnant), fait que la plupart des mecs qui ont des signes sexuels secondaires marqués sont ressentis évolutivement comme attirants:
à l'adolescence, un mec qui a beaucoup de testostérone prend beaucoup de muscles, de taille, a une pomme d'Adam marquée, une voix plus grave, etc (par contre, c'est prouvé que ça n'a aucune influence sur la taille de la bite à part de déclencher son développement adulte. ça peut même être "réducteur", d'ailleurs. C'est là où l'évolution joue des mauvais tours;) Mais une testostérone élevée favorise l'érection, et une plus grande fécondité... La nature n'a pas oublié son but en route).
Ce sont des caractères qui influencent l'attirance, même s'il y a une couche de culture par dessus,
on sait qu'une certaine tranche de taille est plus attirante, une silhouette (en V, ça dépend aussi du rapport épaules/taille), un certain degré de musculature (en gros, faut être tonique, mais pas avoir des muscles ultra proéminents, ça suggère trop d'agressivité tout court), sont plus attirantes.
Comme les estrogènes chez la femelle, le mâle peut avoir transitoirement des caractères plus attirants avec les pics de testostérones (chez les rats, sécrétion de phéromones, vocalisations "attractives"...)

Mais cette attirance ne fonctionne à plein qu'à certaines périodes du cycle féminin,
et ça dépend aussi du type de partenaire que la femme cherche (en gros, si elle cherche un père, elle va plus chercher un mec plus à la cool niveau physique, potentiellement avec des signes de maturité -parce que s'il a survécu jusque là c'est que c'est un dur à cuire, mais aussi sûrement qu'il sait négocier vu qu'il a pas l'air d'une brute. Ou alors, il est hautement balaise pour survivre avec ce qu'il a)

Pour les femmes, les pics d'estrogènes (en rapport avec le milieu de leur cycle et leur optimum de fécondité) sont aussi très importants pour leur attitude sexuelle.
Chez certaines nanas, ça les fout vraiment "en chaleur".
Mais on sait aussi que les pics d'estrogènes rendent les femmes moins impulsives (ce qui pourrait être lié à une meilleure gestion des relations pour éviter de tomber enceintes d'un mec de seconde zone: https://blogs.scientificamerican.com/mi ... -behavior/).
ça vous rend plus attirantes aussi (vos cheveux sont plus beaux, comme votre peau, etc. C'est pour ça que la plupart des femmes enceintes paraissent radieuses. C'est purement la biologie à l'oeuvre: http://www.els.net/WileyCDA/ElsArticle/ ... 00101.html).
ça influence également le comportement des autres femelles chez les singes (https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/7093402), et celui des males (normalement, ils se reproduisent pas en dehors d'une certaine saison. Si on traite des femelles aux estrogènes, les autres aussi commencent à en sécréter, certainement pour "tenir la compétition". Les mâles sont stimulés biologiquement et adaptent leur comportement en conséquence https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/7093402). C'est assez logique en fait puisqu'on sait que l'estradiol (une version de l'estrogene) est nécessaire au comportement sexuel mâle (http://www.jneurosci.org/content/27/24/6563), les hommes transformant leur testostérone en estrogène via certaines enzymes (mais c'est pas exclu que des "apports externes" puissent nous taper directement sur le système, peut-être par l'organe voméronasal?)
ça a également une influence après la ménopause (https://academic.oup.com/jcem/article-a ... m=fulltext).


Pour les femmes, le sport et la testostérone, c'est à double tranchant (lire les 3 pages de ça: https://www.webmd.com/women/guide/norma ... s-in-women)
ça a une influence sur le comportement mais un peu trop et tu es infertile, ou pas attirante à cause de l'acné...
(voir ça; https://www.healthyandnaturalworld.com/ ... -in-women/. Les renseignements sont relativement exacts, ce qui est étonnant pour un blog dont le penchant français est "sain et naturel"...)
Cardiaque, aussi. à la bonne dose, tu peux avoir la voix plus grave, et même si c'est sexy, on sait que les mecs sont généralement attirés par les voix plus haut perchées (signe de forte sécrétion d'estrogènes; https://www.smithsonianmag.com/science- ... 41492244/; https://www.hindustantimes.com/sex-and- ... rlUKI.html).
Mais ça joue aussi parce que le sport fait diminuer le gras corporel, et que le gras, c'est la vie (littéralement. ça secrète entre autre de la leptine, signe pour ton cerveau que ton corps est bien approvisionné en bouffe et qu'il est donc très faisable de se reproduire; dans le cas inverse, on risque de pas survivre).
Les femmes avec une testostérone plus élevée ont une perception d'elles-mêmes comme plus actives, pleines de ressources et plus "puissantes" (https://www.psychologytoday.com/us/blog ... y-passions). On montre aussi qu'elles sont plus compétitives et agressives verbalement,
elles répondent plus facilement aux visages colériques, elles prennent plus de risques.
Si elles ont été exposées tôt dans leur développement (ça se voit au rapport de longueur entre l'annulaire et l'index), il est possible qu'elles soient plus compétitives, plus assertives et socialement dominantes.
La testostérone active leur libido et leur activité génitale, leur excitation face à des stimuli visuels (juste comme les hommes. Hasard? Je ne crois pas;))
Bon, ça pourrait aussi vous intéresser plus à la masturbation qu'à la recherche d'un partenaire;) (https://www.livescience.com/21114-testo ... ation.html). Mais possible que le stress et la source de la sécrétion joue (et les interactions avec la dopamine, etc. Je sais que pas mal de sportives se masturbent sous la douche après le sport;))
Le déficit en testostérone (par exemple, avec la prise de certains contraceptifs) diminue le désir sexuel, la lubrification vaginale, et même le plaisir pendant l'acte sexuel.


Donc pour répondre à tes questions plus précisément que ne l'ont déjà fait ces quelques données:
Il est possible que cela joue sur leur attitude sexuelle, oui.
En plus, le sport, c'est bon contre la dépression, qui est un grand tueur de libido.
Quand on se sent plus apte physiquement, qu'on est boosté par ses hormones, on va avoir plus confiance, et les taux plus élevés d'hormones nous rendront plus attirants sexuellement (via nos caractères sexuels, mais aussi potentiellement en tapant dans le cerveau de l'autre).
Après ça dépend aussi de ta base physique (ton gras, notamment), et génétique (qui contrôle le gras, mais aussi la réactivité du corps aux hormones avec des récepteurs plus ou moins efficaces, diffus ou ciblés, dont la signalisation persiste plus ou moins longtemps. Si ça influence la vitesse à laquelle la musculature se développe, ça change aussi la manière dont nos caractères sexuels, à taux d'hormones égaux, se développent -puis bon, il y a toute l'efficacité des cascades de signalisation et régulation derrière, qui font que le signal passe plus ou moins bien. C'est pour ça que tu donnes une goutte de testostérone à certains mecs et tu obtiens Hulk, et pour d'autres, faut les tremper dans une piscine de la même chose pour leur faire prendre un kilo de muscle)

"En clair, est ce que selon toi, la biologie pourrait expliquer - en grande partie, les comportements sexuels? désolée si cette question parait idiote aux plus scientifiques d'entres vous."
D'abord, non, c'est pas une question idiote, hein (il n'y a pas de question idiote, il y a des a priori et des convictions idiotes. Une question vise à s'informer, c'est le moyen des winners de devenir moins cons que leurs congénères).
Ensuite, oui, la biologie explique fortement les bases des comportements sexuels (et même certaines de leurs "mutations", genre pourquoi certains mecs préfèrent le fétichisme etc. On pense qu'il peut y avoir des troubles de reconnaissances des stimulis attirants dans leur cerveau. Neuropsychologie...)
Après évidemment on met beaucoup de culture pour réguler ça et pas baiser dans la rue et avoir un comportement social viable (qui passe pas par l'éventration du voisin et le tabassage de la voisine pour la convaincre qu'on est un meilleur parti). Cet "excès" de sociabilité est probablement ce qui fait que nous avons mieux prospéré que toutes les autres espèces, parce qu'on épargne des membres même moins alpha, mais qui peuvent se montrer utiles (ne serait-ce que pour se faire bouffer par les prédateurs à la place des meilleurs alphas reproducteurs, mais aussi parce que pour avoir leur place, les non alphas doivent développer d'autres qualités utiles au groupe -par exemple ils servent de vigies dans les groupes de primates pendant que les autres se tapent les femelles... Chez nous, ça donne M. Parker, M. Randall, et Jerry;)-, et ils peuvent aussi jouer le rôle de "tampons" en cas de menace biologique -en crevant en premier pour offrir aux alphas un signe de danger, ou pour fournir une alternative génétique et survivre si la menace crève plus facilement les alphas).

Quant à l'identité sexuelle (je prends la perche, même si tu ne la tends pas. Je pense qu'on peut en parler intelligemment), si ça affecte notre comportement sexuel adulte, il est très probable que nos hormones et gènes déterminent aussi nos attirances et péchés mignons.
Mais c'est extrêmement complexe et on sait qu'il y a une part d'expérience aussi (c'est là où on peut se poser la question de l'entourage en grandissant, ou des figures parentales, ou de l'entourage et l'influence des autres jeunes). On sait qu'il y a une influence familiale (mais de quel ordre précisément?)
(https://en.wikipedia.org/wiki/Biology_a ... rientation
-très intéressant sur les différences biologiques entre homosexuels et hétérosexuels. ça va même jusqu'à affecter la réponse aux médicaments, ou créer des similitudes entre sexes, là où il y a normalement une différence...-
; https://www.theatlantic.com/magazine/ar ... y/304683/; https://news.stanford.edu/pr/95/950310Arc5328.html;
https://www.yahoo.com/news/science-homo ... counter=1; http://www.slate.com/articles/health_an ... tion.html;
https://www.sciencemag.org/news/2015/10 ... ations-dna)
Certains théoriciens pensent que l'homosexualité est dû à un "trouble de reconnaissance de l'objet de l'attirance" (en gros tu reconnais ton sexe alors que tu devrais reconnaitre l'autre. Il y a certainement un trouble de représentation de ton propre sexe).
C'est pas complètement dingue, après on est dans les domaines où on en est encore à déterminer si la normalité existe bien et si ça ne fait pas "partie du spectre normal" -certaines personnes théorisent qu'il y a une utilité biologique et sociale à l'homosexualité (https://www.huffingtonpost.com/2014/11/ ... 18406.html). ça serait potentiellement une exacerbation de l'identification à son propre sexe pour l'insertion dans les groupes -pour mieux travailler ensemble, sachant que les tâches étaient séparées pendant longtemps. Ce serait intéressant d'étudier certains groupes pour voir s'il y a des différences, ça pourrait éclairer les choses... ça me donne des idées tiens). Il y aurait eu aussi l'idée que c'est dû à certains types de modifications géniques qui n'interviennent pas en conditions normales -du type qui foutraient des mutations aux effets létaux/handicapant à d'autres gènes- et qui ici, auraient été sélectionnées pour "changer", pour diminuer la reproductibilité des individus.
C'est pas absurde si on compte que certains gènes ou allèles (versions de gènes) sont plus sensibles que d'autres à certaines modifications physiques/chimiques/biochimiques du fait de leur structure -une séquence génique=une composition=une réactivité complètement différente d'une séquence qui varie un peu-.
Du coup, un individu aux allèles plus vulnérables serait "éliminé" de la loterie génétique et du groupe par ses attirances.
Je n'arrive pas à retrouver l'article qui disait ça bien mieux que moi.
En tous cas, il doit y avoir un peu des deux.
D'ailleurs énormément d'espèces animales la pratiquent aussi (plus de 1500; du plus simple au plus complexe: https://en.wikipedia.org/wiki/List_of_a ... l_behavior).
Preuve que ça a certainement une utilité biologique (la nature a horreur du vide, et ça doit avoir ponctuellement son utilité sur les espèces). Et même si c'est pas le cas, comme déjà dit, ça fait probablement partie des "variations normales" de la psyché humaine (attention, j'utilise probablement parce qu'il y a une faible possibilité que ce soit "pathologique", plus qu'une variation, mais la fréquence de la chose me fait douter du bien fondé de l'assertion).
De la même manière que certaines formes d'autismes seraient une variation du spectre des capacités cognitives.
ça reste un débat scientifique très disputé parce que beaucoup y mettent leurs convictions.
Moi je me contente de regarder les résultats, et de me dire qu'en dessous il y a des humains.
Si vous décidez de continuer là dessus (voire sur l'ensemble de mon post), on peut peut-être forker (dans la joie, la bonne humeur et la raison)?
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • +3 (Merci ! :)) le 18.05.18, 05h38 par Sathinelilly
  • +3 (A lire) le 18.05.18, 07h37 par Nonchalance
  • +3 (Instructif) le 18.05.18, 08h06 par Syd_
  • +3 (Cool) le 18.05.18, 19h14 par Mr.Smooth
  • +3 (Instructif) le 18.05.18, 22h51 par Hillel
  • +2 (Intéressant) le 21.05.18, 23h07 par fencers
Trop cool cette compilation! Merci!
Moi je dis, ça mérite un topic a part
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • 0 (C'est pas faux) le 18.05.18, 22h28 par Onmyoji
A lire / A voir en ce moment sur FTS