Discussion

Pas de harcèlement dans un pays sexiste!

Note : 1
lancé par Nonchalance le 29.08.2018
7 réponses
dernier par r-0 le 05.09.2018, 11h36
Je pensais qu'on avait tout dit sur le sujet mais apparemment pas.

Donc voilà, j'ai remarqué qu'il n'y avait pas de harcèlement sexuel là où je suis en ce moment. Il y'a bel et bien du sexisme, BEAUCOUP de sexisme mais pas de harcèlement sexuel.

Il est par exemple tout à fait courant de voir dans la rue un homme accoster une femme. Dans le cas où elle refuse les avances, l'homme fait une blague ou fait semblant d'être vexé sur le ton de la plaisanterie et se casse. Et ça s'arrête là. Pas d'injures, pas de menaces, pas d'agression physique.

En entreprise, il n'y a pas de harcèlement sexuel. Par contre, vu que c'est une culture sexiste, les femmes n'ont que très rarement des postes à responsabilité. Et quand elles en ont, c'est souvent une promotion canapé ou un parachutage. Mais dans le premier cas, c'est toujours à l'initiative de la femme.

J'ai trouvé ça absolument fascinant.

Sachant qu'en France il y'a maintenant une loi qui punit le harcèlement de rue alors que le sexisme est plutôt bas, (oui, il existe toujours mais il n'est plus systématique comme ici) j'ai pensé qu'il était intéressant de donner un nouvel angle de réflexion.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • 0 (Developpe stp) le 29.08.18, 17h21 par Jalapeno
  • -1 (Pas convaincu) le 30.08.18, 19h03 par Avalanche
  • +1 (Instructif) le 03.09.18, 12h17 par The_PoP
  • +1 (Instructif) le 03.09.18, 12h17 par The_PoP
Il n'y a pas de harcèlement ou personne n'en parle ?
A partir du moment ou les femmes font profil bas, je pense que d'une part elle n'en parleront pas et d'autre part ça restera (relativement) discret ("Pas d'injures, pas de menaces, pas d'agression physique."). Qu'en pensent les femmes du pays en question ?
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • 0 (100% d'accord) le 03.09.18, 13h33 par r-0
Jalapeno a écrit:
Il n'y a pas de harcèlement ou personne n'en parle ?
A partir du moment ou les femmes font profil bas, je pense que d'une part elle n'en parleront pas et d'autre part ça restera (relativement) discret ("Pas d'injures, pas de menaces, pas d'agression physique."). Qu'en pensent les femmes du pays en question ?


Non, il n'ya pas de harcèlement. Je t'assure que si tu deviens trop insistant ou insultant envers une femme, tu te fais littéralement lyncher. Je parle dans le cas où les deux personnes ne se connaissent pas, ou n'ont pas de rapport familial ou matrimonial.

Les femmes sont souvent réceptives aux compliments ou aux tentatives de drague mais sont tout aussi souvent indifférentes ou inintéressées et le font savoir. J'ai montré des vidéos et des articles sur le harcèlement de rue et en entreprise eu elles ont trouvé ça bizarre. Elles ne comprennent pas pourquoi les hommes se vexent et pourquoi personne ne réagit lorsqu'il y'a des insultes ou des coups, pour protéger la femme. Elles disent qu'elles auraient peur en France de se faire accoster mais qu'ici, elles n'ont rien à craindre. Même sans témoin, si tu t'en prends à une femme ici tu peux très vite te retrouver en prison sans jugement ou te faire lyncher par une foule en colère sans que les forces de l'ordre ne réagissent. C'est bien sûr déjà arrivé mais c'est très marginal et les personnes concernées ont soit fini mal, soit fuit le pays.

Après je parle seulement de ce qui se passe dans la sphère publique et en entreprise. Les violences conjugales sont monnaie courante de la part des hommes comme des femmes et les gens y sont complètement indifférents.

Ce n'est pas rare de voir (ou plutôt d'entendre) un mari et une femme se battre littéralement ou le mari taper sa femme et le lendemain le contraire se produire. Mais ça n'a jamais rien à avoir avec du harcèlement sexuel, ce sont toujours des disputes familiales qui tournent mal. Et presque tout le monde, femmes et hommes trouvent ça normal.
  • r-0
  • Score : 185 - 27 ans - MBTI: ESFJ
Peut-être que tu as raison, mais bon là tu parles de ton ressenti d'homme, donc de dominant dans le milieu, on entend pas la voie des principales concernées.

Un peu comme si un prêtre catholique disait : il n'y a pas de pédophilie en France parce qu'aucun enfant n'a porté plainte.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • 0 (Trop dogmatique) le 03.09.18, 18h06 par Raven
Ben je trouve son ressenti intéressant, surtout que nonchalance pose juste son constat sans en tirer de conclusion daubée...


Et son ressenti ne me semble pas biaisé vu qu’il compare avec son ressenti en France.


Reste que je vois pas quoi en tirer...
r-0 a écrit:
Peut-être que tu as raison, mais bon là tu parles de ton ressenti d'homme, donc de dominant dans le milieu, on entend pas la voie des principales concernées.


Cela fait longtemps que je vois ce type d'arguments, et j'y ai plus particulièrement réfléchi ce week-end. J'étais invité à une rencontre syndicale, et j'y ai rencontré beaucoup de personnes très à gauche, et très très très sensibles à toutes les questions d'oppressions systémiques (on avait des réunions dans des salles différentes, en fonction de si on était des hommes cis, des meufs queers, on a fini par regarder des vidéos sur le consentement, les micro-agressions, etc).

Rapidement, on fait le constat que les personnes les plus investies dans les luttes contre ce genre de discriminations/oppressions sexistes ont un biais total; elles ne voient le monde que par ce rapport de force. Si elles ont une altercation avec un quidam, c'est forcément de la transphobie, du sexisme, de la grossophobie, etc.

Et dans la mesure où elles sont dans des communautés où la remise en question revient toujours à défendre l'agresseur, il n'y a aucune limite, on peut dans toutes les situations se servir de l'oppression comme d'une excuse (même si parfois, c'est bel et bien le motif de l’altercation).

A ce propos justement, plus la lutte contre les oppressions est présente dans notre éducation, nos médias, etc., plus nous sommes à même de les détecter.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • 0 (Intéressant) le 05.09.18, 11h23 par r-0
Citation:
Rapidement, on fait le constat que les personnes les plus investies dans les luttes contre ce genre de discriminations/oppressions sexistes ont un biais total; elles ne voient le monde que par ce rapport de force. Si elles ont une altercation avec un quidam, c'est forcément de la transphobie, du sexisme, de la grossophobie, etc.


Attention aux généralisations quand même. " les personnes les plus investies dans les luttes contre ce genre de discriminations/oppressions sexistes": je pense que tu parles plus du militant d'extrême-gauche typique là. Là, oui, ok. Mais les définir comme " les personnes les plus investies dans les luttes contre ce genre de discriminations/oppressions sexistes" euh... :?

Le truc, c'est que c'est un type de stratégie commune à partir de la gauche radicale sur le spectre politique (et remarque, à partir des extrêmes tout court), pas au thème (les rapports de genre). Et pas seulement sur les questions de société. T'as un peu le même problème concernant le marxisme...
  • r-0
  • Score : 185 - 27 ans - MBTI: ESFJ
Loin de moi l'idée de dire que parce qu'on est un homme on ne peut pas parler de féminisme (argument que j'entends trop souvent chez les féministes malheureusement...).
Un avis neutre est intéressant mais pour avoir une vision complète il faudrait aussi l'avis des principaux concernés.
A lire / A voir en ce moment sur FTS