Discussion

Quels sont vos techniques pour gérer le trop plein émotionnel?

Note : 4

le 16.04.2019 par Owen

12 réponses / Dernière par Dams007 le 26.04.2019, 21h38

  • Owen [MOD]
  • Score : 1076 - 30 ans
Je rebondis sur mon topic sur la sensibilité.

Alors?

Dans mon cas :

- Sport
- Trouver un pote qui accepte de faire l'oreille empathique (je le préviens à l'avance que c'est pour vider mon sac).
- ...
  • FK King in the North
  • Score : 3177 - 36 ans - MBTI: CHAT
Perso, soirée bière / burgers avec des potes, ça vide bien le sac.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] 100% d'accord le 16.04.19, 14h29 par Thedaze
@FK : toi qui aimes aussi les jeux de société : tente le pizza bières zombicide :)

Pour ma part, cela dépend du trop plein émotionnel : si je veux le gérer, ou le laisser reposer.

pour l'anesthésier : sans hésiter le combo films, jeux vidéos, livres, bouffe, potes, picole. Tu mélanges ces éléments et t'arrives forcément au résultat souhaité pour moi.

pour le gérer plus sérieusement : prendre l'air, boire un coup avec des copains, aller nager (ou autre sport).
  • FK King in the North
  • Score : 3177 - 36 ans - MBTI: CHAT
(Zombicide, je l'ai troqué contre Zombicide Black Plague, j'aime bien :)
L'écoute d'une musique agressive, la lecture d'un livre léger, la biture. Je suis peu représentatif, le trop-plein émotionnel, je le ressens jamais. Au bout d'un moment, j'explose simplement.
L'écoute d'une musique agressive, la lecture d'un livre léger, la biture. Je suis peu représentatif, le trop-plein émotionnel, je le ressens jamais. Au bout d'un moment, j'explose simplement.
  • FK King in the North
  • Score : 3177 - 36 ans - MBTI: CHAT
Aussi, quand je sens que je bouillonne (frustration => colère, en général) ou que l'anxiété commence à me faire spiraler, un épisode de série me permet pas bien passer à autre chose, et ainsi, de faire refroidir la cocotte minute.

A une époque j'allais courir et ça me faisait énormément de bien (+ un bonus pour l'estime); je cours plus parce que j'ai très vite de grosses douleurs aux pieds & tibias, je sais pas pourquoi.

Et très récemment, je me suis installé une application qui s'appelle Tide, qui diffuse des musiques "ambient" méditatives, très calmes, et sur moi ça marche très très bien pour me calmer (j'ai investi dans un très bon casque avec réduction de bruit, du coup ça fait combo bulle+musique calme, c'est parfait).

Et sur le fond, quelques séances de TCC m'ont considérablement aidées à gérer l'anxiété. Genre avant j'oscillais à 8, 9/10 de niveau de pression, j'étais pas loin de péter un cable par moments; et là je suis limite devenu indifférent à des trucs qui m'auraient fait exploser avant. Plus d'insomnies non plus, plus de spirales "ma vie c'est de la merde je vais mourir". Je saurais pas dire comment ça a marché, mais ça a été quasi immédiat, comme un déclic.
Je crois que la réalisation sous jacente à ça, ça a été de comprendre/réaliser que "ça sert à rien de s'en faire du moment que tu fais de ton mieux sur ce sur quoi tu as du contrôle; tout le reste tu le contrôles pas donc s'en soucier c'est juste se faire du mal pour rien". Le passé, c'est le passé, il est écrit, donc les regrets c'est stérile. Et le futur, il existe pas encore, donc s'en préoccuper, c'est se faire du souci sur des trucs fictifs : autant s'inquiéter des risques de se faire mordre par une girafe enragée, c'est absurde. Et boom, juste comme ça, plus de crises d'angoisse.
FK a écrit:
Le passé, c'est le passé, il est écrit, donc les regrets c'est stérile. Et le futur, il existe pas encore, donc s'en préoccuper, c'est se faire du souci sur des trucs fictifs : autant s'inquiéter des risques de se faire mordre par une girafe enragée, c'est absurde. Et boom, juste comme ça, plus de crises d'angoisse.


Je suis très admirative, parce que j'ai conscience de ces choses là, mais que ça reste quand même super dur de les prendre en compte dans mes décisions et dans mes ressentis. C'est fou, de se dire que oui ! Oui c'est exactement ça. On se fait du mouron sur des choses "qui pourraient peut être arriver" ou carrément pas, on n'en sait rien. Mais je continue de flipper ! Alors bravo, pour avoir su intégrer l'information et la mettre à profil.

Perso, quand je sens le trop bien d'émotions ben.. Je pleure. Je peux pas faire autrement. Je fais partie de ces gens qui ont un sourire greffé sur le visage toute la journée, toute l'année. Je suis comme ça, j'essaye de dégager le maximum de positif, de bienveillance et de bonheur. Pour moi, pour les autres.
Mais quand je craque, quand j'accumule trop de souffrance et que je sais plus par où la faire sortir et bien.. je pleure.

Et parfois, juste besoin de s'accorder un moment à soi, hors du temps.
Je prends un livre, je bouquine pendant une ou peut être deux heures, le temps de sentir mon rythme cardiaque qui se calme, de prendre conscience que ce moment est pour moi et de le savourer.
  • Owen [MOD]
  • Score : 1076 - 30 ans
Dis donc FK je pensais pas qu'on se ressemblait autant haha.


Citation:
Perso, quand je sens le trop bien d'émotions ben.. Je pleure. Je peux pas faire autrement. Je fais partie de ces gens qui ont un sourire greffé sur le visage toute la journée, toute l'année. Je suis comme ça, j'essaye de dégager le maximum de positif, de bienveillance et de bonheur. Pour moi, pour les autres.
Mais quand je craque, quand j'accumule trop de souffrance et que je sais plus par où la faire sortir et bien.. je pleure.


Pleurer c'est fait pour ca : relacher la pression. Je sais plus ou j'ai lu que lorsqu'une souris a échappé a la mort face à un prédateur, elle se met en gros en PLS, tremble et pleure.

L'une des raisons de l'accumulation du stress dans le corps (du cortisol si je ne dis pas de conneries) c'est justement cette absence de relachement.

Donc go, pleure.

(Je crois que c'est aussi pour ca que mon ex était masochiste : au final, en arrivant jusqu'aux larmes elle se destressait).





(Mon etiopathe veut que je courre 1 heure a une heure 30 par semaine, donc je vais pouvoir profiter des joies du running).
Ce qui marche très bien pour moi c'est le sport avec grosse techno dans les oreilles --> je suis dans mon monde et je n'entends personne + évasion physique et mentale.
Mais le sport fait partie intégrante de ma vie (4-6 séances hebdos depuis 15 ans).

Pleurer aussi un bon coup seul chez moi quand beaucoup de choses stressantes à gérer en même temps ça m'aide bien aussi.

Et je rejoins également FK : focus sur les choses sur lesquelles tu as prise.

L'exemple à la con mais qui décrit bien : tu as une réunion importante, tu es parti 20' à l'avance pour avoir une marge de sécurité mais tu tombes dans un embouteillage lié à un accident (donc non prévisible) --> tu appelles ton boss pour prévenir, tu ne sais rien faire de plus, pas besoin de s'exciter davantage ni d'imaginer ce que ton boss dira (tu n'es pas dans sa tête) --> ça rejoint le stoïcisme --> lire " Lettres à Lucilius " de Sénèque si intéressé(e).
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Tout à fait ! le 24.04.19, 22h19 par FK
Écrire, le rap, hurler, frapper dans un sac et courir ou m'exercer jusqu'à en perdre haleine et vue de toute autre chose, écouter de la musique, sortir solo et observer, ou me mêler à la foule pour oublier mes pensées dans leur activité.
Venir sur fts et lire sur mon problème.
Me plaindre comme un con, parce que des fois ça fait du bien et ça permet de reformuler les choses. De relativiser. De passer à l'acceptation.
- DORMIR!... Quand c'est possible évidemment.. C'est assez dingue à quel point le manque de sommeil influe sur la place et sur l'ampleur des émotions pour ma part.. Tout est toujours beaucoup plus compliqué à envisager ou à encaisser quand on est fatigué...

- Lire un putain de bon bouquin (dans un bain chaud..ça c'est une option mais elle est divine) Mais c'est vrai que ça nécessite qu'il soit suffisamment emmenant pour shunter les cogitations tenaces (Tiens..ça me fait penser qu'il doit y avoir quelque part un topic sur les bons bouquins à déterrer!..Je vais m'y coller)

- La phytothérapie marche pas mal je trouve... Aubépine, Millepertuis...Les fleurs de Bach aussi...
Pour les insomnies, H.E d'orange douce à l'intérieur des poignets... j'ai été surprise de l'efficacité...

Et puis bien sûr... RESPIRER... ça a l'air tellement con dit comme ça... mais des fois on n'y pense pas tellement on est embraqués par ce qu'on ressent... mais s'arrêter, fermer les yeux, inspirer et expirer profondément permettent déjà de poser un peu les tourbillons émotionnels...
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+2] Absolument le 25.04.19, 21h24 par Onmyoji
Je rebondis sur ce qu'a écrit Lulla concernant le fait de respirer.

Je pense en effet qu'on a toujours, pour beaucoup, le souffle court/coupé, à force de courir à gauche et à droite et d'avoir sans cesse le nez dans le guidon.
Ne rien faire pendant quelques minutes chaque jour peut avoir une action salvatrice.

Je pense qu'une autre bonne stratégie quand on sent que ça ne va pas, que ça va exploser, est de s'asseoir et de se forcer à écrire ce qui ne va pas, tenter de mettre des mots sur les maux, son propre ressenti.

Parfois on se rendra compte qu'il n'y a rien de bien grave excepté les petits tracas habituels du quotidien, que c'est juste une passade de " down ".

On peut aussi se rendre compte qu'il y a effectivement des soucis, mais les coucher sur le papier peut aider à bien délimiter les soucis (en nombre et en ampleur), et ça peut déboucher sur une ébauche de " stratégie " pour sortir de la m*rde, une sorte de plan d'action.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Pertinent le 26.04.19, 22h39 par FK