Discussion

Reflexion : Le passage au natural.

Note : 3

le 13.04.2019 par Owen

8 réponses / Dernière par Onmyoji le 14.04.2019, 19h10

  • Owen [MOD]
  • Score : 1081 - 30 ans
Coucou à tous.

Comme je me suis promis d'alimenter la partie publique de FTS et non le sélect (sauf cas important), je voulais aborder un sujet qui me trotte dans la tête depuis quelques temps : ce moment où on n'arrive plus à mettre les mots sur sa manière de draguer tellement on l'a internalisée.

En soi, je n'ai jamais réussi à me considérer comme un "bon dragueur" car j'ai toujours intégré les techniques de drague de FTS plus ou moins inconsciemment. Progressivement, certes (donc y'a quand meme une sorte de "learning curve" dans mon parcours, et beaucoup de foirage), mais tout de même inconsciemment.

Aujourd'hui, je ne me sens toujours pas au niveau de mes objectifs (car j'aimerais sortir avec plus de mannequins doctorantes haha), mais de fait : mes potes viennent me demander des conseils et je n'ai plus grand chose à prouver. Je ne me considère pas du tout comme un PuA (et au vu de certains travers de la communauté, je ne souhaite pas en arriver la).

En revanche, je me demande si je ne suis pas devenu ce qu'on peut appeler un "Natural". Pas dans le sens "super génial", mais dans le sens "j'ai internalisé les choses et quand on me demande comment faire je ne suis pas capable de l'expliquer". Un comble pour quelqu'un qui a appris sur FTS :)

J'ouvre donc ce topic pour partager des impressions, si je suis le seul à avoir cette sensation bizarre d'y comprendre que dalle tout en sachant que mon inconscient fait le reste et que ca marche, si y'en a d'autre qui on eu ce genre de phases et aussi comment on fait pour transmettre ce qu'on considère fonctionner parmi toutes les techniques, si on n'arrive plus à mettre des mots dessus.

Peace,

Owen
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Intéressant le 13.04.19, 09h54 par Onmyoji
  • [+1] Intéressant le 13.04.19, 10h06 par Thedaze
Liste déjà tes atouts. Les 2 naturals que je côtoient ces temps ont en commun une plutôt belle gueule, un plutôt bon look, de l'audace et leur envie de baiser prime sur leurs problèmes d’ego. Ils ont chacun dans leur style de la tchatche, ils osent aborder les filles en soirée et savent montrer intéressant.
Si je décortique, fut un temps ici on aurait conseillé un relooking chez spyke, un bootcamp " confiance en sois ", un article de 300 pages non sourcées sur l'égo VS le sexe et un stage de 3 jours au Mont-St-Michel, Fedora peacock de rigueur, pour vaincre sa timidité et aborder les nénettes.
Je suis tout sauf un natural, les seules fois ou j'ai choppé j'avais 1) confiance en moi et accepté de faire le premier pas 2 ) Envie de chopper, vraiment.
Mais c'est malheureusement pas si simple. Pour beaucoup, les problèmes d'approche, de confiance, d'ego, d'énergie et j'en passe, sont très profondément ancrés. Ce qui va pour moi différencier le " natural player " du " mec random qui choppe quand même " c'est la quantité et la qualité de ses cibles, c'est tout.
Je suis loin d'en être là en termes d'impact sur ma drague mais j'y vois autant d'aspects négatifs que positifs.
C'est sûr on voyage plus léger et on est plus dans l'instant. Mais parfois on ira pas tenter un truc qui va contre notre intuition, ou contre ce qu'on a gardé des techniques et qui est facile pour nous, et naturel.
On va être super doué pour ce qui était naturel pour nous, mais il y a d'autres choses qui peuvent être très bien et peuvent pourtant nous avoir échappé parce qu'on a jamais trop bien su se l'expliquer (et je rappelle qu'on était déjà trompé aussi par notre naturel à l'origine quand on était pas doués, donc ce n'est pas forcément optimal).
En faisant mon post sur le sujet des béquilles, je me rends compte que j'ai laissé de côté des choses que j'aime bien parce qu'en fait c'est usé de manière très ponctuelle et souvent on a pas conscience de l'impact, alors qu'en fait ça me plaît aussi. C'est juste qu'à force ça faisait trop de choses et je suis passé du "gameplan" à l'instinct sans trop de transition parce que ça me gavait de penser à trop de trucs et de pas être branché sur la fille pour des résultats pas toujours bons (pas dus au fait que les techniques sont pas efficaces, juste que n'étant pas branché sur l'interaction, je les utilisais pas au mieux).
Par contre quand on a une transition progressive je suppose qu'on intègre bien plus de choses.
Aujourd'hui que je suis bien plus à l'aise ça me déplairait pas d'inclure consciemment quelques un de ses trucs selon les moments et de laisser le reste à l'intuition.
Après j'ai pas vraiment de problème à me l'expliquer a posteriori, ou à mettre le lexique de la sarge dessus. Après c'est pas fait intentionnellement et si je tombe juste c'est peut- être moins le naturel que le hasard, mais je peux expliquer pourquoi ça a marché dans les grandes lignes, même si je ne suis pas sûr de la raison pour laquelle je l'ai fait.
Je ne sais pas si le vrai natural existe vraiment.
Perso je draguais déjà beaucoup avant Fts. Le fofo m'a appris à décortiquer les mécanismes et trouver certaine béquilles de drague. So what?

Je discutais avec mon père, jeune retraité, séducteur dans l'âme et au passage pour rassurer tout le monde: on continue à pecho après 60 ans ahah. Bref, le pater chine depuis qu'il a 14 ans. Sauf qu'à l'époque il n'y avait pas internet ni fts. Et bien les gens se filaient tout de même un tas d'astuces pour s'en sortir mieux. :)

"Drague comme tu veux, mais faut pas que ça se voit." Dernier conseil en date de mon daron.

En fait Owen, je pense que tout le monde s'en fou de savoir s'il y a techniques ou pas. Tant que tu t'y retrouve toi, que c'est bien fait et que tu ne deviens pas un robot de la drague...
Un des gros avantages d'avoir internalisé certains processus c'est de ne plus laisser passer d'opportunités.
Je me rends compte qu'avec le temps je ne suis pas devenu un pro de la drague, mais j'ai au moins acquis deux réflexes de base :
  • aborder une fille qui me plaît vraiment, dans quasi n'importe quel contexte
  • prendre son numéro ou n'importe quel autre moyen de la recontacter quand ça se passe bien
Ce n'est pas une garantie de choper à tout va mais au moins je n'ai jamais de regrets :wink:
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] +1 le 13.04.19, 11h56 par Thedaze
Et vos blocage (se sentir légitime, avoir de la valeur, la peur de l’intimité, de pas être assez bien....) vous les avez dépassés par la pratique aussi ?
En faisant x abordages/interactions ou après x « close » en quantité ou qualité on se dit ça y est ? Ou ça a été plus un travail introspectif qui pouvait être fait sans passer par le game ?
Je pose la question parce que finalement c’est une petite poignée d’interactions qui ont fait ma manière de faire maintenant et aussi énormément d’autoquestionnement.
Je me suis rendu compte que j’avais « naturellement » ce qui était nécessaire avant de découvrir le game et finalement le chemin a été celui de se faire confiance, surtout ça. D’assumer en fait. Le jeu vient avec cette légèreté.
Quand je pense à toutes les rencontres que j’ai gâché « parce que tu ne fais pas assez hard to get » ;) !
Il y a un certain nombre d'interaction, et puis il y a le déclic.
Durant ma phase de "sarge" intensive, j'ai peut être abordé une centaine de femmes, dans la rue, dans des bars, dans des soirées, etc. Pour très peu de résultats concrets, mais ça a le mérite de largement dédramatiser l'abordage et la prise de numéro. Et apparemment les effets sont durables :wink:
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] +1 le 14.04.19, 12h17 par Oldboy
  • Owen [MOD]
  • Score : 1081 - 30 ans
Citation:
Et vos blocage (se sentir légitime, avoir de la valeur, la peur de l’intimité, de pas être assez bien....) vous les avez dépassés par la pratique aussi ?


Pour l'aspect superficiel, qui correspond à l'idée qu'on se fait de la séduction telle qu'on nous l'enseigne (c'est mal, une fille est ou bien une sainte ou bien une pute etc.) c'est souvent gérable via la pratique.

Mais une bonne introspection / thérapie est à faire pour les trucs profonds.
C'est un mix des deux et du fait que l'on a pas tous les mêmes limites et difficultés de base.
Pour autant comme j'essayais de luttez direz plus haut ton naturel, finalement, c'est pas un état parfait. D'ailleurs les vrais ne le sont pas et ont leurs limites, leur zone de confort et leurs blocages.
Ce sera juste le meilleur de ce que tu as toujours su rendre efficace. Ça ne veut pas dire que tu ne laisses de côté que des choses inutiles pour toi, juste que tu ne les a pas assez tentées, ou pas bien comprises (bien sûr certaines m'arrivent aussi être totalement inadaptées à ta personnalité.
Donc non ça n'y est pas. On a encore largement de la marge de progression, le problème c'est que souvent quand ça marche on ose plus changer ou l'on a pas l'idée de le faire, et on a aussi pas l'incitation puisque on est satisfaits.
Et pareil pour les problèmes les plus profonds. Quand ça marche on se dit souvent que ça y est jusqu'à ce que ça nous pète à la gueule (avec une relation longue).
Parce qu'on veut pas gâcher le moment, rester sur une lancée positive.
Alors qu'en réalité on a tout intérêt à continuer à travailler sur soi justement quand on est dans les meilleures périodes pour pas avoir à cumuler plus tard, dans un moment plus dur.