Discussion

Relation toxique, pervers manipulateur

Note : 43
lancé par Madame Unetelle le 26.04.2017
9 réponses
dernier par Madame Unetelle le 12.05.2017, 19h23
Bonjour,

Je suis en couple depuis 9 ans, avec un homme plus âgé que moi (je le mentionne juste comme ça, la différence ne m’a jamais dérangée). Toutes ces années ont été difficiles, puisque cet homme est ce qu’on appelle un pervers narcissique, une personne toxique. Instiguant le chaud et le froid, passant d’une bonne humeur apparente, à crier, détruire quelque chose parce qu’il ne parvient pas à ses fins (comme serrer une vis par exemple). Ridicule ? Et encore, c’est pire en vrai !
Manipulation, chantage affectif, jalousie, possessivité, colères, insultes, mensonges… Et de l’autre côté, gentil, doux, attentionné.

Quand je l’ai rencontré, j’avais 17 ans, et j’ai trouvé en lui la stabilité dont j’avais besoin à ce moment-là de ma vie. Pourtant d’un naturel méfiant je suis rapidement tombée amoureuse et me suis installée au bout de deux semaines chez lui. Sa personnalité a commencé apparaitre lorsque j’ai repris les cours en septembre, ça ne lui plaisait pas, il y avait des garçons dans mon lycée…

Il me faisait des scènes, et moi je me sentais fautive d’apporter le malheur dans mon couple, sans trop comprendre pourquoi, mais je l’aimais très fort, je ne voulais pas le perdre. Alors après plusieurs mois de matraquages psychologiques, j’ai arrêté d’aller à l’école. J’étais invitée à des soirées, j’ai insisté une fois pour aller à l’une d’entre elles, l’anniversaire de ma meilleure amie, eh bien, le retour s’est très mal passé. Il m’a hurlé dessus, voulant arrêter tout de suite notre relation, instiguant que les garçons me draguaient et que ça me faisait plaisir… Pourtant lui, ne se gênait pas pour sortir, mais selon lui, un homme c’est différent !

J’ai donc cessé de voir mes copines, je limitais mes contacts avec elles. Tous les anciennes relations masculines ont disparues de ma vie. Je mentais, je me mentais pour cacher la vérité.
Je me suis éloignée également de ma famille, puisqu’il m’avait convaincu qu’elle barrait notre chemin et notre bonheur de couple. J’ai arrêté de faire du sport, puisque je risquais d’y rencontrer des hommes. Je me suis mise à cuisiner, pour lui plaire, à gérer les papiers, la maison était propre, je travaillais avec lui. Bref, je suis devenue sa chose. Malgré cela, ce n’était jamais assez, il suffisait d’une erreur de ma part, et ça prenait des proportions énormes. Comme la fois où, pour protester contre le fait qu’il sorte, je ne lui ai pas fait à manger, ça a été un drame.

Parfois je retrouvais du travail, des jobs ou il y a exclusivement des femmes, avec des horaires selon sa convenance. Je devais l’appeler à chacune de mes pauses. L’argent gagné servait à ses chantiers.

On sortait, ou on invitait plus ou moins régulièrement, des personnes, voyous, tenanciers ou piliers de bars, ayant souvent un fort penchant pour l’alcool et de gros problèmes dans leur tête. Ma lanterne a légèrement commencé à s’éclairer à ce moment-là, ces soirées étaient inintéressantes pour moi, ça finissait mal de temps à autres. Les personnes qu’il côtoyait étaient foncièrement mauvaises.

De mon côté, j’évoluais, je me rendais compte que certaines choses n’étaient pas normales, mais tant pis, l’amour peut faire passer beaucoup de choses.
Quand son comportement devenait trop insupportable, et que je lui disais ce qui n’allait pas, il finissait pas me faire dire que je voulais me séparer. Ce n’est jamais lui qui prenait la décision, trop lâche et manipulateur qu’il est. Cependant, trois fois je suis partie et trois fois je suis revenue, me convaincant à chaque fois qu’il allait changer.

Rapidement après le début de notre relation, mon subconscient plus intelligent que moi, avait commencé à sexuellement le rejeter. Du coup, je n’avais pas beaucoup de libido, et ça, ça lui déplaisait beaucoup. Il est parvenu à me convaincre que le problème venait de moi. J’ai beaucoup cherché, fait de grandes introspections, pour savoir pourquoi j’étais « comme ça », me demandant même si mon père n’avait pas commis des attouchements. J’ai été voir des gynécologues, sexologues, médecins en tous genres mais forcément rien en est ressorti. Alors je me suis simplement dit qu’il allait devoir m’accepter. Nos rapports n’étaient pourtant pas si mauvais en qualité et en quantité, mais Monsieur était exigeant.
Il y a quatre ans, à cause d’une bagarre, il est allé en prison. Pendant 9 mois, je me suis assumée toute seule, je payais mon loyer, mes factures avec mon seul salaire (ce qui n’était pas le cas avec lui, qui ne payait jamais rien). Pour ça aussi il me sortait toujours des excuses et me disait que c’était à cause de ceci ou cela, mais qu’avec ceci ou cela ça irait.

Pendant cette période de prison, ça nous a beaucoup rapprochés, j’étais restée forte, j’allais le voir tous les week end, on discutait beaucoup sur nos futurs projets. Je le trouvais beaucoup changé, il semblait tellement avoir pris du recul sur lui-même, sur ses erreurs passées, que j’ai voulu y croire encore une fois. Quand il est sorti, un monde s’est écroulé. Il était pire qu’en rentrant en prison, il sortait tout le temps, se mettait dans des états lamentables, était particulièrement méchant avec moi, ne travaillait pas et ne cherchait pas particulièrement, ne respectait pas ses obligations envers la justice…
C’était le début du déclic pour moi, j’ai repris plus régulièrement des contacts avec ma famille, j’ai passé un bac en 2015, et ai enchaîné sur un BTS en alternance. Je ne mens et ne me mens plus, quand on me propose de sortir, je dis que mon mec est jaloux et que ce n’est pas possible. Je me suis rendue compte que c’était lui qui n’était pas normal, ce n’était pas à moi de guérir ses blessures, ni à moi de changer.

Je mets de l’argent de côté depuis trois ans, je fais de nouveaux projets, je raconte ma relation pour mieux me sortir de son emprise. La fin d’une relation comme celle-là, c’est un long cheminement psychologique, aujourd’hui plus rien ne me retient à lui, je ne l’aime presque plus, je m’en moque. Je prépare méticuleusement mon déménagement, loin de lui, et d’ici quelques semaines ce sera terminé.

Il me restera à me concentrer sur ma reconstruction, je ne tiens pas à faire subir mes défaillances à un futur mec bien.
Tout mon cheminement n’est qu’un résumé, mais je peux vous assurer, que ça a été long, avec des phases très hautes et très basses mais qu’on peut se sortir d’une relation toxique.
Voilà cet énorme pavé sur ma vie a pour but de partager mon expérience et de discuter, sur vos propres parcours, de s’apporter un peu de soutien, et de lire vos conseils. Mais surtout pas de remplacer une psychothérapie ! Merci à vous de m’avoir lue, j’attends vos retours.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • 0 (Courage) le 26.04.17, 13h09 par Arawyn
  • 0 (Bravo !) le 26.04.17, 14h36 par Onmyoji
  • 0 (Courage) le 26.04.17, 15h46 par J-harkness
  • +3 (A lire) le 26.04.17, 18h46 par The_PoP
  • +3 (Ca va mieux en le disant) le 27.04.17, 14h04 par r-0
  • +3 (Wow) le 08.05.17, 09h31 par voucny
  • +3 (Wow) le 08.05.17, 11h26 par Popovski
  • +3 (Wow) le 08.05.17, 12h48 par Thedaze
  • +3 (Bravo !) le 08.05.17, 13h26 par FrenchKiss
  • +3 (Bravo !) le 08.05.17, 19h32 par ChantePaul
  • +1 (Bravo !) le 12.05.17, 19h38 par Apheleia
Bonjour Madame Unetelle,

Tu as parcouru un long et périlleux parcours mais je tiens à féliciter ton courage et ta force d'esprit. J'ai connu une perverse narcissique, même si ce n'était pas au point de ce que tu décris, et je sais à quel point il est dur de se sortir de ce type de relations. Tu sembles avoir déjà fait le bon cheminement et avoir compris que la seule solution possible est de fuir et rester le plus loin possible de ce types de personnalités, et de ce types de relations. Bravo, simplement, et je pense que tu peux déjà te remercier, remercier ton inconscient, pour la force et le courage dont tu as fait preuve et dont tu continues de faire preuve.

La première chose à faire est dans un premier temps de te focaliser sur ton déménagement et le plus rapidement possible, puis de couper tout lien, toute possibilité de contact de sa part. Ce ne doit pas être facile parce que 9 ans c'est long, c'est toute une partie de ta vie, et qu'il va très probablement essayer de jouer là-dessus, ainsi que sur divers sentiments comme l'espoir ou la culpabilité. D'où la nécessité de surtout ne laisser aucun moyen de contact. Je te conseille donc, après que tu sois partie, de le bloquer un peu partout (on peut bloquer des numéros de téléphone et même les SMS à priori).

Dans un deuxième temps, tu pourras en effet te focaliser sur ta reconstruction, te recentrer, puisque le propre de ce type de relation est qu'elles nous éloignent énormément de qui on est. Tu vas donc réapprendre à être toi-même, ce que tu as déjà commencé à faire. Il faudra que tu comprennes que la seule personne à qui tu dois quelque chose, c'est toi et toi seule. Tu devras commencer par te plaire, t'aimer, retrouver ta confiance en toi, faire des activités que tu aimes, t'entourer de personnes qui t'aimeront pour ce que tu es et qui n'essaieront pas de te posséder. C'est un schéma dont il est difficile de sortir, parce que ça peut renvoyer à des peurs plus lointaines (peur de l'abandon, peur du rejet, de la solitude, etc...). Mais tu es assez forte pour t'en sortir et le plus dur est derrière toi.

Et si tu sens que tu en as besoin, il peut être vivement conseillé d'aller voir quelqu'un qui pourra t'aider à surmonter cette épreuve. C'est sûrement le plus important : t'entourer, sortir de l'isolement (et ce dès maintenant) dans lequel cet homme t'a plongé, puisque c'est en partie cet isolement qui lui a permis d'exercer tant de contrôle sur toi.

Je te souhaite beaucoup de courage et j'espère que tu nous tiendras au courant pour la suite.
Bonjour Arawyn,

Merci beaucoup de ta réponse et de tes conseils. Pour cette personne que tu indiques, quel a été ton cheminement ?

Je suis fière du parcours déjà réalisé mais je suis consciente de ce qu'il me reste encore à faire. Je sais qu'il va me falloir du temps pour me reconstruire. Je n'hésiterais donc pas dans ma future vie, à me rapprocher de quelqu'un, d'un spécialiste, si nécessaire pour éviter les mêmes erreurs.

Concernant mon futur déménagement, j'ai un entretien à 700 kms de chez moi la semaine prochaine et j'ai effectivement prévu de bloquer tout contact possible avec lui, sa famille, ses amis, le moment venu.

Depuis deux ans, je me suis de nouveau entourée, d'amies, et de ma famille qui sont au courant de ce qu'il se passe et de ce que je projette. Je compte dans ma nouvelle vie me reprendre en main question social, et faire des choses que j'aime, je suis quelqu'un qui parle assez facilement aux gens, et ça ne me fait pas peur.

Je dois avouer également qu'après toutes ces années, je n'ai pas peur de grand chose (je ne suis pas une tête brûlée non plus hein !). Ce que je veux dire, c'est que je n'ai pas peur d'être seule. J'ai juste envie de croquer la vie à pleines dents !!!

Finalement, si j'ai écrit tout ça, c'est réellement pour partager ce que j'ai vécu et si besoin aider ceux qui peuvent en avoir besoin à présent et dans le futur. D'ailleurs je suis dispo en mp si besoin de parler.

Je vous donnerais des nouvelles pour la suite des évènements.
A travers tes lignes j'ai l'impression de ressentir une réelle force qui a aussi, j'imagine, été permise par ton histoire, par ce vécu particulièrement difficile. En effet, c'est aussi ce qui fait ce que tu es maintenant et celle que tu vas pouvoir être une fois que tu seras complètement libre. Encore une fois, bravo, tu t'en sors vraiment très bien !

Citation:
Pour cette personne que tu indiques, quel a été ton cheminement ?


Rien à voir avec ton histoire, même si des éléments doivent pouvoir se retrouver des deux côtés, comme le fait d'être poussé à l'isolement, comme les sentiments de jalousie excessive, de possessivité excessive, etc. J'avais simplement fini, en prenant conscience de tout ça, par me faire une promesse à moi-même, comme quoi la troisième chance que je lui donnais était bel et bien la dernière. Et donc lorsque j'avais appris au bout de 3 ans de relation passionnelle mais toxique et très mouvementée qu'elle m'avait encore trompé, je l'avais quittée puisque je savais qu'elle n'aurait jamais pris cette décision elle-même. Ça a été dur au début, surtout qu'elle m'a simplement remplacé un mois plus tard. Aujourd'hui, elle est fiancée avec mon "remplaçant". Ma rupture avec elle était il y a presque un an et demi maintenant et elle n'a a ce jour plus aucune emprise sur moi.

Je ne vois d'ailleurs plus les choses en tout ou rien, d'autant que je n'aime pas vraiment la case de "pervers narcissique", ou même la catégorisation en général (bien qu'elle ne soit pas inutile, au contraire), et que je pense que tout (et tout le monde) n'est pas tout noir ou tout blanc mais plutôt avec plein de nuances de gris. Je préfère donc considérer que les relations peuvent être toxiques, mais pas les gens, puisque si tu prends quelqu'un de toxique pour quelqu'un d'autre, on pourra toujours trouver une personne pour qui il ne sera pas toxique, par exemple. Et ça n'empêche que la seule et la meilleure réponse à une relation qui serait toxique est simplement la fuite, en rendant à chacun ce qui lui revient, en se détachant de tous ces liens qui entretiennent la toxicité, et en se reconstruisant sur des bases saines, sans chercher ni à sauver l'autre ni à lui imposer une aide, etc.

Je ne sais pas si c'est très clair dans ma façon de m'exprimer, mais en gros ce que cette relation m'a appris (en plus de toute la maturité, de tous les apprentissages, que ça a pu m'apporter après coup), c'est qu'il ne faut pas chercher à tout comprendre, expliquer, contrôler, et parfois simplement faire ce qui est le mieux pour soi, ni plus, ni moins, et accepter ce qui ne peut rien - ou plus rien - nous apporter.

Et il est possible que ce qu'il y a de mieux pour toi, dans ta façon d'apprendre, de t'aider, est d'aider les autres, comme tu le proposes à présent que tu as déjà fait tout ce chemin. Personnellement je fonctionne aussi beaucoup comme ça, puisque, après tout, les autres sont les miroirs de soi, et le simple fait de les aider suffit parfois à s'aider soi-même...
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • +3 (A lire) le 27.04.17, 22h00 par The_PoP
Merci encore une fois pour ta réponse et de raconter ton parcours. Je te félicite aussi, car ce n'est vraiment pas évident de parvenir à faire tout ce chemin, le fait que tu ne retiennes que le bon me semble être le point final de ton vécu.

Si tu as été très clair dans ce que tu as dit, tu n'aimes pas les cases, ce en quoi je te rejoins. Après et là encore je suis d'accord avec toi, il a été important pour moi de mettre des mots sur cette "pathologie". Je ne suis même pas sûre que ça se dise comme ça.

Le connaissant lui et ses anciennes relations, je pense qu'il refera sa vie rapidement, comme ton ex. Que ce soit 1 mois ou un peu plus. Ce que je lui espère réellement, et que ça se passe mieux pour eux.
A l'heure actuelle je reste sceptique sur le fait qu'il puisse avoir une relation saine avec quelqu'un, mais si je me trompe, tant mieux ! Qu'il puisse trouver une personne qui lui convienne me satisferait totalement.

Malgré ce parcours effectivement difficile, j'ai appris énormément, sur moi, sur les autres, il m'a tout de même apporté certains "bénéfices". Je suis sûre qu'avec le temps, je ne conserverais que ça, ce que cette relation m'a apporté.

"les autres sont les miroirs de soi, et le simple fait de les aider suffit parfois à s'aider soi-même..."

Je reprends ta phrase (navrée je ne sais pas encore comment citer mais je vais regarder). Je la trouve très belle, et elle me correspond totalement. J'aime aider, de quelque manière que ce soit. C'est toujours gratifiant, et l'expérience qui en ressort est intéressante.
Madame Unetelle a écrit:
il a été important pour moi de mettre des mots sur cette "pathologie". Je ne suis même pas sûre que ça se dise comme ça.


Oui, c'est normal, et j'avais aussi eu besoin de la mettre dans cette case, ne serait-ce que pour comprendre que je n'avais pas à culpabiliser autant, à penser que le problème vient forcément de moi, et aussi pour pouvoir me détacher un peu, prendre du recul. Voilà pourquoi la catégorisation peut être nécessaire aussi parfois. Encore une fois, ce n'est pas tout noir [tout rentre dans une case] ou tout blanc [rien ne rentre dans une case], il faut trouver un juste milieu qui sera utile pour toi et qui te permettra d'avancer, et si pour l'instant tu as besoin de le laisser dans cette case, je t'encourage à continuer.

Madame Unetelle a écrit:
Malgré ce parcours effectivement difficile, j'ai appris énormément, sur moi, sur les autres, il m'a tout de même apporté certains "bénéfices". Je suis sûre qu'avec le temps, je ne conserverais que ça, ce que cette relation m'a apporté.


Effectivement, le temps est toujours un très bon allié, surtout dans ce genre de situations difficiles... Et ce qu'il y a de bien avec le temps, c'est qu'il commence toujours par enlever le négatif, tandis que le positif finit simplement par se transformer en des souvenirs que tu ne voudras normalement remplacer pour rien au monde, parce que ce sont eux qui font ce que tu es !

Madame Unetelle a écrit:
je ne sais pas encore comment citer mais je vais regarder


Alors pour les citations, et la mise en forme en général, tu as sur ta gauche (lorsque tu écris un post) des petits outils (mise en forme, taille de la police, couleur du texte, smileys) qui te permettront d'insérer des balises (html, si je dis pas de bêtise). Et donc la commande pour citer :

Citation:
[quote ] ta citation [/quote ]
(il suffit juste d'enlever les espaces entre les crochets [ ] )
Bonjour à toutes et tous,

Petite update, je vais essayer d'être synthétique !

Comme je le disais dans mon premier message, je devais passer un entretien loin de chez moi mercredi dernier. Celui-ci s'est bien passé et première bonne nouvelle, je suis retenue ! Image :D

Ensuite, comme je ne suis pas très douée pour mentir, et que je suis confrontée à une personne possessive, je me suis fait griller.
Du coup, je lui ai avoué que j'avais l'intention de le quitter. Pour une fois, les choses se font dans une bonne intelligence, et je partirais d'ici quelques jours, le temps de régler et faire ce qu'il convient de faire.
Je ne serais réellement "libérée" qu'une fois que je pourrais quitter la région, en attendant, patience est mère de vertu.


Bilan mitigé du coup, je suis contente d'avoir décroché ce poste, qui me plaît beaucoup. En revanche, et c'est normal, c'est difficile psychologiquement. D'autant plus que je dois réviser en même temps. Mais je suis quelqu'un de combative et ça devrait aller.

Encore une fois, merci de m'avoir lue sur ce post.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • 0 (Courage) le 05.05.17, 17h19 par Arawyn
  • 0 (Bien joué) le 05.05.17, 21h42 par Gooseman
  • +1 (Bien joué) le 06.05.17, 00h26 par Nonchalance
  • 0 (Courage) le 07.05.17, 00h20 par Atz
  • +1 (Courage) le 08.05.17, 13h28 par FrenchKiss
  • 0 (Courage) le 08.05.17, 22h59 par The_PoP
Wow. Bravo pour tout, ta prise de conscience, ta reprise des études, ton projet de départ mûrement calculé et préparé, le job que tu as décroché.

Un conseil cependant : il a découvert ton projet de départ et pour l'instant ça semble bien se passer, mais vu le genre de personne que tu décris il y a de fortes chances pour qu'il pète un plomb d'ici quelques jours, donc reste vraiment sur tes gardes et prends toutes tes précautions notamment mettre en sécurité tes papiers importants, tes objets de valeur etc. Et part dès que tu le peux. Il est également possible que tu aies un petit serrement au coeur en partant, que tu doutes un tout petit peu, donc n'hésite pas à te faire bien la liste de tout ce qui t'a déplu dans votre relation, et de tout ce à quoi tu aspires pour le futur. Mais je ne suis même pas sûre que tu aies besoin de ce conseil.

Au plaisir de lire la suite de ta nouvelle vie !
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • +2 (Yep ! :)) le 08.05.17, 14h47 par Popovski
  • +3 (A lire) le 08.05.17, 23h00 par The_PoP
  • +2 (100% d'accord) le 09.05.17, 09h38 par Sathinelilly
  • +1 (Post responsable) le 11.05.17, 14h57 par Arawyn
  • +3 (Merci ! :)) le 12.05.17, 18h58 par Madame Unetelle
Tu es courageuse avec un avenir devant toi, c'est génial.

Néanmoins, préviens tes amis, ta famille, quitte à te faire héberger pour un temps.
Celui que tu décris ne va certainement pas te laisser disparaître avec le sourire.
Mais tenter de te retenir par le charme (à te lire il a encore ses chances), par la menace (il a déjà su te priver d'autonomie).
Mon message n'est que prudence pour avoir connu Dr Jekyll et M. hyde... et ton honnêteté à son égard peut aussi être utilisée contre toi.
Pars et vite.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • +1 (Oui) le 11.05.17, 14h58 par Arawyn
  • +3 (Merci ! :)) le 12.05.17, 18h58 par Madame Unetelle
Bonjour à toutes et tous,

Je vous donne quelques nouvelles et je tenais à vous remercier tous que ce soit pour vos commentaires ou vos notes, j'apprécie beaucoup.

Voucny, je me suis fait de nombreuses listes, tableaux de bord, que je mettais à jour quasiment quotidiennement, soit pour le confronter à ce qu'il disait soit pour bien garder en tête toute ses capacités de manipulation. Et je confirme ça aide énormément.
Aujourd'hui, je ressens une réelle force en moi, presque implacable et ma détermination est sans faille.
De mon côté, tout le monde (familles, amis) est au courant de mon déménagement, je serais logée et j'ai plusieurs autres plans si besoin.


Perlambre : je te confirme que depuis l'annonce il me fait un matraquage de chantage affectif ; "j'ai compris que tu avais besoin de temps / je suis là si tu as besoin / je vais beaucoup changer / j'ai le cœur brisé... " Et ça tout le peu de temps où on est ensemble le soir.
Je suis impatiente de partir mais également consciente que tant que je reste dans la région, je devrais être encore liée à lui, même si je suis séparée. Il va me rester encore quelques semaines à attendre.
Pour tout te dire, je ne suis pas tout à fait honnête avec lui, il ne sait pas que je pars loin et que j'ai été prise dans un nouveau travail, il ne sait pas non plus quand se termine mon contrat (je lui ai menti depuis longtemps en vue de préparer mon départ).


Dans tous les cas, je ressens une sorte de froideur dans mon cœur quand il me parle à présent, c'est fou.
Je vous tiens au courant pour la suite des événements. Merci encore ! Image
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • +1 (Bravo !) le 13.05.17, 12h07 par voucny
A lire / A voir en ce moment sur FTS