Discussion

Rien à offrir, cercle vicieux

Note : 1
lancé par akainu9593 le 25.12.2016
15 réponses
dernier par akainu9593 le 28.12.2016, 22h13
Bonjour à tous,

Un long moment que je ne suis pas venu sur ce forum mais là je suis désemparé, je m'explique.
J'ai été pendant 4 ans avec une fille dont je me suis séparé il y a quelques temps, avant d'être avec elle j'avais fait une longue dépression qui avait démarré à mes 17 ans jusqu'à environ mes 22 ans (du moins je pensais), ces années m'ont renfermé et je me suis éloigné de tout mes amis du jour au lendemain. Lorsque j'ai pensé aller mieux je les ai recontacté et nous nous sommes revu mais les choses avaient bien changé, il y avait un gros décalage entre nous, eux étaient très fêtards et moi j'étais très pensif très souvent même si je faisais de mon mieux pour rire (ils ont remarqué que je me forçais des fois m'ont ils dit à l'époque). Bref, ça a débouché au bout de quelques temps et quelques situations blessantes (et surement des maladresses de ma part aussi) à ce que je coupe les ponts complètement, à ce moment là j'étais avec ma copine. A la suite de ça ma copine a été ma seule vie sociale, je me suis même rendu compte que je vivais à travers elle au bout de quelques années (je voyais ces potes, j'allais où elle voulait allé, etc). En fin de compte je me suis perdu, et aujourd'hui que nous sommes séparés je suis seul, 0% de vie sociale.

Tout ce contexte en arrive à ma problématique :

Je croise très souvent pour me rendre à mon travail une fille avec qui je sens qu'il y attirance commune, de plus nous travaillons à proximité. Seulement (en mettant de côté le fait que je manque cruellement de confiance en moi dû à mon passé), je ne vois pas comment une fois passé le cap de plaire physiquement je pourrai la faire "rêver" du fait que je ne vois personne (ce n'est pas un choix, je déteste ça), comment l’emmener en soirée ou proposer des sorties sympas hors cinéma (sympa de temps en temps), et restaurants. Voilà où j'en suis, et cela me rend triste car je me rends compte que je n'ai rien à offrir, rien qui peux susciter l'intérêt que ce soit avec elle ou qui que ce soit, comme si après l'emballage il n'y avait rien (sans compter des qualités que je sais avoir mais que d'autres peuvent avoir + une vie attrayante). Du coup cela m'angoisse encore plus.

J'attends vos retours, surtout celui de filles/femmes pour me dire si je m'inquiète trop ou comment envisageais la situation.

PS : une idée qui m'a traversé l'esprit est de tout foutre en l'air et de partir pour tenter de refaire ma vie ailleurs, ça ne m'enchante pas mais je me me demande si je ne vais y être obligé.

Merci d'avance pour vos retours.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • 0 (Lis les fondamentaux) le 25.12.16, 10h30 par Hydrogene
akainu9593 a écrit:
[...]

Voilà où j'en suis, et cela me rend triste car je me rends compte que je n'ai rien à offrir

[...]



Et toi, qu'as-tu à t'offrir ?

Avant de penser aux autres, commence par penser à toi-même.

akainu9593 a écrit:
[...]

A la suite de ça ma copine a été ma seule vie sociale, je me suis même rendu compte que je vivais à travers elle.

[...]



Ta vie ne t'appartient plus.
C'est la raison de ta dépression.

Quelles sont les raisons de celle-ci ?

akainu9593 a écrit:

[...]

PS : une idée qui m'a traversé l'esprit est de tout foutre en l'air et de partir pour tenter de refaire ma vie ailleurs, ça ne m'enchante pas mais je me me demande si je ne vais y être obligé.



Pourquoi pas ?
Les voyages m'ont sauvé.

Cette fuite est une énième tentative de te fuir.
Sache-le.

Elle ne te sera réellement bénéfique que si tu l'envisages comme une fuite en avant.

Mais prépare-toi à vivre de longs et difficiles moments, afin de te trouver.
Seulement après, tu pourras pleinement en profiter.
Merci pour ta réponse,

Je dirai que ce que j'ai à m'offrir est une vie avec plus de joie, pour ça j'entreprends des choses mais ce n'est pas suffisant quand on est seul, je prends soin de moi, je me suis investi dans le sport, je pense à reprendre une formation (j'ai raté ma vie professionnelle aussi, la dépression a foutu ma vie en l'air), j'ai aussi essayé le yoga/méditation, l'hypnothérapie, là je pense démarrer une thérapie de groupe concernant les phobies sociales, je commence à m'intéresser à la lecture de livres spirituels/développement personnel. Je pense être quelqu'un de bien au fond de moi, à part ça je ne sais pas.

Les raisons de la dépression que j'ai faite est le constat que la vie passe et les choses peuvent changer de manière radicale, suite à des deuils j'ai vu ma famille changer et moi qui suis par nature hypersensible (bien que je ne le savais pas quand je suis tombé malade), un profond mal être c'est installé en moi, je passe les détails mais ça a été une lourde dépression, mon psy de l'époque m'a dit que j'avais évité l’hôpital de justesse par rapport à l'état dans lequel je me trouvé lorsque j'ai commencé à le consulter.

L'idée du voyage est de changer d'endroit/d'atmosphère, ici beaucoup de choses me rappellent des choses qui ne me font pas du bien, rencontrer des gens, en quelque sorte tenter le tout pour le tout.
Pour ce qui est de m'attendre à vivre des moments douloureux, je suis dedans, bien que je sais que ça peut s'intensifier bien plus.

Je crois comprendre de ton message que je ne peux pas envisager une relation tant que je vais si mal.
Salut akainu,

Effectivement changer de ville et conquérir de nouveaux espaces c'est bénéfique même si il faut être conscient que ce n'est qu'un petit coup de pouce.
Pour ma part je l'ai fait et c'est une décision que je n'ai jamais regretté.

Quand à envisager une relation, vu la palette des différentes relations possibles, même si tu ne vas pas bien, rien ne t'empêche de fréquenter une fille qui te plaît de temps en temps.

Mais il est clair que ce n'est pas une relation poussée avec une femme qui pourrait te faire aller mieux (ou alors ce serait temporaire, juste une illusion) en fait si tu ne te sens pas solide en ce moment, ça va amener son nouveau lot de questionnements.

Il y a une ville qui t'attire en particulier ?

Bon courage à toi.
Salut Haskeerlos, merci de ta réponse,

le problème c'est que j'aime bien là où je suis à savoir Paris, après je ne connais pas beaucoup d'autres endroits en vrai. En vrai je rêve d'un endroit au soleil (ça joue sur le moral en plus) avec un tas de choses à faire/où ça bouge comme à Paris (j'ai besoin de sentir qu'il se passe quelque chose autour de moi), j'ai pensé à m'expatrier mais je n'ai pas de plus-value sur le marché du travail, il y a bien l'Italie qui me fait rêver mais je ne connais personne là-bas et il paraît que niveau travail c'est pas top.

Oui tu as raison je pourrai envisager une relation autre que poussée (ou du moins ne pas partir billet en tête sur ça, j'ai toujours eu ce problème, je suis un rêveur). Mais c'est vrai que je flippe niveau sujet de discussion admettons par exemple "sinon à part ton travail dans la vie et le sport?" réponse => "je suis un galérien", c'est l'échec assuré, je grossi le trait exprès pour illustrer ma crainte.

Merci pour ton soutient
akainu9593 a écrit:
Je croise très souvent pour me rendre à mon travail une fille avec qui je sens qu'il y attirance commune, de plus nous travaillons à proximité. Seulement (en mettant de côté le fait que je manque cruellement de confiance en moi dû à mon passé), je ne vois pas comment une fois passé le cap de plaire physiquement je pourrai la faire "rêver" du fait que je ne vois personne (ce n'est pas un choix, je déteste ça), comment l’emmener en soirée ou proposer des sorties sympas hors cinéma (sympa de temps en temps), et restaurants. Voilà où j'en suis, et cela me rend triste car je me rends compte que je n'ai rien à offrir, rien qui peux susciter l'intérêt que ce soit avec elle ou qui que ce soit, comme si après l'emballage il n'y avait rien (sans compter des qualités que je sais avoir mais que d'autres peuvent avoir + une vie attrayante). Du coup cela m'angoisse encore plus.

C'est clair que tu vas répéter les mêmes erreurs et que ça va échouer.
Tu devrais dans un premier temps te créer une vie qui te plaît. Et ça passe par l'action. Ok, je ne suis pas psy, je ne connais pas tes problèmes d'hypersensibilité, mais tu peux décider aujourd'hui, en cette minute, de prendre ta vie en mains car personne ne le fera pour toi.

Tu veux partir à l'étranger. C'est sûr, c'est dur au début (j'en ai moi-même fait l'expérience mais je ne regrette pas. D'ailleurs, j'y suis toujours après plus de 15 ans) mais c'est extrêmement formateur.

En résumé, passe à l'action et lis les fondamentaux avant, ça t'aidera à suivre le bon cap.
Salut Hydrogene,

Tu penses que c'est hors de ma portée de réussir à enclencher quelque chose avec elle au regard de ma situation?
Le premier facteur dont j'ai besoin pour me sentir bien c'est de contacts humains, avant de tomber malade je m'entendais avec plein de monde, j'avais besoin de rire tout le temps et c'est ce que je faisais.
Pour l'étranger ce n'est pas un désir profond mais plutôt une dernière carte, comme je disais plus haut "le tout pour le tout", même si qui sais, cela peut-être une bonne surprise.

Quand tu me dis "passe à l'action", c'est au sujet de la fille ou de partir (ou peut-être d'un point de vue général)?

Edit : quand je relis mes messages dont celui-ci j'ai l'impression d'être un timbré qui ferait fuir n'importe quelle fille :/
akainu9593 a écrit:
Tu penses que c'est hors de ma portée de réussir à enclencher quelque chose avec elle au regard de ma situation?

Règle d'abord ta situation sociale avant de passer à l'action avec elle à mon avis. Sois d'abord heureux avec toi-même et inscris-toi en parallèle à plusieurs activités qui te plaisent . De fil en aiguille, tu prendras contact avec des gens avec qui le courant passera, tu seras plus à l'aise, tu auras confiance en toi, etc. Un cercle vertueux. Mais ça ne se passe pas du jour au lendemain.
Si tu la prends comme une bouée de sauvetage, ça va être la cata.


akainu9593 a écrit:
Le premier facteur dont j'ai besoin pour me sentir bien c'est de contacts humains, avant de tomber malade je m'entendais avec plein de monde, j'avais besoin de rire tout le temps et c'est ce que je faisais.

Mouais... aies quelque chose à offrir (ex: du fun, de l'écoute) avant de vouloir prendre quelque chose des autres. Bref, comme dit plus haut, sois heureux d'abord avec toi-même. C'est juste pas une super bonne chose que d'être dépendant du contact des autres.


akainu9593 a écrit:
Pour l'étranger ce n'est pas un désir profond mais plutôt une dernière carte, comme je disais plus haut "le tout pour le tout", même si qui sais, cela peut-être une bonne surprise.

Ah ok. Si c'est juste pour déplacer le problème, pas la peine de partir. Ca ne règlera rien. Ca pourrait même empirer.


akainu9593 a écrit:
Quand tu me dis "passe à l'action", c'est au sujet de la fille ou de partir (ou peut-être d'un point de vue général)?

Sois bien dans ta tête. Tu peux éventuellement essayer un truc avec elle mais il ne faut pas que tu sois needy ou en manque.


akainu9593 a écrit:
Edit : quand je relis mes messages dont celui-ci j'ai l'impression d'être un timbré qui ferait fuir n'importe quelle fille :/

On a vu pire sur le forum ;)
J'ai jamais voulu faire d'elle ma bouée de sauvetage lol, je sais que c'est du mauvais, mais je suis d'accord pour cette histoire de cercle vertueux, mais c'est selon moi le plus compliqué, j'ai l'impression que à mon âge les groupes sont établis que pour s'intégrer il faut en avoir un soit même sans quoi tu gênes/ne sers à rien/fait flipper.

Pour ce qui est d'avoir quelque chose à offrir, crois moi c'est la merde après une dépression comme la mienne de tirer quelque chose de sa personne, tout ce que je sais, c'est que j'ai beaucoup d'empathie, je fais particulièrement attention aux autres (je veux dire par là attention à ne blesser personne, vérifier que ça va pour x personne lorsque j'ai l'impression qu'il y a un souci, plein de trucs comme ça). A part ça je n'ai rien à offrir. J'aime bien ton idée d'activités. En ce qui concerne mon besoin des autres, quand tu es en état dépressif, c'est le soutien des autres qui peut te sortir de là justement en très grande partie.

Merci de me rassurer en me disant qu'il y a pire, mais bon si je pouvais être foutu différemment dans ma cervelle je signerai de suite.

Je sais que pour aller mieux il faut que je me trouve un chez moi, toujours chez mes parents pour x raisons, il y a une ambiance pesante qui ne m'aide pas.
akainu9593 a écrit:
c'est selon moi le plus compliqué, j'ai l'impression que à mon âge les groupes sont établis que pour s'intégrer il faut en avoir un soit même sans quoi tu gênes/ne sers à rien/fait flipper.

+
akainu9593 a écrit:
Pour ce qui est d'avoir quelque chose à offrir, crois moi c'est la merde après une dépression comme la mienne de tirer quelque chose de sa personne

+
akainu9593 a écrit:
A part ça je n'ai rien à offrir.

+
akainu9593 a écrit:
En ce qui concerne mon besoin des autres, quand tu es en état dépressif, c'est le soutien des autres qui peut te sortir de là justement en très grande partie.

+
akainu9593 a écrit:
Je sais que pour aller mieux il faut que je me trouve un chez moi, toujours chez mes parents pour x raisons, il y a une ambiance pesante qui ne m'aide pas.

Tu as 27 ans d'après ton profil et tu as la possibilité de décider de prendre ta vie en mains. Personne ne le fera pour toi (...peut-être éventuellement ta maman si elle t'aime beaucoup. Mais pas sûr qu'elle ait la même vision de ton avenir que toi).
Tu peux te lamenter autant que tu veux ou alors décider de mettre dès aujourd'hui les premières actions à mettre en place qui te permettront d'aller là où tu veux arriver.



---------------------------------------------------
Le chartier embourbé (Jean de la Fontaine)

"Le phaéton d'une voiture à foin
Vit son char embourbé. Le pauvre homme était loin
De tout humain secours. C'était à la campagne
Près d'un certain canton de la basse Bretagne,

Appelé Quimper-Corentin.
On sait assez que le Destin

Adresse là les gens quand il veut qu'on enrage :

Dieu nous préserve du voyage !

Pour venir au Chartier embourbé dans ces lieux,
Le voilà qui déteste [8]et jure de son mieux,

Pestant, en sa fureur extrême,

Tantôt contre les trous, puis contre ses Chevaux,
Contre son char, contre lui même.
Il invoque à la fin le Dieu dont les travaux
Sont si célèbres dans le monde :

Hercule, lui dit-il, aide-moi ; si ton dos

A porté la machine ronde,
Ton bras peut me tirer d'ici

Sa prière étant faite, il entend dans la nue

Une voix qui lui parle ainsi :
Hercule veut qu'on se remue,

Puis il aide les gens. Regarde d'où provient

L'achoppement qui te retient.
Ôte d'autour de chaque roue

Ce malheureux mortier, cette maudite boue

Qui jusqu'à l'essieu les enduit.

Prends ton pic, et me romps ce caillou qui te nuit.
Comble-moi cette ornière. As-tu fait ?

Oui, dit l'homme.

Or bien je vas t'aider, dit la voix : prends ton fouet.
Je l'ai pris. Qu'est ceci ? mon char marche à souhait.
Hercule en soit loué. Lors la voix : Tu vois comme
Tes Chevaux aisément se sont tirés de là.

Aide-toi, le Ciel t'aidera.
"
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • +1 (Bien joué) le 26.12.16, 12h13 par RiskyChoice
Bon petit coup de fouet au cul que ton message mais tu as complètement raison, je vais essayé de changé la donne bien que ça s'annonce dur et que j'ai déjà déployé beaucoup d'énergie.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • 0 (Courage) le 26.12.16, 11h20 par mistermint
  • -Alex
  • Score : 467 - 29 ans
Salut,

Où en es-tu de ta dépression aujourd'hui ? Es-tu toujours suivi par un psychologue ou un psychiatre ?

Dans la mesure où tu as fait une dépression sévère, tu as un risque important de rechute.

http://www.passeportsante.net/fr/Maux/P ... epression#

Citation:
Bon petit coup de fouet au cul que ton message mais tu as complètement raison, je vais essayé de changé la donne bien que ça s'annonce dur et que j'ai déjà déployé beaucoup d'énergie.


Citation:
je suis d'accord pour cette histoire de cercle vertueux, mais c'est selon moi le plus compliqué, j'ai l'impression que à mon âge les groupes sont établis que pour s'intégrer il faut en avoir un soit même sans quoi tu gênes/ne sers à rien/fait flipper.


Citation:
j'ai pensé à m'expatrier mais je n'ai pas de plus-value sur le marché du travail, il y a bien l'Italie qui me fait rêver mais je ne connais personne là-bas et il paraît que niveau travail c'est pas top.


Peux-tu reformuler ces phrases de manière à leur donner une conclusion positive ?
Hello Alex!

Nan je suis plus suivi depuis un bout de temps, j'ai cru que c'était la fête quand j'ai commencé à aller mieux, j'ai stoppé les rendez-vous et les médocs. Mais je dois démarrer une thérapie de groupe lié à l'anxiété en janvier.

Pour ton exo que je trouve intéressant :)

Bon petit coup de fouet au cul que ton message mais tu as complètement raison, je vais reprendre ma vie en main, je suis le seul à pouvoir faire ce qu'il faut!

je suis d'accord pour cette histoire de cercle vertueux, j'ai des craintes à ce sujet mais je vais essayer de réfléchir différemment, apporter quelque chose aux autres et ne pas être un poids.

j'ai pensé à m'expatrier mais je n'ai pas de plus-value sur le marché du travail, il y a bien l'Italie qui me fait rêver mais je ne connais personne là-bas...
...pour l'instant!

Alors ça va?? :) lol
Ah oui je me suis pas mal fourvoyé dans la fumette, je pense que ça a dû m'égarer un peu plus encore
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • 0 (Arrête la drogue) le 28.12.16, 08h54 par Allandrightnow
  • 0 (Arrête la drogue) le 28.12.16, 19h49 par Hydrogene
akainu9593 a écrit:
j'ai pensé à m'expatrier mais je n'ai pas de plus-value sur le marché du travail, il y a bien l'Italie qui me fait rêver mais je ne connais personne là-bas

Et?
C'est justement ça qui est bon! Tu pars avec ton baluchon, tu vas taper aux portes pour trouver un job et une piaule. Puis tu connaîtras du monde. C'est pas plus compliqué. Mais apparemment, tu préfères rester dans ta zone de confort.
Je comprends que tu veux me secouer Hydrogene, tu as surement raison mais je dois planifier un minimum, par exemple prendre quelques cours avant de partir (nul en anglais et italien du tout du tout).

Mais tu vois j'essaie de me remuer le cul, je cherche colloc qui me permettra de me rapprocher du travail pour avoir plus de temps de faire des trucs à côté où je pourrai rencontrer du monde, tout à l'heure je cherchais une soirée pour le nouvel an, prêt à y aller solo (pas ma zone de confort je t'assure), je dois démarrer une thérapie de groupe en janvier => je me bouge :wink:
A lire / A voir en ce moment sur FTS