Discussion

[Livres] Top-5 des membres

Note : 1
lancé par FrenchKiss le 09.06.2006
38 réponses
dernier par The_PoP le 25.10.2018, 19h40
Naked Lunch et les cités des nuits écarlatesde Burroughs

Voyage au bout de la nuit de Celine

Traité du Zen et de l'entretient des motocyclettes de Pirsig

Le seigneur des anneaux de JRR Tolkien









.
Dur de faire un top 5, on retombe forcément sur les classiques. Je vais essayer de mettre en valeur des trucs pas encore cités, mais qui m'ont vraiment marqué.

Shinning de S. King, lu, relu, prété a des potes, un gros succès.

Shutter Island de D. Lehane, lu et prété. Du très bon polar noir. Si vous accrochez, vous pouvez allègrement vous taper les autres, a part Mystic River, ils sont tout aussi bon. Attention, c'est addictif.

Pour ceux qui auront aimé les deux précedents, vous pouvez lire n'importe quel James Hadley Chase. Du très bon polar, à l'ancienne, noir de chez noir.

Tigres en papier d'O. Rolin, très bonne description de l'effervescence révolutionnaire des 70' en France, belle écriture.

E.b.è.n.e, par Ryszard Kapuscinski. Anecdotes tirées de 20 ans d'Afrique par un grand reporter Polonais. Incitation au voyage.


Essais:

Après l'empire d'E. Todd. Les ressorts antrophologiques des différents systèmes sociaux dans le monde. Enjeux et conséquences. Prété par un pote. Facile à lire.

De la démocratie en Amérique de A. deTocqueville. De la vraie sociologie, un peu fastidieux de par le coté systématique mais très intéressant.
[/b]
  • Ugo
  • Score : 0
Alors.. mon top5, en évitant de reciter de très bons romans tel que L'étranger, 1984, Lolita, Le meilleur des mondes, La possibilité d'une île (un peu en dessous quand même)...

Friedrich Nietzsche Ainsi parlait Zarathoustra: Un livre pour tous et pour personne

Image
Un roman philosophique, ou plutôt un poème philosophique profond, rempli de symboles et d'aphorismes à interpréter mais passionnant et intemporel. Les notions de surhomme, du dépassement et la critique des valeurs sont à la base de l'oeuvre.
Un mot de l'auteur pour expliquer ce titre énigmatique:
On ne m'a pas demandé — mais on aurait dû me demander —, ce que signifie dans ma bouche, dans la bouche du premier immoraliste, le nom de Zarathoustra, car c'est juste le contraire qui fait le caractère énormément unique de ce Perse dans l'histoire. Zarathoustra, le premier, a vu dans la lutte du bien et du mal la vraie roue motrice du cours des choses. La transposition en métaphysique de la morale conçue comme force, cause, fin en soi, telle est son œuvre. Mais cette question pourrait au fond être considérée déjà comme une réponse. Zarathoustra créa cette fatale erreur qu'est la morale ; par conséquent il doit aussi être le premier à reconnaître son erreur

Télécharger l'ebook gratuitement (PDF): http://www.ebooksgratuits.com/newsendbook.php?id=501&format=pdf



Même si ce n'est pas un roman stricto sensu, je ne peux résister à citer l'excellent recueil:
Les fleurs du mal de Charles Baudelaire
Image
Les vers respectent les règles de la prosodie classique, les images sont audacieuses, la provocation omniprésente et la précision dans l'analyse des mouvements de l'âme plonge le lecteur dans un ravissement tenace. Si Baudelaire évoque le mal, l'ennui, il décrit aussi l'exaltation, la pureté spirituelle, l'éblouissement devant la beauté, la sensualité...

Le titre repose sur une antithèse significative du projet de l'auteur, la poésie transforme la laideur en beauté, dégage la beauté en germe dans la perversité.

Un petite citation: C'est la mort qui console, hélas ! et qui fait vivre.

Télécharger l'ebook gratuitement (PDF):
http://www.ebooksgratuits.com./newsendbook.php?id=106&format=pdf


(test la mise en forme, à suivre)
  • Ugo
  • Score : 0
Alors.. mon top5, en évitant de reciter de très bons romans tel que L'étranger, 1984, Lolita, Le meilleur des mondes, La possibilité d'une île (un peu en dessous quand même)...

Friedrich Nietzsche Ainsi parlait Zarathoustra: Un livre pour tous et pour personne

Image
Un roman philosophique, ou plutôt un poème philosophique profond, rempli de symboles et d'aphorismes à interpréter mais passionnant et intemporel. Les notions de surhomme, du dépassement et la critique des valeurs sont à la base de l'oeuvre.
Un mot de l'auteur pour expliquer ce titre énigmatique:
On ne m'a pas demandé — mais on aurait dû me demander —, ce que signifie dans ma bouche, dans la bouche du premier immoraliste, le nom de Zarathoustra, car c'est juste le contraire qui fait le caractère énormément unique de ce Perse dans l'histoire. Zarathoustra, le premier, a vu dans la lutte du bien et du mal la vraie roue motrice du cours des choses. La transposition en métaphysique de la morale conçue comme force, cause, fin en soi, telle est son œuvre. Mais cette question pourrait au fond être considérée déjà comme une réponse. Zarathoustra créa cette fatale erreur qu'est la morale ; par conséquent il doit aussi être le premier à reconnaître son erreur

Télécharger l'ebook gratuitement (PDF): http://www.ebooksgratuits.com/newsendbook.php?id=501&format=pdf



Même si ce n'est pas un roman stricto sensu, je ne peux résister à citer l'excellent recueil:
Les fleurs du mal de Charles Baudelaire
Image
Les vers respectent les règles de la prosodie classique, les images sont audacieuses, la provocation omniprésente et la précision dans l'analyse des mouvements de l'âme plonge le lecteur dans un ravissement tenace. Si Baudelaire évoque le mal, l'ennui, il décrit aussi l'exaltation, la pureté spirituelle, l'éblouissement devant la beauté, la sensualité...

Le titre repose sur une antithèse significative du projet de l'auteur, la poésie transforme la laideur en beauté, dégage la beauté en germe dans la perversité.

Un petite citation: C'est la mort qui console, hélas ! et qui fait vivre.

Télécharger l'ebook gratuitement (PDF):
http://www.ebooksgratuits.com./newsendbook.php?id=106&format=pdf


Lettre à Lucilius Sénèque

Image
Un vrai manuel de recherche du bonheur, un parangon de l'argumentation.
Le titre est assez explicite, le livre est un recueil d'une centaine de lettres entre Sénèque et Lucilius, commissaires respectivement du stoïcisme et de l'épicurisme.

Citation: Un nain a beau se tenir sur une montagne, il n'en est pas plus grand pour cela.
Accéder aux lettres: http://fr.wikisource.org/wiki/Lettres_%C3%A0_Lucilius
Bonne année à tous!

J'axe surtout sur des poêmes, des essais, pouvant se lire au compte- goutte (pour les pressés):


1-Notre Besoin de consolation est impossible à rassasier, de Stig DAGERMAN(Actes sud, ISBN: 2868693342):
Ce livre de 17 pages(!) est un classique de la littérature, ou plutôt le testament de l'auteur avant de sombrer dans le mutisme, et d'en venir au suicide.
Le texte semble sombre, mais il n'en reste pas moins un texte excellent sur l'indépendance spirituelle, son fardeau pour celui qui en est doté, mais aussi la lucidité qu'éprouve celui qui avance dans la vie mu par ses propres valeurs et convictions.

2-Le spleen de Paris-Petits poêmes en prose, de Baudelaire(LIBRIO)
Bien qu'apparemment sombre, ce recueil de petits textes évoque différentes observations souvent gaies ou teintées de merveilleux, de la vie quotidienne de l'auteur. Nombres seront une base pour relancer une discussion à deux, ou observer un regard inattendu sur un fait d'apparence banal.

3-Le mystère de la patience, de Jostein Gaarder(édition seuil).
Un des premiers livres de l'auteur du Monde de Sophie. Contrairement à ce dernier, l'histoire est limpide et on fait de la philo sans y penser. Des chapitres courts, pour une lecture rapide. Mais s'arrêter pour demander un avis féminin sur les situations prétextes à de nombreuses réflexions n'est pas superflu...

Bon, dans le même ordre d'idée, Dans un mirroir, obscur, est encore plus court, mais beaucoup plus triste aussi(et difficile à utiliser lors d'une conversation, c'est plus un enrichissement personnel).

4-Le Tao-te- king de Lao Tseu(Librio, ISBN: 2070423174)
Une traduction claire et intelligible de ce texte, d'apparence limpide, mais qui m'interroge encore.
Une philosophie qui conduit, pour qui veut changer le monde en mieux, à commencer par s'améliorer soi-même.

5-
(EDIT : j'ai oublié de mettre les titres dans mon premier post, et impossible de l'éditer. Modérateurs, vous pouvez le supprimer ainsi que ce ptit message :) )

Faire une simple liste ne me convenait pas, aussi je me suis fendu d'un petit commentaire pour chacun de ces livres de mon top 5 :

Gabriel Garcia Marquez - Cent ans de solitude

Une fresque colorée d'un village sud-américain, Macondo, et de ses habitants, à travers un temps s'accélérant qui verra les 20 maisons en glaise et en réseau se transformer en ville moderne et les protagonistes veillir, mourir, revenir sous forme de fantômes tout en laissant la place à la nouvelle génération, la magie et l'alchimie se faire remplacer par la science et les techniques...
Un livre indescriptible, un chef d'oeuvre, qui vous fait prendre conscience du temps qui s'écoule comme jamais
L'auteur a reçu le prix Nobel de littérature en 1982.













Jean Bottéro - L'épopée de Gilgamesh -Le grand homme qui ne voulait pas mourir

L'une des plus vieilles épopées connues de l'humanité. Rédigée à partir de -2500 en Sumérien, écrite en cunéiforme sur des tablettes d'argile, puis complétée et modifiée au fur et à mesure des siècles, survivant aux Etats et Empires de la Mésopotamie, rassemblée en un tout cohérent vers -1800 en akkadien par un génie Babylonien inconnu, et à nouveau modifiée dans sa version "définitive" vers -1000, c'est une histoire qui a vécue jusqu'au 2 ème siècle de notre ère, avant d'être engloutie dans l'oubli.
Les archéologues du XIXème et du XXème siècle l'en ont peu à peu fait ressortir, mettant à jour des fragments de tablettes qu'ils devaient recouper et traduire, dans un minutieux travail dont la synthèse le plus récente se trouve dans ce livre de Jean Bottéro.
Car si cette histoire a influencé le Moyen-Orient pendant plus de deux millénaires, c'est que la force et l'universalité de son propos en fait un récit intemporel et qui encore aujourd'hui, à 45 siècles de distance, peut nous toucher : Gilgamesh, roi de la cité-Etat d'Uruk, considéré comme le représentant des Dieux sur Terre, rencontre Enkidu, qui va devenir son meilleur ami et allié. Quand Enkidu meure prématurément de maladie, le roi ne peut se résoudre à la perte de son ami, et plus encore, à l'idée de sa propre mort. Il va alors entreprendre un grand voyage jusqu'aux limites du monde pour rencontrer Utanapisti, le héros du Déluge, seul humain qui s'est vu accordé l'immortalité par les Dieux, et apprendre son secret.

Ray Kurzweil et Terry Grossman - Serons-nous immortels ?

Au delà du titre un peu raccoleur, ce livre est une mine d'informations sur les moyens de rester en bonne santé le plus longtemps possible en prévenant les maladies plutôt qu'en les guérissant. Les moyens d'actions privilégiés par les auteurs sont l'alimentation (surtout), l'activité physique et intellectuelle, la prise de compléments alimentaires, l'utilisation d'outils de diagnostics médicaux...
Ils brossent un vaste panorama des maladies qui nous attendent si nous adoptons une mauvaise hygiène de vie et d'alimentation et des moyens de les prévenir. Tout ou presque des maux de notre siècle y passe : stress, diabète, obésité, maladies cardio-vasculaires, cancers, ainsi que des concepts plus généraux et généralement méconnus : l'inflammation, l'oxydation, la méthylation, le sucre et l'insuline, la détoxication... Une mine d'or, à compléter avec des recherches sur Internet et la lecture d'autres livres, pour pouvoir prendre en main sa santé et son bien-être.



Umberto Eco - Le nom de la Rose

Livre célèbre, notamment depuis son adaptation dans le film "Au nom de la rose", avec Sean Connery.
Roman policier dont l'action se situe en 1327 dans une abbaye, mettant l'érudit Guillaume de Baskerville et son acolyte en butte avec une série de meurtres mystérieux dans ce lieu neutre et sain. Un livre mêlant action, culture, réflexion et érudition. Umberto Eco sait nous faire plonger dans un monde très étranger où les conventions sociales sont si différentes des nôtres, mais où pourtant des êtres humains sont plongés et se débatent, comme vous et moi.
On pourra juste regretter la non traduction des passages en latin, qui frusteront sans doute la majorité des lecteurs.









Emmanuel Leroy Ladurie - Montaillou, village occitan

Montaillou est un village de montagnards situé en haute Ariège. En 1320, la totalité des habitants de ce village se fera rafler par l'inquisition, conduite par l'évêque Jacques Fournier, qui sera plus tard pape d'Avignon, afin d'extirper les derniers relents de la religion Cathare impitoyablement pourchassée depuis plus d'un siècle.
Ce qui différencie Jacques Fournier des autres inquisiteurs, c'est qu'il pousse le souci du détail très loin et note avec minutie tous les détails de la vie quotidienne des villageois, jusqu'au plus insignifiants.
Cela permettra des siècles plus tard à l'historien Emmanuel Leroy Ladurie de nous proposer ce livre, qui nous raconte dans une synthèse exceptionnelle la vie de ces villageois en ce début de XIVème siècle. C'est si intéressant de voir tout ce qui nous rapproche et nous éloigne de ces hommes et femmes qui vécurent 6 siècles avant nous.
Savez-vous qu'à l'époque, les parasites étant nombreux, l'épouillage était une pratique sociale fréquente qui se pratiquait volontiers dans la rue et entre voisins ? C'est l'une des milles choses, amusantes ou non, que vous pourrez apprendre en lisant ce livre.


Voilà, et je plussoi avec Sadric sur Lumière des jours enfuis, un exceptionnel livre de SF (et j'en ai lu des tonnes et des tonnes pourtant) que je range sans conteste dans la catégorie des tous meilleurs de son genre :)
  • ANONYME (ce membre a désactivé son profil et / ou a demandé à masquer son pseudo)
  • Score :
Image

L'Arrache-coeur
de Boris Vian

Je n'ai pas aimé l'écume des jours, un bordelà lire, J'irais cracher sur vos tombes mouais, mais celui là je vous le conseil, un psychanalyste du nom de Jacquesmort débarque dans un village très spécial, il y découvre la foire aux vieux, les enfants peuvent voler et sont enfermés pour ne pas s'envoler trop loin.
"En prenant chacun de nos mots habituels au pied de la lettre, il nous révèle le monstrueux pays qui nous entoure, celui de nos désirs les plus implacables, où chaque amour cache une haine, où les hommes rêvent de navires, et les femmes de murailles."

Ce livre est un délice j'ai adoré, cette société c'est la notre si on regarde bien, ça se lit vite, bien et pour le prix d'un livre de poche vous en ferez un souvenir inoubliable...
1 : Voyage au bout de la nuit Louis-Ferdinand Céline

Que dire sur Céline... Pas grand chose, lisez le, tout ce trouve dans ses bouquins. Ce n'est pas l'un des plus grands auteurs du XXème siècle, ni même le plus grand, c'est à mon sens et je pense être objectif, le plus grand auteur français du millénaire.
Le but qu'un écrivain doit se fixer lorsqu'il pose sa plume sur le papier pour la première fois est de réécrire la Bible. Céline s'il ne l'a pas fait n'en est vraiment pas loin.
Son style est incomparable et sans égal.

2 : Mort à Crédit Louis-Ferdinand Céline

Idem

3 : Les deux étendards Lucien Rebatet

A mon sens le plus grand roman du XXème siècle après mort à crédit. Un roman immense de 1300 pages, véritable cathédrale, chef d'oeuvre totalement ostracisé (l'auteur pour ceux qui ne le connaitraient pas a soutenu le régime nazi pendant l'Occupation).
Les deux étendards est le roman d'un triangle amoureux dans les années 1920, au sein de la bourgeoisie lyonnaise. LE cousin du héros, amoureux d'une jeune fille (qui l'aime en retour) décide qu'ils s'aimeront jusqu'à ce qu'il rejoigne les Jésuites et qu'elle entre au noviciat. Ce désir de pureté de renoncement, et de transcendance d'un amour à travers Dieu affronte les opinions tout à fait nitzschéennes du héros Michel qui tombe également amoureux de la jeune femme.
Je ne saurais vraiment comment vous résumer 1300 pages, c'est impossible, mais l'Amour, Dieu, le catholicisme, la bourgeoisie, la musique (Wagner, Mozart, Stravinsky, Rebatet était un critique musical très reconnu et son "Histoire de la Musique" est toujours une référence), tous ces thèmes se retrouvenet dans ce roman immense, à lire d'urgence. Il était d'ailleurs arrivé avec une note sur le bureau de Gallimard : "A publier d'urgence". (récit inspiré d'une aventure vécue par l'auteur !)

4 : A la recherche du temps perdu Marcel Proust

Je ne pense pas être très novateur en parlant de Proust ici. La recherche, une écriture révolutionnaire, qui abandonne l'intrigue romanesque. Proust produit un récit en très grande partie autobiographique. La recherche est touchante puisqu'elle est une lutte contre le temps que proust ne parvient à défier qu'à travers l'Art.
De très grands passages sur l'amour (Swann et Odette !!), l'enfance, la pédérastie, l'Art, la bourgeoisie, l'aristocratie, la sexualité... à peu près tout.

5 : Journal Intime Marc-Edouard Nabe

Auteur qui nous est contemporain, totalement ostracisé pour ses positions "anticonformistes". Son journal intime est une "recherche du temps présent". Marc-Edouard Nabe est à mon sens le dernier véritable écrivain de notre temps, à lire absolument. Je ne vais pas ici vous résumer 3000 pages de journal intime. Sachez juste qu'il est un grand styliste et qu'il voit toujours juste.
Voici une sélection de cinq livres. Ils sont sûrement les cinq livres qui m'ont le plus marqué.

1- L'avalée des avalés de Rejean Ducharme; Editions Gallimard


"Tout m'avale. Quand j'ai les yeux fermés, c'est par mon ventre que je suis avalée, c'est dans mon ventre que j'étouffe. Quand j'ai les yeux ouverts, c'est par ce que je vois que je suis avalée, c'est dans le ventre de ce que je vois que je suffoque. Je suis avalée par le fleuve trop grand, par le ciel trop haut, par les fleurs trop fragiles, par les papillons trop craintifs, par le visage trop beau de ma mère. Le visage de ma mère est beau pour rien. S'il était laid, il serait laid pour rien. Les visages, beaux ou laids, ne servent à rien. On regarde un visage, un papillon, une fleur, et ça nous travaille, puis ça nous irrite. Si on se laisse faire, ça nous désespère. Il ne devrait pas y avoir de visages, de papillons, de fleurs. "

2- Les Bienveillantes Jonathan Littell; Editions Gallimard

"En fait,j'aurais tout aussi bien pu ne pas écrire. Après tout, ce n'est pas une obligation. Depuis la guerre, je suis resté un homme discret ; grâce à Dieu, je n'ai jamais eu besoin, comme certains de mes collègues, d'écrire mes mémoires à fin de justification, car je n'ai rien à justifier, ni dans un but lucratif, car je gagne assez bien ma vie comme ça. Je ne regrette rien :j'ai fait mon travail, voilà tout ; quant à mes histoires de famille, que je raconterai peut-être aussi, elles ne concernent que moi ; et pour le reste, vers la fin,j'ai sans doute forcé la limite, mais là je n'étais plus tout à fait moi-même, je vacillais, le monde entier basculait, je ne fus pas le seul à perdre la tête, reconnaissez-le. Malgré mes travers, et ils ont été nombreux, je suis resté de ceux qui pensent que les seules choses indispensables à la vie humaine sont l'air, le manger, le boire et l'excrétion, et la recherche de la vérité. Le reste est facultatif."


3- L'insoutenable légèreté de l'être Milan Kundera; Editions Gallimard

"Il n'existe aucun moyen de vérifier quelle décision est la bonne car il n'existe aucune comparaison. Tout est vécu tout de suite pour la première fois et sans préparation. Comme si un acteur entrait en scène sans avoir jamais répété. Mais que peut valoir la vie, si la première répétition de la vie est la vie même? C'est ce qui fait que la vie ressemble toujours à une esquisse. Mais même "esquisse" n'est pas le mot juste, car une esquisse est toujours l'ébauche de quelque chose, la préparation d'un tableau, tandis que l'esquisse qu'est notre vie est une esquisse de rien, une ébauche sans tableau"

4- Journal d'un vieux dégueulasse Charles Bukowski; Editions Grasset


Les heures ont défilé, les cannettes de bière aussi (...) il y a eu aussi des moments de silence. durant lesquels chacun de nous s'est laissé envahir par ses pensées. finalement Red a bondi sur ses pieds.
- bon, c'est pas tout ça, mon vieux, faut que je me rentre. mais quelle nuit d'enfer!
à mon tour, je me suis levé.
- tu l'as dit Red.
- putain, c'est bien vrai! allez à la revoyure.
- sûr vouais.
mais on semblait pas vouloir se quitter, comme si la nuit avait été réellement une grande chose.
- à te revoir, p'tit gars!
- d'accord, Bukowski.
je l'ai regardé contourner la haie par la gauche, cap sur Normandie, et Vermont, où il avait encore cette chambre pour trois, quatre jours. quand il a disparu, un vieux leste de lune a voulu participer à la tristesse de la scène et y est parvenu. j'ai refermé la porte, lampé un fond de bière éventée, éteint les lumières, rejoint mon lit et, une fois déloqué, je me suis glissé dedans, tandis que là bas, dans cette gare de triage, ils traversaient les voies pour se choisir un wagon, un endroit où dormir, où rêver d'une ville meilleure, d'un sort meilleur, d'un amour meilleur, d'une chance meilleure, de tout ce qu'il pouvait y avoir de meilleur. sauf que jamais ils n'y auraient droit, et qu'ils n'arrêteraient donc jamais de chercher.

c'est alors que je me suis endormi.

5- Sourires de Loup Zadie Smith; Editions Gallimard

Quand les murs s'effondreront , que le ciel s'assombrira et grondera la terre. A ce moment là, nous serons ce que nos actes auront fait de nous. Et peu importe que ce soit Allah, Jésus, ou Bouddha qui te regarde, ou qui tout aussi bien, ne te regarde pas. Quand il fait froid, on voit la buée qu'on fait en respirant ; quand il chaud, on ne voit rien. Et pourtant, dans un cas comme dans l'autre, on respire bel et bien.
edit
Difficile de faire un top, ça change beaucoup selon l'humeur. Un peu comme les " groupes préférés "...

Mon top actuel, pas nécessairement dans l'ordre, partant du principe que ces temps-ci je lis pour le " plaisir " des trucs pas compliqués.

1. Celine, Voyage au bout de la nuit : C'est pas une lecture particulièrement agréable, tellement c'est sombre. Ça suinte. Mais le style est franchement génial, probablement mon écrivain FR favoris par la plume.

2. Les Annales du Disque Monde ( tous les livres ) de Pratchett . Parce que ça doit être plus ou moins les seuls livres capables de me faire marrer, pas juste sourire. Parce que c'est vachement plus profond et fouillé que ça peut le sembler au premier abord.

3. Les Couleurs Tombées du Ciel, Lovecraft Car je me souviens encore la première fois que je l'ai lue, cette nouvelle. J'étais assez jeune, en vacance en France avec mes vieux. J'ai pas pu fermer l'oeil de la nuit, jamais un bouquin ne m'a fait flipper comme ça.

4. J'irais cracher sur vos tombes, Vian Objectivement pas le meilleur de Vian, mais de très loin le plus hard. Sorte de caricature du roman Noir américain. Il a été loin, très loin, dans ce délire. Au final, l'ouvrage exprime une haine palpable, on craint de se brûler les doigts en tournant les pages.

5 Le Trône de Fer ( tous les livres ) Parce que j'aime la Fantasy pour m'évader et que c'est sans problèmes ma saga préférée dans ce style, devant Tolkien et Cie. Riche, beau, surprenant et cohérent.
Je préfère donner mon top 5 d'écrivains plutôt que de donner des titres de livres, j'aurais trop de mal à choisir pour certains

John Fante (Demande à la Poussière, Le Vin de la Jeunesse)

Philippe Roth (Portnoy et son Complexe, Pastorale Américaine, Professeur de Désir)

Paul Auster (Trilogie New-Yorkaise, La Musique du Hasard)

William Burroughs (Junkie, Le Festin Nu)

Fiodor Dostoïevski (Les Frères Karamazov, L'Idiot)
Les livress qui sont dans mon Top 5

Fiodor Dostoïevski Le Joueur
Inoue Paroi de Glace
Inoue Le château de Yodo
Racine Phèdre
Sénèque Les lettres à Lucilius
Anouilh Antigone
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • 0 (Like !) le 21.03.17, 14h23 par voucny
Image

Fondation - Isaac Asimov

Y'a de cela 3 ans, j'étais un ex-lecteur. Gros mangeur de mots durant mon enfance, j'avais peu à peu perdu le goût de la lecture. Suite à une vidéo Youtube, j'entends parler de cette oeuvre d'Asimov.

Depuis 3 ans, j'ai lu à peu près 130 bouquins. Et ça c'est grâce à ce livre.



Image

Voltaire - Traité sur la Tolérance

Plus que jamais indispensable pour survivre et s'élever dans notre société.


Image

Misery - Stephen King

Je reste encore aujourd'hui perturbé par une scène. Deux pages au plus pour entrer dans le "vif", mais cela suffit à faire comprendre la valeur du bouquin.



Image

Des milliards de tapis de cheveux - Andreas Eschbach

Chef d'oeuvre!! Chef d'Oeuvre!! Chef d'Oeuvre!! Chef d'Oeuvre!!
Bonjour à tous,

Difficile de faire un top 5 mais je me lance :

La dernière valse de Mathilda, Tamara

Lu et relu. C'est un roman qui mélange amour, suspense et aventures sur fond de bush australien.


Le serment des Limbes, Jean Christophe Grange.

Suspense à son comble dans ce livre entre religion, croyances et réalité.


Harry Potter, J K Rowling

Parce que j'ai grandi avec, que je les relis encore et encore et que je suis toujours fan.


Les Misérables, Victor Hugo

Livre intemporel, une belle histoire qui traite d'humains et de sujets malheureusement toujours d'actualité.

L'amant, Marguerite Duras.

J'ai découvert sa plume très récemment, j'ai trouvé ça déroutant, dérangeant, de part la folie de sa famille, de ce mélange dans le temps et dans l'espace, mais néanmoins très "fluide" et captivant.


Riad Sattouf c’est « l’Arabe du futur ». En 2018 nous en sommes au tome 4.
C’est de la bd, à hauteur d’un enfant qui grandit au fil des tomes, l’histoire de la Syrie, de la sienne mais rien à voir avec un documentaire. Une bd que l’on peut définir comme un roman graphique où écriture et dessin s’enlacent. Ou expérience intime se conjugue avec langage universel. Une autobiographie qui parle de nous, de notre société, de celle des autres.

Le quatrième volume de l’Arabe du futur est plutôt sombre. Une prise de conscience de ce que peut être un père mis pendant longtemps sur un piédestal.
La façon dont un fils largement adulte aujourd’hui se démarque grâce au dessin, à l’humour. J’ai eu le privilège de l’entendre en conférence cette semaine, beaucoup de jeunes dans le public, j’ai trouvé cela génial. Riad touche, interpelle. Il a ce sens de l’auto-dérision parce qu’avec les filles ce n’était pas non plus facile, il en parle en se définissant comme un beau blond dans ses jeunes années, devenu aujourd’hui noir de poil. Il sait imiter les voix de celles qu’il aurait voulu séduire sans pour autant leur en vouloir.
C’est drôle, c’est la vie.

Il y a une expo de Riad au centre Pompidou de la mi-novembre à la mi-mars prochaine.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • +1 (A lire) le 21.10.18, 17h41 par Jalapeno
  • 0 (Merci ! :)) le 24.10.18, 23h07 par mctyson


isbn 10, 13 :roll:
Pour ceux qui ne connaissent pas, cet été j'ai pris une claque en voyage en lisant "la horde du contrevent". Rarement lu quelque chose d'aussi percutant comme réflexion sur le fonctionnement de l'âme humaine.
A lire / A voir en ce moment sur FTS