Fini de traîner !

Note : 0

le 13.08.2018 par Giovanni_Drogo

0 réponses / Dernière par Giovanni_Drogo le 13.08.2018, 00h01

Nouveau sur FTS ?
0. Par où commencer
1. Lisez ça, ça va vous aider
2. Présentez vous
3. lisez ça aussi (les meilleurs articles & discussions de FTS)
Répondre
Hello à tous,

Je vais commencer cette présentation par un peu d’historique. C’est important pour moi de détailler ça, car il me semble que pour présenter qui je suis, je dois détailler qui j’ai été. On est tous déterminé par notre parcours et nos expériences ; j’ai passé beaucoup de temps à faire mon introspection et je crois bien saisir mon parcours. J’espère vous le retranscrire de façon assez claire, sans trop dévier du fil mais en étant relativement exhaustif.
:challengeaccepted:
J’ai connu FTS à 14 ans, comme beaucoup à la suite d’une déception amoureuse d’adolescent inexpérimenté. À l’époque, j’étais un jeune garçon assez timide qui allait bientôt entamer sa puberté, avec quelques années de retard sur la moyenne de sa génération. J’ai été le jeune que beaucoup d’hommes ici ont été. Je n’étais pas confiant avec les filles, je passais beaucoup de temps devant mon écran et j’ai enchainé quelques « Je préfère qu’on reste amis » dont je rigole aujourd’hui mais que j’ai logiquement très mal vécus à l’époque. Avec du recul, j’ai quand même eu un certain nombre d’occasions que j’ai laissées échapper bêtement, donc j’étais pas tant à plaindre que ça. Par exemple, en primaire, j’ai été amoureux d’une fille de ma classe pendant bien 2-3 ans. Appelons la Marie. Joli minois, des yeux verts à tomber, je pensais tous les soirs à elle en rêvant de notre future idylle. Malin comme j’étais, je lui ai pourtant quasiment pas parlé de toute la primaire. Un jour, en CM1 je crois, pendant la récré, je me suis motivé à lui laisser un mot dans sa trousse. « Je t’aime ». La fameuse déclaration qui t’envoie droit dans le mur. Et pourtant … À la fin de la journée, elle est venue me parler pour me dire qu’elle avait vu mon mot, un grand sourire et des étincelles dans ses petits yeux émeraude. D’abord, je suis resté tellement bloqué que j’aurais pu inspirer Orelsan. Puis j’ai sorti une réplique inspirée du type « Ah ok » et je suis parti au centre aéré. Elle a fini avec un pote à moi l’année d’après, c’était ma première galère amoureuse :mrgreen:

Oui, j’étais timide, quasiment de façon maladive. Autre illustration : quand j’étais un môme de 6 piges, je me cachais derrière le canapé quand mon oncle et ma tante passaient à la maison. J’ai gommé en partie et progressivement cette timidité en grandissant, mais ça a été un assez gros handicap avec le sexe opposé. Et ça l’est toujours ! Mais j’y reviendrai. Pour être précis, ma timidité m’a jamais empêché de me faire pas mal d’amis et de potes, ça m’a juste toujours pris un peu plus de temps qu’une personne lambda. Par contre, pour aller voir les filles dans la cour de récré, comme vous l'avez compris, c’était plus compliqué.

Finies les digressions ! FTS à 14 ans, c’était très tôt. Peut-être trop. Probablement quand on considère qu’alors la vision de la séduction sur le site était très différente de celle d’aujourd’hui. Je me rappelle avoir lu quelque chose comme « Ça ne sert à rien de traîner sur FTS si tu ne sais pas demander une baguette à la boulangère sans bégayer. », et je n’en étais pas loin. J’ai probablement manqué de recul sur ce que j’ai pu lire, et j’ai mis un peu de temps à tirer les premiers bénéfices de mes nombreuses lectures sur la séduction et le développement personnel. Qui sont néanmoins arrivés à la fin du lycée. Les soirées, les premières expériences, ma première copine (et les bêtises qui vont avec).

J’ai quitté le domicile familial à 17 ans pour venir faire mes études à Lyon. Des études dans lesquelles je me suis investi à fond, assez souvent au détriment des autres kifs de l’indépendance étudiante (nombreuses soirées, vie associative, etc.). Avec FTS, de la motivation et un vrai attrait pour le développement personnel, je pense que j’aurais pu énormément progresser personnellement et avec les filles. En fait, j’avais compris le message « il faut travailler dur pour avoir ce qu’on veut », et j’ai beaucoup donné pour les études. Malheureusement, avec 24 heures dans une journée et 7 jours par semaine, il faut choisir ses combats et ma scolarité assez brillante (major de promotion, stages qu’on pourrait qualifier « de prestige ») m’a laissé peu de temps pour sortir beaucoup, finir ivre mort en soirée médecine à rouler des pelles à des inconnues tout aussi alcoolisées, développer un réseau de ouf et récolter 250 pouces par photo de profil. Plus sérieusement, je prends pas tout ça comme exemple absolu d’une vie étudiante réussie, mais je n’ai clairement pas forcé mon côté social pendant ces années, et je ne me suis pas développé personnellement et donc socialement comme j’aurais aimé le faire. C’était un choix, que j’essaye de ne pas regretter aujourd’hui, même si je me dis que j’aurais pu être plus équilibré. J’ai pourtant eu plusieurs expériences avec les filles : des copines, des amourettes, des dates. Une très jolie collection de râteaux aussi haha, pour l’expérience 8) . Venant d’un environnement familial un peu délétère et ultra protecteur, prendre mon indépendance m’a néanmoins fait beaucoup de bien et m’a un peu libéré vis-à-vis des gens. J’ai notamment pu apprendre à demander une baguette sans bégayer, en lâchant même un petit sourire mutin à la boulangère.

Aujourd’hui, je suis dans la vie active depuis quelques mois. Après quelques expériences à droite à gauche, je suis de retour à Lyon, avec un travail qui me plaît, qui a du sens pour moi, qui me donne la possibilité de pas trop penser à mes finances et qui me laisse pas mal de temps pour sortir et kiffer. J’ai donc décidé, après avoir passé beaucoup de temps la tête dans mes bouquins, à développer une vie sociale active et à faire partie des 20 % qui gèrent les 80 %. Niveau vie sociale active, j’ai des choses à faire tous les soirs, mais niveau relations romantiques, je suis loin de mon objectif ! Malgré quelques dates et choppes de temps à autre, grâce à mon cercle social et aux SDR. En étant, je crois, assez lucide, je coche pas mal des cases qui sont citées comme importantes ici : une vie active, l’indépendance - financière, affective, la logistique, du sport, de l’attention prêtée à moi-même et mon style (j’aime beaucoup les fringues !). Mais j’ai toujours de gros défauts qui m’empêchent de profiter de tout ça comme je le voudrais. C’est une galèèèère sans nom pour moi d’aller parler aux filles en bars, boîtes et ne parlons pas de la rue. J’ai besoin d’être très alcoolisé pour le faire, ou que l’occasion se présente d’elle-même, et quand une interaction est créée, j’ai toujours tendance à m’éjecter rapidement. De nature ultra perfectionniste, j’ai tendance à me comparer aux autres et à me rabaisser assez violemment quand les choses ne se passent pas comme je le veux. Je suis beaucoup plus positif qu’avant, mais j’ai encore beaucoup de taff de ce point de vue et c’est un travail au long cours. Et, au-delà de ma timidité, je reste introverti par nature. Si ça ne doit pas constituer une excuse pour ne pas atteindre d’objectifs sociaux et amoureux, il faut reconnaître que les progrès mettent un peu plus de temps à arriver et sont d’une autre nature que pour une personne naturellement expansive. J’aimerais bien être le leader du groupe, le mec qui brille, qui fait rire tout le monde. Je le suis plus qu’avant, mais pas autant que je l’aimerais, surtout avec les inconnus. De plus, j’ai envie de pouvoir aller parler à des filles qui me plaisent en soirée, j’ai envie de passer de bons moments avec elle, de rigoler en me prenant des vents, de réussir à en ramener chez moi et de faire des cochonneries partout dans mon 25 m². J’en suis assez loin pour l’instant, et ça me laisse assez frustré du point de vue amoureux. Il faut donc que je me bouge, et je me dis qu’en me créant enfin un profil, une présentation et peut-être un futur journal, je vais plus facilement me lancer.

En fait, a posteriori, je crois que je suis quelqu’un d’assez normal. Des expériences, du potentiel, des qualités, des défauts et l’envie de faire bien mieux ; pas mal de chemin parcouru grâce à FTS et au dév perso, et encore plus devant moi je l'espère. Pour ne pas finir déçu en ayant l'impression d'avoir été passif toute ma vie comme le perso de mon pseudo.

Alors retour au travail et à bientôt dans la partie récits !

Cheers,
Drogo
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Bienvenue ! le 13.08.18, 05h10 par The_PoP
  • [0] Bienvenue ! le 13.08.18, 08h27 par Alea
  • [0] Bienvenue ! le 13.08.18, 14h30 par Vinsy
  • [0] Bien joué le 13.08.18, 16h46 par sebz9999
  • [0] Bienvenue ! le 13.08.18, 23h56 par Raven
  • [0] Bienvenue ! le 16.08.18, 11h26 par Jalapeno
Répondre