(A) Arrêtez ces erreurs grossières. Devenez un héros de film

Note : 18

le 09.09.2013 par Maniac

26 réponses / Dernière par Onmyoji le 16.07.2019, 01h57

Si vous voulez refaire le monde, c'est ici.
Règles du forum
Pas de politique sur FTS svp, ce n'est pas l'endroit. Pas non plus de sujets religieux ou à forte dimension idéologique / polémique (le féminisme et ses excès, la sexualité des - de 15 ans, le mariage pour tous; ...) et tout autre sujet chaud et glissant dont on sait qu'il attirera les trolls et partira forcément en sucette au bout de 2 pages. => on n'est pas là pour refaire le monde, ni pour s'embrouiller les uns les autres : laissons les saloperies à l'extérieur, et tâchons de préserver le havre de paix et de relative intelligence qu'est FTS. Voir la liste des sujets interdits pour plus d'infos et d'explications sur les raisons de ces interdits.
La normalité, c'est aussi une question de contexte.

Pour un type "anormal", c'est les autres qui ne sont pas normaux.

Cette notion est assez floue.

Mais je vois ce que tu veux dire, "pour rentrer dans le moule" ; mais les "stars" (par exemple) ne sont pas normales, et ne sont pas "creepy" pour autant.

Après, les gens qui ont des problèmes (pour ne pas réussir à faire la différence entre la fiction et la réalité, par exemple), c'est autre chose, et dans ce cas là, direction thérapie (mais il ne me semble pas que c'est à ce type de profil que l'auteur s'adressait).
Je mange ma salade comme des chips.
hushpuppy a écrit : mais les "stars" (par exemple) ne sont pas normales, et ne sont pas "creepy" pour autant.
Ben si, en fait elles font popo comme tout le monde et généralement ça sent pas le Chanel n°5. Juste qu'elles ont un job bien rémunéré et une couverture médiatique forte.

Donc si on se pose ce genre de question, on se rapporte plus à un rôle donc un contexte idéalisé/fiction et pas à l'acteur.

Effectivement, comme tu le dis plus haut, on peut prendre telle ou telle facette, mais au final, ne peut on pas se faire simplement la réflexion de ce qu'il conviendrait de faire sans penser/se référer à 007, John McLane ou Vulva la Cochonne?
Ben si, en fait elles font popo comme tout le monde et généralement ça sent pas le Chanel n°5. Juste qu'elles ont un job bien rémunéré et une couverture médiatique forte.
Si être normal est synonyme de "faire popo comme tout le monde", alors les tueurs en série sont des êtres normaux.

De ce que j'ai compris de la notion de normalité dans le sens commun du terme, ça se rapporterais au fait d'avoir quelques amis, UNE femme à laquelle nous sommes fidèle, un travail, une maison, quelques loisirs... mais sans plus, une vie banale quoi.

A ce qu'il paraît les français sont pour la majorité des gens déprimés.

Si on garde la notion commune du mot "normalité", j'imagine qu'en France il y a plus de gens "normaux" que de gens "non-normaux".

Donc apparemment la normalité n'empêche pas d'avoir une vie qui ne nous plaise pas.

Les "stars" sortent de la norme d'une manière ou d'une autre, de part leur talent ou autre (et quand je dit star, je parle pas forcément des acteurs/chanteurs, j'implique aussi Mandela, Ghandi etc).
Effectivement, comme tu le dis plus haut, on peut prendre telle ou telle facette, mais au final, ne peut on pas se faire simplement la réflexion de ce qu'il conviendrait de faire sans penser/se référer à 007, John McLane ou Vulva la Cochonne?
Dans la mesure où nos émotions nous empêchent d'y voir clair lorsque nous sommes nous même impliqué dans la situation, j'aurais tendance à dire que c'est plus difficile.

Si tu es perdu en mer ou dans le désert, la forêt... Tu te réfère bien à une carte ou une boussole, non ?
Je mange ma salade comme des chips.
hushpuppy a écrit :Si être normal est synonyme de "faire popo comme tout le monde", alors les tueurs en série sont des êtres normaux.

De ce que j'ai compris de la notion de normalité dans le sens commun du terme, ça se rapporterais au fait d'avoir quelques amis, UNE femme à laquelle nous sommes fidèle, un travail, une maison, quelques loisirs... mais sans plus, une vie banale quoi.

Les "stars" sortent de la norme d'une manière ou d'une autre, de part leur talent ou autre
La normalité, c'est répondre à une norme. Sur les 3 phrases de ton post, on a 3 références différentes :

- normalité/anormalité psy pour les tueurs en série
- normalité/anormalité sociologique (de notre vision occidentale d'une certaine norme)
- normalité/anormalité liée au talent

Il est primordial de conserver une unité de prisme. D'ailleurs, parler de normalité est en soit anormal (y compris de mon propre laïus) puisque chacun a son prisme et sa grille de lecture.

Pour préciser ma vision de la normalité quand j'ai repris le concept de stars = personne normale, et pour coller à ce que tu as dis ci dessus, ce sont des gens avec 1 tête, 2 bras, 2 jambes, ils ont quelques amis (pas forcément plus et plus sincères que les nôtres, une femme (à laquelle ils sont parfois fidèles), un travail (qui paie mieux que le mien mais ça reste un taff, une maison (parfois plusieurs et c'est des F60) et quelques loisirs (plus dispendieux que les miens certes) mais en gros, ils sont donc banals....

Par ailleurs, tous autant que nous sommes, nous avons un ou des talents (perso c'est le cunni). Certains sont plus rémunérateurs que d'autres, mais cela fait de nous des personnes hors norme à chaque fois?
hushpuppy a écrit : De ce que j'ai compris de la notion de normalité dans le sens commun du terme, ça se rapporterais au fait d'avoir quelques amis, UNE femme à laquelle nous sommes fidèle, un travail, une maison, quelques loisirs... mais sans plus, une vie banale quoi.

A ce qu'il paraît les français sont pour la majorité des gens déprimés.

Si on garde la notion commune du mot "normalité", j'imagine qu'en France il y a plus de gens "normaux" que de gens "non-normaux".

Donc apparemment la normalité n'empêche pas d'avoir une vie qui ne nous plaise pas.
Ca me fait penser à l'histoire du prof de logique... ou comment faire des raccourcis par grandes généralités.
hushpuppy a écrit : j'implique aussi Mandela, Ghandi etc).
Pour moi, ces personnalités ne sont pas des stars. Ils sont bien plus importants. Une star est une vedette de l'industrie du divertissement (TV/ciné/musique.....). Mandela, Ghandi et autres personnalités importante de la vie politique sont bien plus importantes.

Et s'y référer est d'ailleurs tout autre puisqu'ici on a trait à des actes réels, historiques et liés à une vision de l'humanité.
hushpuppy a écrit :Si tu es perdu en mer ou dans le désert, la forêt... Tu te réfère bien à une carte ou une boussole, non ?
Là j'ai pas compris le lien? Mais en poursuivant l'analogie, je dirais qu'effectivement, si je suis perdu en mer, je regarde une carte, j'essaie de me souvenir des vagues notions que j'ai de la navigation, j'essaie aussi de me souvenir de ce que Tabarly aurait pu dire d'une telle situation, mais je ne me réfère pas à Russel Crowe dans Master & Commander.
[quote]
Dans un cadre plus général ça a son intérêt. Mais je doute de la capacité d'un mec sans repères à trier ce qui est propre à la fiction. Et encore plus quand il s'agit d'atteindre la normalité/ne pas être creepy par ce biais.
/quote]

Les mecs brainfuckés trouveront toujours des angles tordus pour comprendre de travers n'importe quel conseil. C'est gentil de se préocuper d'eux. Mais les mecs brainfuckés n'ont pas attendu FTS ou internet ou quoi que ce soit pour être brainfuckés.

Je pense cet article sympa pour des gens un peu trop timide dans la vie de tous les jours. Quand on a envie de changer, et c'est légitime, ça fixe un cap. Si on veut s'affirmer un peu plus, c'est une bonne première étape.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Il y'a du vrai... le 11.09.13, 14h35 par Onmyoji
  • [0] C'est pas faux le 11.09.13, 14h38 par McClure
Toutes les réponses à vos problèmes ne se trouvent pas dans les fesses des filles...
Boubou a écrit :
Outkast a écrit : Dans un cadre plus général ça a son intérêt. Mais je doute de la capacité d'un mec sans repères à trier ce qui est propre à la fiction. Et encore plus quand il s'agit d'atteindre la normalité/ne pas être creepy par ce biais.
/quote]

Les mecs brainfuckés trouveront toujours des angles tordus pour comprendre de travers n'importe quel conseil. C'est gentil de se préocuper d'eux. Mais les mecs brainfuckés n'ont pas attendu FTS ou internet ou quoi que ce soit pour être brainfuckés.

Je pense cet article sympa pour des gens un peu trop timide dans la vie de tous les jours. Quand on a envie de changer, et c'est légitime, ça fixe un cap.
En le lisant, je me suis dit que c'était aux brainfuckés dont tu parles que l'article s'adressait, c'est la raison qui fait que j'ai répondu ça.
Let's be the stuff dreams are made of...
Avec le recul, quelle que soit la solution qu'on adopte, le constat initial reste très juste et pertinent: si vous pensez qu'un truc va foirer, et si vous n'avez aucune autre solution en tête, ne le faites pas parce que si même comme ça vous sentez confusément que c'est mal et c'est de la merde, c'est que ça l'est, et qu'au pire il vaut mieux être inactif que d'engager les choses dans une voie irrattrapable.

Après il vaut mieux:
- ne pas réagir et demander conseil (on est là pour ça),
- ne pas se mettre tout le temps des barrières et s'amuser plutôt que de stresser sur le fait de faire la moindre erreur car c'est formateur et ça bride votre créativité (reste que quand vous sentez qu'un truc est probablement très mauvais et foireux là vous pouvez l'éviter aussi),
- chercher ce que ferait le mec normal,
- chercher quelle est l'action qui correspondrait au sens que vous voulez donner à votre vie?
- agir comme votre modèle de choix, ou comme un personnage qui vous sert de masque (en théâtre pour les gens timides qui jouent un personnage qui ne l'est pas on conseille de surjouer ce qu'on ressent. Au fur et à mesure on trouve un équilibre et de la justesse quand notre personnage et nous s'équilibrent), préserve que ce n'est pas ça qui vous transformera, c'est juste un jeu et une méthode d'inspiration si on ne voit pas ça comme "fake JB et devenez JB". C'est plus "Devenez JB pour rire vu que vous n'êtes pas inspirés".

Mais surtout ne foncez pas la tête droit dans le mur si c'est certain que ça fera mal.
Et là je ne parle pas de respecter des instincts débiles comme la peur de l'approche. Juste que vous savez bien qu'une confession à l'arrache ça lui fera pas briller les yeux... Vous l'avez lu, vous en êtes convaincu, si vous voyez que ça mène nul part faites lui plutôt un "t'as de beaux yeux, tu sais" ou un long regard silencieux et triangulaire, ou un "je suis sûr que j'embrasse mieux que toi", que "je t'aime depuis qu'on est en sixième";),
qui si émouvant, peut ne pas changer une vibe trop amicale contrairement aux autres qui jouent sur le cliché, le délire, ou la tension sexuelle...
Let's be the stuff dreams are made of...
Répondre