L’épanouissement personnel, compliqué de nos jours ?

Note : 1

le 27.02.2020 par Le_Paternel

11 réponses / Dernière par Le_Paternel le 08.03.2020, 18h32

Si vous voulez refaire le monde, c'est ici.
Règles du forum
Pas de politique sur FTS svp, ce n'est pas l'endroit. Pas non plus de sujets religieux ou à forte dimension idéologique / polémique (le féminisme et ses excès, la sexualité des - de 15 ans, le mariage pour tous; ...) et tout autre sujet chaud et glissant dont on sait qu'il attirera les trolls et partira forcément en sucette au bout de 2 pages. => on n'est pas là pour refaire le monde, ni pour s'embrouiller les uns les autres : laissons les saloperies à l'extérieur, et tâchons de préserver le havre de paix et de relative intelligence qu'est FTS. Voir la liste des sujets interdits pour plus d'infos et d'explications sur les raisons de ces interdits.
Répondre
Salut à tous,

Il s'agit sans doute d'une réflexion biaisée et légèrement "pompeuse" au vu de mon jeune âge (J'ai 24 ans), mais force est de constater qu'il m'est souvent arrivé de faire ce constat cinglant.

Alors, l'épanouissement personnel est-il quelque chose de compliqué à trouver de nos jours ?

Je m'explique. Bien sûr que durant mes 24 dernières années, j'ai eu des hauts et des bas, des obstacles, mais je suis quelqu'un d'heureux au quotidien où je me qualifierai d'épanoui : J'ai un travail qui me plaît, des projets qui me challengent à côté, des passions, une copine et une famille aimante, des amis que j'adore etc. En soit, je suis bien et suis content de ce que je fais. Je me donne les moyens d'arriver là où je veux.

Pourtant, quand je regarde mon entourage que cela soit des collègues, des amis, des exs voire même ma copine, tout ne semble pas si rose de l'autre côté, si bien que j'ai souvent l'impression d'être dans un univers parallèle.

Pourquoi ? Parce que quand j'entends les autres parler, j'ai l'impression qu'ils doivent faire face d'une façon disproportionnée (par-rapport à mon cas) à des problèmes, des obstacles que cela soit sur le plan professionnel, amical voire même familial. Sans rentrer dans les détails, ni faire du cas par cas, quand je les écoute, je me sens bien éloigné de tout cela. Certains subissent des crasses de leurs amis, d'autres ont des problèmes familiaux (où en plus de gérer leurs problèmes, ils doivent tenir à flot leur famille), d'autres tombent sur un poste qui ne leur plaît pas et/ou leur manager est exécrable avec eux et j'en passe.

Alors, je m'interroge. Est-ce le monde qui va ainsi ? Suis-je une minorité ? Après tout, tout se passe bien avec ma famille, j'ai eu la chance d'avoir un cadre, un socle solide pour me bâtir pour la suite et avoir cette stabilité. Dans mon parcours scolaire, tout s'est bien déroulé, j'ai su rebondir. Mes débuts dans l'univers professionnels se sont bien passés étant donné que j'ai eu le choix etc.

Encore une fois, je ne suis pas en train de dire que tout est noir ou tout est blanc, j'essaie juste de comprendre pourquoi j'ai un ressentiment différent en entendant les autres et en me disant "Oulala, mais je n'ai jamais connu ça. C'est sérieux ?". Bien sûr, comme tout le monde, j'ai eu des difficultés et des obstacles, mais j'ai toujours su les relativiser, en tirer le positif pour avancer et m'améliorer. Peut-être que les autres ont tendance à plus extérioriser ça aussi que moi ? A moins que j'ai été sur-protégé pour ne pas être confronté à tout cela. Ou que j'ai une mentalité différente ? Je suis peut-être un OVNI ou une minorité. J'avoue que c'est quelque chose qui m'a toujours surpris et dont j'essaie de comprendre le pourquoi du comment.

Merci à vous !
Salut,

Félicitations tout d'abord pour avoir su te mettre dans ces bonnes conditions, ou bonifier le socle dont tu as bénéficié. Et surtout faire les bons choix pour te préserver.

Je ferai court et simple -) Oui, ce que tu vis est l'exception. Le monde est un endroit dangereux, ou des gens, parfois proches, essaieront de te tromper, de te faire mal et / ou te décevront.

La vie est dure et cogne fort. Souvent. Mais elle offre aussi infiniment de beauté, ménage des rencontres avec des personnes chez qui tu trouveras de la lumière.

La rose et l'épine si tu veux.

Le top du top étant d'être suffisamment costaud pour faire face tout en conservant l'élan pour t"ouvrir aux BONNES personnes et dépasser la méchanceté des autres.

Dostoievski parlait de la splendeur et de l'horreur de vivre. CQFD

Bonne continuation!
"Franchis d'un pied ferme la limite de l'ombre, droit comme pour une parade, et souris, même, si tu y parviens"

- Celui qui veut le butin doit avoir une volonté ferme-
Sans rentrer dans les détails, ni faire du cas par cas
Justement on ne pourra te donner que de vagues généralités et ne pas vraiment répondre à ta question.

Il y a déjà le facteur chance, évidemment.

Pour le démarrage déjà. Je connais des gens qui sont nés avec un bon patrimoine génétique, une famille structurée et aimante, avec un bon niveau socio-pro, etc. Et d'autres qui sont nés avec des tares génétiques et des parents dépressifs qui les ont cognés depuis le berceau.

Et pour la suite aussi. Certains ne traversent pas trop de drames, ni de coups majeurs. D'autres traversent tellement d'horreurs improbables qu'on se demande comment ils tiennent encore debout (sans vouloir faire pleurer dans les chaumières, ce fut un peu mon cas ces 2/3 dernières années, je n'en ai sorti la tête que récemment).

Et puis comme tu l'évoques aussi, le facteur perception.

Exemple.

Je ne suis pas matérialiste, et dans ma vie j'ai perdu/cassé/me suis fait volé un paquet de téléphones, et cela ne m'a jamais trop perturbé. Ma chérie s'est fait volé son portable l'été dernier, elle en a pleuré 2 jours.

Mais à l'inverse, avec mon anxiété sociale, j'ai une faible tolérance aux cons, aux tricheurs, aux déceptions, etc. La bande de potes de l'ex de ma chérie ont plus ou moins tenté de faire virer cette dernière de son boulot, car ils connaissent sa patronne et ont bien bavé des saloperies sur elle à son oreille. Pour moi, c'était insupportable, et me donnait envie de brûler cette région de cons. Ma chérie l'a pris très zen, en se disant qu'ils devaient être bien malheureux dans leur vie pour tenter ce genre de coups.

Bref, la perception de chacun, chacun ses douleurs.
Bien sûr, comme tout le monde, j'ai eu des difficultés et des obstacles, mais j'ai toujours su les relativiser, en tirer le positif pour avancer et m'améliorer.
Peut-être as tu de la chance, et tu n'as croisé que des emmerdes mineures.

Ou peut-être n'as tu pas encore croisé les emmerdes qui peuvent te démolir TOI.

Ou peut-être es tu ultra résilient, et que tu te relèveras de tout.

Sans ton histoire et celles de te proches, on ne pourra te dire mieux j'en ai peur.
Je suis assez d’accord avec toi, cela dépend de la perception qu’ont les gens vis-à-vis des choses. Tes exemples illustrent parfaitement cela.

J’ai des exemples à la volée, comme tu dis des parents qui sont en conflits, en divorce ou autre, et où ce sont les gosses qui subissent cette situation par exemple, faisant que ce sont les ainés qui doivent tenir à flot le restant de famille, d’autres qui ont des problèmes au travail qui tombe sur un manager qui les exploite, qui sont en galère pour trouver un poste bien qu’ils aient autant de diplômes que toi, d’autres qui ont des amis qui leur plantent des couteaux dans le dos ou leur fond des dramas pour rien en leur faisant subir cela. Certains cumulent tout ça. Et moi quand je vois ça cela me semble irréel tant dans mes relations, ma famille, on ne m’a pas transmis cela et je n’ai jamais vécu ça.

Bien sûr, j’ai eu des obstacles, des râteaux, des examens ratés ou autres, mais cela ne m’empêche pas d’être stable au quotidien, en étant positif, et épanoui, là où pour la plupart 3/4 de ces aspects semblent conflictuels.
Après faut être lucide : c’est déjà beaucoup plus facile d’être épanoui quand tu as déjà un socle familial et social solide et pas de tares physiques.

Ça veut pas dire que t’as pas de mérite hein. J’me met dans le même genre de cases que toi. Simplement t’as un capital chance de départ sacrément sympa.
If you want to touch the sky,
Fuck a duck and try to fly !
Dernière remarque (car il n'y a plus tant de choses à dire que tout ce qui a été dit au-dessus).

Vois ça comme une façon d'exercer ta gratitude (envers ces chances que tu as eu) et ta compassion (pour ceux qui vivent des trucs qui te semblent irréel).
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Absolument le 28.02.20, 07h39 par The_PoP
C'est clair. Vous avez raison, finalement tout part du socle (familial, social etc.) qui nous définit pour la suite, soit les fondations sont casses-gueules, soit c'est solide et tu sais que c'est viable et t'es déjà bien installé.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Non le 02.03.20, 10h40 par Mr_Orange
Vous avez raison, finalement tout part du socle (familial, social etc.)
Ce n'est pas si simple.

Tu peux avoir le socle de départ qui va bien, et traverser des événements qui vont te détruire.

Tu peux avoir un mauvais socle de départ, et à coup de travail et de résilience te bâtir un bonheur en suite.

Ou les deux. Ou aucun des deux.

Je n'en étais pas sûr au départ mais tes réponses successives laissent deviner un manque d'empathie que je trouve très dommage. Je dis cela car tu sembles te focus sur l'aspect 'perception'. Comme si les complaintes de tes proches étaient + dues à leur incapacité à les impacter/les comprendre et à agir. Alors qu'il traversent sûrement des épreuves vraiment dures.

Je dis ça notamment en lisant des choses comme ça :
Bien sûr, j’ai eu des obstacles, des râteaux, des examens ratés ou autres, mais cela ne m’empêche pas d’être stable au quotidien, en étant positif, et épanoui, là où pour la plupart 3/4 de ces aspects semblent conflictuels.
Et oui c'est sûr si tu parles de râteaux et d'examens ratés comme étant 'les difficultés de la vie' ... Je vois mal comparer ça à des histoires qui, à mes yeux, sont les difficultés de la vie.

J'ai récemment revu un couple d'amis avec qui on se voit moins avec la distance. Il a appris que sa mère avait un cancer, plutôt rare, à priori guérissable, mais cela passe par la chimio, l'opération, avec toutes les conséquences que ça a. Même si l'issue peut être favorable, il devra quand même être témoin de sa perte de cheveux, de ses douleurs et changements physiques, et ce durant des mois. Elle, de son côté, est coincée dans un travail avec un management abusif, où on lui attribue désormais des tâches qui ne sont pas dans ses compétences, sans qu'elle ait eu le choix. Mais elle a un enfant, et elle est dans un domaine qui ne recrute pas énormément, et elle sortait de presque 2 ans de chômage quand elle a trouvé ce poste, qui lui plaisait jusque là. Elle ne peux pas 'juste partir' sans mettre à mal les finances et la stabilité de son ménage.

Je ne peux pas juste leur dire 'oh ta mère ça ira tkt' et 'bah change de taf !' car ce n'est pas si simple, et ils ne vont pas fort, et oui il y a complaintes. Et je les comprends ces complaintes, ayant moi même eu des épisodes aussi difficiles dans ma vie. Ils ont chacun un socle 'initial' plutôt favorable pourtant ...

Bref, pour résumer : ta vision est bonne, il faut viser l'action (sur les points modifiables) et la résilience (sur les points qui ne le sont pas), mais tu n'as pas l'air de comprendre que les conditions/changements/accidents de vie (qui ne se décident pas) peuvent rendre l'action et résilience très difficile voire limite impossible.
Mr_Orange a écrit :
02.03.20
Vous avez raison, finalement tout part du socle (familial, social etc.)
Ce n'est pas si simple.

Tu peux avoir le socle de départ qui va bien, et traverser des événements qui vont te détruire.

Tu peux avoir un mauvais socle de départ, et à coup de travail et de résilience te bâtir un bonheur en suite.

Ou les deux. Ou aucun des deux.

Je n'en étais pas sûr au départ mais tes réponses successives laissent deviner un manque d'empathie que je trouve très dommage. Je dis cela car tu sembles te focus sur l'aspect 'perception'. Comme si les complaintes de tes proches étaient + dues à leur incapacité à les impacter/les comprendre et à agir. Alors qu'il traversent sûrement des épreuves vraiment dures.

Je dis ça notamment en lisant des choses comme ça :
Bien sûr, j’ai eu des obstacles, des râteaux, des examens ratés ou autres, mais cela ne m’empêche pas d’être stable au quotidien, en étant positif, et épanoui, là où pour la plupart 3/4 de ces aspects semblent conflictuels.
Et oui c'est sûr si tu parles de râteaux et d'examens ratés comme étant 'les difficultés de la vie' ... Je vois mal comparer ça à des histoires qui, à mes yeux, sont les difficultés de la vie.

J'ai récemment revu un couple d'amis avec qui on se voit moins avec la distance. Il a appris que sa mère avait un cancer, plutôt rare, à priori guérissable, mais cela passe par la chimio, l'opération, avec toutes les conséquences que ça a. Même si l'issue peut être favorable, il devra quand même être témoin de sa perte de cheveux, de ses douleurs et changements physiques, et ce durant des mois. Elle, de son côté, est coincée dans un travail avec un management abusif, où on lui attribue désormais des tâches qui ne sont pas dans ses compétences, sans qu'elle ait eu le choix. Mais elle a un enfant, et elle est dans un domaine qui ne recrute pas énormément, et elle sortait de presque 2 ans de chômage quand elle a trouvé ce poste, qui lui plaisait jusque là. Elle ne peux pas 'juste partir' sans mettre à mal les finances et la stabilité de son ménage.

Je ne peux pas juste leur dire 'oh ta mère ça ira tkt' et 'bah change de taf !' car ce n'est pas si simple, et ils ne vont pas fort, et oui il y a complaintes. Et je les comprends ces complaintes, ayant moi même eu des épisodes aussi difficiles dans ma vie. Ils ont chacun un socle 'initial' plutôt favorable pourtant ...

Bref, pour résumer : ta vision est bonne, il faut viser l'action (sur les points modifiables) et la résilience (sur les points qui ne le sont pas), mais tu n'as pas l'air de comprendre que les conditions/changements/accidents de vie (qui ne se décident pas) peuvent rendre l'action et résilience très difficile voire limite impossible.
Salut, pour le coup, je trouve ton commentaire ultra-pertinent et tu es dans le vrai. Je suis totalement conscient que cela peut basculer d’un jour à l’autre dans les extrêmes. Je ne sais pas si nous sommes dans le manque d’empathie, je comprends tout ça, c’est plus la façon dont je traite et considère l’information. Je n’ai jamais été confronté à d’énormes difficultés (au sens vraies difficultés), j’ai sans doute été sur-protégé en plus du socle très bon de base. A la base, je partais plus d’un constat où j’avais l’impression qu’autour de moi, les gens pouvaient être confrontés à une multitude de situations conflictuelles, là où je ne me reconnaissais pas et ne faisait pas le même constat de mon quotidien mais tu es dans la justesse !
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Tout à fait ! le 06.03.20, 09h03 par Mr_Orange
Cependant, ne boude pas ta chance. Au contraire, cela peut te donner une raison supplémentaire de savourer toutes ces chances que tu as eue, et je te souhaite qu'elles durent le plus longtemps possible.
Bonjour,
Cette conversation est-elle encore ouverte?
Si oui dites-le moi, j'aurai peut-être une lecture complémentaire à partager avec vous. Je pense pouvoir être de bon conseil pour la situation soumise par Le_Paternel.

Amicalement,
Le jaguar
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Bonne idée ! le 07.03.20, 10h05 par The_PoP
  • [0] Oui le 07.03.20, 15h39 par Mr_Orange
Le jaguar a écrit :
07.03.20
Bonjour,
Cette conversation est-elle encore ouverte?
Si oui dites-le moi, j'aurai peut-être une lecture complémentaire à partager avec vous. Je pense pouvoir être de bon conseil pour la situation soumise par Le_Paternel.

Amicalement,
Le jaguar
Dis-nous tout !
Répondre