[A] Le troisième choix.

Note : 35

le 13.08.2014 par Owen

18 réponses / Dernière par Erati le 09.04.2017, 13h46

Si vous voulez refaire le monde, c'est ici.
Règles du forum
Pas de politique sur FTS svp, ce n'est pas l'endroit. Pas non plus de sujets religieux ou à forte dimension idéologique / polémique (le féminisme et ses excès, la sexualité des - de 15 ans, le mariage pour tous; ...) et tout autre sujet chaud et glissant dont on sait qu'il attirera les trolls et partira forcément en sucette au bout de 2 pages. => on n'est pas là pour refaire le monde, ni pour s'embrouiller les uns les autres : laissons les saloperies à l'extérieur, et tâchons de préserver le havre de paix et de relative intelligence qu'est FTS. Voir la liste des sujets interdits pour plus d'infos et d'explications sur les raisons de ces interdits.
Répondre
Image

Ou le quatrième, ou le cinquième...

Cet article n'a rien d'exhaustif, je ne sais pas si vous avez remarqué mais j'écris trop vite sur FTS alors apres je m'emmèle, qu'on me pardonne des futures confusions qui en découleront peut être.

Je vais taquiner John Rimbault, qui m'a inspiré cet article, en le citant :
Je peux me bouger seul à un concert si j'ai envie (en plus j'y croise souvent des potes) , mais seul en boîte c'est hors de question.
Je me doute que c'est caricatural, mais cela dit j'ai observé ce comportement souvent autour de moi : les gens se placent la plupart du temps dans une logique binaire.

Que ce soit en politique : droite / gauche, pro / anti
Dans le couple : fidélité / tromperie, homo / hétéro, cuir moustache / pas cuir moustache...
En religion : croyant / athée
En nationalités : local / étranger

Faut-il d'autres exemples? L'humain ramène beaucoup de choses à une dualité manichéenne simplificatrice (pardon?). En gros : on ne laisse que deux choix aux gens. C'est flagrant quand on aime débattre. Par exemple si t'es pas féministe, tu deviens machiste, si t'es pas chrétien, on s'imagine que tu n'aimes pas les chrétiens ET CAETERA.

Je suis toujours effaré de ce mode de pensée, pas plus tard qu'hier je vois marqué sur facebook :
Mais est ce que tu crois que si Israel cesse de répliquer aux attaques de missiles nous parviendrons à un état de paix?
Et pourquoi pas? Bon le premier qui enchaine la dessus je l'édite, mais juste histoire de : pourquoi pas? Pourquoi est-ce qu'il faudrait toujours penser en termes binaires? Il existe tellement de possibilités.

L'avantage, quand on voyage ou quand on a tendance à rencontrer pas mal de monde, c'est qu'heureusement les exceptions sont assez nombreuses, ce n'en sont même pas des exceptions. Là comme ca j'ai quelques exemples :

Des mecs de San Francisco qui a 40 ans changent de vie pour partir voyager.
Un ancien militaire devenu juriste et aujourd'hui... Paysagiste.
Un voisin qui se retrouve à gagner Koh Lanta car il a postulé sur un pari bourré.

Bon, je m'égare un peu. Ce que je veux dire c'est qu'il faut être créatif en séduction. Loin de moi l'idée de nier les contraintes sociales, on ne peut pas toujours être au bon moment, au bon endroit, parfois on a d'autres soucis en tête etc.

So what, il suffit de garder sa créativité pour plus tard. Mais si j'avais vu les choses binairement, je serai passé à côté de 80% de mon parcours actuel. Je suis persuadé que lorsqu'on est confronté a un dilemme, c'est que la solution est autre.

Prenons un exemple connu pour faire hommage à nos amis geeks : vous croyez que Georges Lucas aurait réalisé Star Wars s'il était resté dans l'idée "Financé / pas financé" ? Non, le mec a négocié un contrat intermédiaire ou il ne gagnait que sur les produits dérivés.

Je vous propose, quand vous êtes confronté à un dilemme, de vous entrainer à penser d'autres solutions. Même les plus incroyables. Et limite faites ca avec les dilemmes de vos potes au début, pour vous entrainer à sortir du cadre binaire. C'est comme ca que l'on devient réellement créatif.

Reprenons le cas : concert / boîte de nuit.

JR se sent d'aller à un concert seul mais pas en boite tout seul. A-t'il pensé à aller dans des bars ou il y a des dj ou des concerts? A chercher des boîtes qui passent de la musique qui lui correspondent? Si c'est pour rencontrer du monde, pourquoi pas des vernissages, des évènements couchsurfing? Pourquoi ne pas se renseigner sur certaines soirées qui lui plairait et être lui même initiateur du truc?

Damn ca en fait plus que 3 des possibilités.

Un autre exemple : dater une fille ou aller au musée car l'expo se finit bientôt ?

Emmener la fille à l'expo?

Et la phrase choc, pour finir : entre la peste et le choléra, choisissez le palu !
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+3] Post de qualité le 13.08.14, 18h49 par Blusher
  • [+2] A lire le 13.08.14, 21h56 par Thedaze
  • [+3] Absolument le 14.08.14, 09h12 par The_PoP
  • [+2] Constructif le 14.08.14, 09h41 par John_Rimbault
  • [+1] Ca va mieux en le disant le 15.08.14, 18h51 par sebz9999
  • [+1] Constructif le 16.08.14, 14h45 par GCeara
  • [+1] Constructif le 18.08.14, 01h34 par Snow679
  • [+1] 100% d'accord le 21.10.15, 09h18 par Fugojapon
  • [+1] Absolument le 17.02.17, 02h39 par Poordonkey
Il y a de cela plusieurs mois, une copine après une discussion houleuse
Binaire.. binaire ! mais arrête un peu de dire que je suis binaire, ça veut dire quoi d'abord ?
Je l'enverrai vers ton article désormais !

Plus sérieusement, j'applaudis des deux mains, des deux pieds, et de la tête pour faire le troisième choix.

Il y a un truc qui m'exaspère aussi dans les discussions c'est cette vision binaire des choses et forment des raisonnements sans discernement.

Car ce troisième choix dont tu parles, pour moi c'est exactement ce qui définit le discernement. Cette faculté à mesurer la réalité et accepter la complexité des choses en sortant des carcans idéologiques / caricaturaux / dogmatiques.

Ça c'est pour le volet plus politique, en créativité le troisième choix est aussi une valeur importante effectivement dans la façon ou tu le décris, j'ajouterai un truc qui fonctionne pas mal et que j'avais décrit dans un article il y a quelques années (dont j'ai oublié le titre, pas aisé pour la recherche sur le forum) : foncer sur le premier choix, surtout lorsqu'il s'agit de sorties, le tout agrémenté d'attitude positive visant à dire "oui" aux opportunités surtout lorsqu'elles semblent "inconfortables".
Qui plus est, et là c'est validé par l'improvisation théâtrale, le premier choix qui vient à l'esprit est le plus évident.

La douce saveur de l'aventure, qui élimine le dilemme à la source puisqu'on fait confiance au premier choix sans envisager les autres choix, ça donne l'impression d'avoir toujours fait le bon, ça fait aborder une fille en moins de trois secondes sans regarder les autres(pas comme sur Tinder), ça permet d'embrasser sans envisager les autres choix possibles, et ça permet d'avoir une vie qui aura été vécue, sans envisager d'autres vies qui auraient pu être vécues.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] 100% d'accord le 13.08.14, 19h40 par Owen
  • [+1] A lire le 13.08.14, 20h11 par Blusher
Tinder ou drague de rue ?
(Désolé)

Une image pour me faire pardonner :
Image
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Merci ! :) le 13.08.14, 21h38 par Raven
Aborder dans la rue en demandant si la fille est sur Tinder?

Aborder sur Tinder en organisant un meeting dans la rue?

Ou aborder aux chiottes...
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] lol le 14.08.14, 09h43 par John_Rimbault
salut tout le monde,

entièrement d'accord, tout ou presque dans nos vies ditent modernes, tout y est binaire...
vraiment saoulant
même le vote, je m'explique

petit préambule,

je n'aime pas les cases: tu fais si donc c'est que tu es...
je ne ferais pas part de mes avis personnels sur les étiquettes politiques qui existent, ce n'est pas le débat et comme pour les sensibilités religieuses,
des guerres se sont passées , se déroulent aux 4 coins du monde au moment ou j'écris ces quelques lignes et auront lieu dans le futur à cause de ces 2 sujets ...

revenons à ce dont je voulais exprimer à propos de ce monde binaire dans lequel nous vivons et où le 3° choix ne trouve pas sa place

on ne peut faire valloir notre contestation lors des présidentielles, le vote blanc est comptabilisé mais n'a aucune porté politique...alors que tout au contraire il peut avoir du sens pour que les programmes présentés soient ré-étudiés et/ou ajustés en cas que cela ne convienne pas aux électeurs...malheureusement pour la plupart d' entre nous, nous votons soit par défaut ou/et contre l' un des 2 prétendants au poste...depuis des décennies maintenant... comme disait Pifou pas glop...



c'est à mon avis (et je le partage comme disait l'artiste) anti démocratique ...donc c'est binaire le troisième choix c'est pas pour demain...et dans bien des domaines!

cordialement à toutes et tous!
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Hors sujet le 14.08.14, 17h56 par Owen
J'approuve tout à faire le fait de ne pas penser en binaire.

Par contre, il serait peut-être intéressant de discuter de comment avoir une communication efficiente sans être binaire.

Par exemple, si on regarde au niveau politique, les messages qui semble passer le plus facilement sont les messages simplistes. Il semble dès lors difficile d'être élu en sortant de ce cadre. Il suffit de voir en France où politiquement le centre est inexistant.

Pire si vous essayez le troisième choix, les deux camp opposés vont chacun essayer de vous caser dans le camp adverse.

Pourtant en politique, ne pas penser en binaire semble être la solution la meilleure si notre objectif est le bien de tous.

Ceci s'applique à un tas de domaine. Dans la vente, si vous ne promettez pas monts et merveilles au sujet de votre produit, il arrivera souvent que votre concurrent sans scrupule vous damme le pion, même avec un produit moins bon.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Constructif le 14.08.14, 14h18 par Thedaze
  • [+1] Intéressant le 15.08.14, 08h50 par Onmyoji
Le problème vient aussi de la concurrence. Vente, politique, débat et même dans la séduction... Plus y il a de concurrents plus la bataille des arguments devient rude et doit être "impactive" pour ratisser le plus large possible et le plus vite possible. (Rien qu'en parlent de site de séduction, avant d'atterrir ici j'ai fait le tour des sites en la matière et wtf!)

Le but des stratégie d'impact rapides consistent à faire réagir l'inconscient plus que la réflexion profonde des personnes ciblées. En anglais :"l'impulse". C'est le premier truc que tu retient en bossant dans la vente, trouver la petite faille de sensibilité chez le client qui lui fera ajouter une M... dans son cadi vite fait-bien fait.

Là où au début on aurait même voulut mettre du détail et de la nuance par bonne volonté, on perd toutes ses notions face à des attaques brutales du concurrent, façon "bulldozer". Le but du jeux étant d'avoir raison, déstabiliser la cible-adversaire et de clore le débat en notre faveur.
Plus il y a d'acteurs dans ce petit jeux plus les attaques seront basses et hors de portées de toutes réflexions pointues, parce qu'il va falloir sortir son épingle du jeu et fissa. Le fond du discours reste le même pour tout le monde, à quelques détails près, afin que tous puisse s'y reconnaitre. Seul la manière de présenter le gâteau change considérablement.

Y'a qu'a voir pendant les débats politiques quand un argumentaire commence à être trop échafaudés, la tension monte et parfois les intervenants se menacent d'en venir carrément aux mains. J'ai un souvenir d'un débat télévisé Tapie-Lepen assez énorme à ce sujet.

Aparté: Tout ça mise en exergue par l'effet de masse qui pousse les gens à faire comme leur voisins sans réfléchir et on se retrouve avec des foules applaudissant des discours complètement manichéens déclamés par de sales types qui ont bien compris les ficelles de la communication, eux.

Ce qui me fait penser que:
1-Le meilleur moyen d'avoir un débat-conversation le plus profond et constructif possible est de rester le plus calme et réfléchie possible en face d'un interlocuteur qui vous pousse dans vos retranchement les plus éloignés en usant de techniques d'intimidations, moqueries et autre fourberies.
Pas facile quand certains personnages sont manifestement des champions en la matière (j'en ai cité deux plus haut).

2-Il y a certaines personnes avec qui le dialogue restera figé et rivé au borne du noir et blanc, par manque d'intellect ou de volonté.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] C'est pas si simple le 15.08.14, 08h52 par Onmyoji
Coucou tout le monde.

Interventions intéressantes, cependant j'aimerais bien préciser un truc :

Certes j'ai mis une photo de Francois Bayroux pour l'humour du début et certes le raisonnement peut s'appliquer à la politique sur un certain nombre de cas.

MAIS je crois qu'il serait grossier et mal avisé de plaquer tout ce raisonnement sur la binarité à la séduction comme si cela marchait pour la politique. Je cite :
Par exemple, si on regarde au niveau politique, les messages qui semble passer le plus facilement sont les messages simplistes.
Oui, mais pas forcément en drague. Et en drague le message passe aussi et beaucoup par l'attitude et le Body Language. Un peu en politique, mais pas autant.

Quand au probleme de la concurrence, eh bien perso ce n'est vraiment pas mon domaine, je suis assez mal à l'aise en cas de mec qui drague la même fille que moi. Exces de politesse + manque de confiance vis à vis de la rivalité mâle.

En revanche il y a une chose qu'on pratique en séduction et pas en politique :

ISOLATION.

Y'a pas de concurrence partout.

Ce qui nous ramene à une vision de la drague :

Est-ce un combat pour les femmes ou une rencontre joyeuse ? (Question rhétorique).

De là si une fille réagit à des arguments trop simplistes pour vous, que faites vous?

Quand à cette question :
Par contre, il serait peut-être intéressant de discuter de comment avoir une communication efficiente sans être binaire.
Tres interessant. Je crois que c'est possible, cela dépend des objectifs que l'on se donne.
Owen a écrit :Est-ce un combat pour les femmes ou une rencontre joyeuse ? (Question rhétorique).
En effet, c'est un combat acharné ou seul le meilleur survivra! Musique du générique d'Highlander en fond. (humour)

Image

Je ferai la distinction entre politique ET débat politique. Le premier terme fait appel à un concept général et l'autre à une action entre plusieurs acteurs en chaires et en os.
Mais assez parlé de politique, on est pas là pour ça.
Owen a écrit :Par contre, il serait peut-être intéressant de discuter de comment avoir une communication efficiente sans être binaire.
Je pense vraiment que ça dépend avec qui tu discutes. Même ici sur le forum, on peu passer parfois plusieurs pages de thread sans que la personnes ayant posé la question ne change d'opinion ou bouge d'un poil ses positions lors de l'échange. Même si je suis persuadé que les fruits d'une conversation, même très binaire, peuvent arriver bien après la fin de celle ci.

Exemple de la personne qui ne bouge pas de position lors de l'échange mais y réfléchi et change de point de vue par la suite. Du style la nana qui te soutien mordicus qu'elle ne "fera jamais rien avec toi, non non non!" et qui se retrouve quelques semaines plus tard à te machouiller la lèvre inférieur à la sortie d'une soirée. True story.

Néanmoins je parle ici de séduction au sens strictement charnel du terme et pas de débat dont le but n'est pas de séduire mais plutôt de rendre une idée séduisante. (est-ce la même chose en fait? je me pose la question...)
Owen a écrit :Tres interessant. Je crois que c'est possible, cela dépend des objectifs que l'on se donne.
Développe l'idée d'objectif stp. Ça a l'air d'être intéressant.
Salut :)

Owen, je ne vois pas ton questionnement comme une histoire de pensée binaire, ou ternaire, ou quaternaire. Mais à une problématique d'extension de champs de conscience : la créativité.
Owen a écrit :Je vous propose, quand vous êtes confronté à un dilemme, de vous entrainer à penser d'autres solutions. Même les plus incroyables. Et limite faites ca avec les dilemmes de vos potes au début, pour vous entrainer à sortir du cadre binaire. C'est comme ca que l'on devient réellement créatif.
Pour développer mon propos, je prends les ordinateurs comme exemple. La logique binaire est la moins coûteuse d'un point de vue énergie. Ça vaut pour un ordinateur, comme pour un cerveau humain.

La logique ternaire existe. Ceci dit, elle est peu mise en œuvre car elle démultiplie les probabilités de résultats.
La logique ternaire, ou logique 3 états, est une branche du calcul des propositions qui étend l'algèbre de Boole, en considérant en plus des états VRAI et FAUX l'état INCONNU.

En conclusion, ton propos revient à proposer la recherche d'une nouvelle solution dès lors qu'un questionnement aboutit à une impasse. Je vois là plus une notion de champ de conscience que l'on cherche à étendre.
Le champ de la conscience se définit comme le plus grand nombre de phénomènes susceptibles de se présenter simultanément à la conscience. Ce qui suppose chez le sujet un effort de synthèse psychique plus ou moins élevée constituant la plus ou moins grande étendue de ce champ. Le niveau le plus réduit de ce champ est l'état cataleptique où une seule idée vient l'occuper entièrement.

Ce que l'on peut aussi rapprocher à la pensée complexe : http://fr.wikipedia.org/wiki/Pensée_complexe
Les critères de la pensée critique sont les suivants : guidée par des critères particuliers, guidée par les procédures, auto-correctrice et sensible au contexte. Les critères de la pensée créative sont : guidée par des critères parfois contradictoires, heuristique, orientée davantage vers les résultats, auto-transcendante (synthétique), gouvernée par le contexte dans lequel elle apparaît. Quant à la pensée responsable, c’est une pensée qui présuppose une communication dialogique, une ouverture à l’autre et aux divergences et une volonté de changement
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+3] Post de qualité le 15.08.14, 02h06 par Blusher
  • [+1] +1 le 15.08.14, 07h24 par Owen
  • [+1] Constructif le 15.08.14, 08h55 par Onmyoji
  • [+2] Très intéressant le 15.08.14, 10h00 par Thedaze
C'était trop technique pour moi, là... :)
Owen a écrit:
Tres interessant. Je crois que c'est possible, cela dépend des objectifs que l'on se donne.

Développe l'idée d'objectif stp. Ça a l'air d'être intéressant.
Eh bien par exemple mon objectif c'est de choper des filles avec qui j'ai une vraie interaction qui m'interesse. A partir de là, si elle est binaire et que je sens que ca me casse les couilles (car j'ai du mal à supporter le manichéisme que j'accuse d'être le mal absolu sur terre), ma communication sera sans doute peu efficace pour la choper.

Si l'objectif c'est de pécho cette fille a tout prix ben peut être que je pourrais faire abstraction, ou détourner le sujet ou autre.

Ce que l'on veut influence quand même un peu la communication.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Ca va mieux en le disant le 15.08.14, 10h01 par Thedaze
J'ai l'impression qu'on a dévié du sujet d'origine.
L'idée de base revient à penser hors du cadre pour trouver une solution optimale quand v deux solutions opposées et apparence nous conviennent pas. C'est bien et au final c'est juste faire un compromis.
Après on peut aller plus loin que ça mais ça devient compliqué de trouver une solution qui reste efficace dans demander trop d'efforts ou qui ne soit pas farfelue.

Pour ce qui est de la communication c'est autre chose.
La communication binaire et la classification liée vise à une certaine efficacité par simplification et facilitation de la prise de décision. Au prix de l'élimination des nuances qui existerait avec une classification plus fine.
Mais communication n'est pas logique. La logo va être le procédé de prise de décision.
La logique floue sort des scripts mais au prix de l'imprécision et de l'incapacité à se reproduire de manière constante souvent suivant son degré de flexibilité, qui va de la prise de décision aléatoire -qu'on ait deux ou vingt choix- ai raisonnement très logique qui fait intervenir différents paramètres. Un algorithme en somme mais avec une part d'aléatoire.

L'algorithme rigide a quand même son utilité.
C'est ce qu'on essaie de plus en plus d'introduire dans les professions de type médicale ou dans la gestion d'urgence pour standardiser et être sûr que la décision est optimale et rapide. Au prix du sacrifice de la zone floue où les solutions standards ne vont pas être adaptées ou plus risquées. Mais en l'espèce c'est un cas très rare et qu'on tend à minimiser et ça vise à éliminer l'absence de prise de décision par incapacité à choisir entre deux solutions dont on ne peut évaluer la pertinence (puisque là on te dit laquelle est la bonne et ça a été évalué scientifiquement) et aussi les biais d'évaluation humain, le premier étant qu'on peut avoir notre méthode préférée (ce qui pour gérer une urgence médicale peur être gênant si ça fait chuter tes chances de survie de 20% juste parce que le mec aime pas faire les sutures de la manière préconisée), le second étant qu'on peut avoir un complexe de supériorité qui nous ferait penser qu'aucune solution proposée n'est bonne (après qu'en fait on est juste incapable de voir pourquoi l'une est bonne et l'autre non. Ce qui en dit long sur notre capacité à gérer le problème efficacement) et qu'on va en utiliser une qui sort vraiment du manuel (ce qui veut généralement dire que c'est testé et approuvé comme étant merdique).
Forcer un processus de décision standard n'est souvent pas un mal. Même si évidemment il y a une petite zone où sortir du manuel est bien (mais le problème est qu'on a tendance à surévaluer cette zone, ou à vouloir être "libres"de nos choix quand c'est important parce qu'on veut avoir l'emprise sur notre destin.
Alors que suivre un algorithme c'est toujours un choix. Et c'est souvent le meilleur là où c'est imposé.

Pour revenir à la binarité, proposer un choix binaire et utiliser une logique binaire (ce qui ne va pas toujours ensemble) sert perversement à dissimuler tous les choix qui ne conviendraient pas à un interlocuteur et lui permet en plus de jouer l'émotion en plaçant son choix comme bon et l'autre comme étant mauvais.
Alors qu'il peut y avoir d'autres bons choix ou que son choix n'est pas bon mais seulement meilleur relativement au pire.
C'est comme ça qu'on nous fait sympathiser avec des héros de film qui prennent la troisième option pourtant évidente parce que le méchant leur propose 2 solutions pourries. Solution n°3 évidente mais artificiellement poséecomme le truc que tout le monde ne ferait pas.
Alors que les spectateurs de base se disent tous "j'aurais fait comme ça".
Mais évidemment ce n'est pas toujours pervers et manipulable.
à la base ça permet juste d'orienter la motivation et l'action, notamment dans des phénomènes de survie.
C'est pour ça qu'il est si facile de faire jouer l'affect dans nos choix, les structures impliquées dans la prise de décision ne sont pas réservées à la logique.

Maintenant appliquer ça comme un mode de vie Ok, mais de manière optimale. Parfois se poser la question entre x choix c'est tergiverser.
Et quant à appliquer ça à la communication en séduction ça peut revenir à plusieurs choses:
-y aller/ne pas y aller/trouver un moyen détourné d'aborder.
-lui montrer notre intérêt/ne pas lui montrer/envoyer des signaux mixtes.
Mais en dehors de ça j'ai honnêtement du mal à voir en soi ça s'applique à la séduction en dehors du fait d'avoir un lifestyle différent/moins carré et d'avoir des décisions moins attendues.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+2] Constructif le 15.08.14, 10h07 par Thedaze
Owen a écrit :C'était trop technique pour moi, là... :)
Je vais reformuler alors :)

Plus tu as été amené à faire des choix, plus tu as d'expérience. Cette expérience se rappelle à ta mémoire à chaque fois que tu as a faire un choix via les champs de conscience. Normalement, tes choix sont faits pour que tu en retires du plaisir.

Si tu as déjà fait un choix similaire qui t'a plu précédemment, tu réagiras de la même manière.

Dans le cas contraire, tu essaieras de trouver une nouvelle solution via un autre choix. Ce qui t'amènera à une nouvelle expérience, donc un nouveau champ de conscience. Trouver une autre solution n'est d'ailleurs pas obligatoire. En psychologie, certains travaux disent qu'on répète une erreur jusqu'à la dépasser : http://fr.wikipedia.org/wiki/Compulsion_de_répétition
Owen a écrit :Eh bien par exemple mon objectif c'est de choper des filles avec qui j'ai une vraie interaction qui m'interesse. A partir de là, si elle est binaire et que je sens que ca me casse les couilles (car j'ai du mal à supporter le manichéisme que j'accuse d'être le mal absolu sur terre), ma communication sera sans doute peu efficace pour la choper.

Si l'objectif c'est de pécho cette fille a tout prix ben peut être que je pourrais faire abstraction, ou détourner le sujet ou autre.

Ce que l'on veut influence quand même un peu la communication.
Et l'amener à voir "qu'elle est binaire" sur le sujet dont vous parlez ? Ça peut être un bon sujet de communication. Qui en plus te mettrait en valeur par rapport à ton objectif. Tu développerais l'interaction, la communication et ta valeur sociale perçue.
Outkast a écrit :L'idée de base revient à penser hors du cadre pour trouver une solution optimale quand v deux solutions opposées et apparence nous conviennent pas. C'est bien et au final c'est juste faire un compromis.
Donc nouveau choix, et nouvelle expérience.
Outkast a écrit :Un algorithme en somme mais avec une part d'aléatoire.
La vie ? ... Nan, j'déconne :P Image
Outkast a écrit :L'algorithme rigide a quand même son utilité.
C'est la loi de pareto, ou 80-20, beaucoup utilisée en entreprise : http://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_de_Par ... babilités)

80% des effets se reproduisent très souvent. C'est pour ça que jouer sur les 20% est intéressant, parce que ça te démarque, si je ramène à la séduction par exemple : ne pas faire comme les autres.
Vouloir se démarquer quand quelque chose marche c'est souvent improductif.
On arrive rarement à une innovation. Les choses qu'on tente en croyant faute original et nouveau ont souvent été testées et ont échoué.
En séduction ça peut amener à être bizarre.
Vouloir se démarquer quand quelque chose marche c'est souvent improductif.
On arrive rarement à une innovation. Les choses qu'on tente en croyant être original et nouveau ont souvent été testées et ont échoué.
En séduction ça peut amener à être bizarre.
Outkast a écrit :Vouloir se démarquer quand quelque chose marche c'est souvent improductif.
J'ai écris "jouer sur les 20%", pas s'y cantonner Image

Ramenons à la séduction. Tu déroules une méthode censée marcher pour capter l'intérêt de la femme (je vais à l'extrême, disons les 80%). Qu'est-ce qui va te différencier des autres gars qui déroulent eux aussi cette méthode ?
Outkast a écrit :On arrive rarement à une innovation. Les choses qu'on tente en croyant faute original et nouveau ont souvent été testées et ont échoué.
A titre personnel, comment te fais-tu ta propre expérience alors ?
La réduction binaire, c'est la réduction de l'échange a l'opposition " je suis de gauche, si tu es de droite, alors nous sommes en opposition ", et donc, au campement des positions par la négation de la complexité d'une pensée opposée, dont on a en tout a découvrir par l'échange et l'écoute, même virile et passionnée. On parle de réduction Ad Hitlerum, Owen a conceptualisé la réduction Ad Bipolarité ou Ad Binarité.

Je te réduis a la case abstraite dans laquelle je viens de te ranger, en langage subliminal, cela revient a dire : tu deviens mon adversaire. C'est associé une personne a la représentation abstraite qui est attachée a cette case dans notre imaginaire, c'est extirper, inconsciemment, par ce cheminement, des déductions et des procès d'intention sur la pensée d'un être que l'ont ne connait pas, mais que l'ont vient pourtant de foutre dans un placard en l'assimilant a tous ce qu'il y a dedans.

Je suis contre le mariage homosexuel, ce serait pourtant déplacé de me réduire a l'état de " réactionnaire " et de rentrer dans une opposition totale si l'ont se considére " progressiste ", de déduire mon mode de pensée sur ces sujets, par une extension sur ma personne de préjugé, de représentations abstraire, simplificatrice et faussée qui sont assimilé généralement aux " réactionnaires ", sans savoir pourtant que je peux aussi être " progressiste "

Certains vont a l'extrême dans cette simplification en coupant court a tout échange : tu es contre le mariage homosexuel, tu es donc un réactionnaire, les réactionnaires sont méchants et homophobes, je ne discute pas avec les homophobes, tu est donc un connard. Pour donner un exemple caricaturale et être sûr de bien faire comprendre ma pensée : tu es nationaliste ( activation d'une représentation du nationalisme dans l'esprit du contradicteur ) : je ne discute pas avec les nationalistes car ce sont des nazis ( mise en place d'une déduction par extensions faussées sur une personne dont on ne connait même pas le discours ).Ou comment divisé par la réduction, niant de fait l'infinie subtilité de l'être humain, et l'importance de l'échange, de l'écoute sans déduction associé à nos représentations binaire.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Instructif le 18.08.14, 01h33 par Snow679
sebz9999 a écrit : Je suis contre le mariage homosexuel, ce serait pourtant déplacé de me réduire a l'état de " réactionnaire " et de rentrer dans une opposition totale si l'ont se considére " progressiste ", de déduire mon mode de pensée sur ces sujets, par une extension sur ma personne de préjugé, de représentations abstraire, simplificatrice et faussée qui sont assimilé généralement aux " réactionnaires ", sans savoir pourtant que je peux aussi être " progressiste "

Certains vont a l'extrême dans cette simplification en coupant court a tout échange : tu es contre le mariage homosexuel, tu es donc un réactionnaire, les réactionnaires sont méchants et homophobes, je ne discute pas avec les homophobes, tu est donc un connard. Pour donner un exemple caricaturale et être sûr de bien faire comprendre ma pensée : tu es nationaliste ( activation d'une représentation du nationalisme dans l'esprit du contradicteur ) : je ne discute pas avec les nationalistes car ce sont des nazis ( mise en place d'une déduction par extensions faussées sur une personne dont on ne connait même pas le discours ).Ou comment divisé par la réduction, niant de fait l'infinie subtilité de l'être humain, et l'importance de l'échange, de l'écoute sans déduction associé à nos représentations binaire.
Tu parle surtout du reflexe de Pavloff qui fait saliver un chien si il reçoit un stimulie qui le pousse à cette réaction involontaire.

Le fait est que tu ne peux pas débattre voir "raisonner" une personne qui suit une idéologie basé sur l'affectif et l'émotion et non sur la réflexion.
Malheureusement depuis que les politiques ont cessés de faire de la réflexion pour juste faire de la com, ça a complètement détruit la notion de nuances.

Image

Tu peux très bien camper sur tes positions et discuter avec quelqu'un de tout aussi affirmatif sans que ça passe par l'opposition, ça s'appelle un débat (pour de vrai rien à voir avec les talk show politiques modernes).

Malheureusement ça demande du temps, de la patience, de bien connaître son sujet et que la personne en fasse se prête au jeu. Et c'est de plus en plus rare d'y venir dans un monde moderne ou tout est en QCM prêt à l'emploie etc.

Maintenant dans la vie de tout les jours, concernant nos actions personnels il y a en vérité une multitude de solutions combinables comme sur la route il y a toujours plus d'un itinéraire pour rejoindre un lieu. Chercher à diversifier ses choix ça commence peut-être par ne pas alternet entre deux sandwichs du même kebab le midi :wink:
Parler avec des arguments pour convaincre et pas persuader (utiliser les sentiments pour pousser une personne à faire des choix) c'est un idéal.

Dans la réalité aujourd’hui hormis les personnes qui ont étudié les sciences humaines (droit/ histoire / économie/ politique) ont à des connaissances vraiment rudimentaires pour analyser les évènements et parler de politique.
Répondre