Elargir son cercle social et y prendre plaisir

Note : 86

le 19.08.2014 par Blusher

17 réponses / Dernière par Blusher le 21.05.2016, 14h05

Si vous voulez refaire le monde, c'est ici.
Règles du forum
Pas de politique sur FTS svp, ce n'est pas l'endroit. Pas non plus de sujets religieux ou à forte dimension idéologique / polémique (le féminisme et ses excès, la sexualité des - de 15 ans, le mariage pour tous; ...) et tout autre sujet chaud et glissant dont on sait qu'il attirera les trolls et partira forcément en sucette au bout de 2 pages. => on n'est pas là pour refaire le monde, ni pour s'embrouiller les uns les autres : laissons les saloperies à l'extérieur, et tâchons de préserver le havre de paix et de relative intelligence qu'est FTS. Voir la liste des sujets interdits pour plus d'infos et d'explications sur les raisons de ces interdits.
Répondre
Mon récit commence par un dimanche pluvieux. Il faut bien commencer quelque part. Cela fait quelques semaines, presqu’un mois et demi que je ne suis pas allé jouer au billard. Une éternité. Un ami m’envoiie un message pour m’avertir d’un tournoi. Je me fais un peu violence et je sors donc sous la pluie pour me rendre au club.

Au final j’y suis resté toute la journée et cela a lancé un mouvement qui a culminé 24 heures plus tard.

Si on devait trouver une métaphore: c'est en somme l'histoire d'une chute de dominos.

Image

Non seulement, j’ai joué une vingtaine de parties mais surtout ce fut l’occasion de renouer avec les potes que je me suis fait là-bas. Notons au passage qu’en bon habitué, je suis aussi devenu copain avec les staff notamment une barmaid très cool.

Autour de la table un esprit de saine compétition. N’étant pas le meilleur joueur du club, les autres n’hésitent jamais à me donner des conseils et chacun s’encourage. Un vrai plaisir quand la compétition ne prend pas le pas sur la bonne entente.

Entre deux parties, je remarque à une autre table un pote de pote et je vais le saluer. Il me présente à ses amis venus passer le week-end à Amsterdam. Nous faisons connaissance, ils sont de Casablanca et il se trouve que reçois également pour quelques jours une amie qui y habite. Je propose deux choses : d’une qu’il rejoigne le tournoi en cours de route et de deux qu’on se voit tous ensemble le lendemain avec nos invités de Casablanca.

Je l’ai donc présenté aux autres joueurs et lui m'a présenté à sa copine et à ses potes. Nous avons convenu de nous voir en fin de journée chez moi. Autour d’une bière nous avons également découvert des goûts musicaux communs et une passion pour la guitare. Je suggère de sortir les grattes quand ils viendront à la maison. Rendez-vous est donc pris pour une petite jam session à la maison.

Puisque c’est un pote de pote, je me fends bien sûr d’un message à ses amis pour les convier aussi. Plus mes amies de passage à Amsterdam (et les siens) cela fait déjà une bonne dizaine de personne. Rajoutons à ça deux joueurs de billard qui tâtent un peu de la gratte et on est plus près de la quinzaine.
Perdu pour perdu j’envoie quelques autres messages. A des potes, à des copines, certains et certaines que je n’ai pas vu depuis longtemps et qui apprécient que je les invite. ("Merci JB, c'est adorable de continuer à m'inviter. Je suis désolée de rater tes soirées.") Même ceux et celles qui ne pouvaient pas se libérer me remercie d’avoir pensé à eux/elle. Le contact est repris et c’est déjà beaucoup pour garder un cercle social actif.

Pendant la journée de lundi, je passe dans un magasin de guitare de mon quartier où j’ai mes habitudes. J’achète quelques jeux de cordes pour la jam session du soir. Le mec me reconnaît et me salue en Français. Au moment de régler, je remarque des flyers d’un bar de musique live situé dans ma rue. Je lui dit :

« Tiens, j’habite juste à côté. »

Lui : « Je peux te demander un service ? Nous organisons une scène ouverte dimanche prochain, je peux te donner quelques flyers et un poster à remettre au patron du bar. »

Moi : « Pas de problème, donne m’en plusieurs je les déposerai dans des bars du quartier. »

J’en profite donc pour passer dans quelques une de mes adresses du quartier. Je tape la discute avec les patrons de bar et ils acceptent d’afficher les posters et flyers pour l’événement. C’est toujours ça de pris.

Je rentre chez moi, change les cordes de trois grattes. Mes copines partent acheter des bières et des pizzas pour les invités et je sens monter l’excitation liée à ce genre de fête improvisée qui égaie un lundi.

J’installe les amplis. Zut, un jack a rendu l’âme. Le magasin est fermé. Je vais au bar musique live. Il me prête un jack et m’informe qu’il n’a pas de groupe prévu ce soir-là et qu’on est les bienvenus pour animer la soirée. Finalement on ne le fera pas cette fois mais l’invit’ était sympa. En remontant les escaliers de chez moi, je croise une amie de mes nouveaux voisins Français et je la préviens qu’on fera peut-être un peu de bruit. Elle me lance :

« Au pire, on peut vous rejoindre ? »

Moi : « Oui, bien sûr. »

A ce stade, je ne sais même plus combien de personnes sont invitées et ça commence à me faire penser à Project X.

Image

Heureusement, ce n’est pas allé jusqu’aux excès du film. Ce fut même très bon enfant.
Je ne crois pas m’avancer en disant que personne n’a été déçu. Pour une idée lancée 24 heures plus tôt de jouer un peu de gratte, nous nous sommes retrouvés à remplir l’appart et à chanter jusque tard.

Pourquoi je vous raconte ça ?

Parce que j’y vois quelques éléments qui me semblent pertinents quand je lis les messages de personnes qui peinent à étoffer leur cercle social et à faire des rencontres (pas qu’avec la gente féminine d’ailleurs).

1) Le jeu rapproche les gens
Depuis que je me suis mis au billard en partant d’un niveau zéro, je ne compte plus le nombre de potes que je me suis fait. Je leur ai présenté des amis et eux m’en ont présenté.

La musique c’est pareil. Quand on improvise ensemble on est comme des gosses. D’ailleurs pas besoin d’être un grand musicien. Tout le monde chante. L’un est chargé de faire défiler les paroles de la chanson sur l’écran. Une autre fait un rythme simple sur une boîte à rythme.

Ou encore, nous faisons tourner trois accords et chacun doit contribuer deux phrases pour faiire avancer l’histoire de la chanson en s’efforçant de faire rimer les phrases.

Résultat : nous avons chanté l’histoire d’un mec qui va à une jam session chez JB et qui se retrouve avec un tatouage sur le visage. On a fini tous pliés de rire.

2) Faites partie de la vie du quartier

Image

C’est toujours bon de taper un peu de discute avec les commerçants de votre quartier. Think local !

http://www.psychologytoday.com/blog/rai ... ing-luck-0
http://www.medicaldaily.com/londoners-u ... and-mental

Les bénéfices de conversations au quotidien avec des inconnus ne sont plus à démontrer. Cela vous entraîne à briser la glace et à taper la discute facilement en parlant de tout et de rien. De vraies amitiés peuvent naître comme cela d’ailleurs. Ces compétences sociales vous seront toujours utiles de toutes façons

La semaine dernière, c'était après que le chat du voisin soit tombé du balcon. J'ai averti son propriétaire et je l'ai aidé à accéder à la cour pour le récupérer. Des petites choses comme ça.

Mon plus vieux pote à Amsterdam est un voisin Français à qui j'ai proposé de nous rejoindre pour mater un match de coupe d'Europe. Il suffit de pas grand chose.

3) Présentez des gens aux gens et les gens vous présenterons des gens.
Plus vous rencontrerez de personnes plus vous pourrez présenter de gens à d’autres gens qui vous en sauront gré.

Peu importe d’ailleurs que vous ayez rencontré une telle en draguant dans la rue et tel autre au boulot. Ce qui compte c’est qu’ils se trouvent des points communs. Et plus vous connaîtrez de monde plus vous décèlerez de choses sur lesquelles ils peuvent se rendre des services. Ou des célibataires qui cherchent l’âme sœur et à qui vous pourrez présenter un pote ou une copine.

Je le signale parce que souvent englués dans une mentalité de rareté et de manque, certains et certaines rechignent à « partager » leurs contacts en pensant que ça en fera « moins pour eux ». Erreur.

Cela ne fait que vous enfermer dans une logique de compétition plutôt que de coopération. Résultat des courses hier, de nouveaux potes se sont fait des potes qui sont des anciens potes et je ne compte plus le nombre d’amis et d'amies qui ont fini par coucher ensemble après une soirée à la casa.

Parfois, je les présente sur la base d’un détail et je les laisse de démerder.

« Machine joue aussi aux échecs depuis quelques années. »

« Ah oui, moi aussi, tu joues souvent ? etc. »


4) Osez être l’organisateur

Image

(le canapé en peau de zob et la robe de chambre sont optionnels)

Surtout un lundi ou un dimanche soir, nombreux sont ceux ou celles qui ne diraient pas non à un peu d’activité sociale plutôt qu’à se mater une énième série seul sur le canapé. D’autant que ces soirées ne coûtent rien, sinon un pack de bière ou une bouteille de vin pour ne pas arriver les mains vides.

Les premières fois, ne soyez pas trop déçus si vous n’avez que quelques personnes à votre soirée. En tout cas ne le montrez pas, au contraire soyez reconnaissants que ceux-là aient fait le déplacement. Ce sont des VIP et des gens qui seront à toutes les suivantes si vous les avez bien accueillis.

Et les personnes que vous invitez ne manqueront pas de vous faire signe pour leur pendaison de crémaillère ou leur anniversaire.

5) Gardez en entretenez le contact

Image

Pas d’excuses de ce côté-là, entre Facebook, les téléphones portables, snpachat, doodle etc. il n’a jamais été aussi facile de garder et d’entretenir le contact.

6) Recrutez activement
Cela ne coûte qu’une minute à la fin d’une conversation d’échanger les contacts Facebook pour une soirée à venir. Même si vous venez juste de vous rencontrer prenez le contact, c’est peut-être le début d’une amitié.

« Je dois filer mais c’était cool. On se prend un verre »

« on se fait une partie de billard, à l’occasion »

ou « j’ai une soirée dans deux semaines file moi ton FB je t’enverrai une invit’. »


Sur x invitation vous aurez parfois qu’un faible pourcentage qui sera libre, surtout si comme moi vous aimez improviser à la denrière minute. Autant taper large 

7) Et les filles dans tout ça ?
Quand vous avez la valeur sociale du mec qui peut égayer un dimanche pluvieux ou une soirée de semaine et présenter les uns aux autres des gens intéressants, il y a fort à parier que certaines vous montreront des signes d’intérêt sans que vous ayez la sensation de devoir draguer activement. Petite note en passant, accueillez les personnes à la porte si possible et n'hésitez pas à vous présenter comme le maître de maison. ("C'est chez moi." "J'ai eu l'idée d'organiser cette petite soirée.") Rien de pire que le mec qui se laisse marcher sur les pieds chez lui :D Confiez des petites tâches aux invités pour ne pas à tout avoir à faire tout seul. ("tiens, vous pouvez acheter des gobelets chez l'épicier du coin on en a plus." "Tu peux mettre les bières au frais s'il te plaît, je vais aller ouvrir à Machin.")

Certes certaines invitées auront été rencontrées via une approche « à froid » mais une fois à votre soirée vous serez en confiance et suffisamment distraits par toute cette activité pour ne pas avoir l’anxiété que ressentent certains au moment d’un rendez-vous de type date-entretien d’embauche. Au passage, assumez complètement le fait de vous être rencontrés dans un parc, en faisant les courses, dans la rue ou sur Tinder. Il n'y a pas de rencontres honteuse.

En conclusion:

Voilà, j’ai écrit tout ça d’un jet à la suggestion d’une amie. J’espère que le propos est clair et surtout que cela vous sera utile. Si je devais résumer, il s’agit vraiment de passer d’une optique de rareté à une forme d’abondance en coopérant davantage et passant par le jeu et la fête et surtout en voyant chaque personne comme une occasion d’insuffler de l’énergie à votre cercle social et à votre vie en général.

Tout le monde est gagnant au final !

Challenge:

Organisez une soirée ou une sortie le week-end prochain et racontez nous ici comment ça s'est passé!
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+3] Bonne idée ! le 19.08.14, 14h37 par Thedaze
  • [+3] A lire le 19.08.14, 14h42 par Ash
  • [+3] Like ! le 19.08.14, 15h09 par John_Rimbault
  • [+3] Like a boss ! le 19.08.14, 18h07 par Axelos
  • [+2] A lire le 19.08.14, 18h26 par artic76
  • [+1] Like ! le 19.08.14, 19h48 par Sclavie
  • [+3] Encore! le 19.08.14, 22h21 par Hydrogene
  • [+1] Instructif le 19.08.14, 23h53 par RosieRosette
  • [+2] Sympa :) le 20.08.14, 00h55 par Onmyoji
  • [+3] A lire le 20.08.14, 08h09 par Crooked
  • [+3] A lire le 20.08.14, 08h49 par splifstarz
  • [+1] A lire le 20.08.14, 20h20 par Puzzl3d
  • [+3] Encore! le 25.08.14, 17h52 par Sathinelilly
  • [+1] Instructif le 25.08.14, 18h43 par Syndr0me
  • [+1] Encore! le 26.08.14, 23h32 par enobe
  • [+1] A lire le 08.10.14, 00h46 par LittleBoy
  • [+1] Like a boss ! le 04.06.15, 21h39 par Couteau2000
  • [+2] Très intéressant le 05.06.15, 22h34 par Iskandar
  • [+3] Cool le 21.05.16, 15h56 par Mr.Smooth
  • [+3] Pertinent le 21.05.16, 18h22 par mistermint
  • [+3] A lire le 21.05.16, 19h27 par Alea
  • [+3] Enorme ! le 21.05.16, 19h41 par Syd_
  • [+3] A lire le 23.05.16, 14h01 par Jsh
  • [+1] 100% d'accord le 25.09.16, 18h41 par Letoulousain
  • [+1] 100% d'accord le 23.10.16, 23h49 par Dan0026
  • [+1] A lire le 29.11.16, 19h25 par Alchemist
  • [+3] Constructif le 02.05.17, 23h34 par Baijin
  • [+1] A lire le 31.10.17, 00h36 par Moumane
Excellent article !
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Merci ! :) le 19.08.14, 14h51 par Blusher
C'est ce que j'ai fait pendant très longtemps. J'avais une valeur sociale très élevée (beaucoup d'amis et de potes, invité partout et ça me vaut encore aujourdh'ui de faire beaucoup de soirées alors que je ne suis plus étudiant depuis trois ans) mais je n'ai jamais pu en faire quelque chose sur le plan sexuel ou sentimental. J'ignore ce qui cloche.
Tu as déjà flirté à l'une de ces soirées? :roll:
Super démonstration à partir d'un vécu bien sympathique. Oui! C'est l'effet boule de neige, l'occasion qui crée des occasions.

J'en ai une dans la même veine :D

Cet après-midi, rendez-vous médical chez un spécialiste à 16h. J'arrive à 15h50 en pensant en ressortir vers 16h30, malheureusement, la salle d'attente est pleine! Il reste juste une chaise pour moi, ouf, c'est déjà ça.
Il fait dans ce petit local sans fenêtre, une chaleur épouvantable et il y règne un silence de morts. Je ne tarde pas à suffoquer et je sors mon agenda pour m'éventer en soupirant de toute mon âme ce qui me vaut quelques regards en coin du genre "qu'est-ce qu'elle a à s'agiter celle-là, elle ne peut pas rester figée comme tout le monde?

Sinon, personne ne se regarde, il y a ceux qui fixent obstinément un point sur le mur, ceux qui s'absorbent dans leur magasine, ceux qui auscultent leurs chaussures etc... Du coup, je sors mon portable et je me réfugie dans la communication virtuelle, comme quelques autres, d'ailleurs.

Après un petit quart d'heure, plus de batterie, pas envie de lire, je lève les yeux et me retrouve dans mon musée Grévin version "faites le plus la G... possible".
Je me tourne alors vers ma voisine de droite et lui demande à quelle heure elle avait RV, ma voix résonne comme un coup de tonnerre, toutes les têtes se tournent vers moi avec dans les regards comme une franche lueur d'effroi.

La dame me répond d'une voix éteinte et reprend vite sa pose. Or il se trouve que son RV est à la même heure que le mien, ce que je m'empresse de déclarer d'une voix semi-indignée et forte cette fois, ayant pour effet de faire de nouveau converger tous les regards mais je les trouve un peu plus animés.

Et là, un couple nous explique qu'il attend depuis 1h et a fait 4h de route pour venir, il s'en suit une conversation à bâtons rompus où chacun explique son cas, puis ses soucis, on en vient à se dire où on habite, certains dans le même quartier, la conversation dévie à toute allure sur des choses personnelles, rigolotes, et c'est comme si on était tous devenus une bonne bande de potes attablée au café du coin.

Je suis passée 2h après mon arrivée mais je ne les ai pas vu défiler et je suis repartie avec 2 numéros de tel!
Voilà, c'était un petit récit qui , je le crois, ressemble un peu à celui de Blusher et je vous ferais grâce de toute analyse car il l'a déjà faite avec brio.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Like ! le 19.08.14, 20h39 par Blusher
  • [+1] A lire le 20.08.14, 10h25 par Marshall Ombre
  • [+1] Sympa :) le 05.06.15, 22h35 par Iskandar
J'ajoute sur Facebook chaque personne que je rencontre dans cette optique, et au final je me retrouve avec 300 amis et je parle avec aucun d'entre eux :?
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] C'est balot le 20.08.14, 14h49 par Blusher
  • [0] VDM le 04.06.15, 21h40 par Couteau2000
Astapunk a écrit :J'ajoute sur Facebook chaque personne que je rencontre dans cette optique, et au final je me retrouve avec 300 amis et je parle avec aucun d'entre eux :?
Si je prends mon exemple de cet après-midi, on m'a donné 2 numéros de tel, c'était des personnes avec qui j'avais le plus accroché dans la discussion, donc avec un soupçon d'affinité possible, je ne suis pas repartie avec les 10 tel des personnes présentes, quelle utilité?

D'autre part, maintenant que j'ai ces tel, si je souhaite élargir mon cercle d'amis voire tenter une relation, je vais rappeler sans trop tarder et reprendre le dialogue en faisant en sorte que cela crée une nouvelle occasion de se revoir.
Si je veux me contenter de ce bon moment, je ne rappelle pas.

Ce que je veux dire c'est qu'après avoir eu les coordonnées, il faut poursuivre activement (je crois qu'il y a plein de conseils pour cette démarche sur le forum)

Après, je n'utilise pas facebook, peut-être que c'est moins évident que par tel... :wink:
N'étant pas un fan des réseaux, j'ai mis longtemps à prendre les contacts spontanément, je voyais ça comme une perte de temps, sauf si l'on avait eu une vraie conversation.

Car d'expérience, prendre le facebook seul n'est pas suffisant.
Il faut avoir créé un lien, savoir avec quoi on peut impliquer l'autre,
par quel domaine il peut être intéressé.
Il faut avoir sympathisé, créé une connexion, ou simplement, avoir montré à l'autre qu'il a un intérêt à nous revoir, en première approche, si on ne peut pas faire mieux.
Sans cela, on reste avec des interactions très creuses, plus encore si elles se poursuivent sur le réseau, à moins que l'on fasse le "travail" de découvrir ensuite l'autre et s'y intéresser, et créer une intimité par ce biais.

Car si c'est vrai que la plupart des gens vont marcher à l'émotion et qu'il va suffire d'avoir passé avec eux un bon moment, ri un peu et bu quelques verres,
c'est un processus qui se répète très souvent quand on a une vie sociale active, et certaines personnes ont une réserve à "poursuivre" si l'on a pas créé un vrai lien avec eux, au delà de moments superficiels.

D'ailleurs, il faut avouer qu'il y a un certain mimétisme dans une relation à ce niveau, plus on a de réserve, plus ça peut se communiquer aux autres s'ils ont un sentiment ambigu.

Mais j'ai appris à force qu'il ne faut pas pour autant se limiter si l'on pense que l'on peut avoir un contact productif,
la curiosité et la connivence peuvent venir plus tard, justement au travers d'un évènement qu'on organise.
Et puis l'abondance génère des opportunités, les autres aussi organisent des évènements, postent des choses, rebondir dessus et donner de l'intérêt peut permettre de développer la relation.
Donc, si tu ne parles pas à ses contacts, tu peux très bien organiser des évènements en les invitant, pour reprendre là où tu les as laissés.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Intéressant le 20.08.14, 01h52 par Sclavie
  • [+3] A lire le 05.06.15, 22h36 par Iskandar
Retour d'expérience du même genre:


A mon dernier oral, j'arrive un peu en avance et aborde direct 2 nanas et un mec de l'école pour discuter un peu avec eux, me détendre et prendre quelques derniers conseils, on sait jamais. Déjà, la curiosité humaine attire quelques regards.

Puis j'avance vers mon groupe et je vous une fille que je connaît vite fait. Mais vraiment vite fait, genre on s'est croisé 2 fois. Je m'avance vers elle et lui fait la bise en demandant comment elle va. Et là, naturellement, la fille assise à côté d'elle me laisse sa place sans même que je lui parles.

Enfin, on nous amène dans une salle à part pour être "coupés du monde". Les gens commencent à s'installer à diverses tables. Je m'éclaircie la voix, quelques regards se tourne et vers moi et je propose de rapprocher les tables pour qu'on tous ensemble autour d'un même point. Bingo, les gens trouvent que c'est une bonne idée.

Truc drôle: une fois cela fait, les regards se tournent encore vers moi, comme si les gens attendaient de moi que je lance la conversation. Ma foi, pas de problème.


Résultat:

La dame qui se chargeait de venir nous chercher à tour de rôle à demander de qui était l'idée. J'ai voulu dire que ça s'était fait naturellement mais les doigts des autres m'ont pointés.
"C'est très bien jeune homme, c'est la première fois que je vois quelqu'un faire ca. Ça montre que vous avez l'esprit d'équipe, j'en toucherai un mot au jury".
J'adore.

Et reparti avec 3 FB.





La simplicité et la spontanéité font une sacré équipe.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Like ! le 20.08.14, 11h08 par Sclavie
  • [0] Like ! le 20.08.14, 11h34 par Blusher
  • [+1] Intéressant le 05.06.15, 22h38 par Iskandar
spontanéité et simplicité, oui, je crois que c'est un cocktail "gagnant" pour tout le monde.

Ceci dit, on n'a pas tous des tempéraments de leaders ni tout le temps. On n'est pas toujours forcément en forme pour faire cela.
Je crois que ça doit rester spontané, en effet et venir naturellement parce qu'on en a envie à un instant T mais pas à prendre comme une attitude obligée et permanente pour se faire des relations... Ne pas se forcer à jouer ce rôle comme une recette infaillible alors qu'il ne colle pas avec notre personnalité ou nos états d’âme du moment.

Je ne dis pas ça par rapport à ton récit splifstarz :) mais juste parce que cette réflexion me vient à l'esprit...

Je pense qu'il n'est pas indispensable d'avoir l’âme d'un leader ou d'un animateur pour élargir son cercle relationnel, d'ailleurs, si tout le monde l'était ce serait surement une joyeuse pagaille!

Rester soi-même, comme je le lis souvent sur FTS, mais en cultivant du mieux possible une attitude d'ouverture aux autres, un état de sympathie, maintenir latent ce désir de communiquer et saisir la balle au bond quand elle se présente...
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Constructif le 20.08.14, 11h35 par Blusher
  • [+1] 100% d'accord le 25.08.14, 17h49 par Sathinelilly
  • [+1] Post de qualité le 05.06.15, 22h39 par Iskandar
Hey Splifstarz,
splifstarz a écrit :La dame qui se chargeait de venir nous chercher à tour de rôle à demander de qui était l'idée. J'ai voulu dire que ça s'était fait naturellement mais les doigts des autres m'ont pointés.
T'as rien compris, ils t'ont juste balancé en pensant que tu allais être puni et recevoir des mauvais points :lol: :lol:
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] lol le 20.09.14, 19h29 par Miel
  • [0] lol le 05.06.15, 22h40 par Iskandar
Pour illustrer la théorie des dominos, ou la "théorie de l'embuscade" dans mon jargon, le film Yes Man avec Jim Carrey.
C'est développé à l'extrême, mais ça donne une idée (et c'est un excellent film, en passant) :

[youtube][/youtube]
L'histoire de Blusher me fait vraiment penser a moi et la musculation bon c'est un sport et non un jeu m'enfin bon le principe est le même, sauf que moi le souci est que je ne vais pas juqu'au bout des échanges genre proposer un verre et tout.

Car quand j'ai commencer je connaissais personne dans la salle ,je n'étais pas habituer et au fur et a mesure que je m'étoffais et que je prenais de la masse et que par conséquent je reprenais confiance en moi ,et bien je disais bonjour a tout le monde,j'aidais les autres avec le developper-coucher et les mecs m'en remerciais etc...

Tant et si bien que maintenant que je connais tout le monde même les gros baraqués,mêmes les copines des baraqués et les copains des copains des baraqués ca peux aller très très vite ,ce qui est normal quelque part puisque quand on partage la même passion donc ca va plus vite.
Très bon article!
Blusher a écrit :Certes certaines invitées auront été rencontrées via une approche « à froid » mais une fois à votre soirée vous serez en confiance et suffisamment distraits par toute cette activité pour ne pas avoir l’anxiété que ressentent certains au moment d’un rendez-vous de type date-entretien d’embauche. Au passage, assumez complètement le fait de vous être rencontrés dans un parc, en faisant les courses, dans la rue ou sur Tinder. Il n'y a pas de rencontres honteuse.
Ca m'arrive une fois tous les 2-3 mois de rencontrer une ou plusieurs personnes, puis d'autres encore ainsi de suite dans la même soirée, puis de former une sorte de groupe alors qu'à la base je suis seul.
Et fatalement arrive THE question (souvent de la part des filles): "Mais au fait, d'où vous connaissez-vous?". Et quand la réponse tombe "De ce soir/d'il y a une heure/etc.", je trouve ce moment assez jouissif, surtout quand la fille a un moment d'arrêt d'une seconde pour comprendre que nous sommes pas une bande de potes depuis longtemps. Cela me fait chaque fois penser qu'il suffit juste de sortir de sa zone de confort et d'avoir la pêche pour passer et faire passer de bons moments.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Instructif le 05.06.15, 22h42 par Iskandar
  • [+1] Yep ! :) le 21.05.16, 14h00 par Blusher
Il y a tout de même un effet pervers dans tout ça qu'il faut savoir doser, c'est le degré de superficialité des rapports.

Il parait que c'est culturel d'après les dires des personnes vivant au dessus de la Loire, mais je suis dans une région ou le contact entre personnes ne se connaissant pas est dans la norme, et je me retrouve régulièrement dans des soirées ou une minorité de personnes se connaissent de longue date; il m'arrive assez régulièrement dans l'été d'atterrir chez des gens que je ne connais absolument pas, et ça donne des moments assez fous de surabondance de rencontres.

Mais les cercles sociaux sont peu soudés, et garder le contact n'est pas forcément une norme absolue. Ça fonctionne seulement si il y a un vrai dépassement de la superficialité de ces rapports là.
La terreur grandissante envahissant les gens de mon entourage à l'approche du réveillon de la St Sylvestre par exemple en est une illustration flagrante.

Il faut donc selon moi arriver à maintenir un équilibre, s'intéresser aussi réellement et sincèrement aux personnes qui donnent cette envie, et ne pas simplement rencontrer des gens juste pour l'énergie qu'elles apportent au cercle social.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Intéressant le 29.08.14, 19h06 par Blusher
  • [+1] Absolument le 30.08.14, 11h05 par Hydrogene
  • [+1] 100% d'accord le 28.09.14, 16h54 par Cellar Door
  • [+1] Intéressant le 29.09.14, 12h03 par splifstarz
  • [+3] Constructif le 05.06.15, 22h44 par Iskandar
Ça reste particulier parce que tu as déjà un cercle social élargi (et puis bon, relier des musiciens entre eux c'est juste hyper naturel), et de la meme manière qu'on ne prête qu'aux riches, tu rencontres plus facilement des gens quand tu en connais déjà.

Ceci dit, j'ai bien saisi le message, et a une autre echelle on peut tous le faire. Ce post correpond assez l'article "comment avoir de la chance" en fin de compte. Saisir les opportunités quand elles se présentent. Tout simplement.
Top article une fois de plus Blusher!
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Merci ! :) le 30.09.14, 21h27 par Blusher
Ceci dit, on n'a pas tous des tempéraments de leaders ni tout le temps. On n'est pas toujours forcément en forme pour faire cela.
Je crois que ça doit rester spontané, en effet et venir naturellement parce qu'on en a envie à un instant T mais pas à prendre comme une attitude obligée et permanente pour se faire des relations... Ne pas se forcer à jouer ce rôle comme une recette infaillible alors qu'il ne colle pas avec notre personnalité ou nos états d’âme du moment.
C'est trés intéressant de lire ça. L'article a été mentionné et je viens de le relire. Pendant l'hiver j'ai été plus casanier, j'ai moins socialisé et on perd l'habitude. Une forme d'inertie s'installe.

Or en relisant l'article un point impoortant m'a sauté aux yeux:
Cela fait quelques semaines, presqu’un mois et demi que je ne suis pas allé jouer au billard. Une éternité. Un ami m’envoiie un message pour m’avertir d’un tournoi. Je me fais un peu violence et je sors donc sous la pluie pour me rendre au club.
Autant c'est irréaliste de penser qu'on peut toujours être au top autant attendre d'être dans l'état optimal pour se bouger le cul, c'est lpiége par excellence. Parfois il faut se sortir les doigts du cul!
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Yesssss! le 21.05.16, 19h32 par Alea
Répondre