[A] De la spontanéité en séduction

Note : 11

le 28.08.2014 par Venusian

2 réponses / Dernière par Venusian le 28.08.2014, 20h27

Si vous voulez refaire le monde, c'est ici.
Règles du forum
Pas de politique sur FTS svp, ce n'est pas l'endroit. Pas non plus de sujets religieux ou à forte dimension idéologique / polémique (le féminisme et ses excès, la sexualité des - de 15 ans, le mariage pour tous; ...) et tout autre sujet chaud et glissant dont on sait qu'il attirera les trolls et partira forcément en sucette au bout de 2 pages. => on n'est pas là pour refaire le monde, ni pour s'embrouiller les uns les autres : laissons les saloperies à l'extérieur, et tâchons de préserver le havre de paix et de relative intelligence qu'est FTS. Voir la liste des sujets interdits pour plus d'infos et d'explications sur les raisons de ces interdits.
Répondre
Cela fait un bon moment que je réfléchis à un article sur la spontanéité, cet espèce de graal de beaucoup de séducteurs.

Pour commencer, ça peut paraitre très scolaire, mais si on regarde l'étymologie du mot spontané ou spontanéité, on y découvre que ça vient du mon latin sponte : volonté.

Il y a donc une notion de volonté, dans spontanéité, d'acte volontaire et le dictionnaire précise un peu plus la notion : "acte volontaire autonome".

Pour ne pas être redondant avec ce qui a été dit dans plus topics traitant du sujet, notamment celui-ci, je vais faire ici une approche plus psychologique et un poil plus théorique.

Je m'appuie principalement sur un article en psychologie d'Arthur Couch et Kenneth Kenison, largement retranscrit dans "Impro" de Keith Johnstone : "Yesayers and Neaysayers" , dans lequel après une expérience sur des questionnaires, ils ont réussi à dégager des constantes avec des personnes adoptant globalement un positionnement positif ou plutôt globalement négatif.

Yesayers : la spontanéité au cœur d'un processus psychologique


Selon l'étude, les yesayers ont une personnalité plutôt pulsionnelle, et l'une de ces deux caractéristiques :

- Il ne se préoccupent assez peu du contrôle interne de leurs impulsions
ou
- Ils ont une évaluation positive de leurs impulsions internes.


Autrement dit, ils ont très peu d'interférences entre leur désir sous-jacent et la réponse comportementale (il est question d'inertie psychologique, mais on va passer là dessus).

C'est la définition même de la spontanéité, mais chose beaucoup plus intéressante c'est que les yesayers recherchent en permanence l'excitation émotionnelle dans leur environnement.
Ils ont l'esprit aventureux en recherchant des stimuli externes : nouveautés, mouvements, opportunités, etc.
De plus, ils sont aussi réactifs à leur stimuli internes et laissent exprimer plus facilement que les naysayers leurs émotions.

Il n'y a qu'un pas pour en déduire que bonne humeur et spontanéité sont étroitement liés, et surtout on apprend que c'est toute une vision du monde qui favorise cette capacité, et pas seulement le rapport aux autres ou aux filles.

Les yesayers sont récompensés par les aventures qu'ils vivent.

Naysayers : la sécurité au coeur des motivations

Le côté obscur de la Force. Les naysayers sont évidemment un peu l'opposé, dans le sens ou c'est le contrôle permanent des impulsions qui gouvernent leur vie, et donc une grande inertie psychologiques.

Les impulsions apparaissent comme des menaces pour la stabilité psychologique pour le naysayer qui veut conserver un certain équilibre.
Elles subissent une série de délais, de censures, de barrières avant de pouvoir être exprimées ou engendrer un comportement.

Tous les stimuli interne ou externes sont d'abord examinés, analysés, et il y a une réticence constante à réagir à des impulsions ou des stimuli externes.

Et là, je parie que vous vous voyez tous plus ou moins en train de gamberger face à ce stimuli tant externe (la vue d'une jolie fille) qu'interne (le désir d'aller lui parler).

La récompense du naysayer est la sécurité.


Ces deux personnalités type sont des modèles, et il est évident que le monde n'est pas coupé en deux, bien que la très grande majeure partie de la population est plutôt naysayer parce que réagir spontanément aux stimuli "c'est pas bien", nous a-t-on appris.

Mais c'est une piste très intéressante pour s'améliorer pour devenir un peu plus "yesayer", en essayant dans un premier temps d'examiner attentivement quelles sont nos impulsions et nos désirs face à tout les simuli que nous pouvons avoir au quotidien pour réduire notre inertie psychologique.

Pour être plus spontanés, et notamment en séduction, c'est donc peut-être toute une vision du monde à modifier au delà de la recherche de spontanéité dans les rapports humains.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+2] Bonne idée ! le 28.08.14, 14h02 par Mr.Smooth
  • [+1] Like ! le 28.08.14, 17h09 par MaryeL
  • [+2] Instructif le 28.08.14, 17h17 par John_Rimbault
  • [+2] A lire le 30.08.14, 13h40 par Fate
  • [+2] A lire le 17.02.16, 16h05 par mistermint

T'as pas le droit de parler de Keith Johnstone !

Je peux mettre une vidéo ou il en parle lui-même si tu préfères :D

[youtube][/youtube]

Répondre