Les femmes dominatrices...

Note : 69

le 15.10.2014 par gettheone

66 réponses / Dernière par gettheone le 13.12.2014, 18h16

Si vous voulez refaire le monde, c'est ici.
Règles du forum
Pas de politique sur FTS svp, ce n'est pas l'endroit. Pas non plus de sujets religieux ou à forte dimension idéologique / polémique (le féminisme et ses excès, la sexualité des - de 15 ans, le mariage pour tous; ...) et tout autre sujet chaud et glissant dont on sait qu'il attirera les trolls et partira forcément en sucette au bout de 2 pages. => on n'est pas là pour refaire le monde, ni pour s'embrouiller les uns les autres : laissons les saloperies à l'extérieur, et tâchons de préserver le havre de paix et de relative intelligence qu'est FTS. Voir la liste des sujets interdits pour plus d'infos et d'explications sur les raisons de ces interdits.
Bonsoir

Je voulais avoir des avis à propos d'un type de femme assez particulier mais pas si rare que ça...Les femmes que l'on nomme "dominatrice" voir "castratrice".

Je n'ouvre pas ce sujet pour savoir d'où vient cette nature en soi, ou bien comment les repérer bien que ce soit intéressant d'y toucher deux trois mots quand même.

Ce que je voulais éclairer c'est surtout comment gérer une situation dans laquelle l'on rencontre une femme.On commence à séduire, le game prends son cour et elle y prend goût puis au fil des rdv sa personnalité forte et trés indépendante fait jour jusqu'au moment où elle annonce clairement " Tu sais je suis une femme dominatrice en couple, je peux réduire un mec pas assez fort sans le vouloir car je suis de nature castratrice et j'y peux rien je suis comme ça".

Ma question est simple, comment gérer une situation tel que celle énoncé?

Admettons que nous soyons plutôt "normal", ni trop faible, ni trop caractériel, limite un peu de caractère quand même avec une estime et confiance en soi plutôt bonne, que le target nous plais assez pour se poser la question, devrions nous fuir ce genre de femme?Si oui pour quels raisons valables?

Ou bien prendre le taureau par les cornes et s'affirmer en tant que "MEC"!?
Apprendre à la gérer au fil du temps et maitriser cette nature dominatrice (si on y parvient) et que n'oublions pas, notre target assume totalement comme défaut en tant que tel?
Mets lui une biffle
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] lol le 15.10.14, 07h59 par Bumble
  • [0] Post responsable le 15.10.14, 11h07 par The_PoP
  • [0] Des exemples ? le 15.10.14, 16h09 par sebz9999
  • [0] Pertinent le 16.10.14, 00h22 par COREupt
  • [+1] 100% d'accord le 26.10.14, 22h48 par lucader
Salut :)
gettheone a écrit :Ce que je voulais éclairer c'est surtout comment gérer une situation dans laquelle l'on rencontre une femme.On commence à séduire, le game prends son cour et elle y prend goût puis au fil des rdv sa personnalité forte et trés indépendante fait jour jusqu'au moment où elle annonce clairement " Tu sais je suis une femme dominatrice en couple, je peux réduire un mec pas assez fort sans le vouloir car je suis de nature castratrice et j'y peux rien je suis comme ça".
Image Une nana t'a vraiment sorti cela ? ...

Ca, pour moi, c'est du chantage affectif pur et simple. Genre "je vais te détruire et c'est à prendre ou à laisser". Ben euh Image ... Désolé mais je vais laisser hein ? Image

Le "je n'y peux rien, je suis comme ça", c'est la porte ouverte à ce qu'écrit dans ce post. On peut toujours quelque chose contre un fonctionnement malsain, et encore plus quand on l'énonce soi-même. Sinon c'est du déni de responsabilité.

Imagine que tu lui tiennes le même discours, tu crois qu'elle le prendrait comment ?
gettheone a écrit :Ma question est simple, comment gérer une situation tel que celle énoncé?
J'aurai tendance à te répondre qu'il faudrait lui faire comprendre qu'une relation amoureuse ne doit pas entrainer des jeux de pouvoir, mais une collaboration. Bon ... Ceci dit, je n'y suis jamais arrivé. Et il me semble tomber régulièrement sur ce genre de femmes.
gettheone a écrit :Admettons que nous soyons plutôt "normal", ni trop faible, ni trop caractériel, limite un peu de caractère quand même avec une estime et confiance en soi plutôt bonne, que le target nous plais assez pour se poser la question, devrions nous fuir ce genre de femme?Si oui pour quels raisons valables?
Parce qu'elle a raison, elle va te détruire à terme si elle ne modifie pas son comportement. Et que là, la balle n'est pas dans ton camp.
gettheone a écrit :Ou bien prendre le taureau par les cornes et s'affirmer en tant que "MEC"!?
C'est rentrer dans son jeu de pouvoir, et par extension dans le triangle de Karpman.

Mais bon, si "s'affirmer en tant que mec", c'est simplement dire non à des comportements "déviants", quoiqu'il en coûte, alors oui. Je dirai que c'est ce qu'il faut faire. Mais il ne faut pas avoir peur de la perdre. Peur qui est directement mise en relief via ce comportement et cette phrase.
gettheone a écrit :Apprendre à la gérer au fil du temps et maitriser cette nature dominatrice (si on y parvient) et que n'oublions pas, notre target assume totalement comme défaut en tant que tel?
Pourquoi gérer l'autre ? C'est à lui/elle de se gérer, pas à toi de le faire.

Reste à ton niveau à te poser la question de savoir si ce défaut qu'elle assume est compatible avec ce que tu attends d'une relation. Ou à elle de vraiment le voir comme un défaut, et pas une qualité. Puis d'agir dessus.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Très intéressant le 16.10.14, 02h13 par gettheone
  • [+2] Constructif le 16.10.14, 09h31 par Sathinelilly
  • [+1] Oui le 17.10.14, 13h53 par Sclavie
Salut,

Si elle t'a vraiment sorti ça comme ça, c'est peut être juste un test pour voir ta réaction. Si tu tiens à continuer avec elle malgré le risque, alors le mieux reste pour moi de le prendre à la rigolade et de rester détacher. Elle attends sûrement de toi la preuve que tu peux assumer d'être un Mec comme tu dis. En somme pour la séduire va falloir la faire courir et surtout pas courir après. Pour tenir ce genre de discours c'est peut être juste une fille qui a eu une mauvaise relation juste avant où elle a totalement pris le dessus et où le mec n'a rien dit.

À toi de ne pas te laisser faire et de lui instaurer des limites.
Je pense que c'est rare les femmes dominatrices.
Et c'est encore plus rare qu'elle en fasse part directement, à part dans une annonce de sado masochisme.

Sinon, je pense que certaines filles se font passer pour des dominatrices, ou alors ont un "léger" côté dominatrice, ptete parce que ça les excite ou alors pour se donner un genre. Après si vous tombez sur ça, libre à vous de jouer le jeu.

Pour ma part, j'en ai rencontré une, et ça a mis une soirée pour qu'elle me fasse passer le message, l'alcool aidant probablement...et j'ai décidé de jouer le jeu.

Je vous en fait part, vu que c'est le thème de ce thread.

J'tiens juste à dire je l'ai géré comme une fille lambda ( toutes les étapes de séduction banale, faut pas se prendre la tête ). C'est juste qu'en fin de soirée elle a commencé à être très très tactile, mais de manière agressive. Au bout d'un moment, elle m'a collé une gifle, sans raison valable, juste après un de mes "push" ( cf push & pull ), et là en une centième de secondes, ( comme le flic à la fin d'usual suspects... ) , j'ai eu tout un flash back de la soirée et j'ai compris que c'était une dominatrice, et vu que j'avais envie de me la faire ce soir là, je me suis prêté au jeu, je l'ai regardé un peu surpris avec un léger sourire au coin, elle a continué après, deux, trois fois, et le paroxysme c'est quand elle m'a mis un coup de genou dans les couilles ( à l'abri des regards ), j'ai crié " oh la conasse " , elle m'a dit " écoute moi bien, dans 5 minutes, tu vas monter me rejoindre, et tu vas me b..... ! "

Et j'ai pas fait mon travesti, mon game a pas changé du début à la fin de la soirée.


Bref, voilà pour ma petite expérience, et y a pas eu de coup de fouets, et elle m'a pas rentré d'objets quelconque Dieu m'en préserve! CQFD : C'est pour ça que je dis que c'est peut être pour se donner un genre pour certaines du moins )

Voilà ma contribution
Perso je pars du principe que dans une relation normale et équilibré, on ne devrait pas avoir besoin ni le devoir d'entrer dans un jeu de pouvoir, c'est contre productif et je rejoins bien l'avis d'acrobate.

A mon sens ce genre de nana devrait commencer par changer elle même son attitude et ce défaut destructeur.
Cette target dont je parle, je lui en ai touché quelques mots lui faisant comprendre que c'est à elle de changer cela, en réponse j'ai eu le droit a "il me faut un mec plus fort que moi pour me remettre à ma place quand il faut c'est tout"

ou bien " c'est pas que je dois changer ou autre c'est une question de compatibilité avec le mec..."

Y a du déni dans l'air, puis comme on en a assez parlé, ce ne sont pas nous qui doivent changer les gens, ils doivent le faire d'eux mêmes...
Wait, elle a juste dit qu'elle était du genre dominatrice et castratrice, non?

La question c'est est-ce qu'elle veut un mec dominé ou est ce qu'elle veut un jeu de pouvoir?

Et si elle aime avoir un mec dominé, est-ce que tu veux être un mec dominé? Pourquoi pas apres tout?

Deuxieme question : c'était genre super honnete comme déclaration ou ca puait la surcomprensation LSE?
Owen a écrit :Wait, elle a juste dit qu'elle était du genre dominatrice et castratrice, non?
Oui ce sont ses propres mots, elle a dit ça dans le sens d'un défaut qu'elle reconnait à part entière et sa façon de le dire laisse bien penser qu'elle y travaille pas et qu'il lui faut un mec qui maitrisera la chose sans la subir pour que ça fonctionne.
Owen a écrit :La question c'est est-ce qu'elle veut un mec dominé ou est ce qu'elle veut un jeu de pouvoir?
Elle veut un jeu de pouvoir
Owen a écrit :Et si elle aime avoir un mec dominé, est-ce que tu veux être un mec dominé? Pourquoi pas apres tout?
Même pas en rêve, à mon sens l'un de ses ex avec qui ça a duré un bon moment était dominé, quand ils s'embrouillaient on sent que c'est elle qui prenait le dessus et qu'il restait calme et laisser passer l'orage apparemment.

J'ai trop de caractère pour me laisser dominer par qui que ce soit, c'est sans doute pour ça que ça ne fonctionnerait pas entre nous....Pourtant j'aimerais que ça fonctionne mais comment y parvenir??
Owen a écrit :Deuxieme question : c'était genre super honnete comme déclaration ou ca puait la surcomprensation LSE?
Elle me semble pas du tout LSE, c'est une femme qui s'affirme beaucoup et qui à trés fort caractère.

Elle a dit cela comme pour dire "voilà je me connais mes défauts et celui là il est là bien présent" (sans m'avoir parler d'en être frustré ou autre ni trouver solution a cela, elle le vit bien limite on dirait)
C'est quoi pour toi "une femme à très fort caractère" ?

Et par s'affirmer tu entends quoi ?
Acr0bate a écrit :C'est quoi pour toi "une femme à très fort caractère" ?

Et par s'affirmer tu entends quoi ?
Quand j'insinue "Trés fort caractère" dans son cas c'est une nana qui démarre vite, qui cherche à s'imposer de façon assez forte lorsqu'elle veut donner son avis, qui s'est imposer des limites là où il en faut que ce soit pro, en amitié ou en couple, qui se laisse pas marcher dessus, qui dit les choses de façon trés franche quitte a blesser....

trés fort caractère est un peu péjoratif car à mon sens on est un peu au dessus de la limite raisonnable d'un caractère présent mais pas dans l'excès.

S'affirmer= s'imposer
Acr0bate a écrit :Salut :)
gettheone a écrit :Ce que je voulais éclairer c'est surtout comment gérer une situation dans laquelle l'on rencontre une femme.On commence à séduire, le game prends son cour et elle y prend goût puis au fil des rdv sa personnalité forte et trés indépendante fait jour jusqu'au moment où elle annonce clairement " Tu sais je suis une femme dominatrice en couple, je peux réduire un mec pas assez fort sans le vouloir car je suis de nature castratrice et j'y peux rien je suis comme ça".
Image Une nana t'a vraiment sorti cela ? ...

Ca, pour moi, c'est du chantage affectif pur et simple. Genre "je vais te détruire et c'est à prendre ou à laisser". Ben euh Image ... Désolé mais je vais laisser hein ? Image

Le "je n'y peux rien, je suis comme ça", c'est la porte ouverte à ce qu'écrit dans ce post. On peut toujours quelque chose contre un fonctionnement malsain, et encore plus quand on l'énonce soi-même. Sinon c'est du déni de responsabilité.

Imagine que tu lui tiennes le même discours, tu crois qu'elle le prendrait comment ?
gettheone a écrit :Ma question est simple, comment gérer une situation tel que celle énoncé?
J'aurai tendance à te répondre qu'il faudrait lui faire comprendre qu'une relation amoureuse ne doit pas entrainer des jeux de pouvoir, mais une collaboration. Bon ... Ceci dit, je n'y suis jamais arrivé. Et il me semble tomber régulièrement sur ce genre de femmes.
gettheone a écrit :Admettons que nous soyons plutôt "normal", ni trop faible, ni trop caractériel, limite un peu de caractère quand même avec une estime et confiance en soi plutôt bonne, que le target nous plais assez pour se poser la question, devrions nous fuir ce genre de femme?Si oui pour quels raisons valables?
Parce qu'elle a raison, elle va te détruire à terme si elle ne modifie pas son comportement. Et que là, la balle n'est pas dans ton camp.
gettheone a écrit :Ou bien prendre le taureau par les cornes et s'affirmer en tant que "MEC"!?
C'est rentrer dans son jeu de pouvoir, et par extension dans le triangle de Karpman.

Mais bon, si "s'affirmer en tant que mec", c'est simplement dire non à des comportements "déviants", quoiqu'il en coûte, alors oui. Je dirai que c'est ce qu'il faut faire. Mais il ne faut pas avoir peur de la perdre. Peur qui est directement mise en relief via ce comportement et cette phrase.
gettheone a écrit :Apprendre à la gérer au fil du temps et maitriser cette nature dominatrice (si on y parvient) et que n'oublions pas, notre target assume totalement comme défaut en tant que tel?
Pourquoi gérer l'autre ? C'est à lui/elle de se gérer, pas à toi de le faire.

Reste à ton niveau à te poser la question de savoir si ce défaut qu'elle assume est compatible avec ce que tu attends d'une relation. Ou à elle de vraiment le voir comme un défaut, et pas une qualité. Puis d'agir dessus.
Je ne peux que citer intégralement. Sinon je dénature tout le raisonnement.

Je suis d'accord avec Acr0bate, je pense comme lui, mais j'ai le sentiment qu'il faut en dire plus.

Je tente ma chance.

@gettheone: Une fois que tu as lu tout ça, il te reste à savoir qui tu es et qu'est-ce que tu fais.

Il y a des situations comme ça où il faut se soumettre ou se démettre. En l'espèce, "gérer cette fille", comme il a été pudiquement dit ici, c'est accepter de mettre ses mains dans la merde.

Si tu veux t'en sortir avec ce type de fille tu dois constamment la rembarrer, la rabaisser. C'est tout.

Le reste, notamment les développements d'Acr0bate (et Dieu sait que j'ai déjà mille fois écrit la même chose), c'est de la littérature idéaliste. Des choses qui sont logiques, censées, mais qui ne t'amèneront qu'à un constat d'échec et d'impuissance.

C'est @MrSmooth; qui m'a donné la clé, de façon anodine, au détour d'une discussion qui parlait à moitié de ces histoires de triangle de Karpman et de communication non violente.

Sa remarque était que ça ne marche pas avec certaines personnes parce qu'ils sont construits, câblés, pour fonctionner autour des rapports de force et de hiérarchie.

Et donc:
Acr0bate a écrit :
gettheone a écrit :Apprendre à la gérer au fil du temps et maitriser cette nature dominatrice (si on y parvient) et que n'oublions pas, notre target assume totalement comme défaut en tant que tel?
Pourquoi gérer l'autre ? C'est à lui/elle de se gérer, pas à toi de le faire.
Si toi aussi tu penses comme ça, laisse tomber cette fille tout de suite, tu t'épargneras pas mal de déconvenues.

Et aussi:
Acr0bate a écrit :
gettheone a écrit :Ou bien prendre le taureau par les cornes et s'affirmer en tant que "MEC"!?
C'est rentrer dans son jeu de pouvoir, et par extension dans le triangle de Karpman

Eh bien c'est comme ça qu'on "gère" une personne de ce type.

Le triangle de Karpman, on se glisse dedans comme dans une paire de charentaises. On rembarre la fille, on lui fait régulièrement comprendre que "t'es débile sur les bords mais je t'aime bien quand-même", on lui fait comprendre qu'on n'en a rien à foutre de ce qu'elle dit, de ce qu'elle pense, de ce qu'elle ressent, de ce qu'elle est, et que si elle est pas contente elle n'a qu'à faire un scandale et se barrer, si elle en a les couilles. A part que ce genre de filles n'a absolument aucun intérêt à se barrer pour de vrai avec des hommes qui la traitent de cette façon parce que c'est comme ça qu'elles veulent être traitées. Tordu n'est-ce pas... Image

C'est la conséquence des contradictions de la fille. C'est son problème à elle. Et c'est uniquement avec une ligne de conduite comme ça que ses contradictions sont une souffrance non pas pour toi mais pour elle. C'est fondamental.

***

ça commence à me faire rire ces histoires de filles dominatrices, castratrices et autres.

Sérieux, ça vient d'où tous ces couples qui passent leur temps à se chamailler, avec le mec à gueule et à attitude de brontozaure et la fille qui râle tout ce qu'elle peut mais qui reste avec lui?

Et ces histoires de mecs machos jusqu'à la moelle fiers de l'être jusqu'à l'obscénité la plus totale, et qui font le bonheur de plein de filles?

Les mecs dans mon style ont tout faux. Sauf quand ils réalisent que ce sont des filles avec lesquelles ils n'ont strictement rien à faire, et qu'ils s'envolent vers d'autres aventures. Question de cohérence.

Pour le reste, le mot "gérer" est faux à la base. C'est l'euphémisme qui tue.

On ne parle pas de gérer un portefeuille d'actions boursières, on parle de dresser un être qui fonctionne sur le mode dominant / dominé.

C'est la même chose qu'avec les chiens. Les chiens sont des animaux tout à fait respectables, je les évoque ici sans aucune ironie.

Simplement, le coup de la gentille madame qui se fait intégralement dominer par son chiwawa, on l'a vu dans certaines émissions de téléréalité, et à la fin le dresseur professionnel arrivait et mettait le chien sur le dos, pattes écartées, en signe de soumissions. Le chien couinait de désespoir, mais il finissait par se calmer. Il finissait par comprendre qu'il était dominé. Au bout du processus le chien finissait par être bien dressé, il savait sa place dans son système de hiérarchie et il était très heureux. C'est tout.

C'est vraiment marrant avec un chiwawa, ça devient un peu plus piquant avec un dobbermann. Allez donc parler du triangle de Karpmann à un dobberman pour voir...

Chez les femmes, le chiwawa ce serait la petite gamine capricieuse, et le dobbermann ce serait la vraie castratrice forte en gueule.

En outre, les femmes étant des êtres humains, tu auras soin de manier la carotte et le bâton. Ou encore la cannonière et le bisou câlin...

Un peu comme à la belle époque de la colonisation: on massacre quelque dizaines de milliers d'indigènes, et on construit deux ou trois dispensaires parce que dans le fond on est teeeeeeellement gentils...

Là encore je n'ai aucune ironie, ce sont des choses qui se sont passées, je me contente de les décrire de façon factuelle.

***

CONCLUSION

La plupart des femmes sont incapables d'avoir une relation équilibrées. ça tombe bien, la plupart des hommes aussi!

Le problème fondamental, le péché originel, ce sont tous ces hommes qui veulent des relations équilibrées et qui se compromettent avec des femmes qui ne sont pas capable de leur apporter ni de recevoir ce type de relation. Il est là le problème.

Cette bonne volonté molle... "Mouééé, je vais essayer de gérer"
Non tu ne vas pas essayer, tu vas faire de la merde et à la fin tu vas venir pleurer.

A la limite, la classe, c'est de démarrer une relation, de voir que ça ne va pas coller et de partir de façon neutre en disant "écoute, manifestement tu as des choses à régler donc toi et moi on va en rester là pour le moment. Je n'ai rien contre toi, je ne te ferme pas la porte. C'est juste que là ça ne fonctionne pas. Porte-toi bien." ça c'est la classe.

Le reste, c'est du galérien idéaliste qui rame à contrecourant et qui pleurniche sur son triste sort... Alors qu'en deux coups de rames tu es sur la berge,
tu te fais un bon feu de camp, tu sors les knackis et tu roules un joint Image

Autre option, toujours possible, mettre les mains dans la merde POUR DE VRAI, faire le connard, prendre ce qu'on veut et balayer le reste d'un revers de main. ça nous ramène à la représentation faussée du Jerk dans les yeux de l'AFC... L'AFC reproche au jerk de réussir (plus ou moins) d'une façon dont il n'est pas capable, avec des filles qu'il ne peut pas "gérer" au sens efficace du terme, tel que je viens de le redéfinir - Rappelons tout-de même que l'AFC n'arrive pas non-plus à se faire sa bulle de bonheur avec des filles équilibrées. D'où son aigreur face au Jerk, que je ne veux pas non-plus décrire comme un superman.

Donc gettheone, fais tes choix. Fais-les biens. Si comme moi tu as l'impression d'être face à une liste de corvées ménagères à l'idée de passer ton temps à dire "tagueule" à ta copine, l'ignorer royalement quand elle te parle et la traiter explicitement de boulet et de débile... passe ton tour.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+2] A lire le 16.10.14, 09h40 par Sathinelilly
  • [0] Non le 16.10.14, 09h47 par Onmyoji
Pour bien aimer les femmes il faut aimer le monde.
Car les femmes ne sont qu'une infime partie du monde
Nous aussi d'ailleurs...
Beaucoup de bruit pour rien.
Elle a juste dit que si le mec était pas assez fort finalement elle l'écrase.
Matos c'est vrai pour plein de gens. Elle doit avoir un fort caractère et du recul sur elle même mais ça ne veut pas dire qu'elle est une dominatrice obsessionnelle qui cherche forcément à lutter.
Juste que si tu es une serpillière elle aura une attitude écrasante.
Parce que sa personnalité fait qu'elle doit avoir une direction forte pour savoir où aller.
Elle c'est ça, pour les filles un peu égoïstes ça se traduit différemment mais si tu es trop doux ce serait pareil.
Les gens récoltent ce qu'ils sèment. En couple c'est pareil. Si tu démarres sur une dynamique où tu es faible la majorité des gens comblen5 le vide d'une manière ou d'une autre.
Soit en essayant de te réparer, soit en recréant eux mêmes la force (et toi tu subis).
Bien peu te laisseront comme tu es. Normal, tu es en interaction avec eux.

Au final, pas de quoi s'inquiéter.
C'est juste une chieuse/capricieuse/égoïste ou que sais je encore qui a besoin d'un mec qui ne cherche pas à la dresser comme ça a été dit mais qui ne se laisse pas bouffer et qui ainsi la sorte de ce modèle de fonctionnement, insidieusement.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] C'est pas faux le 16.10.14, 09h59 par Terrigan
  • [+2] 100% d'accord le 16.10.14, 11h31 par Esty
Outkast a écrit :C'est juste une chieuse/capricieuse/égoïste
Je kiffe le "Juste". Je l'aime d'amour Image
Outkast a écrit :Beaucoup de bruit pour rien
[...]
pas de quoi s'inquiéter.
ça dépend du mec. Pour certains c'est la routine, pour d'autres ce sera plutôt "alerte rouge"
Outkast a écrit :C'est juste une chieuse/capricieuse/égoïste ou que sais je encore qui a besoin d'un mec qui ne cherche pas à la dresser comme ça a été dit mais qui ne se laisse pas bouffer
Tu dis la même chose que moi, en plaçant le curseur autre part.

Entre "ne pas se laisser bouffer" et "cogner dur pour ne pas perdre la main", il y a le gigantesque champs des possibles, les moments qui s'enchaînent, l'intimité des couples, ce genre de choses...
Outkast a écrit :C'est juste [une personne] qui a besoin d'un mec qui ne cherche pas à la dresser comme ça a été dit mais qui ne se laisse pas bouffer et qui ainsi la sorte de ce modèle de fonctionnement, insidieusement.
Edit: ce que j'en disais c'était surtout à propos d'un rapport de force. Mettons donc le dressage de côté, je n'y tiens pas plus que ça.

Nous sortons donc du champ lexical du dressage. Plouf plouf.

ça nous amène à quel champ lexical du coup? - Excuse-moi je suis un peu perdu là.

"rééducation", "management", "psychothérapie", "manipulation défensivo-rééquilibrante", "rétrolaser pacifiquateur", "belotte, rebelotte et dix de der" ??? :mrgreen:
Pour bien aimer les femmes il faut aimer le monde.
Car les femmes ne sont qu'une infime partie du monde
Nous aussi d'ailleurs...
Terrigan a écrit :
Outkast a écrit :C'est juste une chieuse/capricieuse/égoïste
Je kiffe le "Juste". Je l'aime d'amour Image
Outkast a écrit :Beaucoup de bruit pour rien
[...]
pas de quoi s'inquiéter.
ça dépend du mec. Pour certains c'est la routine, pour d'autres ce sera plutôt "alerte rouge"
Outkast a écrit :C'est juste une chieuse/capricieuse/égoïste ou que sais je encore qui a besoin d'un mec qui ne cherche pas à la dresser comme ça a été dit mais qui ne se laisse pas bouffer
Tu dis la même chose que moi, en plaçant le curseur autre part.

Entre "ne pas se laisser bouffer" et "cogner dur pour ne pas perdre la main", il y a le gigantesque champs des possibles, les moments qui s'enchaînent, l'intimité des couples, ce genre de choses...
Outkast a écrit :C'est juste [une personne] qui a besoin d'un mec qui ne cherche pas à la dresser comme ça a été dit mais qui ne se laisse pas bouffer et qui ainsi la sorte de ce modèle de fonctionnement, insidieusement.
Edit: ce que j'en disais c'était surtout à propos d'un rapport de force. Mettons donc le dressage de côté, je n'y tiens pas plus que ça.

Nous sortons donc du champ lexical du dressage. Plouf plouf.

ça nous amène à quel champ lexical du coup? - Excuse-moi je suis un peu perdu là.

"rééducation", "management", "psychothérapie", "manipulation défensivo-rééquilibrante", "rétrolaser pacifiquateur", "belotte, rebelotte et dix de der" ??? :mrgreen:
Juste parce que c'est pas une tueuse psychopathe ou quelqu'un qui a une attitude pathologique.
Elle a juste un ou des défauts qui se manifestent dans une condition particuliere.
Gettheone ne veut pas avoir à gérer l'autre mais tout le monde a ce genre de défauts. Même certaines personnes très altruistes peuvent finir par avoir ce genre d'attitudes. Car ici gérer l'autre revient à savoir se comporter normalement. Pas comme une serpillière. Donc désolé mais de mon point de vue il faut que les deux fassent des efforts.
Et faire des efforts et des compromis c'est l'une des choses qui contribue au fonctionnement normal d'un couple donc même si dans l'idéal il ne devrait jamais y avoir d'accrochage dans la réalité ça fait partie de la normalité du couple.
Donc effectivement je vois difficilement ça comme une alerte rouge.
Juste apprendre à fonctionner à deux en général et apprendre soi-même à bien-être en couple.
Deux choses que beaucoup de monde prend pour acquis et croit qu'elles vont exister magiquement parce que l'amour c'est beau. S'ensuit désillusions et désespoirs alors qu'en étant plus pragmatique ça glisse tout seul, souvent.
Sinon quel que soit l'entre deux, pour moi l'idée de dresser l'autre en démonstration de force en lui montrant que c'est toi le chef ça fait que la faire fonctionner dans la même dynamique (sauf qu'elle a moins l'habitude de rencontrer des mecs qui la dominent).
Et pour finir, on a pas besoin d'ergoter sur les mots. Ce qui intéresse Gettheone ici c'est une solution.
Il choisira ce qui lui semble le mieux. Mais c'était pas un champ lexical qui me gênait, c'était le concept qu'il faut rentrer activement dans le rapport de force et lui montrer qui est le chef. Parfait pour qu'au moindre instant de faiblesse elle t'enfonce.
Et puis j'aime pas l'idée non plus qu'on fasse quelque chose pour la changer.
Si elle change effectivement c'est bien et ça permet à la relation de fonctionner mais au départ ce devrait etre notre seul but; que ça marche, pas qu'elle change pour que ça marche.
La nuance c'est qu'elle s'adapte ou pas mais dans un cas on ne cherche pas à la manipuler pour ça. Quelle que soit la méthode c'est très important de considérer que l'autre a le droit d'avoir son caractère et ses défauts et que vouloir la changer c'est pas une bonne chose. On peut vouloir l'aider quand ça lui pose problème mais dans le cas de cette fille c'est pas de l'irrespect de sa part d'annoncer ça, ni la marque d'une fille désaxée.
Au contraire. Par contre elle semble pas vouloir changer au fond parce que ça touche sans doute de près à sa manière d'être. Elle veut juste quelqu'un qui lui laissera pas l'occasion d'en arriver là.
Son seul problème au final c'est de tomber sur des mecs qui ne savent pas s'affirmer (pas pour mettre le blâme site les mecs, en général, simplement en regard de sa situation).
Si on accepte cette idée on fait déjà beaucoup de chemin pour réussir une relation, parce qu'on choisit des gens qu'on aura pas à changer ou qui sont assez flexibles pour faire des compromis ou simplement avoir une attitude qui soit "coopérative".

Même si certaines personnes nous attirent, on doit être capables d'admettre quand ça peut pas fonctionner entre nous, plutôt que de forcer les choses.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Constructif le 16.10.14, 11h58 par Terrigan
  • [+1] Intéressant le 17.10.14, 14h06 par Sclavie
Terrigan a écrit :Je tente ma chance.
Je rebondis sur tes propos.
Terrigan a écrit :Il y a des situations comme ça où il faut se soumettre ou se démettre. En l'espèce, "gérer cette fille", comme il a été pudiquement dit ici, c'est accepter de mettre ses mains dans la merde.
Au contraire je dirai. C'est refuser d'accepter ces jeux de pouvoir, ce mode relationnel. Une personne qui te dit non, si elle est ferme, tu peux faire ce que tu veux, tu ne pourras pas la faire plier.

Par contre, mettre les mains dans la merde dans le sens aider l'autre, oui. Ca me parait sain. Faut-il que cette aide soit vu comme une aide et acceptée par la personne en face.
Terrigan a écrit :Si tu veux t'en sortir avec ce type de fille tu dois constamment la rembarrer, la rabaisser. C'est tout.
Je suis en désaccord avec cela. Je ne me suis pas laissé "corrompre" dans ces cas là. J'ai certes fait des trucs dont je ne suis pas fier. Mais je n'ai pas dérogé à mes principes de traiter l'autre en égal.

Ce genre de personnes, en leur amenant un truc "normal", d'égal à égal, tu leur fais découvrir quelque chose d'autre. Quelque chose de magique pour eux, quand c'est on ne peut plus normal pour toi. Elles en deviennent accro. Pas pour rien que la majorité de mes exs sont revenues tenter leur chance. Pas pour rien que Miss Manipulatrice t'a relancé. On sait ce qu'on perd, on ne sait pas ce qu'on gagne. Revers de la médaille, ces personnes ne croient pas cela possible (ça cache quelque chose), alors elles testent jusqu'à plus soif.

@gettheone : Tu sais je suis une femme dominatrice en couple, je peux réduire un mec pas assez fort sans le vouloir
Même un mec fort, elle le brisera. Ou tentera de le briser. Parce qu'elle en voudra toujours plus.

Ensuite, ces personnes réagissent ainsi pour un motif très simple : la peur. Iskandar l'a bien résumé ici

Je partage avec vous le très joli texte que mon ex m'a violemment envoyé dans les dents lors d'une phase d'identification projective, après la rupture. Et alors que je réagissais à une violence de sa part. Selon elle, je suis un dominateur. J'ai eu beau lui dire que j'étais un dominant, bienveillant qui plus est, envolé tout ce que j'avais pu faire ou dire avant. Selon elle, j'auto-proclamais n'importe quoi. Mon tort ? Avoir refusé le combat qu'elle voulait m'imposer, et refuser que le deal de départ entre nous change à 180°. Un dominateur qui refuse un combat ? Paradoxal vous ne trouvez pas ?

Prendre sa place : la différence entre un « dominant » et un « dominateur »

« L’homme est un loup pour l’homme » (Thomas Hobbes) et il est même le pire prédateur pour ses congénères, quand il sent une vulnérabilité chez l’autre. Dominer pour ne pas être dominé, dévorer pour ne pas être dévoré. Ainsi agit le dominateur : il cherche à envahir le territoire de ses semblables pour agrandir le sien et soumet tous les plus faibles que lui. Ce besoin de domination se retrouve chez Hitler, Alexandre le Grand ou Napoléon qui, pour quelques obscures revanches sur la vie et les autres, étaient assoiffés de pouvoir. Il se retrouve aussi chez le conjoint, le patron, le collègue de travail et, pire encore, chez les parents. C’est la peur, les souffrances, les frustrations qui poussent à écraser les autres, parce qu’ils sont menaçants. Souvent humilié dans son enfance, par un père ou une mère abusifs, puis par les enseignants et les élèves, le dominateur a une revanche à prendre, une peur viscérale que ça recommence, un manque d’estime et de confiance qui le rendent agressif.

Le dominant, lui, fait respecter son territoire et respecte celui des autres. Il a du charisme et de l’assurance, sa confiance et son estime lui permettent de repousser quiconque l’envahit et il ne craint donc personne. Il fait valoir ses convictions sans violence et les plus beaux exemples sont Mère Teresa, Nelson Mandela ou encore Gandhi. Vous n’êtes pas obligé d’avoir cette volonté de refaire le monde ou de modifier les mouvements de pensées pour être un dominant. Il suffit que vous préserviez votre zone de confort et que vous ne laissiez personne vous placer dans une émotion négative ou une situation qui vous fait souffrir. Cela s’appelle « prendre sa place », sachant que personne ne vous la prend et que c’est vous qui la laissez.

Un dominateur est un dictateur et un dominant est un leader.

Je sais que le mot « dominant » vous fait dresser les cheveux sur la tête, parce que vous n’avez vécu que dans un monde de dominateurs et dominés et qu’on vous a enseigné que dans un couple ou ailleurs, il y en a toujours un qui a le dessus sur l’autre. Faux ! Dans un monde affectivement équilibré, chaque personne est « un dominant » et se respecte en respectant les autres. Vous êtes ou devriez être un dominant qui veille à son équilibre, à son bonheur, à ses plaisirs et ses passions et qui sait que sa liberté s’arrête où celle de l’autre commence. Pourquoi vous laisser malmener, maltraiter, humilier par un parent, un conjoint, un patron ou qui que ce soit d’autre ? Votre vulnérabilité est inscrite dans votre site internet subliminal : « écrasez-moi, c’est tout ce que je connais ». Cette invitation est perçue rapidement par tous ceux qui ont un besoin de pouvoir et de contrôle parce qu’ils sont terrifiés. Ils n’en ont pas l’air car ils affichent une grande confiance, ces géants aux pieds d’argile : il suffit souvent d’aboyer plus fort qu’eux et ils se couchent. Essayez !

Personne n’est au-dessus de vous : c’est vous qui mettez les autres au-dessus. Personne n’est en-dessous non plus. Acceptez de considérer que vous êtes unique, avec de belles qualités, que vous perdez de vue quand quelqu’un vous fait croire que vous êtes en-dessous de lui : c’est vous qui lui donnez le pouvoir de vous détruire et vous pouvez le lui retirer. Pourquoi un dominateur ne s’approche jamais d’un dominant ? Parce qu’il sent qu’il n’aura pas le dessus et, de toute façon, il y a tellement d’autres personnes vulnérables et blessées à dominer.

Vous êtes dominant quand vous le décidez, vous reprenez votre place quand vous le voulez : Vous respecter oblige automatiquement l’autre à vous respecter. Alors, qu’est-ce que vous attendez ?!


Je pose une question toute simple. Quelle est la motivation, et surtout l'intérêt de tenter de dominer quelqu'un volontairement ? a part la peur, et l'envie de le faire fuir, je ne vois pas ...
Terrigan a écrit :Le reste, notamment les développements d'Acr0bate (et Dieu sait que j'ai déjà mille fois écrit la même chose), c'est de la littérature idéaliste. Des choses qui sont logiques, censées, mais qui ne t'amèneront qu'à un constat d'échec et d'impuissance.
Idéaliste ? :roll: . Bah, ça me va ! :) Image

Ca prend juste du temps. Mais à un moment, il faut savoir prendre soin de son énergie. Et donc reconnaitre son impuissance.

Je peux te dire, je suis le premier surpris de voir comment germe ce que j'ai semé. Je n'en récolterai pas les fruits, mais bon, pas grave. Je vis dans le présent, et j'ai eu quelques bons moments alors.
Terrigan a écrit :C'est @MrSmooth; qui m'a donné la clé, de façon anodine, au détour d'une discussion qui parlait à moitié de ces histoires de triangle de Karpman et de communication non violente.

Sa remarque était que ça ne marche pas avec certaines personnes parce qu'ils sont construits, câblés, pour fonctionner autour des rapports de force et de hiérarchie.
C'est totalement vrai. Mais il manque un truc. C'est que "cette construction et ce câblage" évoluent, et sont modifiables. Comme tout à chacun. Heureusement d'ailleurs.
Terrigan a écrit :
Acr0bate a écrit :Pourquoi gérer l'autre ? C'est à lui/elle de se gérer, pas à toi de le faire.
Si toi aussi tu penses comme ça, laisse tomber cette fille tout de suite, tu t'épargneras pas mal de déconvenues.
C'est une manière de voir, avec laquelle je suis plutôt d'accord. En référence au texte plus haut, perso, je dirai que c'est se mettre à soi des limites, et s'y tenir. Parce que de toute façon, ces limites rejailliront sur l'autre.

Mettre des limites à l'autre, c'est contre-productif. C'est à l'autre de se mettre des limites, donc de se gérer.
Terrigan a écrit :A part que ce genre de filles n'a absolument aucun intérêt à se barrer pour de vrai avec des hommes qui la traitent de cette façon parce que c'est comme ça qu'elles veulent être traitées. Tordu n'est-ce pas... Image
Sauf que quand elle a goûté à l'autre façon, elle a un goût de "reviens-y". Et elle n'acceptera plus d'être maltraitée.
Terrigan a écrit :C'est la conséquence des contradictions de la fille. C'est son problème à elle. Et c'est uniquement avec une ligne de conduite comme ça que ses contradictions sont une souffrance non pas pour toi mais pour elle. C'est fondamental.
C'est juste. Et cette souffrance rejaillit sur l'autre.
Terrigan a écrit :Les mecs dans mon style ont tout faux. Sauf quand ils réalisent que ce sont des filles avec lesquelles ils n'ont strictement rien à faire, et qu'ils s'envolent vers d'autres aventures. Question de cohérence.
Défaitiste ! :P . Pourquoi reporter l'erreur sur soi ? La loi du nombre ?

Si j'ai retenu une chose de mes précédentes relations, c'est que mon espoir de parvenir à avoir une relation équilibrée ne sera jamais vaincu. Et si je n'y arrive pas dans une relation, tant pis, je recommencerai dans une autre. Il me semble que ton espoir vacille, ou tout du moins que tu as toujours la dent dure.
Terrigan a écrit :Chez les femmes, le chiwawa ce serait la petite gamine capricieuse, et le dobbermann ce serait la vraie castratrice forte en gueule.
On parle "natural" là. La "vraie castratrice" n'est tombée soit que sur des caniches, soit que sur des pitbulls. Mais jamais sur un qui soit les deux à la fois. Crois bien que quand elle découvre un mec équilibré, à la fois caniche et pitbull, son regard change.
Terrigan a écrit :La plupart des femmes sont incapables d'avoir une relation équilibrées. ça tombe bien, la plupart des hommes aussi!

Le problème fondamental, le péché originel, ce sont tous ces hommes qui veulent des relations équilibrées et qui se compromettent avec des femmes qui ne sont pas capable de leur apporter ni de recevoir ce type de relation. Il est là le problème.
Pourquoi là encore retourner le problème ?

Qu'y a-t-il de problématique à vouloir une relation équilibrée ? Ca me parait sain. Après, équilibrée ne veut pas dire tout le temps équilibrée. C'est utopique ça.
Terrigan a écrit :A la limite, la classe, c'est de démarrer une relation, de voir que ça ne va pas coller et de partir de façon neutre en disant "écoute, manifestement tu as des choses à régler donc toi et moi on va en rester là pour le moment. Je n'ai rien contre toi, je ne te ferme pas la porte. C'est juste que là ça ne fonctionne pas. Porte-toi bien." ça c'est la classe.
Pas mieux. Mais d'expérience, dire "je ne te ferme pas la porte", c'est reculer pour mieux sauter.
Terrigan a écrit :Le reste, c'est du galérien idéaliste qui rame à contrecourant et qui pleurniche sur son triste sort... Alors qu'en deux coups de rames tu es sur la berge,
tu te fais un bon feu de camp, tu sors les knackis et tu roules un joint Image
Il faut apprendre de ses erreurs.
Terrigan a écrit :Autre option, toujours possible, mettre les mains dans la merde POUR DE VRAI, faire le connard, prendre ce qu'on veut et balayer le reste d'un revers de main. ça nous ramène à la représentation faussée du Jerk dans les yeux de l'AFC... L'AFC reproche au jerk de réussir (plus ou moins) d'une façon dont il n'est pas capable, avec des filles qu'il ne peut pas "gérer" au sens efficace du terme, tel que je viens de le redéfinir - Rappelons tout-de même que l'AFC n'arrive pas non-plus à se faire sa bulle de bonheur avec des filles équilibrées. D'où son aigreur face au Jerk, que je ne veux pas non-plus décrire comme un superman.
"Natural" là encore. Un natural, c'est un AFC et un jerk. Un caniche et un pitbull. Un ange et un démon. Histoire d'équilibre ...
Outkast a écrit :mais dans le cas de cette fille c'est pas de l'irrespect de sa part d'annoncer ça, ni la marque d'une fille désaxée.
On peut le voir comme une marque de confiance, voire de la naïveté. Mais la vrai question est "dire cela est-il sain pour le lien ?".
Outkast a écrit :Son seul problème au final c'est de tomber sur des mecs qui ne savent pas s'affirmer
Je te parie que si on demande à Gettheone si quand il s'affirme avec elle, il nous répond qu'elle fait un caca nerveux. Tu as beau savoir t'affirmer, avec certaines personnes, c'est peine perdue.
Est ce sain? Tu penses que ne rien dire et aire selon son schéma habituel en silence ne serait pas toxique?

Si elle fait un caca nerveux quand il s'affirme, c'est encore un test.
Les enfants font comme ça. Ils enchaînent les attitudes pour voir où sont les limites.
Mais dans la longueur rester ferme ne peut être que bénéfique.
On tient son territoire et on affirme son envie de faire respecter certaines valeurs

c'est tenir sa place comme tu disais. Je ne parle pas de s'affirmer en faisant démonstration de force, si ce n'est tranquille.
Outkast a écrit :Est ce sain? Tu penses que ne rien dire et aire selon son schéma habituel en silence ne serait pas toxique?
Je pense que ne rien dire et modifier son schéma habituel serait sain. Ca ne sert à rien de dire "je suis une casse-couille, et tu vas en baver". Si ce n'est amener l'autre à se poser des questions, bref donner un coup dans la confiance mutuelle.
Outkast a écrit :Si elle fait un caca nerveux quand il s'affirme, c'est encore un test.
Les enfants font comme ça. Ils enchaînent les attitudes pour voir où sont les limites.
Parce qu'elle veut de l'amour inconditionnel, comme ne l'a pas eu l'enfant qu'elle était.

Ce n'est pas possible. L'amour entre adultes est forcément conditionnel.
Outkast a écrit :Mais dans la longueur rester ferme ne peut être que bénéfique.
On tient son territoire et on affirme son encore de faire respecter certaines valeurs
Mais pourquoi vouloir se battre dans son couple ? La vie n'est pas assez dure dans les autres sphères relationnelles ?
Outkast a écrit :c'est tenir sa place comme tu disais. Je ne parle pas de s'affirmer en faisant démonstration de force, si ce n'est tranquille.
La première démonstration de force sera tranquille, la deuxième un peu moi, la troisième encore moins, etc ...
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] 100% d'accord le 16.10.14, 16h49 par Sathinelilly
Merci pour vos interventions toutes trés intéressantes!

a savoir que cette nana a eu à mon sens, une enfance plutôt rabaissante par son entourage famille ou relations avec les autres du sans doutes à son côté intellectuel peu développé (elle est vraiment pas fute fute si j'ose dire), en apprenant à la connaitre j'ai compris cela peut être source de ce besoin de dominé les autres étant adulte, c'est une protection pour elle d'être constamment dans l'agressivité pour s'affirmer et c'est son seul moyen de communication et pour argumenter mon propos je citerais une partie du récit d'acrobate: le dominateur a une revanche à prendre, une peur viscérale que ça recommence, un manque d’estime et de confiance qui le rendent agressif. Dans cette phrase je la reconnait tout à fait et ça résume sans doute sa "vie"

Je lui ai dis récemment "tu es quelqu'un de gentille mais tu fais la méchante, tu es agressive pour te protégé" elle me répond "oui c'est vrai c'est mon seul moyen de défense, au fond tu sais je suis trés sensible" j'ai répondu "je sais que tu es sensible et fragile"

je reviens sur un autre point:

@acrobate: Ton récit plus haut est trés intéressant, être dominant rien de plus noble, c'est ce à quoi j'aspire.
Sauf que quand elle a goûté à l'autre façon, elle a un goût de "reviens-y". Et elle n'acceptera plus d'être maltraitée.

Ok dis nous en plus sur cette "autre façon', en quoi consiste t elle? A quel moment vaut elle le coup d'être mis en place? Dévellope ça m'intéresse :)
Acr0bate a écrit :
Outkast a écrit :Est ce sain? Tu penses que ne rien dire et aire selon son schéma habituel en silence ne serait pas toxique?
Je pense que ne rien dire et modifier son schéma habituel serait sain. Ca ne sert à rien de dire "je suis une casse-couille, et tu vas en baver". Si ce n'est amener l'autre à se poser des questions, bref donner un coup dans la confiance mutuelle.
.
Ce n'est pas ce qu'elle dit. Elle prévient qu'il ne doit pas être faible.
Et comme je disais, elle n'a pas forcément à changer. Peut être qu'elle est par exemple exigeante (ce qui est normal), et qu'elle ne devient casse-couilles qu'avec un mec effacé, parce que son comportement passif induit une augmentation de ses demandes.
Et se poser des questions n'est pas attaquer la confiance mutuelle. Au contraire. C'est bon de savoir qu'on t'expose un défaut par confiance. Et qu'on a suffisamment encore que ça marche avec toi pour t'expliquer quelques trucs pour que ça se passe bien. Elle a pas dit "je vais te faire chier jusqu'à ce que tu te casses ou que tu sois mon Objet"...
Interpréter comme ça, c'est le faire par le prisme de ses propres insécurités


.
Parce qu'elle veut de l'amour inconditionnel, comme ne l'a pas eu l'enfant qu'elle était.
Ce n'est pas possible. L'amour entre adultes est forcément conditionnel. .
Ah bon? C'est gravé dans le marbre où?

.
Outkast a écrit :Mais dans la longueur rester ferme ne peut être que bénéfique.
On tient son territoire et on affirme son encore de faire respecter certaines valeurs
Mais pourquoi vouloir se battre dans son couple ? La vie n'est pas assez dure dans les autres sphères relationnelles ?
.
Tenir son "territoire" et des valeurs ce n'est pas se battre dans son couple.
Normalement, n'importe qui cherche à le faire. C'est normal. On doit avoir de quoi s'exprimer pour exister.
Ce n'est pas quelque chose qui ne se fait qu'en couple. Donc si tu ne le fais pas dans ton couple tu ne te comportes pas comme un être sain. Tu te laisses oblitérer par l'autre.
difficile d'abandonner ça. Il faut savoir être assertif.
Et non, la vie n'est pas dure dans les sphères relationnelles. La vie pose des problèmes mais ça fait partie du jeu. Ce n'est pas ce qui la rend dure.

.
Outkast a écrit :c'est tenir sa place comme tu disais. Je ne parle pas de s'affirmer en faisant démonstration de force, si ce n'est tranquille.
La première démonstration de force sera tranquille, la deuxième un peu moi, la troisième encore moins, etc ...
Encore une fois d'où tu sors cette vérité inamovible?
Tenir une ligne de conduite ça existe tu sais? D'ailleurs ce sont souvent ceux qui ont besoin d'agir d'une manière négative parce qu'ils ont un problème qui vont se lasser en premier, pas les gens stables.
Et aussi, rien ne dit que le simple fait de ne pas entrer dans le jeu désamorce complètement l'attitude négative de l'autre. J'ai une copine qui martyrise ses mecs par moments mais qui sait que ses caprices ne passent pas avec moi o, parce que de suite je la renvoie aux raisons qui font qu'elle est de cette manière. Du coup avec moi elle av tendance à s'analyser toute seule avant de se laisser aller à être chiante. Et quand elle l'est c'est plus par caprice mais parce que les choses vont vraiment pas selon ses valeurs/principes/goûts.
Pourtant je lui ai jamais tapé dessus (alors que c'est arrivé à certains de ses mecs).
Ça en dit long sur l'efficacité d'un brin de stoïcisme et de communication.
gettheone a écrit :Je lui ai dis récemment "tu es quelqu'un de gentille mais tu fais la méchante, tu es agressive pour te protégé" elle me répond "oui c'est vrai c'est mon seul moyen de défense, au fond tu sais je suis trés sensible" j'ai répondu "je sais que tu es sensible et fragile"
Se défendre de l'amour, c'est ... triste ...
gettheone a écrit :Ok dis nous en plus sur cette "autre façon', en quoi consiste t elle?
Ce que je dis plus haut dans ton post, la traiter d'égal à égal, et collaborer. Rien qu'avec ça, tu laisses une empreinte durable sur elle ... Ce n'est pas la pauvre conne que tu baises pour te vider les c******s, mais la femme dont tu es fier d'être l'amant. Ce n'est pas un objet que tu exhibes/veux posséder pour ton égo, mais une personne avec qui tu partages du bonheur. C'est vouloir construire quelque chose avec elle et l'impliquer là-dedans. Et bien évidemment avoir la même chose en retour.

C'est ... une relation, un truc à deux. Vivant et vivifiant :) . C'est plus là qu'est le problème à mon avis.

Mais bon, j'ai dit "autre façon", parce que je vois bien comment peut marcher une relation unilatérale. Mais ce que je dis là, c'est la seule façon d'être en relation amoureuse pour moi. Même si je suis un idéaliste ( :P Terrigan Image ), je ne changerai jamais d'optique là-dessus. J'y arriverai, j'en suis certain. Et ça, ce n'est pas être AFC ou nice guy. C'est savoir ce que je veux, et pas ce que je ne veux pas. La nuance est de taille. Parce qu'en plus, c'est généralement mon côté "dominant" (je n'aime pas vraiment ce terme), H2G qui me rend séduisant aux yeux des femmes.
gettheone a écrit :A quel moment vaut elle le coup d'être mis en place?
Dès le départ, et tout le temps après. Mais bon, pour ça, il faut avoir une certaine confiance en soi et en l'autre, des deux côtés. Et puis, pour collaborer, il faut communiquer. Pas simple quand les peurs commencent à se mettre en travers de cela. Et là, le seul truc, c'est la confiance, et l'amour. :)

Ma vision est peut-être naïve, mais c'est la seule qui me parait bien :)

Après, pour revenir sur ton post. C'est qu'elle elle ne "prend pas sa place". Elle ne se place pas en égal à toi. Elle t'idéalise, toi qui croit en elle. Ce n'est pas normal. Alors qu'en fait si.
Répondre