Des animaux sociaux

Note : 19

le 19.12.2014 par Thedaze

28 réponses / Dernière par Apheleia le 28.07.2015, 11h59

Si vous voulez refaire le monde, c'est ici.
Règles du forum
Pas de politique sur FTS svp, ce n'est pas l'endroit. Pas non plus de sujets religieux ou à forte dimension idéologique / polémique (le féminisme et ses excès, la sexualité des - de 15 ans, le mariage pour tous; ...) et tout autre sujet chaud et glissant dont on sait qu'il attirera les trolls et partira forcément en sucette au bout de 2 pages. => on n'est pas là pour refaire le monde, ni pour s'embrouiller les uns les autres : laissons les saloperies à l'extérieur, et tâchons de préserver le havre de paix et de relative intelligence qu'est FTS. Voir la liste des sujets interdits pour plus d'infos et d'explications sur les raisons de ces interdits.
Apheleia a écrit :A la limite, ce qui pourrait nous différencier de l'animal, c'est peut-être uniquement notre prétention à croire que nous pouvons le faire.
On se différencie par l'évolution et rien que l'évolution. Aucune espèce vivante n'a jamais évolué si vite et avec tant de conséquences sur son environnement que l'homme. Il n'y aucune prétention dans ce constat.

la vrai question pour moi c'est celle-ci : quelle limite à notre évolution ? Jusqu'ou irons-nous ?
la vrai question pour moi c'est celle-ci : quelle limite à notre évolution ? Jusqu'ou irons-nous ?
De mon point de vue :

Ce sera la limite de la Nature. Nous dépendons d'un certain équilibre qui prend source dans les ressources offertes par la Nature.
On a beaucoup progressé en peu de temps car on a eu accès à des ressources incroyables (et on a su les utiliser) et aujourd'hui on "stagne" car à force d'excès on commence à rentrer dans une zone rouge.

Nous irons droit dans le mur à continuer ainsi. Oui nous avons changé une bonne part du monde. Pour le meilleur ou pour le pire ?
Sans être pessimiste je dirai le pire. Au nom de l'évolution nous sommes prêts à sacrifier des ressources précieuses et non-renouvelables (je ne pense pas qu'aux énergies en disant cela, je pense aux espèces animales disparues par exemple, qui ne fouleront plus jamais la terre).

Mais aller dans le mur n'est pas forcément une fatalité (même si ça va poser pas mal de soucis). Peut-être qu'une nouvelle ère avec de nouvelles mentalités prendra racine.

J'ai bien conscience que ma théorie peut être vaseuse pour certains, mais pour l'instant c'est celle qui m'inspire le plus.
Alea a écrit :Ce sera la limite de la Nature. Nous dépendons d'un certain équilibre qui prend source dans les ressources offertes par la Nature.
On a beaucoup progressé en peu de temps car on a eu accès à des ressources incroyables (et on a su les utiliser) et aujourd'hui on "stagne" car à force d'excès on commence à rentrer dans une zone rouge.
je partage le reste de ton post, mais cette partie me parait manquer de recul. En regardant notre évolution sur les 100 dernières années, on se rend bien compte que l'évolution est bien exponentielle.
On est clairement dans l'excès, mais on ne stagne pas du tout pour autant, bien au contraire. Parlons par exemple des progrès sur l'espérance de vie (qui va connaitre un bouleversement dans les prochaines années) et de ses conséquences sur la surpopulation mondiale.

3 théories s'affrontent :
- soit notre évolution va nous mener à notre perte pure et simple
- soit nous allons connaitre des crises majeures, comme se fut le cas de tout temps dans notre histoire, puis nous allons repartir de plus belle
- soit nous allons gérer à peu près les dégâts en limitant la casse

Mais une chose est sure, on continue à évoluer, et ce de plus en plus vite.
Personnellement je préfère la notion d'animaux "politiques" d'Aristote à celle d'animaux "sociaux". La nuance est un peu complexe à expliquer,
comme la nuance entre "bien commun " et "intérêt général".

Sinon en ce qui ME concerne le fait que l'Homme puisse désormais être maître de sa propre évolution et orienter les principes naturels à son avantage ou à sa perte, est le principal facteur de différence avec l'animal.

Politique car l'Homme n'a commencé à évolué et à se transcender qu'à partir du moment ou il a commencé à former des sociétés. Que ce soit des tribus, ou des cités organisés.

C'est dans la sécurité de la société et de la cité, que l'Homme a commencé à innover et à inventer. Ce n'est peut-être pas le propre de l'Homme mais nous sommes la seul espèce à avoir poussé aussi loin ces spécificités. En faite l'Homme sans la cité ne peut pas évoluer. Mais nous ne sommes pas sociaux pour autant, les sociétés ont toutes eu pour but que ce soit la pire des tyrannie, ou la plus belle des utopies, d'accorder les égalités de chaque membre de la cité, pour son bon fonctionnement car celle-ci est de l'ordre du bien commun.

"Archimède est égorgé si tombent les murs de Syracuse."

Bref je ne sais pas si c'est très clair comme interaction.
Ce n'est que mon humble point de vu sur ce sujet passionnant :)
On se différencie par l'évolution et rien que l'évolution. Aucune espèce vivante n'a jamais évolué si vite et avec tant de conséquences sur son environnement que l'homme. Il n'y aucune prétention dans ce constat.

la vrai question pour moi c'est celle-ci : quelle limite à notre évolution ? Jusqu'ou irons-nous ?
J'y vois un peu de prétention oui, celle de penser qu'évoluer vite, c'est bien, ou mieux. Pourtant, j'ai comme le sentiment que le chemin de notre évolution diverge avec celui de nos vrais intérêts (conservation de notre structure en tant qu'individu, construction d'une "société saine", recherche du bonheur...).

Si on se base sur les "avancées technologiques" ou "intellectuelles", pourquoi pas. Encore faut-il que ces avancées servent à quelque chose dans la pratique...

En dehors de cela, j'ai plutôt l'impression que notre espèce telle qu'on la connaît, se meurt :

L'art contemporain ? sans commentaire
Les émissions télé ? sans commentaire
Les oeuvres littéraires ? jugées sur les ventes réalisées
Les oeuvres musicales ? ça commence à vous faire sourire ?
La corruption des représentants, la manipulation des médias, ou plus généralement la mise à mal de la philosophie, du religieux, de la morale et de l'éthique.
On allonge la liste ?

Dans évolution, on peut observer croissance ou décroissance. Et je pense qu'on est plutôt dans la seconde. Je pense que nous sommes plutôt en train d'évoluer vers la primitivité, c'est la décadence...
Mais une chose est sure, on continue à évoluer, et ce de plus en plus vite.
Nos gènes évoluent avec un rythme à peu près constant depuis plus de 7 millions d'années : environ 0,5% de changement dans nos gènes, tous les millions d'années.

Pour revenir au sujet de base : l'Homme n'est-il qu'un animal social ? Je relancerai quelques interrogations en rapport avec vos réponses et les miennes :

Une espèce évoluant plus vite qu'une autre s'éloigne t-elle de sa condition animale pour autant ?

En quoi évolue-t-on de plus en plus vite ?


Dans les faits, que fait-on différemment des autres animaux sociaux ?

C'est un plaisir d'échanger sur ce sujet. J'espère que mes réponses ne vous paraissent pas trop catégoriques !

++ ! Image
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Constructif le 27.07.15, 17h04 par Alea
Apheleia a écrit :En dehors de cela, j'ai plutôt l'impression que notre espèce telle qu'on la connaît, se meurt :

L'art contemporain ? sans commentaire
Les émissions télé ? sans commentaire
Les oeuvres littéraires ? jugées sur les ventes réalisées
Les oeuvres musicales ? ça commence à vous faire sourire ?
La corruption des représentants, la manipulation des médias, ou plus généralement la mise à mal de la philosophie, du religieux, de la morale et de l'éthique.
On allonge la liste ?

Dans évolution, on peut observer croissance ou décroissance. Et je pense qu'on est plutôt dans la seconde. Je pense que nous sommes plutôt en train d'évoluer vers la primitivité, c'est la décadence...
Là tu parle en terme de civilisation et non en terme d'espèce.
Et en effet en ce qui concerne la civilisation occidentale je ne peu que te rejoindre sur ce point.
L'un de nos problèmes majeurs selon moi en terme de civilisation, c'est que la notre est basé sur l'exploration, le voyage, et l'expansion, belliqueuse ou pacifique, et que désormais notre planète à été largement exploré de long en large. Donc nous n'avons plus d'autres objectifs que la stagnation.

Mais on s'éloigne du sujet d'origine.
Cellar j'avais justement mis "stagne" entre guillemets car je ne trouvais pas de mot plus clair pour expliquer mon propos.

En fait je vois l'évolution comme ça :
On mène sa barque => on rencontre un problème => on s'y adapte donc on évolue.
C'est vite dit comme ça mais ça peut prendre des milliers d'années pour se mettre en place. Ce sera donc de l'évolution génétique.

On a construit des maisons pour se protéger du froid et des prédateurs par exemple.
Problème : le froid et les prédateurs / solution : habitation
Et c'est rentré de suite dans notre mode de vie, car on en avait besoin pour notre survie.

Une mise sous pression est un formidable moteur à l'évolution.


Aujourd'hui nous ne connaissons plus de mises sous pression "importantes" (enfin de mon point de vue), c'est pour cela que je trouve notre évolution limitée.
Pareil ici j'ai mis "importantes" entre guillemets car même si l'écologie est un sujet sensible on pourrait quand même continuer de vivre comme nous le faisons, quitte à nous perdre...

Si je prends ton exemple sur l'espérance de vie je vois plus cela comme un bonus que comme une évolution. Nous vivons plus longtemps car nous avons accès à des soins entre autres.
Les progrès médicaux sont une évolution et leurs effets sont les conséquences de cette évolution.

Je suis conscient que depuis quelques dizaines d'années nous avons grandement progressé dans pleins de domaines : le spatial, l'informatique, l'électrique, la communication et j'en passe.

Mais ce sont les premiers pas de l'évolution. Des innovations majeures mais pas encore une évolution majeure.
Oui nous avons foulé la Lune mais cela a-t-il bousculé l'avenir de notre civilisation ?


J'ai du mal à clarifier mes propos, désolé. J'essayerai bien de formuler une réponse plus concise mais je perdrai en réflexions, donc je laisse ainsi en espérant que vous comprendrez.

Edit : Le post d'Apheleia s'est posté avant le mien en fait. Donc il est possible que je fasse doublon malheureusement.
Apheleia a écrit :En quoi évolue-t-on de plus en plus vite ?
L'évolution chez l'homme (je ne parle pas d'évolution génétique) est forcément exponentielle puisqu'elle bénéficie des découvertes précédentes afin d'aller encore plus vite dans les futurs recherches. C'est le même principe que l'évolution de la mémoire de nos ordinateurs; elle est algorithmique et non linéaire.
Apheleia a écrit :Dans les faits, que fait-on différemment des autres animaux sociaux ?
ça a déjà été dit, je résumerais ça par "la civilisation".
Apheleia a écrit :Une espèce évoluant plus vite qu'une autre s'éloigne t-elle de sa condition animale pour autant ?
Quand on aura triplé notre espérance de vie, qu'on voyagera dans l'espace, qu'on contrôlera entièrement notre nativité sans même passer par la procréation et les accouchements, tu te poseras encore la question de savoir si on s'éloigne de notre condition animale ?

J'aime bien ta vision parce qu'elle pose une vrai question : est ce qu'on évolue dans le bon sens. Et je partage tes craintes dans les grandes lignes, même si je reste profondément optimiste et positiviste. Mais nier qu'on évolue d'une manière incomparable avec les autres animaux, c'est de la modestie mal placé pour le coup.
Merci pour la mise au point entre espèce et civilisation ! Effectivement, grosse confusion dans mon précédent post !

Cependant :
Quand on aura triplé notre espérance de vie, qu'on voyagera dans l'espace, qu'on contrôlera entièrement notre nativité sans même passer par la procréation et les accouchements, tu te poseras encore la question de savoir si on s'éloigne de notre condition animale ?
Bien sûr, dans le fond cela revient à :

- vouloir conserver sa structure (allonger l'espérance de vie)
- contrôler l'environnement pour satisfaire au mieux la conservation (espace, technologies...)
- se reproduire pour perpétuer l'espèce (que ce soit avec ou sans accouchements)

Rien de différent quant aux besoins fondamentaux. Seuls les moyens sont différents.
L'évolution chez l'homme (je ne parle pas d'évolution génétique) est forcément exponentielle puisqu'elle bénéficie des découvertes précédentes afin d'aller encore plus vite dans les futurs recherches. C'est le même principe que l'évolution de la mémoire de nos ordinateurs; elle est algorithmique et non linéaire.
Ici j'ai l'impression que tu fais référence à l'accumulation de l'information et du savoir, plutôt que de notre évolution en temps qu'animal. Soit dit en passant, certains grands prospectivistes pensent que la fin de notre civilisation sera causée par l'accumulation des connaissances (Asimov).

Selon mon opinion, même le transhumanisme ne nous éloigne pas de notre condition. Les besoins fondamentaux propres aux animaux ne sont pas dépassés par la science ou le transhumanisme. La civilisation est aussi un moyen, une organisation qui nous permet de nous satisfaire au mieux dans ses besoins.

Actuellement, afin de nous éloigner de notre condition animale, je ne vois que la transcendance (l'art, la beauté...).

D'autres pistes ?

Image
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+2] Intéressant le 13.10.15, 10h49 par Blusher
Répondre