Dépasser les stéréotypes dans les relations H/F

Note : 260

le 24.02.2015 par Blusher

227 réponses / Dernière par achribu le 14.03.2015, 16h44

Si vous voulez refaire le monde, c'est ici.
Règles du forum
Pas de politique sur FTS svp, ce n'est pas l'endroit. Pas non plus de sujets religieux ou à forte dimension idéologique / polémique (le féminisme et ses excès, la sexualité des - de 15 ans, le mariage pour tous; ...) et tout autre sujet chaud et glissant dont on sait qu'il attirera les trolls et partira forcément en sucette au bout de 2 pages. => on n'est pas là pour refaire le monde, ni pour s'embrouiller les uns les autres : laissons les saloperies à l'extérieur, et tâchons de préserver le havre de paix et de relative intelligence qu'est FTS. Voir la liste des sujets interdits pour plus d'infos et d'explications sur les raisons de ces interdits.
Répondre
Certaines pressions peuvent changer le code génétique.
Pour les bactéries ça peut être des conditions mutagènes (UV, Rayonnements, toxiques).
Pour les humains c'est plus compliqué que ça. En fait tu n'as même pas forcément besoin d'une pression pour que la mutation ressorte. Ce qui a permis à nos ancêtres de se redresser en modifiant la forme du bassin leur aurait donné un avantage immédiat.
Permettant entre autre de continuer à développer la préhension (favorisant l'exploitation du cerveau et la sélection des plus aptes à utiliser ces nouvelles capacités), d'avoir une croissance plus longue par des apports nutritionnels plus importants et donc un cerveau qui croît plus longtemps, et de continuer à accentuer son avantage par une sélection de ceux dont le code génétique permettrait une exploitation optimale de ces conditions permissives.
Bref c'est un sujet vaste.

Certaines pressions peuvent changer le code génétique.

Non, attention, le code génétique est universel (ou pour être plus exact, quasi-universel), car il s'agit du fameux code de traduction de l'ARNm en acides aminés. Image

Code génétique d'un organisme.
Je parlais pas du code génétique de traduction bases ADN-> Acises aminés.

Dans ce cas on ne parle pas de code génétique, mais de génome, génotype, pool allélique, séquence codante d'un gène, j'en passe et des meilleurs :) L'expression code génétique est associée à, et seulement à ce fameux tableau de correspondance triplet de nucléotides --> acide aminé !

Désolé de la petite digression, c'est juste pour apporter un peu de rigueur au tout, quitte à parler science !

C'est marrant l'association est beaucoup moins exclusive dès qu'on sort le nez de ses bouquins de biologie. Bref si tu veux, on dira que c'est un abus de langage parce que j'ai écris mon message tard.
Au fait pour le génotype et les pools alleliques c'est inexact. Tu peux avoir des modifications hors des gènes codants dans les promoteurs ou les séquences régulatrices de structures qui ont de grandes incidences sur l'organisme final. C'est pour ça que je parlais de code génétique au sens génome. Mais pour le commun des mortel ça passe aussi bien et c'est compréhensible.

J'arrive après la bataille, mais je voulais dire 2 ou 3 mots sur le sujet.

Je trouve que l'ouverture du sélect aux femmes, avec la préservation de deux espaces complémentaires réservés, est un excellente chose. Un bon équilibre a été trouvé.

Je peux comprendre qu'on puisse préférer aborder certains sujets entre hommes ou entre femmes.

Cependant, dans le cadre d'un forum, il faut relativiser. Dans la plupart des cas, on ne se connait pas. Il n'y a donc aucune interférence dans la vie réelle.

En ce qui concerne le débat sur la différenciation des sexes et les stéréotypes associés, je n'ai pas d'avis tranché et définitif.

A l'heure actuelle, je pense qu'il y a une différenciation induite par le biologique et par le culturel.

Biologique, car le développement du corps ne s'effectue pas de la même façon. En général les hommes sont plus grands, ont une masse musculaire plus importante, une voix plus basse, plus de pilosité et sont plus sujets à la calvitie que les femmes. Certaines maladies (physiques et psychiques) concernent plus un sexe que l'autre.

Culturel, car des rôles et des modèles sont assignés à chaque sexe, et ce dès la naissance. On ne tient pas les bébés de la même façon selon qu'il s'agit d'une fille ou d'un garçon. La société renforce cette différenciation à travers l'Ecole, les médias, le cinéma, les modèles existants, et dans certaines familles la religion.

Est-ce que cette différenciation est une bonne ou une mauvaise chose ? Je n'ai pas d'avis tranché à ce sujet. Je pense que c'est un besoin de l'être humain que de faire des catégories à propos de tout.

Demain, il y aura toujours une différenciation entre les hommes et les femmes, car l'être humain a besoin de cela. Plutôt que de vouloir annuler ces différences, il vaut mieux chercher à donner à chacun le choix de la construction de sa propre masculinité / féminité.

Autrement dit : Comment je me positionne dans une relation amoureuse ? Qu'est-ce que je garde et qu'est-ce que je laisse du modèle qui m'a été appris ?
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Bienvenue ! le 14.03.15, 14h31 par ailether

Bienvenue à toi sur ce topic du coup ?
J'aimerais porter en faux sur l'absence de lien avec le quotidien, car il y a beaucoup de contre-exemples. Je dois bien connaître une demi-douzaine de personnes que j'ai rencontrées ici. Et à l'inverse, vu que je parle de FTS assez ouvertement chaque fois qu'une de mes connaissances rencontre des soucis de coeur ou de cul, ou simplement que le sujet des relations est abordé dans une conversation, il y a pas mal de chances que certaines trainents par ici sans que je le sache. Il y a des chances aussi que des ex soient du nombre.

Un petit point : le vécu, tout simplement, aide à dépasser les stéréotypes.

Me faire balader au judo par un petit bout de fille de quinze kilos de moins que moi m'a fait relativiser le stéréotype de la faiblesse féminine.

En tant que danseur, être celui qui trouve qu'une partenaire qui frotte son bassin contre ma cuisse alors que je n'en ai aucune envie, tenter tous les messages subliminaux et moins subliminaux possibles sans oser le dire franchement m'a fait comprendre certaines attitudes des nanas avec les mecs (qui ne se rendent pas compte d'être) collants.

En tant que mec, aller au ciné avec une nana avec qui j'étais clair que j'étais casé et pas intéressé pour autre chose que de l'amitié, boire quelques coups, ne pas pouvoir prendre la voiture pour rentrer chez moi et avoir ladite nana se mettre à essayer de me prouver que la sensualité entre nous lors de la danse n'était pas que de la danse m'a fait comprendre la prudence de certaines filles. (EDIT : et aussi les filles victimes de viol qui osent pas porter plainte. Parceque, sans tomber dans ce qualificatif, ce qui s'est passé n'était tout de même pas net.)

Et là, on arrive à un autre stéréotype : non, tous les mecs ne sont pas prêt à tout n'importe quand avec n'importe qui.

Le vécu aide à dépasser les stéréotypes, par contre les stéréotypes limitent les vécus possibles... Dans un de mes clubs de boxe française, les mecs refusaient de tourner avec les filles, car trop peur de leur faire mal. Les premières roustes qu'ils se prenaient avec les compétitrices auraient mérité diffusion sur Youtube.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Intéressant le 14.03.15, 17h54 par voucny
  • [+3] 100% d'accord le 19.03.15, 18h13 par FK

Répondre