Fin du Monde : 99 raisons de rester optimiste

Note : 6

le 04.09.2019 par Jalapeno

16 réponses / Dernière par Fred23 le 06.09.2019, 21h26

Une question que vous avez toujours voulu poser aux autres, et qui ne concerne pas les relations amoureuses ? C'est ici.
Lachez-vous, faites preuve d'imagination, et n'hésitez pas à répondre aux autres questions.
Vous souhaitez poser votre question ou répondre en restant anonyme ? Créez-vous un nouveau compte utilisateur, c'est OK.
- De préférences, des questions appelant à des témoignages & anecdotes personnelles
- Questions farfelues / imaginatives OK
- Uniquement des questions ouvertes (= la réponse n'est pas de type "oui" ou "non")
- Pas de demandes d'aide / conseils sur les relations & rencontres svp (les autres forums sont faits pour ça)
- Pas de sondages / débats déguisés
- Mettez [SO] (Serious Only) si vous ne voulez que des réponses sérieuses
Répondre
Lesley Hughes a écrit :Nous sommes vraiment une drôle de troupe, nous, les spécialistes du changement climatique. Comme les autres scientifiques, nous nous levons tous les matins pour nous diriger vers nos bureaux, nos laboratoires et nos terrains. Nous collectons et analysons nos données, puis nous écrivons des articles dans des revues savantes. Mais c’est là que nous déraillons : nous sommes les seuls membres de la communauté scientifique à espérer chaque jour nous tromper.

Nous espérons nous tromper sur le rythme de la montée du niveau des océans, et sur le fait qu’une accélération aussi rapide risque d’inonder les foyers d’un milliard de personnes d’ici la fin du siècle. Nous espérons nous tromper sur la disparition de notre emblème naturel le plus précieux, la Grande Barrière de Corail, autrefois si magnifique. Nous espérons nous tromper sur la vitesse à laquelle fondent les glaciers des Andes et du Tibet, mettant en péril l’approvisionnement en eau douce de plus d’un sixième de la population mondiale. Nous espérons nous tromper sur le fait que les déplacements de populations dues à l’augmentation des désastres climatiques feront probablement passer l’actuelle crise des réfugiés pour un événement dérisoire. Nous espérons, nous espérons, nous espérons.
Source : Lesley Hughes (biologiste australienne)

Je suis d'un naturel optimiste. Mais depuis quelques années, la fenêtre se referme. Bien sur il y a de belles initiatives, des gens qui se bougent le cul. On prend trèèès lentement conscience de la catastrophe qui se profile à l'horizon. Mais on agit pas ou peu proportionnellement à ce qui est en jeu, aux souffrances qui nous attendent d'ici 10 ou 20 ans, peut-être moins ?

J'ai 99 raisons d'être pessimiste mais j'aimerais garder le moral.
Qu'est ce qui vous maintient à flot dans le contexte actuel ? Est-ce que vous faites quelque chose pour éviter le crash ? Est-ce que vous comptez sur quelqu'un ou quelque chose pour éviter le crash ?

Donnez moi 99 raisons d'espérer :D
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+2] Très intéressant le 04.09.19, 10h24 par Perlambre
La mobilisation pour le climat de la jeunesse européenne, à la suite de cette jeune suédoise Greta Thunberg, et sa capacité à prendre la mesure des enjeux de son futur !
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] En effet le 04.09.19, 12h51 par Jalapeno
  • [0] Pas convaincu le 04.09.19, 15h50 par Onmyoji
A vérifier si c'est vrai ou pas, mais il semblerait que le massif forestier mondial soit en réalité en augmentation, en dépit de tous les mauvais traitements que l'on inflige et catastrophes qui tombent sur les forêts.

Idem pour l'accès aux soins, à l'éducation et au taux de mortalité infantile dans différentes régions du monde.

A part ça ...... j'imagine que ceux qui détestent les animaux peuvent se réjouir, on n'aura bientôt plus que des moustiques, des punaises de lit et des pigeons difformes, et il faudra raconter aux enfants cette époque révolue où les girafes, lamentins, belugas et ours blancs existaient vraiment dans la nature. C'est ça qui, perso, me fait le plus mal : on bousille des millions d'années de miracles de biodiversité, on arrache toutes les pages du livre, irrémédiablement, et on arrive pas à ressentir l'urgence du dégat, comme si on pensait que "c'est pas grave, on a sauvegardé".
mais non : une fois qu'une espéce passe le point de non retour, elle est perdue p o u r__t o u j o u r s. Ca me rend fou.
(pardon j'ai digressé du coup)

Je me console en me disant qu'on vit dans une simulation, que rien de tout ça n'a de sens, et qu'après moi, bon courage à ceux qui restent et qui devront vivre sur une planète rendue semblable à un terrain vague en bordure de périph.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+2] Absolument le 04.09.19, 15h50 par Onmyoji
Salut,

La première bonne nouvelle, c'est qu'il y aura toujours du vivant sur terre même si l'humanité décline. Et finalement, cela va dans l'ordre des choses : des civilisations entières ont déjà disparu, tout comme des races animales. Aucune "organisation" n'est appelée à durer dans l'Univers.

La deuxième bonne nouvelle, c'est l'obligation qui nous est / sera faite de changer. Cela va nous obliger à penser de nouveaux modèles de société, d'entraide et d'interactions. Cela peut devenir une opportunité formidable de lier un niveau de connaissances élevé avec un mode de vie plus simple et plus centré sur la production de ses besoins principaux (alimentaires notamment). Bien des gens sont perdus, déroutés et malheureux aujourd'hui parce que leur vie n'a pas de sens : ils ont oublié leur lien avec la nature, ils ignorent qui ils sont, ils ne produisent rien de concret pour leur quotidien. Cela peut être l'effet d'une société comme la nôtre : consumériste et appuyée uniquement sur le divertissement.

Ce qui m'étonne en revanche, ce sont les gens qui font construire aujourd'hui une maison sur le modèle de celles des années 80 (chauffage fioul ou électrique, isolation médiocre, clim, pas de production d'eau ni d'énergie...). Adapter le bâti aux nouvelles tendances climatiques semble un impératif.
Sans obligation réglementaire les gens en général font avec leurs moyens. C'est ça l'explication. Pour le reste simulation ou pas c'est notre espace et c'est ça qui devrait compter, mais les gens sont trop médiocres pour s'en rendre compte.
Même si on nous annonçait demain que le monde allait sombrer dans un trou noir dans 1 an ou prendre une météorite suffisante pour causer notre extinction ou la destruction partielle ou totale du monde, les gens refusent de croire à la science et aux choses trop difficiles à accepter comme le fait qu'ils vont devoir se bouger pour changer leur sort.
C'est pas si étonnant finalement quand on voit les réactions de la plupart des gens sur un forum de développement personnel: il n'y a que si c'est inévitable que les gens changent. Mais beaucoup restent inertes. Le problème étant qu'on est tirés vers le bas par la majorité, comme d'habitude.

Et ça fait 60 ans que ça dure. Les climatologues tirent la sonnette d'alarme depuis les années 60. Ils avaient prévu le trou dans la couche d'ozone mais on a préféré attendre 30 ans pour interdire les CFC...
Alors je ne pense pas que quelques coups de RP avec une gosse manipulée soient d'une grande aide. Notamment parce que c'est trop visible. Ensuite parce que pourquoi écouter un fantoche alors qu'on écoute même pas nos plus grands responsables scientifiques qui eux, savent comment on peut agir.

C'est sûr que dans ce cas là la nature ne sera pas totalement détruite mais c'est bien plausible que seules certaines espèces terrestres survivent et pas forcément l'homme, qui trouvera bien inné bonne raison de se faire la guerre pour s'achever au lieu de traiter le problème de fond.
Mais peut-être que l'espoir est là finalement. Qu'il reste juste assez de survivants pour maintenir la pérennité de l'espèce, sans pouvoir retourner à court terme vers une civilisation technologiquement avancée, parce que même si ça devrait être notre salut le groupe est trop débile et irresponsable, et que la nature reprenne ses droits pendant ce temps.
En espérant qu'on apprenne de nos erreurs mais rien n'est moins sûr.
Et que les pollutions qui posent des problèmes soient résorbables avec le temps mais pareil c'est pas gagné.
Let's be the stuff dreams are made of...
tout comme des races animales
On parle pas de quelques espèces ça et là malheureusement, mais d'un évènement d'extinction massive, d'ores et déjà engagée et d'ores et déjà impossible à stopper, étant donné le haut niveau d'interdépendance des espèces au sein des écosystèmes, et leur fragilité.

C'est le syndrôme de la grenouille dans la casserole.
Nous sommes les grenouilles dans une casserole dont l'eau chauffe progressivement; à ceci près que, dans notre cas : on a invité tout le vivant à venir se baigner avec nous (il ne nous a rien demandé), et c'est nous qui rajoutons frénétiquement du bois dans le feu pour pas qu'il ralentisse.

Meilleur accès aux soins, baisse de la mortalité infantile, allongement des espérances de vie et amélioration du niveau de vie global : pas sûr que + d'humains en bonne santé et en capacité de consommer soit vraiment ce dont on a besoin à ce stade.

Que se passe-t-il quand l'eau des poissons devient trop sale ? Ils crèvent - un par un, mais à la fin ils crèvent tous.
Notre drame, c'est que notre aquarium est assez grand pour pas qu'on en réalise les limites, la tangibilité.
Et comme les poissons, il est le seul dont on dispose, et on ne pourra pas s'en échapper; et on pourrit l'eau à qui mieux mieux.


Honnêtement, je vois l'évolution galopante du niveau de pollution (micro plastiques notamment) et la raréfaction de tout ce qui fait la beauté et la santé du monde depuis 50 ans; alors si l'on se projette dans les prochaines 50 années à venir, j'ai énormément de mal à être optimiste. Les générations à venir nous envieront, et nous maudiront nous et nos parents, pour avoir tout foutu en l'air / laissé tout foutre en l'air en quelques décennies et de manière irrémédiable, malgré les warnings permanents, par simple apathie et incrédulité. Tout se sera joué en une centaine d'années.

La cuisine est en feu mais on préfère se dire que ça ne sent pas la fumée et continuer à regarder la télé. On est en train d'échouer au test de QI de l'Evolution. Dommage qu'on pourrisse tout le reste au passage.

Perso, j'aurai pas d'enfants : pas envie d'infliger un tel avenir à mes gosses.
Pas envie d'avoir à expliquer à mon hypothétique enfant qu'avant il y avait des lions ailleurs que dans des cages, qu'avant il y avait des papillons, qu'il y a plein d'oiseaux qu'il ne verra jamais ailleurs qu'à la télé, qu'avant on ne choppait pas la malaria en Europe et qu'avant la mer n'était pas un dépotoir saturé de merde; que nos générations tuaient des animaux à coups de fusil pour se détendre, qu'il était considéré comme acceptable d'avoir pour loisir de foutre de la colle sur les branches d'arbres pour attraper des petits oiseaux, qu'on s'est auto-empoisonnés comme des cons avec tout ce qu'on a pu jusqu'à niquer notre taux de fécondité, faire chuter le QI de nos enfants et faire reculer notre espérance de vie alors même que la médecine progresse.

Et je parle pas de la multiplication des catastrophes climatiques, des tensions alimentaires & d'accès à l'eau et crises migratoires / humanitaires qui ne manqueront pas de venir avec.

Franchement c'est pas politiquement correct, mais la seule solution réaliste que j'entrevois, c'est une pandémie massive, un bon gros reset qui nous renvoie 50 ans en arrière en terme de technologie et de démographie, sinon rien ne pourra empêcher notre oeuvre collective de transformation de la Terre en enfer pur et simple.


(c'est pas bien de le dire à voix haute I know, mais il est plus que probable que les grosses épidémies passées - peste, grippe espagnole, ... - nous aient offert quelques décennies de sursis de vie agréable). A part un autre évènement de ce type, je vois pas ce qui pourrait stopper / ralentir la locomotive.


Pardon je réalise bien que c'était pas le but du topic, mais honnêtement, y'a aucune raison d'être optimiste. Et pire, chercher des raisons d'être optimiste, c'est une façon de se foutre la tête dans le sable. C'est déjà plus l'heure, malheureusement.

On est en plein milieu de l'Atlantique, le bateau prend l'eau, l'équipage s'est barré il y a 30 ans, désormais occupons notre temps comme on peut.
Pas mieux. Convaincu qu'on est la grenouille dans la casserole.
Scientifiquement, ce que je sais, ce que je comprends de ce que je lis, ce que je constate, me fout la tête dans le seau.

A ce stade je ne vois que deux raisons d'être optimiste :

- la foi dans le génie humain : la technologie nous sauvera il faut aller encore plus vite plus loin
- la foi dans le genre humain

Je n'ai ni l'un ni l'autre.

Et pourtant nous sommes là, sur FTS, continuant à aller à notre job, a regarder l'avenir à court terme, etc...

On a ouvert la boite de Pandorre, et c'est peut être finalement l'espoir qui va précipiter notre perte, nous empêchant d'affronter les dangers.
If you want to touch the sky,
Fuck a duck and try to fly !
Aucune inquiétude pour la planète ou les autres espèces.
Il y a eu aux moins 6 extinctions de masse depuis l'apparition de la vie, dont une qui a failli rayer toute forme d'existence. On est là, pourtant.

J'ai pas d'optimisme particulier pour le genre humain. On est pas là depuis longtemps et rien n'indique que nous soyons l'alpha et l'omega de l'évolution. On s'éteindra probablement, comme d'autres espèces avant nous et d'autres choses apparaîtrons.
On a pas les moyens de rayer toute forme de vie de la planète, loin s'en faut. La nature se remettra de notre ( plus ou moins ) bref passage.

Pour l'optimisme, j'ai un peu envie de dire : Après moi le déluge. La prise de conscience de quelques jeunes occidentaux privilégiés cheminant derrière leur idole provisoire changera peanut.
Il y a eu des dégâts et il y en aura beaucoup d'autre, qu'importe les promesses des gouvernements ou le greenwashing des grandes sociétés.
L'écologie, bien souvent, c'est chouette quand t'as une éducation, du job et du fric. C'est plus une préoccupation majeur quand tu dois bouffer.
Devinez ou se situe l'écrasante majorité de la populace mondiale ?
FK a écrit :
04.09.19

(c'est pas bien de le dire à voix haute I know, mais il est plus que probable que les grosses épidémies passées - peste, grippe espagnole, ... - nous aient offert quelques décennies de sursis de vie agréable). A part un autre évènement de ce type, je vois pas ce qui pourrait stopper / ralentir la locomotive.


Il est un fait que l'épidémie de peste bubonique du 14eme siècle, nonombstant les drames démographiques humains et tout le toutim, a été une aubaine pour le petit peuple après la crise, qui moins nombreux a pu faire valoir des droits et les acquérir face à une noblesse bien dépitée...
Qu'est ce qui vous maintient à flot dans le contexte actuel ? Est-ce que vous faites quelque chose pour éviter le crash ? Est-ce que vous comptez sur quelqu'un ou quelque chose pour éviter le crash ?
Ca parait un peu dérisoire, mais je sens un frémissement, de plus en plus de gens changent radicalement de mode de vie, pour quelque chose de plus minimaliste, moins tourné vers la possession matérielle et la consommation, et une empreinte réduite dans la mesure du possible. Bien sûr, les 99% restants se foutent de leur gueule, mais les 1% montrent que c'est possible (et que ça rend pas malheureux, plutôt l'inverse semble-t-il).
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Constructif le 05.09.19, 00h23 par Jalapeno
Ca parait un peu dérisoire, mais je sens un frémissement, de plus en plus de gens changent radicalement de mode de vie, pour quelque chose de plus minimaliste, moins tourné vers la possession matérielle et la consommation, et une empreinte réduite dans la mesure du possible. Bien sûr, les 99% restants se foutent de leur gueule, mais les 1% montrent que c'est possible (et que ça rend pas malheureux, plutôt l'inverse semble-t-il).
En Europe, peut-être. Aux USA, en Asie, partout ailleurs....
En outre, j'ai aussi pas mal de connaissances qui essaient de faire évoluer leurs habitudes ( acheter d'occasion, bouffer moins de viande, etc ). En parallèle, ils voient aucun problème à faire 20 ou 30 000 km en avion chaque année.

Les gens se paient une bonne conscience.
Oldboy: on a parfaitement moyen d'éliminer toute vie un brin évoluée de la planète. Déjà on a plus ou moins niqué les océans et si la température grimpe pas sûr que ce soit propice au développement de nouvelles formes de vie. Celles qui vivent dans les déserts actuels n'y sont que parce qu'elles ont évolué sur des centaines de milliers d'années.
Si on élimine 99% des êtres vivants et que les conditions ne sont pas favorables le 1% si restera sera sans doute les trucs primitifs qui ont déjà survécu et sont restés bloqués au niveau de l'évolution.
Genre planète couverte de trilobites et de fougères.
Let's be the stuff dreams are made of...
Oldboy: on a parfaitement moyen d'éliminer toute vie un brin évoluée de la planète. Déjà on a plus ou moins niqué les océans et si la température grimpe pas sûr que ce soit propice au développement de nouvelles formes de vie. Celles qui vivent dans les déserts actuels n'y sont que parce qu'elles ont évolué sur des centaines de milliers d'années.
Si on élimine 99% des êtres vivants et que les conditions ne sont pas favorables le 1% si restera sera sans doute les trucs primitifs qui ont déjà survécu et sont restés bloqués au niveau de l'évolution.
Genre planète couverte de trilobites et de fougères.
La vie " non évoluée " représente genre 9x % de la vie tout court, en masse biologique. Éliminer les grands animaux, oui. On y arrivera probablement de toutes façons, vu la destruction des habitats.
Éliminer la vie tout court ( d'après ce que j'ai lu, je suis pas un spécialiste ) c'est se voir plus grand que nous ne le sommes
SUPERTROLL a écrit :Sale bande de fermiers !!! L'espace nous sauvera.

Image
Plus sérieusement, j'oublie si j'avais déjà posé la question ici, mais...
The Pop a écrit :A ce stade je ne vois que deux raisons d'être optimiste :

- la foi dans le génie humain : la technologie nous sauvera il faut aller encore plus vite plus loin
- la foi dans le genre humain

Je n'ai ni l'un ni l'autre.
THIS !

POURQUOI ? Pourquoi les gens ont à ce point perdu la foi dans le progrès ? Est-ce parce qu'au fond, ils ne l'ont jamais réellement eu ?

(Et puis un petit peu même question le genre humain aussi quand même :mrgreen: )
."Maxime : ne fréquenter personne qui soit impliqué dans cette fumisterie éhontée des races".
Friedrich Wilhelm Nietzsche, 1887

."L'homme raisonnable s'adapte lui-même au monde; l'homme déraisonnable continue à essayer d'adapter le monde à lui-même. Donc, tout progrès dépend de l'homme déraisonnable".
George Bernard Shaw, 1957

."La plus belle des ruses du diable est de vous persuader qu'il n'existe pas".
Charles Baudelaire, 1862.
Iskandar a écrit :
05.09.19

Plus sérieusement, j'oublie si j'avais déjà posé la question ici, mais...
The Pop a écrit :A ce stade je ne vois que deux raisons d'être optimiste :

- la foi dans le génie humain : la technologie nous sauvera il faut aller encore plus vite plus loin
- la foi dans le genre humain

Je n'ai ni l'un ni l'autre.
THIS !

POURQUOI ? Pourquoi les gens ont à ce point perdu la foi dans le progrès ? Est-ce parce qu'au fond, ils ne l'ont jamais réellement eu ?

(Et puis un petit peu même question le genre humain aussi quand même :mrgreen: )


Peut être parce que nos progrès techniques, technologiques, et notre compréhension des choses se sont suffisamment améliorées pour nous rendre compte qu'on est en train de créer à une vitesse sidérante une masse de problèmes qu'on n'est pas capable de résoudre dans le temps imparti au vu de notre inertie...
En gros, on est assez intelligents maintenant pour se rendre compte de nos conneries.



Ceci dit, si tu veux savoir ce qui me désespère le plus ? C'est d'avoir l'impression de voir le mur arriver, et de me sentir incapable d'appuyer sur le frein. J'veux dire, à titre individuel, je ne trouve aucune bonne raison à ne pas changer drastiquement mon mode de vie. Mais je n'y arrive juste pas. Je modifie par petites touches, je colle des sparadraps, alors même que j'ai les moyens, l'éducation, les connaissances pour faire différemment.

J'arrive même pas à me débarrasser d'une vilaine addiction au Coca, alors face à ce désastre écologique qui arrive, j'me sens bien naze. C'est vous dire mon pessimisme, si moi qui ai tant d'atouts, j'arrive pas à changer et agir efficacement, combien seront nous (oui j'ai pas perdu espoir d'avancer sur ce chemin) à y arriver ? La faiblesse de ma volonté face à cette catastrophe imminente me donne l'impression d'être une biche sur une route de nuit qui reste figée en regardant les phares.
If you want to touch the sky,
Fuck a duck and try to fly !
Jalapeno a écrit :Qu'est ce qui vous maintient à flot dans le contexte actuel ? Est-ce que vous faites quelque chose pour éviter le crash ? Est-ce que vous comptez sur quelqu'un ou quelque chose pour éviter le crash ?
J'ai la foi en la tehcnologie et la foi en l'humain.

Niveau technologie, je suis sur la même ligne que Nolan dans Interstellar. C'est en avançant qu'on se sauvera, pas en reculant. En somme, les choses vont se passer comme d'hab.

Niveau organisationnel, j'espère toujours. J'avoue, pour l'instant, je suis resté assez désintéressé du problème, mais je pense que ça va changer bientôt. Je refuse le défaitisme ambiant. Si les européens au XIXème siècle avaient eu une telle mentalité (et hônnetement, tout poussait plutôt dans ce sens...), notre vie professionnelle ressemblerait encore à ça :

https://lewebpedagogique.com/cm2saintyv ... 04x270.jpg

(J'exagère ? Non Uber ! )

Par contre, même moi ait perdu foi dans l'idée qu'on parviendra à sauver tout le monde, qu'on sauvera tout le monde dans le calme, l'harmonie ou même que notre monde actuel survivra.

Bref, je crois qu'on s'en sortira. Mais pas les 7 milliards d'humains, ce sera dans une violence extrême et avec une carte du monde qui ne ressemblera probablement pas à ce qu'on connaît aujourd'hui...


Ah oui, et parce que, ça par contre, c'est bel et bien le présent, avec un environnement (et donc des ressource) qui sera moins hospitalier. Si vous croyez que ce n'est pas encore le cas, renseignez-vous sur les Bahamas. Apparemment, d'ici 20 max, certaines zones du Moyen-Orient seront inhabitables (parce qu'on ne peut pas vivre dans un territoire qui connaît régulièrement des 50°...).
Raison N°1 : récemment des déchets provenant du Canada entre autres ont été retournés à l'expéditeur par des pays d'Asie. Ca va forcer les pays d'Occident à revoir leur gestion des déchets en arrêtant la politique du "je suis pas pollueur car je fous ma merde chez les autres". Comme quoi Trump a du bon.

Raison N°2 : la RSE est en plein essor, surtout en France. Ok beaucoup d'entreprises sont hypocrites mais justement : être socialement et environnementalement responsable devient un gage de pérennité pour les entreprises ! Or l'entreprise est la base de la pollution industrielle.

https://www.credit-agricole.fr/entrepri ... ntiel.html

(je fais aucune pub, je fais juste remarquer que même une banque se lance dans la RSE).

Raison N°3 : les résultats des élections européennes. "La surprise verte" : 13,5% en France, de quoi peser sur la politique.

Raison N°4 : l'Ecosse montre la voie de l'éolienne. En 2019, elle aurait de quoi alimenter 2 fois sa population.

Raison N°5 : l'humain a moins de poids que vous le croyez. Que sommes nous face à une tempête, une éruption volcanique, un tsunami ? Rien. Ayez confiance en la capacité de la nature à reprendre ses droits.

Raison N°6 : les Etats-Unis sont souvent frappés par les catastrophes naturelles, alors que les USA sont le berceau de la mondialisation et du capitaliste.

Raison N°7 : votre temps est compté, vous serez peut-être déjà mort dans 50 ans et vous ne pouvez donc pas préjuger de l'état des choses à ce moment là. L'avenir n'est pas statique, il est dynamique et peut fortement évoluer du fait des variables. Ne soyez convaincu de rien.
Répondre