Votre pire rancard

Note : 0

le 12.12.2013 par amelieforyou

45 réponses / Dernière par Nicophil le 15.03.2017, 16h43

Une question que vous avez toujours voulu poser aux autres, et qui ne concerne pas les relations amoureuses ? C'est ici.
Lachez-vous, faites preuve d'imagination, et n'hésitez pas à répondre aux autres questions.
Vous souhaitez poser votre question ou répondre en restant anonyme ? Créez-vous un nouveau compte utilisateur, c'est OK.
- De préférences, des questions appelant à des témoignages & anecdotes personnelles
- Questions farfelues / imaginatives OK
- Uniquement des questions ouvertes (= la réponse n'est pas de type "oui" ou "non")
- Pas de demandes d'aide / conseils sur les relations & rencontres svp (les autres forums sont faits pour ça)
- Pas de sondages / débats déguisés
- Mettez [SO] (Serious Only) si vous ne voulez que des réponses sérieuses
J'en ai un pas mal qui date de la fin de l'année dernière, donc pas trop longtemps. Il peut rivaliser avec un autre quand j'étais au lycée y'a 10-15 ans, qui s'était fini en rentrant chez moi par une belle crise de larmes. J'ai pourtant chialé que 2 fois pour une nana.
Là je dois filer, je poste surtout pour ne pas zapper mais je vous préparerai ça d'ici ce week-end.
Mandeville a écrit :Je paye toujours le premier verre. J'invite, je paye. Point.
Si la fille fait la démarche de m'offrir le second j'apprécie beaucoup.
Idem, ça me parait normal si c'est moi qui invite. Je fais la même chose avec mes potes donc ça ne me gêne pas. Par contre, pour la 2ème tournée, j'aime bien quand la fille prend l'initiative. C'est mignon comme tout et souvent si elle propose une autre tournée c'est que, à defaut d'être intéressée, elle passe un bon moment... Pour moi c'est le principal
Pour l'instant, les récits qui remportent la palme sont ceux de Smooth et de Luxlisbon.

Mon pire rencart: ça a duré une heure, on était posé sur un banc, et elle a passé son temps à me raconter sa vie passionnante. Puis à un moment :
Moi: Et à part ça?
Elle: J'ai un cheval
C'est tout ce dont je me souviens. J'ai prétexté que je devais retrouver des potes et je me suis barré.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] mdr !! le 15.02.14, 09h30 par Snow
  • [0] lol le 15.02.14, 09h57 par Hydrogene
Mon pire rencard ? je savais méme pas que ca en etait un ...

c'etait avec une nana ? non avec un homosexuel de 40 ans qui me dragué et j'ai rein compris , jpensais juste que c'etait un pov' gars qui voulais pas boire son verre seul ...

quand il a commencer a me prendre la main , bordel !Image

ça compte pas hein ? dites moi que ça compte pas !

:pokerface:
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] mdr !! le 15.02.14, 16h39 par amelia
Re.

Alors je vais commencer par le plus récent. Y'a quelques mois je crois, avant les fêtes de fin d'année, j'étais pas dans un super "karma": rythme du stage difficile à tenir, sommeil insuffisant et entrecoupé, soulé par mes tentatives foireuses pour aborder, embrouilles fréquentes avec mes parents...

Bref, un vendredi-soir, je me querelle une fois de plus avec mon père pour une broutille. J'avais pas prévu de sortir, mais là j'avais envie de compagnie. Je me connecte sur OVS, et y'avait une nana de 24 piges à peu près avec qui on échangeait depuis 2-3 jours en mp. On se rencarde, on échange les numéros, et déjà j'attaquais très mal le rencard quand elle a appris que j'avais ni le permis, ni la bagnole, et que je créchais chez les vieux en attendant mieux. Je commençais aussi à râler sur la terre entière au téléphone en plus!
Elle habite pas loin, mais se retrouve à faire le "tacos" en me prenant à la gare la plus proche de chez moi, et on se retrouve dans un pub sympa et "branché" du coin qu'elle connait bien; moi déjà moins.

D'habitude, je suis du genre souriant et pas mal déconneur mais ce soir-là j'étais trop pas dans le coup. La pauvre, elle s'est tapé un Caliméro déprimé en train de radoter en face de sa tronche pendant une bonne heure je crois. Au bout d'un moment, elle en a eu marre et m'a carrément laissé en plan, prétextant une grosse fatigue et un lever tôt le lendemain-matin. Je me suis retrouvé solo à la table, à me taper un bon dîner "mexican burger-frites/crudités" (vraiment pas mal d'ailleurs au passage ^^) et un petit cigarillo sur la terrasse, sans parler à personne, en regardant impuissant les autres jeunes s'amuser et flirtouiller, et en tirant une tronche de psychopathe.
Pis je me suis rentré, je sais pu trop quand ni comment.

Je note que l'endroit a l'air assez sympa; j'y retournerai bien un soir de meilleur humeur, quand j'aurai quelqu'un pour m'y accompagner.
madaniso a écrit :
Serial a écrit :
Ça m'a achevée : je lui ai dit que je couchais avec qui je voulais, que ce n'était pas son affaire et qu'il allait rentrer tout seul dans son camping.
Le plus triste ? Il m'envoie régulièrement des messages sur Adopte et par SMS pour qu'on se revoie...
(ce que j'ai mis en gras) Une nuance que beaucoup de mecs ont du mal a comprendre j'ai l'impression. C'est pas parce que tu t'es déplacée pour le voir que tu doit ou va forcement coucher avec lui.
Mais chaud ton histoire quand même.
Il y a beaucoup de mecs comme ça ^^. Mais bon ça fait pitié quand même. Faut quand même avouer que si on couche avec une fille, c'est parce qu'elle nous plait (physiquement et mentalement) et que si elle nous plait, c'est qu'on a réussi à la séduire aussi.

Du coup, ce genre de mecs à la limite, ils vont au bois de Boulogne, 40 euros, l'affaire est réglée. Mais non ils ont encore trop de fierté pour faire un forcing en lui demandant limite de faire du social en couchant avec lui.
Alors... Par où commencer ?

Par cette histoire de 50€ qui ont glissé de ma poche ? elle est vraie.
Et je peux vous dire que quand vous avez passé trois semaines à faire des économies de bouts de chandelle pour cause de budget strictement limité et que ce genre de mésaventure vous arrive en toute fin de parcours, ça fait mal au cul (littéralement puisque, ayant dû piocher dans mes réserves, je me verrai par la suite contraint de faire une passe dans des conditions no safe pour pouvoir payer la réparation du joint de culasse et ne pas avoir à abandonner ma caisse en pleine cambrousse).


Maintenant, je replace l'histoire dans son contexte :
Je suis un trentenaire célibataire. J'avais une belle bande de potes mais désormais ils sont tous casés, en train de faire des enfants. Je ne sais pas quoi faire de cet été de vacance.
J'ai vécu 7 ans à Paris, disons que je n'ai pas réussi à percer et ça s'est soldé par un retour plutôt piteux en province (le mood est assez clairement celui du film Lonesome Jim). Je me souviens de toutes ces fois où j'ai ressenti comme un grand manque de ne pas avoir de voiture pour échapper à Paris, pour m'échapper de Paris. Et qu'il y avait tous ces sites touristiques dans un rayon de seulement quelques dizaines de km mais dont la visite a toujours été repoussée à des calendes qui se sont révélées grecques.

Alors je pars à l'aventure pour trois semaines. Une espèce de road-movie en Ile-de-France, de camping en camping : je mets la tente dans le coffre et je prends la route.
Pour joindre l'utile à l'agréable, je m'inscris sur Adopte ; et forcément je me localise à Paris même (vers Montmartre...). Je vais réussir à décrocher quelques dates mais ça ne va pas matcher. Globalement, je me retrouve quand même assez rapidement coincé d'un côté ou un autre par mon gros fake.


Avec Lux, on a commencé à discuter au tout début (le premier jour je crois bien) de mon inscription. Elle a un profil intéressant. Très intéressant même. Trop : les autres profils sont fades à côté, j'ai beau passé des heures sur Adopte, elle reste la number one, de loin.
Mais : au début, je ne la sens pas intéressée plus que ça ; après, je l'idéalise et je ne me sens pas à la hauteur ; à la fin je serai rattrapé impitoyablement par mon fake. Il y a un compte à rebours, nous perdons du temps à badiner, je repousse la date du retour de deux jours mais la dead line finit par arriver. Et c'est comme ça que je vais débouler à Nation à une heure tardive, le coeur battant mais dans une configuration périlleuse.

Mais je n'arrivais pas d'un camping (!), depuis deux ou trois nuits j'avais pris mes quartiers dans un hôtel en banlieue. Quand nous serons à ma voiture à la fin, je sortirai effectivement le cognac de la boîte à gants... mais aussi deux verres du coffre. C'est là que je lui montre la tente (qui est en vrac dans le coffre). Donc la tente ne pouvait pas être à nous attendre du côté de Vincennes ou je sais pas où. CQFD
Répondre