Votre vie a-t-elle déjà été en danger ?

Note : 0

le 14.04.2019 par FK

14 réponses / Dernière par Oldboy le 21.04.2019, 20h52

Une question que vous avez toujours voulu poser aux autres, et qui ne concerne pas les relations amoureuses ? C'est ici.
Lachez-vous, faites preuve d'imagination, et n'hésitez pas à répondre aux autres questions.
Vous souhaitez poser votre question ou répondre en restant anonyme ? Créez-vous un nouveau compte utilisateur, c'est OK.
- De préférences, des questions appelant à des témoignages & anecdotes personnelles
- Questions farfelues / imaginatives OK
- Uniquement des questions ouvertes (= la réponse n'est pas de type "oui" ou "non")
- Pas de demandes d'aide / conseils sur les relations & rencontres svp (les autres forums sont faits pour ça)
- Pas de sondages / débats déguisés
- Mettez [SO] (Serious Only) si vous ne voulez que des réponses sérieuses
Répondre
Que s'est-il passé ?
Une flèche (pointue et tout) est passée à 10 cm de ma tête quand j'étais gosse.
J'ai failli mourir quelques fois en voiture, que ce soit en tant que passager ou conducteur.
Je me suis rattrapé in extremis en me vautrant du haut d'une petite falaise dans les gorges du Verdon.
Et je risque ma vie plusieurs fois par jour quand je roule à vélo :mrgreen:
Je me suis rattrapé in extremis en me vautrant du haut d'une petite falaise dans les gorges du Verdon.
ça mérite une explication !
Petite séance de canyoning avec des potes, le guide propose d'escalader une petite falaise d'une dizaine de mètres et de plonger dans l'eau depuis le sommet. Ça a l'air assez facile et du coup je m'y colle (je suis le seul à y aller d'ailleurs). Arrivé en haut je prends mon élan et je dérape sur la roche humide juste avant de sauter. Je glisse, d'en bas mes potes hurlent ; et finalement je me rétablis tout juste sur le bord, par je ne sais pas quel miracle... Puis j'ai respiré un grand coup et j'ai quand même sauté :D

Après tout il y a des endroits plus craignos pour crever bêtement :mrgreen:

Image
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Sympa :) le 14.04.19, 21h46 par FK
Accident de moto, on m'a coupé la route, j'ai fait un soleil, petit tour aux urgences finalement rien de cassé (mais une bonne semaine d'arrêt). Sur le coup je me suis vraiment dit que j'allais mourir (je l'ai tapé à 50km/h au moins).
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Fichtre ! le 18.04.19, 14h43 par FK
J'ai voulu déplacer la lampe de bureau métallique récupérée chez mon grand père. Ce faisant le domino avec lequel la rallonge était raboutée s'est décroché en laissant les fils à nu. Chance, j'ai seulement pris une grosse châtaigne. Maintenant je m'en sers plus jusqu'à réfection complète du circuit !
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] OMG le 18.04.19, 14h43 par FK
  • [0] Effectivement le 18.04.19, 19h56 par Onmyoji
Les trois dernières vu que j'ai l'habitude:

- Je pédale fin 18h début 19h le 2 octobre 2016. Il commence à faire sombre mais il y a du soleil. Un vieux est garé sur le trottoir, il ouvre la portière de sa voiture quand je passe, je prends l'angle de la portière en plein dans la poitrine. Le vieux n'appelle pas les urgences, alors que j'arrive à peine à respirer et que je suis recroquevillé par terre, et me demande de me relever parce que je n'ai rien. Un automobiliste s'arrête une minute plus tard (c'est une petite route pas très fréquentée) et s'occupe d'appeler les secours et de s'assurer que je vais bien. Fracture du sternum.
Je rappelle le vieux le lendemain pour lui dire que je ne suis pas mort et pour bien vérifier que le nom et l'adresse qu'il m'a donné sont bons. Il me dit d'appeler son assurance, de ne plus le déranger et de mettre une lumière à l'avant du vélo la prochaine fois. Gros connard, sacré FDP mais il m'aura bien fait rire quand même.

- Je suis sur une ligne droite en scooter au bled à 70km/h sur une "route de campagne". Une voiture me coupe soudainement la route pour tourner. Je freine d'urgence mais je me prends quand même la porte passager arrière de la voiture. Je glisse le long de la route, ma jambe droite morfle en dessous du genou et mon pied prend un peu aussi. Je me suis aussi foulé le poignet droit et j'y ai des brûlures superficielles également. Le chauffard jure que ce n'est pas de sa faute mais il y a des témoins. Je n'ai rien pu soulever de lourd pendant un mois.

- Last but not least. Je geeke depuis point d'heure sur mon ordi lorsque soudainement, je ressens un profond malaise, mon rythme cardiaque ralentit, j'ai du mal à respirer, j'ai des douleurs à la jambe gauche et au bras gauche. Les douleurs au bras gauche sont là depuis la veille donc je me lève et prends de grosses bouffées d'air mais la sensation ne s'arrête pas, j'ai l'impression que mon cerveau est compressé et que je vais tomber raide peu après. J'appelle les pompiers. Batterie de tests à leur arrivée. Tout leur semble normal. Je suis quand même envoyé aux urgences après avoir fait un tour rapide à la clinique du coin qui n'avait pas le matos pour me faire faire les bons tests. Après quatre heure d'attentes aux urgences, le verdict tombe. Je n'ai rien. Rien de rien.
Je trouve ça bizarre mais je rentre quand même chez ma tante pour me reposer. Quelques jours plus tard, je me rends compte que je portais un pantalon slim que j'avais serré comme un malade à la ceinture. En gros, je me suis coupé la circulation en restant assis trop longtemps au même endroit dans un pantalon slim trop serré au niveau de la taille. Ça aurait été bête comme mort quand même.

Bon y'en a pas mal d'autres mais ça c'est les trois dernières années.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] OMG le 18.04.19, 21h03 par FK
  • [0] VDM le 21.04.19, 20h41 par Oldboy
voucny a écrit :J'ai voulu déplacer la lampe de bureau métallique récupérée chez mon grand père. Ce faisant le domino avec lequel la rallonge était raboutée s'est décroché en laissant les fils à nu. Chance, j'ai seulement pris une grosse châtaigne. Maintenant je m'en sers plus jusqu'à réfection complète du circuit !
Un souvenir de mes treize ans me revient : je récitais une leçon à ma mère, dans sa chambre. Machinalement, je chipotais aux affaires sur sa table de nuit, le fil de sa lampe, l’interrupteur, le support, le soquet... et ne réalisant pas qu'il n'y avait pas de lampe, je mets mes doigts dedans. Le courant était branché. Grosse châtaigne aussi... et bonne leçon à la clé !

Si non autre souvenir : petit, j'ai eu à subir pas mal d'opérations aux oreilles, notamment la pose de drains. Lors d'une de ces opérations (7 ans au compteur), l'anesthésiste avait remarqué que mon métabolisme traitait l'anesthésiant très vite. Frustré, il a appuyé sur la dose. Je n'ai pas pu marcher pendant quarante-huit heures. Moi je trouvais ça cool qu'on me porte. Ma mère rigolait beaucoup moins. L'anesthésiste n'a pas dormi durant tout ce laps :mrgreen:
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] WTF le 18.04.19, 20h00 par Onmyoji
2eme ou 3eme fois que jfais du surf, après 3h à me donner à fond, j'ai plus de jus et je me rends compte que je suis à 500m au large et mes potes sont très loin, début du flippe. je mange vague après vague dans la gueule sans avoir la force de remonter sur ma planche. je bois la tasse, je tousse je met de plus en plus longtemps à remonter à la surface avec cette terreur qui vous gèle le cerveau.
C'était y'a 6ans et je me rappelle distinctement de ce moment ou je me suis dit si je me calmais pas de tout de suite j'allais crever comme un connard sur cette plage à la con. Je me suis allongé sur la planche, j'ai laissé les vagues me pousser en diagonale, je suis arrivé sur la plage à 4 pattes et j'ai gerbé mes tripes.
Jme suis forcé à retourner surfer le lendemain, putain j'étais pas tranquille :lol:
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Pas cool le 18.04.19, 21h02 par FK
Agression à Bogota, déjà mentionnée. En vrai nous étions tous dans un état second (eh oui), et personne n'a été vraiment traumatisé. Sans compter que tout s'est passé en moins de 3 minutes, ca n'a pas laissé le temps de monter en pression.

Sinon, je me rappelle une session de hors piste en snow quand je devais avoir 16-17 ans. Mon pote est régular, je suis goofie, ce qui fait que je n'avais pas une bonne visibilité sur la suite a ce moment, car la maniere dont nous surfions le mettait face à la pente et moi face à la montagne. J'ai tourné un peu tard et réalisé seulement a la derniere minute qu'il y avait une falaise de 6 - 7 metres. Je m'arrête à 1 metre du bord, me calme et mets une bonne vingtaine de minute à remonter les deux metres qui me permettent de continuer sereinement. Bizarrement, j'étais aussi calme qu'en train de me chier dessus (pas littéralement).
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Bien joué le 19.04.19, 09h59 par FK
Je crois que j'aurais pu mourir plusieurs fois quand j'étais petit :

- une première fois au collège, je devais être en 6e; vous connaissez le jeu où on se fout des herbes gramineuses (pleines de pisse de chat probablement) dans la bouche, et on tire et ça met les graines au coin de la bouche et ça fait des "moustaches" ? Ben quand on le fait, faut pas inspirer par la bouche au même moment.
Je me suis retrouvé avec des graines hyper collantes plein le gosier, impossible de respirer, poumons pas assez remplis pour pouvoir expulser correctement, pas de gag reflex pour vomir, ça sortait pas.
En l'espace de 3 secondes je me suis vu mourir.
Ca a beaucoup fait rire mes petits camarades.

- une autre fois, même période, dans le gymnase, les gros tapis en mousse épais de 80cm sur lesquels on adore se jeter; y'en avait un contre le mur. Je m'assieds par terre, le dos contre le tapis. Il me tombe dessus, et m'écrase de tout son poids (LOURD). Moi, gabarit crevette malade, en dessous, plié en deux, le menton sur les genoux, impossible de bouger, impossible de respirer. Par miracle j'ai réussi à basculer sur le côté en chien de fusil et ainsi à libérer ma cage thoracique. Des années plus tard, j'ai eu des problèmes de lumbagos et sciatiques à répétition, ça vient clairement de ce jour-là.

- une fois en Martinique, on avait loué un bateau à plusieurs, le bateau traçait en pleine mer, pleine vitesse. Moi je suis à l'arrière. Je m'assieds et me penche en arrière pour m'appuyer sur le bastingage. Y'en avait pas (l'arrière du bateau était ouvert). Je sais pas par quel miracle j'ai réussi à pousser les abdos pour me redresser et ne pas basculer dans l'eau; je sais pas si quelqu'un aurait capté immédiatement que j'étais tombé, le bateau aurait continué sa course je pense - et retrouver une tête d'enfant qui flotte dans la mer, les vagues, l'écume, c'est pas gagné. Je sais plus si j'avais un gilet (je pense pas).

- même weekend, même bateau : arrivés en pleine nuit et forte mer dans la baie de la Guadeloupe; les mecs pressés d'arriver, parce que la tempête menace, mettent les gaz, tout droit. Sauf que non, tout droit, il aurait mieux fallu contourner les rochers. Le bateau rebondit plusieurs fois sur les rochers, et s'immobilise sur l'un d'entre eux, éventré, équilibre précaire, battu par les vagues, de plus en plus fortes. Pas bon. Les pieds nickelés essaient de lancer une fusée de détresse. Vague, déséquilibrés, la fusée par dans la banquette et fout le feu. Super. La radio déconne. Super. C'est Paques : les antillais sont en train de faire ripaille et de picoler. Heureusement des douaniers patrouillaient, ils voient le bateau en sale posture. Ils mettent un zodiaque à l'eau pour venir nous évacuer, avec un mec devant qui éclaire à la lampe torche parce qu'il fait nuit noire. Le zodiaque se retourne à cause des vagues, les douaniers s'éclatent sur les rochers, se prennent le réservoir d'essence sur la gueule. Au bout de X tentatives, ils arrivent, en sang, jusqu'à nous. Il fallait alors mettre les enfants (nous) dans le zodiaque et refaire le périple inverse. Pas hyper confiants. Heureusement ça a été, on a fini la nuit sur le bateau des douaniers. Un weekend plutôt sympa en fin de compte
Pour ma part c'est arrivé il y a 4 ans en boîte alors que j'étais avec un ami : j'ai bousculé un mec en revenant des toilettes (couloir étroit donc normal), le mec s'est emporté, le ton est monté, le type s'est fait mettre dehors par un videur.

A la sortie le mec nous attendait avec un pote à lui.

Gros black out, je me réveille à côté de la police.

J'ai appris que le mec s'est acharné sur ma tête à coups de pied (et uniquement à la tête) --> trou de 6mm ressemblant à un petit cratères + fractures de plusieurs os de la face + air dans le cerveau + commotion cérébrale --> 1 mois d'incapacité totale de travail dont 12 jours à l'hôpital dont 3 jours en soins intensifs + opération chirurgicale reconstructrice de la face --> 10 ans de surveillance médicale.

4 ans de procès et toujours en cours (lenteur de la Justice) :blbl:

Après ça on relativise ses petits soucis et on a une autre approche de la vie, on se rend compte de sa vraie valeur et le fait qu'elle peut basculer en un rien de temps (et pour une broutille dans le cas présent)...
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] OMG le 19.04.19, 16h04 par Jalapeno
  • [0] WTF le 19.04.19, 17h03 par Spongebob
  • [0] OMG le 19.04.19, 17h05 par The_PoP
  • [0] WTF le 19.04.19, 17h45 par Popovski
  • [0] Wow le 19.04.19, 19h22 par Onmyoji
  • [0] Courage le 19.04.19, 21h01 par FK
  • [0] Wow le 19.04.19, 21h02 par Thedaze
  • [0] Wow le 20.04.19, 00h53 par Nonchalance
Léger hors sujet mais ça parlera sans doute à certains:
pour paraphraser la citation que je ne retrouve pas, l'inaction est plus mortelle qu'une prise de risque...
Non mais voir quelqu'un sur le point de mourir ça apprend à avancer dans sa vie. Ado, j'ai eu des pensées suicidaires et j'étais pas bien. Typiquement, je trainais avec les mauvaises personnes. J'ai gardé des traces sur mon corps de mutilations qui ma rappellent aujourd'hui l'importance de s'aimer.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Like a boss ! le 21.04.19, 18h51 par voucny
J'ai une cicatrice au menton, qui date d'environ 5 ans. Si on me demande d'ou elle vient je répond que je suis tombé dans un trou au cimeterre.
Pour aller en ville, il était plus rapide pour moi de traverser le cimeterre. J'étais au téléphone avec une amie, je devais aller boire un verre avec elle, il faisait nuit et soudain l'obscurité a été totale. Je reprend mes esprits et je réalise que je me trouve à plus de deux mètres de profondeur, dans une benne métallique malencontreusement laissée ouverte, qui sert à mettre du compost. Pas de bol, c'est l'hiver, et rien ne s'est interposé entre mon menton et le métal rouillé. Je me traîne hors du trou, je m'évanouis deux trois fois, ma pote hurle au téléphone parce que je raconte des trucs pas cohérents et m'engueule pour que j'aie à l'hôpital.
Je rentre chez moi en titubant et en passant devant un miroir, je réalise que je suis couvert de sang et que j'ai une coupure nette au menton, jusqu'à l'os. Je suis donc aller me faire recoudre, puis je suis tout de même aller boire mon verre, sans passer par le cimeterre.
Le doc, qui s'est quand même foutu de moi quand j'ai raconté mon histoire, m'a dit que j'ai eu une sacré veine. Près de 4 mètres de chute entre la pointe de mon menton et le métal et j'ai rien eu. Pas de dents cassées, rien à la mâchoire, nada. Les montagnards ont la tête dure.
Répondre