Page 1 sur 1

Amants et maîtresses

Posté : 26.03.21
par Alex_B
Hello,

Questions un peu sulfureuses :,-) :

- Avez-vous déjà été l'amant ou la maîtresse d'une personne en couple/marié.e ?

ou

- Avez-vous déjà eu un amant - une maîtresse alors que vous étiez en couple/marié.e ?

Sinon, aimeriez-vous (ou fantasmez-vous seulement) de vous retrouver dans l'une de ces situations ?

Pour ceux qui le vivent/l'ont vécu, quel est votre ressenti ? Y a-t-il des choses que vous regrettez ?

Voilà, voilà, dites-nous tout : )

Re: Amants et maîtresses

Posté : 26.03.21
par Fauve noir
J'aurais pu, mais non.

Oui avoir une maîtresse est un fantasme que j'aurais, mais c'est pour pas mal la culpabilité de faire soufrir les autres, maitresse comme compagne, qui m'a fait reculer.

Disons que ça reste à l'état de fantasme justement. :lol:

Re: Amants et maîtresses

Posté : 26.03.21
par Onmyoji
J'ai été l'amant, quelques fois, chaque fois en étant mis devant le fait accompli et en l'apprenant plus tard, sauf une seule fois, où je l'ai appris pendant la relation, la seule pour qui j'avais des sentiments. J'en garde un goût amer, car elle semblait en avoir aussi, mais est restée attachée à son mec pour un ensemble de raisons qui à mon sens n'étaient pas bonnes.
Du coup ça nous a éloignés et c'est un regret.
J'ai eu une période où j'attirais systématiquement des femmes en couple et c'était pénible (surtout quand une fois ou deux j'ai eu la désagréable impression que la copine d'un bon pote me faisait des avances...)

Sinon, j'ai parfois fantasmé sur d'autres femmes en étant en couple, mais jamais que la femme soit ma maîtresse. Ayant été l'instrument du "pêché" malgré moi et quelques fois trahi aussi, même si je conçois qu'il puisse y avoir des situations où c'est la seule échappatoire possible, j'ai du mal avec ça.
Je n'ai pas de problème à papillonner et avoir des relations multiples, mais quand c'est clair entre nous que ce n'est que de l'amusement et qu'il n'y a pas d'exclusivité. J'ai eu une courte période un peu je m'en foutiste où je laissais parler mon attitude pour moi, cela dit, je n'ai pas eu de problèmes mais j'aurais pu, parce que parmi les quelques nanas avec lesquelles je jonglais à l'époque, ça aurait pu ne pas être implicite pour toutes.

Re: Amants et maîtresses

Posté : 26.03.21
par The_PoP
Jamais eu vraiment envie d’aller voir ailleurs. Mais c’est dans ma nature je crois donc rien d’autre à tirer de ça pour les autres.

J’ai eu la occasion d’être l’amant. J’ai pas voulu. Ça me pose un trop gros problème par rapport aux valeurs que je me suis choisi.

Re: Amants et maîtresses

Posté : 26.03.21
par Alex_B
Moi j'ai été tentée l'année dernière, en vacances. Je suis partie seule avec mes enfants l'été dernier. Mon mari n'est pas venu à cause du Covid mais aussi pour rattraper son chiffre d'affaires (il est auto-entrepreneur). Donc je suis partie en camping en mobil-home. Là-bas, alors que j'allais mettre du linge à laver, j'ai croisé un homme qui se rendait lui aussi à la buanderie. En passant à côté, je me suis dit "Tiens, il est pas mal celui-là", blond, yeux bleus, la quarantaine...

Un peu plus tard, je suis revenue pour récupérer mon linge, il restait 3 minutes alors je suis restée dans la buanderie. Il était à côté et attendait son tour alors j'ai engagé la conversation. On a parlé de la pluie et du beau temps. Il est devenu très volubile et souriant. Quand tout à coup, une petite femme, pas très belle et un peu bizarre, est arrivée et s'est mêlée à notre conversation. Ils discutaient bien ensemble, avaient l'air de se connaître puis quand ils ont répété plusieurs fois "nos enfants", j'ai fini par capter qu'ils étaient en couple...

Je les ai salués et en partant, je me suis dit "Mon Dieu, quel couple mal assorti..." J'avais jamais vu ça.

Le lendemain, mes voisins organisaient un apéro-barbecue. Il y avait plusieurs personnes du camping invitées dont cet homme-là, sa femme et ses enfants. Moi, j'étais à côté sur ma terrasse à les regarder avec envie mais pas autant que mes enfants qui scotchaient littéralement devant la petite fête qui se préparait. C'est à la vue de mes enfants envieux que ma voisine est venue me demander si on voulait se joindre à eux. Je l'ai remerciée et on s'est joint à eux. Je me suis assise tranquillement et peu de temps après, l'homme de la veille est venu s'asseoir à côté de moi. Ça a été une super soirée, bonne ambiance, etc . Dans le brouhaha, on a bien discuté tous les deux sans que personne ne puisse entendre nos discussions. Il s’est vite confié à moi et je sentais qu’il était heureux de pouvoir le faire. Il m’a dit que son épouse l’avait trompé plusieurs fois et comme il souffrait d’épilepsie, cela lui provoquait à chaque fois des crises d’épilepsie. Mais on a bien ri aussi. Bref, il me plaisait beaucoup. A la fin, il m’a demandé si j’avais l’intention d’emmener mes enfants à la piscine le lendemain car il comptait y emmener sa fille. Je n’avais pas prévu de faire ça mais j’ai accepté.

On s’est donc retrouvé le lendemain à la piscine où l’on a discuté à bâtons rompus pendant trois heures. Lui avait beaucoup de choses à me raconter au sujet de ses problèmes de couple et moi j’avais des choses à reprocher à mon couple aussi. C’était un peu comme dans le film « In the mood for Love » en fait. On avait une affinité particulière liée à nos problèmes de couple respectif et paradoxalement, ça nous rapprochait. A vrai dire, la discussion prenait déjà une tournure plus sexuelle. On s’est revus le soir lors de l’animation proposée par le camping.

Mais on arrivait à la fin du séjour et ils devaient repartir deux jours plus tard. Le lendemain matin, coup de théâtre, il croise ma fille le matin et lui dit de « prévenir sa maman car on va partir dans l’après-midi ». Donc, vers midi, je repasse chez eux pour leur dire au revoir. Son épouse est là. Ils m’invitent à prendre un café. On discute bien deux heures puis je les salue.

Mais juste après, il vient me retrouver avec de la nourriture à me donner. Là, il s’est mis à faire les cent pas énergiquement devant la terrasse où j’étais assise pour me dire ce qu’il avait sur le cœur. Il avait l’air crevé et m’a dit qu’il avait mal dormi la veille puis il a déballé plein de trucs (tout ce qu’il n’avait pas encore pu me dire), ses problèmes dans l'enfance (il a été placé après avoir été violé par son beau-père), son rapport avec les femmes, son instabilité (30 déménagements et autant de métiers exercés :shock: ), le fait qu’on n’avait qu’une vie et qu’il fallait sauter sur les opportunités… Moi ça m'amusait de le voir s'agiter comme ça, à marcher en long et en large sans s'arrêter de parler et m'avouer plein de choses intimes que je n'avais pas demandées à savoir, après trois jours seulement !

Il a fini par m'avouer que j’étais la plus belle rencontre qu’il avait faite sur ce camping, qu'il me remerciait, qu'il se sentait en confiance avec moi. Il est alors monté sur ma terrasse et a abordé des sujets plus intimes et m'a clairement fait comprendre qu'il aimerait plus qu'une amitié entre nous. Ses questions d'ordre sexuel m'ont mises un peu mal à l'aise (+ le fait qu'il est monté soudainement sur ma terrasse pour me demander ça) mais en même temps, j’aimais bien son côté passionné, tout feu, tout flamme. J'ai répondu des trucs un peu vagues. Je ne voulais pas faire de promesses sentant bien que je si disais "oui", il risquait de quitter sa femme et ses enfants sur-le-champ mais il me plaisait et je ne voulais pas fermer la porte non plus.

On s’est échangé nos numéros de téléphone et à notre retour chez nous, on a continué à échanger par téléphone. Je l’aime bien, le problème, c’est qu’il fait plein de fautes d’orthographe… On est proche de l’illettrisme là et pour moi, ce n’est pas possible de tenir une conversation dans ce cas-là.

C’est vraiment dommage. Je n’ai pas répondu à son dernier message à cause de ça. Je bloque à cause de son écriture et je ne me voyais pas trop lui dire « orthographe stp »…. Parce que de toute façon, c’est pas juste un problème d’accord du participe passé qu’il a.

Mais bon, je reprendrais peut-être la conversation un jour s’il me relance, je lui dirais peut-être ce qui ne va pas.

Re: Amants et maîtresses

Posté : 26.03.21
par Onmyoji
Imagine, le mec est parfait pour toi, sauf qu'il il écrit "sa va" au lieu de "ça va" et qu'il en démordra jamais:
Cruel dilemme;)
Clairement, c'est une question que je me suis posée, la place de la culture ou de savoirs que je considère de base dans l'essentiel d'une relation, et j'ai exploré tout le spectre. Ce serait un bon sujet dérivé, tiens.

Par contre, pour revenir à ton histoire, je remarque que c'est presque systématiquement dans des périodes où ça va pas trop pour l'un des partenaires (avec un passif de griefs) que l'autre est attiré ailleurs.
On peut pas se permettre un moment de faiblesse, en fait, c'est dramatique, mais ça joue beaucoup contre nous.

Re: Amants et maîtresses

Posté : 26.03.21
par Alex_B
Imagine, le mec est parfait pour toi, sauf qu'il il écrit "sa va" au lieu de "ça va" et qu'il en démordra jamais:
Cruel dilemme;)
ahah ;) "sa va", ça va pas être possible. Je peux passer sur certains défauts physiques mais l’illettrisme, j'ai du mal. C'est vraiment rédhibitoire.

Quel dommage tout de même. Il avait le tempérament d'un héros romantique mais pas le talent littéraire qui va avec. A l'oral, par contre, il était très à l'aise et déroulait ses pensées avec fluidité mais j'imagine que sa scolarité a due être perturbée et qu'il n'a pas pu faire de longues études.

Re: Amants et maîtresses

Posté : 26.03.21
par Esope
Alex_B, on sent que le sujet te travaille un peu: tu lances le sujet et tu racontes cette histoire...
Tu penses que tu aurais pu te laisser tenter ou c'est plus de l'ordre du fantasme à ne pas réaliser?

N'empêche, avec la manière dont tu racontes l'histoire et dont tu présentes le mec, ça m'a fait pensé à la manière dont Fred Vargas écrit ses livres (réflexion intégrée à la narration) et décrit ses personnages: des vies un peu spéciales, pas tout à fait réussie (en tout cas pas dans les canons de la réussite), des traumatismes, des tics du langage...
Et c'est un compliment ;)

Et sinon pour moi, non, j'ai du mal avec l'infidélité (mais avec le temps je la comprends mieux... et je me sens moins responsable des autres). Plus jeune, j'ai eu 2 amies en couple avec lesquelles je sentais qu'il y avait une complicité assez spéciale, peut être un coup à tenter... Mais je n'aurai jamais essayé quoi que ce soit, elles avaient un mec et, à ce moment, c'était vraiment sacré pour moi!

Re: Amants et maîtresses

Posté : 27.03.21
par Alex_B
Esope a écrit :
26.03.21
N'empêche, avec la manière dont tu racontes l'histoire et dont tu présentes le mec, ça m'a fait pensé à la manière dont Fred Vargas écrit ses livres (réflexion intégrée à la narration) et décrit ses personnages: des vies un peu spéciales, pas tout à fait réussie (en tout cas pas dans les canons de la réussite), des traumatismes, des tics du langage...
Et c'est un compliment ;)
Ah, eh bien merci ☺️. Je connaissais pas Fred Vargas, je viens d'aller voir sur Wiki.

Mais en fait, je ne trouve pas que c'est bien écrit. J'ai synthétisé. C'est un peu indigeste. Si j'avais voulu écrire un beau texte, j'aurais davantage pris le temps et donné plus de descriptions, mais si ça te plaît, tant mieux 🙂.

Alex_B, on sent que le sujet te travaille un peu: tu lances le sujet et tu racontes cette histoire...
Tu penses que tu aurais pu te laisser tenter ou c'est plus de l'ordre du fantasme à ne pas réaliser?
Oui, j'aurais pu me laisser tenter. En fait, c'est ambivalent. J'ai à la fois envie d'aventures et pas envie d'en avoir. Pendant longtemps, j'ai rêvé d'une vie paisible et maintenant que j'ai une vie paisible, je rêve d'aventures. C'est dans la nature humaine, on s'envie toujours de ce qu'on n'a pas.

Re: Amants et maîtresses

Posté : 29.03.21
par Thedaze
L'amant. Ca a été mon "fond de tiroir" assez longtemps. Et je ne sais toujours pas quoi en penser. Dans le sens ou à l'époque c'était souvent du one shot sans prise de tête donc ça m'allais bien.
Parfois je savait la nana en couple, parfois je découvrais par la suite mais la finalité reste la même.
Je suis plus sur le sentier de la séduction donc aujourd'hui je n'ai plus les même problématique.
Cependant ma philosophie de l'époque collait assez bien à Yuri Orlov dans Lord of war: Ça existe, des gens sont prêt à le faire de toute façon et si je le fait pas moi quelqu'un le fera à ma place.
Homme ou femme en manque d'attention, d'affection et de cul finira toujours par craquer devant la proposition alléchante à un moment ou à un autre. On reste des être humain.
C'est un délire pas très "propre" pour qui a des convictions assez profondes, un code de l'honneur et un surcroit d'empathie ( surtout quand tu penses au mec qui sait rien et qui se fait cocufier).
Mais en l'état si demain je me remettais à la drague je pense que ça ne m'arrêterai pas du tout.

Re: Amants et maîtresses

Posté : 30.03.21
par Focus
Salut,

Je l’ai déjà fait. Et je n’en tire pas de fierté, au contraire.

Récemment, j’ai failli céder, et ça me travaille encore, mais je suis rattrapé par mon code (ou les pensées limitantes intériorisées, c’est selon ;) Je ne me vois pas éduquer les miens d’une manière et fouler aux pieds ce que je leur enseigne.J’aurais aussi l’impression de dégrader leur mère et de me dégrader à leurs yeux. Je la quitte ou je reste et je régule la relation avec elle.

Et pourtant, une femme dans mon entourage, spéciale, aurait pu me faire basculer. Pendant longtemps on s´est vu en se tournant autour, maintenant moins. Personne n’a franchi le pas, bien que connaissant tous deux l’attirance que l’on a a l’un pour m’autre. C’en était parfois douloureux.