Raven : The (poor) Catcher in the Rye

Note : 100

le 09.11.2012 par Raven

685 réponses / Dernière par FK le 29.11.2021, 23h41

La vie est faite de virages, d'obstacles à surmonter, d'audace, de surprises et de rencontres décisives. Racontez votre histoire, entrez dans la légende; partagez vos cheminements, vos interrogations, vos rencontres, vos aventures - foirées ou réussies, c'est pas le plus important - et recevez les avis et conseils des autres membres.
Je vais répondre pour moi mais par sur que j'étais dans la cible de tes questions:
- comment ça se passe avec vos relations sociales hors séduction : potes, collègues, famille ? Vous arrivez toujours à vous faire de nouveaux amis ?
Extrêmement bien, et de mieux en mieux. Mes amitiés deviennent "Romaines", des relations ou l'un tire l'autre vers le haut et vice versa. Avec chez les mecs une pointe de concurrence camarade et saine, et surtout complément explicite.
Famille avec un dialogue hyper bon, meme si nous avis divergent. Très complice.

Je me suis fais deux nouveaux ami(e)s ces derniers temps. Je filtre énormément et je sort peu par manque de temps et d'intérêt.


- vous ne faites pas de lien entre cette hypothétique baisse d'empathie ou de lien à autrui et (au choix) : votre consommation de drogue, de porn, de virtuel (coucou tinder), ou une éventuelle depression/souffrance perso ?
Je mate peu de porn, aucune drogue ever, pas de virtuel, aucune dépression.
La baisse de mon empathie est en fait du -je pense- à la qualité de mes liens existants, à la démystification quasi complète des relations humaines voir des humains, et au fait que ce que je constate autour de moi est assez déplorable.
Je n'en veut pas aux autres, du tout, mais je m'en détache ça c'est sur.
- est-ce que finalement ce n'est pas cette recherche de "perfection" qui vous empêche de prendre le temps de découvrir et accrocher avec les nanas que vous rencontrez ? Le fameux "oui mais..." qui ne laisse guère de place à l'approfondissement de la rencontre (et je parle pas de penis dans un joli cul la)...
Je pense être moins dans la recherche de perfection que dans l'exigence, puisque j'ai fait des rencontre qui m'ont satisfait à 100%. Dernière en date il y un peu moins de 5 mois.
Soit je deviens plus exigent, soit je deviens plus flemmard. Ou que j'ai moins de temps puisque j'ai des horaires de type cadre corsé.
Ou soit j'accepte de moins en moins certains trucs, genre les gens tout pétés, les gens qui se protègent et blablabla.

De toute façon, j'ai du mal avec cette notion d'approfondissement, là je parle subjectivement, mais pour moi les relations H/F, c'est pas forcément fait pour approfondir selon moi, faut prendre ce qu'il y a prendre, tranquillement, à moins que tu désires reproduction. Si je m'entends bien avec une fille, je deviens ami.


Et vous?
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Intéressant le 19.02.17, 10h52 par Moumane

@Mr. Smooth : bon, moi, par manque d'expérience de la drague, que ce soit avec les hommes ou avec les femmes, je ne me sens pas trop concernée par cette question (et je ne suis pas sûre que j'étais visée par ton "et vous ?"), mais je voulais simplement te dire que je trouve que ce que tu écris est intéressant, on dirait que tu t'es trouvé et que tu t'assumes (en ce qui te concerne tes exigences, par exemple), j'ai l'impression que c'est une voie à suivre.
Et je ne comprends toujours pas la notion de vide dont vous parlez. (…)
Ca me fait juste penser que si vous vous sentez plus vide après une entrevue, c'est peut être bien que ça vous mets face à vous même, et que d'une manière ou d'une autre, vous en ressentez un vide. Mais je pense que le vide vient de vous.
Oui, quand j'ai posé à Raven la question du vide (bizarre, dit comme ça), c’était ce que je voulais dire. Ça rejoint d'ailleurs ce que dit Onmyoji sur le pansement. Quand on se sent vide, on peut chercher à "se remplir" avec ce qu'on trouve à l'extérieur, que ce soit une relation fusionnelle, la drague, ou peut-être encore le travail, la drogue, toutes sortes de distractions, et ça distrait, justement, mais ça ne résout pas le problème. C’est une sorte de fuite en avant. Je pense, et c'est assez évident, d'ailleurs, qu'une personne bien dans sa peau ne met pas plus dans la drague que ce qu'il y a à y mettre, et se trouve plus à même d'apprécier ce type d'interactions.

Je trouve que ce que toi et Onmyoji avez écrit à Raven est peut-être un peu dur dans la façon dont vous l'avez exprimé, mais je dois dire que je suis plutôt d'accord sur le fond.



@Raven: merci de ta réponse à mon message.
Il y a des choses positives dans ce que tu écris, comme par exemple le fait que tu aies perdu un certain nombre de tes peurs et que tu ne veuilles plus te mettre en couple pour résoudre tes insécurités. Mais du coup, là tu dis que tu "baises" pour échapper à tes insécurités, donc finalement, il n'y a eu qu'un déplacement du problème et pas de véritable résolution. Est-ce que sur le long terme cela ne te serait pas bénéfique de les affronter ? Facile à dire sans doute.
Tu emploies des mots très forts quand tu parles de ton dégoût vis-à-vis de ta vie sexuelle et affective, tu n'as pas d'estime pour les filles que tu voies et tu as envie d'être seul. Je dois dire que comme Mr Smooth et Onmyoji, entre autres, je me demande pourquoi tu continues. Est-ce que finalement la situation te satisfait telle qu'elle est ? Pour ce qui est de la sensation du travail accompli, je ne m'y attendais pas, mais je crois pouvoir comprendre, simplement il y a sans doute quelque chose à chercher du côté de ton rapport à tes études.
Mais finalement, dans tes messages il y a aussi beaucoup d'espoir qui apparaît, quand tu parles de l'amour par exemple. Rien n'est perdu, chaque jour peut être un nouveau début.

Edit : Raven, en y repensant, j'ai été frappée par cette phrase où tu dis avoir peur d'avoir atteint ta limite. Mais ce serait quoi, cette limite, et pourquoi tu l'aurais atteinte ?

L'histoire du vide est aussi intéressante que terrible.
Des pistes sont données ici pour que ceux qui éprouvent ce vide se posent des questions. Sur eux tout d'abord.

Je n'ai bien entendu aucune solution à apporter, simplement envie de partager ma façon d'envisager une relation même éphémère. Qui peut être riche selon l'état d'esprit que l'on adopte.

Je n'ai jamais aligné les hommes. J'en ai eu.
A la base, ils avaient ce petit plus qui m'a donné envie. La performance ne m'attirait pas, leur performance non plus. La seule chose importante pour moi était de partager avec un homme ce que le sexe a de meilleur c'est à dire la notion de fête. Pour moi le coït doit être flamboyant ou ne pas être.

Je m'intéresse à un homme même nouvellement rencontré et la seule chose que je puisse souhaiter de sa part est qu'il en fasse autant. Même si cela ne dépasse pas l'instant T.
Avec cette façon de voir, l'interaction est très souvent intéressante et à ma grande surprise se renouvelle même si elle n'est pas faite pour durer pour x raisons.

La richesse d'une rencontre n'est pas une question de temps, c'est la capacité de créer à deux une bulle. Et parfois la bulle résiste au temps.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Intéressant le 19.02.17, 20h11 par Allandrightnow
  • [+1] Absolument le 19.02.17, 20h22 par Bumble
  • [+1] Intéressant le 20.02.17, 19h26 par Moumane

Merci à tous pour vos messages, et pour la vie que vous apportez à mon journal. Je vous répondrai un peu plus tard, mais je tenais à vous remercier au plus vite.

Jsh a écrit :... c'est simplement la traduction de l'envie de (re)ressentir des trucs foutrement fort et cool. Et je parle pas de sentiments à l'eau de rose. Juste retrouver le sourire au petit matin quand l'autre se barre et que tu le reverra pas mais que la façon dont vous avez fait trembler les murs de ta piaule était sacrement renversante ? Et c'est peut être ça le vide ? L'absence de ressentir ce truc foutrement cool, même si c'était une parenthèse d'une nuit.
Juste ça.
Parce que c'est le seul truc qui importe vraiment.
Chercher à rencontrer un corps, une âme. Dans un moment de simplicité animale si instinctive, qui a la capacité de nous booster pour les jours à venir. Et ce même si la personne n'a aucune importance pour nous.

Parfois aussi, la rencontre ne se fait pas vraiment. On ne rencontre que ce "vide" dont vous parlez… mais même le vide a des choses à nous apprendre.
Finalement, je pense qu'il ne faut pas toujours avoir des attentes intellectuelles ou émotionnelles. Juste faire du bien à son corps, c'est déjà une satisfaction.

Smooth, c'est un avis complètement subjectif, mais j'ai l'impression que tu as peur de la médiocrité. Et que tu préfères faire le vide autour de toi, te donner l'impression que tu es au-dessus de tout, plutôt que de te retrouver dans une situation qui ne te mettrait pas en valeur.
C'est drôle, ton cheminement sur la déshumanisation, je l'ai déjà eu, et j'ai aussi cette capacité à rationnaliser, à m'extraire complètement de l'équation, à déshumaniser les liens et les relations. Je pense que c'est un schéma intéressant et extrêmement enrichissant en termes d'émancipation et de développement du contrôle des émotions et de soi. Cela dit, j'ai l'impression que tu as fait de ton isolement ta raison de vivre, mais en soi si ça t'isole des gens qu'est-ce que ça t'apporte?
Ou alors rester isolé est justement ton but et ton absolu, une question me taraude: qu'est-ce qui te rend heureux? qu'est-ce qui te fait vivre?

Perso, autant je déteste les gens, autant je les aime pour ce qu'ils peuvent me faire ressentir, même si c'est pour me rappeler que je n'ai aucune dignité un énième lendemain de fête où j'ai merdé. Ce sont des souvenirs doux qui me font rire et que je chérirai jusqu'à ma mort.
Donc malgré la capacité de détachement que j'ai en commun avec toi, je préfère souvent mettre mon cerveau sur off et laisser plutôt mes émotions prendre le contrôle, histoire de vivre un peu… Je suis simplement curieuse de savoir ce qui te tient en haleine, ce qui te tire vers l'avant. Parce que moi sans ça je ne suis rien. Sans la rencontre, même foireuse, je ne suis rien. Je ne m'amuse pas.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+3] Post de qualité le 27.02.17, 06h12 par Onmyoji
  • [+1] Intéressant le 27.02.17, 18h00 par Moumane

Je te répond juste la MaryeL parce que je part du site et je réponds juste à quelque MP, mais sincèrement c'est complètement HS.

Déjà il faut arrêter avec les "peurs de". C'est pas une question de peur. C'est une question que t'as accès à bien d'une part, et que j'ai pas de pulsion de me vider d'autre part;

Donc ça me gène pas de ne pas me forcer avec des gens que je trouve pas top, particulièrement pour les femmes.

Ensuite, il n'y a aucunement de déshumanisation. Parce que déjà se terme ne veut rien dire, ensuite parce que j'ai chéri chaque rencontre que j'ai faite et aboutie, chose que j'explicite quand meme clairement.

Je comprends pas comment tu peux dire de mon message qu'il est question d'isolement. C'est l'inverse: je suis entouré de gens qui me correspondent y compris dans leur "différence".
La raison pour laquelle je peux ne pas avoir de relation pendant 3 mois c'est précisément parce que je ne suis pas isolé!
l'impression que tu es au-dessus de tout
? Where did that come from?
mais en soi si ça t'isole des gens qu'est-ce que ça t'apporte?
Bah que ça m'isole pas en fait?
Et que ça m'évite de côtoyer des gens qui me font chier. Et de baiser des meufs bonnes et intéressantes et agréables?
Et que quand j'en ai pas envie, que je veux prendre du temps pour me développer ou faire autre je culpabilise pas en me disant que je rencontre pas?
qu'est-ce qui te rend heureux? qu'est-ce qui te fait vivre?
En fait je suis vraiment pas sur que tu as vraiment lu ce que j'ai écris en lisant ça.

Mais si je dois repréciser: le fait devenir meilleur, d'avoir ce que je veux dans la vie (et continuer à augmenter le niveau, ça peut être des objectifs intellectuels, de curiosité, de gentillesse, de physique, ou de rencontres), d'être indépendant et complet (tout en sachant que je dois continuer et ne jamais me reposer sur mes lauriers)
Et puis a terme, le fait de désirer de la puissance/solidité/force (au global, ça veut pas dire Goldman Sachs et de la politique) et de faire en sorte d'en avoir te rends apte à donner beaucoup plus, à être bien plus bienveillant, à attendre moins des autres, beaucoup moins, ce qui te permet d'être bien plus serein quand tu te donnes, et justement à ne pas être stressé quand "tu prends des risques" y compris émotifs".

En gros, en réglant tes problèmes aussi, il arrive comme le dit Montherlant un moment ou tu te rend compte que t'as plus de soucis dans ta vie, et là vient une espèce de sérénité assez magique, qui fait drôle quand tu as été longtemps un type angoissé. Des moments de contemplation.

Et ça s'entretient, c'est pas un acquis.

Et enfin les liens extrêmement solides que je tisse, que j'assume tisser, famille amis. Et ce qui est cool c'est que je continue de rencontrer de nouveaux amis, donc il n'y a absolument d'isolement.

Par contre oui, la médiocrité, quand tu peux t'en passer, ça fait vraiment du bien, à commencer par se passer d'être soit meme médiocre c'est quand meme le meilleur début et le meilleur moyen de:
-ne pas trainer avec des gens médiocres
-de developper une vie saine et heureuse, quelque soient tes choix de vie


Et sinon pour ça:
plutôt que de te retrouver dans une situation qui ne te mettrait pas en valeur.
Oui là il y a du vrai par contre!
Mais c'est en gardant cet état d'esprit -encore une fois- que j'ai eu ce que je voulais et que je n'ai jamais vu en dessous de mes exigences.
Donc c'est un soucis que quand tu peux pas te permettre tes exigences. Tout le point est là!

Et pour avoir les exigences que tu veux bah...faut travailler, s'ouvrir, découvrir, penser, agir, la vie quoi.




Allez Raven bon courage!
Et au revoir à tout les autres, bon vent à tous :)

Ça doit être lourd à porter une vie pleine d'exigences :)
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Hors sujet le 27.02.17, 23h46 par Onmyoji
  • [0] WTF le 28.02.17, 00h24 par mistermint

Je mate peu de porn, aucune drogue ever, pas de virtuel, aucune dépression.
La baisse de mon empathie est en fait du -je pense- à la qualité de mes liens existants, à la démystification quasi complète des relations humaines voir des humains, et au fait que ce que je constate autour de moi est assez déplorable.
Je suis dans une situation à peu près similaire. Suivre mes inclinations me mène toujours à des détraquées phobiques sociales, ou des artistes suicidaires. M'écarter des chemins que j'ai arpenté traditionnellement m'amène à des personnes qui me dégoûtent. Finalement, le seul enseignement que j'en retire est surtout qu'il faut faire ses choix. Aujourd'hui je mène une vie plate d'un point de vue émotionnel, ce qui n'arrivait pas lorsque je rencontrais des meufs comme Nolwenn (Cheveux Bleus).

Par contre, je tape salement de la weed et du shit, en ce moment. L'un de mes plans cul traîne dans des milieux où y'en a à foison. Le porno, je redécouvre un peu, après une grosse période de sevrage. Je suis tellement gavé de baiser des meufs sans savoir pourquoi que je prends plus de plaisir à fantasmer devant du porn.
Mais du coup, là tu dis que tu "baises" pour échapper à tes insécurités, donc finalement, il n'y a eu qu'un déplacement du problème et pas de véritable résolution. Est-ce que sur le long terme cela ne te serait pas bénéfique de les affronter ?
Ces deux frustrations sont liées, et elles sont comme les deux faces antagonistes d'une pièce de monnaie. Avant, j'avais un désir continuellement éveillé parce qu'insatisfait. A un tel point que j'en étais frustré. Aujourd'hui, j'en suis vidé et je me retrouve à devoir gérer ce "vide". Pour des questions d'égo et de plaisir, j'ai toujours fais du sexe une priorité. Aujourd'hui, le fait de sentir que je dois ne pas m'en soucier me laisse avec une vie qui s'est beaucoup trop axée autour.
Et sinon pourquoi couchez avec des filles qui ne vous intéressent pas du tout? Elles ont interêt à être vraiment bonnes alors. Mais soyez honnête: les filles pas intéressantes avec qui vous faites des trucs, elles sont vraiment bandantes ou pas?
Smooth, toi et moi on se connaît pas mal, et on connaît surtout les profils de meufs qui nous font kiffer. Dans notre société, malgré les complexes, les gens sont conscients de la valeur qu'on leur attribue. Une bimbo 10/10 comme tu les kiffes c'est un challenge, parce qu'elle a baigné dans un milieu où on lui a conféré cette valeur. Et cette meuf, c'est ce que tu retrouves comme fake tinder, etc. D'ailleurs, chose amusante, il m'arrive assez peu de match des fake parce que .. C'est pas mon genre.

Mon type de meuf, c'est plutôt des beautés exotiques. Des meufs à cheveux courts, peroxydes, ou des petites asiats.

En gros, les meufs qui me font le plus bander sont pas dures à chopper. Parce qu'elles s'inscrivent dans une dynamique qui fait d'elle l'inverse de ce qui est valorisé en tant que femme, comme moi en tant qu'homme. J'ai des poignets très fins, je suis une asperge, et j'ai des cheveux longs, soyeux, et bicolores. Et me construire à l'ombre du concept de virilité traditionnel m'a modelé jusqu'à mon désir. Je n'aime pas les femmes qui sont "femmes". Ce qui est traditionnellement lié à la féminité ne m'attire pas, et je suis un amoureux de l'androgyne.
Finalement, je pense qu'il ne faut pas toujours avoir des attentes intellectuelles ou émotionnelles. Juste faire du bien à son corps, c'est déjà une satisfaction.
C'est justement ça, le problème. A force de laisser ma queue me dicter ma conduite et de me taper des corps qui me plaisent mais qui sont des marionnettes, la baise devient fade. Il n'y a plus la connexion.

D'ailleurs, cela nous amène à une autre question.

Je me suis redécouvert une passion pour la domination au pieu. Attention, je ne parle pas de BDSM. Je parle juste de "domination". Toutes mes partenaires récentes étaient dans une optique d'être dominées, et je sens que mon besoin de dominer s'étend.

Au début, c'était surtout dans la prise d'initiative. Maintenant, c'est à un niveau de thrash bien plus relevé, à base de dirty talk, de fessées, de "je t'attrape par les cheveux et je te force à faire une gorge profonde", étranglement pendant la pénétration, etc.

Évidemment, mes partenaires sont toujours consentantes, safeword et tutti quanti, donc pas d'inquiétude à ce sujet.

Mais je m'inquiète de voir que le manque d'intérêt que j'ai pour ces femmes me pousse à chercher une sexualité plus hardcore pour me donner du plaisir.
Ça doit être lourd à porter une vie pleine d'exigences
Pas plus lourd que ce genre de commentaires.

Nan, je déconne, c'était surtout pour la blague, en vrai j'en ai rien à foutre et j'aime bien le taunt.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Intéressant le 01.03.17, 11h02 par MaryeL
  • [0] Instructif le 01.03.17, 15h52 par Arawyn

Waw !

Salut Raven, salut à tous d'ailleurs !
J'ai commencé la lecture de ce journal il y a deux semaines. C'était comme un très bon bouquin. Je ne m'attendais pas cette "fin", je la trouve très intéressante. (C'est pas la fin hein, c'est juste le présent qui passe à son rythme)

Désolé, j'ai pas de réflexion constructive sur la(les) question(s) à faire. En tout cas j'ai beaucoup appris en lisant ce journal.

Voilà, un grand merci pour cette lecture ! :)

"Vois au delà de ce que tu vois"

Timon et pumba ;)
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Ca va mieux en le disant le 01.03.17, 15h34 par valll

Yop,

J'avais suivi ton journal à tes débuts et en lisant les derniers posts il y a eu une vraie évolution. J'adore toujours autant ton style, ta plume singulière qui retrace un univers qui t'es propre.

Comme valll, je suis un peu surpris de la tournure que ça a pris, mais ça semble plutôt logique, en fait. Ça me fait repenser à ce cher et célèbre The Game de Neil Strauss. Vers la fin, il décrit les mécaniques de la séduction comme quelque chose de déshumanisant. C'est peut-être ce qui a fini par t'arriver. Maintenant que tu peux chopper qui tu veux quand tu veux, le challenge de départ a peut-être disparu, et le côté humain des meufs que tu choppes, avec. Du coup, comme tu le dis, il manque quelque chose qui me paraît essentiel, même pour un simple plan cul : une connexion émotionnelle. C'est ça qui crée l'intensité du moment, c'est aussi ce qui crée l'excitation, le plaisir, le désir... Juste un corps, ça suffit pas. On est des êtres d'imagination et, là, c'est de ça ton tu sembles manquer.

En général, on attire à soi toujours le même type de meufs (ou de mecs), et il est très difficile de se sortir de ce schéma. C'est juste une idée, mais peut-être que tu devrais essayer de, au choix :
-Prendre un petit moment pour te retrouver, seul, entre toi et toi, écouter ce que tes émotions ont à te dire et pourquoi elles galèrent à s'exprimer vraiment en ce moment. Et en profiter pour te recentrer.
-T'écarter un peu de tes habitudes en termes de goûts et d'attirances, en termes de meufs vers lesquelles tu as tendances à aller, et voir ce que ça peut donner.

La plupart du temps, on croit savoir ce qu'on veut, ce qu'on aime, et ce qu'on n'aime pas. Pour prendre un exemple, j'ai pas bouffé d'olives pendant une dixaine d'années parce que je pensais que j'aimais pas (plus) ça, et y a deux-trois mois j'en ai mangé par hasard et je me suis rendu compte que, en fait, ça a changé, et maintenant je kiffe. Pas sûr que ce soit le meilleur exemple (ahah), mais en gros on a tendance à rester sur des goûts erronés alors qu'on est en constant changement. Et on finit par se retrouver à détester l'idée d'une chose en pensant que c'est la chose elle-même qu'on déteste, alors qu'on pourrait l'aimer simplement en l'(a ré)essayant et en mettant ses à prioris de côté.

Bon après voilà, c'est juste des pistes de réflexions, je me plante peut-être totalement, mais on sait jamais, si ça peut aider...
..................."Il ne faut jamais battre une femme, même avec une fleur ; ça abîme la fleur." (Gabriel Timmory)
"L'amour... il y a ceux qui en parlent et il y a ceux qui le font. A partir de quoi il m'apparaît urgent de me taire." (Desproges)


..........................................................................Mon journal

Je suis en couple depuis 5 mois, et je n'y arrive pas. J'ai trop envie de baiser à côté. On a fait un plan à 3, c'était génial, mais j'ai envie de plus. Les nanas me proposent des cafés à la Fac, on me contacte sur Facebook pour me proposer des verres le soir, et les matchs Tinder se multiplient.

J'en peux plus.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] C'est balot le 12.09.17, 08h11 par valll

Il me semble que tu t'es enfermé dans une cage de ta propre confection. Pourquoi l'avoir fait, première question et pourquoi tu n'en sors pas deuxième question?
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Pertinent le 25.10.17, 18h05 par Moumane

Raven a écrit :Je suis en couple depuis 5 mois, et je n'y arrive pas. J'ai trop envie de baiser à côté. On a fait un plan à 3, c'était génial, mais j'ai envie de plus. Les nanas me proposent des cafés à la Fac, on me contacte sur Facebook pour me proposer des verres le soir, et les matchs Tinder se multiplient.

J'en peux plus.
C'est assez troublant, de ne pas être venue sur ce forum depuis longtemps et de lire les derniers messages que tu as laissés. Et de me retrouver dans chaque mot, chaque phrase, jusqu'à ce dernier aveu.
Cette déconnexion entre le sexe et le plaisir. Ce désir de possession, de séduction qui en réalité se débarrasserait bien du sexe pour exister. Ne pas désirer les autres, mais désirer qu'ils me désirent, et les laisser ensuite me baiser, me dominer, me frapper parce qu'il n'y a que ça que je puisse valoir.
Savoir que tout cela est vain, en avoir assez des messages à 1h du mat me demandant de venir sans culotte, en avoir assez des étreintes froides et sans passion, pleines de bruit et de fureur intérieurs. Et rencontrer ce mec qui me dit qu'il veut m'aimer et le laisser m'aimer et me dire au bout de quelques semaines que je n'ai qu'une envie, c'est d'aller baiser avec n'importe qui. J'ai d'ailleurs failli le faire hier, si une copine ne m'avait pas fait jurer de la retrouver à l'expo Barbara je l'aurais déjà trompé.

Je ne sais pas ce qu'on va faire de tout ce dégoût de soi.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Courage le 22.10.17, 16h12 par Moumane
  • [0] Intéressant le 19.01.19, 18h54 par Habibi

Je ne sais pas ce qu'on va faire de tout ce dégoût de soi.
Mais Raven, toi, ce que tu ressens, c'est vraiment du dégoût de toi ? Ce n'est pas forcément l'impression que j'avais en te lisant.

Hey,
Salut Raven, salut à tous d'ailleurs !
J'ai commencé la lecture de ce journal il y a deux semaines. C'était comme un très bon bouquin. Je ne m'attendais pas cette "fin", je la trouve très intéressante. (C'est pas la fin hein, c'est juste le présent qui passe à son rythme)
Je ne crois pas que ça soit la fin. Juste la fin d'un cycle. J'ai regardé entièrement Rick & Morty, et j'ai l'impression de vivre la même chose. Je vais me réveiller un matin célibataire, ma meuf m'ayant quitté pour une incartade (pour le moment je suis fidèle toutefois), et je conterai une fois de plus mes histoires boueuses, mes tourments, et mes passions à la bordure du masochisme sentimental.

Et on repartira comme dans la première saison.
Mais Raven, toi, ce que tu ressens, c'est vraiment du dégoût de toi ? Ce n'est pas forcément l'impression que j'avais en te lisant.
C'est un mélange subtil, je dirais. D'un côté, j'ai quand même un sacré égo, putain. En-dessous de ma touffe de cheveux peroxydés, je capte de façon instinctive les liens qui se dessinent autour de moi. Et sincèrement, je suis plutôt cool. La vie est sacrément drôle avec moi. Que je m'y amuse, que je m'y perde, ou que j'y merde, c'est un sacré ascenseur. Quoi que bien moins ces derniers temps.

Mais à côté de ça, je me hais. Je me hais de ne pas parvenir à me satisfaire de ce que j'ai. Je me hais d'être assez lucide pour comprendre mon fonctionnement, ou plutôt mon dysfonctionnement. J'ai mangé la carotte au bout du bâton, et maintenant, c'est des concepts qui me font avancer. Mais les concepts, tu peux pas les baiser.

Aujourd'hui je me vois comme un gamin flanqué d'un sacré égo, nihiliste et cynique comme personne. Heureusement, le fait d'être malheureux s'accompagne souvent d'une caboche bien remplie.
Savoir que tout cela est vain, en avoir assez des messages à 1h du mat me demandant de venir sans culotte, en avoir assez des étreintes froides et sans passion, pleines de bruit et de fureur intérieurs. Et rencontrer ce mec qui me dit qu'il veut m'aimer et le laisser m'aimer et me dire au bout de quelques semaines que je n'ai qu'une envie, c'est d'aller baiser avec n'importe qui. J'ai d'ailleurs failli le faire hier, si une copine ne m'avait pas fait jurer de la retrouver à l'expo Barbara je l'aurais déjà trompé.
Cette sensation quand on est propre de vouloir se jeter dans un tas de boue. De se prouver qu'on y est encore, qu'on peut encore, se salir, regretter, le cacher. Recommencer, comme un boulimique. Perdre ses proches, ses amis, être quitté, souvenu comme une ombre, un égoïste, un prédateur, un menteur.

Et guetter au loin l'existence de ceux qui se satisfont de bien peu alors qu'on parvient à peine à faire tenir sa couronne d'épine sur son crâne, du haut de son trône de mensonges, et de son tas de boue.

Et les haïr. Haïr les simples d'esprits, les gens médiocres et moyens qui sont si heureux d'être avec une personne qu'ils n'ont pas choisi, mais qu'ils se sont destinés parce qu'ils étaient tous les deux médiocres, et laids.
Je ne sais pas ce qu'on va faire de tout ce dégoût de soi.
Quand tu baises comme un chien ou te fais baiser comme une chienne, tu parviens à l'oublier pour la journée. Quand tu es amoureux/se, un mois. A toi de faire le calcul, mais il y a pas mal de boulot d'ici à la fin de nos jours.

Au moins ça stimule mon imagination, et je ne suis pas à court de fantaisies sexuelles bien claquées. Pour le moment, c'est ma fidélité qui m'empêche surtout de me lancer dans des orgies claquées avec des meufs en Erasmus dont je ne comprends même pas le prénom. Saisir des corps, les pénétrer, les lécher, les serrer, les brûler.

La vie, quoi.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Wow le 25.10.17, 17h29 par Moumane

La drague ce n'est pas la vie.

C'est important de savoir draguer, baiser, etc... Ça permet de ne pas être frustré, d'avoir ce qu'on veut et c'est ultra formateur !

Mais il y a pleins d'autres choses à ne pas négliger.
C'est pour ça que tu ressens ce vide, ce manque d'envie.

Recentre-toi sur toi-même, sur ce que tu veux vraiment, sur ce qui est vraiment important pour toi. Et essaie vraiment d'éviter la drague compulsive, c'est une réelle addiction !

Tout ça, je me doute que tu le sais déjà. Mais ça ne fait jamais de mal d'enfoncer des portes ouvertes.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] 100% d'accord le 25.10.17, 11h22 par Bumble
  • [0] 100% d'accord le 25.10.17, 17h06 par Moumane
  • [0] 100% d'accord le 18.04.18, 19h18 par Avalanche

Je me hais de ne pas parvenir à me satisfaire de ce que j'ai.
Mais est-ce que tu es obligé de te satisfaire de ce que tu as ?
Après tout, ce n'est pas non plus une obligation d'être en couple monogame. Si tu as envie de coucher avec plein de filles différentes, tu peux le faire en étant célibataire ou en étant en couple libre.
Mais si tu ne franchis pas le pas, est-ce parce qu'au fond la situation te convient et / ou que tu penses que la drague ne résout pas ton mal-être, ou bien parce que tu n'arrives pas à te l'autoriser par manque d'estime de toi ?

Je me hais d'être assez lucide pour comprendre mon fonctionnement, ou plutôt mon dysfonctionnement.
C'est plutôt un atout d'être lucide sur soi-même. Et je ne pense pas qu'un fonctionnement soit quelque chose de statique : on peut changer.

et maintenant, c'est des concepts qui me font avancer. Mais les concepts, tu peux pas les baiser.
Pas faux, mais on peut s'intéresser aux concepts et baiser de façon satisfaisante à côté.
Son vide intérieur, on peut le remplir par la drague compulsive, par la dépendance affective, le travail compulsif, la fuite dans le monde intellectuel, dans la musique, la drogue. L'effet est plus ou moins dangereux, mais au fond le problème ce n'est pas l'activité en elle-même mais plutôt que l'on essaie de se remplir avec, pour, je suppose, échapper à une souffrance qui nous serait trop insupportable, ou bien à une forme de vide. Je n'ai pas encore trouvé de solution ou de réponse pour ma part mais je suppose que se demander ce que l'on veut faire de sa vie ou ce qui compte véritablement pour nous, ou tout bêtement ce qui nous fait plaisir et nous fait du bien, est un premier pas.
Et je pense que si avoir des relations sexuelles multiples avec un grand nombre de partenaires est ce qui te fait kiffer, ce serait dommage de t'en priver. Ça peut aussi tout simplement être une particularité, un goût qu'il n'y pas lieu de juger plus qu'une passion dévorante pour la guitare. Mais tu sais mieux que nous ce qui t'anime.

On peut toujours trouver de bonnes raisons de se haïr si on veut se haïr ou si on n'arrive pas à faire autrement.

Aujourd'hui je me vois comme un gamin flanqué d'un sacré égo, nihiliste et cynique comme personne.
Evidemment, je ne te connais que par le biais de ce forum et donc ce que je dis n'a qu'une valeur toute relative, mais personnellement je ne crois pas trop à ce personnage de gamin cynique. T'as l'air plutôt gentil, en fait. L'un n'empêche sans doute pas l'autre... en tout cas ton journal et certains de tes posts que j'ai pu lire laissent transparaître un humanisme plutôt affirmé.

Heureusement, le fait d'être malheureux s'accompagne souvent d'une caboche bien remplie.
Bien remplie, ou bien faite, et parfois bien cabossée.
L'intelligence peut être une forme de consolation, mais ne peut-elle pas aussi être un outil pour aller bien ?
Après tout, je suppose que les gens intelligents ne sont pas tous malheureux.


Et pour finir, je ne sais pas si tu es doué pour le bonheur, mais ça me paraît assez clair que tu es doué pour écrire. J'ai toujours grand plaisir à lire tes textes, ils ont quelque chose de fort et parfois de jubilatoire.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Tout à fait ! le 26.10.17, 09h01 par valll

Salut Raven,

je te lis depuis longtemps et comme Moumane, je ne crois pas que tu sois cynique pour un sou. Sympathique, drôle, avec de la répartie et une énorme faille narcissique, ça oui.

Recentre-toi sur toi-même, fais ce que tu aimes et qui te fait du bien, l'ego est bien souvent une béquille qui aide à supporter un profond mal-être.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Oui le 26.10.17, 10h41 par Moumane
  • [0] +1 le 26.10.17, 19h38 par oHreN

Cette sensation quand on est propre de vouloir se jeter dans un tas de boue. De se prouver qu'on y est encore, qu'on peut encore, se salir, regretter, le cacher. Recommencer, comme un boulimique. Perdre ses proches, ses amis, être quitté, souvenu comme une ombre, un égoïste, un prédateur, un menteur.

Et guetter au loin l'existence de ceux qui se satisfont de bien peu alors qu'on parvient à peine à faire tenir sa couronne d'épine sur son crâne, du haut de son trône de mensonges, et de son tas de boue.

Et les haïr. Haïr les simples d'esprits, les gens médiocres et moyens qui sont si heureux d'être avec une personne qu'ils n'ont pas choisi, mais qu'ils se sont destinés parce qu'ils étaient tous les deux médiocres, et laids.
Je crois qu'il y a beaucoup à construire et à déconstruire autour de ce passage. En tout cas c'est parlant et cela met bien en mots les maux avec lesquels tu batailles. Courage à toi.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Oui le 27.10.17, 10h02 par Moumane
If you want to touch the sky,
Fuck a duck and try to fly !

BON PLAN SEXY : De -15 à -70% chez la boutique sexy LoveHoney.fr. LoveHoney.fr propose toute l'année des réductions très agressives sur leur catalogue lingerie, sextoys et autres accessoires. Suivez ce lien pour consulter les offres du moment.

Vous pouvez aussi soutenir FTS en passant par ce lien pour faire votre shopping sur Amazon.fr

Répondre