Raven : The (poor) Catcher in the Rye

Note : 100

le 09.11.2012 par Raven

685 réponses / Dernière par FK le 29.11.2021, 23h41

La vie est faite de virages, d'obstacles à surmonter, d'audace, de surprises et de rencontres décisives. Racontez votre histoire, entrez dans la légende; partagez vos cheminements, vos interrogations, vos rencontres, vos aventures - foirées ou réussies, c'est pas le plus important - et recevez les avis et conseils des autres membres.
Raven, my boy.

Dis moi, j'ai pas trop compris d'ou te vient précisemment ce "dégout de toi".

Moi ce qui me sert un peu de carburant, c'est la haine de moi. Enfin c'était. Maintenant c'est devenu de l'exigence.
Avant, je me regardais dans la classe et je me haissais de ne pas être assez X ou Y. De fil en aiguille j'en suis venu à utiliser cette energie pour consolider, construire, devenir fort.
Une fois que j'ai eu suffisament de resultats concrets, la haine s'est tue et c'est devenu de l'exigence.

J'avais parlé de la haine à l'époque avec un ami psy de ma mère. Il m'avait dit "Ah la haine c'est rassurant, parce que c'est un sentiment chaud et passionel, au fond si tu te hait, c'est que tu a envie de t'aimer".
Kundera disait que la Haine avait pour ceci comme défaut de t'enlacer à son objet. Quand c'est toi qui tu es, je suppose que ça peut devenir une qualité, sauf que ça te rend égocentrique. Et je pense qu'on est pas à ça près.

Le dégout c'est autre chose. Pour moi, c'est un beaucoup plus dur à maitriser.
Je passe par des périodes ou je couche beaucoup, mais je ne me suis jamais senti vide. Jamais.
Je crois te l'avoir déjà dit, mais que ce soit pour un soir, ou plus, que ce soit juste pour du charnel ou plus, le vide, c'est toi qui l'apporte. Tu reçois ce que tu apportes.
D'ou vous viennent ces sentiments de vide? De dégout?

Du reste, l'insatisfaction c'est normal. Je ne vois pas ce qu'il y a de problèmatique. Je dirais même que c'est sain.
Mais encore une fois, pourvu que ça soit maitrisé et que ça devienne un moteur.
J'avais détaillé sur le select, mais tu peux très bien être heureux/serein et insatisfait en même temps.
Tout dépend de ce sur quoi tu es instasfait en fait.

Enfin, je vais arrêter là, pour rentrer dans ce que je pense au fond de tes messages;

Je pense sincèrement que tu joues avec toi même, et ta manière que tu as de conceptualiser. Pour moi, il ne faut pas chercher plus loin.
Le reste, c'est parfaitement réglable avec de l'intelligence (que tu as).
Je pense que t'es bloqué dans une identité, dans un jeu que tu as avec toi même, de te penser, parce que c'est devenu une zone de confort.
C'est une recherche de romanesque. J'en suis sûr. T'essaie de mettre dans une case.
un gamin flanqué d'un sacré égo, nihiliste et cynique
Ecoutes, jusqu'à là, je pourrait m'y reconnaitre. Seulement t'es pas obligé de t'arrêter là, et tu peux très bien être ça, et être heureux, et aider les gens (tout en pensant que les humains dans les grandes masses, ça en mène pas loin, et être détaché de cette même pensée d'ailleurs) ou ne pas aider les gens, et ne pas sentir du vide, ect..

Et guetter au loin l'existence de ceux qui se satisfont de bien peu alors qu'on parvient à peine à faire tenir sa couronne d'épine sur son crâne, du haut de son trône de mensonges, et de son tas de boue.
Bah quand t'aura une couronne solide tout comme ton siège, ce genre de pensée ne te traversa pas trop l'esprit, par manque de temps :)
Et les haïr. Haïr les simples d'esprits, les gens médiocres et moyens qui sont si heureux d'être avec une personne qu'ils n'ont pas choisi, mais qu'ils se sont destinés parce qu'ils étaient tous les deux médiocres, et laids.
Idem qu'avant.
Sincèrement, c'est matériellement ce que je pense de la vie, mais je ne hais pas les gens pour ça. Pour les hair, il faut espèrer qu'ils puissent être plus. Alors que je pense que les gens font ce qu'ils peuvent. T'es encore idéaliste. Quand tu l'es plus, les gens font ce qu'ils font par nécéssité et par capacité, donc t'as plus d'affect, et tu ne hais plus. Ca t'es indifférent.
De la sorte, tu restes réaliste tout en t'offrant la possibilité d'être (rarement) et agréablement surpris.

Le tout quand tu captes ça, c'est de te débrouiller pour ne pas avoir à subir la grande masse. Etre indépendant et fort, d'une manière ou d'une autre.

Quand tu baises comme un chien ou te fais baiser comme une chienne, tu parviens à l'oublier pour la journée. Quand tu es amoureux/se, un mois. A toi de faire le calcul, mais il y a pas mal de boulot d'ici à la fin de nos jours.
Oulà, ouais. Haha c'est tellement alien pour moi. Quand j'ai commencé à avoir beaucoup de résultats, j'étais persuadé que j'allais expérimenté le vide tans promis par toutes les séries et les romans ou gens qui se disent détachés.
Eh bah je me suis trompé.

Je suis persuadé que tu sais déjà comment passer outre tout ces trucs là.
La question qui se pose ensuite c'est tout simplement si tu veux passer à autre chose ou pas, pas que ce que vives là soit forcément mal!
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Intéressant le 26.10.17, 20h06 par Moumane

Pour la haine, je ne l'ai pas mis finalement, mais je m'étais aussi dit en te lisant que la haine de soi était finalement une sorte de passion (donc forcément un peu exagérée...) pour soi-même.

Il y a peut-être aussi éventuellement des réponses dans une approche différente de la sexualité, par exemple avec quelque chose comme le tantra ?

Aujourd'hui, je me sens perdu.

Il y a beaucoup de choses positives dans ma vie en ce moment. Et pour être sincère, même si j'ai du mal à gérer ce que je suis, je crois que je ne voudrais pas avoir autre chose.

Je suis toujours en couple, et toujours perdu. Apeuré de recevoir des photos de corps nus, humides, sans savoir quoi en faire, mais tout en sachant ce que ça implique. Effrayé de voir que je bâtis des relations dans lesquelles je mens aux autres. Je mens à ces femmes que je rencontre, et à qui je donne de l'espoir, quand je disparais ensuite, parce que je n'ai pas le cœur à être infidèle.

Récemment, j'ai fais des rencontres. Des nanas formidables. Si je n'étais pas engagé, je n'aurais pas hésité à les faire sourire, les faire gémir. Les saisir partout, sentir nos corps brûlants s'enlacer, et expurger de mon corps au leur, le mal qui est mien.

Mes parents adorent ma partenaire, mon père surtout. Il me met la pression, en me disant que comme je n'ai pas été capable d'être fructueux dans mes études, dans mon passage du permis de conduire, je dois à tout prix être une relation saine pour celle que j'aime sincèrement. C'est idiot de laisser mon père avoir une incidence dans ma vie amoureuse. Mais c'est la dernière barrière de sécurité que j'ai au sein de mon foyer. Au-delà, la tension est insoutenable.

Mais je crois sincèrement que ce talent pour tirer le mieux du pire peut me permettre de m'en sortir.
Il y a peut-être aussi éventuellement des réponses dans une approche différente de la sexualité, par exemple avec quelque chose comme le tantra ?
Je n'ai aucune idée de ce que c'est, ce dont j'ai besoin est soit une soutane, soit un harem.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Tu en fais trop le 08.11.17, 11h44 par Onmyoji
  • [0] Prends un peu de recul le 08.11.17, 13h29 par The_PoP
  • [0] Tu en fais trop le 08.11.17, 14h43 par Mr.Smooth
  • [0] Courage le 08.11.17, 17h03 par Moumane

Je n'ai aucune idée de ce que c'est, ce dont j'ai besoin est soit une soutane, soit un harem.
Bon mec.
Tu écrits très bien et tu t'es forgé un personnage fascinant, bravo, cependant...
Je sais pas si c'est dû à la jeunesse ou quoi mais il me semble que tu te complais dans des idées extrêmes sans voir un juste milieu tout à fait viable.
Je sais pas dans quel milieu tu évolues mais tout semble indiquer que ça te conforte dans un équilibre précaire qui se ressent fortement dans tes écris.
Se rouler dans ses paradoxes ça dur qu'un temps: "j'aime pas la médiocrité" VS "j'ai rien réussi à par me trouver une nana pas trop chiante". WTF
Le cynisme c'est un biais facile pour se forger une carapace et se dire que rien n'est valable à par les trucs bancales et pas nets.
A te lire, tu vaux mieux que ça. Sorts toi de là, ça pu.
Désolé pour le jugement, mais c'est ce qui me vient sur le moment. Je regretterai surement dans une heure.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] 100% d'accord le 08.11.17, 13h29 par The_PoP
  • [+1] le 08.11.17, 16h00 par Jalapeno
  • [0] Il y'a du vrai... le 08.11.17, 17h04 par Moumane
  • [+1] Pertinent le 09.11.17, 02h30 par Onmyoji

J'avais hésité à répondre à nouveau man, mais ça me "confirme" un peu dans ma vision du fait que je pense que tu es coincé dans ton propre personnage, et que ce personnage est devenu une sorte de zone de confort pour toi, avec les même dilemmes qui sont assez "classiques" (et qui font très "personnage de série de base" ce qui est cool, mais à terme sclérosant quand s'y tarde de trop).


Je pense qu'il serait peut être temps, au vu de ce que tu nous dis, d'avancer sur d'autres choses dans ta vie :)
Comme dis TheDaze, je pense que tu as des tas d'autres developpements intéressants à faire et à commencer.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] A lire le 09.11.17, 02h47 par Onmyoji
  • [0] Il y'a du vrai... le 09.11.17, 10h55 par Moumane

Ce qui me frappe pour ma part, c'est que ta copine me semble être la grande absente de ta vie et de ton questionnement. Au vu de ce que tu dis, j'ai du mal à comprendre quelle est sa place réelle dans ta vie car vu comme comme ça de l'extérieur, de façon peut-être superficielle, on dirait qu'elle n'en a pas. Je ne vois pas la relation de confiance mutuelle qui tire chacun des deux partenaires vers le haut. Il ne semble pas y avoir de réelle possibilité d'un dialogue où tu t'ouvrirais sur tes envies et tes besoins, ce mal-être que tu exprimes. Ou alors, si cet espace existe, tu ne sembles pas vraiment penser à l'investir de ton énergie.

Si les choses sont telles que tu le dis, il me paraît assez gênant que ton père exerce une telle emprise sur ta vie et / ou que tu le laisses exercer cette emprise. C'est ta vie, et c'est aussi la vie de ta copine, et tu n'es pas simplement une surface de projection des attentes que les autres peuvent avoir de toi ; je ne crois pas qu'une relation modèle puisse réparer un insuccès dans les études ; et tu ne peux pas non plus te dédouaner de la responsabilité que tu as par rapport à ta propre vie en la reléguant à l'instance paternelle.

Je ne sais pas si tu t'es coincé dans ton propre personnage comme l'ont souligné Thedaze et Mr. Smooth, mais en tout cas tu sembles bien coincé quelque part et en te lisant je me suis dit qu'une aide extérieure, par exemple quelques séances chez un psy (et il y a des endroits où ce n'est pas cher pour les étudiants) pourraient peut-être te faire du bien ; ne le prends pas mal. En te lisant, je n'arrive pas très bien à saisir ta situation relève d'un dilemme somme toute normal comme le souligne Mr. Smooth ou s'il y a quelque chose de l'ordre de l'addiction dans ton rapport au sexe. Une fuite, peut-être. Tu peux regarder par toi-même ce qu'est le tantra sur Internet, j'y ai pensé parce que d'après ce que j'ai compris cette approche de la sexualité sort de la recherche (plus ou moins effrénée) de la jouissance pour rechercher davantage de présence dans le contact avec l'autre (pour simplifier).

Enfin, je ne sais pas pourquoi tu n'as rien réussi à faire de "fructueux" de tes études car ce n'est vraisemblablement pas le potentiel qui te manque. Cela vaudrait probablement le coup que tu investisses davantage ton énergie là-dedans, ce qui entre parenthèses serait aussi une façon de sortir de ta dépendance vis-à-vis de tes parents.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Post responsable le 09.11.17, 01h13 par mistermint
  • [+1] A lire le 09.11.17, 02h47 par Onmyoji
  • [+1] Absolument le 10.11.17, 18h46 par Perlambre

Pour trouver ce que tu veux vraiment, va falloir cesser de te concevoir au travers d'un masque. Il te protège sans doute de tes manquements à toi-même, et des autres, mais à moment donné, tu avanceras certainement mieux en affrontant ta copine, et la vérité que tu lui dois (que ce soit lui avouer tes sentiments, ou lui avouer que tu en as pour d'autres, ou que tu ne veux pas être en relation exclusive), ta famille (et la pression qu'elle te met, qui en toute franchise, me semble plutôt partir d'une bonne intention et d'une envie de te motiver ou que tu ne te contentes pas de peu puisque tu as des capacités -à la grande question, si on a des capacités, est ce qu'on est obligé de s'en servir, la réponse, c'est non, mais ça reste une belle connerie, parce que c'est se limiter soi-même, et il y a déjà des tonnes de choses qui le font sans qu'on se mette nos propres bâtons dans les roues...-), et toi-même, et que tu finisses par faire la paix avec tes échecs (par exemple, en te prouvant que tu peux réussir ces trucs là en t'y remettant. Le permis, ça reste utile. Et symboliquement, c'est aussi un rite de passage à l'âge adulte. T'as pas envie d'être sur un "hoverboard" à 40 ans...), et avec ta peur de réussir, ou d'échouer.

Parce que tout le reste, c'est de la philosophie de comptoir de lycéen, c'est pas dark et c'est pas cool. ça ne fait illusion qu'à toi-même et je suis même pas sûr, mais même un épisode de Skins est plus convaincant.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Il y'a du vrai... le 09.11.17, 05h19 par Mr.Smooth
  • [+1] Oui le 09.11.17, 10h56 par Moumane
  • [0] C'est pas faux le 09.11.17, 11h37 par Bumble

Carré d'As :

Ces dernière semaines, pas mal de trucs me sont arrivés. Des trucs plutôt négatifs, mais, étonnamment, ça m'a bien fait rire. Alors j'ai pris les 4 trucs les plus drôles, qui forment mon Carré d'As de ce début d'année 2018, qui s'annonce déjà être un putain de millésime.

As de Trèfle :

J'ai été exclu à vie de l'association de joueurs que je fréquente depuis 2 ans. Désaccord associatif avec un mec imbuvable. L'alcool n'aidant pas, le ton a haussé, jusqu'à en arriver à des mots plus personnels qu'autre chose. L'inviter au suicide n'était pas des plus diplomatiques, je le reconnais.

As de Carreau :

L'obstination d'une de mes professeurs de me descendre en flamme a payé; je n'ai pas eu mon semestre à cause d'une seule matière. Elle m'a fait un sourire quand on s'est croisé, peu après que j'ai découvert mes résultats.

As de Cœur :

Je fais officiellement parti du club très fermé des mecs (innocents) accusés de viol. En cause ? L'une de mes aventures avec une meuf a mal fini. La nana m'harcelait pour que je quitte ma meuf pour elle. Une fois où on était chez elle, je suis rentré en elle avant qu'on ait mit une capote, de façon involontaire, après qu'elle se soit mise sur moi. Malgré que je sois testé et sain, elle m'a menacé d'aller voir les flics, et de déposer plainte pour "viol", au motif que je l'aurais pénétré sans son consentement dans la mesure où je n'avais pas mis de préservatif. A chaque fois qu'on a baisé, on l'a fait avec une capote. Dommage, c'était ma meilleure amie (nos sentiments n'étaient sans doute pas réciproques, je suppose).

As de Pique :

Mon préféré, celui-là. J'étais en soirée dans mon bar fétiche il y a une quinzaine de jours. Soirée très arrosée, je finis complètement pété. Je danse comme une salope sur Just Dance, avec une blonde plutôt jolie. Elle multiplie les signes d'intérêts. Je précise encore que je suis en couple et fidèle, et que je ne veux pas de plus de vagues, surtout dans un bar qui est ma maison. Mains au cul, caresses, j'ignore, son pote me paye des verres sans compter.

Fin de soirée, elle me roule un patin devant dix personnes. Une connaissance qui trainait par là se jette sur moi, avant d'être ceinturé par un ami restaurateur. En cause ? Il est amoureux de cette meuf qu'il a croisé quelques fois dans des soirées communes. Estimant que je l'ai trahi, connaissant le désert sentimental qu'est sa vie sentimentale, je mérite selon lui d'être battu à mort. Parce que j'ai été embrassé par celle qui fait sa convoitise.

Il hurle dans la rue des phrases joyeuses telles que "Reviens, je vais te tuer !", "Je vais te détruire", "Je sais où t'habites, demain je te tue !", "Sale traître, quand tu mourras demain, le monde perdra rien !".

Je parviens à quitter la devanture du bar tandis que mon pote dialogue avec le mec (qui m’hébergeait la semaine précédente), et reçoit quelques heures plus tard un coup de fil de sa part.

D'abord des menaces, puis des insultes. Au bout d'un quart d'heure à m'expliquer que je suis stupide, immoral, dégueulasse, il fond en larme et exprime toute sa solitude et sa dépression. Je le console autant que possible, le tout en Haut-Parleur à côté d'un pote choqué.

Le lendemain, alors que j'essaye d'initier un dialogue à base de "On était pété, ça compte pas, pas de soucis de mon côté", il me repousse en me menaçant encore. Depuis, ça a divisé notre groupe d'amis communs, dont une partie me tient pour responsable.

Violeur, menacé de mort, échec scolaire, reclus associatif.

Et pourtant, j'ai sacrément le sourire ces derniers jours. J'espère que votre début d'année se passe bien, le mien est mouvementé, mais sincèrement, ma relation avec ma meuf et mes parents s'est nettement améliorée. J'ai bon espoir d'avoir mon année si je travaille suffisamment, et mon projet professionnel se dessine lentement.

Raven
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Fichtre ! le 12.02.18, 01h03 par Mr.Smooth
  • [0] Tout va bien le 12.02.18, 10h05 par Jalapeno
  • [0] Wow le 12.02.18, 10h37 par Bumble
  • [0] Courage le 12.02.18, 18h03 par The_PoP
  • [0] Bien joué le 13.02.18, 14h22 par valll
  • [0] Like a boss ! le 26.02.18, 15h08 par Finn
  • [+3] Bien joué le 18.05.18, 13h24 par LeBeauGosse

yop Raven, je ne sais pas si ça va te sembler pertinent mais tout de même, à te lire y a un truc qui me tracasse.

Quand les embrouilles et les emmerdes s'accumulent, il y a bien sûr les impondérables, celles qu'on ne maîtrise pas, ou peu, et puis il y a notre part.
J'ai l'impression que dans tes 4 as, tu te positionnes beaucoup en victime. Et je n'en vois pas bien l'intérêt pour toi.

J'veux dire, bon, les études, on est quelques un à y être passés, et des profs on en a subi pas mal, mais sincèrement, aller reprocher un échec dans un semestre universitaire à une prof, ça me semble pas digne de toi et des capacités que tu revendiques.

De même, quand ça merde avec plusieurs personnes de ton entourage, ça vaut quand même le coup de se poser la question du pourquoi.


Après voilà, je pense que le semestre tu vas rattraper ça et que des embrouilles à la con avec des potes t'en auras d'autre, et je trouve cool que tes relations familiales et avec ta meuf s'arrange. Juste ça vaut le coup de peut être se poser la question de manière perso et avec un poil plus de bonne foi sur ton rôle dans ces as.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] C'est pas faux le 12.02.18, 19h38 par Bumble
  • [0] Absolument le 12.02.18, 21h41 par Poordonkey
  • [+1] A lire le 13.02.18, 03h33 par Onmyoji
  • [+1] +1 le 13.02.18, 13h59 par sebz9999
  • [+1] +1 le 25.05.18, 12h42 par MagickPit
If you want to touch the sky,
Fuck a duck and try to fly !

...
Genre une meuf qui te harcèle pour quitter ta meuf pour elle, c'est déjà pas un bon plan d'avoir contact avec elle, toi en plus tu la baises. En fait tu réfléchis pas, tu te laisses guider par ta bite?
Même si tu n'étais pas en tort, et là pour la "pénétration involontaire" tu comprendras qu'elle puisse s'offusquer (si tu sens que ça monte tu la bouges ou tu bouges),
C'est clairement pas malin, et c'est forcément litigieux, à plus forte raison avec une meuf à problème (même si elle est normale à la base si elle te harcèle pour quitter ta meuf tu es juste débile de coucher avec, de te retrouver dans une pièce enfermé avec, de jeter un regard dans sa direction. Ce genre de cas c'est de la merde dans le ventilo direct).

Pour qu'une prof t'en veuille à ce point, qu'as tu fais?
Pour ce mec, tu pourrais argumenter mais tu l'as insulté. L'histoire ne dit pas s'il le méritait mais si c'était pour quelque chose qui te tient à coeur tu pouvais passer outre.
Et quelque chose me dit que si tu avais tant été apprécié, ça aurait été considéré autrement.
Pour le dernier gars, c'est un abruti MAIS
-pour bloquer la nana si tu voulais vraiment pas plutôt que d'ignorer tu lui dis non ça marche aussi. Là tu es juste dans la position de déni plausible que veulent avoir la plupart des nanas. "C'est pas moi qui en fait en sorte de tromper mon mec c'est arrivé comme ça parce que ce gars était très entreprenant j'étais surprise".
Tu n'assumes rien.
Pareil une meuf qui t'embrasse alors qu'elle t'a fait du gringue toute la soirée tu peux difficilement être surpris et pas la stopper.
-auprès de ce gars et de ton groupe tu dois clairement avoir une réputation de faux jeton sans scrupule.
Parce que l'aigreur seule fait rarement ça. Ça n'enlève pas qu'il est con dans son attitude et perdu, mais tu dois pas vraiment inspirer la confiance à mon humble avis en la matière.

Alors évidemment je t'accable pas il y a une part externe à ces problèmes. Tu te les es pas créés seuls. Mais tu as trouvé les bons ennemis pour ça on va dire (pour la blonde tu pourrais aussi avoir un mec qui est intéressé par ta meuf qui l'informe, etc)
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Effectivement le 13.02.18, 08h42 par Bumble
  • [0] Oui le 13.02.18, 14h02 par sebz9999
  • [+3] Ca va mieux en le disant le 14.02.18, 22h04 par Raven

Comme les vieux sages Onmyoji et The_Pop, je trouve qu'il y a dans tes derniers déboires l'impression planante que tu as largement participé à te créer ces problèmes. Au vu même de tes derniers posts il semblerait que tu appelles de tes voeux une existence de chaos.

J'insisterai sur un autre aspect c'est que en toute probabilité, tout au long de la vie, de vraies emmerdes te tomberont avec force et surprise dessus : maladie, décès, injustices diverses... A ce moment là tu n'auras jamais assez de ressources pour y faire face. Donc patience :) le chaos viendra :) d'ici là à mon avis constitue tes forces plutôt que de t'évertuer à faire tomber tout ce qui veut bien l'être, et à te retrouver à poil dans les ruines.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] 100% d'accord le 13.02.18, 19h18 par Perlambre

Je suis célibataire ptdr.

Et je passe 3 semaines à Paris pendant le mois d’août, j'ai hâte de tous vous voir pour que vous m'aidiez à me faire péter le caisson hihi.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] 100% d'accord le 13.05.18, 22h57 par Mr.Smooth
  • [0] Oui le 14.05.18, 06h18 par Syd_

Bon bah on a recouché ensemble, et on s'est mis d'accord pour revenir à une relation de sexfriends. Quelle histoire. Hier, sinon, j'ai eu un date, ça s'est bien passé, mais j'ai pas osé conclure, ça faisait un bail que j'avais plus eu de date.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Mauvais esprit le 19.05.18, 01h06 par wayl

Raconte espèce d'ornithorynque!
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Bonne idée ! le 18.05.18, 21h56 par valll

Je vous fais un résumé de mon année passée.

Après quelques mois à baiser ensemble, on décide d'officialiser notre relation, et de forger un couple monogame exclusif (je dois confesser que j'ai fauté quelques fois). Les premiers mois sont idylliques, mais rapidement, une distance s'installe entre nous. On passe toujours de bons moments, mais la façon dont on conçoit la vie est radicalement différente. Elle, stressée par ses études, son job étudiant, sa relation avec ses parents, ses doutes quant à son avenir, mais aussi les traumatismes qu'elle a vécu dans le passé (son premier mec la battait quand elle était ado), et moi, insouciant, tranquille face à tous les événements de la vie.

Le stress qu'elle porte fait qu'elle est plus souvent de mauvaise humeur, que sa libido est parfois absente, et ça crée un fossé entre nous, qui nous pousse à réduire le temps qu'on passe ensemble, jusqu'à se voir une à deux fois par semaine. Finalement, j'ai décidé de rompre, et elle m'a annoncé qu'elle attendait la fin de mes examens pour faire de même.

On a gardé de bons contacts, et la rupture s'est bien passée. On s'est dit qu'on resterait bons potes, parce qu'on s'entend bien, et qu'on partage quelques points communs. Il y a une petite semaine, elle passe chez moi récupérer des fringues, et me rendre celles qu'elle me piquait. On évoque le bon vieux temps, et pris d'un élan d'émotion (j'ai failli chialer), je la serre contre moi. Et d'un coup, je revois celle que j'ai connu, capable de s'embraser en un claquement de doigt, et nous voilà en sueur sur mon lit, en train de s'étreindre et de gémir; classique baise de rupture me direz-vous.

Maintenant, je ne sais pas trop où j'en suis. J'ai fais le deuil de notre relation, et je suis déjà occupé à l'idée de faire de nouvelles rencontres, dont certaines se sont déjà concrétisées, mais elle compte toujours pour moi. Récemment, elle m'a appelé en larmes parce qu'elle était perdue à la suite d'une visite chez sa psy.

Quand j'ai rompu, je n'avais qu'une crainte, c'est d'être aspiré par la rupture. Qu'elle trouve un autre mec en un claquement de doigt, et que je reste dans la mélasse à ressasser nos souvenirs. Que je passe une période à l'ombre, à me demander si je suis capable de séduire, mais surtout d'enfin construire quelque chose.

Et contre toute attente, je le sens, que je suis capable de tout ça. De faire contre mauvaise fortune bon cœur. De réussir à me remettre au sport, par exemple, pour me motiver à sortir de chez moi, à et surtout à sortir de ma zone de confort. Franc succès, j'y vais 4 à 6 fois par semaine, et le gérant du club m'a dit qu'il voyait peu de gars aussi motivés.

Et maintenant, je me sens presque coupable. D'avoir déjà quelques dates, d'avoir entrepris autant de changements positifs, alors qu'elle, elle reste dans la mélasse. Parfois, elle se sent mal et m'appelle. Je l'écoute, et je ne sais même pas si mon attitude est correcte. Dois-je marquer une séparation ? Être là pour elle, comme pour n'importe quel proche ?

En tout cas, je m'en sors vraiment bien, et je suis fier d'avoir acquis cette maturité. J'ai passé la période auto-destructrice, et je souhaite juste bien vivre. Sport, études, alimentation, mais aussi cercle social, je veux goûter à la dolce vita, exprimer mes passions. Alors espérons que l'alcool fort soit comme le vin, et qu'il devienne meilleur en vieillissant.

Raven

. Franc succès, j'y vais 4 à 6 fois par semaine, et le gérant du club m'a dit qu'il voyait peu de gars aussi motivés.
Mais oui!!

J'ai passé la période auto-destructrice, et je souhaite juste bien vivre. Sport, études, alimentation, mais aussi cercle social, je veux goûter à la dolce vita, exprimer mes passions. Alors espérons que l'alcool fort soit comme le vin, et qu'il devienne meilleur en vieillissant.
J'ai toujours prêché pour le côté clair. Tu verra qu'on peut très bien la jouer insupportable et passioné avec une vie bio.

Que tu ne sois pas dans le sac, c'est plutôt une bonne chose pour toi.
Tu n'as pas à t'en vouloir pour ça, ni pour le fait de trouver enfin de la motivation pour faire des choses.
Maintenant, je pense qu'il faut aussi relativiser, tu dis que tu ne sais pas où tu en es, mais d'un autre côté, tu te sens fier parce que tu as l'impression d'avoir avancé et d'avoir acquis de la maturité.

Faudrait remettre les choses en perspective:
-promettre quelque chose à quelqu'un et ne pas tenir sa parole, n'est pas faire preuve de maturité

-tu parles de "autant de changements positifs", mais je compte "sports, rencontres, mettre fin à ta relation du moment". Est ce tant que ça, surtout quand on sait que les rencontres, tu les as toujours recherchées, et que c'est pas une nouveauté?

-tu te sens bien parce que finalement, ce n'est pas toi qui est aspiré par cette rupture. Mais c'est aussi à mettre sur ton absence d'implication. Ce n'est donc pas tant de la résilience que l'effet de l'anticipation, à mon avis (tu étais déjà détaché, déjà plus avec elle sans doute).

-tu parles de sa mauvaise humeur, de son état d'esprit stressé. Mais il faut bien voir une chose. C'est beaucoup plus facile d'être cool quand on se sent aucune responsabilité comme toi, et qu'on a des échappatoires (comme d'autres nanas prêtes à te draguer, qui te désirent et te font te sentir bien), que quand on est dans son jus avec ses problèmes, et un partenaire qui se sent pas trop concerné (pas au-delà du "tu devrais pas te stresser pour ça", sans doute? Je peux me tromper, je ne sais pas comment tu as été avec elle. Mais si tu l'as trompée, mécaniquement, tu mettais aussi de l'énergie ailleurs plutôt qu'à la soutenir elle. Et tu n'avais pas que son bien-être en tête, au contraire, c'est possible que tu te sois dit que ça n'arrangeait rien et qu'il valait mieux pas t'en mêler).
Je ne sais pas où tu en es de tes études finalement, si tu as besoin de bosser, mais ça peut être compréhensible que pour sa part, elle soit stressée, quand pour toi, c'était une zone à problème et potentiellement "perdue pour perdue" donc au final, "abandonnée" dans tes priorités.
Sa relation à ses parents lui posait problème comme la tienne avec les tiens par le passé, sur ça tu as juste eu de l'avance sur elle. Tu aurais pu lui faire profiter de ton expérience pour la soutenir au lieu de la juger?
Les doutes sur l'avenir, à votre âge, qui n'en a pas?
Et les traumatismes passés ne l'aident certainement pas à avoir un socle solide pour résister au reste aujourd'hui.

-Ta tranquillité, ton détachement, dont tu t'enorgueillis, pourraient être une fuite face à la dureté de la réalité.
De ce que je connais de toi au travers de ce journal, tu ne te sens pas souvent responsable, et dans la description de l'évolution de ta relation, on dirait qu'elle seule avait la responsabilité d'être ainsi. Sans tenir compte que tes actions, ou tes absences, pouvaient avoir sur elle.
Ou de ce qu'elle croyait pouvoir attendre de toi, et qui ne semble pas être venu (tu ne parles pas de la soutenir, donc je peux largement me tromper, mais je me base sur ce que tu mentionnes).

-Tu parles de bien-être et de détachement, mais dans tes posts de cette année, ce n'est pas trop ce qu'on retrouvait, avec souvent des ascenseurs émotionnels, et des périodes où tes relations avec les gens n'étaient pas un modèle de sérénité.

Donc, je te dis pas ça pour casser ton bonheur, ou juste faire le poil à gratter dans ce journal (encore une fois) par plaisir.
L'idée n'est pas non plus de te faire un procès, même si j'ai une vision un peu moins clémente avec toi de ta relation (bien sûr, c'est basé sur différents posts passés et sur ce que tu dis ici, mais c'est possible que tu aies été bien plus impliqué que tu n'en as l'air dans ta description).
Mais je me dis que savoir que tout n'était pas si rose que tu veux bien t'en donner l'impression aujourd'hui, au fond de toi, crée certainement cette confusion, plus que le fait d'être simplement heureux.
Si tu étais vraiment heureux et satisfait, tu serais trop occupé pour te poser la question.
Peut-être que pour une fois, tu devrais être moins détaché et tranquille, et prendre ta part de responsabilité dans l'évolution des choses.
Ce serait sans doute moins simple de ne pas avoir de remords ou de regrets.
Mais ce serait sans doute plus profitable parce que ça te forcerait à évoluer.
Parce que tu parles de te bonifier avec le temps, mais en réalité, je n'ai pas l'impression que tu as changé.
J'ai toujours le sens de cette fuite en avant, mi-auto-destructrice, mi-nihiliste, où finalement tu t'en fous un peu des dégâts que tu crées autour de toi (attention je dis pas que tu as foutu cette fille en l'air, simplement, tu n'as pas à mon sens contribué à votre relation comme tu l'aurais dû, tandis qu'elle s'est impliquée et avait des sentiments, puisque vous aviez cet "accord de confiance" qui lui permettait de se lâcher sentimentalement avec toi. Et c'est là où c'est dommageable pour elle).

Tu peux certes continuer à vivre comme ça, mais la vie n'est pas que douce. Pour personne, sur la longueur.
Et quand tu partages la vie d'une femme, ça implique de le savoir et d'être là pour elle quand elle en a besoin, comme elle le serait pour toi.
Sinon, c'est juste vouloir que le bon des gens, et se désintéresser d'eux quand eux peuvent avoir besoin de toi.
C'est pas exactement une relation, dans ce cas, plutôt de l'exploitation, même indirecte.
Et en tous cas, ça manque de loyauté, une des qualités des vraies relations.
Je sais, c'est une valeur à la con de nos jours, mais ça a son intérêt dans la construction des choses.
Toi qui parle de passer une période auto-destructrice, ça devrait te parler...

En espérant que ça t'aide.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Intéressant le 26.05.18, 15h40 par Bumble
  • [+3] Post de qualité le 28.05.18, 16h07 par Raven

Raven a écrit :Et maintenant, je me sens presque coupable. D'avoir déjà quelques dates, d'avoir entrepris autant de changements positifs, alors qu'elle, elle reste dans la mélasse. Parfois, elle se sent mal et m'appelle. Je l'écoute, et je ne sais même pas si mon attitude est correcte. Dois-je marquer une séparation ? Être là pour elle, comme pour n'importe quel proche ?
Content d'avoir de tes nouvelles Raven.
Si ça peut aider, j'avais traduit cet article qui propose un "plan de rupture" que j'ai déjà eu l'occasion de tester et qui me semble un bon compromis entre "prendre soin de son ex" et "prendre soin de soi" : post408413.html

Hey,

Quelques temps que j'ai pas donné de nouvelles,

Bonne habitude, je fais pas ça dans un état tout-à-fait normal (sortie de soirée). D'abord, il me faut répondre aux objections.
Mais si tu l'as trompée, mécaniquement, tu mettais aussi de l'énergie ailleurs plutôt qu'à la soutenir elle. Et tu n'avais pas que son bien-être en tête, au contraire, c'est possible que tu te sois dit que ça n'arrangeait rien et qu'il valait mieux pas t'en mêler).
J'y reviendrai plus tard, sur mon infidélité chronique. Mais pour l'heure, je peux avouer que tu n'as pas tout-à-fait tort. Quand j'étais avec elle, je ne m'économisais pas pour la faire sentir aussi belle, aussi désirable, aussi parfaite qu'elle l'était pour moi. Notre relation aura été saine jusqu'au bout.

Ce qu'il faut comprendre, c'est que dans ses moments de déprime, elle lâchait du leste, et que je tenais notre relation autant que je la tenais à bout de bras. Dans ses angoisses, je l'ai maintenu à flots comme elle l'a fait l'année dernière. Quand son stress a tué sa libido, je me suis senti sur le carreau. Dans mes moments de souffrance, je n'avais personne vers qui me tourner. Ma meuf était déjà au fond. Mes potes me lâchait des reproches assassins "T'as une meuf géniale, t'as pas de quoi te plaindre".

Un jour tu craques, et la meuf qui te drague en boîte, ou la pote trop complaisante finit par t'avoir.

En fait, c'est parce que je me suis investi plus que je ne l'aurai du, que j'ai eu besoin de m'expurger.
-Tu parles de bien-être et de détachement, mais dans tes posts de cette année, ce n'est pas trop ce qu'on retrouvait, avec souvent des ascenseurs émotionnels, et des périodes où tes relations avec les gens n'étaient pas un modèle de sérénité.
Sincèrement, j'ai un travail à faire pour régler cette question d'ascenseur émotionnel.

Je lui ai dis que je l'avais trompé, d'ailleurs. Elle me racontait son aventure d'été avec un aventurier en Erasmus, je me suis dis qu'elle avait suffisamment tourné la page pour apprendre la nouvelle.

Plusieurs jours qu'elle m'appelle en pleurant, en me demandant pourquoi. Impossible de m'expliquer correctement, je prends le blâme, et je résume tout en disant que "j'ai merdé".

En attendant la rentrée, c'est soirée et boîte tous les soirs, et bientôt immersion à Paris, hâte de rencontrer sa vie nocturne à nouveau.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Constructif le 01.08.18, 03h11 par Onmyoji
  • [0] La suite, vite ! le 01.08.18, 08h58 par The_PoP

Cool d'avoir de tes nouvelles, Paris s'annonce bien :)

Par contre j'ai pas compris l'intérêt d'annoncer une ou des tromperies après coup.
En plus au moment où elle t'annonce qu'elle commence à aller de l'avant ?
Y a comme un petit air de AttentionWhore là dedans, méfies toi.


Bon été à toi et profites bien.
If you want to touch the sky,
Fuck a duck and try to fly !

BON PLAN SEXY : De -15 à -70% chez la boutique sexy LoveHoney.fr. LoveHoney.fr propose toute l'année des réductions très agressives sur leur catalogue lingerie, sextoys et autres accessoires. Suivez ce lien pour consulter les offres du moment.

Vous pouvez aussi soutenir FTS en passant par ce lien pour faire votre shopping sur Amazon.fr

Répondre