Cascade de perles

Note : 152

le 07.08.2016 par Perlambre

138 réponses / Dernière par The_PoP le 11.05.2022, 18h44

La vie est faite de virages, d'obstacles à surmonter, d'audace, de surprises et de rencontres décisives. Racontez votre histoire, entrez dans la légende; partagez vos cheminements, vos interrogations, vos rencontres, vos aventures - foirées ou réussies, c'est pas le plus important - et recevez les avis et conseils des autres membres.
Répondre
Comment retrouver son appartement à l'image d'un Beyrouth dévasté ?
C'est simple.
Dire : viens
A Frangin qui n'avait pas hésité à parcourir les centaines de kilomètres nous séparant.
Lui : il me reste une heure avant de t'embrasser.
Il était 20h à l'heure de son sms.

Chose à ne jamais faire paraît-il, annuler son programme pour un mec/une fille.
Franchement je m'en fiche de ces "bons conseils" et préfère suivre l'intuition de mon coeur/corps, l'un comme l'autre palpitants à la lecture de ce message.
La question de savoir lequel palpite plus que l'autre... je la laisse à un autre jour, j'avais des bougies à allumer.

Les bougies. C'est dans cette obscurité lumineuse que mon regard attrape au mieux la vigueur d'un corps, l'angle d'un profil, la fièvre d'un regard, l'ourlet d'une lèvre. Cette lumière vacillante dont les multiples flèches enflamment mes sens bien avant la rencontre au point de les rendre incandescents devant celui que je désire.

Son pas dans l'escalier et avant de pouvoir fermer ma porte, le corps de Frangin se soudait au mien, sa bouche prenait la mienne, nos mains devenant maladroites d'un désir trop longtemps retenu.
Si je me souviens bien, nous nous étions poursuivis, enlacés, enchâssés, tout au long d'un sentier digne d'un petit poucet lubrique, abandonnant une à une au hasard nos étoffes.

A 5h, Frangin avait repris en sens inverse ses kilomètres, laissant sur mes lèvres un sourire qu'aucunes contrariétés de la journée naissante ne pouvaient altérer.

De vous à moi, pour des tas de raisons que je ne développe pas ici, Frangin me plait mais j'ai besoin de cette légèreté du moment. Nous en avons parlé, je sais qu'il souhaite plus tout en me laissant le temps.
Je n'ai pas envie d'abuser de sa patience, j'ai simplement l'appréhension d'avancer sur une voie qui forcément va m'obliger à baisser ma garde. C'est le revers de la médaille de l'expérience. Ou plutôt des expériences dont certaines sont franchement oubliables. Et si je veux être tout à fait honnête au moins avec moi, suis tout sauf courageuse.

Très humblement, votre fraîcheur d'esprit, vos opinions même folles, peuvent m'apporter cette autre vision que ma raison m'interdit et qui pourtant aujourd'hui me manque. Et s'il faut me secouer, n'hésitez pas mais si je peux vous demander une faveur faites-le avec vos tripes, avec vos mots.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] La suite, vite ! le 17.11.16, 00h35 par amelia
  • [0] La suite, vite ! le 17.11.16, 00h58 par RosieRosette
  • [0] A lire le 17.11.16, 10h13 par The_PoP
  • [0] Bien joué le 17.11.16, 10h21 par MaryeL
  • [0] La suite, vite ! le 17.11.16, 14h27 par Lulla
  • [0] Cool le 17.11.16, 16h21 par mctyson
  • [0] Like ! le 18.11.16, 11h35 par mistermint

J'ai envie de vous faire sourire en ce mois de novembre.
Retour en arrière sur la semaine passée.

Un matin où je déambule pour rejoindre celui qui me fait vivre financièrement, donc mon boulot. Je croise une fois de plus un mec (c'est dingue ces trajets où des inconnus font, par la force des choses, une partie de notre quotidien). Bref. Il se retourne, moi aussi, s'approche pour me dire que je suis "charmante" et qu'un café matinal, si j'ai le temps, l'envie, serait un bon moyen de faire enfin connaissance. J'ai une demi-heure, donc nous partons pour un café. Si j'ai accepté c'est parce qu'il a le ruisseau du bonheur. Autrement dit, un espace entre ses incisives supérieures. La séduction fait de tout bois...
Après c'est moins drôle. Il parle de lui, lui et encore lui, ses problèmes de boulot entre autres. Hoh... Je sais avoir l'oreille attentive pour un ami mais lui, franchement je m'en fiche. Je règle mon café au comptoir et lui souhaite une bonne journée.

Un autre jour, fin de journée, je hume les vitrines avec l'envie de faire chauffer ma carte bleue. Un mec avec des paquets aux bras, visiblement un touriste, m'interpelle en me disant que mon manteau aussi magnifique soit-il n'a pas l'éclat de mon regard. Ok, suis bon prince et dans un sourire lui demande ce que mon regard lui inspire. Une soirée avec lui me dit-il "en tout bien tout honneur". Quelle expression imbécile. S'il m'avait dit "te prendre en levrette" au moins j'avais matière à rêver. Je l'ai laissé sur place, suis rentrée dans ma boutique et j'ai fais chauffer ma carte bleue.

Et puis, j'ai passé mon week-end avec un homme que je connais depuis longtemps. Intellectuellement et charnellement. Il est peu en France, nous échangeons pour ne pas rompre le fil d'une sensualité qui sait nous combler de loin en loin. C'est devenu un ami ambigu. Cher à mes sens, aux siens aussi.
Lui, il y a quinzaine jours : je suis de passage, je t'espère
Moi : je m'occupe de tout
Lui : Perle, non, JE m'occupe de tout
C'est vrai, j'ai un côté organisateur qu'il faudrait que j'abandonne côté sexe.
Moi : tu as carte blanche.
J'étais curieuse... je n'ai pas été déçue.
J'ai eu droit un jour avant au dress code de la soirée, un lieu et heure de rendez-vous.
Suis arrivée dans un lieu magique de ma ville pour un dîner délicat où nos conversations ont repris le fil d'une complicité jamais oubliée. Plus tard, il m'a saisi la main pour m'entraîner au travers d'une belle cour pavée vers une chambre aux douces lumières.
Il m'a rendu heureuse au point de croquer au lit un petit déjeuner que nous avons su rendre plus copieux encore.
Avant de nous séparer sur un dernier baiser.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Like ! le 22.11.16, 21h15 par The_PoP
  • [0] Encore! le 22.11.16, 21h44 par Lulla
  • [0] Wow le 22.11.16, 21h58 par Crow
  • [0] La suite, vite ! le 22.11.16, 22h52 par Bumble
  • [0] Bien joué le 22.11.16, 23h16 par mctyson
  • [0] Yesssss! le 22.11.16, 23h37 par MaryeL
  • [0] A lire le 23.11.16, 12h21 par RosieRosette
  • [0] Cool le 23.11.16, 15h12 par mistermint
  • [0] Like ! le 24.11.16, 21h35 par amelia

Je sais c'est nul de dire ça mais je m'autorise une niaiserie parce que je suis un peu ivre.

Mais vue comme ça, ta vie vend tellement du rêve.
C'est bref et passager, mais c'est ce qui me vient spontanément en lisant ces quelques lignes. Puisses-tu longtemps surfer sur la légèreté et la spontanéité ainsi.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Absolument le 23.11.16, 00h09 par Finn

Ah Maryel... ton post me fait plaisir mais si je peux te rassurer(?) ma vie n'a rien d'un rêve. Disons que j'ai compris, à mon coeur défendant, qu'une rose a aussi des épines mais que je ne suis pas obligée de m'y blesser. Si c'est le cas, c'est sans doute parce que cette rose a su me plaire suffisamment pour oser me frotter à elle, toute prudence disparue. Vivre intensément a son corollaire. Et puis il y a des roses bien plus douces, toutes épines rentrées, dont je souhaite humer le parfum vivifiant... en espérant ne pas m'en lasser...

C'est mon paradoxe aujourd'hui. Je suis paradoxe.
Et de façon plus légère, j'aime comparer un homme à une rose. C'est un compliment. Epines dressées ou non ;)

Et dans une heure, je retrouve Billets doux...
Lui ce matin : j'ai besoin de te voir !
Je sais pourquoi sans qu'il le dise... Dr est parti à Berlin sans lui.
J'aime beaucoup Billets doux et c'est la raison qui fait que je vais le rejoindre boire un verre. Je ne peux rien pour lui mais me dérober serait lâche. Si, je peux lui apporter ma bonne humeur... mission de ce soir...

Reprenons le fil...

Je passe rapidement sur ma soirée avec Billets doux. Nous nous étions retrouvés dans un endroit à la mode du moment, lieu de vie d'artistes et/ou poètes, de beaux gosses, de super bombes, d'inconnus de passage, d'habitués déjà, un cadre changeant selon les espaces parcourus, passant du métal au bois, aux cascades de fleurs dans des fauteuils plongeants, des miroirs à profusion ailleurs... un endroit intéressant.
Il est déjà là à mon arrivée, beau comme un coeur et malheureux. Je pose un baiser léger sur ses lèvres et propose de découvrir le cocktail du soir dont le nom me fait sourire - baiser insensé- testons donc.
Lui : IL est parti
Moi : je sais
Lui : sans moi
Moi : IL reviendra, laisse-lui le temps
Lui : que fait-il à Berlin ?
Je soupire en prenant une gorgée de -baiser insensé- dont je n'arrive à saisir la note première. Dr est un électron qui finit toujours pas revenir à sa base, quand et avec qui il le décide.
Moi : profitons de notre soirée dans cet endroit et de ceux qui s'y trouvent
Je l'entraîne, l'encourageant à discuter à droite, à gauche comme moi. Le temps passe et Billets doux s'est déridé. En m'éclipsant, j'ai le plaisir de le voir en pleine conversation avec un garçon aux atouts certains.

Déjeuner avec ma meilleure amie. Soeur de Frangin. Nous ne nous sommes pas rencontrées depuis son mariage. Des sms, des photos mais rien de plus. Et il faut l'avouer, Frangin et moi cultivons le mystère. Notre histoire nous appartient et pour l'instant nous n'avons aucune envie de faire famille avec des proches certes adorables mais un peu trop prompts à poser des chaînes.
Nous nous installons, deux verres arrivent pour nous mettre en bouche. Et le serveur qui accompagne les verres. Que je complimente sur sa dextérité à épargner ma robe d'un goutte de vin. Mon sourire le rassure sur ma boutade.
Serveur : notre plat du jour est un dos de cabillaud délicatement safrané sur son lit de patates douces
Moi : moelleux le lit ?
Je sais, c'est nul mais son regard perdu me fait rire. Sa débandade aussi.
Meilleure amie : Perle !
Moi : il est mignon, non ?
Meilleure amie : et si tu te posais enfin ?
Je l'adore. Pour des tas de raisons qui sont passées par des vacances partagées, des soirées trépidantes, le tout avec des mecs échangés.
Je l'adore. Pour sa façon amusante de se refaire une virginité qui trompe qui elle veut mais pas moi.
Moi : tu te souviens de Malte ?
Et là, nous exhumons avec joie une semaine de folie, pas si lointaine, où nous avions pris à coeur de nous mêler à la population mâle dont certains spécimens avaient mis notre ardeur à contribution.
Nos rires intéressent plus que fortement un table proche, pleine de costumes/cravates.
Ils ne nous intéressent pas plus que cela mais nous sommes toutes les deux à nouveau unies l'espace d'un déjeuner avec cette envie de jouer et de séduire. De sourires en croisements de jambes nous allumons cette petite lumière qui sait rendre un homme désirant, aussi sérieux soit-il au demeurant. Nos costumes/cravates rivalisent de compliments, de cafés proposés, de rendez-vous suggérés, de numéros de portables espérés. Nous nous levons dans une dernière pirouette souriante, heureuses de cette bulle partagée d'une amitié indéfectible !

Je deviens hyper sérieuse... Je parlais dans un post récent d'une attitude que je peux avoir, semblable à celle que l'on adopte dans un magasin de porcelaine. Toucher avec les yeux. Les hommes rencontrés. Parce que je n'ai pas envie de plus. Parce que mon esprit est occupé par UN homme. Et mon désir tendu vers lui.
Une Perle en train de tomber amoureuse...
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Like ! le 29.11.16, 22h09 par The_PoP
  • [0] Encore! le 29.11.16, 22h14 par Finn
  • [0] J'allais le dire le 29.11.16, 22h18 par Bumble
  • [0] Intéressant le 30.11.16, 01h19 par mistermint
  • [0] Like ! le 30.11.16, 01h55 par amelia
  • [0] Like ! le 30.11.16, 09h10 par MaryeL
  • [0] Like ! le 30.11.16, 11h42 par Stayfun

Mince je ne voulais pas mettre "j'allais le dire" mais "la suite vite"
J'adore la légèreté de tes récits, c'est tellement bien écrit. Tellement léger, ça coule comme de l'eau source à lire.
J'adore le fait qu'en te lisant, ça dégage des moments cool, une vie cool, le fait de kiffer chaque petit moment de la vie.
Tout en étant très spontanée et direct, tu m'étonnes que ça perturbe certains hommes.
Je te souhaite de continuer sur cet élan et que cela te réserves des bonnes choses.

PS : encore merci pour tes mp de cet été !

Have fun :)
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Merci ! :) le 02.12.16, 17h40 par Perlambre

Vous l'avez peut-être constaté, une plume supplémentaire orne mon collier.
43 ans donc.

[Petite parenthèse qui me donne la banane aujourd'hui. Dans ma vingtaine, un mec m'avait lancé " Perle, tu es chrysalide". Je ne sais ce qu'il est devenu, mais j'ai pris le temps de peaufiner l'ébauche dont il ne voulait pas. Mes seins sont toujours petits, suis plus grande brindille que déesse féconde mais aux premières loges pour croquer la vie.]

Donc, qui dit anniversaire, dit fête. Sans nos mecs plus ou moins officiels.
Nous sommes six qui perpétuons une tradition lancée par moi un jour. Six fidèles, six quadras gourmandes.
Même ma meilleure amie était présente malgré l'oeil de son mec/mari qui, lorsqu'il se pose sur moi, me fait sourire tant il me donne l'impression d'être le diable.
Mot d'ordre : talons-sourire-nuit blanche.

Buffet léger chez moi, histoire de préparer l'ingestion inévitable d'alcool. Musique pour délier nos corps de reines de la piste. Il est déjà minuit, l'heure de se diriger vers les étapes de notre nuit. Mise en bouche dans un bar à très bon cocktails afin d'aiguiser nos sourires et nous nous retrouvons dans une institution de ma ville dont il est difficile de repartir seule si toute notion de self-contrôle nous abandonne.

30-45 ans, les mecs sont là au garde-à-vous. L'endroit est bondé, se frôler est un jeu d'enfant... que ne ferait-on pas pour arriver au bar ;) Nous nous éparpillons au gré d'un mouvement fait de musique et d'attirances mêlées. C'est chaud, très chaud. L'appel brut du sexe. Suis tout sauf certaine de retrouver mes complices et en pensée je leur offre la magie de mon anniversaire.

Je caresse mon verre, laissant mon bassin suivre mollement le rythme d'un air plus que connu, l'oreille distraite par trois interlocuteurs s'époumonant à faire connaissance.
C'est pourtant un quatrième qui attire mon attention. Posé en retrait contre un mur, les bras croisés, un oeil sur mes hanches qui balancent.
Je l'observe un instant mais la foule l'engloutit, l'instant d'après il a disparu.

J'ai dansé, discuté malgré le barrage du bruit, distribué mon sourire autant que mes piques, il est bientôt 4 h, j'ai arrêté de boire depuis un moment, il est temps de partir.
Il est là dans le froid mordant de cette fin de nuit. Ce fameux quatrième aux bras croisés.
Lui : vous partez ?
Moi : quelle déduction !
Lui : il vaut faut un bodyguard !
J'ai éclaté de rire et me suis approchée pour le dévisager.
Plus jeune (est-ce vraiment une surprise) avec un regard aussi mordoré qu'ironique.
Moi : j'ai faim, votre mission est de me trouver l'endroit où assouvir ce besoin pressant...

Incroyable, ce garçon m'a fait des "croque-monsieur" dans son studio, torse nu sous un tablier estampillé "à table".
Aussi improbable que jouissif !
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] LFG ! le 16.12.16, 17h47 par The_PoP
  • [0] Enorme ! le 16.12.16, 18h22 par mctyson
  • [0] Encore! le 16.12.16, 18h59 par Sathinelilly
  • [0] Miam le 16.12.16, 19h19 par Lulla
  • [0] Like ! le 16.12.16, 19h21 par Cutter
  • [0] Like a boss ! le 16.12.16, 20h06 par MaryeL
  • [0] Miam le 16.12.16, 23h48 par RosieRosette
  • [0] LFG ! le 17.12.16, 03h02 par Acier
  • [0] Miam le 17.12.16, 14h38 par Popovski
  • [0] Encore! le 18.12.16, 01h42 par Finn
  • [0] Enorme ! le 19.12.16, 12h51 par r-0

A mon avis t'es tombée sur Finn :)
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] lol le 16.12.16, 18h59 par Sathinelilly
  • [0] Très intéressant le 16.12.16, 20h07 par MaryeL
  • [0] => MP le 17.12.16, 19h55 par Allandrightnow
  • [0] Fichtre ! le 18.12.16, 01h41 par Finn
If you want to touch the sky,
Fuck a duck and try to fly !

Je vous aime pour votre fidélité sur mon journal, merci !

"Mais moi je suis ton superflu
Cette fatalité me tue
Entre tes mains je me suis perdu
Cette réalité n'est plus
Superflue"
.

Louis, parce qu'il est plus qu'un tablier à mes yeux, sait être habile.
En plus d'être charmant.
Un extrait envoyé ce soir, Obispo quand il avait encore des cheveux... Souvenir, souvenir.

C'est toujours une question d'attirance, venue dont on ne sait où.
Qui désarme même à 43 ans.
Qui fait que l'on souhaite un soir rentrer chez soi tranquillement après avoir posé un oeil sur un homme attirant et penser à autre chose l'instant d'après.
Avoir simplement offert un sourire.
Rien de plus.
Parce que mon idée de ce soir anniversaire était de ne rien chercher, hormis une soirée passée dehors, cool.
Et cette fichue attirance venue du fond des tripes. Pas provoquée par un manque de sexe mais par un élan qui m'atteint encore et toujours malgré le sang-froid dont je sais faire preuve. Parfois, souvent, pas toujours...

C'est vrai, j'avais cherché ses yeux pour mieux lui sourire. Et basta.
Il avait disparu, les autres hommes ne me plaisaient pas particulièrement, la soirée était dansante, légèrement flirtante en ce qui me concerne (sexe pour d'autres je dois le reconnaître), j'avais beaucoup ri avec des gens sympas autant filles que garçons.

Sauf que...
Il était dehors on ne sait pourquoi.
Vous me direz, me sauter. Oui certainement.
M'aborder 2 heures avant dans le bar au chaud était plus confortable.
Sans compter qu'il a un charme qui pouvait largement plaire à une autre.

Petite réflexion...
J'avais lu un jour un article sur la surprise en amour. Bon, soyons clairs, dans mon aventure l'amour n'a rien à voir. Mais néanmoins le sujet était intéressant car il levait des points comme :
- nous allons souvent vers un partenaire qui nous rassure, dans le sens où nous restons en territoire connu. Le fameux "genre" qui pourtant n'est pas gage d'une relation réussie, loin s'en faut
- il nous arrive de dépasser la peur de "l'inconnu", de nous lancer dans une expérience à priori opaque, attiré vers un ailleurs non maîtrisable
- en Belle au bois dormant, nous nous réveillons d'un long sommeil d'habitudes pour plonger dans l'excitation d'un inconnu qui trouve écho quelque part en nous, qui nous révèle en mettant un doigt sur une zone d'ombre qui n'attendait que l'éclat de l'allumette pour connaître le feu.
Fin de la réflexion.
Et j'ajoute, on peut aussi grave se tromper avec l'inconnu et beaucoup pleurer. Life is life.

Le refrain pompé de Louis était accompagné d'une pressante envie de me revoir.
Cette réalité n'est plus
Superflue

Vraiment ?
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Like ! le 20.12.16, 00h27 par RosieRosette
  • [0] La suite, vite ! le 20.12.16, 13h18 par amelia
  • [0] Sympa :) le 20.12.16, 15h06 par Popovski
  • [0] Cool le 20.12.16, 16h15 par Balzac
  • [0] Yesssss! le 21.12.16, 00h03 par Finn

J'ai passé il y a peu une nuit mémorable.

Vous souriez peut-être en lisant ce début, et pourtant sans sexe dément, ma vie s'est envolée en cette fin d'année. Ou plutôt mes ailes, trop longtemps contenues dans un carcan de peur et raisons mêlées, se sont déployées.
Icare avant la chute. Peut-être.
Mais j'ai besoin de flamboyance.

Tout a commencé avant le 24.
J'ouvre toujours ma porte en cette veillée, avec le plaisir de me mettre aux fourneaux pour des isolés n'ayant pas envie de se repaître d'une mélancolie délétère. Une sorte de Babel aux mouvements fluctuants.

Frangin n'a pas compris.
"Je t'offre une famille, viens te joindre à nous".
Comment lui expliquer un engagement auquel je suis fidèle, parce qu'un jour moi aussi, j'ai été heureuse de trouver une main tendue...
Comment lui expliquer que sans famille depuis longtemps, je n'avais pas envie de la sienne mais de ma tour de Babel...
J'ai essayé. Il est parti.

Nous étions 10 chez moi le 24.
Louis était venu, sans famille lui aussi. j'avais proposé sans rien attendre.
Toujours aussi charmant et craquant.
La soirée avait été douce, chaleureuse, ponctuée d'éclats de rire tellement bénéfiques !

Il était resté après le départ de mes autres convives.
Nous avions roulé à même le sol dans un désir contenu trop longtemps.
Son empressement était presque brutal, la caresse de son corps sur le mien exigeante, malgré le rempart de nos vêtements. J'ai eu un orgasme provoqué par son sexe durcissant son jean. Avec l'envie de le libérer pour mieux en profiter.
Sauf que...
Du sang, rupture du frein.
Compression, direction les urgences.
Des heures d'attente au programme.
Louis gêné, voulait partir.
"Je suis nul, tu m'en veux ?"
Non, je ne laisse pas un mec avec une bite en mauvais état.

Nous nous installons dans un endroit blafard et je propose mes photos d'Italie, comme un jeu de patience. Elles défilent sur mon portable, lui me montre les siennes d'Irlande, nous commentons, voyageons.
Son oeil mordoré se fait doux, enthousiaste.
Il est question de tout, vacances, boulot, confidences. Notre espace fait que le temps file.
Un médecin l'entraîne enfin, l'occasion pour moi de fumer une cigarette loin des néons.
Louis réapparaît, relativement soulagé.
Retour pour le ramener chez lui.
- Perle, tu es adorable
Je lui caresse la joue, vigilante au volant.
- Perle, tu es le cocon dans lequel je n'ai que l'obsession de te retenir.
C'est beau non ? A ceux qui ne savent que dire en présence de l'autre sexe ;)

Il s'est endormi dans mes bras, aussi rompu que moi, dans un abandon confiant.
Nous partons ensemble, à l'abordage de 2017.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] La suite, vite ! le 28.12.16, 21h27 par mctyson
  • [0] Encore! le 28.12.16, 21h49 par Lulla
  • [0] La suite, vite ! le 28.12.16, 21h58 par Bumble
  • [0] Encore! le 29.12.16, 00h02 par RosieRosette
  • [0] Enorme ! le 29.12.16, 00h30 par Finn
  • [0] La suite, vite ! le 29.12.16, 13h02 par James_Aubrey
  • [0] Enorme ! le 29.12.16, 14h37 par Garoh

Bisous à tous pour 2017 !

Afin de laisser à mes hommes le temps de...
pour Frangin soigner son ego,
pour Louis chouchouter son extrémité douloureuse,
… ;)… ;)

J’utilise l’espace de liberté de mon journal pour vous donner mon ressenti sur ce que l’on appelle communément « cougar ».
Terme que je n’aime guère car il existe autant de femmes attirées par un homme plus jeune que de gouttes d’eau dans un océan. Mais soit.

J’apprécie la compagnie d’un cadet et c’est sous la forme d’un question/réponse ludique, entre mon double -ELLE- et moi, que j’exprime ma façon d’envisager ce type de rencontre.

ELLE : suis-je vraiment la prédatrice sulfureuse d’une certaine presse, croquant à tout va du petit jeune ?
MOI : non, bien plus une épicurienne souhaitant profiter des opportunités rencontrées.

ELLE : ai-je une jeunesse à rattraper ?
MOI : non, elle a été riche en sexe même si tu n’as oublié ni études, ni vie professionnelle.

ELLE : suis-je en concurrence avec les jeunes filles ?
MOI : il y a de la place pour toutes. Ta façon d’être, de vivre, d’aimer t’appartient et sait séduire.

ELLE : faut-il cacher mon âge ?
Moi : ah non et quoi encore !

ELLE : vais-je adopter les fringues de la jeunesse ?
Moi : non, ton vestiaire est composé d’habits correspondant à ta personnalité et mettant en valeur tes atouts.

ELLE : puis-je me permettre d’abuser de boissons ou autres substances lorsque je sors ?
Moi : as-tu envie d’être pathétique ? Etre fêtarde à 20 ans est dans l’ordre des choses, après ça craint.

ELLE : suis-je victime d’un phénomène de mode ?
Moi : eh non, cela existe depuis la nuit des temps et en aucun cas réservé aux « stars ».

ELLE : donc quadra = attirée par plus jeune ?
Moi : non, simplement un état d’esprit que l’on a ou pas.

ELLE : tous les jeunes sont-ils attirés par moi ?
Moi : bien entendu que non, au même titre que tous les jeunes ne t’attirent pas non plus.

ELLE : me désire-t-il ?
Moi : sa bite est raide, pourquoi douter ?

ELLE : c’est pour parader vis-à-vis de ses potes ?
Moi : si c’est son but premier, il ne te reverra plus jamais.

ELLE : cherche-t-il une mère ?
Moi : tu cherches un fils toi ?

ELLE : pourquoi est-il souvent si timide lors de la rencontre ?
Moi : tu peux être impressionnante avec ta façon d’aller droit au but.

ELLE : suis-je dragueuse ?
Moi : oui, s’il te plait, mais en gardant le contrôle. Encourager plutôt que foncer.

ELLE : cela marche toujours ?
Moi : très souvent, le sel du jeu veut que le risque de l’échec existe.

ELLE : allumeuse pour me rassurer ?
Moi : non, si les signes d’intérêt sont partagés, il y aura sexe, tu n’as pas de temps à perdre en faisant marcher un mec.

ELLE : suis-je prête à tout ?
Moi : tu sais ce dont tu as envie et ne fais que ce dont tu as envie.

ELLE : bête de sexe alors ?
Moi : c’est mathématique, tu es riche d’expériences multiples. Et toujours curieuse.

ELLE : ai-je des complexes une fois nue ?
Moi : t’inquiète, tu entretiens ton capital beauté/santé comme un chef.

ELLE : les jeunes sont-ils bons au lit ?
Moi : c’est trèèès variable. Mais tu sais être patiente et pédagogue s’il le faut.

ELLE : mon envie se résume-t-elle au one shot ?
Moi : pas forcément, tu aimes remettre le couvert, le sexe n’excluant pas la tendresse d’un partage.

ELLE : suis-je jalouse ?
Moi : non, tu aimes trop ta liberté pour en priver l’autre.

ELLE : veut-il se faire entretenir par moi ?
Moi : ceux que tu as rencontré étaient tous indépendants financièrement.

ELLE : suis-je capable de m’afficher à l’extérieur avec un jeune ?
Moi : absolument. Tu n’as de compte à rendre à personne.

ELLE : et lui ?
Moi : certains savent, d’autres non. De toute façon, s’il n’assume pas, il te perd.

ELLE : les réactions des autres ?
Moi : pas toujours sympas, il faut le reconnaître. Réflexions, regards, sourires entendus… ce sont souvent les femmes les pires.

ELLE : pourquoi suis-je attirée par un jeune ?
Moi : le physique bien sûr, c’est enivrant de posséder un corps tonique et endurant, d’en jouir à répétition.

ELLE : et ?
Moi : l’enthousiasme, la capacité à vivre le présent, une autre façon de penser, la découverte d’autres centres d’intérêt.

ELLE : qu’est-ce qui l’attire lui ?
Moi : ta « cougar touch » ;)

ELLE : et s’il y a sentiments ?
Moi : aïe… c’est le piège à éviter… tu n’as pas toujours su t’en écarter.

ELLE : admettons qu’ils soient partagés, une telle relation peut-elle durer ?
Moi : à âge égal, y a-t-il plus de certitude ?

J’espère vous avoir amusé avec cet échange.
Belle année à tous !
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+2] A lire le 03.01.17, 20h43 par Jalapeno
  • [0] Très intéressant le 03.01.17, 20h53 par Crow
  • [+1] Très intéressant le 03.01.17, 21h03 par mctyson
  • [+2] A lire le 03.01.17, 22h41 par RosieRosette
  • [+3] Bonne idée ! le 03.01.17, 23h45 par Lulla
  • [+3] Merci ! :) le 04.01.17, 09h35 par Finn
  • [0] Like ! le 04.01.17, 11h30 par amelia
  • [+1] Intéressant le 04.01.17, 13h19 par Thedaze
  • [+3] A lire le 08.01.17, 21h30 par Acier
  • [+2] Très intéressant le 09.01.17, 09h56 par Sathinelilly

Bon.

A la veille de 2016, j'avais livré sur FTS mes résolutions pour l'année.
- ne plus écouter De Palmas en boucle : réussi.
- une douche à l'italienne : réussi.
- une formation de secouriste en milieu professionnel : réussi.

Petits enjeux en fait.
Entre-temps suis rentrée dans un cycle universitaire qui me passionne, en plus de mon job. Gentil boss a cédé. Soit dit en passant il n'avait guère le choix, compte personnel de formation oblige.

Tout cela est bien et je m'agite depuis un moment alors que sentimentalement, l'essentiel n'est pas là.

Quelques pétales de rose devant ma porte et la carte de Frangin m'invitant à dîner chez lui.
J'y suis allée, curieuse de sa reprise de contact alors que ma façon de vivre la fin d'année ne lui convenait pas. Je sais, j'ai un caractère affirmé (de cochon ?) et faire le premier pas m'était impossible. Autant le savoir.

Soirée vraie.
Ma main dans la sienne, j'ai tout lâché.
Cet homme aimé, épousé, décédé si jeune.
La crainte de la perte qui m'habite depuis.
Mes déceptions lorsque j'avais osé faire confiance à nouveau.
Ma façon de ne plus rien prendre au sérieux, de ne plus m'attacher.
La braise en moi, pas tout à fait éteinte, pour une belle histoire.

Ce n'est pas mon corps qui a été mis à nu, tellement simple et Frangin n'avait aucune intention de céder, mon âme oui.

J'ai voulu lui faire confiance et lui donner quelques clés. L'effort fut immense pour moi, je dois l'avouer. Il m'a écoutée, encouragée quand les mots ne passaient plus le barrage de ma gorge. Sa main n'a jamais quitté la mienne.
Une nuit blanche à discuter et dont je suis sortie vierge d'un passé encombrant et d'un présent aussi fou que vain.

Au petit matin Frangin m'a raccompagnée chez moi. Son côté protecteur j'imagine.
Le froid raidissait nos doigts toujours enlacés mais mon souhait était, non de me réfugier dans sa voiture, mais de déambuler à ses côtés sous les flocons de neige, de respirer la ouate d'une ville engourdie à force d'être enneigée.

Lui : je t'aime Perle, avec toute l'imperfection qui est mienne.

Emue, j'ai posé un baiser sur ses lèvres gelées : j'ai hâte de prendre la mesure de toute ton imperfection.

Sincèrement, je pense que c'est la plus belle déclaration dont je suis capable !

Il est reparti, avec un dernier signe de la main.
Et dans ma fameuse douche, l'eau caressante m'a fait entrevoir un avenir possible avec cet homme...
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Yesssss! le 17.01.17, 23h43 par RosieRosette
  • [0] Like ! le 18.01.17, 02h30 par amelia
  • [0] Bravo ! le 18.01.17, 04h17 par Poordonkey
  • [0] Like ! le 18.01.17, 06h04 par Lulla
  • [0] Like ! le 18.01.17, 07h41 par The_PoP
  • [0] Like ! le 18.01.17, 10h06 par Jalapeno
  • [0] Wow le 18.01.17, 10h24 par Finn
  • [0] Like ! le 18.01.17, 11h15 par Sathinelilly
  • [0] Bravo ! le 18.01.17, 11h17 par Stayfun
  • [0] La suite, vite ! le 18.01.17, 15h48 par MaryeL
  • [0] Wow le 18.01.17, 17h02 par r-0
  • [0] Like ! le 18.01.17, 22h34 par Bumble
  • [+1] La suite, vite ! le 05.02.17, 15h58 par Moumane

Petit passage sur mon journal.

Avant de bosser pour ce DU que je veux obtenir. Que je vais obtenir. Quitte à ne plus dormir. Pas simple entre mon boulot, ma vie perso.
Je me suis collée un challenge, demandé par personne, mais dont j'avais besoin. Ne pas me contenter d'un acquis professionnel, me mettre non en situation de danger mais mesurer mes limites.

Et parce que je suis femme, parlons sexe.

Nous reprenions souffle [i]Frangin[/i] et moi ce matin. Chauds de nos corps enlacés, bien plus que du rayon blafard d'une lumière filtrant mes stores mal fermés.

[i]Frangin[/i] amusé : ton voisin à l'air d'apprécier.
Mon regard suivant le sien m'a fait découvrir un convive inattendu.
Un baiser complice, je m'étire et m'approche de la baie. [i]Frangin[/i] allongé, au spectacle, [b]voisin[/b] avec mon corps de face, offert. Mes doigts ont joué avec la pointe d'un sein qui sans tarder est devenu dur, s'égarant vers mon nombril avide de caresses, et plus bas encore, appelant à la rescousse une autre main avec plein de doigts pour flatter mes fesses dans ce qu'elles ont de plus précieux.

Je garde de cet étonnant moment mon plaisir d'un jeu un peu provoquant, un voisin se caressant frénétiquement, la respiration de [i]Frangin[/i] dans mon cou et son assaut dont la vigueur m'a fait découvrir des étoiles plus que bienvenues.
Que du bonheur ;)
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Like ! le 04.03.17, 13h48 par Allandrightnow
  • [0] Encore! le 04.03.17, 14h07 par mctyson
  • [0] Like ! le 04.03.17, 14h11 par The_PoP
  • [0] Pub déguisée le 04.03.17, 14h47 par Jalapeno
  • [0] Miam le 04.03.17, 15h11 par Finn
  • [0] Wow le 04.03.17, 15h41 par MaryeL
  • [0] Fichtre ! le 05.03.17, 11h47 par RosieRosette
  • [0] Like ! le 24.03.17, 15h51 par valll

J’ai besoin de vous ce soir… vraiment.

Je suis présentée ce week-end aux parents de Frangin.
Il y tient et je tiens à lui.
Une officialisation de notre relation que je n’ai pas le cœur de lui refuser, sous peine d’être complètement incohérente.
Je ne couche avec personne d’autre depuis un moment.
Pas envie.
Il est beaucoup absent mais je me réserve pour nos moments.
Aucun besoin de suivre le chant des sirènes ou l’effet printemps qui voit refleurir des exs soudain pressés de prendre de mes nouvelles.
Nous avons passé les tests pour enfin nous libérer du préservatif, ça roule donc.

Mais je flippe. J’ai 43 ans et je flippe.
Vais-je leur plaire ? Et eux me plaire ?
Suis-je encore capable de rentrer dans une famille ?
Frangin a-t-il raison de me mettre en plein jour alors que la nuit nous va si bien ?
Et après ce week-end, il se passe quoi ?

Comment être sereine face à un événement somme toute banal mais où je sens des attentes ?
Ma meilleure amie m’appelle déjà belle-sœur chérie, Dr me dit qu’à mon âge c’est bien de me poser (merci copain), mon entourage proche sourit avec contentement, Louis veut être mon témoin…

Ho !!
Et moi je suis en apnée Image

Comment prendre la chose le plus naturellement possible ?
Que feriez-vous à ma place pour remettre ce dîner à sa juste place ?

Avec ma grande gueule, je me sens pucelle ce soir. Un grand coup de jeune allez-vous me dire mais même votre ironie peut m’apporter cette once de courage qui me fait défaut à l’heure actuelle !
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] La suite, vite ! le 23.03.17, 20h43 par Allandrightnow
  • [0] Courage le 24.03.17, 12h22 par RosieRosette

Tu sais un pucelage qui revient c'est aussi la joie des premières fois qui s'offrent de nouveau à toi.


Une belle famille c'est aussi de nouvelles belles personnes à découvrir.

Et le cas échéant s'ils sont pénibles, relous, cons ? Bah à ton âgé vénérable sans être canonique, tu peux te permettre de te tenir à une distance respectueuse et préservant ainsi ta sérénité.


Mais sérieusement, si visiblement tu es déjà emballée par deux de leurs rejetons, y a quand même peu de chances de tomber sur des glands... Tu sais les glands les chênes, le vieil adage toussa toussa.


Ah oui et puis un dernier truc, bien sûr qu'il a raison s'il en a envie. Ton âge n'est pas un prétexte pour justifier l'immobilisme et l'absence de mouvement simplement pour éviter le risque.

La vie c'est parfois comme le vélo, chacun son rythme et sa vitesse, mais si tu n'avances plus, gare à la chute.

Amuse toi bien, c'est toujours intéressant de découvrir d'où viennent les gens que tu apprécies, et parfois, tu découvres des gens tout aussi intéressants.
If you want to touch the sky,
Fuck a duck and try to fly !

C'est important oui. Mais l'important c'est que tu lui plaises à lui, ce ne sont pas ses parents qui vont décider de sa vie à son âge. C'est de la courtoisie et du partage. Pas une épreuve du feu.

Fuir le bonheur de peur qu'il se sauve
Que le ciel azuré ne vire au mauve
...

(Baby Alone in Babylone - 1983 - Jane chantant Serge)

Non.
La poésie c'est bien mais je vais étouffer ma peur et m'autoriser à vivre, autant que faire se peut.

Merci à tous les deux. Vous vous en doutez, c'est moi que je dois apprivoiser dans cette soirée.

Un mot sur mon journal.

J’ai fais du chemin depuis mon arrivée fin 2015.
Grâce à vous aussi, connus ou inconnus.
Qui avez su me bousculer alors que j’étais en pleine débandade amoureuse.
Parce que, l’amour, le sexe, les réussites comme les échecs ont peu à voir avec l’âge. A condition de ne pas se fermer, d’oser croire à un possible sans s'abriter derrière sa frousse qui n'est que confort, plus certainement immobilisme.
Merci, vraiment !

Quand je lis que je suis sage ou que ma vie est un rêve…
Ni l’un ni l’autre.
Oui je sais séduire ou tout au moins j’ai su séduire ceux qui me plaisaient. Taux d’échec proche de zéro et dernière décennie très active. Je n’en ai pas pour autant retiré toujours ce qui, moi, pouvait me satisfaire. J’ai connu les rêves brutalement stoppés, me laissant languissante. Les belles envolées aussi dont je me suis lassée.
Côté sagesse… la vie fait que j’ai simplement de l’expérience et que j’essaie de m’en souvenir quand il le faut. La partager aussi ici avec joie, tout en sachant qu’un conseil laisse à l’autre l’opportunité de se faire sa propre expérience.

Je vais rester proche de FTS mais j’ai aujourd’hui un autre défi à relever.
Me donner les moyens de réussir une relation avec un homme qui a confié au creux de ma main, il y a peu, les clés de son espace dans lequel je suis la bienvenue. Un acte sans paroles comme je les aime.

Si je peux me permettre, pour ceux qui me liront :

N’abandonnez jamais. Un échec amoureux aussi douloureux soit-il n’est qu’une étape avant la suivante.

Faites un point sincère sur ce que vous voulez. Et aussi sur ce que vous pouvez apporter.

Prenez le temps de la solitude favorisant la réflexion plutôt que faire du mal parce que vous avez mal.

Parce qu’il faut entretenir le moteur, vivez des relations légères si vous en avez envie, tout en posant bien les choses.

Aimez vos amis sans pour autant attendre d’eux plus qu’ils ne peuvent vous apporter.

Intéressez-vous au présent. Le passé est mort et s’il y a futur vous le saurez assez tôt.

Donc, arrêtez de vous demander si vous êtes en couple, vivez.

N’ayez pas peur de vous lancer dans une nouvelle relation. Votre partenaire actuel n’est pas responsable de vos échecs précédents.

Echangez sur vos souhaits respectifs sans vous perdre dans des conversations stériles.

Faites l’amour parce que le sexe est une cerise délicieuse dont il serait dommage de se priver.

Prenez le temps de remercier vos sex-friends si vous en avez. Ils méritent d’être respectés même si vous n’êtes plus disponibles.

Restez indépendants afin que les retrouvailles soient un feu d’artifice et non une habitude.

Acceptez que l’autre ne soit pas un super héros, vous ne l’êtes pas non plus.

Soyez imaginatifs, force de proposition, sans tout attendre de l’autre.

Restez appétissants car être deux n’est pas la fin mais le début de l’aventure.

Cultivez le désir, le vôtre, celui de l’autre. Ce coquin de désir sait se faire volatile si l’on n’y prête garde.

Remerciez votre partenaire s’il vous rend heureux et je ne parle pas de cadeaux matériels. Le pouvoir d’un baiser, d’un sourire ou d’une caresse est puissant.

Soyez honnête, avec vous, avec l’autre. Si vous avez dit oui à l’exclusivité, vous êtes exclusifs.

Si vos souhaits diffèrent de ceux de l’autre à un moment donné, ayez le courage d’en parler, rien n’est jamais inscrit dans le marbre.
_______

Plus d'histoires folles à raconter dans les prochains temps et j'en suis ravie à vrai dire :)
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+2] A lire le 26.04.17, 20h19 par Allandrightnow
  • [+2] Like ! le 26.04.17, 20h19 par Thedaze
  • [+2] Yesssss! le 26.04.17, 21h41 par Jalapeno
  • [+3] LFG ! le 26.04.17, 22h36 par The_PoP
  • [+2] Like ! le 27.04.17, 00h07 par Popovski
  • [+2] Merci ! :) le 27.04.17, 00h15 par valll
  • [+3] Yesssss! le 27.04.17, 02h42 par RosieRosette
  • [+2] Like ! le 27.04.17, 09h50 par r-0
  • [+1] Intéressant le 27.04.17, 17h32 par Moumane
  • [+3] LFG ! le 27.04.17, 18h41 par Sathinelilly
  • [+1] Like ! le 27.04.17, 22h48 par Vinsy
  • [+1] Like ! le 05.05.17, 00h40 par Arawyn
  • [+1] Bien joué le 04.06.17, 14h43 par MaryeL

T'as pas intérêt à lâcher FTS maintenant Perle.

Tes conseils et ton regards sont je le crois heureusement plus précieux que tes folles aventures :)

Même si celles-ci vont nous manquer à coup sûr, te savoir épanouie est un bon réconfort !

Un seul mot pour finir :

Profite !
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Yep ! :) le 27.04.17, 00h57 par Popovski
If you want to touch the sky,
Fuck a duck and try to fly !

Vos réactions me font vraiment plaisir !

The_Pop, pas question de quitter FTS, vous lire et participer me permet de continuer à me remettre en question. Je ne vais pas m’en priver :D
Pour tout dire, suis bien ici.

Et puis ce n’est pas parce que je peux poser mes fesses, quand je le souhaite, dans le canapé de Frangin, qu’il me viendrait à l’idée d’en abuser.

Parce que mon appart me plaît et parce que je crois vraiment au principe de rareté.

L’idée n’est pas de manipuler un partenaire, je ne sais pas faire et surtout j’estime que ce n’est pas la meilleure façon de donner une chance à un couple en train de se former.
C’est simplement gérer sa présence –physique, appels, sms- pour ne pas indisposer l’autre. Rester celle attendue et désirée et non un poids dont on rêve de se débarrasser très vite.
Exclusivité oui, dépendance non. Bel exercice d'équilibre...

A propos du principe de rareté, il faudra que je fasse un sujet à ce propos. C’est vaste et concerne tout le monde ;)
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Bonne idée ! le 27.04.17, 21h59 par The_PoP
  • [0] Oui le 27.04.17, 22h05 par Allandrightnow

BON PLAN SEXY : De -15 à -70% chez la boutique sexy LoveHoney.fr. LoveHoney.fr propose toute l'année des réductions très agressives sur leur catalogue lingerie, sextoys et autres accessoires. Suivez ce lien pour consulter les offres du moment.

Vous pouvez aussi soutenir FTS en passant par ce lien pour faire votre shopping sur Amazon.fr

Répondre