Cascade de perles

Note : 152

le 07.08.2016 par Perlambre

138 réponses / Dernière par The_PoP le 11.05.2022, 18h44

La vie est faite de virages, d'obstacles à surmonter, d'audace, de surprises et de rencontres décisives. Racontez votre histoire, entrez dans la légende; partagez vos cheminements, vos interrogations, vos rencontres, vos aventures - foirées ou réussies, c'est pas le plus important - et recevez les avis et conseils des autres membres.
Répondre
Je déterre ce journal et c'est bien dommage.

La vie est faite de belles surprises amoureuses, garce aussi mais ça je le sais depuis un moment. Et je collectionne à mon corps défendant des histoires qui se terminent mal. Ou tout au moins qui ne vont pas dans le sens de ce que je souhaite.

Frangin s’en va. Une belle opportunité professionnelle pour lui, du genre que l’on ne refuse pas. A l’étranger mais loin, très loin. Il me l’a annoncé confiant lors d’une soirée à deux chez lui qui avait tout de magique. Le plaisir de nous voir, nous sentir, nous goûter, une soirée douce où les mets dans les assiettes n’étaient que prétextes à d’autres délices.

Sincèrement j’étais heureuse pour lui et n’avais aucun doute sur ses capacités à réaliser ses objectifs. C’est aussi un homme prévenant, attachant, nous avions trouvé notre rythme – ni trop proche, ni trop éloigné – mais parce que je suis lucide, j’ai néanmoins palpé mentalement la difficulté de poursuivre une relation exclusive avec des milliers de kilomètres.

Bon prince, j’ai levé mon verre à son succès. Que pouvais-je faire d’autre ?
Ici je peux le confier, j’ai eu un coup au cœur. Du genre couteau qui fait mal. Capable aussi de garder le sourire alors que dans ma tête, c’était tornade dévastatrice puissance…impossible à compter.

Frangin, tout à son enthousiasme, tenait un autre langage. Il voulait partir avec moi, n’envisageait pas la suite autrement, souhaitait m’épouser parce que dans le pays en question il valait mieux être un vrai couple (?), que rien ne me retenait ici donc c’était facile pour moi, que ma vie serait agréable et bla bla bla.

Diable, était-ce si facile pour moi ? Vivre couverte de la tête au pied dans un pays peu accueillant pour les femmes ? A n’exister qu’en tant que compagne d’un résident étranger ? Apprécier Frangin était une chose, le suivre dans un projet qui n’était pas mien une autre. M’avait-il seulement demandé mon avis ? L’aimais-je suffisamment pour sauter dans cet inconnu qui faisait briller ses yeux ?

La réponse était… Pour une fois j’ai résisté à mon tempérament impulsif qui me soufflait une réaction que je pouvais regretter. Prendre le temps de la réflexion me semblait plus judicieux. Suis-je enfin devenue sage ?

J’ai posé mon verre et nous avons fait l’amour. Intensément. J’ai mis de moi par mes gestes et mes baisers le meilleur dans cette nuit qui pouvait ne pas être suivie par beaucoup d’autres.

Ma tête au creux de son épaule, il a soufflé « qu’en penses-tu ? »
J’ai posé un baiser tendre sur son omoplate, mon regard aussi sur un corps si souvent caressé, à m’en faire péter la rétine.
Ma réponse « serais-je crédible si ma réponse fusait ? »

Et je suis partie, fermant doucement la porte derrière moi.

Je ne sais si l’un de vous a déjà été dans une situation semblable. J’en suis à devoir prendre une décision qui dans un sens ou dans l’autre, va me coûter. Et j’ai pas dix ans pour me décider.

Une perle dans toute sa splendeur :(
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Wow le 24.07.17, 22h17 par Thedaze
  • [0] Fichtre ! le 24.07.17, 22h27 par Jalapeno
  • [0] Pas cool le 24.07.17, 23h11 par mistermint
  • [0] Courage le 25.07.17, 09h15 par r-0
  • [0] Pas cool le 25.07.17, 10h57 par valll
  • [0] Courage le 25.07.17, 16h25 par Popovski
  • [0] Pas cool le 25.07.17, 19h00 par Moumane

Présenté comme tu le présentes, partir là bas, sans que ce soit ton projet, sans idée de ce que tu vas y faire si ce n'est la compagne de... je ne crois pas que cela soit une bonne idée.

Tu as, vu d'ici tout de la nana indépendante et dont la réussite sociale et professionnelle est importante.

Je te vois t'emmerder et ne pas trouver ta place là bas dans l'état d'esprit où tu le présentes. Ce n'est qu'un ressenti à partir de ce que je peux lire de toi ici.


Pourquoi ne pas continuer à distance ? Au moins dans un premier temps. Quitte à laisser tomber l'exclusivité ?

Si tu devais partir, ce serait en exploratrice, en ayant fait de ce projet aussi le tien.



C'est mon avis. pour une fois sans filtre car tu veux des opinions.



Ah oui, quel que soit le choix que tu fais, même si l'avenir te prouve que tu t'es trompée, si tu le fais pour les bonnes raisons, les regrets ne t'emmerderont pas bien. C'est ma conviction.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] le 24.07.17, 22h26 par Jalapeno
  • [+1] +1 le 25.07.17, 12h17 par Sathinelilly
  • [+1] Yep ! :) le 25.07.17, 16h26 par Popovski
  • [+1] Post responsable le 25.07.17, 19h01 par Moumane
If you want to touch the sky,
Fuck a duck and try to fly !

Merci The_Pop, vraiment, mon sujet n'a rien de facile.

Oui je vais m'emmerder. Et ce projet n'est pas le mien, si j'avais voulu partir à 4000 kms ce serait fait depuis longtemps. Pour moi.

"nana indépendante et dont la réussite sociale et professionnelle est importante."
Absolument.

Laisser tomber l'exclusivité ne me dérange pas plus que cela. La relation à distance par contre oui. Parfois il faut savoir trancher pour aborder sereinement de nouvelles rencontres, histoire d'éviter une dépendance mortifère.

Et je vais trancher.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Constructif le 25.07.17, 21h49 par mistermint
  • [0] Courage le 26.07.17, 00h39 par Onmyoji

Quel besoin de te hâter de trancher ? L'essai te parait si dangereux que ça ?

On parle de quelqu'un qui est dans ton entourage depuis bien longtemps. Laisse voir comment cela peut se passer non ?

Qu'aurais tu à perdre ?


Qui plus est, hum, il faut quand même le dire mais la prise de décisions importantes rapidement sous le coup des émotions c'est pas toujours ce que l'on fait de mieux.

Tu as du temps. Prends le.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Oui le 25.07.17, 23h12 par voucny
  • [0] Pertinent le 26.07.17, 00h40 par Onmyoji
  • [0] Absolument le 26.07.17, 08h25 par Sathinelilly
If you want to touch the sky,
Fuck a duck and try to fly !

En effet Perlambre, je suis étonnée par ta volonté de trancher si vite.
Ne pourrais-tu pas imaginer, dans un premier temps, une relation à distance avec la possibilité de te rendre sur place pour quelques semaines et ainsi avoir plus d'éléments pour te décider?
Evidemment ça dépend aussi de la destination.
"Couverte de la tête aux pieds" ?
Les pays qui imposent l'abaya sont bien plus que "peu accueillants" pour les femmes, je pense par exemple à l'arabie saoudite où pour moi la question ne se poserait même pas, je n'irai pas, jamais, pas même pour tester.
En revanche aux EA ou en Iran, malgré un choc des cultures et des rapports hommes femmes bien présent, je crois que j'irai voir...
Courage, c'est pas simple.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Oui le 26.07.17, 09h12 par valll
  • [0] Pertinent le 26.07.17, 10h17 par Popovski

Vos avis sont précieux et je ne vais pas trancher dans le vif sans réflexion.
Je sais claquer la porte, beaucoup moins la laisser à moitié ouverte. En même temps si je suis ici c'était aussi pour me faire bousculer.

@ The_Pop : c'est curieux, professionnellement j'arrive absolument à me contrôler, alors que dans ma vie sentimentale ma sensibilité est à fleur de peau. Canaliser mes émotions dominées par la tristesse et la peur est difficile dans le cas qui me préoccupe.

@ Sathine : le pays en question n'est pas totalement hermétique, loin de l'Europe quand même. Aller voir est un bon compromis, tu as raison.

Il y a quand même des éléments dans cette histoire que je ne peux rayer :

- laisser tout ici et devenir dépendante financièrement d'un homme
- adhérer à une décision prise unilatéralement
- mener une vie peu compatible avec mon tempérament (vous me voyez vraiment manger des loukoums au bord d'une piscine, environnée d'expats mâtant le beau jardinier ?). Je grossis volontairement le trait mais espérer trouver un job est plus que difficile et j'ai pas l'âge ni l'envie de jouer à la dame patronnesse, donc le temps va être long, très long.

Réflexion donc.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Courage le 27.07.17, 00h04 par Lulla

ça dépend du jardinier moi j'dis ;)


Treve de blague, c'est pas dur juste pour toi. Depuis quelques années nous avons un rapport complètement biaisé au temps.

Tout est devenu insupportable. Mais pour toi qui vente si bien les mérites d'un courrier posté, je pense que prendre un peu de temps et de recul est une bonne chose.

Et plutôt que de voir les choses en blanc ou en noir, définissez votre nuance de gris avec compromis :) (je suis fier de cette phrase, m'enterrez pas svp ;) )
If you want to touch the sky,
Fuck a duck and try to fly !

J'arrive apres la guerre mais (parce que y'a toujours un mais)

Si tu te poses assez la question malgré la situation c'est que tu as envie de le faire. Alors la question devient pourquoi pas?

Tu es (juridiquement) célibataire, le pire risque est de ne pas t'y plaire de divorcer et de retourner à la case 0 dans pas longtemps. Au mieux un joli amour pour toujours avec en prime une super expérience culturelle. Et puis peut être que tu peux trouver un job? Du coup c'est plus facile de dire non mais tu laisses quoi derrière? Perso j'aurais tenté le coup

Petit retour sur une relation terminée.

La séduction est le thème central ici. Je vous offre une séquence de non séduction après avoir donné mon avis sur l'intervention de SoCal.

[ Suivre Frangin était perdre beaucoup.

Mes 20 dernières années pour faire fructifier mes diplômes
Ma ténacité afin d’obtenir un job de qualité, bien rémunéré
Mes choix concernant ma vie privée
Mes amitiés dont certaines datent de mon adolescence
Ma facilité à ne dépendre de personne
Ma qualité de vie
Et surtout, surtout, le plaisir avec un homme qui ne me dit pas ce que je dois faire de ma vie et ne me fait pas la leçon de ce qui est bon ou non pour moi.

Renversons la donne.
Quel mec abandonnerait sa vie pour suivre une nana qui lui promet le mariage et le couvert dans un coin désertique ? Et, qui plus est, en lui disant que c’est la chance de sa vie ??
Si sincèrement vous êtes prêts pour ce genre d’aventure… en fait je n’y crois pas une seconde à moins que vous ne fassiez de vos charmes un commerce.

L'avis de SoCal sur le mariage. Chacun sa façon de voir mais pour moi c’est un véritable engagement et non un essai à rompre à tout instant, ni une fantaisie. Je me suis déjà mariée un jour et pas avec un homme le proposant pour faire « vrai couple ». La motivation de Frangin me désole car il est plus question de convenance que d’amour. Et j’ai aussi l’impression qu’il a besoin de valider le plaisir sexuel que nous prenons ensemble. Et ça vraiment cela me dérange. Et au final, le mariage, je m'en fiche. ]

Un extrait de cet été, d’un échange entre Frangin et moi (mon ressenti entre parenthèse) :

Lui as-tu réfléchi à ma proposition ?

Moi : oui et elle m’interpelle à vrai dire

Lui : j’ai des sentiments pour toi et ai envie de me poser
(en écoutant cette phrase, j’ai simplement l’impression que le séducteur en lui est fatigué et que je fais bien dans le tableau puisque validée par sa famille)

Moi : tu sais que j’aime mon boulot et que l’inactivité me pèse

Lui : et si tu prenais une pause pour profiter de la vie ?
(une pause ?? Je n’ai pas envie d’une pause et aucune impression de ne pas avoir la vie qui me convient)

Moi : que fais-tu de mon indépendance financière ?

Lui : je suis là, tu n’as aucun souci à te faire
(et bien si, cela me pose un énorme problème)

Moi : et mes amis, mes loisirs ?

Lui : rester en contact n’est plus un problème aujourd’hui et les loisirs se trouvent partout
(incroyable comme réflexion, j’ai envie de voir ceux que j’apprécie en vrai pas via le net quant aux loisirs…)

Moi : dans un pays arabe pour une femme ?

Lui : ce n’est pas le désert non plus et nous sortirons tous les soirs
(la potiche à exhiber, la nuit tombée ?)

Moi : et si je souhaite sortir seule ?

Lui : n’es-tu pas suffisamment sortie seule, je t’offre plus qu’une aventure
(ha, ha une femme qui sort seule se tape tout ce qui bouge, c’est ça l’idée ?)

Moi : mon mode de vie te dérange ?

Lui : je souhaite t’avoir avec moi, il y a un temps pour tout
(j’accepte le collier d’esclave et on n’en parle plus…)

Moi : c’est-à-dire ?

Lui : n’as-tu jamais eu envie d’une famille, rien qu’à nous ?

Moi : absolument pas et tu le sais.
(heu, il faut le dire en quelle langue ?)

Lui : nous évoluons, moi-même j’y pense pour la première fois
(l’élue pour la procréation, je rêve)

Moi : ne fallait-il pas envisager notre départ ensemble avant de parler famille ?

Lui : j’étais persuadé que tu adhérerais à un projet sortant de la routine
(qui de nous deux s’estime en pleine routine ?)

Moi : je n’ai pas l’impression d’être dans une routine ou alors elle me plait bien

Lui : je te parle d’un monde à découvrir
(le monde que toi tu veux découvrir, grosse nuance)

Moi : et si tu partais t’installer tranquillement, je peux venir te rejoindre à un moment, histoire de découvrir

Lui : tu as d’autres projets, un autre homme en vue ?
(je sens que cela va partir en couille dans pas longtemps)

Moi : je n’aime pas prendre une décision sur un coup de tête
(je fais un effort pour ne pas relever sa pique)

Lui : je ne crois pas à une relation à distance
(nous sommes bien d’accord)

Moi : reprenons nos libertés, le temps que tu t’installes, rien ne presse

Lui : tu en as assez, c’est cela ?
(bon, le couvercle de ma marmite est prête à exploser)

Moi : si c’était moi te mettant devant la décision de tout laisser ici, où tu n’as pas un mot à dire ?
(dernière tentative)

Lui : la question ne se pose pas puisque c’est moi qui ai une belle offre
(C’est lui le meilleur, c’est lui le meilleur, tra la la)

Moi : en effet la belle offre te concerne mais ma question reste pertinente

Lui : je ne te comprends pas
(mais si tu comprends très bien…)

Moi : vraiment ? Tu n’es pas à ma place en effet. Essaye de prendre du recul. Que ferais-tu si je t’impose une destination, un mode de vie ?

Lui : rentrons, je vais te faire un massage pour te détendre
(bouquet final : pas de réponse mais le sexe comme solution !)


Je ne suis pas rentrée avec lui, je n’avais pas envie de détente mais d’un interlocuteur capable d’entendre mes interrogations bien légitimes.

Interpellée au plus haut point par un dialogue de sourd, par le fait qu’on puisse rester de parfaits inconnus même pendant de multiples mois.

Refroidie, que dis-je congelée.

J’ai mis un terme à cette relation de vive voix et réactivé mes contacts.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+3] A lire le 14.09.17, 20h27 par Allandrightnow
  • [+3] Instructif le 14.09.17, 21h07 par Popovski
  • [0] A lire le 14.09.17, 22h03 par Onmyoji
  • [+1] Intéressant le 26.09.17, 18h03 par Moumane
  • [+1] A lire le 03.10.17, 16h14 par Poordonkey

À froid : je suis interpellé par le début de la conversation que tu relates et surtout tes interprétations entre parenthèses.

Autant sur la fin effectivement il frôle la bêtise pure et simple autant sur le début je te trouve extrêmement dure et orientée dans tes interprétations...
Alors bien sûr on ne le connaît pas aussi bien que toi et on n'était pas la, cependant cela me laisse une impression bizarre.

Comme si quelque part tu avais pris ta décision et que tu cherchais à la justifier en interprétant ses propos. Finalement comme si tu ne lui avais pas trop mais ele bénéfice du doute.

Bref, c'est juste une impression en te lisant Perlambre, pas de jugement de ma part.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Pas convaincu le 15.09.17, 01h51 par Onmyoji
  • [+1] 100% d'accord le 15.09.17, 02h24 par Sathinelilly
If you want to touch the sky,
Fuck a duck and try to fly !

Pas de jugement non plus, mais Dieu que tu es dure, Perle!

Je comprends ton envie/ou ton besoin de n'appartenir à personne. Je connais, je suis comme ça mais...tu donnes l'impression de lui en vouloir. Tu disais toi -même que c'était le genre de job qui ne se refuse pas, il te veut avec lui...c'est pas une offense.
Je ne comprends pas vraiment ton attitude, tu instaures un jeu de pouvoir et même une sorte de combat qui, pour moi, n'a rien à faire dans cette conversation. Sur la fin, il est mauvais, mais tu l'as bien basé aussi.
C'est mon ressenti, ne le prends pas pour un reproche surtout. Juste, il ne mérite pas tous ces sarcasmes en italique selon moi.

Mon avis perso : vous ne vous comprenez pas c'est tout.

Il pense te rendre heureuse en te proposant de profiter de la vie sans ne plus avoir à batailler, en découvrant une culture, un nouveau monde enrichissant.

Toi tu ne désires rien de plus que l'avoir à tes côtés dans la vie que vous menez actuellement.

Personne n'a raison, personne n'a tord. Juste vous ne vous comprenez pas et vous n'aspirez pas à la même chose.

https://youtu.be/Xbyi6r9eaBs
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Absolument le 15.09.17, 11h11 par Thedaze
  • [+1] Absolument le 15.09.17, 11h11 par Jalapeno
  • [+1] Effectivement le 15.09.17, 12h38 par The_PoP
  • [0] Oui le 15.09.17, 14h49 par Sathinelilly
  • [+1] En effet le 15.09.17, 17h43 par Perlambre

Sathine et Pop,

C’est toujours intéressant d’avoir les avis de personnes extérieures à propos d’une situation. Donc n’ayez crainte, je n’ai pas l’impression d’être jugée par vous.
Je ne vous cache pas par contre que mon ami Dr, à qui j’avais parlé de l’histoire dès le début, ne partage pas votre vision. Nous nous connaissons il est vrai depuis longtemps et s’il y a bien une chose qu’il sait, c’est que l’on peut obtenir beaucoup de moi si on ne me prend pas à rebrousse-poil.

Et puis qu’on le veuille ou non, nous réagissons toujours en fonction de notre histoire, notre sensibilité. Notre caractère aussi.
Frangin a pensé à lui avant tout. Notre échange était plus long que ce que je relate mais il m’est difficile de retranscrire par écrit sa nonchalance balayant mes objections, tout comme son petit sourire patelin bien énervant. Quant à sa suggestion d'enfant... il connaissait parfaitement mon avis sur la question, bien avant cette conversation !

Je pouvais parfaitement comprendre son souhait de partir et il ne me serait jamais venu à l’esprit de le contraindre à renoncer. Rien ne l’empêchait de partir seul, ma vie ne tournant pas autour de lui. La sienne pas autour de moi à priori ? En plus je vous avais écouté dans vos messages précédents, lui proposant donc un moyen terme, à savoir que je pouvais le rejoindre plus tard afin de découvrir son nouveau cadre de vie.

Que n’avais-je suggéré ! J’ai eu droit à un niet sans appel. Je ne vous dis pas la suite lorsque je lui ai proposé de reprendre nos libertés et de laisser venir. Je me suis trouvée face à un étranger soupçonneux me demandant si j’avais un autre homme en vue. Lui, lui et encore lui. Cette réflexion m’a piquée au vif tant elle était mal venue. Et je me suis effectivement braquée.

r-O, tu as raison, nous n'aspirions pas à la même chose. Une rupture c'est en fait aussi simple que cela.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Intéressant le 15.09.17, 18h23 par Bumble
  • [0] Intéressant le 15.09.17, 19h49 par The_PoP
  • [0] Courage le 15.09.17, 23h05 par mctyson
  • [0] Intéressant le 16.09.17, 12h07 par Sathinelilly

Moi je ne te trouve absolument pas dure, je te trouve juste cohérente. Mais bon après discussion sur le Sélect il se peut aussi que sois catégorisé dans les "impitoyables" en terme de compromis ect...

Une personne qui te demande direct si il y a un autre car tu n'acceptes pas tout et que tu as ta vie, ton indépendance, ça m'énerve aussi et le plus souvent j'arrête là. Il ne me viendrait jamais à l'esprit de demander ça;
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Absolument le 15.09.17, 20h45 par Onmyoji
  • [0] Effectivement le 16.09.17, 12h06 par Sathinelilly
  • [0] Merci ! :) le 16.09.17, 20h37 par Perlambre

Je suis désolée parce que j'ai l'impression de t'avoir imposé de te justifier alors que tu n'as pas à le faire.
Smooth a raison, tu es juste cohérente en réalité, et puis tu as retranscrit cette conversation brute et en la lisant, j'ai réagi avec ma propre sensibilité, or ça n'apporte rien d'intéressant. En revanche, je ne te catégorise pas dans les "impitoyables", ce n'est pas ce qui a guidé mon post précédent.
Bref, Mea-culpa et courage !
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Pas de problème ! le 16.09.17, 20h34 par Perlambre

Et je n'ai aucune envie d'être une impitoyable ;)

Terminer une histoire, s’ouvrir à une autre…

Louis.

J’ai beaucoup revu ce garçon après Frangin, nous avons bien profité l’un de l’autre et un jour il m’a dit être amoureux. Pas de moi. Ainsi va la vie des amis avec bénéfices et je me suis éclipsée en lui souhaitant très sincèrement d’être heureux puisqu’il partait avec l’idée d’être exclusif avec cette fille.

Et le hasard a fait que dans la foulée, j’ai retrouvé un amour de jeunesse toujours diablement séduisant.

Donc, je me retrouve il y a peu à prendre mon petit noir dans un endroit que j’aime bien et une fille s’installe à mes côtés.
Elle : nous avons un sujet d’intérêt commun
Moi (je la regarde et la découvre) : vraiment ?
Elle : Louis
Moi : ?
Franchement, il est presque 9h, ma journée de boulot m’attend, en même temps je ne connais pas beaucoup de Louis...
Elle : vous êtes Perle, il m’a parlé de vous
Bon, ce n’est pas mon genre de me défiler, en plus elle à l’air plutôt sympa.
Moi : qu’attendez-vous de moi, je ne vois plus Louis
Elle : je sais mais c’est pire il pense à vous
Moi : seriez-vous jalouse d’un passé ?
Elle : apprenez-moi !

Là j’ai été momentanément désarçonnée. Qu’avais-je à lui apprendre pour plaire à Louis, comment lui dire que je n’avais pas de techniques, que j’étais juste moi avec un homme, suffisamment décontractée pour prendre et rendre des moments plaisants, que j’étais gourmande de la vie plus que d’un homme, que je pouvais apprécier une compagnie sans en être dépendante, que garder un bon souvenir d’un partenaire était juste une façon d’enrichir son album secret…

Moi : Louis est un garçon intéressant et en plus amoureux de vous. Appréciez cette chance, échangez tous les deux sur vos goûts en matière de sexe, apprivoisez-vous.
Elle : venez nous rejoindre !

Je la dévisage, elle a les larmes au bord des yeux. Proposant un truc dont elle n’a pas envie, dont elle n’est pas l’initiatrice, je le sens. J’ai une bouffée de tendresse pour elle sans la connaître.
Moi : posez votre main sur la mienne
Elle y arrive, genre condamnée menée à l’échafaud.
Comme je n’ai pas envie de lui faire de mal, plus de la mettre face à ses limites, je prends sa main et la pose sur ma taille.
Retrait immédiat, fontaine des yeux. Ok.
(Louis, tu es canaille mais sans moi sur ce coup)

Moi : ne vous laissez jamais imposer quoi que ce soit, de qui que ce soit.

Et j’ai tranquillement regagné mon présent.

Monsieur Passé Recomposé
A suivre :wink:
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Yesssss! le 09.02.18, 22h01 par mistermint
  • [+1] Like ! le 09.02.18, 22h35 par Hillel
  • [+1] Wow le 09.02.18, 23h01 par Jalapeno
  • [+2] La suite, vite ! le 10.02.18, 00h10 par Lulla
  • [+1] Bien joué le 10.02.18, 16h09 par Onmyoji
  • [+1] Bravo ! le 18.02.18, 12h46 par THS

Petite parenthèse sur mon journal.

Il y a peu, j’ai été mise au défi d’écrire une nouvelle sur la rencontre épistolaire, fantasmée de deux inconnus, avec l'opportunité :roll: d’être publiée.
Vos avis m’importent bien entendu, donc je me lance en décidant qu’il s’appelle Antoine…

_________

Lui
Notre première rencontre serait à Paris. Tu me donnes rendez-vous dans un café en bas de ton hôtel, mais je ne sais pas encore que c'est ton hôtel. Tu es assise là, au fond de ce petit café presque vide en pleine journée, habillée d'une robe noire moulante qui laisse deviner des formes qui me laissent déjà songeur.

Tu restes assise et je me contente d'un baiser sur ta joue, un baiser simple mais sensuel pour te dire bonjour. Un petit moment de silence où nous nous observons. Tu te mords un petit peu la lèvre avec un regard interrogateur. Nous commençons à réaliser que la personne que nous avons en face de nous est la personne qui nous a fait fantasmer ces derniers jours.

Nous commençons à discuter en nous caressant un peu les mains...c'est étrange, nous ne nous sommes jamais vus et pourtant nous ne pouvons nous empêcher d'être très tactiles. Nous discutons de choses futiles... nos esprits sont bien trop occupés à retenir nos ardeurs dans ce petit café parisien... je sens tout d'un coup ton pied...nu... remonter le long de ma jambe. Un frisson s'empare de moi, suis-je bien en train de vivre ce doux rêve ??...

Moi
Antoine, mes invités partis au petit jour, j'ai laissé glisser ma robe (comment sais-tu que j'adore le noir ?), une bretelle puis l'autre... mes seins pointés vers un rayon de lune coquine... Un dernier verre à la main, j'ai fermé les yeux bercée par une soudaine chaleur au bas des reins... ton visage près de moi, ta langue titillant mon auréole droite, puis gauche... ta bouche célébrant mon ventre, descendant petit à petit... J'ai pris ta tête entre mes mains, l'encourageant ainsi à poursuivre cette ascension à l'envers... et doucement tes lèvres ont pris possession de mes lèvres, baiser intime, passionné... tu as levé les yeux vers moi et ta langue délicate a effleuré mon petit bouton...

Lui
... je vois tes yeux papillonner, tes mains se font de plus en plus insistantes, presque au point d'enfoncer tes ongles dans mon crâne. Ma langue se fait joueuse, je varie le rythme, parfois je m'arrête... juste pour voir tes yeux me suppliant de retourner goûter à ton doux nectar. Je ne me fais pas prier, mais j'aime te voir à la fois agacée et bouillonnante de désir à chaque fois que je m'arrête. Tu es debout, je suis à genou, complètement dévoué à ton plaisir.

Je décide de ne plus te laisser de répit au bout de longues minutes de jeux avec ton petit bouton. Je me montre soudain plus dominant, et remonte avec ma langue le long de ton corps, n'oubliant pas de goûter à chaque centimètre qui me ramène à ta bouche. Ma main agrippe tes cheveux, doucement mais passionnément. Soudain, mes deux mains se dirigent vers tes cuisses. Je te soulève et te porte jusqu'à la table où restent quelques vestiges de la soirée passée tout en partageant un baiser des plus passionné avec toi. Nous ne contrôlons plus nos corps et les baisers se font beaucoup plus profonds, beaucoup plus humides, presque sauvages... Je te laisse reposer les pieds au sol et te retourne face à la table.

Tu commences à ressentir mon excitation en passant la main sur mon pantalon. Une main que je m'empresse de prendre et de poser sur la table face à toi. Je suis derrière toi, mon corps contre le tien, et d'une légère pression j'allonge ton ventre sur la table. Je chuchote à ton oreille de te laisser encore quelques minutes envahir par mes jeux de langues. Je vois tes yeux coquins comprendre que je suis très joueur et que ce soir sera le nôtre.

Moi
Mon sexe humide à souhait ne supporte pas que tu le délaisses un seul instant... tu le sais, ton petit sourire m'indique que c'est toi le maître du jeu... Une main prisonnière peut-être mais l'autre se pose sur toi. Tu t'écartes légèrement, acceptant ainsi de la laisser s'égarer sur un renflement prometteur. Ton torse nu presse mon dos, ce contact me rend folle et ma main caresse de haut en bas ton pantalon tendu par un sexe que tu vas m'implorer de libérer...

Je me dégage de ton emprise et te fais face à présent. Notre seul contact est ma main sur toi. Je te regarde intensément, lis-tu le désir dans mes yeux ? Je te veux absolument. J'ai besoin de ta peau, de tes lèvres, de ta main qui emprisonne à présent un de mes seins. Je te respire, j'approche de ton torse et y dessine une aquarelle avec mes lèvres.

Lui
Je comprends que tu as envie de découvrir ce que cache cette protubérance sous mon pantalon. Ta langue descend doucement le long de mon torse pendant que tes mains déboutonnent délicatement cette prison devenue douloureuse à force de désir. Tu te mets à genou, en descendant mon pantalon, admirant mon sexe tendu sous mon boxer noir.

Tu libères mon sexe définitivement en baissant mon boxer jusqu'à mes pieds et tu restes silencieuse en l'admirant quelques secondes. Je vois à tes yeux que tu en deviens gourmande et que tu t'apprêtes à me dévorer. Un simple petit baiser sur le bout de mon intimité comme pour lui laisser un petit répit avant de l'engloutir... tes mains s'agrippent à mes fesses durcies par la tension du désir. Les miennes caressent ton visage et passent dans tes cheveux... ta langue part de la base de mon sexe pour remonter jusqu'à son extrémité...

Moi
Tu es magnifique, dressé devant mon visage, émouvant dans son arrogance... non il faut attendre encore quelques secondes avant de franchir le barrage de mes lèvres.
J'aime ce moment savoureux, un homme et la preuve tangible de son désir... totalement jouissif pour moi... rien n'existe plus, une seule chose importante, ce sexe merveilleux que je veux déguster et pas qu'avec ma bouche... A tes pieds, je te happe délicatement, j'entoure ton gland de mes lèvres et je ne bouge pas, je savoure ce contact, cette douceur ferme... ma langue fait lentement le tour de ton gland, s'attardant un instant sur ton petit filet délicat... ton bassin avance, mais non c'est moi qui décide... Je te regarde, ton sexe en bouche, l'impatience de tes yeux m'amuse et me comble d'aise. Doucement tu glisses au fond de ma gorge, je prends ainsi ta mesure avec un plaisir infini. Une main sur tes fesses, l'autre à la base de ton sexe, tu ne peux m'échapper. Je reviens en arrière, aspirant délicatement ton gland au passage. Tu es luisant de ma salive, j'en profite pour te lécher tout le long, de côté, je joue de la langue sur ce bel arc tendu... au passage, j'embrasse tes bourses, une à une et les honore d'un coup de langue qui te fais te cabrer. Mutine, j'en gobe une, elle est douce et j'en suis déjà folle. Tu deviens encore plus dur et je n'ai qu'une envie maintenant, te pomper en accélérant le rythme au fur et à mesure...

Lui
Ton rythme est parfait. Tu sais jouer de moi et arrive à me repousser jusqu'à la limite en retirant ta bouche au bon moment pour ne pas provoquer une fin trop rapide... la vision de mon sexe trempé de ta salive est tellement excitante. Je vois qu'il est à ton goût, et ta bouche de plus en plus généreuse est le témoin de ta satisfaction... je sens que je vais avoir beaucoup de mal à tenir, ta bouche experte me pousse dans mes derniers retranchements.

Il suffit ! Je retire avec un grand regret mon sexe de ta gorge, il est hors de question que j'atteigne le plaisir ultime sans t'avoir fais l'amour avec la passion qui me dévore. Je m'accroupis à ton niveau et t'embrasse encore plus fougueusement qu'avant. Mon sexe complètement dressé le long de ton ventre, j'en suis à un stade quasi bestial... ma bouche gobe littéralement une partie de ton cou... je le mordille et remonte vers ton oreille droite. Je titille ton lobe du bout de ma langue et le croque doucement...pendant ce temps, l'une de mes mains s'est aventurée entre tes jambes...ton sexe est trempé de désir et mes petites saccades du bout de l'index sur ton petit bouton te donnent des frissons...tu ne contrôle plus ton corps et l'excitation provoque des ondes de tétanie sous mes caresses... le souffle court, je te chuchote "je n'en peux plus Perle, laisse moi te faire l'amour tout de suite..."

Moi
Je te veux Antoine, viens, s'il te plait... je m'entends te supplier de me prendre... incroyable... le moindre contact avec ta peau, ta bouche m'électrise. Bien avant que tu me prennes, je suis à toi, mon sexe trempé te réclame, il a faim de toi à un point inimaginable. Je me relève, pousse d'une main les verres encore sur table, je te regarde par-dessus mon épaule, tu es derrière moi, ta main entoure ma taille fermement, je frotte mes fesses contre ton dard, son contact me fait vaciller. D'un doigt expert tu dégages mon sexe d'un reste de dentelles et tu l'introduits au fond de moi. Petit mouvement de va et vient... un deuxième doigt viens rejoindre le premier, je me cambre, trop heureuse de me sentir envahie de cette façon cavalière. Si tu continues ainsi je vais venir... trop tôt encore, la fête ne fait que commencer. "Antoine, non..." Tes doigts quittent mon sexe et tu les portes à ta bouche, tu les lèches lentement, avec gourmandise, puis tu m'embrasses et nos langues mêlées à mon jus donnent le signal...

Puis tu agrippes mes hanches, tu me maintiens le haut du corps sur la table, mes fesses sont tendues vers toi, tu les écartes, tu introduits ton sexe entre mes lèvres secrètes et d'un coup tu me pénètres...

Lui
Ton sexe, chaud, humide et serré autour du mien ...c'est un pur moment de bonheur. Je te pénètre jusqu'au fond, doucement, et reste un instant à te contempler, ton dos... ta nuque... ta crinière... tu me lance un regard comme pour me défier, me défier de prendre le contrôle de ton corps, toi la femme insoumise, me défier de repousser tes limites... je commence alors avec un rythme lent et je savoure chaque coup de reins qui te font plisser les yeux de plus en plus...tu te mors la lèvre pour empêcher de laisser partir un premier cri qui serait signe d'une victoire trop vite acquise pour moi... Le rythme s'accélère peu à peu, mes mains se font plus fermes autour de tes hanches, je commence à prendre le contrôle. Ton sexe est de plus en plus trempé, chacun de mes assauts n'en deviens que plus puissant...La table commence à trembler... tu ne retiens plus ton plaisir et tes soupirs se font de plus en plus bruyants pour se transformer en petit cris... je te sens venir petit à petit mais qu'est-ce que tu crois? Que je vais te laisser jouir à la première occasion ? L'orgasme le plus puissant est celui qu'on a repoussé plusieurs fois...

Je ralentis le rythme, agrippe tes cheveux et te ramène avec autorité tout contre mon corps. Je sors mon sexe du tien et le dresses contre ton dos...je te chuchote "je suis loin d'en avoir fini avec toi ma Perle..." sur quoi je renchérie en laissant une main dans tes cheveux et remontant l'autre sur l'un de tes seins... j'en pince le bout tout en mordant ton oreille...tu sens le souffle court de mon excitation résonner sur ton tympan...

Moi
Il faut que je me ressaisisse, ce garçon me rend folle, il a une façon de jouer avec son sexe en moi qui me rend malade de désir... je coule de désir... il me laisse pour l'instant sur ma faim mais je lui en suis reconnaissante, il sait se maîtriser afin de m'emmener plus loin, plus haut... merveilleux...

Tu es derrière moi Antoine, ton corps me trouble, ma peau appelle ta peau, ma bouche veut à nouveau embrasser ton gland humide, sentir cette première goutte qui perle, l'aspirer, la déguster... je tente de me retourner mais ta caresse sur mon sein se fait plus insistante. Tu as mouillé ta paume de salive et ce massage divin me fait pointer...je le sens jusqu'au plus profond de mon sexe...

Je me dégage "toi aussi tu vas souffrir Antoine". Mon doigt humide s'aventure en suivant la raie de tes fesses. J'en apprécie la rondeur au passage mais je ne m'arrête pas. C'est ton petit anneau que je veux flatter. Doucement j'en fais le pourtour. N'ai crainte, je sais être douce, très douce. Un mouvement de rein et ton sexe cogne ma poitrine, dur si dur... Le temps de mouiller abondamment mon doigt qui repart vers l'arrière et j'accueille ton arc au fond de ma gorge...

Lui
Cette caresse, si intime, me trouble. Mais la façon que tu as de gober mon sexe en me laissant sentir le fond de ta gorge généreuse me donne envie d'aller toujours plus loin avec toi. C'est une caresse inédite, une porte que je n'ai ouverte à personne, mais ton doigt se faisant de plus ne plus insistant, je te laisse le glisser un peu plus loin. Je rentre dans un état second, tu es si féline, je sens que presque tout est permis et je fais tomber peu à peu mes barrières.

Je me cramponne à toi, tu as décidé de laisser ta bouche grande ouverte pour m'accueillir et me laisser donner le rythme pour visiter ta gorge. Je laisse parfois sortir mon sexe inondé de ta salive pour le laisser se reposer sur ton visage...mais tu n'en peux plus, tu veux juste le dévorer sans me laisser de répit, alors tu t'écartes à chaque fois et le reprend en bouche...cette bouche qui est en train de m'emmener au paradis tandis que ton doigt humide masse ma prostate...je n'en peux plus, je suis en passe d'exploser...il faut que je reprenne mes esprits.

Dans un moment de lucidité je stop tout ! Autoritairement, j'attrape ta crinière et te relève jusqu'à moi "Aaah c'est donc à ça que tu veux jouer...très bien...alors jouons...". J'agrippe tes fesses te porte subitement pour t'asseoir sur la table et ramène tes genoux au niveau de tes épaules. Je me rue sur ton sexe ouvert de désir. J'aspire ton petit bouton, le mordille, ne lui laisse aucun répit...mais j'ai bien d'autres idées en tête...ma langue descend le long de tes lèvres... plus bas encore... j'ose... ma langue se fait de plus en plus insistante autour de ta feuille de rose jusqu'au point de la rendre aussi tendre que ton sexe. De temps en temps je remonte le long de ton sexe, l'aspire et redescend doucement entre tes fesses. Mes mains humides qui malaxaient tes seins s'arrêtent... je glisse un pouce dans ta bouche que tu suce avec gourmandise...

Moi
Ta langue agile me ravage, pointue par moment, large et enveloppante à d'autres... mon bouton à doublé, que dis-je triplé de volume, des ondes de plaisir parcourent mon corps tout entier, elles viennent du plus profond de moi...

Je tète ton pouce avec ferveur, lui faisant subir un traitement auquel ton sexe n'aurait pu résister malgré ton endurance... mon orgasme s'approche dangereusement, mais non pas comme ça... il faut que ta bouche quitte vite mon bouton, ma porte secrète aussi qui je le sens bien, se détend bien malgré moi...

Porte secrète... mais vais-je te la refuser, Antoine, je ne sais pas, je ne sais plus, tu as le don de m'ôter toute volonté, j'ai envie de me donner à toi totalement, en toute impudeur, encore et encore...

Pour faire diversion, je t'attire vers moi et caresse ton dos en partant de tes épaules, en descendant le long de ta colonne, englobant de mes paumes tes fesses musclées... je me concentre sur ton corps, le temps de reprendre mon souffle... et mes esprits. Nos bouches s'unissent dans un long baiser, une même envie de morsure... nos corps luisent de sueur, ton odeur m'enivre, j'ai envie de lécher le moindre centimètre de ta peau...

Lui
Ta diversion parvient à me faire oublier quelques instant mes intentions de te repousser dans tes derniers retranchements... tu es devenue toi aussi animale, tu lèches mon torse, le mordant, plantant tes ongles dans mon dos... Nos corps sont trempés rendant glissant chacun de nos baisers, nous ne contrôlons plus rien.

Soudain, je t'allonge sur la table, et te met sur le côté...tu es légère, j'aime cette sensation d'avoir l'impression de faire ce que je veux de ton corps. Tes deux jambes sont allongées l'une sur l'autre, relevées bien haut, et tu retournes ton torse pour me regarder droit dans les yeux. Je m'agrippe à ta cuisse et pénètre jusqu'au fond de ton sexe... je sens que tu es au bord de l'orgasme, c'est le moment pour moi de faire rugir la femme qui me rend fou, comme pour la remercier d'être qui elle est et de me laisser la chance de lui faire l'amour...

Mon rythme est tout de suite assez rapide, plus la patience de te faire languir. Mes assauts sont puissants, et chacun d'entre eux te laisse échapper un petit cri, de plus en plus fort...le jeu de tout à l'heure m'amuse, je t'ai vu douter de toi même, douter de ce que tu me laisserais te faire. Alors je te lance un regard complice et je suce mon pouce encore humide de ta salive...mon pouce redescends le long de ta fesse et commence à titiller ta petite porte... je te sens complètement abandonnée, soumise à ma volonté et donc le glisse tout doucement à l'intérieur tout en continuant mes coups de reins...ça y est, tu perd le contrôle, tu t'agrippes, te tords de plaisir en longs feulements... nous y sommes, tu atteins un orgasme surpuissant partant de ton intimité et envahissant chaque extrémité de ton corps pendant que j'accélère encore le rythme pour le prolonger... tu me lances un regard comme pour me supplier d'arrêter ce qui renforce mes ardeurs. Je garde ce rythme rapide et puissant, ce qui décuple cet orgasme que tu pensais déjà à son pic...je ramène tes deux jambes autour de mes hanches et m'étale sur toi pour partager un nouveau baiser gourmand tout en léchant les quelques perles de sueur qui coulent le long de ta poitrine...

Moi
Cette position si propice à une pénétration profonde ne pouvait que me combler… Tes coups de reins m'affolent, je sens ton sexe me remplir complètement, à fond, je suis prisonnière de ton rythme, ta main sur ma cuisse me soude à la table, je te regarde, tu es magnifique en train de me labourer sans répit, tes bourses martèlent mes fesses ajoutant au plaisir qui monte, qui monte...

Sans vergogne ton pouce a forcé mon anneau, ce sont trois doigts qui maintenant caressent l'intérieur de mes chairs au rythme de ton sexe... prise totalement par toi, je me laisse envahir puis submerger par cette lame de fond qui m'emporte et me délivre d'un orgasme tant espéré, tant attendu... cet orgasme qui de par son ampleur investit mon être entier, mon âme et éclate en un long cri libérateur... je ne suis plus que jouissance... tu viens sur moi toujours en moi, ce qui prolonge les ondes du plaisir que tu viens de me donner.

Tu as su te retenir une fois de plus mais je sais que tu ne pourras plus bien longtemps. Ton coeur bat la chamade... à moi maintenant... Nous glissons à terre et je te chevauche, les mouvements de mon bassin dessinent des arabesques, mon sexe avale le tien à un rythme que tu ne maîtrises pas " Antoine tu es mon doux prisonnier".

Tu regardes mes seins se balancer, tu les caresses, tu t'y agrippe... je continue à presser ton sexe dans le mien sans relâche, mon regard ne quitte pas le tien, je veux que tu rendes les armes et que tu me donnes ta liqueur chérie...

Lui
Ma belle Perle, comme tu le sais, il faut savoir faire languir pour atteindre le vrai plaisir...et ce soir je dois m'absenter...la suite de notre doux moment ne tardera cependant pas trop...

____________

Voilà le résultat de mon imagination… jouable ou ridicule ?
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+2] Miam le 24.02.18, 20h39 par Jalapeno
  • [+1] Sympa :) le 05.03.18, 20h36 par Sathinelilly

Plutôt chouette par contre je sais pas vous mais j’ai très sérieusement tiqué chaque fois que j’ai lu « petit bouton »...
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Il y'a du vrai... le 24.02.18, 20h39 par Jalapeno
If you want to touch the sky,
Fuck a duck and try to fly !

C'est bien écrit, bien décrit ou " Comment parler sexe sans être vulgaire mais de façon fluide et éxitante " je dois dire, COOL.
_____________________________________________________________________________________________


Tu dois être à l’aise avec le fait d’être mal à l’aise.
_____________________________________________________________________________________________

BON PLAN SEXY : De -15 à -70% chez la boutique sexy LoveHoney.fr. LoveHoney.fr propose toute l'année des réductions très agressives sur leur catalogue lingerie, sextoys et autres accessoires. Suivez ce lien pour consulter les offres du moment.

Vous pouvez aussi soutenir FTS en passant par ce lien pour faire votre shopping sur Amazon.fr

Répondre