Cascade de perles

Note : 152

le 07.08.2016 par Perlambre

138 réponses / Dernière par The_PoP le 11.05.2022, 18h44

La vie est faite de virages, d'obstacles à surmonter, d'audace, de surprises et de rencontres décisives. Racontez votre histoire, entrez dans la légende; partagez vos cheminements, vos interrogations, vos rencontres, vos aventures - foirées ou réussies, c'est pas le plus important - et recevez les avis et conseils des autres membres.
Répondre
Je parle plus en terme de conflits intérieurs. Personnellement je n'envisagerai plus d'être avec quelqu'un que "j'ai trompé" (je ne connais pas les termes du contrat avec Monsieur ici), parce que je ne serai pas en accord avec moi même et mes "principes".
Je le sais parce que je l'ai fait récemment malheureusement....

Merci à tous les deux.

r_O, mon aventure a le mérite de m’avoir détendue.
Elle m’évite d’être en demande vis-à-vis de Monsieur, ce qui visiblement ne faisait que le murer dans son silence.
Elle m’empêche aussi de prononcer des mots dépassant ma pensée.
Donc je ne la regrette certainement pas, n'ayant en aucun cas "signé" pour un homme sans attention ni implication.

Voucny, tu as raison, c’est différent depuis bien avant mon aventure de voisinage.
Monsieur a changé, mes questions restant sans réponses, mes tentatives de rapprochement étant repoussées… il est très loin le temps de notre intimité.
Un couple de façade, voilà ce que nous étions devenus.
Je n’en veux pas, j’ai toujours été claire à ce propos.

Après peut être qu'il a d'autres façons de vivre l'intimité que le sexe à te proposer, et peut être que le fait que tu sois moins en demande lui permettra de te les montrer ?

En fait, j’avais la clé sous les yeux… ou plutôt un pressentiment qui n’a plus lâché mon esprit dès ma sortie vendredi de chez Monsieur. Et s’il faisait tout pour m’encourager à rompre à force d’indifférence, de manque d’enthousiasme à la moindre proposition de ma part (et pas que sexuelle) ? Histoire que je fasse le « sale » boulot à sa place ?

J’avoue, en bonne amoureuse je perds facilement quelques neurones, m’égarant dans le méandre de pistes qui ne sont pas en définitive les bonnes, cherchant des solutions à une situation qui m’échappe. Et bien oui, quand j’aime, je ne le fais pas à moitié.
Mais là ce fameux soir, j’ai senti un truc cassé en moi, je n’en pouvais plus de porter une relation toute seule. Et du coup j’ai récupéré les neurones manquants en me posant les bonnes questions. Ma rencontre avec mon voisin a accéléré le processus.

Comme de bien entendu Monsieur n’a pas arrêté de prendre de mes nouvelles les jours suivants, sans pour autant changer quoi que ce soit de son attitude détachée.
J’ai pris une grande respiration et j’ai posé la seule question qui vaille : souhaites-tu que nous arrêtions notre relation ? Et comme je pouvais l’imaginer, il n’a pas bronché, tranquillement installé dans son canapé. Une fois de trop, le silence.

J’ai donc fait une chose jamais pratiquée, jamais vécue, je ne suis autolarguée.
C’est quoi l’autolargage ?
Simplement quitter par lucidité quelqu’un que l’on aime encore car il est trop lâche pour le faire. J’ai trouvé les mots sans pour autant passer sous silence le fait que je ne comprenais pas son attitude plus que blessante et que je quittais définitivement la comédie d’une relation creuse tout sauf valorisante pour moi.

Fin de l’histoire.

Aujourd’hui suis terriblement malheureuse, apprendre à désaimer ne se fait pas en un claquement de doigt. Je suis néanmoins partie car j’estime que tout n’est pas acceptable au nom de l’amour. Et jamais je ne reviendrais en arrière. Tout simplement parce que j’ai repris ma liberté, choisi de me respecter en regardant devant moi, seule solution pour éventuellement aimer à nouveau.

_________

Si je vous raconte cet épisode douloureux, ce n’est pas pour me faire plaindre.
Plutôt vous encourager à ne JAMAIS agir comme Monsieur a pu le faire avec moi. Et je m’adresse autant aux filles qu’aux mecs.
Vous voulez rompre, dites-le. Ne soyez ni culpabilisés, ni lâches, ni égoïstes.
Ce n’est pas un moment agréable (pour personne) mais une preuve de respect pour un partenaire avec qui vous avez partagé une intimité et/ou des sentiments. En tout cas un partenaire qui a su suffisamment vous plaire à un moment donné et qui n’est en aucun cas un jouet que l’on casse par caprice mais un être de chair et de sang au même titre que vous. Ne jamais faire à l’autre ce que vous n’aimeriez pas qu’il vous fasse…
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] La suite, vite ! le 28.09.18, 18h25 par Bumble
  • [+1] Constructif le 28.09.18, 19h06 par Jalapeno
  • [0] Courage le 28.09.18, 21h31 par voucny
  • [0] Courage le 28.09.18, 21h34 par Onmyoji
  • [+1] Oui le 29.09.18, 13h21 par Thedaze
  • [0] Courage le 30.09.18, 02h03 par The_PoP
  • [0] Courage le 01.10.18, 11h42 par r-0

Après ma nuit avec mon voisin, cela n’a pas été simple.
Rien à voir avec lui.
Disons que Monsieur n’a pas eu les couilles d’assumer notre rupture et j’ai dû apprendre à sa fille qu’il n’y aurait plus de Perle dans sa vie en lui expliquant pourquoi. Courageux jusqu’au bout le mec et je dois l’avouer il m’a bien cassée.
Suis pas prête d’oublier une gamine pleurant dans mes bras alors que je n’étais qu’impuissance face à une situation qui aujourd’hui encore m’échappe.
[nous sommes, dit-on, deux à porter la responsabilité d’une rupture. Je veux bien l’accepter à partir du moment où il y a dialogue, même et surtout pour dire les choses qui fâchent. Sinon c’est du foutage de gueule. Point.]

Ensuite, j’ai bossé pour ma boite plus que de raison.
En fait je me suis persuadée que c’était la seule chose dont j’étais capable.
Perte de confiance, bonjour.
J’ai réfléchi à mes choix de partenaires, à ce que je peux apporter ou non. A cet enthousiasme que j’ai lors d’une rencontre et ma façon de me persuader que cela va marcher. J’ai redéfini aussi ce que je ne peux accepter de quiconque. J’ai noirci un cahier entier -j’aime l’écriture au stylo encre- pour comprendre les autres mais aussi et surtout moi. Je me suis tellement remise en question que j’en étais arrivée à me dire que l’option suprême était une congrégation religieuse.
Et là j’ai éclaté de rire. Enfin !
Un peu de noir sur les yeux, de l’or dans mes cheveux et hop j’avais regagné la vie.
Moins imparfaite peut-être.

Le quotidien rattrape et descendre une poubelle le matin fait partie de ces petites choses indispensables.
Et puis il arrive qu’on y retrouve un voisin fumant sa cigarette.
Je n’avais répondu à rien venant de sa part depuis des jours.
Pas correct de ma part, j’en conviens.
Lui : salut
Moi : salut
L’endroit était incongru pour un échange, c’est tout moi d’apprécier un cadre sortant des clichés.
Lui : tu es fâchée avec ton portable ?
Moi : j’avais des choses à régler, c’est fait
Lui : j’ai envie de te revoir
Et là je me lance dans une rhétorique intéressante(?), plus certainement stérile, sur les relations pansements pour enfin m’essouffler face à un mec qui garde le sourire.
Lui : Perle, j’ai bien vu l’autre soir que tu avais pleuré
Moi : ---
Lui : J’ai deux billets pour un concert jeudi prochain. Viens si tu veux.

Je suis allée au concert. D’autres évènements se profilent. Il prend le temps, nous faisons connaissance à l’envers. Suis loin de m’emballer mais j’apprécie cet homme capable de déposer sur mes lèvres un baiser papillon sans attendre de retour.
De vous à moi, il a un grain de beauté au creux des reins que j’aimerai bien revoir mais pas tout de suite. Et peut-être que nous deviendrons simplement amis.
Faire marcher un mec, de tout temps, n’a jamais été ma façon d’envisager une relation, même éphémère. Voisin arrive-malheureusement-dans une étape de ma vie qui n’a rien de cool. Il le sait. Je reste souriante mais en aucun cas séductrice.
Oui j’ai changé... Je l'espère momentanément.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] La suite, vite ! le 29.10.18, 08h15 par Bumble
  • [0] La suite, vite ! le 29.10.18, 09h58 par Bald_Soprano
  • [0] Constructif le 30.10.18, 13h08 par Nonchalance

Petit journal, suis peu présente mais je t’adore n’en doute pas !

Je t’adore…
Voilà bien ce que j’ai pu susurrer à d’exquis sex-friends.
Jamais oubliés, parfois simplement remplacés et pourquoi pas un jour recontactés.
C’est vrai qu’ils m’étaient précieux ces jeunes hommes, rendant mes fins de journées pétillantes de sexe. Ou mes petits matins.
Des jeux, rien que du jeu même si un jour j’ai eu le mauvais goût de m’enticher de l’un d’eux.
Nobody is perfect.
Oui, j’ai adoré.
J’apprécie tout autant aujourd'hui cette indéniable complicité qui fait qu’avec certains nous papotons le temps d’un café ou d’un verre de vin.
Avant de repartir vers nos vies.

La mienne a pour prénom Raph.
C'est mon voisin, aujourd'hui bien plus qu'un sex-friend.

Bisous petit journal.
:wink:
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Cool le 23.02.19, 14h08 par Moumane
  • [0] Like ! le 25.02.19, 10h09 par voucny
  • [0] Yesssss! le 25.02.19, 10h20 par r-0
  • [0] Cool le 27.02.19, 18h20 par mctyson
  • [+2] Like ! le 17.03.19, 20h22 par Avalanche

Je suis en couple aujourd'hui avec Raph, amoureuse et tout et tout, ce qui me donne envie de reprendre ce cher journal :D

***

La nuit est douce d’un homme assoupi tout proche dont je m’écarte momentanément. L’occasion de l’envisager dans cet abandon favorisé par ce sommeil qui décidément prend plaisir à ne pas m’accepter sous son aile.

Son torse émerge de la couette, me manque déjà alors même que sa chaleur a brûlé mes sens ces dernières heures, d’une danse dans un bal de quartier aux baisers sous un porche à deux pas de chez nous, cette envie partagée de sexe là maintenant, aiguisée par le risque d’être surpris en pleine action.

Magnifique !

Il repose d’un souffle régulier.
Je souhaite de longtemps encore m’émerveiller d’un simple regard sur un homme qui est à ce jour ma plus belle cascade...
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Like ! le 15.07.19, 07h26 par The_PoP
  • [+1] Bien joué le 15.07.19, 08h55 par Onmyoji
  • [+1] Like ! le 15.07.19, 09h26 par Jalapeno
  • [+1] Like ! le 15.07.19, 20h32 par Popovski

Petites nouvelles…

Je me suis accordée une virée sur Paris pour l’expo événement : Toutânkhamon.

J’ai traversé l’esplanade de la Villette presque en courant tellement j’étais pressée d’être in the place. Une fois entrée, j’ai admiré au fil des portes (scénographie de l’expo pour expliquer le passage des Pharaons vers la résurrection) des pièces rares, d’une vie autant quotidienne que sacrée, me suis imprégnée d’une sagesse millénaire et surtout j’ai gardé un œil grand ouvert, sans besoin de fixer l’instant avec mon portable. Bref, j’ai été heureuse à un point inimaginable.

Et sur le final de l’expo, grandiose, où il est question de prononcer le nom d’une personne pour qu’elle continue à vivre, chose qui me parle depuis des années avec une joie douloureuse, j’ai sentie une main sur mon épaule.

Bidibul !
C’était son surnom en fac d’histoire. Nos étés étaient consacrés aux fouilles médiévales et puis il était parti bien loin de France, gratter la terre d’Egypte.
Et moi suivre la voie fixée par mon père.
Quand j’y pense et en fait c’est Bidibul qui a réactivé de vieux souvenirs, je n’ai pas eu le courage de m’opposer à une autorité parentale qui m’accordait la réussite d’une maîtrise d’histoire à la condition expresse de valider un second cursus plus sérieux aux dires de ladite autorité parentale.

Et donc j’ai déjeuné avec Bidibul, pas rencontré depuis des lustres.
C’était sympa mais en fait nous étions gênés par tout ce temps qui passe et qui rend étranger même des êtres proches à un moment donné.
Il s’est cru obligé de proposer de se revoir, date à l’appui, mon sourire était un non. Si dans 20 ans nous nous revoyons, je déjeunerais avec ce même plaisir teinté d’ennui. Les choses se font au moment T ou jamais et en ce qui nous concerne, nous n’avons su saisir un instant de jeunesse pourtant prometteur.

J’ai regagné mon quai de gare, une grosse envie de rentrer chez moi, riche de la magie de Toutânkhamon. Retrouver Raph, ses bras, ses baisers.
J’ai de la chance, il me laisse à mes passions même si elles ne sont pas siennes, m’encourage à saisir les opportunités parce qu’il sait que me laisser libre est la meilleure façon de me faire revenir au nid. Lui est plus casanier, la tête dans ses bouquins des heures durant. Nous sommes différents sur bien des points avec un dénominateur commun qui est la réussite de notre couple. Et ça marche. Pour longtemps j’espère.

Il en parle très peu mais je sais que l’océan lui manque. Son boulot l’a fait venir dans ma région, passage visiblement obligé pour sa carrière mais une ville de « terre » comme il dit ne lui convient pas vraiment. J’ai vu son œil briller lors de nos récentes vacances, le soin accordé à son voilier trop souvent à quai par la force des choses. Je sais qu’il rêve d’embruns, que sa peau a besoin du sel que laisse la goutte d’une vague, que la brillance des crêtes marines comble son regard…

Il s’échappe parfois, le temps d’aller retour trop brefs. J’en suis heureuse pour lui et là avec le 15 août, il a quelques jours pour profiter de son élément marin. J’ai décliné son invitation à le suivre, moi aussi je sais l’importance de la liberté dont l’autre a besoin. Lui pour retrouver ses copains voileux et boire des coups. J’ai lu dans son regard un amour qui se passe de mots. Je sais que nous nous retrouverons avec joie.

Je customise, tout en écrivant, un petit meuble trouvé aux puces, inspirée par la décoration florale d’une civilisation magique ;)
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] La suite, vite ! le 15.08.19, 14h18 par FK
  • [0] Cool le 15.08.19, 18h05 par Thedaze
  • [+1] Like ! le 15.08.19, 18h07 par Jalapeno
  • [+1] Cool le 15.08.19, 21h19 par The_PoP
  • [+1] Yep ! :) le 16.08.19, 09h08 par Oldboy
  • [+1] Like ! le 31.08.19, 22h06 par Sathinelilly

Ah, du coup je te mets ça là, en me disant que ça pourrait t'intéresser :)
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Like ! le 16.08.19, 19h06 par Perlambre
  • [0] Merci ! :) le 31.08.19, 22h08 par Sathinelilly
Trouve ton courage. N'écoute que lui.
"L'instinct nous dicte le devoir, et l'intelligence nous donne les prétextes pour l'éluder ~ Proust
(c'est pas faux !)

Sortie avec Dr fin de semaine dernière.

Raph absent, j’en ai profité pour voir mon meilleur ami.
Dommage qu’hormis la courtoisie dont ils sont capables, ils n’accrochent pas.

Sauf que Dr sait être, comment dire, particulier.
Nous devions prendre un verre chez moi avant un resto et je vois son compagnon Billets doux arriver un brin affolé.
Lui « Perle, il n’est pas bien »
Moi « pas bien comment ? »
Lui « tu vas comprendre »
Et je vois débarquer dans ma cour Dr dans toute sa splendeur blonde, chemise de soie noire largement ouverte sur un torse bronzé épilé bijouté, jean noir moulant à l’extrême retroussé sur des mocassins bleu turquoise.
Ok.
En même temps j’avais envie de rire, ayant connu des fêtes avec Dr tellement plus décalées…
Par contre son regard ne me plaisait pas. Il avait pris je ne sais quoi et pour le connaître comme le fond de ma poche, le danger était là, dans ses réactions sous substances.

Billets doux « Perle fais quelque chose ! »
Petit aparté : suis toujours interrogative sur les gens qui me disent de faire « quelque chose », comme si j’étais la Providence.
Sérieux.
Billets doux c’est le mec officiel de Dr. Il a assez grenouillé pour. Et alors ? Au moindre problème c’est à Perle de trouver la solution ?
Dr arrive à mon appart et me regarde de haut en bas « tu es divinement baisable, je te prête Billets doux pour la nuit »
Je l’ai simplement pris dans mes bras, sa tête sur mon épaule, pour l’apaiser.
Comme une sœur un peu incestueuse pourrait faire.
De longues minutes.
Et il est redevenu l’homme charmant, cultivé, drôle.
Chez moi puis dans un resto à la mode que nous testions pour le plaisir des papilles.
Petit bar après.

A un moment, Billets doux, regard énamouré « je suis à toi quand tu veux »
Moi « regarde autour de nous, je peux choisir »
Petit aparté bis : une nana bien dans sa vie attire. Pour le fun, suis allée au bar pour nos consos et sans problème je pouvais sélectionner avec qui rentrer.
Cela ne m’intéresse plus mais j’avais envie de faire comprendre à Billets doux que son mec c’était à lui de gérer.

Choc de fin de soirée.
Dr m’annonce s’installer définitivement à Berlin.
L’espace d’un instant tous nos moments ont défilés. Autant vous dire que depuis notre adolescence ça fait plusieurs paires de moments. Avec lui j’ai tout partagé du moins moins bon au plus plus excellent.
La vie, notre vie.
J’ai senti des larmes monter et je me suis rappelée à temps mon maquillage. Non je déconne, c’est vrai que je ne pleure plus en public depuis longtemps. Question de maintien, question d’éducation.
Lui me scrutait après l’annonce.
Une respiration après, « viens avec moi »
Moi « tu délires, il y a Raph »
Lui « je t’aime bien plus qu’un hétéro »

Trop, c’était trop.
Suis partie,
Pleurer enfin seule.
Sur une ambiguïté douloureuse.
Sur moi.

Il y a quelques années :
Lui « épouse-moi, nous sommes si bien ensemble »
Moi « et pour le sexe ? »
Lui « c’est vrai que les femmes ne sont pas mon rayon préféré »
Moi « donc impossible »
Lui « si tu le dis… »
Et nous avions ri… mais quand j’y repense, peut-être n’était-ce pas si impossible…

Parce que la vie sans Dr, je ne l’imagine pas, il est imprimé en moi.
Et s’il y a bien un mec pour qui je pourrais tout plaquer, c’est lui.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Wow le 21.08.19, 23h29 par Lulla

Berlin n'est pas si loin...si?...

Pensées de courage Perle...compliqué à encaisser je me doute.. mais je suis sûre qu'en te relisant avec un peu de recul tu ne pourras pas imaginer faire un trait sur ta vie de femme (sans même parler de Raph) pour une histoire d'amitié, aussi profonde soit-elle...si?...

C'est difficile certes...mais à toi de faire le tri entre la nostalgie, les souvenirs, votre relation aujourd'hui , et ce à quoi tu aspires en tant que Perle...

Pensées...
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Il y'a du vrai... le 22.08.19, 20h30 par Onmyoji
  • [+1] +1 le 31.08.19, 22h11 par Sathinelilly

Pareil que Lulla.
Hold on.
Et Berlin c'est cool. Pour les vacances :wink:
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] C'est pas le plus important le 22.08.19, 20h30 par Onmyoji

Ce ne sont pas des km qui feront que tu vis "sans lui" (1h de vol et les joies du DB)
J'imagine qu'en bons adultes occupés vous ne vous voyez pas chaque semaine, pourtant vous gardez sans doute le contact.
Ensuite pour le "Je t'aime plus qu'un hétéro", ça reste une saillie (sans mauvais jeu de mot), mais pas la vérité. Car il n'agit pas en fonction de cette supposée attirance.
Et si l'on parle d'amour d'amitié, ça reste quelque chose de souvent plus pur, plus inaltérable que l'amour romantique/ passion, mais ce n'est pourtant pas suffisant. On a besoin de cette chose qui est pourtant si éphémère, sujette aux caprices des sentiments et bien plus volatile que l'amitié.

S'il est imprimé en toi ce n'est pas la distance qui aura raison de vous. Ce qui me surprend c'est ta réponse. Toi d'habitude si pragmatique tu as répondu sur Raph, plaçant la question sur un plan relationnel comme une hésitation entre les deux, alors que par le passé à une proposition similaire il me semble que tu as répondu boulot (après relecture: à Frangin). Ça en dit long (après relecture: ça en dit encore plus long: ) À l'époque tu mettais aussi ces deux hommes en balance. Et billets doux ne te déplaisait pas tant. Tu aimais bien l'allumer et tu l'aurais bien choisi. C'est juste qu'ici il n'est pas en jeu par rapport à Dr. À qui tu en as fait cadeau. Étrange moyen de baiser par proxy?

(Reprise du message de départ, renforcé dans son idée initiale)
Votre relation est refoulée, ce n'est pas de l'amitié mais vous n'avez jamais voulu l'acter. J'en reviens au fait que lui n'agisse pas en fonction de cette attirance mais toi non plus. Par respect pour son orientation? Parce que tu sais au fond de toi qu'il est trop attiré par les hommes pour que ça marche et que ça ne détruise votre amitié? Ou parce que finalement tu le préfères comme un "demi frère"?

Sur une note annexe tu as été entraînée dans une pièce de théâtre malgré toi, il t'a un peu obligée à suivre son programme pour te faire sa déclaration (c'en est une et le sujet c'est pas Berlin, clairement, mais toi), et je doute fort que son mec instrumentalisé ait eu la moindre idée du final (d'ailleurs était-il présent? ), par contre qu'il se soit servi de lui pour te jouer la comédie de l'incontrôlable uniquement apaisé par toi et que l'autre ait été conscient ou pas du truc ça ne fait aucun doute.

Sur une autre note annexe bis, une femme peu attirante mais bien dans sa vie n'attirera pas plus. Ce qui attire chez toi c'est que tu es attirante. d'après tes dires ça t'arrivait déjà même quand tout n'allait pas bien.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Pertinent le 22.08.19, 07h59 par Oldboy
"Les gens déplorent les effets dont ils chérissent les causes"

Pareil.

Tous les plus proches sont loins. Très loin.


J’ai appris à gérer ça tôt. Pas eu le choix.
Et en fait, aujourd’hui, avec un niveau de vie suffisant : 0 problème.


Et puis entre nous, les amitiés ambiguës sont hyper agréables. Elles nous donnent toujours la dose de romantisme, d’imaginaire et de folie quand notre quotidien vient à s’assagir.
Mais c’est aussi leur limite.


Relis toi. Tu sembles heureuse avec Raph. Et c’est simple.

Aucune raison de considérer l’offre de Dr.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] C'est pas si simple le 22.08.19, 20h31 par Onmyoji
  • [+1] 100% d'accord le 31.08.19, 22h11 par Sathinelilly
If you want to touch the sky,
Fuck a duck and try to fly !

Si. Pas pour la proposition mais pour la prendre comme un révélateur de quelque chose de non-dit qui existe depuis si longtemps qu'on veut se convaincre que c'est normal et que ça ne pose pas de problème.
Alors qu'aujourd'hui ça semble articuler pas mal de choses troubles et gênantes a minima.
"Les gens déplorent les effets dont ils chérissent les causes"

Lulla tu a raison il faut que je fasse la part des choses mais l’annonce de ce départ m’a bouleversée. Berlin a toujours été un projet de Dr mais le temps passant je me disais que ce n’était rien de plus qu’une aspiration, un rêve que l’on caresse sans jamais le réaliser. Au lieu de me réjouir pour mon ami, je ne ressens qu’abandon.
Et beaucoup de nostalgie.

Bien sûr Berlin n’est pas le bout du monde, néanmoins nous nous verrons bien moins. Onmy, il ne se passe pas une semaine sans voir Dr et ceci depuis des années. Et oui j’ai placé spontanément ma réponse sur le plan relationnel, s’il n’était pas homo nous serions ensemble j’en suis persuadée, lui aussi, nous avons évoqué le sujet plusieurs fois ces dernières années. Nous avons même testé une nuit ensemble et … rien… aucun désir sexuel. Il bande pour les mecs, pas pour moi, voilà la réalité qu’il faut que je m’enfonce dans le crâne.

L’expérience n’a jamais été réitérée mais je pense que nous nous aimons vraiment, chastement donc et Billets doux est effectivement un trait d’union entre nous. Je l’apprécie beaucoup, il me le rend bien, en d’autres circonstances nous aurions très bien pu fonctionner à trois. Il était présent lors de la déclaration de Dr, absolument ouvert à l’idée de ma venue à Berlin. Sans compter qu’il sait que je peux gérer Dr dans certaines circonstances délicates et pas lui. Parce que Dr peut être incontrôlable, vraiment. Se mettre en danger aussi, disons que ce n’est pas la meilleure facette du personnage. Facette qui m’exaspère je dois bien le reconnaître !

Ah Pop, tu as bien résumé l'attrait des amitiés particulières ! L'offre de Dr est alléchante avec son soupçon de souffre... sauf qu'elle risque de m'empoisonner à plus ou moins long terme. Alors qu'avec Raph je confirme être heureuse jour après jour.

Ecrire à propos de cette amitié particulière me permet de mettre mes pensées au clair. Merci à vous.

Chers tous,

Je tiens à ce journal, merveilleux vecteur pour m'épancher.
Vous lire au fil du temps, de mes aventures et mésaventures.
Me sentir épaulée même si parfois bousculée.
Relire encore et encore certains posts, accepter de n'avoir pas raison sur tout.

Vous m'avez appris à :
- donner une chance à un mec qui n'est pas parfait mais qui fait au mieux pour me prouver que je suis importante à ses yeux
- accepter d'aimer à nouveau sans avoir l'impression de trahir un amour passé
- et SURTOUT grâce à vous je suis moins pète-couilles à dire tout le temps que je n'ai besoin de personne dans ma vie, que je suis indépendante etc...

Un grand merci.

Raph a demandé ma main genoux à terre hier jour de mon anniversaire, c'était kitsch à souhait :mrgreen:

J'ai dis oui parce que ce mec est devenu mon évidence.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+3] Aha :) le 08.12.19, 15h04 par Fauve noir
  • [+3] Yesssss! le 08.12.19, 16h05 par Popovski
  • [0] Bonne idée ! le 08.12.19, 16h39 par Onmyoji
  • [+3] Like a boss ! le 08.12.19, 17h22 par Jalapeno
  • [+3] Enorme ! le 08.12.19, 19h34 par The_PoP
  • [+3] Génial le 08.12.19, 22h21 par Lulla
  • [+1] LFG ! le 09.12.19, 20h46 par Bumble
  • [+2] Bravo ! le 13.12.19, 10h21 par voucny

J’ai ouvert comme à mon habitude ma table à des esseulés du 24.
La soirée à été douce, ponctuée aussi de grands éclats de rire.
Ma valise est prête pour rejoindre Raph déjà dans sa famille.
Quelques jours de vacances.
Propices aussi pour renforcer des liens avec ses proches.
Je suis heureuse ce soir pour ce que j’ai fais.
Pour cette enveloppe familiale qui m’attend et dont j’ai été privée si longtemps.
Plus de 900 bornes à faire en voiture… je vais partir tout bientôt, j’aime rouler la nuit et de toute façon je n’ai pas sommeil.

Douces fêtes à vous tous !
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Like ! le 25.12.19, 08h48 par Bumble
  • [0] Like ! le 25.12.19, 10h50 par The_PoP
  • [0] Bien joué le 25.12.19, 16h50 par Jalapeno

Petit retour sur mon journal,

J’ai participé en janvier à un salon dédié aux écrits érotiques, conviée par mon éditeur. Il suffit parfois d’avoir le courage d’envoyer un manuscrit au bon endroit… En tout cas il y avait un monde fou à ce salon. Pour en avoir discuté avec d’autres écrivains-et pas que des femmes- il semble que nous avons un bel avenir pour aider les autres à sortir de leur quotidien. Bilan, j’ai passé un super week-end, rencontré des personnalités intéressantes et dédicacé plusieurs de mes nouvelles.

Raph est au courant puisqu’il a droit à une première lecture de mes écrits et histoire de le mettre dans l’ambiance je n’hésite ni sur les bougies ni sur les bas finement dentelés. Bon, mon écriture reste un loisir, un jeu un peu glamour certes mais vous vous en doutez le Goncourt est loin, les milliers d’euros également :lol:

Retour sur ma vie sentimentale.

Là aussi mon horizon s’ouvre. Et forcément les questions suivent.

Notre mariage se déroulera dans l’Ouest. J’ai adhéré tout de suite à la proposition de Raph pour deux raisons.
Il a une famille là-bas, j’en suis dépourvue et mes quelques amis chers me suivront dans l’aventure.
Je vais jouer à la fille mais je trouve so romantique de me marier sous la brise océane. En fait suis conquise par une région, des lieux inspirants.

Jusque-là tout va bien.

De fil en aiguille, il est de plus en plus question de quitter mon Est pour l’Ouest. Définitivement. Et moi qui m’accrochait à mon rocher depuis toujours, je suis plus que tentée. Recommencer ailleurs en laissant mes fantômes reposer en paix et du coup me libérer d’une fidélité que je me suis moi-même imposée au fil des années.

Raph a une petite maison là-bas, nous y ferons la soirée du mariage, rien de compliqué, nous souhaitons partager avec nos proches un moment aussi chaleureux qu’important pour nous. Et pourquoi pas y vivre… nous en parlons beaucoup en ce moment.

Reste l’éternelle question du casse-croûte, autrement dit de l’avenir pro. Et à ce niveau rien d’impossible mais disons que ce n’est pas si simple quand même. Lui doit demander une mutation pas trop éloignée géographiquement et moi trouver une structure dans mon domaine. La ville où nous souhaitons nous installer est charmante certes mais petite et qui dit petite réduit automatiquement les opportunités.

Alors aujourd’hui, autant je suis prête à changer de lieu sentimentalement parlant, autant recommencer professionnellement me fait peur. Parce que même si mon réseau pro peut faciliter ma recherche, il va quand même falloir relever les manches et je ne sais pas si j’ai l’énergie pour.

Et puis, je tiens absolument à rester élégante vis-à-vis de mon boss. Nous nous connaissons depuis longtemps, avons vu grandir la société. Donc le planter du jour au lendemain j’en suis incapable. D’un autre côté je ne le sens pas suffisamment open pour me dire ok Perle tu as raison de partir, tu peux compter sur mon appui.

J’en suis là dans mes réflexions… vos avis ??

S'il te "retient" alors sur tu lui donnes une marge de manœuvre pour se retourner c'est pas cool.
Après ça n'aide en rien mais tout ça pour dire discute avec lui mais fais au mieux sans son soutien. Ton bagage parle pour toi. À ce niveau d'expérience tu n'es plus besoin de recommandations. Le simple fait d'être restée tant de temps là parle pour toi...
Après donne toi de la marge. Et n'hésitez pas à programmer une période de transition où vous seriez séparés. Vous ne serez pas synchros probablement mais c'est à prévoir.
Pourquoi aussi ne pas envisager de changer de domaine pour quelque chose de proche qui emploierait les mêmes compétences?
"Les gens déplorent les effets dont ils chérissent les causes"

BON PLAN SEXY : De -15 à -70% chez la boutique sexy LoveHoney.fr. LoveHoney.fr propose toute l'année des réductions très agressives sur leur catalogue lingerie, sextoys et autres accessoires. Suivez ce lien pour consulter les offres du moment.

Vous pouvez aussi soutenir FTS en passant par ce lien pour faire votre shopping sur Amazon.fr

Répondre