[J] Popovski's Bitter Sweet Chronicles

Note : 68

le 15.10.2016 par Popovski

94 réponses / Dernière par Onmyoji le 04.07.2022, 21h55

La vie est faite de virages, d'obstacles à surmonter, d'audace, de surprises et de rencontres décisives. Racontez votre histoire, entrez dans la légende; partagez vos cheminements, vos interrogations, vos rencontres, vos aventures - foirées ou réussies, c'est pas le plus important - et recevez les avis et conseils des autres membres.
Salut, à toi qui me lis, habitué du forum et de ses discussions ou nouveau qui poste dans la mauvaise section. Bonjour, lecteur ou lectrice. Bonsoir, séducteur accompli, ou jeune loup. Que tu sois habitué à ma verve ou que tu me lises pour la première fois, bienvenue à toi aussi.

Avant toute chose, recadrons le contexte. Moi, c'est Popovski. Ce topic, c'est mon journal public.

Dans un mois, ça fera quatre ans que ma vie affective et sexuelle a commencée, dans le fin fond d'une obscure salle de fête pour étudiants. Et en presque quatre ans, des choses se sont passées. Je ne vais pas revenir sur tout : y'a des choses qui ne valent pas la peine d'être racontées, d'autres trop personnelles, et des dernières, enfin, où je me souviens plus de grand chose.

Mettons une limite : ce journal ne reprendra le cours de mes récits qu'à partir d'hier soir.

Tu y trouveras des récits de mes interactions, rencontres avec la gente féminine. Que ce soient des récits positifs, plus négatifs, ou tout simplement wtf (et ce sont souvent les plus drôles).

Je ne vais pas raconter de grands récits grandiloquents et triomphalistes, ou me morfondre dans le fatalisme pleurnichard. Juste des fragments de mon parcours que je choisis de partager, réussites ou échecs, qui valent la peine d'être racontés, que je veux partager.

Alors autant prévenir : il se pourra que ce journal soit inactif pendant des mois, et qu'à un autre moment les posts s'enchaînent.

Aussi, où je vais ? J'en sais rien. Est-ce que j'ai des certitudes ? Plus j'avance, moins j'en ai. Et les doutes et questions ? Toujours autant qu'avant, juste qu'ils sont différents. Mais je pense que je tiens le bon bout, ma vie est en route : toute expérience vécue me fait grandir. Et c'est ça que je veux partager. Peut-être que je ne le réaliserai pas sur le moment, mais peut-être qu'en relisant, quelques semaines ou mois plus tard, je me rendrai compte de ce qu'elle m'aura apporté. Et c'est ça que je veux partager.

Bref, maintenant que la mise au point de rigueur est faite, passons à l'aventure !

Première chronique dans les minutes à venir :wink:
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Like ! le 16.10.16, 01h19 par Aristophane
  • [0] Bonne idée ! le 16.10.16, 03h29 par mctyson
  • [0] Like ! le 16.10.16, 10h30 par Allandrightnow
  • [0] La suite, vite ! le 16.10.16, 13h38 par Jalapeno
  • [0] La suite, vite ! le 16.10.16, 15h06 par oHreN
  • [0] Yesssss! le 16.10.16, 16h27 par Baijin
  • [0] Bien joué le 17.10.16, 08h09 par Zaik
  • [0] Enorme ! le 31.10.16, 11h07 par Dan0026

Génial !
J'avais trouvé tes interventions très pertinentes à l'époque où je traînais sur le forum sans y être inscrit.
Te voir ouvrir un journal me réjouis, au plaisir de lire tes aventures.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Merci ! :) le 15.10.16, 23h50 par Popovski

Première chronique : bons baisers d'Orient

Cette première chronique aurait pu s'appeler, "il était un foi", étant donné que l'histoire que je raconte débute alors que j'ai déjà avalé quelques bières. Et elle a failli finir dans l'epic fail. Mais j'ai finalement opté pour un titre un peu plus poétique et inspiré, et de commencer un journal avec, parce qu'au final c'était une chouette soirée.

Donc, il est 22 heure. Je suis à un concert de musique jazz manouche. Après avoir aidé en tant que bénévole, je profite.

Et alors que le groupe va entamer son avant-dernier morceau, il invite le public à se lever et à danser. Et sur la piste, une brune aux cheveux bouclés, se lance. Et me fait un pied de nez. Ni une ni deux, je la rejoins.

Bon, si il y a une chose à savoir, c'est que moi et la danse, ça fait deux. Autant dire que je ressemble à un hémiplégique pris de convulsions, mais bon, on fait avec :wink: En tout cas, c'est ce qu'a fait ma cavalière. Après ce morceau, celui de clôture. L'occasion de de nouveau approcher ma cavalière.

Applaudissements. Le morceau est fini, les musiciens remercient le public. Moi et ma cavalière quittons la piste de danse, discutons un moment. Puis, nous allons dehors. On se trouve un coin où il pleut un peu moins, ce qui implique de se mettre l'un près de l'autre.

"-fait froid"
"-rapproche-toi, t'auras moins froid :) "

Ma main glisse derrière son dos, caresse son avant bras. Le siens passe derrière mon dos pour me caresser le haut du dos. Elle pause sa tête sur mon épaule.

A un moment, prétextant de remettre une mèche de cheveux à sa place, je me lance. Elle recule en souriant :

"- Ça va être compliqué, je dois rentrer demain dans le pays d'Asie du sud-est où je vis, je dois préparer ma valise et rentrer avec moi ça va être dur, je loge chez ma sœur, et elle est du genre à demander des comptes"

Et la présence de ladite sœur à la même soirée n'a rien facilité non plus, il semblerait que même pour un simple baiser, ça allait être compliqué : ma seconde tentative s'est soldée par un "arrête", avec un grand sourie tout en me caressant la main.

Récapitulons : je suis en compagnie d'une nana que ma présence n'a pas l'air de laisser indifférente, qui apprécie le flirt et que j'imagine pas contraire à l'idée de voir plus loin.

Mais la foule et la présence de sa sœur semblaient condamner la situation à un simple "je te te tiens délicatement par l'épaule pour te réchauffer pendant que tu pauses ta tête sur mon épaule sans rien dire en mode "on est bien, là"". Alors je dis pas, c'était agréable, mais bon, plus aurait été mieux.

Une solution aurait été en fait envisageable : lui proposer de passer chez moi une heure ou deux, le temps de se boire un verre au chaud, de s'écouter un vinyle ou deux e toute intimité et de laisser les choses suivre leur cours.

Mais.

C'était sans compter sur un facteur : le fait qu'un pote zone chez moi : le gars m'avait appelé quelques heures plus tôt, cherchant désespérément un endroit où loger. Et vu que mon appart' ne fait qu'une pièce, l'idée de ramener madame, c'était mort.

Mais bon, ça ne m'aura pas empêcher de ne pas me laisser me démonter après les refus de madame, des les prendre avec le sourire, et de continuer à échanger.

Une heure passe. "Allez, je vais y aller", lâche-t-elle. Elle m’étreint, puis me regarde, en souriant "tu veux toujours ton bisous toi ?" Je me contente de lui répondre en souriant par un haussement d'épaules. Il ne lui en faut pas plus pour s'avancer et me gratifier d'un smak. "Je te raccompagne à ta voiture ?" "Attends, je dis au revoir aux gens :) ".

Son tour d'au revoir fini, nous nous écartons de la salle de concert. Arrivés à hauteur de sa voiture, nous nous arrêtons, elle m'étreint une nouvelle fois et, profitant de la pénombre et de l'absence de toute autre personne pour amorcer un long baiser.

"Allez, maintenant j'y vais"
"C'était sympa de te rencontrer"
"Pareil, t'es un gars sympa"
"Allez, rentre bien, bon vol pour demain !"

Elle repassera une dernière fois devant la salle de concert en voiture, ralentissant, tout sourire en me faisant un grand signe de la main.

J'avoue au départ m'être braqué sur le fait que mon pote m'empêchait de la ramener chez moi, hésitant même à mettre se récit dans la catégorie des fails... pour finalement me dire qu'au final j'avais quand même passé une très bonne soirée et que même si ça n'a pas pu finir au plumard, j'ai quand même passé un très bon moment en agréable compagnie. Et que le plus important, c'est sans doute ça :)

A une prochaine fois pour une autre chronique :D
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Like ! le 16.10.16, 08h34 par Aristophane
  • [0] Like ! le 16.10.16, 10h41 par Allandrightnow
  • [0] Like ! le 16.10.16, 13h41 par Jalapeno
  • [0] Bien joué le 16.10.16, 16h30 par Baijin
  • [0] Sympa :) le 16.10.16, 20h49 par Stayfun
  • [0] Like ! le 18.10.16, 21h52 par Acier

Bonjour Popovski.

Vous avez passé un agréable moment tous les deux. C'est bon pour ta petite lumière intérieure. Et à avoir le "lémurien" au top pour la prochaine demoiselle! :D
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] WTF le 17.10.16, 08h05 par Zaik
Aristophane's touch: " aussi peu que possible, mais autant que nécessaire"...

==> " SPUDO: la voie du pick up"...

Up the irons!

Seconde chronique : "Tas un bic ou un fluo ?"/sur les rails (I)

Quand j'avais dit que ça pouvait parfois s'enchaîner, en voici la preuve :) Bonne lecture !

Quand on a ni caisse ni permis, mais qu'on ne doit pas se déplacer dans la cambrousse profonde, il reste le train. Dieu bénisse ce moyen de transport (quand il n'y a pas de grève, incident, panne, coupes budgétaires, ...) !

Dans le train, y'a de tout : des famille, des solitaires, des gens gens qui regardent des séries, d'autres qui écoutent de la musique et parfois de jolies jeunes filles. C'est de cette dernière catégorie dont il va être question aujourd'hui :wink:

Donc... je monte dans mon train, entre deux correspondances, pour rentrer chez moi, et dimanche oblige, c'est plein de familles. Pas de siège seul de libre. Cherchant le calme et la sérénité (comprendre : dans la mesure où la loi n'autorise pas à molester les enfants d'autrui (Olfff, spéciale dédicace !), m'en éloigner le plus possible), je m'assieds un peu par hasard à côté d'une jolie jeune fille.

Et à peine trois secondes après m'être installé :

"-t'as un bic rouge ou un fluo ?"
"-non, pourquoi ?"
"-c'est pour surligner dans mon livre, je dois faire une enquête"
"-fais voir ton livre... ah tiens, tu fais commu ? J'ai fait un master en commu :D"

Et la conversation était lancée.

Marrant, quand j'y pense : deuxième chronique et deuxième fois où ce n'est pas moi qui initie le premier contact :)

Et franchement, la conversation était sympa : j'ai appris quelles études elle faisait, son âge et elle avait aussi l'air de trouver la conversation intéressante : on était sur un bon ratio 50/50, avec relances des deux côtés, pas de silences gênés, petites vannes qui passaient bien (surtout de moi, en fait :p ), ...

Truc marrant, la différence d'âge : environ une dizaine d'année, ça donnait un côté comique involontaire à certaines de ses interventions du genre "oui, nous qui pensons plus loin en faisant la fac" ou bien le fait qu'elle trouve l'acteur de telle série "tellement mignon et que c'est pour ça qu'elle la regarde (je n'ai pas pu m'empêcher de lui répondre avec un grand sourire un truc du genre "meuf, ça pue les phéromones dans un rayon d'un mètre :D ")

Mais toutes les bonnes choses ont une fin, la gare d'arrivée approchait. Il restait quatre stations avant qu'elle ne descende.

Station un

"Franchement, t'as l'air plutôt cool, ça te dit qu'on se capte sur Facebook ?"
"Ok, pas de souci :) "

Station deux

"Tu me donnes ton nom ?"
"Oui, je m'appelle ..."
T'épelles comment ?"

Station trois :

"comme ça..."
"Okay, t'es où dans la liste ?"
"Juste là, fais voir..."

Station un

"Ok, c'est bon ! Invitation envoyée !"
"Super, j'y vais, bonne après-midi :D !"

Station zero, je descends, pour attendre une autre correspondance.

Rencontre aléatoire couronnée de succès :D

Mais bon, y'a quand même un petit bémol...

19 heure, je reçois un message :
Elle a écrit :Re. C'était cool de discuter avec toi tout a l'heure mais je n'aime pas trop qu'on s'immisce comme ca dans ma vie privée.. ne m'en veux pas mais on ne se connait pas donc t'ajouter sur Facebook, c'est déja trop pour moi. Bonne soirée. :)
Auquel je réponds avec pragmatisme après un court moment de réflexion :
Popovski a écrit :Pas de souci ! Bonne soirée à toi aussi :wink:
Dommage, ça avait l'air bien parti. C'est la vie :P

J'avoue, j'ai l'espace d'un instant pensé à une relance pour demain au cas où mais (du genre "no souci pour Facebook, mais si t'es d'accord pour se boire un verre, fais signe :) ")... son message ne dégage pas vraiment l'envie de même se revoir et puis, c'est pas comme si quelque chose de grave se jouait ^^

Allez, à la prochaine :)
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Like ! le 16.10.16, 23h44 par Aristophane
  • [0] Pas cool le 17.10.16, 22h27 par Allandrightnow

Yo super début de journal :)
La question peut sembler accessoire mais un détail m'interroge: pourquoi ne pas avoir pris directement son numéro au lieu de son facebook?

Merci gars :)

Simplement parce que j'ai pensé Facebook avant téléphone :)

@ Popovski:
Popovski a écrit:

Simplement parce que j'ai pensé Facebook avant téléphone :)
En mode "rainman" ( à répéter après moi): "facebook, c'est caca"! :D
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [-1] T'es lourd le 17.10.16, 00h20 par Mr.Smooth
  • [-1] Wow le 17.10.16, 08h06 par Zaik
  • [0] lol le 17.10.16, 22h28 par Allandrightnow
Aristophane's touch: " aussi peu que possible, mais autant que nécessaire"...

==> " SPUDO: la voie du pick up"...

Up the irons!

Popovski,

J'ai rattrapé mon retard sur ton journal et vais le suivre avec plaisir.
J'aime bien l'idée d'une vie en route dont tu parles.
Qu'elle soit longue et voluptueuse ;)

Troisième chronique : Edit en cours

Yop ! Un petit message pour dire que j'avais posté ce matin en rentrant un petit récit de ma soirée en rentrant, qui était assez WTF... et drôle, par certains aspects, mais après réflexion, et même si niveau "floutage" tout me semble en ordre, je préfère prendre un temps de réflexion après-coup pour voir si au final je publie ou pas.

Mais je ne vous oublie pas :)

Sachez pour l'instant que c'était une très drôle soirée. Juste, je dois réfléchir dessus :)

Bonne journée !
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] La suite, vite ! le 30.10.16, 11h56 par Allandrightnow

Yop ! Après réflexion, je re-poste le récit de la troisième chronique tel que rédigé très tôt ce matin : je le trouve bien torché et qu'il retranscrit fidèlement les événements qui se sont déroulés.

Juste, il a été écrit sur le coup de l'exitation et de l'euphorie de l'une des soirées les plus dingues que je n'ai jamais vécu, ce qui n'a pas laissé la place pour exprimer clairement deux ou trois idées importantes que je développe en fin de récit dans une balise.

Le contenu de cette balise est complémentaire au récit et vaut aussi la peine d'être lu avec, c'est un ensemble. S'il vous plaît, faites cet effort :)

Merci à vous et bonne lecture :D

-------------------------------------------------

Troisième chronique : charbons ardents, drogues et WTF

Bon, les petits loups, c'est avec un sourire béat que je vais vous raconter mon aventure de cette nuit. Liquidons déjà les questions de bienséance préliminaires (mais nécessaires) : la drogue, C'EST MAL. Donc les enfants, ne faites jamais comme moi, mes potes et tous les gens de la soirée où j'étais.

Ensuite, mettons les choses au point : on m'aurait dit il y a quatre ans que j'aurais vécu une soirée pareille, je ne l'aurais pas cru. Et pourtant. J'ai encore du mal à y croire.

C'est du pur mélange d'épic win (pour moi et mon pote), d'epic loose (ah mais le con que j'ai été !), et surtout de WTF over 9000 (mais si je n'avais pas été blaireau sur le coup, il n'y aurait pas eu tout ce wtf).

Je crains qu'avec cette chronique, je vais mettre la barre très, très haut pour la suite de mes récits.

Reprenons les choses depuis le début.

Pour ceux qui ne savent pas, je dois beaucoup à un pote "de la vraie vie" dans tous les changements que j'ai entrepris. Quelque part, il était en première ligne pour me soutenir, FTS étant la ligne plus réflexive. Pour moi je suis redevable à mon pote et FTS à 50/50 pour l'homme sur la route de l'épanouissement que je suis.

Ce pote, appelons-le Harry.

Donc.

Jeudi fin de journée, Harry me parle d'une soirée. De l'electro. Je n'ai jamais fait de festival électro. Pas vraiment mon truc, mais bon. C'était un week-end maussade et je devais bien m'occuper. Puis bon, toute nouvelle expérience est bonne à prendre. Aussi tôt dit aussi tôt fait, me voilà allégé du prix du ticket.

Nous arrivons sur place, et au début, j'avoue que ça a pris un peu de temps avant que je trouve mes marques là dedans, m'imbibe de la musique et me lance.

Et à un moment, c'est-ti pas que je vois une petite brune qui a l'air mignonne. Je fais deux-trois pas dans sa direction, commence à danser, et il ne faut pas vingt secondes pour que j'attrape sa main gauche et que nos lèvres fassent connaissance. Puis nos langues, puis ma main avec le reste de ses formes, au rythme qu'elle m'impose. Du genre "pas en dessous du t-shirt, mais je dirige ta main vers mes zones érogènes".

:awesome:

Et... commencent les premiers échanges. "C'est super ce qu'on fait là, mais j'ai un copain, je ne devrais pas !"; et à chaque fois elle me repoussait avec un sourire... juste avant qu'on recommence à se manger la figure avec encore plus de convictions.

Bon, y'avait un souci, à savoir l'escadrons de cock blocks qui gravitaient autour, qui au bout d'un temps ont fait barrage humain en mode "ELLE EST EN COUPLE, T'AS PAS LE DROIT, D'ABORD i"

Et là, Harry vient me glisser à l'oreille : "C'était cool, hein ? Ben la meuf elle est sous MDMA, ça rend encore plus tactile et sociable que d'habitude". Le prends pas pour toi si ses potes cockbloquent, tu vas sans doute la recroiser !"

Et... c'est à ce moment où j'en ai moi-même pris. Oh, pas grand chose, selon Harry une dose très diluée dans de la flotte et de toute façon, je suis passé à la flotte. Je veux bien toucher à ce genre de trucs pour tester, mais je reste vigilant.

Et il avait raison ! Ses potes avait beau faire écran, le résultat était une putain de passoire : ça n'empêchait pas nos étreintes pleines de convictions et de fougue.

Jusqu'au moment où elle, répétant de moins en moins qu'elle est en couple, que c'est mal, mais qui parlait de plus en plus d'envie, a eu les mains elle aussi baladeuses pour se lancer dans des caresses... vraiment intimes, que je m'empresse de lui rendre.

D'aileurs vers ce moment, un truc un peu chelou s'est passé : Harry a voulu tester voir s'il ne pouvait pas lui aussi grappier un peu... et il a aussi reçu son patin, avant de s'écarter de me laisser la voie libre.

Bon j'en étais où encore ? Ah oui, les caresses intimes ! Bon ben, là les potes sont devenus blêmes et ça a été le coup de gueule cockblockisant de l'enfer. Et je ne sais pas si c'était l'effet de la MDMA, mais je me suis senti un rien flageolant et très hésitant : est-elle en pleine possession de ses moyens ? Est-ce qu'elle sait vraiment ce qu'elle fait ? Parce que moi son copain, rien à foutre, mais faire des trucs avec une fille dont je ne suis pas certain qu'elle ait tous ses moyens, ... meh !

Et, comme un gros gland, j'ai raté le coche. 'fin, soyons honnêtes : dans le contexte d'incertitude, je pense avoir même bien agi : dans le doute niveau consentement, passer son tour est la solution toute indiquée. Mais il est un fait : Harry et la nana ont disparu des écrans radars pendant une demi-heure... et je vous laisse deviner ce qu'il s'est passé durant cette demi-heure

...

Oui, voyant que j'étais tétanisé et qu'elle était en demande active, bon ben, Harry m'a remplacé

:fuuuu:

Mais c'est pas fini ! Je retrouve ce petit monde, rediscute avec mademoiselle et Harry; et là, sans que je comprenne (Harry m'encourageant à reprendre les choses en main), nos lèvres refont connaissance. Et si les caresses sont données avec moins de fougue et de conviction, y'en a encore.

Mais on a une petite explications à un moment "Bon ben, j'ai eu une aventure avec ton pote" "Ouais, il m'a dit (avec un sourire serein)", et visiblement, la partie de jambes en l'air avec Harry a répondu à son appétit dévorant.

MAIS ! C'était sans compter le fait qu'elle est revenue plus tard, et là, ça a viré au grand WTF : nous tenant chacun Harry et moi dans le bas du dos, elle a alterné les pelles gauche, droite, gauche droite, gauche, droite, tout en étant très réceptives aux caresses pour ponctuer tout ça d'un "Le plan à trois, c'est dans tes fantasmes :) ?" à Harry. Et là, j'avoue, Harry et moi on s'est regardés d'un air suspicieux et il a répondu pour nous deux : meh !

Et là Harry, se sentant peut-être un peu coupable d'avoir pris ma place, s'est évertué sous influence de l'alcool et des restes de MDMA dans son sang avec force d'argumentation pour convaincre mademoiselle de faire un petit tour avec moi dans un endroit sombre : "t'as pas idée du parcours qu'il a fait en quatre ans !" "c'est par égard pour toi et pour des scrupules tout à son honneur qu'il a passé son tour !" " c'est VRAIMENT un gars bien", ...

PETITE PRÉCISION : après avoir recausé de la soirée avec Harry (à coups de grands éclats de rire et de tapes dans le dos), c'est pas *tout à fait* ça qui s'est passé à ce moment : Harry (et moi-même) ne voulant tenter le plan à trois (disons qu'on ambitionne autre chose que des silences gênés et de regards fuyants lourds de sens dans notre amitié), il avait proposé à la nénette de soit retourner faire un tour avec lui... soit d'y aller avec moi. Mais pas de formule trois en un. De même, s'il lui a effectivement propposé de faire un tour dans un coin sombre avec moi, il n'a aps fait mon éloge. Précision terminée :P

La MDMA redescendant chez tout le monde, elle s'est tournée vers moi et m'a sorti : "ton pote insiste pour que je fasse des choses avec toi, mais non, avec ce qu'il s'est passé, ça risque d'être bien bien glauque !" et j'ai répondu un truc du genre "bah, tu sais, de mon point de vue, au point où on en est... mais bon, ce qui importe avant tout pour moi c'est ton consentement :) "

Mais rien à faire : rien de plus ne se sera passé. Harry récupérera finalement les coordonnées de la demoiselle et je n'aurai droit qu'à un baiser furtif.

Bilan de la soirée : vous vous rappelez quand je disais que dans ce journal il y aurait du win, de la loose et du WTF. Là, vous avez été servis :lol:

Honnêtement, même si je pense que sur le plan éthique je m'en sors avec les honneurs, je me mords les doigts jusqu'au sang de réaliser après-coup qu'elle savait très bien ce qu'elle faisait... Et que dans le contexte, j'aurais pu y aller sans souci.

Merde !

Mais de l'autre... oh mon Dieu le souvenir, la soirée inoubliable :D ! Ce WTF généralisé ! Ce rêve ! Ce genre de trucs qu'on pense ne pouvoir se passer que dans les journaux des autres ou les teen movies !

Et si de fil en aiguille, Harry sort avec la nana, ça deviendra collector :mrgreen:

Si je dois tirer deux leçons :

1) La drogue en petites doses c'est sympa (mais ne pas en prendre, c'est mieux)

2) Harry et moi nous sommes mis d'accord pour dire qu'emballer la même meuf à trente secondes d'intervalle et à répétition c'était drôle. Une fois. Pas plus. Si non, ça devient akward.

Allez, je vous laisse là, moi je vais dormir :D

A une prochaine chronique (qui risque d'être moins épique :P )
Director's cut a écrit :Concernant les petites remarques complémentaires que je voulais faire :)

Premier truc : la MDMA. Qu'on soit bien d'accord sur ça : c'était une expérience que j'ai tenté, dans l’allégresse de la soirée. Je ne la regrette pas, mis je reconnais que c'est loin d'être la chose la plus intelligente que j'ai fait de mon expérience, mais vu que je n'ai pas le fait le con, je suis toujours en vie et me porte bien :) Je n'ai pas non plus pour projet de devenir consommateur régulier. Enfin, je n'encourage personne à suivre mon exemple sur ce point.

Second point : mon attitude vis-à-vis de la nana. Je l'avoue, même si au final je le vis bien, ça me casse un peu les couilles qu'il ne se soit rien passé avec elle. Mais j'ai ma conscience avec moi. Je fais plusieurs fois allusion au consentement dans mon récit. Sans vouloir être barbant, rappelons à tout hasard que l'accord préalable de toute poupoune est une condition sine qua non à tout flirt ou partie de jambes en l'air.

Le consentement comprend trois points : son expression enthousiaste et éclairée.

Vu le genre de papouilles qu'on se faisait et les cochonneries qu'on se disait dans le creux de l'oreille, son consentement était exprimé de manière enthousiaste. Juste, j'avais de très gros doutes quand à son état de lucidité. C'est ça qui m'a retenu, malgré la très grosse envie de lui arracher ses vêtements.

Alors oui, j'ai peut-être raté un moment très drôle, mais le jeu n'en valait clairement pas la chandelle. Puis bon, des nanas à qui on peut chuchoter des cochonneries à l'oreille en leur faisant plein de papouilles et dont on a la certitude qu'elles sont lucides, y'en a des tas :wink:
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Like ! le 31.10.16, 15h40 par Thedaze
  • [0] Bravo ! le 31.10.16, 20h12 par Allandrightnow
  • [0] lol le 01.11.16, 18h54 par Zaik
  • [0] Bonne idée ! le 01.11.16, 19h54 par Finn

Pour être honnête je trouve ça super chelou, mais j'admire ton ouverture d'esprit.

J'aurais jamais embrassé une fille qui vient de se taper mon pote, et j'aurai vraiment du mal à pas en vouloir à mon pote qui vient de se taper une fille avec qui je flirtais quelques minutes plus tôt.

Coucher avec une fille que mon pote est en train de draguer parce que "je peux", et "qu'il ose pas" se lancer... c'est contre mes valeurs de l'amitié.
Si j'étais lui je t'aurai encouragé à le faire plutôt que de vivre ce moment à ta place.

Bon je veux pas trop juger non plus, par ce que je connais pas votre relation amicale, puis j'étais pas à la soiree pour me rendre compte de l'ambiance.

: )
journal // pizza // chode
Knowledge is not power - Knowledge is potential power
Do what you like or die trying.

Merci pour ton commentaire Pizza :)

Pour tout te dire, j'ai évalué la soirée a posteriori, tombant sur une conclusion pouvant se formuler ainsi :

"Putain, mais c'était quoi cette soirée de dingue :D ?"

Concernant la nana : je n'y suis pas allé parce que j'avais de sérieux doutes sur sa lucidité. Assez sérieux pour que j'hésite. Et que mon pote ait couché avec ou pas n'aurait rien changé à l'affaire : je crois que je n'y serais pas allé, pour les raisons expliquées dans le petit encart (et vu l'état d'euphorie dans lequel elle était, ça ne m'étonnerait pas que ce soit plutôt elle qui lui ait sauté dessus par dépit que l'inverse...)

Et pour ce qui est de m'encourager, il l'a fait, t'en fais pas, cherchant à balayer mes scrupules :wink: Mais mes doutes quant à la lucidité de mademoiselle étaient trop lourds dans la balance du pour et du contre.

Pour ce qui est des rapports d'amitié, sans rentrer dans les détails, c'est lui qui m'a aidé à avoir le déclic il y a quatre ans, en me mettant un énorme coup de pied au cul, et qui depuis quatre ans m'encourage, me motive, me fait découvrir des tas de trucs. Je vais être honnête : sans lui, je ne saurais vraiment pas où j'en serais aujourd'hui.

De même, sur les histoires "sérieuses" il fera aussi tout son possible pour m'aider. Si il me coupait l'herbe sous le pied dans un tel contexte, là je lui en voudrais.

La fille dont je parle là, bah... c'est jamais qu'une meuf en soirée et qui en plus était sous MD (bon, on l'était tous les trois, mais elle l'était particulièrement). Remettons les choses à leur échelle.

Puis il m'est aussi arrivé de pratiquement lui casser un coup (sans le vouloir, mais bon, le résultat était là :mrgreen: ), comme de le laisser royalement en plan parce qu'une nana me saute au cou et qu'il passe sa soirée seul comme un gland. Donc dans la balance karmique, ça s'équivaut, on va dire :P

Et dis-toi que pas mal de monde à cette soirée avait consommé autre chose que du tabac et et de la bière. C'était... spécial comme ambiance. Mais drôle :D

Ça répond à tes questions :) ?

Oui je comprends mieux le pourquoi du comment à présent

J'aurai pas osé non plus aller plus loin avec la fille si je doutais de sa lucidité.
Si je saisi bien c'est + un choix qu'une hésitation de pas avoir couché avec, et dans ce cas c'est logique tu n'en veuilles pas à ton pote.

Au plaisir de te lire : )
journal // pizza // chode
Knowledge is not power - Knowledge is potential power
Do what you like or die trying.

Une hésitation qui a pointé vers le choix : je pars du principe que quand il y a des doutes trop sérieux sur l'un des trois aspects du consentement, c'est qu'il faut passer son tour :)
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Absolument le 31.10.16, 19h03 par pizza_chode

Effectivement c'est un peu awkward et bizarre qu'il ait un peu insisté pour toi.
Je pense que si c'était resté dans l'ambiance légère sans qu'il insiste, elle aurait pu passer de lui à toi sans réfléchir.

Après dans le délire vu qu'elle est pas nette c'est assez glauque,donc tu n'as pas à être dégoûté.
Au pire fallait garder le contact pour plus tard. Et voir si elle est aussi libre au naturel.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Bonne idée ! le 31.10.16, 22h29 par Allandrightnow

Quatrième chronique : Sur un air de la Nouvelle Orléans

Presque un mois sans récit. Décidément, le temps se fait long. Et depuis le dernier récit, la barre était placée assez haute. Que raconter ? Qu'est-ce qui vaut la peine ? Qu'est-ce que je veux partager ?

Mon aventure d'hier soir fera l'affaire. Et pour le récit, je vous invite à écouter Miles Davis en vous laissant porter par la musique lascive et douce de Miles Davis.
L'histoire que je vais vous raconter prend pour cadre les bars d'une grande ville. Le delta du Mississipi n'y passe pas, il ne fait pas 25°c, mais si on se donne la peine, il y a moyen de passer des moments magiques.

Commençons par le truchement : Tinder. Tout a débuté avec un simple match, une discussion normale, jusqu'au moment où je partage un écrit personnel. Là, les choses s'enchaînent. En quelques échanges, je me retrouve avec les coordonnées de ma correspondante.

Appelons-la Morena. Belle brune, cheveux bouclés et avec de la conversation.

Vient le jour du rendez-vous. Je suis intrigué.

On se capte et allons vite dans un café "typique", bien différent des entrepôts à touristes.

Et là, grosse surprise : discussion passionnante sur des sujets tout sauf flirty : littérature, politique, philosophie, sociologie, ... je suis scié. Vient le moment où je lui attrape la main :

- T'es plutôt un timide, toi :) ?

- Oui, mais je me soigne

- T'en fais pas, j'en suis une aussi !

- Je peux m'asseoir à côté de toi :) ?

Je m'assieds à côté d'elle, on se sourit, je m'avance, nos lèvres se touchent. Nos langes se frôlent. Elle recule avec un sourire.

- T'as pas des masses d'expériences non plus, non :) ?

Là, plusieurs solution s'offraient à moi : l'admettre comme une tare, essayer de le nier, me justifier ou... l'admettre comme un état de fait.

- On va dire que j'ai des choses à apprendre

- C'est marrant, t'as l'air de bien le vivre

- Bah, tu veux tout de même pas que je me roule en boule sous la table en commençant à geindre, non ? Je fais avec :)

- (rire) bah, je peux te montrer comment faire :) Alors, pour bien embrasser, ...

Le temps passe. On décide de lever le camp. Direction, un autre café.

Là, l'ambiance se fait plus jazzy. Entre bières, quelques pétards et conversations passionnantes, les mains se font baladeuses, les étreintes plus franches. Le meilleur souvenir ? Dehors. Sous prétexte d'aller fumer, on s'est retrouvés contre la façade de l'établissement, avec pour fond sonore la musique sortant du bar qui embrayait du jazz à Dutronc, Il est cinq heure, Paris s’éveille.
Et si à la base je devais prendre les derniers transports pour rentrer par chez moi, il s'est vite avéré qu'à force de flirter, on a pas fait attention aux transports. Solution, allez chez elle. Oh, ça ne la dérangeait pas. Seul souci, Morena est dans une situation temporaire assez particulière et doit se plier à un règlement d'ordre intérieur tacite assez strict.

Résultat, nous nous retrouvons comme des ados à grimper l'escalier, lumière éteintes, chaussures en mains, jusqu'à ça chambre. Une fois dedans l'ambiance se détend, les vêtements glissent et... problème de taille :

On prend tous deux le revers des bières et quelques pétards consommés dans la figure. Je vous passe les détails pratiques, mais pour la partie de jambes en l'air classique, c'était foutu. Seule solution s'adapter. Pour ma part, l'amour de la métaphore me pousse à dire que je me suis improvisé pianiste, avec succès. Et pour sa part, elle a bien su se débrouiller.

Et je regrette pas d'avoir été confronté à cette situation. C'est formateur, et si je peux donner un bon conseil, je crois que dramatiser à ce moment serait la pire des idées. Shit happens, deal with it.

Je passe la nuit en sa compagnie.

Reste le réveil, où on essaie de remettre le couvert, sans succès. Mais ne dramatisons pas. S'en suit une petite discussion, où rhabillés et enlacés l'un contre l'autre, elle me dit :

- Je ne te plais pas, je ne suis pas à ton goût ?

- Non, t'en fais pas, je crois juste qu'on est un peu trop bourrés pour que ça marche bien, ça vient pas de toi, tu me plais :)

- Et... si ça ne collait pas physiquement ?

- Bah, on n'a qu'à réessayer dans de meilleures conditions :)

- C'est pas faux (elle s'approche et pose un baiser dans mon cou). Puis toi tu seras aussi un peu plus détendu :)

Nous fûmes interrompus dans notre discussion par les bruits dans le bâtiment.

- Meeeeeeerde ! Tout le monde est levé ! On va pas pouvoir te faire sortir !

- T'es certaine ?

- Oui c'est mort, va falloir à attendre. Quoi que... (s'approchant de sa porte et l'ouvrant) C'est bon, là maintenant, y'a personne, fonce !

Ouvrant la marche, je la suis, chaussures en main, dévalant silencieusement les escalier, pressant le pas devant les portes entre-ouvertes.

Reste une étape à franchir : la porte d'entrée. Les derniers mètres semblent s'allonger indéfiniment. Ma main finit par atteindre la poignée. Le bruit des mécanismes s'articulant dans la porte raisonnent dans le couloir.

Nous retenons notre respiration.

La porte finit par s'ouvrir.

Prestement, je bondis dehors, chaussettes au pied, et tire la porte derrière moi. Et tandis que cette dernière se referme, la dernière image qui reste est Morena, m'envoyant un baiser de sa main, avant que la couleur unie et terne de la porte se refermant devant mon nez me rappelle à la réalité... et à mes pieds sans chaussures :mrgreen:

Voilà mes dernières aventures. je suis encore bien claqué, mais quel bon souvenir :D Et le meilleur dans tout ça ? C'est que manifestement, Morena n'a pas l'air contraire à l"idée de se revoir et à reprendre les choses dans de meilleures conditions. Et j'ai hâte que ça arrive :wink:
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Like a boss ! le 23.11.16, 21h08 par The_PoP
  • [0] Encore! le 23.11.16, 22h00 par Allandrightnow
  • [0] La suite, vite ! le 23.11.16, 22h35 par mctyson
  • [0] Bien joué le 23.11.16, 22h45 par Lulla
  • [0] Like ! le 24.11.16, 00h42 par Balzac
  • [0] Like ! le 24.11.16, 10h04 par Jalapeno
  • [0] Bien joué le 24.11.16, 14h56 par Stayfun
  • [0] La suite, vite ! le 25.11.16, 13h52 par Perlambre
  • [0] Bien joué le 25.11.16, 19h13 par Roro117
  • [0] mdr !! le 03.03.17, 02h04 par Nidwazo

- Eh bien écoute j'ai bien réfléchi et je crois malheureusement que ça ne collera pas. Je suis désolée

- Oh dommage ! Mais pas de souci :)
#unpeutriste

#saltypopovski

#maisonferaavec :wink:

--- AJOUT D'HARRY ---

#coupdunsoir :D

J'espère que t'as quand même récupéré tes grolles :)

Plus sérieusement, en premier rencard, gaffe au trop d'alcool...

Sinon chouette FR, et une belle démonstration qu'une relative inexpérience ne pose pas grand problème quand elle est assumée avec le sourire.

La suite, vite !!


P.S : peut être que tu aurais pu quand même répondre/rebondir à son sms de manière un peu plus joueuse en montrant que tu ne te prenais pas trop au sérieux. Y avait probablement moyen de faire quelques petites blagues pour lui instiller l'idée que te revoir c'est cool aussi...
If you want to touch the sky,
Fuck a duck and try to fly !

Haha, tracasse, j'avais mes grolles en main avec moi, sur le pallier :mrgreen:

Pour le trop plein d'alcool, effectivement, je retiens pour la prochaine fois :wink:

BON PLAN SEXY : De -15 à -70% chez la boutique sexy LoveHoney.fr. LoveHoney.fr propose toute l'année des réductions très agressives sur leur catalogue lingerie, sextoys et autres accessoires. Suivez ce lien pour consulter les offres du moment.

Vous pouvez aussi soutenir FTS en passant par ce lien pour faire votre shopping sur Amazon.fr

Répondre