[J] Popovski's Bitter Sweet Chronicles

Note : 68

le 15.10.2016 par Popovski

94 réponses / Dernière par Onmyoji le 04.07.2022, 21h55

La vie est faite de virages, d'obstacles à surmonter, d'audace, de surprises et de rencontres décisives. Racontez votre histoire, entrez dans la légende; partagez vos cheminements, vos interrogations, vos rencontres, vos aventures - foirées ou réussies, c'est pas le plus important - et recevez les avis et conseils des autres membres.
Onzième Chronique : Plutôt une tu l'as que deux tu l'auras - ou pas !

Allez, comme promis, compte-rendu de la onzième chronique, ça fait quelques jours que je vous tease avec ça, la voilà :wink:

EDIT : j'ai bien conscience que c'est du niveau Epic Fail, mais j'ai préféré le partager ici et "l'assumer" dans mon journal. Au delà des leçons que j'en tire, ça reste finalement (relativement) drôle, si on le prend avec assez de recul. C'est certes du gros facepalm comme certains ont pu l'indiquer en dessous, mais il n'y a en soi pas mort d'homme. Et je garde un plutôt bon souvenir de ces événements. Juste, faire preuve de plus de discernement quand la situation se représentera aidera grandement !

Cette fois-ci, point de Tinder ou autres applications. Juste une rencontre entre camarades du CAPES sur Bruxelles pour tenter de mobiliser les troupes : pour la faire simple, il faut être le nez dedans pour s'en rendre compte, mais la formation de (futur) prof souffre de nombreux - trop nombreux - défauts.

Et une fois les résultats des partiels entre les mains, nous avons commencé à nous poser de nombreuses questions, surtout vis-à-vis d'un cours qui cote une séquence de cours qu'on va donner, mais sans tenir compte du contexte dans lequel ce cours sera donné; où des étudiants qui ont reçu avec la double autorisation pour partir en stage se sont retrouvés avec des 10 faiblards, voire des 9 ou même des 7 ! Et c'est sans parler des membres du jury qui ne lisent même pas la séquence...

Bref, c'est un problème parmi de nombreux autres. Et on avait décidé de se réunir entre individus de bonnes volontés pour voir qui était prêt à se mobiliser pour transmettre nos critiques et doutes à l'administration.

...

Spoiler alert : on était trois le soir de la rencontre venu :mrgreen: Et après trois quarts d'heure de palabres, nous sommes arrivés à une conclusion : pourquoi nous mobiliser/plier en quatre, voire même prendre d'hypothétiques risques pour une bande d'ingrats qui se plaignent beaucoup sur Facebook, mais qui après n'oseraient pas signer une lettre collective ?

Nous avons donc enchaîné sur la chose la plus intéressante et constructive à faire après être arrivés à cette conclusion : boire des bières !

:awesome:

Et après avoir bu quelques bières dans une ancienne maison de maître art-déco, nous avons bougé vers une autre place, plus dansante histoire de bouncer nos bodies sur le dancefloor. Enfin, surtout moi, l'un des trois compères devait rentrer avec le dernier tram et l'autre, la quarantaine chez qui je dormais, éclusait des bières avec des amis à lui.

Me voilà donc seul sur le dancefloor, profitant de la musique et faisant l'air de rien un petit check up de la salle, de la population, des nanas... ça se présentait bien : les mecs étaient étaient cools et les nanas mignonnes.

Et alors que je me trémoussais sur de la disco année 80, une nana vient dans ma direction et me branche de suite.

Alors là, je vais essayer de faire simple. Cette nana est juste très bien roulée : brune, 1m70 environ, plutôt bien roulée, charmante dans son attitude, sa manière de s'exprimer et portant une de ces robes... j'ai encore du mal à dire si c'est elle qui mettait la robe en valeur ou l'inverse :shock:

On va l'appeler Sacha.

Et pendant que je me bounçais aux côtés de Sacha, il y avait sa coloc' et amie, Solange qui était un peu plus à l'écart. Et quelque part, elles se complétaient bien : une brune exubérante et avenante et de l'autre côté une nana aux cheveux châtain clair, introvertie, à la beauté discrète, mais bien présente.

Et petit à petit, Sacha l'introduit dans la discussion, dans notre petit groupe, incitant Solange à danser avec nous, à un peu se lâcher. Et après que je sois allé fumer une clope avec mon pote qui éclusait les bières dans son coin, je reviens, et trouve les deux collocs avec un gars, dans cet ordre : Sollange, Sacha et le mec. Me mettant entre Solange et Sacha, je repars à l'attaque du côté de Sacha et c'est là qu'elle me lâche cette phrase avec un regard oblique entendu :

"mec, occupe-toi un peu de ta gauche :wink:"

Et là je commence à comprendre : que ce soit sous la demande de Solange ou non, Sacha avait fait l'entremetteuse ! J'avais donc la voie libre pour me lancer

:fuckyeah:

Du coup j'ai concentré mes efforts sur Solange, qui peu à peu que la conversation avançait, le lâchait, rigolait, et prenait un réel plaisir à parler avec moi, "convaincue qu'elle est que je vais être un excellent prof !"

Sacha étant revenue avec nous, on continue à danser à trois, tantôt à deux, tantôt je m'écartais.

Et à un moment où je me suis écarté, le "drame" ('fin, c'est plus proche du tragicomique que du drame gréco-romain :blbl: ) : une nana "passable" passant par là échange quelque pas et m'embrasse tout à fait gratuitement.

Autant dire que ça a de suite changer l'ordre de mes priorités (sans doute que j'aie trouvé que ça allait plus vite avec elle ?) : je me suis immédiatement tout à fait concentré sur elle : la rejoindre pour encore la bécoter puis aller fumer avec elle, ce qui a valu quelques échanges surréalistes :

"Pourquoi tu m'embrasses ?"

"Parce que tu m'as embrassé, tiens :D "

"Mais je te connais même pas !"

"Moi non plus, ça nous fait un point commun :) "

Et revenu à l'intérieur, j'ai de suite remarqué une chose : Sacha et Solange n'étaient plus là. Et là, j'ai commencé à comprendre certaines choses : je me suis probablement grillé auprès des deux collocs en bécotant l'autre nana.

Boulet !

:yuno:

Et si j'avais au mouns été chez l'autre nana, je ne dis pas, ça aurait été cool. Mais là, elle est devenue elle-même hyper-froide et limite agressive, soit qu'elle me niait la gueule ou soit qu'elle répondait hyper-froidement, limite agressif. Faut croire que j'étais tombé sur une meuf bien imbibée/un peu tarée sur les bords, avec qui l'idée de rentrer avec était morte-née :blbl:

Ça à la rigueur, ballec', y'a des gens chelous partout. Par contre ce qui m'a bien plus foutu la haine, c'est le fait d'avoir laisser filer Sacha et Solange alors que ça avait l'air de bien se présenter avec la seconde... sans même avoir pensé à prendre leurs coordonnées

:fuuuu:

Résultat des courses, je suis finalement rentré avec mon pote chez lui, ce qui nous a valu une traversée de Bruxelles d'une heure de marche dans le froid, sous la neige et la pluie :P


Mais bon cette sortie aura eu du bon : les gamins de mon pote sont bien élevés et m'ont aidé à trouver un essuis de bain pour la douche et à faire du café le lendemain matin, après m'avoir réveillé (je dormais sur un canapé au salon, ils m'ont réveillé en allant prendre leur petit déjeuner) :mrgreen:

---------

Bref, une petite histoire tragicomique (surtout comique d'ailleurs) qui me fait plus rire qu'autre chose. Et qui m'apprendra à prendre assez tôt les coordonnées des meufs que je croise, qui me plaisent, et à qui j'ai l'air de plaire :D

Prochain date si tout va bien : demain soir 8)
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Facepalm le 14.02.18, 19h07 par Onmyoji
  • [0] ??? le 14.02.18, 21h47 par Syd_

Douzième chronique : le cockblock tu bypasseras

Pour cette chronique, on va aborder un lieu dont je n'ai pas encore vraiment parlé : les boites ! De base, ce n'est pas tout à fait mon truc, je ne m'y retrouve pas trop : pas *forcément*la musique qui peut l'intéresser, pas *forcément* les prix qui peuvent m'intéresser, pas *forcément* le public qui peut me brancher. A moins que... :wink:

Tout commence vendredi soir. Je rentre d'un verre avec des amis de terminale. Pour vous remettre le contexte, j'ai enchaîné quelques soirées : avec le retour des beaux jours, le déroulement d'un événement de deux semaines consacré à la culture brassicoles et l'envie de fêter deux semaines de boulot qui m'ont bien rapporté, j'ai un peu abusé profité. Ce qui donne de prévu :

- Jeudi soir --> grosse beuverie

- Vendredi aprèm --> verre(s) avec des potes de terminale en aprèm

- Samedi --> séminaire de 8h45 à 16h puis coaching d'étudiant de 17h à 19h puis verre(s) pour le retour d'une pote qui avait fait du travail saisonnier en Savoie

Or, vendredi, dans le train du retour du verre avec les potes de terminale, je reçois ce message d'un pote qui avait séminaire avec moi le lendemain :
"Tu fais quoi ce soir ?"

"Voyons voir... rien ! Tu proposes quoi ?"

"T'es pas chaud de sortir au Flemming et on essaie de chopper des meufs ?"

"Okay, mais pas trop tard, hein ? On a ce séminaire demain et je dois rattraper mon sommeil !"

"Mais t'inquiète, on sera rentré pour minuit 45 au plus tard !"

"Dans ce cas, ça marche ! 21h45 ?"

"21h45, on dit ça ! A toute !"
Le temps de rentrer, me bouffer un truc, mettre de l'ordre à l'appart et composer une tenue congruente pour le Flemming (du genre, pas le t-shirt estival tout pratique, plutôt la belle chemise) et je retrouve mon pote.

Puis boite ou pas boite, c'est l'occase de sortir avec un pote !

Là, on se pose, et on discute, descendons quelques boissons attendant que la salle se remplisse. A un moment, je vois depuis la terrasse que des groupes de meufs montent à l'étage dancing du Flemming.

"Mec, il est l'heure d'y aller !"

On rentre, se prend un dernier whisky coca et puis direction le dancefloor.
Pause réflexion a écrit :
Un truc qui m'a en fait frappé toute la soirée, c'est le nombre de mecs (y'a aussi des meufs qui ont ce comportement, mais elles sont bien moins nombreuses) qui se sont mis sur leur 31, impeccables de la tête au pieds et... qui ont l'air de longer les murs comme si leur vie en dépendait.

Des groupes entiers de mecs qui se mettent autour des gens qui dansent sans se lancer. Bon, peut être que le fait que le Flemming soit principalement fréquenté par une tranche d'âge 16-24 doit jouer pour quelque chose, mais ça m'avait scié.

C'est comme ça aussi de par chez vous ?
Et alors que mon pote était plutôt calme dans son coin, j'étais pour ma part à fond dedans. Je suis tout sauf on on danseur (je suis plus proche de l'hémiplégique pris de convulsions que de Travolta :mrgreen: ), mais on n'est pas à ça près : on était là pour s'amuser et accessoirement trouver des nénettes voulant s'amuser avec nous, pas à une compète de danse.

Et entre deux pas de danse, je fais mon scanning rapide de la salle et une fille se détache du lot.

Bon, elle est ronde et d'habitude je ne suis pas très branché rondes, mais à côté de ça, elle est TRÈS mignonne et dégageait de la bonne vibe. Mais vraiment, quoi. Et je dois dire que ça a beaucoup joué pour moi. Pour moi le charme dégagé mettait entre parenthèses ses formes. Puis entre passer un bout de soiré avec une nana ronde mais qui a l'air d'assumer et qui dégage plein de charme et une nana longiforme mais qui a l'air chiante comme la canal, le choix est vite fait :wink:

Donc je m’approche de son groupe à la cool, et c'est elle qui vient assez vite vers moi :

"Tiens, tu serais pas Espagnol ?"

"Euh, vite fait, de loin si tu cherches du côté de mon père :) Pourquoi ?"

"Tu dégages un truc méditerranéen, du coup je me posais la question :)"

Et là on discute un peu : j'apprends qu'elle s'appelle Laurine, fête son anniversaire avec tous ses potes, elle me dit qu'elle fait une licence en fac de psycho. Je danse un peu avec, puis vais checker un coup mon pote qui était un peu plus en retrait. On reste un peu dans notre coin, puis je décide de me rediriger vers le groupe de Laurine.

Et me voyant revenir, elle me met le grappin dessus et on entame un collé-serré plutôt prometteur

:fuckyeah:

et là, on continue à danser, on se jette des petits regards, des petits sourires et à un moment, elle se tourne vers moi pour me dire quelque chose et je lui lance après avoir répondu :

"Dommage, je croyais que tu te tournais vers moi pour que je t'embrasse :wink: "

Et là, un grand sourire illumine son visage avant qu'elle ne s'avance pour qu'on s'embrasse effectivement.

On a continué à se bécoter un petit bout de temps et alors que tous ses potes autour le prenaient bien/à la rigolade, y'avait un mec, de ceux contre les murs, qui tirait cette tête, à peu près :

Image

A un moment, il n'y a plus tenu, est venu et a tiré Laurine vers lui me disant un truc qui tenait à peu près en "nan c'est fini, elle est avec moi maintenant !"

Là mon langage non-verbal a trahi ma réaction à cette euh... manoeuvre, de cette manière :

Image

Et il en n'a pas fallu bien plus pour que Laurine revienne vers moi et qu'on reparte pour un tour.

Monsieur ne se laissant pas dégonflé a alors employé la technique la plus pourrie que je n'ai jamais vue : il a littéralement tiré Laurine vers lui et lui a roulé un gros patin par surprise et après s'est tourné vers moi me disant un truc du genre :

"C'est bon, elle est avec moi maintenant, tu te casses !"

Autant dire que ça devenait vraiment gênant et lourd, pour Laurine, lui, moi, tous les autres...

La pauvre a d'ailleurs essayé de l'excuser vaille que vaille, arguant que "c'est compliqué, c'est un vieil ami, ..."

Image

En fait, je crois que je suis tombé sur le pote AFC secrètement amoureux :blbl:

Et voyant que j'allais peut-être pas envie de me coucher face à un truc aussi nul, il a tenté un ultime move : bouger tirant Laurine par le bras. A sept mètres. Dans la même pièce. Alors que le dancefloor commençait à se clairsemer.

:yuno:

Bon, là j'ai commencé que ce petit jeu et me suis dirigé droit vers eux, avec mon idée en tête.

Je me plante devant et tandis que le gars commence à s'énerver en tenant Laurine par les épaules et tend son autre bras en avant me disant des truc du genre "mais dégage, c'est mort !", j'ai simplement sorti mon téléphone, ai ouvert le répertoire, créé une nouvelle entrée et l'ai tendu à Laurine lui disant : "de toute manière je dois rentrer, j'ai cours demain. Tu me passes ton numéro :) ?", ce qu'elle fait rapidement. Puis, elle me tend mon téléphone, et avant de se quitter, on se regarde une dernière fois dans les yeux, et sous les encouragements d'une pote à elle ("wééééé, embrassez-vous !", on se fait un dernier baiser.

t avant de m'en aller, je dois avouer que je n'ai pas résisté à la mesquinerie : je me suis planté devant le gars et avec mon plus grand sourire lui ai lâché un "Allez, bonne fin de soirée, gars !", avant de m'en aller. Je sais, c'est petit, mais ça fait tellement du bien :blbl:

Du coup, je suis toujours en contact avvec Laurine, on s'est ajouté sur Facebook et effectivement, elle est ronde, mais est TRES mignonne. Aucun doute là dessus. On a convenu de se revoir. Reste à fixer le jour. Et voir ce que ça va donner :wink:
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Like ! le 22.04.18, 22h32 par Suit
  • [0] Bien joué le 22.04.18, 22h43 par The_PoP
  • [0] Like a boss ! le 22.04.18, 22h47 par Poordonkey
  • [0] OMG le 22.04.18, 23h09 par Onmyoji
  • [0] Absolument le 22.04.18, 23h43 par Mr.Smooth
  • [+1] Bien joué le 23.04.18, 13h25 par Allandrightnow
  • [0] Like ! le 23.04.18, 15h53 par Perlambre
  • [+1] Yesssss! le 04.03.20, 14h15 par James_Aubrey

On sent du détachement, que le résultat n'est pas le plus important. Un genre de balekouillisme.
Ca, ça se ressent forcément et ça fait la différence.

8)
« Et en fait quand je repense à mon enfance, c'est comme si ça avait duré une seule soirée d'été
Infinie, très longue, quand ça traine
Et que ça convient à tout le monde que ça traine comme ça... »

Haha, merci mec :) Ça a pris le temps à développer, et y'a encore des ratées, mais je travaille ça :wink:

"Allez, bonne fin de soirée, gars !"
Image

L'insoutenable relou. Et le pire c'est que la meuf finalement te laisse tout faire au lieu de le baffer. Alors qu'il a dépassé plusieurs fois les bornes. Ça peut vouloir dire qu'ils ont été ensemble avant (parce que perso j'essaie d'embrasser une copine qui veut pas je me fais baffer). En tous cas si vous deviez finir ensemble ça risque d'être drôle les soirées avec ses amis (ou raconter votre rencontre);)

Bat le fer tant qu'il est chaud. Et reste un peu offensif...

Et puis tu verras, les formes c'est rigolo aussi :D


Quand au mec bah... perso ne t'en occupes pas trop. Il douille peut être sévèrement et elle n'est peut être pas aussi blanche que ça. Ou pas. Mais en gros, n'en parle pas. Tu t'en cognes.
If you want to touch the sky,
Fuck a duck and try to fly !

Profite Popov s'il y a moyen mais comme le disent Onmy et Pop à leurs façons, ne plonge pas pour cette fille avant de voir ce qu'elle a dans les tripes du genre deux mecs à balader, c'est amusant...

Attention, vous êtes sur le point de répondre à un topic dont le dernier message date de 7 mois. Est-ce bien nécessaire de remonter un si vieux topic ?
Je t'en pose moi des questions, sérieux ?

Bon j'avoue, hormis un travail d'entretien de fond, je n'ai plus vraiment participé ici depuis un fameux bout de temps. Je n'aime pas parler pour ne pas dire grand chose, pour ressacer les mêmes choses, les idées d'autres et du vide.

Donc si je reviens par ici, c'est qu'il y a du neuf :mrgreen:

Donc déjà, what happened last months ?

Y'a eu pas mal de changement dans ma vie. Déjà, au revoir Louvain, bonjour Bruxelles <3

Ça a fait son petit effet de quitter cette ville qui m'a tant vu tant grandir, mais avec le recul, le bocal était devenu trop petit depuis pas mal de temps. Besoin de voir d'autres horizons.

L'occasion ? Un pote qui part faire un postdoc au loin durant un an, et qui cherche quelqu'un pour veiller sur son bien, en faisant 1001 rabais sur les loyers et charges :wink:

L'appart est dans une commune excentrée, pas très branchée, mais avec un accès direct à la gare qui me met à dix minutes du fun !

Et depuis, ma vie a repris un coup d'accélérateur : redecoration radicale, refaire la garde robe et refaire un peu de sport !

Bon, seule hombre au tableau, je travaille pour un trouduc fini, mais ça me permet de gagner des sous.

Et dans tou ça, que-ce qui manquerait? Des nénettes avec qui passer de bons moments.

Mais enfin, c'était avant :wink:

Treizième chronique : viens, on va dans ma voiture !

Bon, pour être honnête, et certains le savent, j'ai eu deux-trois menues aventures, mais trop cringe/oubliable/cheloue que pour passer la case "ais-je envie d'en parler, franchement ?".

Et depuis avril dernier, bah rien de mémorable à me mettre sous la dent.

Et mine de rien, emballer/pelotter/tripotter avec anthousiasme, ça me manquait !

D'où le fait d'être sur Tinder.

Jusqu'au match le pluq concis de ma vie. Une Néerlandaise, qui travaille en Belgique et pas contre de visiter un peu. Et même à proposer de se voir dès le lendemain... Ce que j'ai accepté.

Le rendez-vous est vite fixé, ce soir, 19h.

Il y a quelques heures, donc.

J'arrive, sorti du boulot. Je peste sur la tenue pas giga assortie, la dégaine bof-bof et la fatigue apparente. Mon pauvre Popov', c'est mal barré !

Mais bon, même avec un jeu pas opti, qui ne tente rien n'a rien. Donc grand bol d'air et direction le bar !

Et là je rencontre Daisy. Un peu ronde mais... Ah ouais, merde, elle dégage de la vibe et elle est bien jolie !

:awesome:

Et seconde bonne nouvelle, elle est cool niveau conversation ! Je me rappelle pas de quoi on a parlé, mais on s'est bien marrés !

Et ça alternait entre généralités et trucs plus croustillants (Chroniques 3 et 12 ont même été racontées :wink: ).

Un débat que nous avons eu, au milieu de la conversation : suis-je un player ? Ma réponse a été la suivante : j'aime jouer, pas besoin de porter une étiquette pour autant !

Bref, la conversation passe, passe, passe. A un moment, elle résume son opinion à mon sujet : you are so weird but so fun! It's impressive how you manage to stay so honnest without getting embarassed or so :D !

Et fatalement, ce qui devait arriver arriva : mes lèvres ont fini contre les siennes :cool:

Les baisers s'enchaînent entre les sourires. Elle m'avoue qu'elle n'a pas tant l'habitude que ça d'embrasser aussi franchement en public, mais ça ne la dérange pas. Et à un moment, elle me dit franchement : "je crois devrait aller dans ma voiture". On quitte le bar, je la suis.

Et arrivé à la voiture, je comprends bien vite que si elle me fait grimper dans sa caisse, ce n'est pas pour aller quelque part, mais pour DIRECTEMENT passer aux choses un peu plus sérieuses !

Et là sur le coup, epic win, j'ai profité du mieux que je pouvais :mrgreen:

Bon, y'a eu quelques ombres au tableau : outre un soucis mensuel de son côté, pour ma part, fatigue, situation toute neuve, et fait que la voiture soit restée dans une rue bien éclairée avec des gens qui passaient ont fait que je n'ai pas réussi à me lâcher à fond :rire2:

Mais ce fut bien vécu de part et d'autres, sans drame,... Et avec une forte envie de reprendre où on avait laissé les choses !

Donc prochaine étape, elle passe chez moi et on achève ce qu'on a commencé :mrgreen:

Allez, là dessus je vous laisse, je vais dormir. Mais je suis (de rerour à BX, croise du monde et ai envie de vivre quelques trucs funkies. Le plus fun reste à venir :wink:
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] La suite, vite ! le 15.11.18, 06h58 par Bumble
  • [0] La suite, vite ! le 15.11.18, 07h25 par The_PoP
  • [0] Bien joué le 15.11.18, 10h22 par Jalapeno
  • [0] Bien joué le 15.11.18, 12h27 par Thedaze
  • [0] Cool le 16.11.18, 10h54 par Bald_Soprano
  • [0] Bien joué le 21.11.18, 00h37 par James_Aubrey

J'aime lire que des filles proposent et assument !
Ne te repose pas pour autant si tu veux conclure, souvent femme varie, donc pose rapidement un rendez-vous et donne-lui surtout envie de venir te rejoindre ;)

Oh mais t'en fais pas, elle vient chez moi mardi prochain, c'est déjà fixé, sous pretexte de se faire une petite raclette avec un petit blanc :wink:

J'espère que c'est toi le petit blanc...
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] mdr !! le 15.11.18, 22h36 par Popovski
If you want to touch the sky,
Fuck a duck and try to fly !

Ca fait plaisir à lire ton aventure. C'est cool, simple, léger des choses qui font du bien, des choses qui se perdent un peu de nos jours.
j'espère qu'elle connait ses cépages de vignes, ainsi que quel style de vin tu lui réserve. D'ailleurs quel type de vin tu vas prendre avec ta raclette? Attention à la réponse. 8)

La seule réponse qui me vient : du blanc :mrgreen: reste à voir lequel...

Quatorzième chronique : Droit au but

Décidément, ce journal se met à jour à une fréquence assez inégale. Raison pour laquelle je viens y raconter une nouvelle petite histoire :wink:

Si je suis peu loquace dans mon journal public sur ma vie personnelle, je me dois tout de même de vous donner chers lecteurs, une explication sur ces plus de un an de silence radio.

On va la faire courte : j'ai combiné appart pas terrible, boulot de merde, démotivation et laisser-aller de août 2018 à juin 2019, ce qui explique que hormis l'aventure de novembre 2018 il n'y ait rien eu.

Que je je vous rassure, les choses ont changé depuis ! Nouveau boulot, nouvel appart et nouvelle silhouette. Le boulot, l'appart (et son quartier) et cette nouvelle silhouette sont vachement cools : en particulier pour le dernier point : dites-vous qu'en trois moi, j'ai perdu près de dix kilos et que depuis, je maintiens un rythme de musculation poids du corps : de la bedaine et du visage gonflé, je suis passé aux quasi-abdos. Je sais que c'est assez superficiel de rester coincé là dessus, mais je suis fier du résultat, après avoir littéralement sué pendant des mois :D

Tout ça combiné à une reprise d'études à distance dans un domaine un peu particulier (grosso modo, sciences des religions) mais qui me branche de ouf, je me sentais fin prêt à me ré-intéresser aux nénettes 8)

Quelques sorties par-ci par-là, refonte de mon profil Tinder et création d'un compte OK Cupid, je me sens prêt à revenir sur le marché !

Et me remettant à l'ouvrage depuis quelques mois, je matche avec une dénommée... disons... Estelle : un peu plus plus jeune, un (tout petit) peu ronde, mais TRÈS mignonne, et à la description aussi émouvante que ses photos :
Estelle a écrit :La vie est trop courte pour ne pas en profiter
Et oui, elle parlait bien de cul en parlant de profiter de la vie :D

En fait, à ce moment ci de mon histoire, je me vois mal comment je pourrais raconter les choses de manière romanesque comme j'aime à le faire : ça a été très carré et direct.

Attendez, je vous explique :

On discute, on sympathise et on fixe très vite un rendez-vous. Pas pour boire un verre, non : pour venir chez moi.

Et histoire de patienter une petite semaine, je reçois quelques photos annonçant une entrevue prometteuse et une lingerie de goût.

Les jours passent, les photos aussi.

Vient le moment de la rencontre. Je l'attends à la gare près de chez moi. On fait de la route de la gare à chez moi, de mon immeuble à mon appart, de l'entrée au salon. Une petite pause pour boire un verre d'eau et on passe du salon à la chambre. Et dans la chambre, des vêtements aux sous-vêtements.

On s'allonge sur le lit, commençons les préliminaires, nous déshabillons, et à un moment, elle me dit laconiquement :
Estelle a écrit :"Je ne suis pas trop préliminaires. Levrette ?"
Et je peux vous garantir que cette levrette fut l'une de mes baises les plus décomplexées que j'ai faite : elle était venue pour une chose, qu'elle adore, et je l'ai bien senti

:awesome:

Elle reste un peu, et de la nudité passe aux vêtements, et de la chambre au salon, de l'appart à la rue, de la rue à la gare. Je la raccompagne sur le chemin du retour. On discute un peu, elle glisse le fait qu'elle peut prendre des pauses de deux heures le midi, ce qui peut coïncider avec les jours où je n'ai qu'une demi journée de travail.

On essaie en principe qu'elle repasse cette semaine chez moi.

Si au début j'ai parlé de l'année passée comme d'une année à se pendre, celle-ci semble être pleine de promesses,e t ça ne fait que commencer 8)
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] La suite, vite ! le 02.03.20, 07h15 par Jalapeno
  • [+1] Like a boss ! le 02.03.20, 07h19 par The_PoP
  • [+1] Bien joué le 02.03.20, 20h00 par Perlambre
  • [+1] Bien joué le 03.03.20, 19h30 par FK

Passer d’une année à se pendre à une année à se prendre, jolis changements :)

Profite Popov’
If you want to touch the sky,
Fuck a duck and try to fly !

Quinzième chronique : la fille à la perle

Avant toute chose, à mettre sur ma to do list :
to do list a écrit :Ravitailler Jalapeno en bières
Et maintenant, une séquence musicale :



Ceci étant fait, je peux vous raconter cette nouvelle chronique, qui va nous faire voyager dans les confins du nord-est de l'Europe, dans les pays Baltes. Pas que j'y ai voyagé, covid oblige, mais c'est de là que vient Frida.

Ce que je vais vous raconter là est une étape selon toute vraisemblance intermédiaire, les choses sont amenées à évoluer :)

Tout commence il y a deux semaines par un match sur l'application numéro une de rencontres : Tinder. Je matche avec Frida, qui nous vient d'Estonie et qui travaille dans une organisation internationales basée en Belgique.

Si au début les discussions sont assez espacées, il y a un soir où elle décide de procrastiner et de venir discuter un peu avec le jeune-homme à la longue chevelure que je suis, pour qu'on passe au final sur Whatsapp, pour discuter de manière un peu plus dynamique.

On fixe assez vite un premier rendez-vous dans un parc, pour une balade de trois bonne heures. Et là je découvre la retenue balte : elle maintient les distances de sécurité parle peu, semble toujours un peu absente, et si en fin de rencard je me sentais perplexe, j'ai reçu un très gentil message me disant qu'elle avait passé un bon moment et que si je veux la revoir pour une balade ou tout autre chose, que je ne devais pas hésiter !"

:awesome:

Et je dois vous avouer que ça m'avait bien fait plaiz', parce que pour être honnête, elle m'avait tapé dans l'oeil
: brune, un peu plus grande que moi, élancée, yeux d'un bleu glacial, pommettes saillantes, à croquer :D

Et alors que je voyais les choses se poser tranquillement, voilà que...



J'apprends par un ami commun (Phil, qui a déjà quelques apparitions dans ce journal) que Jalap' a aussi matché la chère Frida ! S'en suivront une série de négociations avec l'intéressé qui me laisse courtoisement une semaine à dix jours d'avance contre des bières :mrgreen:

Un autre date suivra le premier avec Frida, dans les mêmes conditions, encore une fois une longue et agréable balade... mais qui se terminera encore une fois par un check du coude, diantre !

Tout ça est bien gentil, mais à un moment il s'agirait de passer à l'étape suivante...

S'en suivra un troisième date ultra-court (elle est partie aussi vite qu'elle est venue, d'un côté voulant me voir, mais de l'autre ayant tellement de soucis qu'elle a préféré se casser plutôt que d'être mentalement absente durant une heure :P

Et là, je me mets à douter, en ayant l'impression que els choses commençaient à patiner, y compris dans la conversation. Alors moi qui ai déjà du travail avec ma confiance en moi (même si je fais des progrès, oui oui), le fait de n'avoir qu'elle dans le viseur actuellement et une dose de confinement et on y est : oui, j'ai du faire une ou deux (petites) crises anxieuses (pour vous donner une idée, j'avais été pour me changer els idées jusqu'à récurer mon appart dans le moindre recoin, au point de démonter le syphon de la douche pour le nettoyer) :lol:

Et pour le coup, je dois remercier Phil et Jalap à qui j'ai fait part de mes atermoiements et à remettre les choses en place :

1) t'as déjà deux dates de trois heures avec elle et un troisième ou même si elle t'a planté sur place elle s'est très gentiment excusée après

2) si on s'en tient aux faits et pas à ce que tu interprètes, c'est plutôt pas mal

3) au lieu de te faire du mouron, mets les cartes sur table et invite-la chez toi

4) chaque jour que tu laisse passer à te triturer le cerveau sans interagir avec elle est une journée où l'intérêt chute

5) la demande de prolongation auprès de Jalap se monnaie en bières supplémentaires

Là , je prends mon courage à deux mains, propose à Frida de venir passer la soirée chez moi, lui assurant un curry végé, de la bonne musique et de la bonne ambiance. Et bonne nouvelle, elle accepte !

Du coup, le soir venu, tout était prêt.

Ne manquait plus que sa présence pour que l'aiguille de notre relation ne s'engage dans les sillons de la musique de la séduction. Mon objectif ici était simple : tenter un move, sous peine de me rapprocher inexorablement de la friendzone.

Et là voilà qui arrive, ravissante. Les premières minutes se font cordiales, mais encore une fois, à mon grand désespoir, elle semble respecter les mesures de distanciation à la lettre... ce sera donc à moi de tenter de franchir ce gouffre d'un mètre de large.

S'en suit le repas, agréable et à la fin de celui-ci, alors qu'elle n'avait vu que mon salon/salle à manger et ma cuisine, je décide de lui faire visiter le reste (c'est à dire, à peu de choses près, ma chambre...).

Arrivés dans ma chambre, on commence par par parler des livres que j'ai dans ma bibliothèque et je lui propose déjà à ce moment de venir s'asseoir plus près.

Les choses se précisent.

Et là, les choses m'apparaissent clairement : ayant accès à une petite terrasse depuis la fenêtre de ma chambre, je lui propose de sortir un instant pour regarder les étoiles, et profitant de mes maigres souvenirs d'astronomie hérités du scoutisme, je bredouille des choses et d'autres sur les étoiles et pendant que je parle, montrant du doigt un hamas d'étoiles, je glisse mon autre main derrière son épaule la plus proche de moi, puis la glisse derrière l'autre et enfin -advienne que pourra- m'avance pour déposer un baiser sur ses lèvres suivi de quelques autres.

Après ces premiers baisers sur la terrasse, on décide de rentrer, on continue de s'embrasser et passant à la vitesse supérieure après que je lui ai glissé "do you want to go further ?" à l'oreille.

Et en soi, le sexe n'a pas été fameux : sans doute un mélange d'émotion, de la bière bue et de mon traitement d'injection d'anticoagulants (eh ouais, y'a pas pour les thromboses !), on va pudiquement dire que je n'étais pas au meilleur de mes capacités, sans même parler de sa retenue qui donnait l'impression qu'elle pensait à ses factures impayées :lol:
Owen a écrit :
Pour cette histoire, j'en ai parlé à Owen (qui vous embrasse tous très fort), étant donné qu'il a bien connu les pays baltes. Et pour lui, la retenue de Frida tant en promenade que dans l'intimité tient surtout d'un trait culturel : les Baltes sont dès gens très discrets et peu expressifs, "contrairement à une Américaine qui commence à crier et à réveiller les voisins dès que tu l'embrasses", selon ses propres mots 8)


Bref, je reviens à notre tentative peu concluante et décide finalement, alors quelle était sur moi, de mettre fin
à nos essais infructueuses et plutôt de l'enlacer à la taille, posant délicatement ma tête sur sa poitrine, alors que je sentais qu'elle posait sa loue sur mes épaules en m'enlaçant par les épaules. Nous restons dans cette position trois quatre, cinq, peut être dix secondes, d'un calme et d'une sérénité absolus, blottis l'un contre l'autres, ans rien d'autre dans l'univers pour venir troubler ce moment de tendresse.

Une bonne partie de la nuit sera consacrée à de multiples câlins, au plaisir simple de s'enlacer et s'embrasser, laissant derrière elle le souvenir de son odeur sur son oreiller.

Elle repartira chez elle au petit matin, non sans un dernier câlin et un derniers baiser. Elle m'avouera en rigolant que si elle avait bien une idée derrière la tête en venant, elle ne s'attendait pas à ce que ça se passe comme ça :lol:

Mais on s'en fout.

Il est prévu de se revoir.

Je suis content.

Et ne vais pas laisser els choses filer :)

PS : Jalap', je te laisse me contacter pour voir combien de bières je te dois :mrgreen:
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] La suite, vite ! le 13.11.20, 15h43 par The_PoP
  • [+1] :) le 13.11.20, 16h12 par Jalapeno
  • [+1] Yeah ! le 13.11.20, 17h25 par Esope

Alors :
1/ Bravo Popov' : profites en bien. Les calins c'est chouette aussi pour un début de relation, et j'imagine que surtout en ce moment ça fait du bien et ça crée du lien.

2/ Bravo Jalap', à enseigner à l'école de la chevalerie. A mon avis c'est une petite douzaine de bière à boire ensemble ;)
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Aha :) le 13.11.20, 16h52 par Jalapeno
If you want to touch the sky,
Fuck a duck and try to fly !

Popovski a écrit :Mon objectif ici était simple : tenter un move, sous peine de me rapprocher inexorablement de la friendzone.
Et surtout sous peine que Tonton Jalap' prenne le relais :mrgreen:

En vrai, j'aurais été triste que tes efforts n'aboutissent pas. Je pense que la principale leçon que tu peux tirer de ces différentes dates c'est :
  • tu peux (et dans une certaine mesure, tu dois) avancer rapidement avec une nana qui est intéressée
  • ne pas prendre un refus personnellement, surtout s'il est justifié, être attentif à différents paramètres (ici le contexte a été très important) pour juger de l'intérêt de la nana
Et maintenant que ça se concrétise, relâche un peu la pression que tu te mets, ça devrait aider pour les prochaines soirées également :wink:
(pour LES pressions, on s'arrangera t'inquiète 8) )

Haha, merci tonton :mrgreen:

Juste pour être certain, quand tu dis que :
Jalapeno a écrit :ne pas prendre un refus personnellement, surtout s'il est justifié, être attentif à différents paramètres (ici le contexte a été très important) pour juger de l'intérêt de la nana
Tu peux un peu expliciter ? Ce serait top 🙂

BON PLAN SEXY : De -15 à -70% chez la boutique sexy LoveHoney.fr. LoveHoney.fr propose toute l'année des réductions très agressives sur leur catalogue lingerie, sextoys et autres accessoires. Suivez ce lien pour consulter les offres du moment.

Vous pouvez aussi soutenir FTS en passant par ce lien pour faire votre shopping sur Amazon.fr

Répondre