Val découvre le monde : Chapitre III

Note : 124

le 30.08.2018 par valll

120 réponses / Dernière par valll le 04.07.2019, 16h02

La vie est faite de virages, d'obstacles à surmonter, d'audace, de surprises et de rencontres décisives. Racontez votre histoire, entrez dans la légende; partagez vos cheminements, vos interrogations, vos rencontres, vos aventures - foirées ou réussies, c'est pas le plus important - et recevez les avis et conseils des autres membres.
Répondre
Salut à tous !

Ca faisait un moment que je songeais a revenir pour conter mes aventures. L'expérience de mon premier journal a été à la fois plaisante et bénéfique alors pourquoi ne pas la réitérer. Pour ceux qui se demandent pourquoi c'est le troisième chapitre, c'est très simple : le premier je l'ai tenu ici pendant un an, puis arrivé à la fin d'une période j'ai demandé à ce qu'il soit retiré. Le second chapitre je l'ai écrit sans le partager.

Des objectifs ont été laissé en suspens il y a six ou sept mois, voyons ou ça en est...


Décrocher une thèse pour l'année prochaine.

Alors ehuu... Il a été atteint, j'ai décroché une thèse en Belgique pour octobre 2018. Sauf que j'ai annulé ! Je ne le sentais pas, je ne voyais pas trop le lien avec mon objectif professionnel et j'ai préféré laissé le champ libre à d'autres projets. C'était un objectif formulé à la va-vite finalement. En revanche, j'ai une opportunité de thèse, intéressante et enrichissante, pour septembre 2019. Le seul problème, c'est pour trois ans et demi et la localisation me laisse perplexe. A mûrir...


Ne plus fumer de clopes ni de bédos.

:lol:
Bon, j'ai quand-même tenu trois mois pour les clopes. Pis à un moment j'ai eu besoin d'arrêter la weed, mais il fallait que j'fume un truc... J'suis allé chercher la clope... Arrrgh quelle merde ce truc que je déteste mais que je tiens si fort !


Retrouver un cardio en allant courir, m’inscrire au Judo en septembre.

Vous y avez cru vous aussi ? Bon j'ai couru régulièrement pendant un mois, pis j'ai rencontré des gens, une fille, les sorties, le froid. Beaucoup de fausses excuses pour arrêter. Courir c'est pour les perdants.


Aller voir les baleines au Canada.

Une vieille promesse que je n'ai pas tenue, mais j'ai eu la chance de voir des lieux d'exceptions à la place ! :)


Comme on peut le voir, aucun objectif sur les quatre n'a été rempli à 100%. Pas grave, je regrette juste cette clope merdique.

Qu'en est-il de ma situation aujourd'hui ? Aujourd'hui je suis en vacances, sur la terrasse chez ma môman. Dans deux semaines, je finis mon apprentissage et c'est la tant attendue cérémonie de fin d'études. Un moment solennel ou plein de papas et de mamans seront émus et fiers de voir leurs 93% de fils et 7% de filles devenir ingénieur(e)s. Tous tout beau, tous prêt a devenir des adultes, des vrais : ceux qui vont travailler dans des entreprises. Oulà !

Moi j'me suis mal orienté. J'ai eu de très bonnes notes mais l'entreprise d'ingénierie c'est pas mon truc. Je le sais, c'est pas grave, nos études ne définissent pas forcément notre activité future.

Dans deux semaines et un jour je m'envole pour le Japon. J'ai fini mes études, j'ai bien travaillé et aujourd'hui j'ai envie de voir ce que je peux faire qui ne soit pas de l'ingénierie et (pour le challenge) sans parler la langue locale.

Ce voyage de longue durée découle d'un concours de circonstances assez cocasse.
- Misa : cette aventure amoureuse que nous avons partagé au Canada.
- L'achat d'un billet d'avion pour la rejoindre à Tokyo : un moment de folie ou mon émotion a largement dépassé ma raison.
- Le fait de ne pas vouloir faire ma thèse en Belgique et d'avoir un an devant moi.

Je me retrouvais donc avec un billet pour passer 12 jours à Tokyo, pour retrouver une fille avec qui ça n'avait finalement pas tenu et qui ne voudrait pas passer ces jours-là avec moi. Et avec un an devant moi pour réfléchir à mon avenir / vivre / gagner de l'argent.

J'ai décidé de prolonger mon séjour. Quitte à y aller, autant bien y aller !
Le logement est déjà trouvé, en échange de quelques services je peux dormir chez l'habitant. L'objectif le plus urgent sera de me faire embaucher à temps partiel. Je ne sais pas parler la langue mais je suis bon en ménage, et dans d'autres domaines.

Avec Misa les choses ont repris leur cours... C'est vrai qu'on compte toujours l'un pour l'autre mais rien ne presse. On s'approchera doucement, pour se sentir, peut-être se reconnaître et peu à peu s'apprivoiser. Ou pas, nous verrons.

Je ne sais pas si j'alimenterai beaucoup ce journal, ni quelle tournure il prendra. A mon avis l'axe le plus important, celui avec lequel j'ai le plus de mal est de définir ce que je veux faire de mes prochaines années. Je suis encore jeune mais je ressens parfois (rarement mais quand-même) une envie de retrouver le couple et la stabilité.


Allé bisou bande de jeunes loups !
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] La suite, vite ! le 30.08.18, 17h55 par Jalapeno
  • [0] Intéressant le 30.08.18, 18h10 par The_PoP
  • [0] Yesssss! le 30.08.18, 21h48 par THS
  • [0] Cool le 30.08.18, 22h16 par Syd_
  • [0] Bien joué le 31.08.18, 00h03 par Onmyoji
  • [0] Encore! le 31.08.18, 10h12 par Vinsy

Un peu hs: tu as un visa vacances travail pour le Japon ?
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Oui le 02.09.18, 14h21 par valll

Yess ! Ça a été super rapide et c'est gratuit. :)
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Cool le 02.09.18, 00h04 par voucny

Hello !

Demain matin je vivrai mon dixième levé de soleil dans ce pays magnifique. Avant de vous en dire plus (et parce que j'ai pas envie de le faire aujourd'hui), je souhaite introduire quelques éléments du journal que j'ai tenu au Canada. Oui, c'est à propos de Misa... : )

C'était début mars.
La veille, en allant manger chez Lu & Lou, j’ai croisé Tha et on a convenue de manger ensembles le lendemain midi.

J’ai alors pu rencontrer sa bande de potes qui était majoritairement composée d’étudiants internationaux !

Parmi-eux :
Swn – Canadien.
Lala – Libanaise.
Et la belle Misa – Japonaise.

Ils sont tous super cools et je passe de bons midis avec eux ! J’ai un petit faible pour Misa, elle s’émerveille devant les choses les plus simples et cela me touche. Le courant passe bien, nous nous entendons à merveille !

Aujourd'hui j’ai pu plonger mes yeux au plus profonds des siens. C’était un moment agréable !
C'est le genre de fille qui a le don d'éveiller ma conscience.
« If you believe in perfection, then everything has a defect. »
Mais rien n'est éternel et tout change. Nous sommes en avril maintenant.
Misa : A soul mate story

C’était probablement la plus belle experience amoureuse, spirituelle et humaine de ma vie.

Misa, derrière ce nom à la fois mignon et un peu rigolo, se cache une personne incroyable.

J’ai trouvé un Ange. J’ai trouvé cette fille qui dépassait de loin et en tout point mon idéal féminin. La petite amie de mes rêves vient d’être balayée par cette femme surprenante.

Je pense l’avoir aimé. Cependant, à la différence de mes précédentes expériences amoureuses je l’ai vécu plus sereinement, plus calmement. J’ai ressentis ce lien de façon claire dans mon cœur, sans voile et sans brouillard.

La communication verbale et corporelle entre nous était simple, claire et sincère. C’était comme si nos esprits et nos corps pouvaient s’embrasser… On a d’ailleurs tous les deux eu cette forte sensation de se connaître depuis la nuit des temps.

Misa est une championne. Misa est une artiste. Misa est une humaine.

Nous avons passé un accord. Nous sommes d’accord pour croire, que nous avons quelque chose à vivre ensembles, et pour faire en sorte que ça se réalise.

J’espère penser à t’offrir ces boucles d’oreilles un jour.

I feel really lucky ! : )
Et lorsqu'elle fut envolée pour l'autre bout du monde, j'ai pleuré. Énormément.

Je n'ai pas envie de raconter comment nous avons vécu la distance aujourd'hui, je le garde pour plus tard.

...

Je viens de passer la soirée avec elle, dans un incroyable café d'un quartier d'affaires de Tokyo.

Je peux vous confirmer quelque chose : c'est Elle.

C'est Elle que je veux et c'est pour elle que je deviendrai quelqu'un de meilleur. C'est parce-qu’elle mérite quelqu'un qui lui remplisse les yeux d'étoiles que je serai son mec si et seulement si je suis à la hauteur. Et c'est parce que j'adore ça que je deviens plus grand.

A ce grand problème (qui n'en est pas un) posé dans le premier post de ce journal : "définir ce que je veux faire de mes prochaines années", j'ai enfin une réponse sincère, responsable et réalisable. Nous en parlerons bien assez tôt les amis, de ça et de ces incroyables dix premiers jours au pays du peuple des japonnais ! :D

Sur ces belles paroles, bonne nuit à tous !

Deux semaines c'est peu pour grandir, mais c'est assez pour savoir quelle direction prendre.

Avant de partir, je venais de finir mes études. C'était pas la peine de penser à l'avenir parce que de toute façons j'allais au Japon. Pour vivre un peu, pour me faire héberger en échange de services, pour gagner ma croûte comme je pouvais. C'était bien car je n'avais pas vraiment envie de penser à la suite, et surtout, j'allais retrouver Misa. Misa, c'était la seule chose dont j'étais sûr. Je suis venu au Japon pour elle.

Je suis enfin arrivé à Tokyo. Là j'ai retrouvé Misa et à travers elle, j'ai vu que la réalité était bien différente que ce que je voulais bien croire. La réalité, c'est que je n'ai rien de bien solide ; un bon diplôme mais aucun projet, un déguisement de séducteur mais sans grande profondeur. J'ai l'impression d'avoir perdu ma personnalité peu à peu? Je ne trouve plus ce truc qui fait qu'on est sûr de sa direction, qu'on connait les vrais raisons de nos choix. A travers Misa j'ai vu l'impressionnant nombre de voiles que je mettais devant mes yeux pour me sentir mieux.

Impossible pour moi, d'espérer lui demander d'être ma petite amie dans ces conditions. Car si elle me pousse vers le haut, je suis pour l'instant incapable de lui rendre la pareille. Je me donne quatre axes d'amélioration, et pour chacun d'eux, quelques règles à suivre.


Projet professionnel :

Je refuse toujours de faire un travail dans lequel je ne trouve pas de sens. Ca implique de redoubler d'efforts pour trouver le job que je veux vraiment faire, à Tokyo.
- Interdiction de ne pas postuler a un job si la raison que je donne est "je suis mauvais pour ce poste".
- Interdiction de me trouver trop ambitieux lorsque je postule aux jobs que je veux vraiment.
- Interdiction de renoncer, même après un lourd échec.


Psychologie :

Je vois la réalité sous un angle de préférence, je donne plus d'importance au paraître qu'à l'être.
- Interdiction de parler de quelqu'un si c'est parce qu’il ou elle fait moins bien que moi.
- Interdiction de réfléchir à des excuses lorsque je me sens percé ou offensé.
- Obligation de faire attention a mes émotions et sensations lorsque je sens une insécurité. Y faire face.
- Obligation de prendre un moment le soir, pour penser aux moments forts que j'ai vécu dans la journée, et les regarder sans filtres.


Comportement :

Ce que je fais pour arranger ma réalité, en lien avec le paragraphe précédent : je me contredis, je change d'avis, j'invente des excuses.
- Obligation de réfléchir et de penser, avant de parler. (celle là est à répéter 3 fois midi, matin et soir ahah)
- Écouter en fermant la bouche et en étant attentif. Fermer ma bouche quand j'ai rien à dire.
- Interdiction de parler sans avoir vérifié que ce n'était pas pour me faire me sentir plus à l'aise.
- Interdiction de me confier à Misa sur ma volonté de grandir, grandir à la place.


Éducation :

Je suis un gamin qui doit grandir. Mes histoires de soirée ça intéresse mes potes, seulement mes potes.
- Obligation de continuer à lire des livres et obligation de les lire en anglais.
- Obligation de noter mes fautes d'anglais lorsque j'en fais à l'oral.
- Obligation de critiquer un article après l'avoir lu (en bien ou en mal).


Vu comme ça ça fait un paquet de choses ! Mais la plupart sont intimement liées. Je dois juste être calme, volontaire et conscient au quotidien. Avec quelques efforts et une grande honnêteté envers moi-même, je suis certain que ça viendra.

J'ai commencé, peu à peu. Cette après-midi j'a failli dire quelque chose d'anodin (pour moi), et juste avant d'ouvrir ma bouche, je me suis rendu compte que ça allait dans mon sens mais sans fondements. J'étais content d'avoir pu me taire. : )
Du côté professionnel, les premières réponses arriveront d'ici deux semaines, d'ici-là, rien n'est joué !

Voilà voilà. C'est bien beau mais seul la suite nous dira à quel point je suis sérieux à propos de cette volonté de devenir meilleur. C'est cool de l'avoir enfin mis à plat.

Kiss Bébé Love.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] La suite, vite ! le 01.10.18, 13h20 par Jalapeno

Sans vouloir atténuer tes remises en question et motivations, rappelle toi quand même d'un truc : comme tu le constates surement déjà, la société japonaise n'a rien à voir avec la notre, et notamment sur les rapports sociaux. Là bas on cherche davantage que tout coule plutôt que la spontanéité ou l'expression personnelle.
Peut être aussi que pour Misa les injonctions sociales sont plus fortes ici que là où vous vous êtes rencontrés. Là bas elle était peut être plus libre de se lier avec qui elle voulait, peut être qu'ici elle te mesure davantage à l'aune des injonctions sociales de son pays, de ses parents (statut social, richesse, le fait que tu sois un étranger...).
Pour la vie professionnelle il en est de même : beaucoup de "bullshit job" au japon, heures de boulots énormes, et en tant qu'étranger, gros potentiel d'être considéré comme bon à rien.
J'ai voyagé au Japon en long, en large, en travers. Les sensations recueillies là bas sont fondatrices de mes projets et de mon énergie d'aujourd'hui, mais ce n'est pas le pays qui m'a fait prendre ma place socialement. Pour ça je suis descendue bien plus au sud, dans un territoire où la vie était douce, ensoleillée, et surtout où les gens étaient bien plus libres.

Edit : j'ajoute aussi que prendre sa place, grandir, ça passe aussi beaucoup par le corps et pas que les idées, par des petits mécanismes fins qui n'ont rien à voir avec "rouler des mécaniques". Beaucoup à tirer de ce côté là pour moi.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Intéressant le 02.10.18, 14h44 par The_PoP
  • [+2] A lire le 02.10.18, 14h49 par Onmyoji
  • [+2] Oui le 03.10.18, 08h45 par valll
  • [+2] Constructif le 18.10.18, 13h13 par Avalanche

Salut Vouncy, merci pour ton intervention ici. J'aurais des centaines de questions à te poser alors ! :D


J'ai bien remarqué qu'ici c'était un tout autre monde. Je l'ai vu aussi chez Misa, ses exigences sont bien différentes de celles d'avant. C'est pour ça que je me sens un peu dépassé ou à mille miles d'être à la hauteur des fois. Surtout sur ça (si tu as le temps, je t'invite à le développer un peu s'il te plais) :
Là bas on cherche davantage que tout coule plutôt que la spontanéité ou l'expression personnelle.
Pour le job je postule pour des taff d'ingé / de recherche pour des companies étrangères. Les "bullshit job" seront une solution pour subsister si je ne trouve pas rapidement.

Quant aux petites mécaniques du corps je veux bien quelques tips (toujours si tu as le temps et l'envie), par mp ou par-ici. Je fais de la marche tout les jours au moins une heure, je mange peu (voir pas assez) mais équilibré et je m'étire un soir sur deux environ.

La bise au soja ! ;)

Tu peux aussi t'inscrire dans un club d'un sport qui te plait, il y a beaucoup à apprendre.

Sinon un livre sur la posture qui peut t'intéresser c'est de frédéric Brigaud, améliorer sa posture.
Si tu as besoin de tips en nutrition hésite pas, ou même en sport globalement :)
Courage à toi au pays du soleil levant
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Merci ! :) le 04.10.18, 03h29 par valll

Bon, c'est chiant.

Ce job était juste parfait pour moi : bien placé, bien payé, dans le domaine qui m’intéresse le plus et pile poil dans mon plan de carrière. Le job de rêve qui aurait résolu beaucoup de problèmes matériels : avoir un appart pour y inviter Misa, avoir un salaire pour sortir et rencontrer du monde et faire une activité autre que menuisier en carton pour ma famille d'accueil.

Bon je l'ai pas eu, le mec a même pas répondu. En regardant en arrière j'ai du mal à pas m'en vouloir. Je trouve ma candidature à chier, j'aurais clairement pu faire mieux, j'ai aveuglément suivi des conseils bidons... Maintenant je ferais mes candidatures par moi-même et j'éviterai de faire confiance au figures parentales. C'est entièrement ma faute, j'avais qu'à être plus conscient de ce que ce job représentait pour moi et j'avais qu'à lire ma candidature sans à-priori positifs. Des offres comme ça j'en croiserai pas d'autres.

Regrets et moral un peu à plat mais je vais me forcer à croire la chose suivante :

"Si j'ai pas eu le poste c'est surement pour le mieux."

Bye les gens.


EDIT : C'était chronique, j'étais tellement insatisfait de ma candidature que j'en ai envoyé une autre, une bonne. Ca se fait pas, ça rattrapera pas le coup (ça l'enfonce même) mais de mon coté je me sens mieux. Au moins j'ai envoyé quelque chose de valable. Maintenant je peux lâcher l'affaire.

Tu n'en sais rien si c'était bon.
Tu oublies un détail majeur.
Ce n'est pas ta culture. Et il faut plus que quelques jours ou des années de manga pour en lire toutes les subtilités.

Sans compter qu’il t’en faudra probablement plus d’une candidature pour trouver du job.

Rien d’anormal.

Tu mets trop d´enjeux, tu sembles aimer le romanesque et le drame...

Mais la réalité n’est pas toujours drame et roman.

Faire simple.
If you want to touch the sky,
Fuck a duck and try to fly !

C'est pour des postes dans des entreprises française que je postule, mes candidatures vont en France chez des recruteurs français pour l'instant. J'ai largement pas le niveau culturel et linguistique pour prétendre à des postes dans des entreprises japonaises (je surveille quand même au cas ou).

Je me doute qu'il me faudra plus d'une candidature mais ce genre de contrat y'en a pas des masses. Actuellement sur le Japon y'en a 20, 5 ou j'ai a peu près le profil et 1 (le poste en question) ou j'ai vraiment le profil et l'envie. Bon, maintenant il faut que je m'arme de patience et que j'attende de nouvelles offres de ce type.

C'est juste frustrant de s’apercevoir d'erreurs rédhibitoires après que le mail soit parti, ca me travaillait depuis un moment, j'avais besoin de le mettre quelque part : c'est tombé sur FTS.

En tout cas merci pour vos messages.
The_Pop je vais méditer ce que tu me dis : "Faire simple."

Hello !

Aujourd'hui c'est un Misa related post que je vous fait ! Comment c'est ? Comment ça évolue ? Et oh purée comment je galère ! Vous allez tout savoir !

Avec Misa on passe des moments de flirt intenses. Ca va de se tenir la main à travers les rayons des magasins aux bisous dans le cou en passant par des massages câlins de mains, de pieds, de dos, de tête... J'adore ça... Quand celle que j'affectionne tant pose sa tête sur mon buste et me serre dans ses bras.

Mais Misa elle ne veut pas que ça aille plus loin, elle a été claire : selon elle on est "juste amis". On a eu des moments de tension très intense, des moments ou en temps normal j'aurais fourré ma langue dans sa bouche sans hésiter. Mais là, la règle est claire alors je la respecte.

Sauf qu'après coup, dans les jours qui suivent Misa elle flippe, elle se sens sous pression. C'est ce que je pense, je sais pas vraiment ce qu'il se passe dans sa tête. Elle m'ignore presque, me reproche la moindre faute d'anglais et devient distante. Bref, elle ne me montre aucun intérêt particulier.

Et c'est très difficile pour moi quand ça arrive car je suis un peu tout nu en ce moment. Je n'ai qu'elle ici pour l'instant. Mes amis sont loin, ce qui fait qu'elle est à la fois celle que je veux séduire, et la témoin de mes insécurités quand je les laisse apparaître. C'est surement à cause de ça aussi, qu'elle se sens responsable.

Afin que l'état de notre relation cesse de m'affecter à ce point et aussi parce que ça serait cool, j'ai décidé d'aller me faire des amis. Et pourquoi pas même retourner aux sources : rencontrer d'autres filles, avoir de quoi flirter. Même si ce dernier point la mettra peut-être en rogne, j'ai le droit et le devoir de me protéger.

Demain soir donc, je vais boire un verre avec une connaissance française et ses amis japonais, je sens que ça va cool ! :D

Bye bye. ;)
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Bonne idée ! le 14.10.18, 20h15 par Jalapeno

Je ne suis pas très renseignée sur le sujet mais il me semble qu’il y a une communauté française assez présente au Japon dont tu pourrais te rapprocher pour partager tes expériences avec des personnes qui ont été confrontées aux mêmes problématiques que toi, pour te faire de nouvelles connaissances mais aussi pour mieux identifier les biais culturels.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Merci ! :) le 19.10.18, 06h10 par valll

J'ai repensé à ton histoire. Moi à ta place, je profiterai de cette chance unique d'un pvt au japon pour pas m'éterniser à coller cette Misa qui clairement ne te trouve pas à la hauteur (soyons honnêtes). Je me trouverai des jobs en auberge de jeunesse (logé contre qq heures de boulot) et j'explorerai chemin faisant tout le japon, 1 mois par ci, 1 mois par là, en tablant sur les rencontres impromptues de locaux ou de voyageurs pour faire vibrer ma vie sociale...
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Il y'a du vrai... le 18.10.18, 14h37 par Jalapeno
  • [+1] +1 le 18.10.18, 15h45 par valll

Hey ! J'allais poster ce soir de toute façons.

Merci Vouncy pour ton message.
Cette Misa qui clairement ne te trouve pas à la hauteur (soyons honnêtes).
Tu as peut-être raison. Mais je ne basserai pas les bras aujourd'hui. J'pense être un mec assez bien pour elle et j'irai jusqu'au bout. Je déciderai d'adandonner le jour ou elle dira non à ma demande.

Sinon je comprend le reste de ton message, ça serait une honte d'être au Japon sans en profiter ! Pour l'instant je cherche un travail à temps plein car j'ai vraiment envie de commencer ma carrière au Japon, avec ou sans Misa. En tout cas j'ai envie d'essayer. Et la famille dans laquelle je suis me convient très bien. Je vais peut-être changer de logemet d'ici deux mois mais ce sera toujours à Tokyo. Pour les escapade j'attend de voir comment ça évolue, mon mental et les opportunités. Lâcher prise et aller m'éclater ici et là, c'est tentant... Je sais pas, avoir une expérience pro au Japon c'est tentant aussi pour mon avenir.

Je me rapprocherai peut-être de la communauté Française si je n'arrive pas a m'en sortir tout seul.


Donc partie boulot :

Même si la tendance dit que "il est quasiment impossible de trouver un emploi au sein d'une entreprise au Japon sans des années d'expérience et une parfaite maîtrise de la langue" (vu sur beaucoup de sites), je l'emmerde la tendance ; je préfère croire en moi.

J'a des candidatures plus ou moins prometteuse en cours, un entretien dans une agence de recrutement et un potentiel pré-entretien pour un job super intéressant la semaine prochaine. La non plus je baisserai pas les bras aujourd'hui. Et même si ces pistes ne donnent rien, c'est encourageant.


Partie Misa et, du coup, social :

(ehuu... je sens que mon ton est un peu énervé sur ce post...)

Je ne vais pas le cacher ni me voiler la face, ça me fait chier à mort que Misa ne me montre plus aucun intéret. Ca me peine beaucoup. Ouais, j'ai vraiment envie d'être avec CETTE fille. Ouais, ca ressemble à une obsession. Je sais pas ce que c'est; mon égo, une fascination, ou simplement ses yeux qui m'ensorcellent. Misa c'est pas un canon; y'a des tas de filles accessible, cools et plus jolies qu'elle. Pourtant, c'est SES yeux que je veux, c'est SON sourire à elle qui me fait fondre... c'est SES seins qui m'excitent putian ! C'est ça mon obsession...

C'est peut-être pas légitime mais je suis en colère contre elle. Je lui en veut d'avoir été si douce et affective et d'avoir cessé tout ça du jour au lendemain. Je lui en veut de se foutre un pression de malade en cherchant "le bon, l'unique". Je lui en veut de me savoir seul ici et de ne pas prendre de nouvelles. Je lui en veut de flipper quand elle est dans mes bras et qu'elle me regarde droit dans les yeux, quand nos levres sont seulement à quelques centimètres les unes des autres. Je lui en veut de me dire "Je ne peux rien te promettre, mais si tu abandonne c'est fini."

Aujourd'hui elle me fascine et elle m'enrage.

... Ca fait du bien. Passons.

Lundi je suis sorti avec mon amie française. Franchement c'était pas ouf. On était dans un bar cool mais assez mort (un lundi soir c'est normal). Bref, si j'ai un salaire j'y retournerai en week-end c'est sur !

Et cette aprèm je suis allé à un café de langues. J'ai pu parler avec des étranger et avec des locaux. 20 minutes en anglais, 20 minutes en japonais et rebelote ! C'était super super cool, j'y retournerai surement ce week-end ou la semaine prochaine ! Un mec plutôt cool a pris mon contact et j'ai pris celui d'une Japonaise assez sympa, mignonne aussi. Elle m'a envoyé un message dans la soirée à propos d'un truc dont on avait parlé. J'aimerai bien me faire ami avec elle (avec le mec aussi d'ailleurs). Bon allé, on lui donne un nom en espérant qu'il réaparaisse dans ce journal : Idea.


Voilà voilà. Je vois Misa dimanche pour un déjeuner avec la famille qui m'acueille. Peut-être avant si elle prend l'initiative de proposer un truc, ça viendra pas de moi en tout cas. Et j'espère revoir le mec ou la fille d'ici peu.

Les trois mots d'ordre : Patience, Tenacité et Bonne Volontée.


Même si j'suis en rage, Kiss Bébé Love !

Je sais pas si c'est culturel ou pas, mais ta Misa a l'air de souffler le froid et le chaud (le froid surtout), et ça a l'air de bien marcher pour te garder sous sa coupe. A vrai dire, c'est pas difficile tu es isolé et en position de faiblesse.
Pas certain que ce soit bon pour toi, ni même que ça ne mène à une relation ou une partie de jambe en l'air pour autant.
Garde la en friendzone comme elle le fait et dans tous les cas, comme dit vouncy, perds pas de vue les innombrables autres possibilités !
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Absolument le 19.10.18, 04h06 par valll

J'ai repensé à ton dernier message Vouncy (héhé, t'as vu moi aussi je pense a toi ;) ) et t'as raison. J'ai envie de bouger, de rencontrer des gens et de faire un peu d'aventure. En plus c'est bientôt l'hiver et j'adore le ski ! Ça me fera du bien niveau social et je pourrai toujours chercher du travail à distance.

Yo !

Samedi j'ai tapé une crise de paranoïa. Sale expérience que de se retrouver à chialer et à crier, recroquevillé comme une merde sur son plancher. Passer en boucle le film mental de la meuf que tu kiffe se tapant un autre type, j'suis sur que certains savent de quoi je parle. Bref, après j'ai eu de brèves nouvelles et même si je n'ai rien osé lui demander, j'ai peu à peu arrêté de me torturer.

Plus tard j'ai rejoint Idea à une soirée internationale dans un bar hors de prix. Alors on avais un point de rendez-vous initial que j'ai pas su trouvé. On a donc décidé de se retrouver ailleurs. Mais je me suis planté en beauté et j'ai atteri de l'autre coté de Tokyo (les noms des quartiers se ressemblent vachement pour moi). La pauvre fille m'a donc attendu pendant 20 minutes pour rien, elle a préféré me retrouver directement à la soirée, normal.

La soirée était plein de gens très sympathiques. Au début je conversais avec Idea et deux autres personnes, puis au moment ou mes trois compagnons et moi devions nous éloigner un peu de la foule, une charmante damoiselle est venue me parler. J'étais pas très interéssé parce que je voulais profiter de la soirée pour me faire ami avec Idea mais je n'ai su écourter la conversation. C'est après quelques minutes d'échanges que j'ai quitté cette inconnue pour rejoindre Idea et sa pote. Visiblement je suis revenu avec l'étiquette 'CONNARD' sur le front. Parceque visiblement pour Idea c'était plus un date qu'une sortie amicale. J'ai parlé avec d'autres gens et ai pris le contact d'un gentil Britannique. J'essaye actuellement de relancer Idea par message, parcequ'elle est cool et que je veux une amie, mais ça n'a pas l'air de l'emballer plus que ça.

Dimanche Misa est venue manger dans la famille qui m'héberge. Big moment... J'ai passé plus de deux heures à les écouter parler de choses super intéressantes. Enfin, je crois que c'était intéressant, malheureusement c'était en Japonais. Trop cool ce seul moment de la samaine ou j'ai pu voir Misa. On est allé dans un café après, j'ai prétexté avoir besoin de pratiquer mon entretien d'embauche. Ca m'a valu des reproches pertinents, mais assez chiants quand tu veux juste passer un moment avec la fille que tu kiffe. Bon, Misa elle veut être un peu seule et me remercie de l'avoir laissé tranquille cette semaine. C'est dur de ne pas prendre de nouvelles, c'est dur de ne pas passer de temps avec elle et putain c'est dur que reviennent à ma mémoire les souvenirs de nos parties de baise à chaque fois que j'me branle. Elle me manque cette grande chambre où nous nous permettions les "Je t'aime." et les danses. Il me manque le temps où nous avions du temps et de l'énergie à l'infini, où la neige était dehors et la chaleur avec nous, bien en sécurité à l'intérieur de cette maison, de cette voiture ou de cette couette, à regarder le froid par la fenêtre. Nous n'étions la que pour nous, que pour être ensembles hors du temps. Mais ce temps là est passé c'est comme ça. C'était la passion, ça aurait pas pu rester comme ça éternellement de toute façons. Ca me passera un jour.

Lundi j'avais l'entretien ! Le poste en or, le poste qui me fait rêver, le poste qui arrangerait tout mes soucis et me rendrai heureux. Pffeuh ! J'ai complètement chier, ça a duré 13 minutes et basta ! C'était un entretien vidéo en anglais. La vidéo plus l'anglais plus la pression ça fait a pas fait bon ménage. J'ai perdu mes moyens, j'ai perdu confiance en mon anglais et j'ai pondu des petites crottes aux deux seules questions qu'il m'a posé avant d'écourté notre conversation. Bon, j'étais deg. Cherchant désespérément un peu de réconfort j'ai appelé ma mère mais elle préférait jouer avec les filtres Messenger plutôt que m'écouter. Bon, visiblement je ne pourrais pas toujours compter sur Môman. J'ai appelé ma Tatika, ma sage et tendre tatie. Elle a su me redonner le moral, j'en suis reconnaissant. Je retiendrai cette phrase parmis tant d'autres : "Quand t'es parti tu as dit que tu y allais pour galérer ! C'est juste plus difficile que ce que tu t'imaginais." C'est vrai, j'ai dit ça. Tout ce que je fais ici ça vient de moi, c'est mes choix qui m'ont mené ici, c'est moi qui ai voulu ça.

Aujourd'hui j'avais rendez-vous avec une agence de recrutement, j'y suis allé à reculon pensant qu'ils voulaient juste ma monnaie. Enfait c'est un service gratuit. J'ai pu parler de mes expériences à un type qui notait absolument tout ce que je disais. Même si il est probable qu'il ne me soit d'aucune aide, ça m'a permis de pratiquer l'entretien en anglais. J'ai écris un petit mail de remerciment au recruteur qui a assisté à mon crash lamentable de lundi, lui disant ce que je pensais de mon entretien et lui préscisant les points sur lesquels j'aurais voulu développer un peu plus.

Alors j'en ouais j'en chie quand même, mentalement c'est pas toujours cool et j'ai peut-être l'air d'une merde pleurnicharde. Misa m'a dit : "I see you struggling Val, if you want to go back in France, if it's easier for you then just go.", pffaah ! Merci Misa, tu viens de me faire une fleur : tout ces échecs - relationnels et professionnels - et les gens qui n'y croient pas, ça me donne la hargne ! Et j'en ai encore dans le ventre putain !

J'ai la rage de me prouver que je peux aller au bout de mes ambitions ! Je veux faire tout ce que je peux pour montrer qu'on doit tenter nos rêves et y croire ! Mon échappatoire c'est d'être convaincu que si je donne tout j'arriverai à avoir ce putain de job et à faire mon bout de chemin tout seul. Et si Misa veut de moi tant mieux, sinon tan pis, ça sera qu'un chagrin d'amour de plus.

Alors peut-être que j'fais fausse route et que même en y mettant toute la volonté du monde ça ne marchera pas et que j'arriverai à bout de forces. Et là j'me pèterai les dents violement; pour mon job, pour mon coeur et parce que je serai totalement perdu. Mais des fois faut aller au fond du trou pour faire demi-tour et remonter plein de nouveaux enseignements.

...

En me baladant au hasard cette aprèm je suis tombé sur un petit temple. Je sais pas si c'était un temple Bouddhiste ou Shintoïste mais je me suis approché. J'ai observé calmement et ai tourné les talons pour reprendre ma route. Mais je me suis arrêté après quelques pas et je suis revenu en face de ce temple. J'ai pensé à tout ces moines et ces religieux qui ont l'air heureux et je me suis demandé ce qu'était leur religion. En quoi croient-ils pour être heureux comme ça ? Puis j'ai un peu réfléchi à la mienne de 'religion'. En quoi je crois et qui me rends heureux ? Et j'ai repensé au Val que je connais bien, celui qui a besoin de rien ni personne pour être heureux. Il m'a chuchoté : "Regarde ou tu t'es emmené Val, vois comme c'est beau !" Ca m'a fait du bien d'entendre sa voix à nouveau. Alors j'ai demandé à mon Val de me rendre visite de temps en temps. De me rappeller qu'il existe, je me sens déjà un peu plus proche de lui. Je vais prendre le temps de retrouver mon bon Val, celui qui n'a besoin ni d'une Misa, ni d'un bon job pour être heureux !

...


Pour perpéturer une vieille habitude de mon premier journal et pour emmerder mon monde. Parceque j'ai la hargne (et encore j'devrais écouter des live, ça tape plus fort). Et parceque j'ai enfin vu ce fou en concert et que c'était sublime !
Tcho bye bye ! ;)

"Regarde ou tu t'es emmené Val, vois comme c'est beau !" (...) Je vais prendre le temps de retrouver mon bon Val, celui qui n'a besoin ni d'une Misa, ni d'un bon job pour être heureux !
Mais oui. J'en remets une couche mais si tu passes ton année à chialer (pour la faire courte) dans quelques temps quand tu seras rentré, et que tout ira mieux, que tu te sera prouvé ce que tu as à te prouver etc, tu te dira "J'étais au Japon pendant un an, un des plus beaux pays du monde, et je suis resté à tourner dans le noir de mes obstinations au lieu de simplement mettre le pied dehors et me laisser vivre"

Tu n'as pas besoin de te mettre ces objectifs impossibles pour avoir de la valeur. C'est presque l'inverse. Ces objectifs rigides et inadaptés à la réalité sont presque des stratégies d'évitements grâce auxquels tu n'as pas à t'explorer, à t'aventurer.

Après le spleen du voyageur je connais, quand rien marche comme prévu, qu'on est fatigué, qu'on est pas là pour des bonnes raisons et qu'au fond limite on serait mieux chez soi. T'en es où niveau santé ? Repos ? Alimentation ? Niveau argent tu as la pression ?
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+2] C'est pas faux le 24.10.18, 07h48 par valll
  • [+1] 100% d'accord le 27.10.18, 08h12 par The_PoP
  • [+1] 100% d'accord le 27.10.18, 08h12 par The_PoP

BON PLAN SEXY : De -15 à -70% chez la boutique sexy LoveHoney.fr. LoveHoney.fr propose toute l'année des réductions très agressives sur leur catalogue lingerie, sextoys et autres accessoires. Suivez ce lien pour consulter les offres du moment.

Vous pouvez aussi soutenir FTS en passant par ce lien pour faire votre shopping sur Amazon.fr

Répondre