Oldboy : Un nouveau départ ( bis repetita )

Note : 212

le 04.03.2019 par Oldboy

178 réponses / Dernière par FK le 07.06.2022, 22h36

La vie est faite de virages, d'obstacles à surmonter, d'audace, de surprises et de rencontres décisives. Racontez votre histoire, entrez dans la légende; partagez vos cheminements, vos interrogations, vos rencontres, vos aventures - foirées ou réussies, c'est pas le plus important - et recevez les avis et conseils des autres membres.
Répondre
Carrément d'accord avec FK...

Essaye de taper du côté de la TCC, c'est une approche qui peut être moins lourde/flippante/longue, et puis c'est vraiment terre à terre et tu as un vrai rôle à jouer..

Franchement...penche toi sur toi, oublie le séducteur que tu as envie d'incarner pour le moment, tu ne peux tout simplement pas l'être.. Et même si tu chopais une nana, c'est illusoire de croire que ça te ferait te sentir mieux...

Après, chacun trouve ses recettes, mais je pense qu'une période de calme pourrait te faire du bien et te permettrait de te recentrer et de commencer à t'investir dans une dynamique de reconstruction ...

Courage mec!... Et continue à venir cracher tes valdas par là...
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] 100% d'accord le 28.04.19, 22h29 par Sathinelilly
  • [+1] A lire le 02.05.19, 18h11 par Oldboy

Pour une fois, j'ai eu peu de temps pour poster cette semaine. C'est que j'écoute les conseils, mine de rien.
Comme il y a dans mon journal trop de verbe et pas assez de verges, je vais faire une liste. C'est trendy, les listes.
En 8 points :


1) Vous avez raison, mon état d'euphorie et de détachement de ces derniers temps cache une peur panique. Peur de " perdre la rupture " ( concept idiot en soit, encore plus quand l'ex est une bonasse qui noie son chagrin dans le sperme des mâles ), peur de replonger dans l'abyme de solitude ou je m'étais laissé aller après ma précédente LTR, peur de me retrouver tout seul, de m'oublier dans la picole solitaire et les jeux vidéo, j'en passe.

Du coup, j'avais un dialogue intérieur incessant :
De Oldboy, à Oldboy : OLDBOY ! Crée toi une vie sociale, fais toi des potes de sorties, si possible des mecs qui draguent, inscris toi sur des sites de rencontre, poste sur le forum, close ta pote, sors, essaie de nouveaux trucs, parle aux gens BLALBALBA
Sans arrêt, sans profiter de l'instant. Ça n'a pas nécessairement été improductif, mais j'ai décidé de prendre le temps d'apprécier les bonnes choses. Je me ferais pas en 2 mois.

2) Je dors, et ça change tout. Certes, c'est encore un sommeil chimique. Mais il n'en est pas moins de qualité et ça a une influence énorme sur mon humeur, ma joie de vivre, mon humour, ma productivité. On sous-estime vraiment les méfaits des insomnies.

3) Je me suis fais une liste de docteurs ( je souhaite absolument un " vrais " médecin, c'est psychologique ) pratiquant la TCC dans ma région. J'en suis encore à la prospection et je vais pas franchir le pas facilement, mais je me documente, c'est déjà une étape.

4) J'ai été mangé avec mon meilleur pote. On fait pas ça assez souvent, il chope pas mal sur Tinder et tout. L'enfoiré. Faut dire qu'il se sape bien et qu'il a perdu 17 KG. Je suis content pour lui. Sa rupture il y a une année a été des plus pénibles, même si il me l'a pas trop montré. De toutes façons, j'avais pas la tête à ça, j'avais ma grippe espagnole.

5) J'ai invité Mortitia à manger. Seulement la seconde fois en 10 ans qu'on se retrouve tous les deux. Je m'attendais à des silences gênés, on a passé 6 heures ensembles. Je vois l'impacte direct de mon sommeil retrouvé, j'arrive à nouveau à faire preuve d'un minimum d'intelligence sociale.
Elle m'a fait découvrir un nouveau bar trop cool, ou j'irais sûrement demain. Un truc tout de pierre, dans une cave, on dirait le dongeon d'un château fort, c'est trop classe. J'ai appris plein de trucs sur elle, des trucs cool, ce qu'elle aimait faire en dehors des sorties. C'est 15 ans d’athlétisme, en fait, qui ont forgés son boule !

Bien sûr, j'ai fini par mettre sur le tapis l'objet de notre réunion. Pas facile, pour deux handicapés des sentiments de parler vrais, de parler de fond. Pourtant, ça a été facile et plus productif que je ne l'aurais cru. Elle a fini par me dire qu'elle m'en voulait, qu'elle m'en voulait de l'avoir laissé tombé car elle tenait à moi, qu'elle en avait gros que je la laisse seule avec Wing quand cette dernière était vraiment au plus bas.
Mortitia : Je savais pas comment réagir quand ce torrent de merde est arrivé à Wing et qu'elle réclamait sans-cesses après toi. Tu te rends pas compte de ce que tu représentes pour elle, après sa fille t'es la personne à laquelle elle tien le plus. Tu répondais pas aux messages, j'étais au milieu de tout ça et je savais pas quoi faire.
Oldboy : J'ignorais occuper une telle place, sincèrement. J'ai souvent bien du mal à me convaincre que je suis apprécié.
Mortitia : Je comprend, derrière mes sourires, c'est pareil pour moi.
Elle m'a dit que toutes deux avaient peur que je retourne vers l'Espagnole, elles sont toutes deux convaincues que je ne lâchais pas car j'étais obnubilé par son physique. J'ai pas eu le cran de dire la vérité, celle que je dis ici. J'ai juste promis que ça n'arriverait pas.
Mortitia : Dans le groupe, t'es celui qui m'est le plus proche. On a fait tellement de trucs... ça m'a fait mal que tu m'évinces comme ça.
Oldboy : On aurait dû partager plus de moments comme celui-ci.
Mortitia : Ça aurait changé quoi ? On s’endentaient déjà bien pourquoi?
Il y a eu un silence et j'ai souris. J'ai pensé : Vraiment, tu me demandes pourquoi ? Dois-je te rappeler les fois ou tu t’agrippais à moi, à m'embrasser la joue, sans doute à attendre que je prenne mes couilles ? Les soirées commencées en groupe que nous passions dans les bras l'un de l'autre, sur la piste de danse? Les dizaines de fois ou j'ai passé les mains sur ton corps, les milliers de regards équivoques ? Les fois ou tu chassais sans pitié les filles qui venaient à moi? D’ou vient cette connexion entre nous qui nous connaissons finalement si peu, d'après toi ?

On a bien parlé, on a passé une bonne soirée. Elle m'en veut encore, j'en doute pas, mais rien d'insurmontable. Et putain, moi qui ai toujours étudié / travaillé avec des belles nanas, leur présence m'est vraiment vitale, je m'en rend compte. Ça me manque.

6) Au niveau du job, j'ai eu mon entretien d'évaluation avec mon chef et ses deux minions. Je m'attendais à du positif, c'était carrément de la drague. D'après eux, j'ai d'immenses capacités, je plane largement au-dessus du reste de l'équipe, j'en passe et des meilleures. Mon seul défaut, c'est que je semble faire tout ça avec nonchalance et ne montre aucune volonté de m'investir, d'être corporate. No shit.
Le job est facile, l'ambiance est cool, je fais marrer les collègues et tout. Et pour le moment, ça me va. Je suis pas carriériste. Mais la perche tendue par mon boss est solide, il est plutôt avare de compliments en général. Le message est clair : Tu veux faire carrière ? Tu veux avancer ? Un grade dans une année ? T'as qu'à le montrer. Mais pour l'instant, je m'en bat totalement la race. Mais c'est flatteur.

7) Je cherche un photographe pour me tirer le portrait. Outre le fait de pouvoir avoir un meilleur profil Tinder pour claquer des vulves, ça serait une vraie thérapie concernant l'acceptation de mon image. Sans rire, j'irais plus volontiers à un examen de la prostate chez un délinquant sexuel homo de 100 kg qu'à un shooting. Je suppose que ça me fera du bien.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+2] Bien joué le 02.05.19, 23h01 par Onmyoji
  • [+1] Yesssss! le 03.05.19, 16h20 par James_Aubrey
  • [+2] Bien joué le 03.05.19, 19h24 par Jalapeno
  • [+2] Bravo ! le 03.05.19, 23h23 par Lulla

ça fait très plaisir de lire ça.
Tu n'as que 7 points;)

Pour ton ex, dis toi qu'elle t'a perdu, toi. Vu l'estime que d'autres te portent, t'en as un peu rien à foutre qu'elle suce les premiers venus. ça montre juste sa valeur, pas la tienne. Et c'est pas une compétition, vous pourriez être tous les deux perdants dans cette rupture, mais au final, tu es libéré, et tu fais de nouveau quelque chose de ta vie. Win.

Pour le sommeil, oui, ça impacte vraiment. Et tu as raison pour le choix d'un médecin seulement. Beaucoup de psychologues ou thérapeutes qui emploient des thérapies en vogue ont l'air borderline de charlatans quand tu vois leurs sites internet où ils parlent de leur métier.
Pour Morticia, vision alternative, elle est peut-être simplement une super pote qui te veut vraiment du bien (d'où le filtrage des filles vues comme pas dignes de toi)? Mais c'est vrai que vu ce que tu décris, peut-être qu'elle est, ou qu'elle a été, très intéressée par toi.
Quant à Wing, d'après ce qu'elle t'a dit, c'est vrai qu'il est possible qu'elle attende plus de vos escapades.
Pour ton boulot, ne boude pas ton plaisir. Même sans être carriériste, saisis un peu la perche, tu ne sais pas où ça peut te mener. ça ne nécessite pas plus d'effort, juste de "présenter" un peu les choses différemment.
Pour le photographe, te fais pas arnaquer...

J'ai que 7 points en effet, n'ais-je pas toujours dis être en délicatesse avec les chiffres ?

Hier, j'ai voulu essayé de dormir sans médocs du coup j'ai eu droit à un splendide réveil à 2 heures du matin qui m'a ouvert l'opportunité d'une nuit de cogitation morne.
Je sais pas dans quelle mesure un froid anormal, soufflant même un peu de neige, a un effet sur mon humeur. La boule que j'ai dans la gorge n'est peut-être que mes attributs virils cherchant à se réchauffer. Mais depuis dimanche, sans motifs particuliers, j'ai retrouvé mon état normal : Une déprime passive, léthargique, émaillée de pornos et de pensées noires, égaillée par des heures de jeux-vidéo. Avec latent, ce sentiment tenace que je suis repartis pour des années de disette sentimentale. Ne manque au tableau que la picole en solitaire et je suis repartis comme en 40. J'ai aucune envie de me laisser replonger dans la passivité, quitte à me foutre un gros coup de pied dans le cul ou à me mettre en danger.

Au niveau du job, le Français avec qui j'ai erré dans la ville après avoir pris du sucre s'est fait viré manu militari. Ballot, mais compréhensible, le mec avait clairement l'air trop sensible et trop gentil pour le milieu. En parallèle, mon pote Dan m'a enfin expliqué en détail pourquoi il a mis fin à son tour du monde pour revenir dans la boite : En accord avec le top management, dans deux ans il passera de simple employé à Vice Président, au nez et à la barbe des cadres de sa team qui attendent le poste depuis 15 ans. Le monde merveilleux de l'entreprise ! Et devinez de qui il aura besoin à sa droite pour gérer le merdier ?
J'ai pas grand chose à faire. M'accrocher dans mon job à la noix, engranger un peu plus d'expérience et si tout va bien, dans deux ans mon statut et mon salaire vont exploser, paf, c'est magique.
Il y a toutefois deux ombres au tableau : La première et que je m'ennuie dans mon travail et que je ne parviens même pas imaginer un taf qui me plairait. Et j'ai une peur panique de l'engagement. La seconde est qu'il n'y a pas de jolies filles. Je plaisante pas, ça m'affecte limite plus que le daily business.

Faut dire que je manque de visages pour peupler mes songes. Je parle même pas de branlette là, juste de visages féminins auxquels rêvasser. Alors je superpose en alternance les décalques de Wing ou de Mortitia sur les corps anonymes de mes rêveries mièvres, avec tous les dangers que ça représente. C'est les seuls visages que ma mémoire n'a pas attaqué. Comme à l'époque, je risque de me complaire dans leurs présences et leurs attentions, m'en satisfaire mollement et ne plus bouger.
Ça me rappel une discussion que j'ai eu avec Mortitia l'autre jour, que j'ai oublié d'évoquer :
Oldboy : Oui, il me reste 5 semaines de vacance à poser aux moins ! Mais j'ai pas envie de poser des vacances sans partir.
Mortitia : Pareille, mais j'ai personne avec qui bouger, Wing à pas les moyens de partir loin et j'ai pas envie de partir seule.
Oldboy : Idem, je pense que si je partais au bout du monde je finirais par rester dans ma chambre d'hôtel sans bouger !
Mortitia : Moi aussi ! J'irais biens à l'Ile Moris faire mon brevet de plongée, mais toute seule...
Oldboy: Ouais, ça doit être cool.
Mortitia: Ouais.
First World Problems. :mrgreen: Toutefois, si elle n'avait pas rancune et si j'étais un individu normal, je suppose que j'aurais aux moins proposé de partir avec elle. Là, la simple évocation de l'idée engendre un torrent de réflexions compliquées et néfastes. Je suppose que je passerais 15 jours chez moi.

Pour conclure cet épanchement de pus de cerveau, j'ai envie de dire que je crois que j'ai des atouts. Il y a moins bien armé que moi, c'est certain. Il y a plus moche, plus stupide, plus pauvre, moins drôle, moins sympa, moins confiant. Mais mon inaptitude au bonheur fait que je suis un piètre ambassadeur de ma propre personne.
Ces deux derniers mois d'hyperactivité ( c'est un bien grand mot, certes ) ont portés des fruits. Un cercle social de sortie avec des collègues et d'anciens collègues, une amélioration de mon image personnelle et professionnelle, une réconciliation avec Wing et Mortitia, deux kissclose et un fuckclose avec Wing. C'est déjà ça, par rapport à mes 6 ans de rien, mais c'est insuffisant. J'ai besoin d'un putain d’électrochoc et il va falloir que ça pique car juré, j'ai le cuir solide. J'ai pas envie de laisser mon nihilisme me pourrir encore des années.

Oldboy a écrit :Ne manque au tableau que la picole en solitaire et je suis repartis comme en 40. J'ai aucune envie de me laisser replonger dans la passivité, quitte à me foutre un gros coup de pied dans le cul ou à me mettre en danger.
C'est normal d'avoir des hauts et des bas, la question c'est de savoir quelle est ta moyenne. Et aussi, que les épisodes de merde ne durent pas longtemps. Ce serait bien que tes "divertissements" (porn, jeux, etc), que tu associes à tes déprimes, tu les pratiques aussi même dans les phases où tu es bien.
Il n'y a rien de mal à se faire une partie, même régulièrement, ou se faire un porn si on apprécie le média.

Pour ton futur, tu peux aussi, si tu t'ennuies, chercher à apprendre plus, à acquérir plus de responsabilités sur des choses pour lesquelles on t'attend pas forcément.
Pour les femmes au boulot, pas de juristes, d'avocates, de RH, de secrétaires, ou même d'analystes, même si c'est plus rare que dans les professions précitées?

Ah et ça:
Oldboy : Oui, il me reste 5 semaines de vacance à poser aux moins ! Mais j'ai pas envie de poser des vacances sans partir.
Mortitia : Pareille, mais j'ai personne avec qui bouger, Wing à pas les moyens de partir loin et j'ai pas envie de partir seule.
Oldboy : Idem, je pense que si je partais au bout du monde je finirais par rester dans ma chambre d'hôtel sans bouger !
Mortitia : Moi aussi ! J'irais biens à l'Ile Moris faire mon brevet de plongée, mais toute seule...
Oldboy: Ouais, ça doit être cool.
Mortitia: Ouais.
Si c'est pas des appels du pied, qu'est ce que c'est?

si elle n'avait pas rancune
Arrête de penser à sa place!

et si j'étais un individu normal
Tu l'es. Arrête tes conneries.

Je suppose que je passerais 15 jours chez moi.
Pense plutôt aux plans que tu pourrais lui proposer (et pas pourquoi, ou comment la convaincre. Dis lui "je vais là, tu me suis", et elle dira "Oui!!!!!!!!" avec 8 points d'exclamation.

J'ai pas envie de laisser mon nihilisme me pourrir encore des années.
ça c'est un bon point final pour un bon point de départ.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] 100% d'accord le 07.05.19, 08h26 par The_PoP
  • [+1] Absolument le 07.05.19, 13h20 par Perlambre
  • [+1] +1 le 07.05.19, 20h08 par James_Aubrey
"Les gens déplorent les effets dont ils chérissent les causes"

Je sais plus si tu l'as déjà mentionné ailleurs, mais est-ce que tu pratiques un sport quelconque, un truc où tu te dépenses physiquement ?
Si ce n'est pas encore le cas, ça peut aider pas mal sur plein de niveau (sans être une solution miracle), notamment sur ton sommeil et ton anxiété...

Hey Oldboy, c'est pas une ouverture que tu as eu avec Mortitia mais une autoroute, fonce !

Ce soir je m’octroie exceptionnellement mes 3 ou 4 litres de bière en solitaire. Mine de rien, ça m'a manqué. Je ressens les choses.
Je fais pas de sport, j'en ai beaucoup fait plus jeune. Des sports de combat, essentiellement, mais aussi de la muscu et du badminton. Les sports de combats exacerbent très fortement mon agressivité naturelle au lieu de la canaliser, je vais donc éviter. Faut que je sorte de ma zone de confort pour reprendre la muscu, ça me fera du bien et ça fait 1 mois que je me serine pour se faire. Ma zone de confort n'est pas une image, il s'agit de mon appartement. J'ai la routine boulot----> jeux vidéo / lecture / film / picole putain de profondément ancrée, je m'y étais plongé après avoir largué mon ancienne LTR il y a maintenant près de 10 ans et je galère grave à m'en défaire.
et si j'étais un individu normal
Tu l'es. Arrête tes conneries.
J'en sais rien. J'ai tout le paraître qui va bien. Financier Suisse polis, un peu réservé, calme et intégré. Quand tu creuses, tu vois un mec obsédé par ses relations sociales et les filles en général, autodestructeur, possiblement très violent, insomniaque et égocentrique. Je connais mal les gens, je sais que la norme c'est pas le vernis des réseaux sociaux ou les fringues ou le reste. Donc tout le monde est peut-être un peu ainsi, que sais-je. Je me demande aussi si mon manque d'empathie est normal, ce qui signifierait que tout le monde se drape de beaux discours sans rien en penser, ou si y'a un putain de gros soucis à ce niveau.
J'agis presque jamais sans calculs et je dois faire de gros efforts pour pas me laisser aller à trop tirer la corde dans mon camps.
Exemple idiot de ce soir : J'écris à Wing pour la voir demain, je sais que normalement elle voit ses plans le mercredi mais je me dis qu'éventuellement, elle est libre. Je fais semblant d'ignorer la pensée sous-jascente : Je vais essayer de la pécho ! Elle me dit qu'elle est prise, qu'elle regrette etc. Immédiate sensation de rage de l'enfant gâté, tentation de la faire culpabiliser pour la faire changer d'avis, tout le reste. Je sais parfaitement que je pourrais la faire changer d'avis et la baiser, quitte à la faire culpabiliser. Je sais parfaitement que ça serait uniquement pour combler ma solitude car j'ai même pas spécialement envie de niquer, comme d'habitude. Je sais parfaitement heureusement, que c'est une idée de merde à but purement égoïste et je m'en abstiens, mais de justesse, et présentement je ressens une grande colère, et une grande soif.
Je déconne pas quand je dis que le sucre m'a fait ressentir une empathie inhabituelle. Je crois ne jamais de toute ma vie avoir vraiment été triste pour quelqu'un. Toujours pour moi. Moi. Moi.

Le plus triste, c'est que je ressens pas tout ça parce que c'est Wing. Je ressens tout ça parce-que c'est la seule nana, aujourd'hui, vers qui je peux me tourner. Je l'ai zappée 2 ans et je peux pas m'empêcher de ressentir tout ça, de penser toujours et avant tout à ma gueule.
Perlambre le 07.05.19,13h23
Hey Oldboy, c'est pas une ouverture que tu as eu avec Mortitia mais une autoroute, fonce !
Peut-être. Pas sûr, connaissant la nana. A l'heure actuelle, c'est toutefois une immense idée de merde, la porte ouverte à un One-Itis destructeur qui me fera à coup sûr cette fois perdre et Mortitia, et Wing. Au minimum.

M’acclimater calmement et profiter ne marchera pas. Ça a tenu 7 jours, 7 jours avant que je retrouve ma morosité congénitale et inexplicable. En général je la creuse jusqu'à toucher le fond et rebondir. Après l'Espagnole, j'ai essayé la panique positive. Je vais y revenir, je crois, je hais ce que je vois en moi en ce moment. Et j'ai honte aussi de ressentir tout ça. De gâcher ce potentiel. Au yeux de pas mal de gens j'imagine, je suis riche, pas si moche, pas si con, bien entouré. Y compris aux yeux de l'Oldboy pauvre à bouffer du riz au riz, de l'Oldboy abruti par la dépression, de l'Oldboy bouffi par l'alcool, de l'Oldboy seul week-end après week-end. Il me péterait les dents si il me voyait, après toute les promesses qu'il s'est fait.

Ce journal reste, comme à son habitude, dans le pathos. Mais c'est le seul exutoire que j'ai, après tout.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Courage le 07.05.19, 21h12 par Annah6878
  • [0] Courage le 08.05.19, 01h04 par Lulla

J'en sais rien. J'ai tout le paraître qui va bien.
Ça me parle ça, je pensais ça aussi : que j’étais pas normal, que les autres l'étaient bla-bla-bla...ça m’a poussé à vouloir m’intégrer partout et paradoxalement à côtoyer des gens de toutes origines sociales, culturelles..(vraiment t’imagines pas). Et à découvrir que tout le monde a des problèmes, qu’il n’y a pas le camp des cools et ceux des handicapés sociaux. Il n’y a que la capacité à gérer son bordel et à bien le dissimuler. Ce que tu as l’air de bien faire.
J'agis presque jamais sans calculs et je dois faire de gros efforts pour pas me laisser aller à trop tirer la corde dans mon camps.
C’est un réflexe de survie ça, tu as l’air d’avoir vécu des choses assez « dures ». Enfin c’est comme ça que je me le suis interprété. Je ne peux pas te donner une solution parce que je n’en ai pas encore trouvée :).
Ça dépend aussi de tes angoisses/frustrations initiales qui t’ont blessé mais aussi porté. On dit qu’il faut lâcher prise...plus facile à dire qu’à faire. Est ce qu’à un moment donné on se dit c’est bon, je suis en « safe zone » ? Je ne sais pas.

Voilà ça fait un peu « moi je » mais si ça peut démystifier « l’unicité » de ton mal être...
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] En effet le 08.05.19, 09h48 par Onmyoji

Je me demande aussi si mon manque d'empathie est normal, ce qui signifierait que tout le monde se drape de beaux discours sans rien en penser, ou si y'a un putain de gros soucis à ce niveau.
Je vais peut être me planter en beauté, mais les soucis d'alcool j'ai connu, et je dirais que t'es dans la phase parfaite ou t'as intérêt à faire une longue pause.

Et le manque d'empathie ca vient généralement du fait que quand on passe son temps a se regarder le nombril en se morfondant, on n'arrive pas à se concentrer sur autre chose que sa bite (au sens propre et figuré).

Je pense que t'es en état dépressif (pas forcément en dépression), lié à une conso excessive de palliatifs (porn, alcool...) et qu'un changement radical dans tes habitudes de vie va s'imposer. C'est l'été, profite en.

Mais un conseil : fais une pause de 3 mois dans l'alcool. Je te dis pas toujours, mais 3 mois.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] 100% d'accord le 08.05.19, 10h39 par The_PoP

Le sucre ça démolit ton empathie. Comme l’alcool mais plus violemment.

Le sucre ne te donne qu’une illusion d’empathie. Et c’est terriblement plus dangereux.

Parole de mec qui accompagne un accro au sucre du mieux qu’il peut. Et mon très proche n’est pas en train de gagner son combat.


PS : je rejoins Owen. T’as 0 empathie parce que tu as l´impression (réelle ou non) de souffrir.
Symptôme de la dépression a mon avis. Va consulter bordel, tu as tout à y gagner.
If you want to touch the sky,
Fuck a duck and try to fly !

oldboy-vt24822.html

Je me fourvoie depuis le début, c'est drôle la mémoire, quand même. Je profite ces jours d'une météo particulièrement anormale et catastrophique pour m'essayer à quelques réflexions de fonds, pour une fois.
Ça fait des années que je me suis convaincu, je sais pas comment, d'être redevenu un " AFC " comme quand " j'étais jeune ". C'est faux. C'est entièrement faux. La mémoire est décidément pas fiable et les journaux, bien utiles.

J'étais pas un AFC mais un mec normal. Première copine à 15 ans, puis une autre, une autre, une autre. Jamais plus de quelques mois entre elles, comme un type normal quoi.
C'est entre ma rupture avec ma LTR en 2011 et l'Espagnole que j'ai close en 2017 que le mal s'est fait. J'avais totalement oublié ça.
C'est pendant ces années que mon penchant pour l'alcool s'est confirmé, que la branlette et les jeux-vidéos sont devenu une routine, que j'ai développé des seaux de rancœur et de frustration. Que je me suis laissé disparaître des réseaux sociaux, que j'ai plongé dans le pire One-Itis de ma life, que j'ai traversé des épisodes de dépression profonde et que j'ai perdu l'envie de baiser, l'envie d'aimer, l'envie de rencontrer du monde. J'ai beau relire mes journaux, ils sont trop pleins de faux-semblants pour que j'arrive pour le moment à déterminer comment ça s'est produit. Mais faut que je trouve, je crois.

C'est pas grand chose, mais j'essaie ces jours de bosser sur les petites interactions sociales. Échanger quelques mots, sourire un peu, tout ça. Car le week-end passé une copine à Dan m'a fait la réflexion comme quoi j'étais " vachement froid " et que je " pétillais pas" . Je commence à les collectionner, ces remarques. Et si je n'ai jamais été très souriant, jamais je n'ai reçu autant de remarque à ce sujet de toute ma vie.
Dans le train, l'autre jour, une charmante blonde un peu rock s'est assise en face de moi. Comme je fais un effort constant ces jours pour me composer un faciès aimable, j'ai tiré un vague sourire. Elle me l'a rendu et je l'ai vu du coin de l’œil me jeter des regards furtifs pendant tout le trajet. Mais j'étais déjà plus là, car une question m'obsède.

Je veux quoi, au juste ? Qu'est ce qui me manque ?
Du sexe ? Non. Clairement pas. C'est pas un manque et la branlette apaise le besoin.
Une copine ? Nan, nope, non merci. Trop tôt.
Un cercle social pour sortir alors ? Oui, mais non. J'ai su me créer ce petit groupe et je me rend compte qu'une fois passé mon côté froid, je suis apprécié. Samedi, je suis invité à l'anniversaire de la copine d'un ancien collègue, que j'ai vue 2 fois, le type m'apprécie de toutes évidences beaucoup. Un autre collègue à moi se confie sur ses déboires amoureux, cherche à aller boire des verres avec moi et tout. Un autre fait pareil.
Seulement, le seul hic, c'est que si y'a pas de nanas prévue, je suis pas intéressé.
Mais bon sang, si je veux pas les baiser ou sortir avec, je compte en faire quoi ? Juste apprécier la présence de jolies filles en espérant qu'elles me sautent dessus ?

J'arrive pas mettre le doigts sur le truc. J'ai toujours aimé la présence des jolies filles et depuis mes 15 ans, j'ai toujours su m'entourer de quelques jolies amies ( et au final je sortais avec ). C'est peut-être le mal moderne de l'enfant gâté qui a tout et ne se trouve plus de causes ? Me faudrait une bonne guerre, une maladie ?
J'ai juste le sentiment que ça vient du rapport aux autres, plus particulièrement du rapport aux femmes, sans vraiment percer le truc.
Ou peut-être que les années que j'ai passé enfermé ont baisé mes besoins, qu'in fine la seule chose qui m'amuse encore c'est les jeux vidéo et le seul moyen d'apaiser mes envies de cul, la branlette, j'sais pas trop.

Je continue à réfléchir, je me donne encore une semaine vu que la météo pousse à la réclusion, pire mois de Mai que la Suisse aie connu. Samedi y'aura plein de filles, mon pote photographe revient la semaine prochaine d'Australie. Je continue à essayer de sourire, me suis réinscris au sport.
Mais il faut que je continue à creuser, car pour le moment la seule réponse que j'obtiens à " tu veux quoi ? " c'est " rester chez moi à boire des bières, me branler sur du porn et faire le geek ". Ca me convient pas.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Intéressant le 15.05.19, 08h20 par valll
  • [+1] Constructif le 15.05.19, 09h06 par Jalapeno
  • [+1] Intéressant le 15.05.19, 13h25 par Perlambre
  • [+1] This le 16.05.19, 02h47 par Onmyoji

Du coup t'as arrêté de te branler et de mater du porn ou pas finalement?

J'arrive pas mettre le doigts sur le truc. J'ai toujours aimé la présence des jolies filles et depuis mes 15 ans, j'ai toujours su m'entourer de quelques jolies amies ( et au final je sortais avec ). C'est peut-être le mal moderne de l'enfant gâté qui a tout et ne se trouve plus de causes ? Me faudrait une bonne guerre, une maladie ?
J'ai juste le sentiment que ça vient du rapport aux autres, plus particulièrement du rapport aux femmes, sans vraiment percer le truc.
J'ai pareil que toi, dans une moindre mesure, je "cherche" l'approbation et la compagnie des femmes. Ca comble un manque de reconnaissance je pense; et ça apporte un sentiment d'acceptation, de "fit". Et pourquoi des femmes, plus que des hommes ? Parce que, en tout cas dans mon cerveau abîmé, les hommes, c'est l'antagonisme possible, la compétition, le risque.

T'es en mode défense je pense.
Mais seul un travail d'analyse pourra réellement te permettre de tirer les bonnes ficelles, et démêler la pelotte. Mais ce travail, il faut vraiment le faire de manière pro active, avec quelqu'un qui te pose les bonnes questions pour t'aider.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Bien vu le 15.05.19, 13h44 par valll
  • [+1] Bien vu le 15.05.19, 19h08 par Stremon
Trouve ton courage. N'écoute que lui.
"L'instinct nous dicte le devoir, et l'intelligence nous donne les prétextes pour l'éluder ~ Proust
(c'est pas faux !)

Oldboy : "si je veux pas les baiser ou sortir avec, je compte en faire quoi ?"

FK : "les hommes, c'est l'antagonisme possible, la compétition, le risque."

Loin de moi l'idée de vous manquer de respect ou de vous comparer mais mon meilleur ami homo adore sortir avec moi pour un besoin d'approbation en milieu hétéro, un idéal de la femme vénérée car inenvisageable, un repos du guerrier loin des backroom...

Oui c'est rassurant et facile les femmes
Trouve ton courage. N'écoute que lui.
"L'instinct nous dicte le devoir, et l'intelligence nous donne les prétextes pour l'éluder ~ Proust
(c'est pas faux !)

@Owen : Plus que l'alcool ou les médocs, j'ai du mal à totalement stopper le porn. C'est le remède le plus simple et le plus immédiat à mes accès de déprime. La branlette c'est mort, j'ai les hormones qui partent en vrillent ces temps, je vais devenir énorme au fit avec toute cette testo. J'ai énormément diminué le porn toutefois, j'ai du craquer 2-3 fois en 15 jours. Avant c'était TOUS les jours, aux moins une fois, sans exceptions.

@Fk J'avais lu ton ressenti sur un autre fil, je le partage ou plutôt je le partageais. Depuis quelques temps, notamment depuis mon nouveau job, mon rapport aux autres mecs est beaucoup, beaaaacoup moins dans la confrontation / la méfiance. Le fait de bosser dans un milieu exclusivement masculin avec une ambiance de virilité potache parfois proche de celle que l'on trouve sur les chantiers m'a énormément aidé. Jadis, aux études comme au boulot, je sympathisais qu'avec les ( jolies ) filles.

@Perlambre le côté DHV de traîner avec de belles filles sans toutefois les sauter me manque un peu et je l'assume. Par contre je suis pas sûr d'avoir pigé ce que ça apporte à ton pote homo :mrgreen:

Je vais continuer à essayer de diminuer tout ce qui est expédients faciles type porn / alcool / jeux-vidéos et même somnifères et persévérer dans la recherche de la réponse à la question qui m'interpelle. Ce qui me trouble le plus, c'est à quel point je me suis fourvoyé.

Bug sql
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Aha :) le 15.05.19, 18h06 par valll

Oldboy a écrit :Bug sql
cad ?
Trouve ton courage. N'écoute que lui.
"L'instinct nous dicte le devoir, et l'intelligence nous donne les prétextes pour l'éluder ~ Proust
(c'est pas faux !)

Tes expédients, c'est la surface du problème.
La recherche de la compagnie des femmes, ça peut être pour plein de raisons, mais le fait est que plein* de gens sont de toute manière pas intéressants, faut pas se leurrer, donc ça me semble normal que vu tes phases un peu dures, tu n'aies pas envie de te connecter même temporairement avec des gens qui vont t'envoyer de la médiocrité, chose qui ne fera que te renvoyer ce que tu supposes être la tienne.
Pour les nanas, c'est moche de se comporter différemment, c'est clair, mais on est des hommes et elles ont au moins pour elles de nous attirer sexuellement, ou de satisfaire notre besoin de compagnie féminine.
Les nanas avec qui tu peux parler pendant des heures comme si tu les connaissais depuis des années et sans que ce soit creux, c'est pas si courant.

On va me dire que je suis misanthrope, mais c'est même pas la question, beaucoup de gens ont peu de valeurs, de goût ou de préoccupations qui tournent autour d'autre chose qu'eux, leur satisfaction immédiate ou des trucs médiocres. Pour "beaucoup", c'est pas 80%, mais déjà même 1 personne sur 5 ça fait beaucoup.
Et quand je dis "pas intéressants", c'est pas qu'ils sont "pas intéressants dans l'absolu", juste qu'il faut trop creuser pour qu'ils le soient, qu'on les sorte de leur connerie pour en tirer la perle.
Peut-être que tes meilleures interactions viennent du fait que finalement, tu es "dans ton milieu", avec des gens qui ont des motivations semblables, une vision du monde qui sans être parfaitement similaire, se retrouve dans des inflexions proches, des schémas communs, des valeurs et des dynamiques qui vont aboutir aux mêmes choses. Par contre, cette "ouverture" ne change pas le fait que la plupart des inconnus pris au hasard te sembleront assez "fac simile", avec toujours les mêmes délires, la même manière de pensée usée, et finalement aucune capacité à voir plus grand qu'eux (et quand je parle de ça, je parle pas d'ambition), et ça peut te renvoyer à ton mal-être.

Tu parlais des souvenirs. De la même manière qu'il y a une rationalisation des choses en fonction des émotions, il y a une réécriture des souvenirs en fonction de ton ressenti. Tu ne vis jamais deux fois un même souvenir exactement pareil. Chaque fois, tu recrées une nouvelle histoire, même si c'est dans les grandes lignes pareil et qu'en surface tu auras l'impression que c'est pareil, au fur et à mesure ta perception interne peut évoluer.
C'est d'autant plus vrai si des choses t'ont perturbé.
Et quand des choses altèrent tes souvenirs et ton ressenti, elles finissent par attaquer les valeurs et les comportements qui en découlent. à te convaincre que tu étais un AfC à l'origine, tu t'es dit que finalement, c'était naturel. Et que quoi qu'il arrive, c'était dans ta nature, comme le fait d'être sombre et "violent" (en tous cas, dans tes passions et émotions).
Au final, de ce que tu racontes, tout ce que je vois c'est que tu es très exigeant avec toi-même, donc tu ne peux que te décevoir à un moment, sans goûter le reste à sa juste valeur (comme quand tu disais "j'ai eu que deux bombes". La plupart des mecs ici donneraient sans doute une couille pour en toucher une).
Cette exigence et cette déception engendre cette violence, ces reproches, et au final, c'est devenu une habitude, parce que tu n'es jamais satisfait, et tu es triste/insatisfait sans savoir vraiment pourquoi; alors même qu'objectivement, il se passe des trucs plutôt cool.

Ton titre de journal, c'est un testament de ce que tu ressens. Un nouveau départ: comme le précédent. Qui a abouti, tu le sais, à une forme d'échec pour toi. C'est ça que tu veux? Une boucle sans fin? Un nouveau départ vers une ancienne arrivée, même si c'est pas la même meuf?
Tu vaux vraiment mieux que ça, et si j'écris ça, c'est que ça me fait un peu chier de te voir tourner en rond alors qu'il y a une vraie solution à trouver.

Pour sortir de ça, je pense que déjà, tu devrais trouver une vraie aide,
ensuite, qu'au delà de ça, tu dois t'attacher à profiter vraiment de ce que tu as et à le valoriser au lieu d'avoir des idées à la con comme "se mettre en danger" ou quitter ton job et péter tout ce que tu as construit. Je comprends que tu ne veuilles pas de la routine, mais foutre le feu à ta baraque c'est pas un truc de bonhomme grand et couillu, c'est un truc de mec qui perd contact avec la réalité et qui trouve des solutions qui n'en sont pas.
On est pas à Hollywood et partir sur la route, c'est rarement la solution (bon, on a des gars qui voyagent ici mais c'est pas la question).
Profiter de ce que tu as, ça veut dire aussi arrêter de tergiverser à penser à la place des autres que ce soit Wing ou Morticia. Au lieu de te demander ce que tu veux, puisque tu peux pas savoir encore puisque tu sais plus ce que c'est, essaie simplement de créer le plus de positif. C'est simple. En commençant par toi, et en continuant par "toi et tes proches, conjointement". Donne leur du rêve, de bons moments, entraine les sur ta vague.
Elles, elles t'en veulent pas tant que ça, malgré ce qu'elles affectent, ou que tu crois qu'elles affectent.
Et si je te dis pas de forcément les baiser, tu as des relations fortes avec, rends ces liens plus forts.
Des amis vrais, on en a jamais beaucoup. Elles elles ont déjà été éprouvées par le temps.

Si tu n'es pas enthousiaste, dis toi que tu le fais pour elles. Si tu n'as pas l'envie, dis toi que l'appétit vient en mangeant. C'est con de te voir gâcher ça parce que finalement, tu es toujours dans une introspection négative qui te tire vers le bas.
à un moment, j'écrivais plus dans mon journal parce que j'étais dans une spirale de réflexion qui m'enfonçait.
Si c'est pour ce genre de réflexions, c'est bien parce qu'on peut mettre le doigt dessus, nous, mais si toi, ça te renvoie de la noirceur, c'est dommage.
Si tu essaies de repenser à ce que tu as décrit de la perspective d'un mec qui aurait pas de plans particuliers, mais qui serait juste positif, tu crois qu'il verrait quoi?
J'ai un bon job, j'ai des amis, je sais me faire apprécier, je sais séduire même si j'ai des passages un peu compliqués (comme tout le monde), et j'ai pas de souci à me faire pour l'avenir, même si je sais pas particulièrement ce que je veux faire, je vais m'amuser.
Toi, tu te dis: je sais pas ce que je veux. Du coup, tout est moche, même si objectivement, tout est pas mal.

Tu as oublié un truc. L'important, c'est pas le but, c'est le voyage. Et même en errant, on peut trouver des choses intéressantes sur le chemin. Et trouver sa voie, aussi, plus tard.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+2] Pertinent le 18.05.19, 17h33 par Oldboy
"Les gens déplorent les effets dont ils chérissent les causes"

BON PLAN SEXY : De -15 à -70% chez la boutique sexy LoveHoney.fr. LoveHoney.fr propose toute l'année des réductions très agressives sur leur catalogue lingerie, sextoys et autres accessoires. Suivez ce lien pour consulter les offres du moment.

Vous pouvez aussi soutenir FTS en passant par ce lien pour faire votre shopping sur Amazon.fr

Répondre