Avaler des montagnes

Note : 158

le 03.06.2019 par Jalapeno

82 réponses / Dernière par basile le 12.06.2022, 00h45

La vie est faite de virages, d'obstacles à surmonter, d'audace, de surprises et de rencontres décisives. Racontez votre histoire, entrez dans la légende; partagez vos cheminements, vos interrogations, vos rencontres, vos aventures - foirées ou réussies, c'est pas le plus important - et recevez les avis et conseils des autres membres.
Coucou Jalap'

C'est un réel plaisir de te lire.
Petite question pour ma culture g : c'est quoi le côté "vanille" niveau sexe ?

Vivant en couple aujourd'hui, je pense sincèrement que "simple et facile" doit être réservé au quotidien inévitable. Donc par exemple, pas question de s'engueuler sur une tache sur le tapis, sur une marque de yaourt ou sur une sortie de l'un sans l'autre.
PAR CONTRE, il me semble primordial d'avoir un partenaire dont on n'a pas toutes les clés, un partenaire dont le moindre sourire donne le frisson et surtout un partenaire que tu n'as pas H24 à tes côtés.
Est-ce possible sur le long terme ? Très franchement je n'ai pas la réponse.

Tu évoques la passion, que j'ai connue aussi... mais les hormones et les sentiments ne fonctionnent pas bien ensemble, l'un ou l'autre prend le dessus à un moment... et tu ne crée pas un couple avec uniquement de la passion, au contraire elle peut être destructrice... et les sentiments peuvent amener à une relation tiède niveau sexe. Sans parler de deux partenaires pas dans la même optique de relation... bref ta quête peut te tenir en haleine un long moment mais je te comprends vraiment :)
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+2] 100% d'accord le 24.08.20, 08h49 par Jalapeno

Et si le bon intermédiaire n'était pas "simple, facile" parce que c'est essentiel pour ta santé mentale, ET "réciproque" (mais sans forcément une passion durable car c'est utopique OU (exclusif) destructeur, cf tes histoires passées, dont tu ne mesures pas le potentiel délétère justement à cause des choses vous distanciant et les rendant indisponibles).
D'accord avec toi, la relation "simple et facile" qu'individuellement tu as du mal à supporter et qui te ferait douter de toi, voir perdre confiance en toi, n'est pas vivable non plus.

Si tu connais ton biais travaille à le changer. Sinon il parasitera toujours ta perception et ton ressenti de tes relations. Et le jeu sera faussé. Évidemment tu trouvais Grace collante. Ça t'agaçait de ne pas atteindre ton idéal malgré sa bonne compatibilité, donc tu as transformé ta déception en ressentiment. Par ce genre de mécanismes tu peux pourrir n'importe quelle relation. En l'occurrence tu cherches sans doute beaucoup à l'extérieur quelque chose qui se passe essentiellement à l'intérieur.
Tu devrais peut-être lutter contre ton inertie naturelle, et te diriger vers quelque chose que tu choisis toi. Pas le frisson facile, mais celui que tu construis, que tu travailles. Bien sûr, avoir des sentiments au départ me semble essentiel, mais tu devrais apprendre à te laisser toucher, plutôt que de te laisser hacker par tes émotions et attendre de perdre le contrôle.
Ça ne t'a jamais mené nulle part. Si je crois qu'il est possible de faire correspondre simple, facile et passionné par construction, je ne pense pas que ce soit possible avec la vraie passion dans ton cas parce que tu es attiré par des plantes vénéneuses et que c'est uniquement ça chez elles qui évoque et invoque ta passion. Donc forcément elles en abuseront ou tu te retrouveras insatisfait quand le rythme doit changer pour que ce soit viable.

Encore une fois on ne construit rien sur des bases viciées. Donc pas de relations sur des passions toxiques (alors que tu peux le faire sur une relation simple facile et un brin romantique), et pas de relation avec un prisme qui change toutes les perceptions.
Commence par ça, le reste viendra naturellement.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Intéressant le 24.08.20, 09h05 par Jalapeno
"Les gens déplorent les effets dont ils chérissent les causes"

Perlambre a écrit :
24.08.20
Vivant en couple aujourd'hui, je pense sincèrement que "simple et facile" doit être réservé au quotidien inévitable.
Je te rejoins complètement là-dessus. Le côté "simple et facile" est indispensable au quotidien.
Perlambre a écrit :
24.08.20
Tu évoques la passion, que j'ai connue aussi... mais les hormones et les sentiments ne fonctionnent pas bien ensemble, l'un ou l'autre prend le dessus à un moment... et tu ne crée pas un couple avec uniquement de la passion, au contraire elle peut être destructrice... et les sentiments peuvent amener à une relation tiède niveau sexe.
Oui, je sais bien que la passion ne dure pas et qu'elle ne fait pas bon ménage avec une relation long terme plus raisonnée et raisonnable. Je pense que toi et moi on a un état d'esprit et des expériences assez similaires. Du coup, je me demande si tu as connu une phase passionnelle avec Raph ou si, avec le temps et l'expérience, ce n'est plus devenu une condition sine qua non pour toi (on peut continuer en MP si préfères) ?

PS : le sexe "vanille", c'est simplement le sexe "conventionnel" : câlin, missionnaire et au dodo (en caricaturant un peu).


Onmyoji a écrit :Ça t'agaçait de ne pas atteindre ton idéal malgré sa bonne compatibilité, donc tu as transformé ta déception en ressentiment. Par ce genre de mécanismes tu peux pourrir n'importe quelle relation.
Du ressentiment non, disons plutôt du désintérêt. Mais effectivement, le résultat est le même, ça pourrit la relation.
En fait j'ai un problème suivant : la plupart des femmes avec lesquelles je suis sorti ces 12 derniers mois me cataloguent très vite comme "boyfriend material". Dernier exemple en date : j'ai rencontré une femme sur Tinder (appelons-la Ada) il y a deux semaines. Après qu'on ait couché ensemble 3-4 fois : "I kind of would like to be with you, i enjoy a lot talking (and +) with you". Nina, Judith, Victoria et Grace m'ont sorti le même genre de déclaration au bout de quelque semaines (c'est peut-être la norme en fait, mais ça me parait rapide).
Et je suis faible : quand une femme avec laquelle j'ai une bonne compatibilité m'offre une relation sur un plateau, j'ai du mal à dire non.
Judith et Victoria devaient partir deux mois plus tard et Nina dans l'année (au final Nina et Victoria sont toujours dans le coin, mais c'est une autre histoire). Je savais donc que ce serait du court terme mais j'ai pris ce qu'il y avait à prendre (elles ont fait office de rebounds et j'ai été clair avec elles là dessus).
Grace, j'ai détaillé plus haut pourquoi je me suis lancé et pourquoi j'ai rompu avec elle.

Maintenant, cette compatibilité est-elle suffisante comme base de relation ou est-ce que je devrais être plus sélectif avant même de débuter la relation ? Je pense que c'est à ça que tu fais référence quand tu dis :
Onmyoji a écrit :Tu devrais peut-être lutter contre ton inertie naturelle, et te diriger vers quelque chose que tu choisis toi. Pas le frisson facile, mais celui que tu construis, que tu travailles.
Mais peut-on travailler, construire ce qui est de l'ordre de l'attraction, du feeling, de la compatibilité ? Selon moi c'est quelque chose de plutôt passif, sur lequel on a peu de prise, non ? Par contre, il est possible de faire un choix sur cette base, et bien entendu de construire une relation par la suite. D'après moi c'est là que se situe la partie active.
En écrivant ceci, je me rends compte que si je suis souvent chassé, cela fait longtemps que je n'ai plus été chasseur : avoir une fille en tête et tout faire pour la séduire (la dernière en date était Nina, mais ça avait été relativement facile au final :) ). C'est probablement dû aux rencontres en ligne qui prémâchent quand même beaucoup le travail. Tout cela est sans doute un peu lié.

Onmyoji a écrit :Bien sûr, avoir des sentiments au départ me semble essentiel, mais tu devrais apprendre à te laisser toucher, plutôt que de te laisser hacker par tes émotions et attendre de perdre le contrôle.
Est-ce que "se laisser toucher", ce n'est pas justement se montrer ouvert aux émotions ? Je pense qu'il y a un juste milieu entre "se laisser toucher" et "perdre le contrôle". C'est ce que je vise (mais j'ai du boulot à faire en terme d'ouverture à ce niveau là, c'est clair).
Onmyoji a écrit :tu es attiré par des plantes vénéneuses et que c'est uniquement ça chez elles qui évoque et invoque ta passion. Donc forcément elles en abuseront ou tu te retrouveras insatisfait quand le rythme doit changer pour que ce soit viable.
En fait je n'ai eu affaire à une plante vénéneuse qu'une seule fois dans ma vie. Je ne généraliserais pas sur cette base (contre-exemple : le début de relation avec Lila était passionné et a débouché sur une relation de près de 10 ans...).
Je suis d'accord qu'on ne construit rien sur une relation toxique. Mais est-ce que tu conçois qu'il puisse y avoir une passion qui ne le soit pas et qui puisse déboucher sur une relation long-terme ?

quand je parle de toxicité c'est pas nécessairement intrinsèque à la fille. Le chocolat c'est très bon mais ça peut être très nocif pour nos animaux de compagnie.
Elles étaient toxiques pour toi, dans leur manière de communiquer, de réagir ou de provoquer volontairement ou pas en toi.
Alors oui, la passion peut exister dans une histoire fonctionnelle. Mais de toute évidence pas de la manière dont tu l'abordes actuellement. Donc pas le même genre de passion.

Et si on ne décide pas de ce qui nous attire, on est décideur de ce dans quoi on choisit de mettre des efforts. Tu peux ne pas aimer un jeu pour le challenge qu'il propose mais apprendre à te laisser porter par ce qu'il représente pour toi. Tu pourrais essayer de développer tes relations amoureuses ainsi. Les tripes c'est un peu le côté facile. Je ne dis pas qu'il n'en faut pas, je dis que ça ne doit pas être le point central. Une histoire ça se construit. Si on arrive à le faire pour le fonctionnement commun et les projets pourquoi pas sur notre appréciation de la personne (sans inventer et idéaliser mais en construisant sur ce qu'elle nous donne et qu'on apprend à comprendre et sublimer - sans encore une fois perdre le contact avec la réalité et devenir mièvre à valoriser des choses qui ne le méritent pas).

J'oubliais:
Pour la compatibilité: de la part d'un mec qui a une liste de pré requis longue comme une unité astronomique: de ce point de vue là, justement, on devrait faire très attention à nos listes à cocher...
Et peut-être travailler plus sans tenir compte de la base. Mais j'ai pas une réponse qui marche. Je sais juste que vouloir cocher des cases c'est ni nécessaire ni suffisant.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Intéressant le 24.08.20, 18h37 par Perlambre
"Les gens déplorent les effets dont ils chérissent les causes"

Pour te répondre Jalap', je me demande si dans une passion, tout au moins dans celle qui fait perdre la tête, nous ne nous leurrons pas en laissant nos pulsions prendre le contrôle de tout notre être.
Pourquoi agissons-nous ainsi ? Est-ce notre histoire personnelle ? La crainte de l'engagement qui fait que nous choisissons des partenaires tout sauf "bons" pour nous ? Nous rendons-nous compte de la terrible dépendance à l'autre que nous nous imposons ? Comment expliquer que certaines personnes au contraire ne connaîtront jamais cette folie des sens ?

La conclusion que j'en tire est que je me suis fait beaucoup de mal par le passé, j'en ai aussi fait à l'autre. Je garde donc aujourd'hui les pieds sur terre quand au choix d'un partenaire. C'est peut-être moins fulgurant mais bien plus satisfaisant globalement... et cela n'empêche en rien une activité sexuelle épanouissante.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Il y'a du vrai... le 25.08.20, 10h52 par Jalapeno

Bon le dernier post date d'il y a deux mois, je me dis qu'il est temps pour une petite mise à jour.
Histoire de garder une trace de cette période peu trépidante mais pas complétement inintéressante non plus.

On est à nouveau reconfiné, comme quasi toute l'Europe. C'était prévisible. Et comme tout le monde, j'ai appris à me contenter de peu. Je ne me suis plus aventuré au delà d'un périmètre de 100km depuis presque un an. Je pense que le highlight de ces derniers mois a été un apéro prolongé avec 4 potes. Il y a encore de la vie mais ralentie, anesthésiée, engluée. "Soyez réaliste, ne faites pas de projets" glissait judicieusement un des Experts ©. "Au moins on aura eu un bel été", hum.

Je fais un taf qui a toujours fonctionné par vagues mais la phase creuse s'attarde depuis un peu trop longtemps maintenant. Je ne suis pas très inquiet pour cette fin d'année mais si c'est une tendance qui se poursuit, ça risque d'être (encore un peu plus) la merde en 2021.
Je suis loin d'être inactif pour autant, par un concours de circonstances j'ai pu commencer les travaux plus tôt que prévu dans mon (futur) nouvel appart. Et pouvoir s'occuper physiquement ça fait un bien fou. Et aussi voir individuellement les quelques amis venus donner un coup de main pour l'occasion.

Je "fréquente" toujours Ada qui fait office de nouvelle corona-buddy. On s'éclate toujours bien au pieu, on a sympathisé avec un couple échangiste et fait quelques soirées pas du tout COVID-proof avec eux... Comme je le disais plus haut, elle en veut plus, moi pas. Mais tant qu'elle ne prend pas la décision de m'envoyer chier, ça me va. Excepté du sexe à gogo et un peu de Netflix, on ne partage pas grand chose. Je ne me suis engagé à rien avec elle, je la laisse donc prendre ses responsabilités de son côté.

Je continue donc à dater d'autres meufs à la recherche du grand frisson dont je parlais plus haut. Sans grand résultat jusqu'à présent, pour différentes raisons, mais la crise sanitaire actuelle complique clairement les choses.
J'ai du avoir une bonne vingtaine de matches sur Tinder. Plein de meufs qui débutent une conversation puis ne répondent plus, sans aucune raison. J'en viré la moitié et gardé les moins apathiques. Parmi celles-ci, j'ai quand même décroché un rendez-vous avec une danseuse-masseuse polonaise complètement perchée. Rien de sexuel lors de cette soirée mais on s'est bien marré quand même. Il y a aussi eu cette nana en galère que j'ai friendzoné cet été... Bref Tinder, relou et chelou, ça n'a jamais été la panacée pour moi, je suis plus à l'aise sur OkCupid.
Là bas, j'ai eu deux park-dates un peu plus conventionnelles. Bah oui, depuis la fermeture des bars, les parcs sont devenus the place to be. Comme quoi on trouve toujours des solutions avec les nanas motivées. Une chanteuse lyrique allemande qui m'a recalé. Une petite slovaque timide qui était (et est visiblement toujours) intéressée mais ne m'a pas convaincu.
J'ai un peu changé ma stratégie sur OkCupid d'ailleurs. Auparavant je jouais la carte du profil un peu mystérieux et des ouvertures funs, qui est généralement préconisée sur les sites de rencontre. Mon intuition était que tout ça marche bien avec la tranche des 20-30 ans mais qu'il y avait moyen d'intéresser la tranche des 30-40 ans avec quelque chose de plus profond (insérez un jeu de mot graveleux ici). J'ai donc choisi l'approche inverse : un long profil détaillé où je joue carte sur table. Et jusqu'ici j'ai plutôt de bons retours, notamment avec des nanas qui entament directement la conversation sur cette base.
Si ça fait ses preuves sur du plus long terme, je ferai un petit débriefing plus détaillé.

A vous les studios !
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Très intéressant le 04.11.20, 15h44 par Onmyoji
  • [+1] Intéressant le 04.11.20, 20h54 par The_PoP
  • [+1] Intéressant le 05.11.20, 08h39 par Esope
  • [+1] Intéressant le 06.11.20, 13h25 par Perlambre

Hello. Intéressant. Tu mets cartes sur table sur tes envies et red flags ou tu fais simplement une description bien détaillée sur ta personnalité mais sans effet clivant (en mode "bienveillant"; puisque c'est le mot d'aujourd'hui)?

Pour OKC, j'ai clairement plus de matchs depuis que j'ai enlevé les détails les plus clivants parce que pour une raison ou une autre (solidarité, se sentent visées même s'il faut pas le comprendre comme ça etc), ça filtre plus que ça devrait.
Mais tu peux mixer mystère, fun et détails.
Faut saupoudrer avec une phrase lâchée par ci par là aux endroits stratégiques genre début de section (par exemple ton sommaire, ce que tu recherches, et les trucs auxquels tu penses... je pense que ce sont trois éléments qu'une nana lit presque systématiquement si elle est curieuse et cherche un peu sérieusement, même si elle va pas forcément tout lire parce qu'elle a 400 fois plus de prospects que toi à voir.

Pour tinder j'ai eu la même expérience, plusieurs numéros rapidement même mais impossible de mettre à exécution (il a fallu que je crée ce profil trois jours avant l'annonce du confinement, bien joué).
Et beaucoup de faux départs.
"Les gens déplorent les effets dont ils chérissent les causes"

En fait je n'ai rempli que "My self-summary" avec un pavé d'environ 2000 caractères, histoire de jouer la carte "littéraire" à fond. Déjà ça, ça filtrera pas mal je pense.
Et sans pour autant tout dévoiler d'entrée de jeu, j'évoque pas mal d'éléments que j'estime important dans ce que je suis et ce que je cherche. C'est globalement positif évidemment, mais je n'élude pas quelques points clivants qui filtreront d'entrée de jeu les nanas trop prudes ou trop square je pense.
So wait & see.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Bien vu le 04.11.20, 19h35 par Onmyoji

Hello Jalap',
Toujours un plaisir de te lire, un élément de ton post m'interpelle néanmoins.
"Tant qu'elle ne prend pas la décision de m'envoyer chier, ça me va" Et après tu parles de la responsabilité qu'elle doit assumer... donc stopper avec toi puisque no futur... ok. J'espère pour elle qu'elle se réveillera mais pourquoi ne pas mettre TOI un terme puisque visiblement vous n'êtes pas sur la même longueur d'onde ? Opportunité sexuelle bien entendu mais quand même :roll:

Salut Perle, jusqu'ici j'ai toujours pris la responsabilité d'arrêter une relation qui me paraissait aller nulle part pour préserver ma partenaire et ça m'a souvent été reproché (Nina et Grace par exemple). Ici, pour une fois, et vu le contexte je me pose très honnêtement en tant que "consommateur". J'ai joué carte sur table depuis le début et je lui laisse faire le choix qu'elle estime le meilleur pour elle.

Mercredi, juste après avoir dit du mal de Tinder j'ai eu un "instant-date" avec une nana que j'avais contacté il y a perpette. On s'est fixé rendez-vous le soir-même, bu quelques bières dans un parc et une heure plus tard elle me sautait dessus. Avec le couvre-feu on a du faire un choix rapidement et ça a fini chez elle... C'était sympa mais sans plus, juste un coup d'un soir à mon avis.

Je vois Ada ce week-end et je l'ai mise au courant comme on l'avait convenu. Peut-être que ça la refroidira, mais je n'en suis pas persuadé...
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Pertinent le 06.11.20, 19h58 par Onmyoji

Vouloir décider à la place des autres par soi-disant empathie ou respect c'est souvent le moyen de s'arracher quelque chose qui était gratuit et favorable et nous fait du bien, sans garantie d'être mieux ensuite, ou que l'autre le soit. Au final, tant qu'on ne leur ment pas, il faut les laisser choisir.
On en revient à la même situation que Nonchalance il y a quelques temps.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Intéressant le 06.11.20, 20h56 par Allandrightnow
  • [+1] 100% d'accord le 07.11.20, 18h57 par Esope
"Les gens déplorent les effets dont ils chérissent les causes"

Onmyoji a écrit :Vouloir décider à la place des autres par soi-disant empathie ou respect c'est souvent le moyen de s'arracher quelque chose qui était gratuit et favorable et nous fait du bien, sans garantie d'être mieux ensuite, ou que l'autre le soit.
D'accord là dessus, au moins pour le court terme.
Onmyoji a écrit :Au final, tant qu'on ne leur ment pas, il faut les laisser choisir.
Comme tu le sais parce qu'on en a déjà pas mal discuté, j'ai un avis plus nuancé là dessus. Dans le cas d'Ada, je continue parce que tout était clair depuis le départ, parce qu'à l'heure actuelle elle y trouve encore bien son compte et surtout parce que ça reste fun & léger dans l'ensemble.
Mais je n'exclus pas de rompre unilatéralement si la situation devait se dégrader pour elle et/ou pour moi. Je pense que j'y verrai un peu plus clair après ce WE, surtout que d'autres dates se profilent à l'horizon...

Bon ben... on continue avec Ada. Pour elle c'est un petit "reality check" mais ça ne l'a pas beaucoup refroidi.
En fait c'est la même mécanique qui m'avait poussé vers les relations ouvertes par le passé. Si j'étais vraiment intéressée avec elle sur le long terme, j'aurais pu jouer cette carte, lui proposer cela comme "nouvelle expérience" comme j'ai pu le faire précédemment.
Sauf que ça ne m'intéresse plus. Cette expérience je l'ai déjà. Je ne trouve plus dans les relations multiples l'intérêt et la curiosité que j'ai pu avoir à l'époque. La question du confort aussi : dans le contexte actuel, c'est plus facile d'être un monogame "en série" ; ne lâcher une branche qu'après en avoir trouver une autre.

Les matches continuent à fleurir. Je pense qu'il y a réellement un afflux notable de meufs sur les sites de rencontres depuis le confinement. C'est pas forcément une bonne nouvelle, car si la quantité de matches augmente, leur qualité reste la même. Des filles qui font ça en dilettantes et qui n'ouvrent l'app qu'une fois par semaine avant de la refermer "horrifiées" par leur "succès" virtuel et les sollicitations qui s'ensuivent. Et comme le disait Esope sur son journal, les filles qui ont une vie et un profil intéressant continuent à être trop occupées pour vraiment s'investir dans le marécage du dating.

Exemple, cette locale (pour une fois) de 30 ans qui met clairement dans son profil (minimaliste) "you should never trust me". Pourquoi diable contacterais-je une personne qui s'annonce toxique d'entrée de jeu ? Et bien parce que c'est une fille mignonne - nul doute qu'elle a plein de succès en ligne - avec un air ingénu, le genre de meuf à laquelle on accorde facilement le bénéfice du doute, quand on a du temps à perdre, qu'on ne pense qu'avec sa bite ou qu'on aime se faire un peu mal. Visiblement, je suis une bonne combinaison des trois. Je like, ça matche, je la vanne un peu sur son profil merdique, elle rebondit de façon assez intelligente. J'ai envie de creuser plus loin, un peu par "curiosité scientifique" aussi. Après quelques jours, on convient même d'un date pour le lendemain. Le matin même elle m'envoie ceci "Ah je suis désolée. Je suis pas sûre."
Je m'y attendais un peu. Je suis assez occupé les jours suivants et quand je me reconnecte, je lis ceci :
Elle : Désolé, j espère que tu ne l'as pas mal pris.
Moi : Non je ne le prends pas personnellement, t'inquiète :wink: Comme je te disais, je préfères les rencontres "réelles", mais ce n'est pas le cas de tout le monde.
Elle : Ahahah ce n'est pas que ce n'est pas mon cas, je suis plutôt très extravertie mais il reste une part de moi qui n'arrive pas à assumer ce qu'elle est pour me sentir suffisamment à l'aise avec des personnes "que je ne connais pas" :wink: Ahahah c'est honteux à mon âge :wink:
Ben oui meuf, c'est un peu dommage de pas savoir ce que tu veux à ton âge. Ou de ne pas être en mesure de le communiquer clairement. Hélas, c'est un peu la norme ces jours-ci, alors on s'y fait.

L'autre touche, c'était cette petite grecque dont la tête m'était familière sur OkCupid. En début de conversation, elle m'a rappelé qu'elle m'avait déjà matché (et ignorée) auparavant sur Tinder. Bon... c'était moyennement embarqué en terme d'intérêt. Après quelques jours, j'ai appliqué la même technique que la dernière fois, c'est à dire lui proposer un date le soir même, ce qu'elle accepte quand même avec enthousiasme. Pour une fois j'ai une bonne surprise, elle est plus belle qu'en photo. On grignote donc un morceau dans la rue et on se promène un peu. Elle me demande si je lui ai donné rendez-vous uniquement parce que j'avais faim. Son français n'est pas parfait, je répond au second degré qu'effectivement j'avais seulement envie d'un snack et qu'il me fallait une excuse. Un peu plus tard, elle me glisse qu'elle est contente qu'on se soit "rematché" sur Tinder. Je me dis que c'est pas trop mal embarqué. Je me rapproche un peu, devient plus tactile. Pas de réaction fulgurante, pas de rejet non plus. Le couvre-feu approche, je la raccompagne chez elle. Elle ne m'invite pas, mais je vois bien la possibilité d'un second date la semaine prochaine. Échange de message le lendemain :
Bonsoir Jalap, c’est vrai, c’était une belle soirée, mais je suis désolée, j’ai réalisé que je ne me sens pas encore prête à commencer quelque chose après ma dernière relation, I’m sorry
Une façon comme une autre de passer à autre chose.

Stats "corona" de ce dernier mois pour la postérité :
OkCupid : 76 likes, une vingtaine de matches contactés, une dizaine de réponses, 2 dates, 2 conversations encore en cours
Tinder : 55 likes, une trentaine de matches contactés, une dizaine de réponses, 3 dates, 1FC, 5 conversations encore en cours
oui c'est presque un boulot à plein temps :mrgreen:
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+2] Intéressant le 15.11.20, 11h20 par Onmyoji
  • [+1] Intéressant le 15.11.20, 11h46 par Popovski
  • [+2] Intéressant le 15.11.20, 21h36 par Esope

J'aime bien ce que la "curiosité scientifique" peut pousser à faire pour une jolie femme. Bon en même temps tu ne te faisais pas d'illusion.
Jalapeno a écrit :
15.11.20
Stats "corona" de ce dernier mois pour la postérité :
OkCupid : 76 likes, une vingtaine de matches contactés, une dizaine de réponses, 2 dates, 2 conversations encore en cours
Tinder : 55 likes, une trentaine de matches contactés, une dizaine de réponses, 3 dates, 1FC, 5 conversations encore en cours
oui c'est presque un boulot à plein temps
Belles stats :) C'est un boulot à plein temps c'est clair. Tu as une idée du nombre d'heure que tu y as passé?

Et en voyant cela je me demande si cette abondance de partenaires potentiels n'est pas contre-productive. Comment garder de l'intérêt sur une conversation qui avance lentement avec un/e inconnu/e quand tu reçois quotidiennement de multiples sollicitations d'autres partenaires potentiels? (je ne dis pas forcément ça pour toi, mais en général)
Passer sur un site de rencontre avec moins de choix/conversations en parallèle ne serait pas plus efficace (genre tu ne peux que avoir 3-5 conversations à la fois, et une fois ce quota atteint, tu ne peux plus matcher)? Cela obligerait les participants à s'investir dans leur conversation?

Esope a écrit :Belles stats :) C'est un boulot à plein temps c'est clair. Tu as une idée du nombre d'heure que tu y as passé?
Objectivement, je trouve que le "taux de conversion" est assez mauvais, mais bon dans l'ensemble ça reste léger et ça m'amuse, donc je ne compte pas vraiment. Mais à raison de 10-15 minutes par jour en moyenne, ça fait vite quelques heures / mois. Mais il y a quand même une amélioration au fil du temps... Ca doit faire depuis environ 2015 que je suis - par phase de quelques mois - sur des sites / apps de rencontre et certains mécanismes deviennent plus évidents.
Esope a écrit :Et en voyant cela je me demande si cette abondance de partenaires potentiels n'est pas contre-productive.
En fait c'est une abondance illusoire puisqu'au total, le nombre de dates par mois n'est pas très élevé et le nombre de "close" encore moins. Peut-être parce que la tranche d'âge que je cible évolue, peut-être aussi parce qu'au fil des années je me permets d'être plus exigeant. Auparavant je relançais systématiquement chaque conversation même les plus poussives. Maintenant je nettoie assez vite les matches qui ne mènent nulle part en amont, ce qui fait que je ne me sens pas sur-sollicité en aval.
Esope a écrit :Passer sur un site de rencontre avec moins de choix/conversations en parallèle ne serait pas plus efficace (genre tu ne peux que avoir 3-5 conversations à la fois, et une fois ce quota atteint, tu ne peux plus matcher)? Cela obligerait les participants à s'investir dans leur conversation?
C'est le principe de Once par exemple, mais ça n'a jamais rien donné pour moi. Je pense que c'est plus un problème d'état d'esprit que d'outil au final (même si certains sites sont plus exigeants que d'autre en terme d'investissement, cf la différence entre Tinder et OkCupid par ex).
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] C'est pas faux le 17.11.20, 19h35 par Esope

Well, j'ai écrit le post ci-dessous le 25 décembre. Ca fait deux mois que j'essaye de trouver du temps pour le compléter, je l'envoie maintenant pour assurer un minimum de continuité dans cette période extrêmement mouvante.

J'ai littéralement déplacé des montagnes en cette fin d'année. De bois, de gravats et de paperasse, avec une énergie et un enthousiasme que je n'avais plus ressenti depuis presque deux ans.
Je rénove mon nouvel appart en profondeur et c'est une charge mentale et physique impressionnante. J'ai constitué une petite équipe de corps de métier et d'amis autour de ce projet dans lequel je suis à la fois maître d’œuvre et ouvrier. J'essaye de boucler une première phase de travaux et d’emménager d'ici fin janvier. On me traite de fou mais je continue à avancer :mrgreen:
Avec ça, plus de temps pour les zouz me direz-vous. Pourtant, par un effet de bord assez curieux, les regards se tournent à nouveau vers moi. Victoria est venue squatter chez moi à quelques reprises avec des intentions très claires.

J'ai également rencontré une fille, une locale pour une fois, sur OkC qui m'a abordé avec "Ton profil m'a beaucoup plu, on dirait qu'on a pas mal de points en commun". J'ai avancé assez rapidement facilement jusqu'à son lit même si elle m'a recalé le lendemain avec un classique "rien de personnel, juste pas le feeling". Elle n'avait rien d'extraordinaire non plus ceci dit, mais c'était étrange de "dater" à nouveau en français, avec des références communes.

Évidemment, ces nouveaux batifolages m'ont coûté Ada, mon plan cul régulier. Je ne peux pas lui en vouloir. Nos attentes divergeaient depuis un moment déjà, elle a posé ses limites, c'est bien comme ça.
On a eu cette discussion où elle me répétais ce que Grace m'avait déjà dit : "something is wrong with you", "you're afraid to commit". Comment lui expliquer sans la blesser que ce n'est pas une peur mais un refus de m'engager avec elle en particulier. Oui j'ai été honnête avec elle, parfois brutalement, mais je n'ai jamais eu les couilles de lui formuler ça comme ça. Le fil entre communication honnête et vérité blessante est tranchant. J'ai donc été honnête jusqu'à un certain point, jusqu'à ce qu'elle en tire ses propres déductions. Paradoxalement, à force de ne pas vouloir mentir ou manipuler, je me retrouve quand même dans la position d'un mec (légèrement ?) toxique. Juste parce que j'accepte des relations ambiguës avec des meufs qui ne le sont pas moins. Je ne me plains pas, cela me rend juste perplexe.

A propos de mensonges. J'ai envoyé un mail à Pepper.
Oui je sais :roll:
Mais pas pour les raisons auxquelles vous pensez.

En racontant l'histoire à une amie proche que je n'avais plus vue depuis longtemps, je me suis rendu à quel point j'étais encore en colère contre elle, plus d'un an après. Cette amie m'a répondu : "c'est dingue à quel point tu l'as protégé de ta colère... alors qu'elle n'a pas pris de gants avec toi". L'idée a fait son chemin. J'ai cherché à comprendre pourquoi j'étais encore si affecté et ce que je pouvais faire pour avancer. Et un peu plus tard, un ami me parle de la conférence d'un spécialiste en "relationship trauma". Vidéo très intéressante effectivement, dans laquelle le thérapeute dégage cinq étapes pour une "rupture propre" :

Five steps of conscious repair
1. Acknowledge what happened
2. Attune : Acknowledge Impact
3. Apologize
4. Acquire Knowledge - New Learning
5. Amends - Actions, Words, Possible Touch

Dans ma rupture avec Pepper j'ai eu droit à :
1. Refus de prendre ses responsabilité
2. Déni et mépris
3. Zéro excuses
4. Une immense déception
5. Fuite suivie d'une rupture de la communication

Forcément, c'était mal barré. Et je me suis demandé ce que je pouvais faire seul dans ce processus qui nécessite a priori deux personnes. Je me suis demandé si j'avais vraiment fait tout ce qui était en mon pouvoir pour aller mieux. Est-ce qu'on peut demander à quelqu'un de s'excuser s'il ne le fait pas spontanément ? Dans ma conception des choses, les excuses sincères doivent être spontanée. A quoi bon quémander des excuses ? Et puis je me suis dit que je n'avais pas grand chose à perdre à essayer. Enfin si, j'ai quand même dû mettre mon égo en sourdine. J'ai aussi compris que j'avais peur, que je n'avais pas non pas envie de me confronter à nouveau à l'indifférence et au mépris d'une Pepper qui "ne voit pas où est le problème".

Après quelques semaines de tergiversations, j'ai décidé de lui dire toute cette colère. Alors j'ai écris ce fameux mail. Je maintiens que l'idéal aurait été une discussion en face à face, mais à ses refus précédents s'ajoutent maintenant les nouvelles contraintes qui pèsent sur les voyages internationaux. Alors j'ai couché tout ma colère dans un long mail. Frontalement, sans filtre, sans peur de sa réaction. Comme j'aurais du le faire lors de notre rupture ou à chaque coup foireux qui s'en est suivi. Et j'ai ravalé ma fierté, je lui ai dit clairement à quel point j'ai été mal, quelle était sa part de responsabilité là dedans et à quel point il aurait été judicieux qu'elle s'excuse. Inutile de préciser que ce mail a été éprouvant à écrire. Mais cette fois j'ai cliqué sur le bouton ENVOYER.

Quelques heures plus tard j'avais déjà une réponse de ma Némésis :
"Sache que tu m’as manqué et me manque encore [en tant qu'ami j'imagine puisqu'elle est toujours avec son nouveau mec]. J’ai beaucoup regretté d’avoir osé cette relation qui au final a tout détruit. Sache aussi que je ne me suis pas lassé de toi [...] Donc non, je n’ai pas pris que l’amusement, ni la fuite ! La preuve, je suis là et te réponds. [...] Je m’excuse sincèrement de toute cette douleur infligée, le pardon ne viendra peut-être pas. Cependant j’espère que ta colère s’apaisera. [...] Je suis fragile et j’ose le montrer maintenant. Je suis tellement désolée de ne pas t’avoir entendu et écouté mais aussi considéré. Oui tu avais des besoins et attentes et les ignorer était malheureusement ma seule réponse".
Le tout entrecoupé de justifications à deux balles, de "j'ai changé" et d'euphémismes qui m'ont fait bondir et que j'ai recadré dans quelques mails tranchants. Pour l'anecdote sa justification pour ne pas s'être excusée c'est "j'avais peur que tu m'engueules". WTF. Dans quel monde vit-elle ? Qui engueule quelqu'un qui reconnaît ses torts et s'excuse ? On peut reprocher beaucoup de chose à Pepper mais certainement pas son sens de l'humour... ou de la mauvaise foi. Comme vous l'aurez compris, l'idée n'était pas de renouer avec elle. Ça m'a conforté dans l'idée qu'on était trop différents, qu'on ne se comprendrait jamais.

Deux mois ont passé depuis ces événements. Et pas mal de nouveautés que j'espère pouvoir relater prochainement.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Cool le 18.02.21, 03h06 par Onmyoji
  • [0] La suite, vite ! le 18.02.21, 07h01 par Bumble
  • [+2] La suite, vite ! le 18.02.21, 10h36 par Lulla
  • [+1] Cool le 19.02.21, 16h40 par Esope
  • [+1] Intéressant le 19.02.21, 20h03 par Perlambre
  • [+1] Courage le 19.02.21, 21h20 par Popovski

Hello Jalap'

En fait tu as vécu avec Pepper ce que d'autres filles vivent à ton contact... une longueur d'ondes différentes. Et forcément il y a une fin.

Aujourd'hui sais-tu ce que tu veux ? Ce que tu souhaites apporter à une femme hormis un moment de fun/sexe ?

Comme j'ai envie de te titiller un tantinet en toute amitié virtuelle, être amoureux à nouveau c'est difficile pour toi ?

En fait tu as vécu avec Pepper ce que d'autres filles vivent à ton contact... une longueur d'ondes différentes. Et forcément il y a une fin.
Evidemment, il est tentant de voir quelque chose de karmique dans tout ce bordel. Ça m'a titillé aussi, tu penses bien. Lors de notre rupture Grace m'avait même demandé si je cherchais à me venger de la gent féminine... c'est dire :roll:
Longueur d'ondes différente forcément. Parce que j'ai exploré un spectre de personnalités assez varié. Et que j'ai (j'avais ?) moi même un comportement un peu en dehors des normes. Et que j'ai moins fait dans la dentelle ces derniers temps.
Mais j'ai toujours mis un point d'honneur à être présent dans la relation ET dans la rupture. Prendre mes responsabilités aussi. Avec les limites qui me sont propres évidemment, mais je ne me suis jamais enfui.

Les deux autres questions méritent un post plus long :wink:

Tempus fugit.
Je vous écrit de mon nouvel appart. Les rayons de soleil éclairent la poussière qui retombe, une première phase de travaux est achevée. Encore quelques piles de caisses mais j'y suis bien.

Perle, je n'avais pas répondu à toutes tes questions, mais voici quelques éléments de réponse.

Je suis en relation monogame depuis 4 mois avec la petite locale mentionnée précédemment. Nous l'appellerons Emma. On a des passions communes pour (dans le désordre) la bière, le sexe et le dessin. Elle a une belle énergie, tout en souplesse. C'est un chat avec un rire énorme.

Depuis la rupture avec Pepper, mon esprit tordu continuait à entretenir l'illusion qu'elle était la "femme idéale", parfaite pour moi. Évidement mon cerveau savait pertinemment que ce n'était pas le cas, mais le cœur et les tripes restaient hantés par cette idée. Je n'ai pas pu m'empêcher de comparer les femmes qui ont suivi à cette illusion. Impossible de me convaincre dans ces circonstances, elles ne pouvaient pas gagner face à une rivale qui n'existe pas.

Pour être tout à fait honnête, c'est encore un peu le cas avec Emma. Malgré son charme et sa personnalité, malgré le fait qu'elle coche de nombreuses cases, je suis encore foutu de lui trouver l'un ou l'autre défaut.

Heureusement, ce mécanisme dégueulasse s’atténue avec le temps. J'ai l'impression que ce fameux mail envoyé en novembre dernier a débloqué quelque chose. J'ai retrouvé une certaine sensibilité, une ouverture et un état d'esprit optimiste que j'avais perdu ces dernières années. Je ne sais pas si je peux à nouveau tomber amoureux, mais quelque part je l'espère, j'y aspire.

TRIGGER WARNING : BRAGGING :mrgreen:
Ce que j'apporte à une femme ? J'aurais du mal à dire pourquoi précisément, mais je suis régulièrement mis sur un piédestal, en tout cas en début de relation. Je ne sais pas si j'apporte à mes partenaires plus qu'un autre homme, mais quelque chose de différent, indubitablement. Un cadre bienveillant en tout cas. Un retour que j'ai souvent de leur part c'est qu'elles osent s'exprimer, être elles-mêmes en ma présence. Ce qui a évidemment des retombées très positives sur le plan relationnel et sexuel.
Tout ça n'est pas très modeste, mais puisque ce schéma se répète je dois bien reconnaître que c'est une réalité.
Un cercle vertueux qui n'est finalement rompu que par mes idéaux, mon obstination à vouloir plus.
(et puis je cuisine comme un chef et j'ai un sexe énooorme)

Par ailleurs, je me demande aussi si je ne suis pas devenu un tout petit peu addict aux sites de rencontre. Je continue à matcher comme un porc sur Tinder et OkCupid, une centaine de conversations potentielles en attente, à vue de nez. Une fille m'a envoyé spontanément son numéro de téléphone. Quelques autres m'abordent avec des lines aussi élaborées que "Knock knock" ou "Hello" (ladies, faudrait voir à ne plus se plaindre du manque de créativité des mecs).
Tous ces sourires plein de dents restent figés, je ne réponds pas. Une autre forme d'illusion. Je ne vois pas bien ce que ça m'apporte, à part faire reluire mon égo. #princesse

C'est grave docteur ?
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Cool le 19.04.21, 15h04 par Nonchalance
  • [+1] Ehe le 19.04.21, 18h39 par Esope

Les messages s'espacent ici, c'est souvent bon signe. Il faut bien l'admettre, "tout va bien". Dans cette nouvelle réalité où les termes test antigéniques, pass sanitaire et anti-vax sont devenus banals, tout va bien. Méthode Coué ? Peut-être.

J'ai pris trois semaines de vacances, un luxe bien mérité, dont une dizaine en compagnie d'Emma. Fluide, tranquille et sans accrochage. On a trouvé un rythme et un équilibre qui me semble assez sain entre sport et débauche. Le reste du temps j'ai bu et bouffé comme un cochon, compensé avec du vélo et de la course à pied... et c'est tout de même la panse à bière qui a gagné. Maintenant, reprise en main : j'ai débuté un petit mois sans alcool jusqu'à la prochaine compétition à laquelle je compte participer.

Je m'étais également fixé un petit challenge au mois de juin : écrire tous les jours, tester une routine, produire de la quantité sans forcément chercher la qualité. J'ai pondu un peu plus de 20.000 mots, assemblés de façon plus ou moins juste sous forme de mini-fictions, journaux épars et free-writing. Je sais maintenant qu'un ouvrage un peu plus conséquent est ma portée et j'ai une idée de la somme de travail que cela représente. Y a plus qu'à.

Autre bonne nouvelle, j'ai fini par supprimé mes comptes OkCupid et Tinder. Je ne sais pas de quoi l'avenir sera fait, mais je tourne cette page pour me concentrer sur ce que j'ai ici et maintenant, c'est à dire Emma. Sentiment mitigé sur ces sites qui m'ont permis de rencontrer beaucoup de femmes intéressantes. Fini l'excitation des rencontres, fini aussi la consommation effrénée. En même temps, je suis en relation exclusive depuis plus de 9 mois donc peu d'intérêt à continuer à se connecter à ce sites, A part jouer avec le feu et nourrir mon égo comme je l'expliquais plus haut...

Exes

De façon amusante, cette relation exclusive agrège et même transcende mes relations précédentes. Au hasard des sorties en ma compagnie, Emma a rencontré la plupart de mes exs. On a passé une après-midi tous ensemble avec Yas et Victoria. Une soirée avec Lila et son nouveau copain. Elle a rencontré plus brièvement Nina et Grace. Je prends beaucoup de plaisir à voir ces différentes femmes se rencontrer, interagir et la plupart du temps s'apprécier, parfois se revoir sans moi et qui sait, devenir amies. C'est une sorte d'idéal que je n'étais pas parvenu à construire dans une relation poly et qui se met doucement en place, grâce à la complicité et à l'ouverture d'Emma.

    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+2] Intéressant le 17.09.21, 20h20 par Onmyoji
  • [+3] Like a boss ! le 18.09.21, 04h27 par The_PoP

BON PLAN SEXY : De -15 à -70% chez la boutique sexy LoveHoney.fr. LoveHoney.fr propose toute l'année des réductions très agressives sur leur catalogue lingerie, sextoys et autres accessoires. Suivez ce lien pour consulter les offres du moment.

Vous pouvez aussi soutenir FTS en passant par ce lien pour faire votre shopping sur Amazon.fr

Répondre