Bullet journal

Note : 96

le 24.08.2020 par Onmyoji

94 réponses / Dernière par Citadin le 14.06.2022, 12h19

La vie est faite de virages, d'obstacles à surmonter, d'audace, de surprises et de rencontres décisives. Racontez votre histoire, entrez dans la légende; partagez vos cheminements, vos interrogations, vos rencontres, vos aventures - foirées ou réussies, c'est pas le plus important - et recevez les avis et conseils des autres membres.
Onmyoji a écrit :
29.05.21
Je peux pas tourner en rond ou persister à vivre dans l'espoir et le regret de mes échecs, ou même l'insatisfaction de ma propre valeur, mon sentiment de fumisterie prononcée, ma lutte pour des combats déjà perdus.
Je sais pas si c'est les cachets qui me font écrire ça ou la lente réalisation au travers de mes interventions ici (en général, pas que sur mon journal), et ailleurs, mais si je veux vraiment être mieux, c'est à ça que je dois arriver. Pas être plus beau, intelligent, cultivé, drôle, intéressant, friqué, avec une meilleure valeur sociale.
Ça veut pas dire que je vais m'arrêter de lutter pour ça aussi, mais ça me servira à rien si 90% de mon énergie interne est consumée en permanence dans de la lutte interne. Parce que tout bien pesé je suis pas trop dégueulasse et j'ai un cerveau et des atouts dans des domaines variés. Donc je peux me filer 5/10, me dire que je suis suffisant, et agir au lieu de m'enfoncer.
Je me suis un peu retrouvé dans ce passage. Donc courage, ça va le faire!
Cela dit, je ne sais pas à combien de personne tu donnerai la moyenne, mais je pense qu'en te donnant 5/10 tu es sacrément sévère avec toi même. Je ne te connais pas mais, de ce que je lis, tu transpires une certaine intelligence conventionnelle et sociale, tu es prêt à aider les autres et tu as des succès avec les femmes... donc je te donnerai bien plus! Faut pas être plus royaliste que le roi. :wink:

ça fait quelques temps que ma plume me démange.
Mais je suis toujours retenu parce que sur le moment,
j'étais persuadé que ça allait plus m'amener à me concentrer sur les choses qui ne me satisfont pas.

J'ai passé l'été à bosser, même en vacances.
J'ai toujours eu cette "responsabilité". Mais ce n'est pas mon but de me sentir meilleur que les autres.
C'est ma façon d'être mais je me dit qu'être le bon soldat, c'est peut-être une connerie et qu'il n'est pas trop tard pour être plus désinvolte.
Je ne sais pas ce que j'ai à y gagner, mais je n'ai peut-être pas à y perdre.
J'ai au moins du temps à y gagner; et s'il y a une chose que je cherche depuis longtemps,
c'est à en avoir plus.
En parlant de boulot, le passé s'est rappelé à moi sous une forme inattendue. Une recruteuse indépendante m'a proposé un boulot de directeur scientifique dans une boite, sur la base de mon CV visible... Cool. Je ne sais pas encore ce qu'on va me proposer, mais je sais une chose: j'ai postulé à un autre poste dans cette boite il y a quelques années, et l'équipe m'avait appréciée, mais le RH avait refusé ma candidature sous prétexte que je pourrais m'ennuyer et changer rapidement d'entreprise.
En quelques sortes, si je repostule chez lui, je lui donne un peu raison. Et surtout, je pense qu'une fois que ça va revenir à lui, la proposition sera annulée.
Mais j'ai quand même envie de jouer pour voir. Il y a une possibilité que j'aie vraiment très bon un poste , et que je ne sois pas obligé de changer de ville. Déménager au siège de cette entreprise serait une galère, ce serait m'éloigner de la "civilisation" et je n'ai pas vraiment envie de ça. ça rendrait les choses très compliquées pour tout un tas de choses que je veux développer dans ma vie.
Et ça en casserait certaines que j'ai mises en place.
Pourquoi regarder ailleurs? La nouveauté, accepter une proposition qui sera forcément meilleure en termes de chiffres, avec toutes les nouvelles libertés que ça implique?
Après, mon équipe est très cool, mon boulot m'intéresse et avec mes nouvelles responsabilités (encore), c'est vraiment pas mal. Mais si j'ai eu une micro augmentation pas vraiment discutable, car budgétisée avec les moyens du bord, l'ambiance est un peu toujours à la comptabilité et à la satisfaction d'objectifs qui pourraient scier la branche sur laquelle je suis assis. Aussi, certains parmi mes collègues que j'apprécie le plus nous quittent, et je me dis qu'ils font peut-être le bon mouvement.

Mes efforts d'amélioration ont connu des hauts et des bas.
J'avoue, à la fin, j'avais une préférence pour le confinement, ça me faisait gagner du temps, et je ne sortais vraiment que quand c'était nécessaire, pas pour honorer des invitations à des pinces-fesses pour ne pas endommager ma vie sociale. Ou pour devoir me coller des réunions de visu quand j'avais besoin de faire autre chose.
Comme d'habitude j'ai été inconstant, me détournant du sport pour me plonger dans de nouveaux apprentissages pendant des semaines, mais encore une fois, ça s'est arrêté assez vite. Le point positif, c'est que je reviens toujours au sport. Le négatif, c'est que je fais du yoyo, parce que quand je perds je reviens toujours en dessous de mon poids de départ avant de me rétablir. Mais globalement, j'ai pris un kilo et j'ai perdu du bide, et me sens mieux dessiné, même si je n'ai toujours pas la force qui va avec (pas en tous cas celle avec laquelle je me sens à l'aise) et le volume qui me convient. Mais avoir ce début de résultat alors que j'ai clairement pas été d'une intensité folle, ça me donne envie de mieux faire. C'est aussi un défi que je me mets après avoir entendu un pote me dire que ce serait pas possible de faire mieux que "quand on était jeunes". J'ai pas l'intention d'abdiquer, et si mon max c'est mon corps d'avant, ben au moins je veux retrouver ça. Mais ce serait une déception, je veux faire beaucoup mieux.
Faut que je me renseigne sur des trucs écrits par Bumble sur le sujet des entraînements, mais comme d'habitude j'ai procrastiné.
Par contre, je vais m'en servir bientôt pour changer de kiné: j'avais fait une croix sur une solution, mais à l'occasion d'une visite fortuite chez une remplaçante de mon toubib, elle m'a convaincu de reprendre des séances. Et comme je suis tombé par hasard sur deux cliniques spécialisées, je vais essayer de voir ce que ça donne. Je ne peux pas être plus déçu, au pire, j'ai déjà une "solution" de confort à défaut de mieux.

J'ai toujours pas trouvé de psy, avec le covid ils sont débordés. J'ai stoppé mon traitement aussi pendant une période parce que si j'allais mieux, d'un autre côté ça m'enlevait mon insomnie, qui ne m'a jamais dérangé. J'avais besoin de plus dormir et ça me faisait chier. Et ça me rendait parfois anergique, amorphe, là où j'aurais dû réagir, j'étais trop cool pour être moi, et même si c'était peut-être un mieux, ça me perturbait. Mais je me dis que c'est mon comportement de base qui n'est pas normal. Alors je vais réessayer, mais faut aussi que je trouve la thérapie qui faut pour aller avec.
Je reste plein de parasites et de chaînes, mais je remarque que j'ai toujours plus d'impulsion d'aller mieux, ou de changer ce qui m'emmerde dans mon environnement.
Enfin, dans mon environnement direct, parce que j'ai aussi pris la résolution d'arrêter de lutter contre toute la merde qui peut se dire sur internet.
C'est vrai que j'ai toujours eu une tendance à vouloir endiguer les idées nuisibles qui se répandent et à lutter pour transmettre le savoir et la vérité scientifiques, mais le résultat c'est que j'en viens à vomir les gens et que je pense que tous les programmes de conspirations dont ils sont convaincus me semblent bien trop doux en fait. J'ai pas assez d'énergie et de foi en l'humain pour cette merde. J'essaierai de trouver d'autres moyens comme éduquer la prochaine génération, mais les adultes sont perdus à 80%, je préfère le prendre comme acquis et me dire que j'ai fait ma part, et que je prendrai d'autres chemins pour endiguer l'idiocratie.

Cet été, des rencontres avec de vieilles connaissances m'ont quand même fait revenir sur un sujet. C'est vrai qu'au fil des années, mon cercle s'est vidé pour différentes raisons, même si je suis la personne qu'on connait comme celui qui garde le contact.
C'est sans doute un processus normal, mais une part de cela est due à des conflits et quand il s'agit de potes d'enfance, ça me fait chier. Même si en retombant sur des conversations, je me dis que j'avais de bonnes raisons, ça me hante un peu de ne pas avoir fait mieux.
Pareil avec mes ex. En écrivant à ce sujet récemment, je disais que finalement, pour celles avec qui il n'y avait pas eu d'obstacle externe, et avec qui on avait des valeurs/envies communes, le problème avait été des mauvais choix qui avaient fini par amener des situations impossibles.
Un peu comme certaines parties d'échecs où l'on finit par se trouver dans une situation de blocage. Avoir conscience de ces mauvais choix me donne plus d'armes pour les corriger.
Mais c'est aussi sans compter tous les facteurs irrationnels. Je disais dans mon dernier message que ça me piquait un peu d'avoir de nouveau des contacts avec des ex devenues amies qui m'annonçaient certains changements dans leur vie. J'ai un problème avec ce qui est inachevé, et avec ce qui s'achève sans que j'ai pu y jouer un rôle, pour une situation qui ne me convient pas. Je ne suis pas assez détaché sans doute, et même au bout de trois mois ça me travaille encore.

à part ça, j'ai quand même eu mon brunch de l'été avec Nessa, toujours avec un mec qu'elle aime mais qui ne la satisfait pas, parce que ce baltringue est démissionnaire, et un grand ado. Il y a toujours cette liberté entre nous de se draguer et se complimenter sans ambiguïté, parce qu'on se connaît bien et qu'on sait que l'on sera pas des éléments perturbateurs pour l'autre. J'ai toujours l'impression qu'elle recherche mon attention parfois, mais elle est très changeante. Cela dit comme je n'attends rien d'elle, ça reste toujours agréable de la côtoyer.

Ma meilleure pote, notre amie commune, a passé pas mal de moments avec moi aussi. Elle est en couple, mais ça a été une histoire avec des hauts et des bas même si aujourd'hui c'est plus sérieux, avec des projets communs etc. Ce qui est drôle, c'est qu'elle s'échappe souvent des situations où ça ne va pas avec lui (qui est un bon gars, je m'entends bien avec lui quand même, pas certain que la réciproque soit totalement vraie, je pense qu'il est aussi conscient de ça et qu'il me voit comme un potentiel crevard donc danger) avec moi, par exemple quand il y a des gens qu'il invite et qu'elle aime pas trop, elle m'invite aussi (et ça nous fait des occases de se voir). Elle me parle souvent du fait qu'elle va habiter plus près de chez moi et qu'on se fera des soirées ensemble plus souvent. Je sais pas, c'est étrange, je la vois amoureuse à fond, mais j'ai l'impression d'être celui qui comble les manque de l'autre. Sauf que je ne sais pas comment aborder le sujet avec elle, je ne veux pas abimer cette amitié là. Je ne crois pas que ce soit conscient et ça ne me dérange pas, c'est juste que j'ai l'impression qu'elle compose deux mecs avec un seul, et même si je ne suis là que ponctuellement, ça m'est étrange. On verra bien quand elle sera effectivement plus proche.

à part ça, côté rencontres: pendant un bon mois, j'ai laissé tombé mon appli parce que j'étais pas d'humeur, pas mal de boulot, je me sentais pas, et post Mina mes rencontres m'ont gavé.
Ensuite, j'ai remanié mon profil pour éviter de répéter ça.
S'en est suivie une bordée de matchs qui étaient évidemment tout le contraire de ce que j'attends et avec qui je peux être compatible. Logique;)
Je n'ai donc pas donné suite, et ce fut un autre mois sans intérêt donc, mais depuis mi-juillet, j'ai eu quelques nouveaux matchs.
Forcément, avec son arnaqueur étranger, celle qui matche mais ne répond pas, celle qui t'envoie un message mais ne répond pas, la conversation qui d'emblée se révèle aller nulle part, un profil similaire à Mina et une qui m'a branché alors que je ne l'avais pas matchée, et une étudiante.

J'ai eu aussi une conversation assez hallucinante avec un ancien match qui m'a clairement dit qu'elle voulait se faire payer un restau et tout un tas de choses peu reluisantes, et qu'en gros un rencard avec elle c'était un échange et que je ne devais pas espérer des efforts si j'étais "radin" (je lui avais proposé une balade dans un parc et elle s'en est offusquée). Fly away...

Quant à celle qui m'a branché, on s'est donnés rendez-vous cet après-midi. ça s'est fait en quelques messages, hier je lui avais proposé mais elle m'a dit qu'elle était fatiguée, et qu'elle était occupée aujourd'hui. J'avais accepté mais elle est revenue vers moi pour me dire qu'elle avait annulé ses plans et qu'on pouvait se voir, à côté de chez elle dans tel parc. J'ai pris ça comme un double indicateur d'intérêt.
J'arrive quand même à être retardé par un déménagement dans ma résidence, je la préviens largement à l'avance (vu qu'elle habite à côté) et je n'ai finalement que 5 mn de retard, elle me fait patienter un quart d'heure. Elle arrive en tirant un peu la gueule, elle est moins mignonne de visage que sur les photos, n'est pas apprêtée (elle porte des converses et un vieux pull, pas un brin de maquillage et elle est cernée,je demande pas la lune mais un brin de mise en valeur ou de cache misère ce serait appréciable), on ne se fait pas la bise (merci covid), mais on commence à discuter, puis on se pose. Elle n'arrête pas de me poser des questions sur ce que je fais, etc, forcément, je réponds parce que la question est bien posée, mais je n'arrive pas à revenir à la conversation intéressante. Par réciprocité, je lui pose aussi des questions de la même eau, mais elle a l'air vraiment curieuse de ça. Puis elle veut marcher, semble impatiente de bouger. Ayant un peu cassé son flot de questions, je finis par m'aventurer sur le terrain intéressant mais elle me sort qu'on ne devrait pas se lancer dans cette conversation, qu'elle me trouve "trop sérieux" et qu'on va pas matcher (alors que j'ai été très peu souvent terre à terre comparé à elle, et que j'ai balancé des vannes alors qu'elle était désespérément factuelle).
OK. Qu'à cela ne tienne, on poursuit le chemin jusqu'à la sortie du parc, et on commence à avoir des discussions intéressantes. Mais elle doit avoir l'impression que je cherche à rattraper le coup alors que je suis totalement refroidi, et on atteint le summum du malaise, elle finit par s'interrompre en plein milieu de ce qu'elle m'expliquait pour me dire qu'on ferait mieux de se séparer là.
C'était vraiment bizarre. Bon, après, je me doute que je lui ai pas fait l'effet escompté moi non plus, mais elle savait bien à quoi s'attendre physiquement (j'ai remis des photos récentes, pas de triche), et son coup du "trop sérieux" m'a semblé une excuse bien foireuse.
Surtout que j'avais le sentiment que son changement de plan dénotait plus une envie de "pas de prise de tête", comme elle l'avait écrit dans son profil. Passé la première demie seconde où ça pique de se prendre un râteau par une nana qui ne te plaît pas vraiment alors que tu n'as rien demandé et que c'est elle qui est venue te chercher, je me dis qu'elle a eu raison sur le fond, je n'ai pas été léger. Mais elle m'a un peu bloqué aussi dans cette conversation elle-même. Va comprendre.

Mina 2? Elle m'a l'air plus blessée par le passé qu'instable. Cela dit elle a sans doute les mêmes idées extrémistes, et si elle m'a matché c'est parce que dans mes mots j'ai clairement pas l'air du "woke" de base. C'est con parce qu'on a eu des conversations intéressantes sur les relations et le sens de la vie, ce qui nous passionne etc, mais même si à l'écrit elle s'est retenue, j'ai l'impression que c'est une antivax raciste, et ça craint, même si elle a des côtés touchants.

Quand à Tania, l'étudiante, elle ne m'avait pas liké à l'origine, et je ne lui avais pas écrit de suite après l'avoir likée. Quand je l'ai fait elle m'a matché direct. Mais depuis, elle ne m'a pas écrit. Je vais attendre un peu histoire de pas être "en demande".

Sinon dans mes rares moments libres, j'ai fait pas mal de sorties avec ou sans amis, et j'ai toujours fini par interagir avec des nanas présentes. Elles répondent plutôt pas mal et j'ai la sensation que j'ai toujours un truc pour ouvrir la porte, maintenant je sais pas si ça accrocherait si j'essayais plus (c'était pas trop le contexte à chaque fois). Il faudrait que je sorte vraiment dans un milieu où c'est le but, pour voir où j'en suis. Je sais que dans l'absolu, je sais séduire, ou j'ai su le faire, mais je me demande à quel point je suis rouillé.
"Les gens déplorent les effets dont ils chérissent les causes"

Salut Onmy,
J'ai passé l'été à bosser, même en vacances.
J'ai toujours eu cette "responsabilité". Mais ce n'est pas mon but de me sentir meilleur que les autres.
C'est ma façon d'être mais je me dit qu'être le bon soldat, c'est peut-être une connerie et qu'il n'est pas trop tard pour être plus désinvolte.
Je ne sais pas ce que j'ai à y gagner, mais je n'ai peut-être pas à y perdre.
J'ai au moins du temps à y gagner; et s'il y a une chose que je cherche depuis longtemps,
c'est à en avoir plus.
Je me souviens d'une phrase que j'ai lue je ne sais plus où : Sur son lit de mort, personne ne se dit : "J’aurais aimé passer plus de temps au boulot".
Peut-être qu'à la place d'une augmentation tu peux négocier une réduction de ton temps de travail ? Ou au moins arrêter les heures supp' si tu en fais ?

Et on dirait aussi que tu es en lutte avec ton côté trop sérieux, bon élève. D'un côté tu aspires à plus de désinvolture et de légèreté, de l'autre tu t'en veux quand tu y parviens ("j'étais trop cool pour être moi"). C'est peut-être ce qui te pénalise dans tes dates. Pas le fait d'être trop ou pas assez sérieux, mais le fait de ne pas être en paix avec ça.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Il y'a du vrai... le 30.08.21, 21h47 par Onmyoji

Hello, merci pour ton message.
J'avais en effet pensé à demander à faire du 90 ou 80% payé au même prix mais c'est encore compliqué vu l'état de l'entreprise (je peux pas rentrer dans les détails mais en gros on a des gens qui suivent nos résultats et optimisent pour prolonger ou pas des emprunts/ demander leur remboursement anticipé etc, ou pour vendre la boîte en cas de "bons résultats" aka les chiffres observés soigneusement taillés pour que ça passe. Donc c'est aussi pour ça que la pérennité de ma place à moyen terme me semble foireuse car qui dit vente dit dégraissage, je suis un responsable mais je produis que dalle directement donc le calcul est vite fait, je suis remplaçable par le management du nouveau chapeau...).
Sinon ta phrase est très vraie, si ce n'est que c'est souvent par ton boulot que tu accomplis des choses qui peuvent avoir un impact plus large.
Mais j'essaie de ne plus laisser empiéter autant le taf sur ma vie perso, pendant tout le confinement j'ai été à fond et quand j'ai vu que les efforts n'étaient pas répartis ça m'a un peu gonflé. J'aurais pas dû avoir besoin de ça en fait, mais c'est un peu ma nature. Bon soldat jusqu'à ce que je me sente un peu trahi même si mon équipe/boss n'y est pour rien.
Donc je déconnecte vraiment plus; je ne bosse sur mon temps que quand il y a un coup de feu et que j'ai pas d'autres impératifs et surtout je rattrape vraiment (parce qu'avant je disais que je le ferais et pas du tout).

Pour le "cool/ sérieux", en fait mon traitement m'a évité certaines réactions un peu à chaud que je peux avoir parfois, mais d'un autre côté m'a empêché d'envoyer chier des gens dans un contexte pro alors que c'était souhaitable, parce que sur le moment j'étais beaucoup plus en mode "pas de colère/ négatif". Manquer de cynisme, de sarcasme et de la dose de rentre dedans qui permettent de dire aux autres leurs quatre vérités c'est pas très naturel pour moi.
Après pour la remarque de cette nana je m'en formalise pas, disons que je trouve ça bidon sachant que cette conversation c'est elle qui l'a poussée. Mon tort a été de l'y accompagner, mais à vrai dire même quand il n'y a pas d'attirance mes dates ont quand même l'air de passer un bon moment, à vrai dire si je raconte cette date c'est parce qu'elle est assez inhabituelle en terme de conclusion.

Cela dit, oui, mon côté bon élève me cause quelques dilemmes, mais je finis assez souvent par m'en battre les couilles, donc je trouve que c'est un équilibre acceptable, en tous cas je suis fonctionnel avec, l'important étant de pouvoir s'adapter aux situations.
"Les gens déplorent les effets dont ils chérissent les causes"

Promiscuous

-I want you on my team
-So does everybody else

Aujourd'hui je me fais un road trip spontané en solo, histoire de me déconnecter vraiment et de découvrir l'un des nombreux coins de nature de ma région natale. Je repère un coin de rivière et je me dis que je devrais me poser. Mais j'étais sur la réserve donc j'ai cherché une station, et finalement je suis resté dans ce village plutôt qu'au premier endroit parce que c'était plus pratique. Et là il y a pas mal de gens, la berge est à deux mètres en contrebas des ruelles, pas mal de familles etc. Je vois une nana qui paraissait seule, quarantaine, 1m70, pas mal de visage, et (très) bien gaulée, mais je vais plus loin car pas de place, et puis je voulais un point de vue dégagé pour dessiner et faire quelques photos. Je la vois passer sur un paddle pendant ce temps. Au bout d'une heure je suis toujours en train de faire des croquis et ça s'est vidé. Elle revient dans les parages avec ses filles. Ses filles commencent à chercher à faire des ricochets et s'y prennent mal. Des gamins, onze douze ans, la voient et viennent faire style juste à côté, attirés par sa très opulente poitrine, elle leur parle un peu en riant, ils étaient là à baver mais ils avaient quand même eu de la gueule de trouver un truc pipeau pour nouer un contact. Bien joué la jeunesse.
Ils finissent quand même par décaler, et je lâche alors un ou deux conseils aux petites l'air de rien, c'était même plus intentionnel à ce moment-là. Elle s'y essaie un peu aussi et on échange quelques mots, on rigole un peu parce que j'ai lâché un ou deux mots de maths. Puis elle fait mine de chercher des galets, littéralement penchée la croupe en l'air face à moi avec son tanga, jambes bien tendues et touchait presque ses orteils (et on pouvait lire sur ses lèvres). Puis se retourne et va un peu dans l'eau pour "se rapprocher de la surface", mouille son crop top, je la vois pointer au travers. Elle finit par se changer pour partir elle se tourne à peine pour enlever le haut pour passer un chemisier long qui lui servira de seuls vêtements, après on discutait elle se penchait systématiquement vers moi sans raison et je voyais tout.

Si j'avais pas eu un avant-goût, je pense que j'aurais saigné du nez direct, car on était très loin dans l'alphabet pour ces beaux fruits d'été.
C'est là aussi où j'ai eu un doute et que je me suis dit que c'était peut-être pas du tout délibéré.
à un moment je me suis dit "vu qu'elle parle de rentrer manger et que c'est déjà tard, je vais lui proposer d'aller bouffer" vu qu'il y avait une terrasse pas loin, mais c'était chelou, on avait parlé cinq-dix minutes, après elle me faisait surtout le sketch niveau physique. À moins qu'elle fasse vraiment pas gaffe.
Elle a quand même lâché devant moi qu'elle allait avoir beaucoup de temps pour pratiquer.
Au moment de partir elle me fait "au plaisir", je lui ai dit "oui, pour une autre leçon de ricochets"...
J'ai clairement des regrets de pas avoir saisi ma chance, après elle semblait quand même avoir une alliance, elle avait ses deux filles dont une qui devait avoir 7 8 ans, et puis moi j'étais à 100 bornes de cambrousse de chez moi (plus à deux heures de route qu'en ligne droite d'autoroute). Alors je sais pas, j'ai peut-être complètement fantasmé sa réaction, elle était peut-être juste nature. Mais si elle avait habité à un quart d'heure de chez moi je pense que je l'aurais emportée sur mon destrier. Ou en tous cas que j'aurais pas pensé comme ça. Vivre en ville et avoir un objectif m'empêche de saisir l'instant, je me suis focalisé sur le réalisme et la logistique au lieu de jouer avec le romanesque et l'imprévu.
Elle n'aurait peut-être pas accepté, mais j'aurais beaucoup plus souri en rentrant même si m'importe 'avais quand même la banane.
Faut que je corrige cet état d'esprit. Et que je me reprogramme un passage dans le coin au hasard, après tout il y a encore pas mal de choses du coin que je peux visiter en passant par cet endroit. Bon j'ai zéro espoir en vrai, c'est trop wtf et j'ai pas envie d'attendre après ça, je suis peut-être un animal guidé par sa libido, mais je suis pas encore aussi taré. Par contre clairement c'est le genre de nana qui avait l'air d'avoir de l'humour, d'être cool, et qui m'aurait fait faire d'énormes progrès en dessin;).
C'est marrant parce que j'ai été très erratique dans mes séances sportives et je me trouve pas encore assez sexy pour qu'une nana me joue ce genre de sketch par réel intérêt. Mais c'est une bonne motivation des fois que ça ait de l'effet.
Comme il y avait ses filles, j'ai pas mon plus joué à "attendez je vais vous montrer" pour établir un contact. Mais en réalité ça c'est le nice guy en moi qui a pensé à sa place. J'aurais dû lui proposer de la guider, elle aurait disposé. Bon j'aurais peut-être fait une fracture de la rétine mais comme disait l'autre "c'est très dangereux, mais je vais quand même le faire".

Après en vrai, je vois bien que le fantasme enflammé par son côté sexy me fait raconter n'importe quoi;)
Et que je me comporte un peu comme un ado qu'on a juste chauffé à blanc. Mais si je le raconte, c'est aussi parce que ça marque un peu quelque chose que j'avais pas senti depuis longtemps. Même quand on me drague, depuis quelques années j'ai toujours une forme de méfiance, mon observateur qui me balance des red flags sur tous les plans, et dans les lieux publics, je me retiens aussi beaucoup plus. Là j'ai juste attendu que finalement le contact soit rendu possible naturellement, avant j'ai vaqué à mes occupations, j'attendais pas vraiment de la draguer, et je m'attendais pas à ce qu'elle enchaîne comme ça même si on a échangé pas mal de déliés, une ou deux phrases puis on rebondissait sur la situation plus tard, juste un échange un peu joueur sans plus de connexion ou de tests pour voir si l'autre était envisageable que ça. J'aurais peut-être dû faire mon taf, peut-être qu'elle l'attendait, que je cherche un peu plus à en savoir plus sur elle.
On fera mieux pour la prochaine, mais ça va être compliqué de trouver la même sirène sur les bords de Seine.
"Les gens déplorent les effets dont ils chérissent les causes"

Sympathique, ce petit récit de vacances :wink:
C'est marrant parce que j'ai été très erratique dans mes séances sportives et je me trouve pas encore assez sexy pour qu'une nana me joue ce genre de sketch par réel intérêt.
Mais qu'est-ce qu'un réel intérêt ? Si elle t'aguiche parce que tu es super bien gaulé, est-ce que c'est "par réel intérêt" ? Si elle est un peu plus âgée et / ou en crise de la quarantaine, ça peut aussi être pour se rassurer sur son pouvoir de séduction. Ou peut-être que tu lui as tapé dans l’œil parce qu'elle adore les artistes de rivages :mrgreen: Et au final, est-ce si important si c'est pour une histoire courte ?
Dommage que tu ne lui aies même pas demandé son numéro de téléphone avant de partir... Même si ça ne débouche sur rien de concret, ça permet au moins de tester son intérêt et de valider / invalider ton intuition.
J'aurais dû lui proposer de la guider, elle aurait disposé.
Exactement. Envoie chier ton observateur !
Je ne vais pas en rajouter une couche parce que tu sais ce que tu as raté :mrgreen:
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+2] Effectivement le 30.08.21, 12h13 par Onmyoji

Non mais je suis pas super bien gaulé, par rapport à quand je suis bien gaulé, je fais 5 kgs de moins et ça se voit que je suis plus flasque même si j'ai gardé un peu de volume musculaire et que je reste élancé et que ma silhouette est plus en V qu'en O.
Par rapport à la bombasse que c'était niveau silhouette j'avais pas l'air sportif.
Alors clairement c'était pas important de savoir pourquoi, mais pour moi le réel intérêt c'est pas juste allumer pour se rassurer, faut que pour elle ça mène potentiellement quelque part, pas qu'elle se dise "je le chauffe mais no way".
Après effectivement à force j'ai tendance à hésiter dans les contextes un peu litigieux comme ça. Pas trop que j'ai eu peur du regard des deux trois familles qui étaient pas loin, mais par rapport à sa famille à elle je me suis dit que ça faisait un peu crevard. Ou que même si elle accepte pour les enfants ça peut être bizarre de voir leur mère flirter avec un inconnu rencontré il y a 5 mn.
Mais encore une fois ça m'aurait sans doute plus paru naturel si je n'avais pas douté de mon pouvoir de séduction.
Pour tout dire, ce qu'on a échangé était tellement du badinage que j'ai presque rien retenu de ce qu'on a dit, alors que j'ai habituellement bien meilleure mémoire parce que je joue beaucoup plus avec les mots consciemment pour séduire. Là aussi je suis rouillé, ça fait un moment que j'ai pas eu de bonne conversation, niveau sites c'est peu actif et les conversations vendent pas du rêve
"Les gens déplorent les effets dont ils chérissent les causes"

Salut Onmyoji,

Je me permets d’intervenir sur ton journal.

Onmyoji a écrit :
30.08.21
Alors clairement c'était pas important de savoir pourquoi, mais pour moi le réel intérêt c'est pas juste allumer pour se rassurer, faut que pour elle ça mène potentiellement quelque part, pas qu'elle se dise "je le chauffe mais no way".

D’accord avec toi, c’est notre logique masculine. Après, la leur est différente, je sais que je t’apprends rien en te disant ça hein. Là où je veux en venir, c’est que c’est tout de même flatteur pour toi d’avoir été choisi, même dans l’hypothèse où ça serait juste pour la rassurer, tu ne crois pas ?

Tu as probablement représenté au moins un petit challenge pour elle. Si tu avais bavé direct en la voyant, je suppose qu’elle n’aurait pas cherché plus loin. Tu envoyais sûrement de bonnes ondes.

Je pense qu’il n’y a pas vraiment de regrets à avoir, si tu ne l’as pas senti plus que ça sur le coup, ben c’est comme ça, c’est pas grave.

Bref, tout ça pour dire que c’est peut-être un peu dommage de trouver encore des trucs à te reprocher alors que tu as été courtisé par une belle femme 😃

Ton avis est toujours bienvenu et intéressant, merci.


Les nuits avec mon ennemi

En réalité je pense qu'il y a un mélange de hasard et serendipité, d'intérêt, et de gaucherie/ névrose de ma part. C'est surtout la dernière partie que je regrette.
J'ai vu aujourd'hui une vieille copine qui m'a très bien connu dans mes hauts comme mes bas.
J'ai donc pas beaucoup de crédibilité en tant qu'homme à ses yeux, vu qu'elle m'a vu en morceaux. On s'est parlés des quelques années qui viennent de passer. Elle connaît des hauts et des bas dans sa relation, elle a du mal à se faire à l'idée qu'elle a trop idéalisé son mec.
Elle me dit que "j'ai l'air bien, en forme" et que "moi au moins je ne donne pas d'illusions, on sait à qui on a affaire". Quand je lui raconte ma dernière anecdote, elle rit, me dit que quelques années avant, "je lui aurais fait mon numéro et l'aurais fait rougir".
Touché.
Quand elle me laisse, je reste dans le parc un moment sous les arbres. Cette discussion me renvoie à pas mal de choses. C'est clair que par le passé, même si je choisissais bien mon public, j'étais impertinent et imperturbable, si j'avais envie de faire une connerie, je la faisais, je jouais avec les limites et avec l'escalade physique. C'est ce que j'ai tendance à regretter.

Tout à mes réflexions, réminiscences et ma nostalgie, je vois un gamin essayer de faire des ailers retours sur un skate. Autres réminiscences. Je me hasarde à un ou deux conseils. Le gamin essaie et progresse un peu. Une femme arrive sur le chemin, il va vers elle en lui montrant ses nouveaux talents. Elle le félicite. "C'est le monsieur qui m'a expliqué". Elle me remercie, je dis que ce n'est rien. Comme le gamin continue ses allers retours et qu'elle reste debout, je l'invite à s'asseoir. De fil en aiguilles, on échange d'abord sur notre relation avec l'endroit, on parle un peu du temps, de l'été, de la qualité de vie du coin. Badinage. J'en viens à mentionner ma ville, elle s'étonne "ah, vous n'êtes pas d'ici?". On enchaîne sur la qualité de vie là-bas, puisqu'elle a connu. Puis elle me demande ce que je fais dans la vie, me disant qu'elle m'imagine bien dans l'informatique. Je prends pas ça pour un compliment, mais ça m'amuse. Je lui dis un peu ce que je fais, elle est intéressée. On parle aussi de ce qu'elle fait, du coaching et de l'accompagnement psychologique. Ça m'a fait marrer intérieurement. Je me suis dit que l'univers était ironique. Elle en profite pour me faire une petite analyse de son impression en discutant, et donc on a enchaîné sur des choses de mon parcours. Là elle m'a lâché des choses comme "c'est bien, vous avez des valeurs, c'est rare, et c'était courageux de faire de tels choix". Et je me suis demandé si c'était un intérêt ou sa déformation de coach encourageante. A posteriori ce moment là est naze parce que mon parcours et mes détours, c'est long, c'est quand même sérieux même si j'ai dit pas mal de choses drôles, et j'ai un peu perdu l'habitude de condenser. Aussi, le fait qu'elle fasse la péripaticienne m'a un peu piégé, et là j'étais pas dans l'état initial qui permette de réagir correctement.
Bon, je ne me suis pas complètement enlisé, elle m'a aussi parlé de ce qu'elle fait, a fait, et on a parlé aussi de son ex relation par rapport à son fils. De ses origines aussi. De notre âge (elle a 28 ans, me dit que je ne fais pas mon âge. La blague)
On a parlé aussi des enfants, elle m'a dit que j'étais à l'aise avec, je lui ai expliqué qu'il y en a pas mal dans ma famille, et mon entourage. On a échangé en riant sur leurs travers et leurs facéties. Vient le moment où ils doivent rentrer, le gamin demande si je vais revenir, je lui dis "de temps en temps". Il dit que ce serait bien comme ça je pourrais lui montrer d'autres trucs. Sa mère rit et lui dit que je ne suis pas son professeur et qu'on verra bien. Il répond que sinon elle peut prendre mon numéro, et elle dit qu'on se verra au hasard.
J'ai lâché un "sinon on peut toujours forcer le destin, je vous donne mon numéro, la prochaine fois vous m'envoyez un message, si je suis disponible je viens". Mais elle m'a demandé quand je viens habituellement. Et on s'est donnés rendez-vous pour mon prochain passage. C'était pas vraiment par envie de la draguer, plutôt pour que le gosse soit pas déçu. Elle était plutôt sympa, pas très grande (je lui prenais bien une tête et demie), se met pas trop en valeur niveau style (pantalon/ chemisier/ sandales, peu de maquillage) mais physique fin, traits fins, brune, beaux yeux bleu vert. Mais bon elle a senti que son côté ésotérique pouvait être étrange pour moi même si j'ai été sociable et que j'ai plutôt écouté pour comprendre ses raisonnements et sa perception. Je l'avais quand même rassurée sur ça, mais sans non plus me renier, juste en disant qu'il y a des choses un peu absurdes et d'autres qui restent intriguantes, mais que ce sont souvent les premières qui marquent le plus les gens aujourd'hui. J'avais pas trop envie de rentrer dans des débats et des explications, je lui ai dit que ses sujets étaient intéressants et c'était vrai, mais parce que c'était pas des trucs courants chez les gens qui ont une approche de consommateurs, elle avait une approche un peu active et se posait des questions.
Pour revenir sur la fin de l'interaction, je ne suis pas surpris de sa réaction, je pense qu'elle trouverait ça louche. J'aurais pu préciser que c'était purement pour le gosse, pour la détendre, mais bon, ça aussi ce serait louche. En fait j'ai accepté parce que je dois revoir ma pote vu qu'elle galère un peu et qu'elle a besoin de soutien, donc c'est un bon spot. Et puis ça fait plaisir à un gosse, je suis relativement misanthrope mais ça touche pas trop les gamins. Alors c'est ma B.A, même si je le ferai pas cinquante fois. Elle m'a remercié pour l'échange mais j'ai quand même trouvé le ton un peu bizarre, d'où mon sentiment de m'être enlisé, j'ai dû la saouler. On verra bien s'ils reviennent, au pire j'aurais profité de la nature.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Bien joué le 01.09.21, 09h29 par Jalapeno
"Les gens déplorent les effets dont ils chérissent les causes"

En lisant ton interaction, je ne trouve pas ça "louche".
Vous avez bien discuté, tu lui a fait poliment part de ton intérêt, elle a décliné / postposé ton invitation. C'est le jeu, je ne trouve pas ça "creepy". Elle a pu être impressionnée par la différence d'âge ou gênée par son gosse, mais ça c'est son problème.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] En effet le 01.09.21, 12h44 par Citadin
  • [+1] Intéressant le 08.09.21, 07h02 par Onmyoji

Numbers
Merci
L'idée c'est qu'en réalité c'était vraiment par pur esprit pratique pour éviter qu'on se rate. Je ne l'ai pas invitée à me donner son numéro pour commencer à la draguer et lui balancer des mots doux et c'est en ce sens que je pense qu'elle a pu trouver cela creepy.
Qu'on s'entende bien:
Elle est plutôt mignonne, mais clairement j'aurais pas dépensé l'énergie: si ça n'avait pas été une rencontre au hasard, je ne l'aurais pas forcée. Ou alors, je l'ai un peu forcée inconsciemment en nouant le contact avec le gosse, j'en sais honnêtement rien. Je sais pas ce que je veux en la matière aujourd'hui. Enfin, si, mon idéal s'est renforcé et précisé sur certains aspects, mais au niveau de mon plan de vie, ce qui se rapproche le plus d'une relation avec une femme n'implique pas forcément d'échanges philosophiques ou de sentiments, et je n'irais pas lancer ce genre de jeu avec ce genre de femme (pas que je crois qu'elle ne puisse pas s'y adonner, c'est même tout l'inverse, mais je ne sens pas l'impulsion assez elle). Mais mon cerveau louvoie peut-être indépendamment de moi. Je me surprends à contempler les foules pour y chercher la perle rare...
Si mon esprit me joue des tours, il se peut bien que mes intentions passent pour ce qu'elles sont réellement et pas pour ce que je voudrais qu'elles soient en me voilant la face.
Bref. On verra bien si je la recroise. J'aurai bientôt la réponse.

Metamorphosis
Je ne sais pas trop ce qui s'est passé,
mais j'ai eu comme un déclic. J'étais conscient de me reposer sur mes lauriers,
bien froissés, et de me perdre dans des échappatoires faciles.
Mais depuis quelques semaines, je me suis mis à en sortir lentement.
Je n'en identifie pas clairement le mécanisme ou la raison (ce n'est pas forcément la chimie qui est en cause, puisque j'ai dû arrêter temporairement de recourir à son soutien et j'attendais un meilleur moment où je sois dans une meilleure dynamique pour redémarrer et rechercher une synergie. Et ça commence peut-être à être ce moment), mais j'ai senti un changement, une impulsion. J'ai peut-être lu de vieilles lettres, vu de vieilles photos, eu à faire le désagréable et indéniable constat que je m'étais égaré en chemin, que je n'étais ni où je voulais, ni que je voulais, ou avais été. Sur beaucoup de sujets, mais en particulier dans mes relations et ma manière de m'entourer, mon côté aventurier, joueur, obstiné.
Je déteste perdre stupidement et plus encore avoir perdu celui que j'avais mis tant d'énergie, qu'il m'avait tant coûté, de devenir, en sacrifices à de nombreux niveaux, notamment dans mes amitiés et parce que l'effort avait été si exigeant. Je ne vais pas me laisser être faible.
Mais je sais que me forcer et m'agiter ne fera qu'épuiser mon énergie jusqu'à ce que je retombe en léthargie.
Par contre, je remarque toujours que je fais naturellement les choses quand il ne s'agit pas de prendre soin de moi, mais d'assurer aux yeux des autres.
C'est moche, mais si on se refait, pour l'instant, je vais surtout tenter de l'entretenir, de me servir de mes mauvais côtés dans un but positif, puisque je ne peux me servir des bons, et de continuer à me pousser, en me laissant aller au hasard, en créant les opportunités, en me jetant uniquement à corps perdu dans les choses dont je sais qu'elles créeront une dynamique positive.. .Reprendre la posture qui était la mienne, et le regard sur les choses et la conviction qui allaient avec.

Hasard, j'ai débloqué ce début de semaine deux points qui me bloquaient depuis longtemps en matière de recours à des gens. On va bien voir ce que ça donne dans la longueur mais le premier contact est bon, j'attends de voir si cela sera efficace.
Avoir quelqu'un avec qui je suis en synergie pour résoudre les questions liées à ma carcasse est un soulagement inattendu car j'en avais fait le deuil.
Ça m'amène à un peu plus vivre que survivre en tenant de négliger au mieux les problèmes qui m'enchainent.
Même si des illusions ont été rapidement brisées sur la possibilité de revenir à certaines activités physiques. Je ne mesure encore pas clairement combien de portes me sont fermées et le savoir me déprimerait peut-être.
Mais pour l'instant, je vois que j'ai au moins une solution à un problème que j'avais arrêté de chercher à résoudre, et que ça va m'ouvrir plus de portes et me permettre de reprendre des activités. Et pour les autres tant pis, en l'état actuel je n'aurais rien fait de toute manière, et si je l'avais fait ça aurait été pour me retrouver coupé dans mon élan en aggravant les choses. Donc je ne dois pas m'éloigner de ça sous prétexte que ça va mettre une fin factuelle à l'idéal que j'ai de moi sur certains points, sur des possibilités que je voudrais toujours avoir afin de les réaliser dans le futur. Cet idéal ne doit pas m'empêcher de trouver ma voie maintenant et de me relever physiquement.
Pour le reste, j'attends le premier contact, longtemps attendu.

Suits
Ce n'est pas forcément lié parce que ça me titillait déjà avant, mais j'ai renfilé mon costume de stratège.
Ma rentrée s'est passée sous de bons hospices et même s'il y a du boulot, je fais en sorte d'avoir un rythme plus sain, et de vraiment repousser ce qui n'est pas le nécessaire dans mes journées plutôt que de jouer le workhaholic.
Mon équipe continue à changer, avec du bien (une paire de gens nuisibles en moins, dont un directeur qui avait pris l'habitude de nous mettre des bâtons dans les roues par pur affect), et du moins bien (l'un de mes très bons éléments qui m'apportait beaucoup intellectuellement est parti, et une de mes collègues que j'aimais beaucoup pour son professionnalisme et sa sympathie s'en va.  On a aussi quelques pauses qui nous mettent en vrac sur des projets, c'est la vie mais quand c'est soudain, c'est pénible parce que ça remet en cause tous nos efforts). Pour faire face à un certain nombre de mouvements de terrain, on a donc réussi à recruter des gens (à ma grande surprise parce que j'en ayant jamais vu pour mon service je suis étonné qu'on arrive à le faire au pied levé pour les autres), au moins temporairement.
Ma curiosité et mon sens de la planification aidant, j'ai appris un certain nombre de choses.
J'ai donc une nouvelle ingé qui va graviter dans mon bâtiment, et une juriste qui va travailler avec moi pendant quelques mois.
L'ingénieure est plaisante, a un petit style rock n roll qu'elle alterne avec du classique, mais elle a une manche tatouée et des attitudes qui me font penser qu'elle serait pas déplacée dans un festival de métal. Elle contraste donc, mais pas toujours, avec ma collègue sur le départ, qui elle est toujours très féminine et tendance.
Au départ, aux présentations, j'ai été cordial mais sans pour autant lui prêter plus attention. Elle a surtout discuté avec mes collègues. J'étais cordial mais occupé, et son passage n'était que furtif. Par la suite, mes deux collègues directes m'ont parlé d'elle pour me sonder un peu, vu qu'elle est trentenaire, plutôt mignonne et stylée dans mes goûts affichés (elles en couple s'inquiètent de mon bien être quand je leur raconte mes rencontres multiples et ma vie de célibataire. C'est toujours drôle car elles donnent l'impression de vouloir me marier à la première femme disponible qui passe pour me "sauver". J'avoue, c'est pas toujours glorieux mais quand même, j'espère que j'ai pas l'air si désespéré et que ce sont les clichés qui jouent). Mais évidemment j'ai botté en touche en évoquant l'habituel "pas au travail". J'en ai quand même conçu deux curiosités. L'une pour elle (après tout on va être amenés à bosser ensemble même si pas autant qu'avec la précédente. Elle aura une autre remplaçante le mois prochain qui viendra s'ajouter à l'effectif. Vu qu'elle va bosser avec moi plus souvent j'espère qu'elle sera efficace, sympa et agréable). L'une pour moi. J'étais un peu piqué au vif par une soirée entre collègues où j'ai revu Gabriella, et je voulais savoir ce que j'avais encore dans le ventre.
Comme on m'a parlé de cette juriste et que je vais devoir lui faire des présentations de nos dossiers, j'ai fait quelques recherches pour savoir ce avec quoi elle est familière afin de présenter ou pas des fondamentaux. Au passage j'ai découvert qu'elle est plutôt jeune (27 ans), et très jolie si j'en crois linkedin (j'adore ces profils mettant en avant une photo Facebook de vacances qui ne laisse rien à l'imagination).
Au départ la présentation devait se faire avec une autre collègue qui fait des passages de dossiers et on aurait probablement été deux la majeure partie du temps. Chose qui aurait été une bonne manière de faire connaissance.
Mais j'ai eu une idée. Puisque je n'avais pas encore fait connaissance avec l'autre, que nous appelerons Lise, sauf à une brève occasion, je me suis dit que je lui proposerais d'assister à la présentation. Pour elle c'est une occasion de découvrir même si ce ne sera pas son sujet principal. Je me suis donc pointé tardivement en salle de repos et ai laissé les conversations s'amenuiser jusqu'à ce moment où nous nous sommes retrouvés deux à table. Je lui ai fait ma proposition qu'elle a accueillie avec enthousiasme, pour ensuite s'échanger quelques éléments sur son passé professionnel et une intéressante et inattendue conversation autour de sujets matière à philosophie et partage de goûts...
Ce fut bref mais on a bien discuté à part vingt minutes.
On s'est dirigés vers notre bureau en maintenant une discussion animée et elle m'a remercié de l'invitation.
Elle est plutôt sexy. Elle a l'air d'être assez intelligente car si elle a un background assez faible à l'origine, elle a évolué plusieurs fois significativement. Par contre, une paire de fois, comme je maîtrisais un peu mieux le sujet dont on discutait, j'ai mentionné que certaines choses dont elle avait parlé était des idées reçues et évoqué les faits puisque ça me servait, et elle a un peu insisté sur le fait que c'était parfois bien de se tromper ou rester dans le rêve et la fantaisie. J'ai pourtant pas appuyé sur la chose et plutôt formulé ça comme des "croyances du folklore", j'ai essayé de ne pas être brut ou pédant et j'ai l'impression qu'elle a un peu surréagi à ça. J'ai peut-être échoué au test en me montrant un peu conciliant mais je pense que dans mon personnage ça passe. Elle a aussi donné l'impression de surréagir sur des petits détails à une autre collègue mais ça vient peut-être de son passif, à voir quand elle aura eu l'occasion de voir qu'on est cool et pas mauvais esprit.
Après, c'est peut-être la compétition qui s'exprime dans l'autre sens, les anciennes qui mettent un peu la misère à la nouvelle, comme apparemment il y a quelques gars qui tournent autour.
Et ainsi, je me suis dit que si par caractère elle et l'autre nouvelle sont un peu en compétition inconsciente, ça m'arrange vu que je serai le seul centre d'attention masculin pour l'occasion.
Et me donner l'excuse de ce plan foireux, ça me donnait une excuse pour l'aborder et discuter, donc dans tous les cas ce n'est pas perdu.
Et puis c'est une bonne excuse pour me saigner au sport.

Ready Player One
Et les apps dans tous ça?
J'ai laissé un peu tomber, je n'ai pas fait de profil sur une autre.
Avec Mina2, le courant passait moyen, on a échangé et on se trouvait des points communs en surface, mais c'était une conspi foireuse et comme je lui ai dit quelques trucs sur mon background scientifique, et mon taf, j'étais devenu un allié de Big Brother et un collabo.
Tania, elle, n'a pas relancé. Et à la réflexion, même si je sais que c'est con, je m'attends toujours à ce qu'une meuf aussi magnifique et jeune puisse pas me matcher, ou que ce soit du broutage, ou un guet-apens. Donc j'ai laissé couler.
Ensuite j'ai eu une Angela, qui m'a fait un premier message à base de "tu vas bien?" (et après j'en lis qui se plaignent de notre originalité. Ô ironie...), me demande si je suis en vacances ou si je travaille, me dit qu'elle l'est, je relance pour un rencard quand je reviens sur Paris, mais plus de réponse. à mon avis, elle cherchait un plan cul pour l'immédiat.
Enfin, j'ai eu une réponse à un message envoyé quelques jours avant, je me souviens de la nana, une étudiante de 21 ans franchement magnifique, un peu délurée et délirante dans sa description, qui semblait littéraire avec des neurones, mais ça faisait 4 jours que je n'allais pas sur le site, et entre temps elle a dû se vexer et me bloquer, ou désactiver son compte. Ne me reste donc qu'un début de réponse prometteuse. Shit.
Sinon, j'en peux franchement plus de lire des "renverser le patriarcat" et autre "sorcière buveuse de male tears", on dirait qu'elles se sont données le mot pour trouver la vanne la plus nulle. Ou la lecture la plus pourrie (entre Despentes et Chollet, mon coeur balance. Les deux).
J'ai l'impression que seules les latines et les slaves échappent à ça. Ce n'est pas qu'elles me déplaisent hein, je suis bon public:). Mais c'est dommage, la française par en couilles, un peu.
C'est pourquoi tant que j'ai des occasions, je vais faire en sorte de les faire fructifier.

Le Magnifique
Adieu Bébel. Un mec, un vrai, l'un des plus grands acteurs français, drôle, profond et gouailleur.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] La suite, vite ! le 09.09.21, 22h28 par Esope
  • [0] La suite, vite ! le 11.09.21, 10h49 par Citadin
"Les gens déplorent les effets dont ils chérissent les causes"

One Step Closer
Parmi les effets positifs de ma sortie d'hibernation mentale,
il y a le fait d'avoir retrouvé un peu mon esprit provocateur. Et provocateur d'opportunités.
J'avais essayé une première occasion avec cette présentation, mais finalement pour des questions de logistique,
la juriste ne s'est joint à nous qu'à distance, et Lise était appelée à d'autres tâches.
Dans les jours suivants, j'ai été absent, puis l'on s'est croisés en salle de pause sans trop se parler, en petits groupes et pris dans d'autres conversations. Aujourd'hui, c'était un peu la même configuration mais on finit par se passer à côté et elle entame un bout de conversation avec mes collègues, et un peu plus tard je prends des nouvelles.
Je repars à mes affaires, puis ai besoin d'un renseignement technique, et vais donc voir une collègue.
Je ne tombe que sur elle, seule dans cet open space.
Elle s'enquiert donc de ma question, que je lui expose, même si elle est débutante sur nos applications, elle semble motivée à m'aider.
Je lui décris donc les détails, elle me demande des précisions, me donne son point de vue.
Je lui demande une dernière précision sur une possibilité d'automatisme, elle l'ignore, mais me dit que sinon, elle peut "le faire pour moi". Je refuse, d'abord parce que les éléments à traiter ne sont pas encore là, et parce que de toute façon ce n'est pas son rôle. Elle me dit qu'elle n'est pas occupée, qu'elle revoit sa formation initiale, me montre ce qu'elle est en train de faire. Je m'approche de son écran, vient à ses côtés.
Elle me montre son côté méticuleux/organisé au travers de certains détails, je m'en amuse donc. Elle me montre son carnet de notes, dans le même style, très bariolé.
S'offusque de l'orthographe défaillant de ses collègues (10 points!).
Je reprends ma place, à distance. Elle continue sur le sujet.
Mentionne son âge au passage.
O: "Ah, vraiment?"
L: "Oui"
O: "Oh, j'aurais dit 25"
L: *glousse* "T'es mignon! Non, mais ça se voit, tout ça, c'est de la poudre aux yeux"
O: *ignore la seconde partie, prenant une pose "digne" : * "elles disent toutes ça"
L: *glousse* j'en doute pas
L: "non mais avant j'étais fraiche, maintenant c'est superficiel"
O: "Mais moi aussi, tu sais, quand j'enlève mon masque...".
L: *sourit*
On échange un peu sur nos parcours vite fait, et elle finit par me relancer sur la présentation; je lui dis qu'on fera ça quand elle peut, elle me dit qu'elle est libre, je repousse un peu l'avance par principe (déjà, je devais réellement finir des choses même si je n'avais pas d'urgences, ensuite, je ne voulais pas donner à mes collègues l'air d'être allé la chercher, enfin, le moment aurait été plus propice).
Elle me salue donc tout sourire dehors, et je retourne à mes projets.
Elle débarque donc, je l'invite à aller dans une autre salle "pour ne pas déranger mes collègues", elle se propose de m'aider à porter un truc au passage, je n'en fais rien, je note avec satisfaction le regard interrogateur des autres avant de partir. Elle mentionne qu'elle a pris la peine de prévenir mon autre collègue (ce que j'aurais de toute façon fait).
On s'isole donc dans une salle plus tranquille, elle s'inquiète de là où elle doit s'asseoir, puis l'on se pose l'un à côté de l'autre, une petite mésaventure technique la fait rire, je ne me démonte pas et parle avec dérision, elle me regarde plus que l'écran, de ses yeux brillants et animés derrière ses petites lunettes sorties pour l'occasion.
Elle pose quelques questions pertinentes au cours de mon speech, puis on finit sur deux trois notes techniques.
Puis elle me demande ce que je fais là, ce que je lui expose alors qu'elle s'étonne de la distance avec mes études originales. Je passe rapidement sur les raisons, elle me pose de nouveau des questions (la fois précédente, c'était son tour). Elle me balance aussi "tu es beaucoup dans les chiffres" parce qu'elle voyait mon bureau avec 10 documents et fenêtres sur des tâches techniques ouvertes, je réponds que ça dépend des moments (sans forcément chercher à me justifier, plutôt sur le ton du mec qui prend ça plus pour une question que pour une éventuelle taquinerie ou un tacle/test), passant sur la diversité de mes attributions choisies, montrant au passage que je vais aussi au devant des gens, que j'organise des choses etc...
Elle me lâche un "Oui, dans tous les cas, je crois que tu seras pas perdu", en référence aux différents sujets que je vais devoir aborder prochainement.
Elle passe sur une question badine, puis j'en plaisante en disant "c'est l'âge" en parlant de moi, et elle repart sur ce qu'elle me disait avant. Se dit contente que je lui donne moins (ironiquement, mais elle l'a dit tellement d'un air égal que j'ai eu un doute sur le fait qu'elle ait compris ma vanne). Elle me demande mon âge. Classique, je lui demande combien elle me donne. 32. 5 ans de moins. ça va, je ne suis pas encore complètement décrépi, on peut encore me sauver. Je m'en amuse, elle me dit qu'elle préfère les mecs plus âgés, qu'en général les jeunes sont trop "minets". Je rebondis sur un lieu commun et la "bonification avec l'âge". Elle prend alors en exemple des acteurs pour abonder, mentionne aussi son mari, tandis que je joue directement avec l'idée avec un contre-exemple absolu.
C'est bon enfant, on se taquine un peu encore, elle me remercie beaucoup, me dit que c'était intéressant et que je lui ai bien présenté les choses (encore heureux), me dit qu'elle verra si elle peut apporter plus de réponses à ma question initiale, on se dit à bientôt.

Bilan: hmm. Une fille nature. Finalement, c'est un peu le même profil que Gabriella. Ouverte, vive d'esprit, sociable, curieuse, et intéressée par les gens. Elle m'a lâché des informations personnelles par ci par là,
mais j'avoue que j'ai été surpris pour son mari, car elle n'en porte aucun signe. C'est un peu vain de continuer à jouer, mais ça m'amuse et ça me remet sur les rails. Puis du coup, c'est sans pression.
Avant ça, lors de notre première entrevue, je m'étais dit que j'allais l'inviter à boire un verre en dehors pour mieux se connaître. Maintenant, j'ai quand même envie, mais j'hésite un peu. Je vais voir comment je vais tourner ça. Avant ça, je vais peut-être laisser filtrer deux trois choses sur ma personnalité pour voir ce qu'elle en prend, ne serait-ce que par curiosité. Dans tous les cas, c'est une personne agréable, ça ne sera pas perdu.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Like ! le 15.09.21, 10h14 par Suit
"Les gens déplorent les effets dont ils chérissent les causes"

a perfect circle
J'ai souvent l'impression en revenant à mes différents journaux que je névolue pas dans la réalisation de mes objectifs. C'est objectivement assez faux bien sûr mais pourtant j'ai tendance à reproduire certains schémas.
Par exemple pour l'instant je ne suis pas dans une phase dépressive (sans être bipolaire je pense que la dépression elle vient régulièrement me frapper plus ou moins fort. Des fois juste par mon pessimisme (ir)rationnel permanent. D'autres par une perte totale de motivation, d'espoirs, d'envie, de désir). Donc je fais en sorte d'éloigner les choses qui me font chier.
J'ai plutôt bossé positivement en ce qui me concerne et j'ai eu des résultats positifs mais je suis retombé dans l'absence de régularité assez vite pour tout ce qui n'est pas peu contraignant.

Il faut que je vois comment je peux organiser mes routines pour être plus régulier niveau sport.

Niveau brainstorm, j'ai finalement rencontré un psy mais je me demande si je renonce direct avec ou pas. On a fait une première séance et j'ai parlé, beaucoup. Je lui ai demandé ce qu'il en pensait, il m'a dit que j'avais certainement besoin d'aide pour résoudre certaines choses, mais en même temps quand je lui ai demandé plus de conseils il m'a dit qu'il était surtout là pour m'écouter, et qu'on savait souvent quand on commence mais pas quand on finit. Genre de réponse insupportable pour moi. C'est pas du tout mon objectif, je suis pas là pour une psychanalyse et c'était pas ce que marquait son profil comme approche thérapeutique.
Donc je pense que je vais pas plus griller mes cartouches (financières et motivationnelles) et que vais aller directement en voir un autre.

Faut aussi que je prenne le temps de faire deux trois choses pour vraiment avancer, dont trouver un club sportif ou une salle, mais le boulot est une double contrainte, en termes d'horaires et d'énergie/ envie, à la fois pour réaliser le préliminaire et me tenir à ce que je dois faire.

Les Passantes
Finalement je ne suis pas trop déçu de m'être fourvoyé sur l'intérêt de Lise. Elle reste sympathique et agréable, mais elle a des manières et des goûts de cagole. C'est pas revanchard, sérieusement, mais si je peux interagir sans hypocrisie avec des gens comme ça, me dire que je pourrais avoir une relation avec une femme de ce type est impossible. Et c'est probablement viscéralement réciproque. Chapitre fermé donc, j'en garde l'intérêt esthétique mais je garde ça pour les moments où je la croise fortuitement. Le gag c'est qu'on va maintenant être amenés à bosser plus ensemble.

Une juriste pas si sauvage a finalement fait irruption dans ma vie (pro). On l'appellera Maria. Elle ne ressemble pas du tout à l'image d'elle que j'avais pu voir sur les réseaux, mais elle est mignonne, c'est indéniable. Elle a un style un peu travaillé, mais ça reste moderne. Elle cache son visage derrière de grosses lunettes carrées moches et j'ai l'impression d'être dans un film Hollywoodien, sauf qu'on voit quand même qu'elle est jolie (on ne peut pas rater qu'elle est bien gaulée, elle doit faire 1m75 de sveltesse et de courbes très engageantes, qu'elle cache sous ses chemisiers amples. Fausse pudeur?)
J'ai eu quelques interactions de plus avec elle par écrit et à distance, toujours en aveugle, avant de la rencontrer en vrai à une pause repas une fois qu'elle était venue sur site. Bon, elle était déjà pas mal entourée par les autres jeunes femmes de l'équipe, je n'ai donc pas poussé le contact, même si l'on a été présentés.
Je suis passé la voir pour parler d'un sujet (réel), elle était un peu timide et nerveuse, mais ça s'est rapidement estompé, on doit se refaire une discussion plus longue bientôt. Cela dit je pense qu'elle est mariée ou fiancée, faut que je creuse un peu.
Je n'en espère rien dans tous les cas, vu qu'elle est largement plus jeune, belle et qu'elle doit avoir un paquet de prétendants si elle est seule (même si elle ne l'est pas d'ailleurs). Et que dans le boulot ça reste délicat, je me peux faire ce que je veux (et je garde une grosse retenue interne sur ça, Lise c'était plus pour me jauger, Gabriella c'était spécial, elle c'est juste une jolie fille que je vais souvent croiser et qui va me titiller les hormones et le cortex visuel et auditif - elle a un accent à croquer-)
Donc ça me garde détendu (d'autant que j'ai pas l'habitude de forcer les rencontres, j'aime pas changer mes habitudes, déjà l'autre jour je suis rentré en souriant dans mon bureau une de mes collègues m'a de suite assailli de questions car elle m'avait vu lui parler dans le couloir).

En dehors de ça.
Je n'ai pas revu la maman du parc, j'y suis retourné avec un peu de retard le jour dit, car j'étais trop occupé mais je ne l'ai pas recroisée.

Tania est toujours en attente dans ma liste de match, mais passé le premier message j'hésite toujours à relancer. Si ça répond je me demande toujours si c'est une arnaque pour détrousser des gogos. Si ça répond pas je le prends pour moi, à moitié à raison. Mais elle est magnifique quand même.

Sinon l'algo ne m'aime plus. Mon dernier match c'est un bot chinois qui alterne les "it feels like we've known each other for a long time" (que j'ai déjà lu d'un autre bot) avec les tentatives de vente de services de crypto parce qu'elle serait analyste dans une boîte de ce type. Je passe mon tour.

Je n'ai finalement pas recréé d'autres profils ailleurs et le besoin s'en fait sentir, je commence à fantasmer déraisonnablement sur toutes les nanas un minimum stylées et bien foutuesbque je croise.
La dernière fois j'emboite le pas à une dans le but de l'aborder parce qu'elle m'a tapé dans l'œil, mais je reçois un appel dont je n'arrive à m'extirper que pour la voir rentrer dans une maison. Je suppose donc qu'elle habite pas loin de chez moi, mais dans ces conditions chercher à la recroiser en étant "à l'affut" c'est super creepy et j'ai pas envie de ça. Je verrai si je la recroise au hasard de mes sorties dans le quartier. Même si ça n'arrivera probablement jamais, je campe pas dans la rue. Une bonne leçon sur le fait de ne pas manquer des occasions.
Dans le métro et des rues plus centrales j'en ai croisé une poignée aussi mais là j'ai vraiment du mal, c'est trop fréquenté à mon goût et si je n'ai pas un truc un peu circonstancié (c'est un peu plus dur quand on est pas seuls dans une rue mais avec une foule de gens dans une ambiance où personne ne s'arrête) je bloque.
Idem sur un quai de train.
Je me donne l'impression d'être un débutant, ça m'horripile.

C'est dans ce contexte d'échecs bidons, d'entourage stimulant mais ne pouvant rien donner et de disette sur les seules femmes qui me sont normalement facilement accessibles sans obstacles / arrières pensées, de loose pathétique disons-le, que j'ai commis un acte manqué. J'ai relu une conversation de Mina (la première russe croisée il y a presque un an, pas la dernière qui date de cet été) parce que j'y cherchais une référence littéraire et je me suis surpris à me retrouver quand même à nouveau flatté par ces échanges. Et je l'ai débloquée pour voir si elle avait envoyé d'autres messages ou autres, et j'ai "oublié" de la rebloquer. C'était il y a bien deux semaines, et elle m'a envoyé un message mercredi. Comme la première fois, pour parler d'une non rencontre et que c'était bien, qu'elle avait désintallé la messagerie (pipeau?) et comme la première fois j'ai répondu un truc qui a fait embrayer les choses. Ou elle a simplement eu ce qu'elle voulait. Elle m'a dit qu'elle était en dépression et que ça avait été compliqué. Elle paraissait vraiment émue en me parlant (elle envoie toujours des messages vocaux), toujours un peu confuse, fébrile. Elle a vraiment mérité son surnom de Mina (quand ma réalité rejoint la fiction...) et ça la fait rire. Elle dit que c'est dommage parce qu'on était faits l'un pour l'autre et que j'ai tout gâché en riant, et s'excuse en faisant de la dérision et en disant qu'en vrai c'était elle. Je lui ai dit qu'on ne s'était même pas rencontrés en vrai et qu'elle me supporterait pas si ça se trouvait. Évidemment je suis trop aisément manipulable, mon caractère est facile à cerner, tu veux m'emmener à un point, ça peut se faire en quelques étapes. Elle m'a donc proposé un café. Et sachant que je ne pouvais répondre dans l'immédiat par un rendez-vous j'ai dit oui.
J'avoue que je sais que c'est pas bien parce qu'elle me semble pas moins dépressive (après le côté fébrile ça fait peut-être partie d'elle), et toujours prompte à s'emballer même si elle a convenu avec ma mise au point que j'avais raison et qu'on ne savait pas ce qui aurait pu se passer. Mais je sais que si j'accepte le café ça va se finir en baise sauvage chez elle.
Et là même si je n'ai pas l'amour du risque, ça me tente quand même. C'est pour ça que faut que je trouve rapidement d'autres options. Sinon je vais la bloquer mais je vais pas m'y tenir.
La solution serait de casser le truc par la franchise mais je veux pas lui faire de mal, elle est déjà dépressive je vais pas en rajouter. Donc peut-être appuyer sur nos attentes différentes.
Après peut-être que la rencontre aura raison de son fantasme mais là c'est moi qui subirais psychologiquement.
Je m'en veux un peu d'avoir créé cette situation par faiblesse. Si je pouvais faire que les femmes qui me plaisent soient aussi intéressées par moi sans que ce soit toxique, et que ce soit aussi fluide et simple de communiquer (en tout cas là ça l'est, il n'y a pas de pression, on a toujours la bonne réponse pour l'autre, c'est toujours grisant, piquant, intéressant et drôle), je le ferais. Mais forcément quand ça arrive ce n'est que parce que la femme est pas en bon état psychologiquement et ça craint.
Et ça ça vient de moi. Parce que je n'ai pas assez de valeur à donner pour les femmes qui ont de la valeur et sont saines. Quand j'étais plus jeune, ça fonctionnait avec certaines femmes mais ça reste juste de bons souvenirs, car ma valeur a baissé et les exigences ont augmenté dans toutes les tranches d'âge. Et même si je ne m'intéressais qu'à la mienne je ne suis sans doute pas un bon parti.
Ce que je ne sais pas vraiment comment résoudre à vrai dire: au niveau de la base, j'ai déjà fait ce que je pouvais et j'ai de nouveaux travaux à entreprendre parce que la maison n'a plus vingt ans. Au niveau de ma vie, à part changer de taf pour avoir plus de moyens et plus de valeur financière à afficher (et, ok, pouvoir avoir une logistique plus cool qui permet de faire un peu plus de rencontres au quotidien, faire des activités qui en jettent plus), je vois pas. Mais hormis pour la part "rencontres au quotidien" j'ai pas vraiment envie de me transformer en cliché qui drague avec son salaire accroché au poignet. Je trouve ça moche et pathétique, et j'ai déjà du mal à supporter de l'être parfois malgré moi, sans le devenir volontairement.

Après la partie changement de boulot m'interroge quand même. J'ai eu des discussions avec des collègues et si j'aime mon équipe et mon boulot (en majorité), l'avis général c'est qu'on est sous-payés.
Et déménager aurait ses avantages en termes de rencontres. Mais je suis quand même bien là où je suis et troquer ça contre une potentielle situation de merde c'est pas engageant, j'ai déjà dégusté et pour gratter quelques billets c'est un peu vain. Surtout que je me dis aussi que raisonnablement le bonheur ne tient pas à ça (mais ça heurte mon cynisme).
Bref, j'examine des options.
"Les gens déplorent les effets dont ils chérissent les causes"

Sans forcément déménager ni changer de boulot, peut-être plutôt prendre du *temps* pour toi (réduire tes heures de travail ou au moins les heures supp ?).
Avancer sur tes objectifs propres, peut-être les lister ici ?
De mon expérience, les femmes équilibrées seront tout aussi intéressée, et souvent plus, par un mec qui a des projets et qui fait des choses intéressantes que par un mec qui a une montre à 10k.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Constructif le 10.10.21, 15h35 par Onmyoji

Surtout que de mon expérience, certaines choses ou présentations attirent certains profils et peuvent en repousser d'autres. Je pense que tu le sais déjà.
Tout dépend de ce que tu considères comme de la "valeur" : est ce qu'il s'agit d'après toi toujours de fric, dit très vulgairement ? (après tout c'est bien l'étalon or de tout dans notre société) Est-ce que le profil de femmes que tu cherches serait réceptif à cette présentation ? Si oui, dans ce cas, ça vaudrait le coup de se faire violence et de changer de boulot pour accumuler les billets.
Je pense aussi comme Jalapeno, il ne faut pas que le boulot soit prenant au point de t'empêcher de poursuivre tes objectifs personnels en te pompant ton énergie et en t'obscurcissant l'esprit.
Un autre truc où je me reconnais :
Mais forcément quand ça arrive ce n'est que parce que la femme est pas en bon état psychologiquement et ça craint.
.
D'une part je commence à avoir l'impression que cet idéal de femme saine, équilibrée et belle que nous poursuivons est vain. Je commence à brasser des profils et peut être que finalement il n'existe pas. En creusant un peu, tout le monde est fêlé quelque part, reste à savoir si ça colle avec soi.
D'autre part, il y a un gap abyssal entre les rencontres en ligne et réelles, toujours au profit des dernières. Si je le remarque aussi c'est que ça doit être une loi de la chose, comme si elles étaient vouées à mener à l'échec. C'est le mode de rencontre qui fait intrinsèquement foiré la chose ? Parce qu'on ne veut pas s'avouer chercher sciemment à rencontrer quelqu'un ? (il y a en une qui a coupé court en me disant que malgré toutes mes qualités, elle ne pouvait se projeter avec moi à cause de ça).
Je veux encore croire qu'on peut plaire et séduire autrement qu'avec un lifestyle codifié ou sa promesse et une belle gueule.
Tu as parlé de sport, tu en es où dans ta forme physique ? Quelles sont tes activités autres, très concrètement ? Quels sont ces objectifs dans lesquels tu n'évolues pas ? Peut être qu'il faut les élaguer, les resserrer ou les préciser ?
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+2] Intéressant le 10.10.21, 15h36 par Onmyoji

@Jalap: Le problème c'est qu'en prenant mes marques dans mon boulot j'ai établi un précédent sur lequel il est difficile de revenir. D'autant que je suis très visible, à l'interface avec beaucoup de gens dont la direction. C'est compliqué de rétrograder en terme de rythme de travail même si je l'ai déjà un peu fait (j'essaie de plus bosser les week-ends sauf nécessités absolues, parce que je me suis rendu compte plusieurs fois que finalement ça servait à rien puisque je n'étais pas le goulot d'étranglement.
Le seul truc que je peux négocier c'est plus de salaire ou un 80% mais vu la charge de travail c'est dur de s'y tenir. Pour le télétravail j'ai déjà les libertés qui vont bien.
Après faut peut-être que j'apprenne à être plus efficace mais c'est vrai que j'ai pas l'impression de trop ramer. C'est surtout que ça arrive en continu.

Le rationnel derrière l'idée de changer de boulot c'est d'arriver dans un milieu où je vais me montrer efficace mais sans en faire trop, quitte à ne pas avoir l'air d'être le candidat idéal et de risquer de ne pas finir la période d'essai (ce qui est un risque très hypothétique et probablement juste dans ma tête, ce que je fais étant de base probablement de qualité suffisante pour passer le test). Aussi de prendre l'augmentation souvent inhérente au changement de situation pour être à peu près au niveau où je devrais être en vrai.
C'est aussi de me permettre de déménager sans que ce soit la plaie. Parce que mon patelin est cool mais niveau jolies jeunes femmes c'est un peu pauvre (je dis pas qu'elles n'existent pas, je dis que si je compare à mes incursions en ville (toujours chiante vu la difficulté qu'il y a à circuler et se garer), c'est comme comparer la pluie dans le désert de Gobi et en Amazonie en période de mousson. Et je veux que ça pleuve chez moi. Parce que faire deux trois activités c'est bien mais 2 3 heures par semaine ça remplace pas un afflux de nanas permanent couplé au hasard.

Après je pense que ma capacité à me surinvestir dans le taf "par obligation" c'est une manière de fuir mes autres problèmes, le fait de ne pas me considérer à la hauteur, de valeur etc.
Souvent je commence dès trucs que je ne finis pas, exactement parce que "j'ai pas le temps". Mais je sais plus honnêtement où est la limite objective entre "je dois bosser sinon ça part en couilles au taf" et "je fuis dans le taf parce que je heurte un plateau/ un obstacle qui me font chier".
Et c'est pour ça qu'en dehors de deux trois sujets dont j'ai acquis la maîtrise ou de deux trois choses faites par obligation, j'ai une nébuleuse de projets inachevés, je dois connaître les bases pour une demie douzaine de langues et le double de langages informatiques, j'ai des dizaines d'histoires, scénarios entamés, des milliers (littéralement) de photos non développées et de vidéos non montées, de dessins/ peintures auxquels j'ai renoncé, etc.
Si je sais que quelqu'un l'attend, je me bouge et je passe ma barrière du "c'est vraiment trop à chier", ou du "j'ai pas le temps". Mais pour moi j'arrive pas à me donner des excuses. Je me jette dans ce que je fais par intérêt sincère mais j'arrive pas à la satisfaction ou à maintenir cet intérêt au dessus du quotidien.
Et maintenant que je l'écris je me dis que c'est peut-être également vrai pour mes relations. Le besoin d'espace que je ressens, la lassitude, le fait de devoir vivre une passion ou rien, ça me semble relever des mêmes mécanismes. Sauf que je sais pertinemment que c'est pas possible en vrai. Personne n'est parfait et il y a toujours matière à être déçu si on reste intransigeant. Sans même parler de supporter la routine et le quotidien.
Mais j'ai beau avoir conscience du problème je ne sais pas vraiment fonctionner autrement et je n'envisage pas vraiment de méthodes pour parvenir à cet inconnu. La nature profonde c'est souvent une excuse à la con, cela dit c'est tellement gravé dans mes raisonnements et mes perceptions que je sais pas trop comment me corriger.
Finalement la voie du mauvais cliché serait bien plus simple même si tout aussi insatisfaisante (et attire clairement pas le genre de femmes que je recherche hormis du point de vue physique).
Ce que je sais c'est qu'être le gars qui aboutit à rien c'est pas séduisant. Et même en dehors de ça ça me fait chier, parce que je gaspille mon énergie au lieu de devenir meilleur.


@Bird
Pour la valeur je pense que niveau tune même si je gagne bien je peux pas me permettre de largesse, je suis un peu en galère malgré moi.
Pour le reste, il y a le côté physique, l'intelligence et le talent (je peux faire plein de trucs à bon niveau mais il y a pas de médaille pour le mec qui participe dans toutes les disciplines. Et dans mon taf et dans ma vie j'ai quelques vrais génies et je vois le gap. Et puis si j'ai pu être brillant, j'ai perdu mon temps dans plein de trucs, donc j'ai une culture correcte parce que j'ai de gros acquis mais plus de quoi être impressionnant dans la trentaine, idem pour les neurones et les éclairs de génie); et le fait que déjà je puisse pas être vraiment satisfait de quoi que ce soit.
Pour ce qui est du boulot, je pense que j'oscille sur une responsabilité partagée. Bien sûr que c'est prenant, maintenant j'y mets aussi du mien. Et si j'avais plein de temps je me disperserais sans doute dans des plaisirs immédiats plutôt que dans la réalisation de mes projets artistiques, même si au fond j'adore ça. Ce qui me fait chier c'est que justement j'adore ça et j'ai plein de capacités, mais soit je suis objectivement médiocre malgré tout, soit je peux être bon, mais ça n'a rien de fluide, ça ne coule pas de source, et je me prends la tête à un point où finalement, soit j'arrive à être satisfait par le truchement du hasard, soit je renonce parce que je tourne en rond sans trouver de solution satisfaisante à ce que je veux atteindre.

Concernant ton impression sur notre idéal, justement c'est un idéal. Mon côté cynique me rend misanthrope et me fait penser qu'on veut tous tellement être heureux qu'on est incapables de l'être à deux, parce que faire de l'autre son bonheur c'est à la fois toxique et la seule solution si on veut l'être en couple sans que l'autre ne soit un à côté.
Et si l'on peut être assez sain en solitaire, le couple réveille aussi beaucoup de choses qui feraient mieux de rester dans nos côtés obscurs et inconnus.
Pour les rencontres en ligne, j'ai rencontré quelques nanas qui étaient saines d'esprit mais elles avaient toujours clairement un objectif de vraie relation et des idées très restrictives de ce qu'elles voulaient (un peu comme moi tiens. La santé mentale en plus). Par contre elles avaient effectivement aussi été abîmées par des relations passées et ça pèse quand même sur les décisions et dynamiques.
Je veux encore croire qu'on peut plaire et séduire autrement qu'avec un lifestyle codifié ou sa promesse et une belle gueule.
Je pense que c'est faisable car j'ai séduit des femmes dont je me pense pas forcément digne, la question c'est est-ce qu'on peut les garder?
Ou séduire et garder celles qu'on veut?
Tu as parlé de sport, tu en es où dans ta forme physique ? Quelles sont tes activités autres, très concrètement ? Quels sont ces objectifs dans lesquels tu n'évolues pas ? Peut être qu'il faut les élaguer, les resserrer ou les préciser ?
Niveau forme physique j'ai un bon pro pour me remettre d'aplomb, après encore une fois j'arrive pas encore à prendre des habitudes positives.
Même la perspective de rencontrer des nanas et de me dire que je veux pas avoir un corps qui n'est que l'ombre de ce que je peux être en vrai ne me motive pas.
Donc faut vraiment que je fasse ça avec le mécanisme le plus simple : que ce soit plus simple pour moi que de pas le faire. Ou alors à la haine de soi.
Après j'ai absolument plus le droit de faire les sports vers lesquels j'ai toujours été porté. Enfin, si je veux pas finir complètement bousillé s'entend. C'est difficile à avaler vu que le reste ça me fait souvent chier.

Pour les objectifs, il y en a qui sont liés à des apprentissages pour me rendre plus valorisable d'un point de vue professionnel (mais ne pas le faire c'est sans doute un moyen de me maintenir dans la situation). En gros apprendre certains langages de programmation mais pas juste les bases, et faire un vrai portfolio sexy qui déchire.
Si je suis plus fou, je dirais devenir compétent en plus dans un certain nombre de talents complémentaires et participer et bien réussir dans des concours qui vont dans le domaine particulier que je vise.
Après il y a le côté artistique et ludique. Ça fait quelques années que je travaille ma plume et les arts graphiques, et si je sais que je peux être bon, et que j'ai envie que ça ne soit pas perdu, je sais que je ne suis pas pour autant d'un talent immense et ça me fait chier. J'avais plusieurs projets (notamment l'écriture de nouvelles pour servir de cadre à un jeu - qui aurait pu être l'une des réalisations de mon portfolio-, et d'histoires/poésies pour servir d'illustrations à un recueil de photos/ dessins/ vidéos) mais j'y vais vraiment en ajoutant un grain de sable après l'autre. Souvent en balayant ce que j'ai déjà accumulé.
Et il y a d'autres choses que je cherche à apprendre dans pour autant progresser, alors que ça me fait vraiment plaisir (comme le dessin). Et ça me fait chier. Je déteste mes limites. Et j'ai du mal à me résigner à ne jouer que là où j'ai du talent.
"Les gens déplorent les effets dont ils chérissent les causes"

Tu fuis ta vie dans le boulot, et les heures supp t'empêchent de vraiment réaliser tes projets. Les deux sont intriqués évidemment, il faudrait que tu creuses sur l'aspect psychologique.
Mon approche : faire des heures supp tout en étant mal payé c'est con. C'est un truc que tu pourrais mettre sur le tapis avec ta direction si elle te pose des questions quand tu rétrogrades : "j'ai constaté que tous les efforts que j'ai fait jusqu'ici n'ont pas été récompensés, du coup je m'en tiens désormais au nombre d'heures pour lesquelles j'ai été engagé".
Et worst case scenario : t'es viré, ça te donne droit au chomage jusqu'à ce que tu retrouves mieux, non ?
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Il y'a du vrai... le 10.10.21, 22h21 par Onmyoji

Black Hole Sun
Bon, j'ai cherché quelques pistes pour savoir ce que je peux faire.
Faudrait que je m'arrange pour travailler sur des choses qui me permettraient de me former au passage. Histoire de me donner psychologiquement la conviction que je suis apte et pas un escroc.

Pour le reste j'ai repris mon rythme habituel de conversation avec Mina, on était tous les deux enthousiastes et on avait envie de se voir jusqu'à ce qu'elle me prenne la tête sur un détail (un message trop impersonnel selon elle), ensuite c'est parti en torche. Forcément ce truc-là m'a ramené aux raisons pour lesquelles j'avais pas fait d'effort quand elle a coupé les ponts, et m'a pris aux tripes.
Pour elle ma réaction était excessive, mais j'ai voulu cesser là.
Et elle a fait ce truc qui m'insupporte toujours de me prêter toutes les qualités du monde, de me porter aux nues, et ça me rend barge, de ne pas être vu tel que je suis, et je déteste le prix à payer pour que les autres projettent leurs idéaux sur moi.
Après ça s'est apaisé et elle m'a dit qu'elle a fini par comprendre. Mais on entretient toujours une conversation. J'avoue aimer cela, pas son attention mais cet échange enrichissant. D'un autre côté quand elle revient sur des choses où elle m'encense j'ai plus encore tendance à me dénigrer, parfois déraisonnablement et excessivement. Mais elle me donne aussi des clés volontairement ou parce qu'elle me force à lui expliquer des choses sur moi, et à formuler froidement certaines choses.
Comme le fait que par exemple si je veux la passion je ne suis sans doute pas fait pour ça. J'aime pas le revers de la médaille qui existe toujours.
Comme le fait aussi que mon insatisfaction me rend insupportable, intransigeant, rabat-joie, parce que je ne me satisfais que rarement du bonheur des autres quand il m'implique alors que ça a toujours été un de mes moteurs de voir celles que j'aime heureuses.
Je suis bloqué dans ce que je voudrais, pas dans ce qui est ou serait possible. Mais pourtant je sais que si j'abandonne mon idéal ça me bouffera aussi
"Les gens déplorent les effets dont ils chérissent les causes"

Disjoncté
La conversation allait bon train avec Mina mais elle avait toujours cette fébrilité vis-à-vis de moi qui m'interpellait. Ça peut être sa nature mais je trouve ça fou de s'amouracher de quelqu'un qu'on a jamais rencontré. Comme si j'étais le dernier mec sur terre. Et vu les superlatifs que je recevais, je doutais de nouveau que ces excès ne cachent un problème dans sa psyché. Je me méfie beaucoup des gens irrationnels, c'est un signal d'alarme pour moi.
Graduellement bien sûr, elle gagnait du terrain et je la laissais un peu me désarmer par honnêteté intellectuelle et par sympathie, pour ne pas repousser systématiquement des compliments faits semble-t-il de bonne foi.
D'un autre côté on s'est retrouvés dans une situation bizarre où elle disait être en rencard avec un mec qui la courtisait depuis un moment tout en m'écrivant. Puis où elle me disait comprendre, mais quand je lui disais que c'était aussi mieux pour elle et qu'elle se ferait du mal en attendant après moi, parce qu'elle voulait des enfants, elle réagissait d'un coup super mal.
Me racontait d'autres mecs qu'elle avait rencontrés et qui auraient eu le même "problème" d'engagement que moi.
Elle ne comprenait pas que j'aurais pris toute sa séduction qui elle avait été moins excessive, instable. J'ai eu beau lui dire, en fait, par touches puis clairement, ça n'a pas pris. Selon elle le problème venait de moi. De ma peur, de mon absence de foi, de mon nihilisme.
Je ne nie pas avoir mes défauts, mais je ne crois pas que se lancer dans l'inconnu pour une relation avec quelqu'un soit sage.
Surtout quand notre instinct nous met mal à l'aise à ce point. Bien sûr, ce pourrait être l'effet de mes névroses. Mais ses réactions démesurées me laissent croire qu'il n'y avait pas de fumée sans feu.

Finalement j'avais besoin de cette piqure de rappel avant de retourner au monde. Car je pourrais être vulnérable et perdre la tête à la première passion tant je l'espère.

Il n'en reste pas moins que je ressens un gros besoin de travailler sur ma valeur. Mécaniquement ça entretient ma motivation en terme sportif, et à prendre du temps pour me cultiver sur des choses moins temporelles et plus classiques.
Je n'ai pas envie de jouer sur les codes en vogue. Ça réduit drastiquement mes opportunités mais je préfère ce filtre à une relation que j'aurai "forcée" contre ma nature profonde, même si un désir plus basique était là pour masquer les impossibilités inhérentes à une telle relation.
"Les gens déplorent les effets dont ils chérissent les causes"

36 mesures pour une misère
Quand je suis blasé, je creuse jusqu'à la terre glaise
J'en sors des mots qui blesseront toutes ces personnes qui me déplaisent


J'ai déjà mis le doigt dessus par le passé, mais à vrai dire, même si je suis un brin torturé au fond,
j'ai quand même tendance à voir plus de problèmes quand j'introspecte que quand j'observe ma réalité.
La faute à mon insatisfaction chronique.
Je vais donc m'exercer à formuler les choses dans le positif, et à penser plus solutions que problèmes qui n'ont pas vraiment d'issues quand ce n'est qu'une question d'approche et de perception.

Les derniers trucs positifs, donc, c'est que même si ça reste compliqué au taf pour diverses raisons,
j'ai quand même chopé une occasion de dire ce que je pensais à mon boss. à vrai dire, je l'ai forcée,
j'ai été direct, pas accusateur, mais j'ai simplement posé mes constats et décrit mes besoins.
Je verrai bien ce qui va se passer dans les prochains mois, ma demande a été entendue et modulée, et la réponse sera sans doute pas au niveau de ce que j'espère, mais il sait que je suis ouvert à différentes solutions pour gratter de la valeur.
Si la réponse n'est pas vraiment satisfaisante, il sera temps de faire plus d'efforts pour changer d'air, quitte à changer de région, ou de proposer une ultime solution (qui serait une relocalisation, qui combinerait divers avantages pour moi).

Aussi, je continue sur ma lancée, compensant mes irrégularités par beaucoup plus de hargne les jours suivants dans mon programme sportif.

J'ai finalisé un ou deux projets, maintenant je laisse faire le temps.

Last action Hero
Un peu d'action donc. à la mode des années 90, avec des babes et moi dans le rôle du mec musclé, beau gosse et bourrin. Indice, seul un de ces qualificatifs est vrai.

J'ai fait deux trucs récemment. J'ai mis de nouvelles photos sur Okcupid parce que j'en avais qu'une, qui était la seule que j'avais à dispo ce jour là, et après je passais toujours à côté sans faire attention, et comme j'avais eu des retours positifs de mes matchs, ça m'avait pas paru un problème.
Puis j'ai commencé à ne plus aimer la voir, notamment suite à une série de trois matchs qui m'ont ensuite bloqué avant même que je les vois et leur envoie mon message d'intro. Et j'ai pris quelques photos récentes moi-même ou dans les photos de mes dernières soirées (hasard bienvenu, cette fois je m'étais laissé prendre en photo et c'était pas à chier).
Quand je les ai ajoutées, j'ai eu cinq matchs dans la même soirée, deux le lendemain, et deux dans la semaine.
Et si la majorité était dans la moyenne habituelle, d'âge et de "niveau" (physique ou intellect confondus), j'ai quand même eu deux nanas que j'aurais pu qualifier de "relationship material".
Ce qui était plutôt pas mal par rapport à d'habitude. Bon, quelques temps avant, j'avais aussi changé ma présentation pour être moins tranchant, et me concentrer plus sur ce que je veux que sur ce que je veux pas, mais ça n'a pas vraiment joué, je pense.

Porté par le mouvement, j'ai envoyé quelques premiers messages qui ont fait mouche (sur les neuf, il n'y en a que trois qui n'ont pas répondu, sans pourtant me bloquer ou dématcher).

Pour la faire courte, deux ont tourné un peu court, pas grand-chose à se dire: l'une des deux était mignonne, jeune et sympa, mais s'est vexée quand je lui ai proposé de prendre un verre dans le même après-midi en me la jouant "non mais je suis pas une fille facile"... J'ai répondu que si ça avait été ce que je pensais, j'aurais pas proposé un verre d'abord (ou un whisky, peut-être) mais rien n'y a fait. L'autre était une japonaise qui parlait pas trop bien anglais, on galérait à se comprendre, j'ai pas fait l'effort même si elle était vraiment ici d'après ses photos instas postées dans l'appli.

J'ai encore deux conversations actives:
-une qui reste sur le site avec une nana quarantenaire, Coline, mignonne sans plus, littéraire et cultivée mais avec une sensibilité assez différente de la mienne.
Je ne vois pas de suites sentimentales mais bon, je joue le jeu pour le plaisir d'approcher une autre sensibilité. Je ne la sens pas investie non plus, on échange, on s'intéresse mais sans plus. Conversation d'ailleurs entamée dans la plus grande simplicité, moi qui essaie toujours de tirer mon épingle du jeu, ça a commencé par "le second degré c'est important, et pour les échecs on pourra jouer ensemble", vu qu'elle avait mentionné être adepte du second degré et vouloir s'améliorer aux échecs. C'est honnêtement à chier, mais bon, ça a accroché, ça fait une semaine qu'on discute.
On a raté une occasion de se voir en vrai car je n'étais pas là le week-end où elle pouvait, et après c'est moi qui ai bougé.

-L'autre, Flavia, est une étrangère installée en France depuis pas mal de temps. Là encore, une intro pas folle ("intéressante présentation, et je suis curieux et joueur. Veux-tu qu'on aille se balader pour en découvrir plus?"), mais bon, ça clique. Elle habite à 10 mn de chez moi, refuse parce qu'elle a son gosse, mais la conversation prend bien, fini par m'appeler, elle a l'air sympa, me complimente, ça part plutôt bien. C'est un peu compliqué logistiquement, mais on va essayer de déjeuner ensemble si on arrive à se libérer du boulot. Et de trouver un week-end à passer sous la couette ensuite, car elle a envie d'une relation plutôt sérieuse, mais elle est quand même en exploration post relation très longue en ayant connu que deux trois mecs (et même si en vrai c'est peut-être une quinzaine, elle a peut-être des trucs à découvrir encore).

J'ai eu aussi deux conversations vraiment sympas avec les deux nanas qui pour moi sortaient de l'ordinaire.
L'une, Agnes, avait environ vingt-cinq ans, vraiment la beauté du diable, souriante sur toutes les photos, superbe sans effort et sans pose ou filtre de merde, des mots censés et une pensée agréable. Elle appréciait mes mots, relançait en me complimentant et en élaborant bien qu'avec quelques délais, on avait une accroche sur l'art, comme d'habitude j'ai fait un truc que je fais quand on m'inspire un bon mot, c'est que j'ai lâché un message en forme de poème, à la fois joueur et un peu sensuel (mais vraiment délicatement), et là silence plus long que d'habitude. Puis blocage quand je l'ai relancée. Le premier message était assez simple, c'était sur le fait qu'elle disait se chercher, j'avais rebondi en jouant en n'étant qu'à demi sérieux au Pygmalion. C'est dommage, avec son blocage surprise, je n'ai pas pu sauvegarder la conversation...

L'autre Dina, était une trentenaire, libanaise récemment arrivée en France, nana du markéting. Elle avait un message qui disait "on dira qu'on s'est rencontré ailleurs" et quelques autres détails. Je vous la partage pas là mais c'est sans doute l'une des meilleures intros que j'ai écrite? Je commençais par une petite remarque sur ce qui avait retenu mon attention, pour ensuite la taquiner sur un autre détail un peu sexy, pour finir par une liste de propositions rattachées à chaque fois à un trait de caractère, à la Cyrano et sa tirade du nez, avec une parenthèse qui tournait le sens à l'absurde, au sarcasme ou au sensuel.
J'allais écrire "forcément, elle accroche". Non, c'est pas vrai, parfois on écrit de très bons trucs et elles ne réceptionnent pas, soit parce qu'elles ne lisent pas, ne nous voient pas, ou parce que ça ne les branche pas, même si objectivement, c'est bon. Et là, pour une fois, j'étais content de ce que j'avais écrit.
S'ensuit quand même un remerciement et un compliment sur le message, puis un gap, et comme c'était le vendredi je lui propose de se voir autour d'un verre pour entamer une discussion. Mais je remarque qu'elle a enlevé sa photo, pour en remettre une de dos. On en discute, elle me dit qu'elle préfère rester sur l'appli car elle découvre, et finit par m'avouer qu'elle est en relation mais à distance, et que c'est compliqué.
De mon point de vue quand c'est compliqué, tu vas pas sur une appli pour trouver des mecs, là c'est que la réponse est depuis longtemps trouvée. Mais bon, je ne pense pas à sa place, ne la juge pas, à vrai dire de ce qu'elle me raconte (première fois à l'étranger, à distance, et en ayant connu que deux mecs avant), et le courant passe bien. On échange, s'intéresse l'un à l'autre, rit, échange des choses un peu intimes, on parle un peu de sensualité, elle a l'air d'aimer faire de l'effet aux mecs, de découvrir ce pouvoir, et s'intéresse aussi à ma manière d'approcher les femmes, d'être avec elles, dans la séduction et dans l'intimité.
Elle avait mis une distance en disant qu'elle voulait rester sur le site dans un premier temps donc je cherchais pas à la rencontrer, mais je teasais un peu, je jouais mon jeu et elle répondait positivement.
Puis à un moment, elle devait m'écrire au cours d'un petit jeu, m'a dit qu'elle séchait un peu, mais comme j'avais pu constater qu'elle avait pas trop d'imagination, plus dans la réactivité que dans l'effort de trouver quelque chose à apporter, et comme ce n'est pas inhabituel dans la drague en général et sur site en particulier, même quand ça marche, ça ne m'a pas choqué. Puis elle m'a bloqué, sans raison?
Je ne le saurai jamais. Mais j'en garde au moins un truc que j'ai été satisfait d'écrire.

Sur le moment, ces deux là m'ont vraiment fait chier, parce que les nanas qui restent pour moi sont pas envisageables pour des relations, par leur âge ou leur situation un peu trop compliquée, ou parce que même si le courant passe bien, il n'y a simplement pas d'étincelle, un truc qui retienne mon attention au delà de l'ordinaire.
ça pique toujours l'ego de se faire jeter comme une sous-merde par une nana jeune, belle et qui est intéressante.
ça a tendance à me rappeler que je ne le suis pas moi-même et que c'est pour ça que je galère à trouver les relations que je souhaite vraiment.
Mais comme d'habitude, quand ça me pique, ça me motive. J'ai donc enchainé quelques messages, j'attends de voir si ça matche, mais au moins ça m'a aidé à me marrer un peu en écrivant. Morceaux choisis:

"Salut Romane, avec une description aussi poétique, et puisque tu t'intéresses aux arts graphiques, je pourrais te peindre tel Leonardo* (da Vinci, pas la Tortue Ninja), et telle La Joconde être le seul à savoir ce qui se cache derrière ce sourire mystérieux. Viens, on se donne rendez-vous au Louvre?"
*elle a des origines italiennes, avait un homme de Vitruve tatoué sur l'épaule, et dans ses rares réponses disait que sa nourriture favorite était la pizza.

"Salut Lou. Tu dis que tu as un sens de l'humour étrange, du coup ça m'interpelle quand tu dis que Marlène est ton icône féministe favorite:) Tu m'éclaires?"

"Salut Marie, je n'ai pas l'habitude de me restreindre à moins de dix milles mots pour une introduction, mais puisque tu souhaites un petit message, le voici. à bientôt"
(toutes les nanas qui veulent "un petit message sinon elles ne voient pas les likes" me font fuir en vrai. ça veut dire qu'elles sont assez débiles pour pas savoir swiper ou savoir qu'il faut le faire, ou trop passives pour le faire... C'est pour ça que je ne recherche pas la qualité là. Idem avec le crash & burn au dessus pour Marlène, si c'est vrai...

"Salut Sabrina, moi je recherche la bru scandaleuse, pour pas faire plaisir à mes parents, on était faits pour se trouver" (elle, elle "cherchait le gendre idéal pour faire plaisir à ses parent (sic)")

"Salut Zoé, je suis parfaitement d'accord, mais je dois dire que je reste sur ma faim. Pas pour que tu m'invites à manger -les femmes ici n'ont aucun talent pour la cuisine. à moins que tu puisses me surprendre?- mais pour que l'on converse et que j'en découvre plus?"
(elle avait une photo dans tout un tas de situation et fait certainement plein de choses intéressantes dans la vie, mais n'a mis aucun commentaire et juste un ".". En ayant répondu à environ 200 questions avec quelques explications en plus, donc pas un faut profil...)

"Salut Elo, j'ai bien envie de transmuter ce site en Athanor et cette conversation en Pierre Philosophale, prête à tenter l'expérience?" (son livre favori c'est l'Alchimiste et elle mentionnait chercher l'alchimie...)

Bon, c'est clair que ça me ramènera pas de nouveaux matchs, mais ça m'aura fait marrer.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Constructif le 23.11.21, 11h22 par Jalapeno
"Les gens déplorent les effets dont ils chérissent les causes"

BON PLAN SEXY : De -15 à -70% chez la boutique sexy LoveHoney.fr. LoveHoney.fr propose toute l'année des réductions très agressives sur leur catalogue lingerie, sextoys et autres accessoires. Suivez ce lien pour consulter les offres du moment.

Vous pouvez aussi soutenir FTS en passant par ce lien pour faire votre shopping sur Amazon.fr

Répondre