de la misère sentimentale à une vie normale... un anti-journal

Note : 81

le 07.10.2020 par Esope

70 réponses / Dernière par Esope le 15.06.2022, 19h08

La vie est faite de virages, d'obstacles à surmonter, d'audace, de surprises et de rencontres décisives. Racontez votre histoire, entrez dans la légende; partagez vos cheminements, vos interrogations, vos rencontres, vos aventures - foirées ou réussies, c'est pas le plus important - et recevez les avis et conseils des autres membres.
Hello Ésope,

Je viens de lire tes derniers posts et je trouve que ton moral n'est pas très bon depuis quelques temps déjà, en particulier à cause du confinement.

Où habites-tu ? En région parisienne ? Tu devrais peut-être quand même essayer de revoir ta famille et tes amis (pas tous en même temps et en prenant des précautions évidemment).

C'est bien de protéger les autres et de se protéger soi-même mais pas au détriment de son moral.

Quant à tes relations, je n'ai pas vraiment de conseil à donner ; juste une réflexion. Tu cherches des relations courtes et en même temps, tu sembles être à la recherche de la copine parfaite comme si tu étais en recherche de relation longue.

En fait, tu aurais peut-être plus besoin d'une relation longue que de relations courtes ?

Enfin, je sais pas à qui tu te compares mais je trouve que t'as souvent des copines quand même et coucher avec une personne différente chaque mois, c'est quand même pas mal.

Je sais pas si, comme beaucoup de "séducteurs", tu te forces à draguer pour sortir avec beaucoup de filles ou bien si c'est un réel plaisir pour toi que de faire ça. A te lire, j'en ai pas l'impression.

A vrai dire, ce que je constate, c'est que beaucoup de "séducteurs" considèrent en fait la séduction comme une corvée. Alors, je me demande ce qui vous pousse à faire ça et à continuer.

Désolée, j'ai un peu dévié ton journal. Il est tard, c'est la nuit, c'est l'heure des grandes réflexions ;)
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] C'est pas faux le 13.04.21, 13h18 par Citadin

Si tu trouves que tous les signaux sont au rouge avec cette fille, ne continue pas, si elle a des remords, elle va réécrire l'histoire et toi tu vas finir au commissariat...
Et si tu vois que c'est rouge, ça veut dire que techniquement elle est pas motivée, donc rien de bon à en tirer.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] 100% d'accord le 13.04.21, 13h18 par Citadin
"Les gens déplorent les effets dont ils chérissent les causes"

Merci pour vos commentaires !

@Onmyoji :
Oui, quand je sens ce genre de résistance, je désescalade rapidement… Mon but n’est pas de tirer mon coup même si j’en ai très envie. Mon but c’est que tout le monde s’amuse ! Donc si elle n’est pas prête, on attend.
Une de mes exs m’a fait attendre un mois, c’est ok! Une autre m’a fait attendre un mois avant de me quitter en me disant qu’elle n’était pas assez attirée par moi physiquement : ben c’est la vie, ça n’a pas été facile à entendre mais je n’ai pas de regret de ne pas avoir poussé les choses.
Avec Pol, vu que la communication ne semble pas claire, je vais redoubler d’attention et être patient… si je décide d’aller plus loin.

@Alex_B
il faut que je donne peut-être plus de background.
J’habite à l’étranger et je cherche à quitter la région où je vis (de préférence pour revenir en France). Je pense à rendre visite à ma famille en France en ce moment mais ce n’est pas une mince affaire : télétravail à l’étranger n'est pas officiellement autorisé dans ma boîte, quarantaine obligatoire… Je suis encore en négociation avec mon chef
Alex_B a écrit :
13.04.21
En fait, tu aurais peut-être plus besoin d'une relation longue que de relations courtes ?
C’est uniquement parce que je veux quitter la région que je cherche une relation courte en attendant. En temps normal je trouve les relations longues plus épanouissantes et plus faciles à trouver (mais j’ai déjà eu une relation courte qui était magique aussi). Donc oui, je suis à peine moins exigeant que pour une relation longue: un minimum d’intérêts et de valeurs en commun, et une certaine complicité.
Mes « sex-friends » (c’est pas le mot le plus approprié sans doute) sont très sympas et je les aime bien, mais c'est pas le pied sexuellement parlant.
Alex_B a écrit :
13.04.21
Enfin, je sais pas à qui tu te compares mais je trouve que t'as souvent des copines quand même et coucher avec une personne différente chaque mois, c'est quand même pas mal.
Oui c’est ce que je veux dire aussi : en ce moment au niveau quantitatif ça n'a jamais été aussi bien. Ce qui m’ennuie c’est plus la qualité de ces relations (sur les derniers mois en tout cas)
Alex_B a écrit :
13.04.21
Je sais pas si, comme beaucoup de "séducteurs", tu te forces à draguer pour sortir avec beaucoup de filles ou bien si c'est un réel plaisir pour toi que de faire ça. A te lire, j'en ai pas l'impression.
Non draguer n'est pas un réel plaisir et je me force un peu parfois. Mais le but n'est pas de sortir avec un grand nombre de femmes, mais plus de trouver une avec laquelle le courant passe bien (et sortir de la "drague").
Alex_B a écrit :
13.04.21
beaucoup de "séducteurs" considèrent en fait la séduction comme une corvée. Alors, je me demande ce qui vous pousse à faire ça et à continuer.
Oui c'est une corvée. Ca ne veut pas dire que je ne fais pas des rencontres agréables, fun, au contraire. Mais il y a tout un travail de fond, moins visible, fait de temps perdu et de multiples tentatives échouées, d’attractions non réciproques... c’est complexe, usant, frustrant, parfois dévalorisant. Et c’est aussi pour ça que je suis régulièrement en pause par rapport à la séduction.

Donc pourquoi je persiste à draguer ? Car je suis parfois un peu maso et en manque de cette complicité/tendresse/sexe que je recherche… et aussi car les femmes ne me tombent pas dans les bras naturellement.

En théorie, être seul et un peu en manque n’est pas un problème, il faut être un peu patient! En pratique, je peux être célib et mettre l’aspect séduction en pause pendant quelques mois quand le reste de ma vie va bien.

Maintenant, avec le confinement, c’est plus compliqué. Et il faut dire que ce n’est pas devenu plus facile depuis début janvier, quand la copine de mon coloc a commencé à vivre plus de 50 % temps chez nous. Les 2 sont géniaux et mignons, mais je les entends rire à longueur de journée et prendre leur pied de manière quotidienne, et c'est pas tous les jours le truc qui m'apaise :lol:
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Courage le 19.04.21, 21h50 par VirtualBoy

Le point - La paix intérieure
Un mois et demi sans grand changement. J’ai mis la séduction de côté, c’était souvent trop frustrant. Je me suis dans un premier temps consacré à ma recherche d’emploi, passé quelques entretiens d’embauches mais ça n’a pas matché (j’ai encore refusé un CDI). Frustration aussi, d’autant plus que je ne trouve pas beaucoup d’offres intéressantes.
Alors il y a ce moment où j’ai tout mis de côté, et je me suis recentré sur moi-même et sur le présent. Ça ne change pas les faits mais ça me permet de mieux les vivre.

Moins de temps consacré à la recherche d’emploi ou de partenaire, ça fait plus de temps libre pour faire du sport, de la musique, lire et aussi malheureusement perdre quelques heures en jeux vidéos (je ne dis pas que les jeux vidéos sont mauvais, ça change les idées mais c’est addictif et on y perd parfois beaucoup plus de temps que prévu).

Au final, malgré tous les trucs chiants et les contraintes qui m’entourent, je me sens bien. On se fait à tout et je me connais maintenant assez pour être résilient. Et avec le temps, la frustration s'évacue. On se remet en mode contemplation: les martinets sont revenus et poussent leur cris stridents dès le petit matin, les rosiers à chiens font leurs premières fleurs, et elles sentent bons, les canards, oies et poules d’eau se baladent avec leur progéniture, les jardins ouvriers sont verts. Bref il en faut peu pour être heureux.
Et à force de me sentir bien, j’ai bien envie de mettre fin à la trêve sur le front de la séduction, de retourner tenter ma chance, sans trop me mettre la pression.

Mon ex, que je vois toujours mais assez rarement, m’a dit l’autre jour: « tu as placé la barre trop haut, maintenant j’ai des exigences que personne n’arrive à atteindre. » Ca m’a touché, je lui ai dit de laisser une chance à ses meilleurs prétendants. Il faut bien qu’elle arrive à tourner la page un jour.

Ha oui, le confinement n’est toujours pas terminé par ici, et je ne peux toujours pas me faire vacciner… Patience est vraiment le maître mot depuis un an.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Cool le 29.05.21, 21h21 par Onmyoji
  • [+1] Ça va aller le 30.05.21, 20h39 par Jalapeno

Le point 03/06: Tinder le retour - jour 1

La vie, c’est un truc imprévisible. J’avais un plan pour le week end dernier, il a été annulé à la dernière minute par mon pote. C’est pas grave.
J’avais un bon plan pour ce week-end et les prochaines semaines mais j’avais besoin de l’aval de mon chef pour adapter légèrement mes conditions de travail. Il pouvait refuser, j’aurai été fixé mais il n’a pas encore répondu et est en congé jusqu’à lundi, donc je suis bloqué, en attente.

Ce n’est pas grave, je me sens bien en ce moment, honnêtement il ne se passe rien dans ma vie mais je m’y suis fait : j’ai des bons livres, je vais me balader (on sent les fleurs de sureaux depuis ce matin) et je suis souvent au téléphone avec mes amis… J’attends oui mais sans urgence, dans un certain confort. Bref je me sens assez solide et j’ai un peu de temps libre, donc j’ai finalement réinstallé Tinder, parce que j’aime bien les hallenges.

J’ai mis 4 bonnes photos (mes 2 meilleures et 2 en extérieur), une description qui commence par ses mots (mais en anglais) : « Réseaux sociaux ? Matérialisme ? Tu t’es trompé de profil ! Ici on parle de balades en forêt, de livres et de vieux rock n roll. » Bref j’installe mon personnage.

12 likes reçus en 12 heures (le bonus du débutant de Tinder est vraiment dingue ! 7 likes la première heure. Ca donnerait presque confiance ! Si les statistiques passées reflètent le futur, je pense que j’en aurai 12 autres sur la semaine qui vient puis 12 autres sur le mois qui suit… puis plus grand-chose).

Je décline les deux premiers likes, des filles en surpoids avec comme unique description : « my hips don’t lie » ou quelque chose de similaire… J’ai déjà eu une copine un peu ronde, ca ne me dérange pas toujours, mais elle était très intéressante et elle avait une description qui donnait envie de la connaître. Là, avec juste un selfie et une autre photo qui ne te mets pas en valeur (selon moi)… ben non désolé, on ne matchera pas.

J’ai ensuite matché avec une chinoise, une égyptienne et une polonaise (oui, je ne sais pas pourquoi mais je suis toujours un aimant à étrangères diplômées. La locale ne me prête que très peu d’attention finalement alors qu’elle doit représenter plus de la majorité des profils).

Comme toujours jusqu’à maintenant, le courant ne passe pas avec les chinoises… Elles n’ont jamais rien à dire, sont très superficielles et on n’a pas la même logique.
Moi- Salut, c’est quoi ton type de vin préféré ? (son profil est vide, une seule photo assez fade et 3 « passions » dont une est le vin)
Elle- Le Bordeaux ! C’est bizarre comme question. (ben c’était ça ou dire salut ça va)
Moi (j’essaye de corriger le tir. Je lui dis que j’aime bien le vin aussi, que j’aime faire des dégustations. Je lui demande si elle en a déjà faite… pas de réponse)
Moi- Tu viens d’où ?
Elle- Hong Kong
(bon ses réponses en 2 mots maximum me soulent déjà. Il est temps de passer à un sujet clivant)
Moi – Hong Kong, j’ai entendu que la situation était un peu chaude là-bas depuis l’année dernière. Tu en penses quoi ? Et pourquoi es tu venue ici ?
Elle- Je ne parle pas de politique, bye bye
Moi- Bye (et je me fais bloquer. On dira ce qu’on voudra, mais je ne sais pas m’y prendre avec les chinoises… Bon je dois avouer que je savais qu’elles ne parlent jamais de politique, d’histoire... Poser une question sur Hong Kong m’a permis confirmer ce fait)

L’égyptienne a un profil vide. Elle a pris deux selfies dans un bus. Son visage n’est ni moche ni beau mais elle habite pas loin. Il s’avère qu’elle est ingénieure, égyptienne et j’ai bien fait de la matché, elle me fait le plus beau compliment sur une de mes photos que je n’ai jamais reçu. « Wow, ton photographe est vraiment bon sur ta première photo, on sent vraiment qu’il la prise à un moment où tu étais vivant. Tes yeux brillent ! » Merci Jasmine, mais pour être honnête j’ai pris cette photo tout seul avec un trépieds, un retardateur... XD oui je ne sais pas comment j’ai fait pour avoir une photo qui rende aussi bien, il n’y en a pas deux comme celle-ci.

J’ai pas encore parlé plus que cela avec l’egyptienne car une jeune polonaise, mignonne mais pas superficielle, et qui vit à 100 km de chez moi, m’a fait l’honneur de m’envoyer un like. Son profil : « poésie, histoire, minimalisme. J’aime la couture et je reviens d’Ecosse »

Moi - « Salut ! J’ai l’immense honneur de te décerner le titre de profil le plus original du jour, toutes mes félicitations »
Elle – Je ne savais même pas qu’il y avait un concours
Moi- haaa on aimerait que les stars du festival de Cannes soient aussi modestes. Tu n’avais pas vu le tapis rouge et le flash des photographes à l’entrée ?
Elle – hahaha je n’y fais même plus attention on dirait. Parlons choses sérieuses, c’est quoi la récompense ?
(du chocolat, naturellement. Elle me demande ensuite rapidement de passer sur Whatsapp… on parle beaucoup, sans doute trop et trop vite : la famille, les rêves, les voyages, les valeurs, la politique. Elle est super intéressante, un peu excentrique, bohême, rêve de partir vivre sur une île de Hébrides pendant quelques mois puis de commencer un doctorat ... Quelques heures plus tard :)

Elle- J’ai trouvé notre discussion charmante. Tu m’as tout l’air d’être quelqu’un de fascinant et d’extra-ordinaire et j’espère avoir l’opportunité de mieux te connaître. Cela faisait bien longtemps que je n’avais pas été scotché à mon téléphone de cette manière

Pour moi aussi, cela fait vraiment du bien de voir quelqu’un qui sort clairement du lot, et d’avoir l’impression de sortir du lot aussi. Pour autant, il faut relativiser, ne pas se faire de faux espoirs, je connais le système et je sais que je me projette trop facilement dans un futur qui n’existera jamais que dans mes pensées. Bref, respire un bon coup, profite de l’instant, de la satisfaction d’avoir chatté avec une femme intéressante. Ça n’ira sûrement nulle part, mais c’était agréable… Autant profiter de ces petits bouts de chemin partagé, peut importe leur durée.

Bon je viens de voir qu’elle m’a envoyé une dizaine de messages ce matin. Affaire à suivre !

Bref, si tous les jours à Tinderland étaient comme cela, la vie serait sans doute plus belle ! Et c’est ça le truc intriguant. Ces dernières semaines, j’étais seul, isolé, mais je ne peux pas dire que cela m’ait dérangé, je ne cherchais pas à changer les choses. Je n’étais pas pressé de me remettre en chasse. J’étais bien, posé, sans grandes joies mais sans frustrations non plus. Je vivais par moi et pour moi. Bien sûr, il y a des choses qui manquent mais cela n’était pas grave, relégué au second plan. Et pourtant, si on ajoute une petite conversation avec une demoiselle intéressante, et me voila presque euphorique. Et c’est ces sauts émotionnels qui me déstabilisent et me font perdre mon équilibre de vie qui m’assure un minimum de bonheur. On veut toujours plus ? Ou j’avais refoulé mon besoin de l’Autre ces derniers mois ?
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Cool le 04.06.21, 01h30 par Onmyoji
  • [+1] Bien le 04.06.21, 16h00 par Nonchalance

Je te trouve toujours plein de recul vis-à-vis de toi-même et c'est une bonne chose.
Tu as un besoin normal de l'autre.
C'est bien de pouvoir vivre seul, mais nous sommes des animaux sociaux.
Je pense que tu peux viser à évoluer vers un mode de vie plus stable et moins dépendant de tes rencontres parce que ça t'est bénéfique, cependant tu devrais te trouver là dedans des choses qui ont vraiment du relief.
Quand tu y soustrais les femmes, ta vie ne doit pas pour autant être sans passions.
Sinon? Elles restent ta seule dose d'adrénaline et de passion, et comme cela implique aussi quelque chose que tu limites par ailleurs (contacts humains non professionnels), à te lire, finalement, cela te touche d'autant plus.
Et puis, tu sembles aussi avoir un besoin de communiquer et un plaisir à "viser juste". Je crois que tu as bien choisi le terme de personnage. Ce qui les faits vivre c'est d'avoir un public. Forcément, une part de solitude, si elle t'est nécessaire, ne doit pas être la seule chose qui soit nécessaire à te contenter.
Aussi, effectivement la situation a pu nous forcer tous à prendre sur nous, et nous éloigner des autres, et donc tu as pu te forcer inconsciemment à te passer de cela.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Merci ! :) le 12.06.21, 21h07 par Esope
"Les gens déplorent les effets dont ils chérissent les causes"

Tinder : 10 jours plus tard
la vie à ses petits côtés imprévisibles parfois : j’ai enfin une réponse positive de mon patron à ma demande de télétravail temporaire (cela fait déjà un an que je suis en télétravail, mais je pouvais être rappelé à n’importe quel moment sur site). J’ai donc la chance de pouvoir retourner en France pour quelques semaines, revoir famille et amis :)
Le côté paradoxal est que c’est quand la ville dans laquelle je vis se déconfine que je la quitte pour vivre à la campagne… à contre-temps mais ça fait quand même plaisir de revoir mes proches et d’être au vert.

Séduction ?

La conversation avec la jeune polonaise fut vraiment intense pendant une semaine mais elle a rapidement arrêté de me parler quand je suis revenu en France. En fait, elle s’est sentie blessée 2 fois dans la semaine, à chaque fois sur des sujets concernant la sexualité : une fois, lorsque je lui ai posé une question générale concernant sa bisexualité (es tu attirée de la même manière par les hommes et par les femmes ou as tu des phases genrées (plus hétéro ou plus homo)?=> elle m’a dit que cette question revenait à nier sa sexualité !) et une autre fois lorsqu’on parlait d’avoir du mal à s’endormir et qu’elle m’a demandé si j’avais des techniques pour y arriver plus facilement (j’ai répondu, un bain, lire, méditer et éventuellement un orgasme! => elle a trouvé l’évocation de l’orgasme creepy).

En fait, cette situation avec la polonaise est similaire à ce que j’ai rencontré régulièrement ce printemps : ça matche sur les centres d’intérêts, je montre que je ne suis pas un sauvage, je me démarque par l’intérêt que je porte pour autre chose que leur physique, mais quand, après un certain temps, j’essaye de me rapprocher physiquement ou que j’évoque l’aspect sexuel, il y a un blocage du côté de la demoiselle et la proto-relation/discussion s’arrête.
Pourtant ces femmes ne sont pas prudes, elles parlent toutes de relations libres, d’anarchie sexuelle, de coups d’un soir, elles ont connu un certains nombres de partenaires, certaines disent rechercher des relations courtes sur les applis…

Et c’est là que j’ai un problème de compréhension. Est ce que je me fais friend-zoner car je ne fais pas monter la tension assez tôt ou que je ne suis pas assez rentre-dedans? Ou est ce que ces femmes ne sont simplement pas intéressées charnellement par ma personne mais plus intellectuellement? (l’éternelle question!).
Car ces femmes sont ouvertes pour des relations légères… Donc c’est moi ou c’est ma manière de faire?

Le pire, c’est que cette technique marchait bien par le passé: mettre la demoiselle en confiance, partager quelques points communs, et ensuite me rapprocher physiquement ou, quand ce n’est pas possible, faire comprendre par message qu’on s’amusera bien au pieux et entretenir une certaine tension sexuelle par message.
Par contre ça n'a jamais marché lorsque je sexualise trop vite ou si j’attends trop longtemps!

Mais je n’ai apparemment pas du tout le bon timing ni la bonne méthode depuis quelques mois. A travailler.

Statistiques :
Je crois que je n’ai jamais eu autant de succès sur Tinder : une trentaine de likes en une semaine, 13 matchs (et un en attente), seules 3 femmes n’ont pas répondu à mon premier message, 4 bonnes conversations et 3 qui m’ont dit qu’elles étaient ok pour me rencontrer (on a déjà fixé des activités qui nous tente mais impossible de trouver une date pour se voir).
Pourtant l’intérêt des 3 qui sont ok pour me rencontrer n’est pas flagrant : on ne s’échange pas beaucoup de messages et la plupart sans grande passion. J’ai du mal à croire qu’on va vraiment se rencontrer tellement c’est peu investi.

Bref c’est pas aussi facile que ça en à l’air… et en même temps, je m’en fous ! Je vois ma famille, des amis, je suis dehors. J’aimerai bien rencontré ces femmes mais ce n'est pas la grande quête que cela avait pu être par le passé. Si ça marche, très bien! sinon c'est pas grave!

Le point 30/06

Nouvelle numéro 1: Je suis partiellement vacciné! :D

Les applis
Bon j’ai pas tellement d’espoir de faire une belle rencontre dans la région dans laquelle je passe l’été. Premièrement, je n’en ai jamais faite ici et c’est pas faute d’avoir essayer. Ensuite car je joue avec un sacré handicap : je suis à la campagne, sans véhicule sur place (je peux en emprunter un de temps à autre) et je ne peux pas inviter une demoiselle à la maison car je ne suis pas chez moi et que cela ne plairait pas à mon hôte.

Mais bon, j’ai du temps libre, j’ai épuisé mes matchs sur Tinder (et l’algo m’a remis à ma place, loin loin derrière), donc j’ai tenté ma chance avec Bumble et Happn.
Ouiiiiiiii plein de nouveaux matchs, mais la plupart des femmes vivent à une bonne heure de route, et on des profils un peu bâclés: peu de photos, ou photos de mauvaises qualités, pas de description… ça ne me fait pas fondamentalement rêver! Aussi les conversations montrent que le moral n’est pas brillant et j’ai vraiment l’impression de croiser beaucoup de fracassées de la vie. On l’est tous un peu, on a tous nos bagages, moi le premier, mais bordel, je ne vais pas le montrer à tout le monde, au bout de 5 minutes de conversation.
On dirait que nombres de femmes n’ont pas compris les règles des sites de rencontre (je ne dis pas que les mecs sont mieux cela dit)… Oui une femme n’a pas besoin de photos ou de description, pour matcher, mais j’imagine que ça permettrait de créer des connections de meilleure qualité ou de trier… Et en théorie elles veulent de la qualité : la plupart cherche, selon les critères renseignés, une relation amoureuse ! Mais pourquoi dans ce cas ta description est vide et tes photos sont des selfies, fait dans ta salle de bain avec un mauvais éclairage...

Oui il y a un minimum de frustration à nouveau dans l'air

Thi.
Alors parlons de Thi., une jeunette de 23 ans, qui cherche une relation amoureuse selon son profil mais qui est passée assez vite en mode rentre-dedans par messages… Et moi j’aimerai bien lui rentrer dedans. On parle de cul, de ce qu’on aime. Elle me dit qu’elle aime ma philosophie sexuelle, qu’elle pense que je suis différent des mecs qu’elle a déjà connu et que ça lui plaît. Le problème, c’est qu’elle vit loin, chez ses parents… et qu’elle a un agenda de ministre et m’explique que ce sera chaud de se rencontrer dans le mois qui vient. Bref, ça ressemble à un GAME OVER. Pourtant elle a continué à me relancer assez régulièrement. Elle a peut-être juste besoin d’attention.

Bou.
Et il y a aussi Bou. Bou a 27 ans et cherche une relation amoureuse stable mais n’est pas stable géographiquement. Elle est nouvelle dans la région et risque de repartir ailleurs dans quelques mois. Elle a un profil sympa, est cultivée, et a des photos qui me plaisent et une excellente conversation. Il se trouve qu’on a plusieurs points communs. Je suis fan ! On arrange un date dans la « grande » ville la plus proche.

Le date : déjà, je ne l’ai pas reconnue par rapport à ses photos : elle s’est vraiment apprêtée pour le rdv : bien habillée, maquillée, avec beaucoup de bijoux… mais je la préfère plus relax et naturelle, comme sur ses photos de profil. On dirait aussi qu’elle est à la fois plus ronde en vrai et qu’elle a moins de formes là où il faut. Mais bref, c’est pas dramatique non plus et je ne suis sans doute pas tout à fait comme mes photos non plus. On commence notre balade au parc.

Peut-être qu’elle est stressée, ou qu’elle aime simplement parler, mais elle ne s’arrête pas: elle parle, elle parle, elle parle... et elle tourne beaucoup de choses de manière négative : ses vacances, ses colocs, ses jobs, rien n’a semblé la satisfaire. Certains de ses malheurs datent d’il y a quelques années et elle n’a apparemment toujours pas digéré, quel horreur ! Bref, elle ne se vend vraiment pas, c’est presque le contraire. (cela dit, si j’étais parfait en dating ça se saurait, je suis aussi maladroit parfois)
J’ai envie de finir ce date, elle n’est pas méchante mais négative, elle n’est pas moche mais il manque ce feeling ou cette alchimie dont parlent les descriptions de profil sur les appli... et en même temps, idiot que je suis, j’ai envie d’elle et c’est la seule femme que j’ai vu depuis 1 mois ou 2, alors au lieu de finir ce date au plus vite, je tente un truc.
Je me rapproche physiquement, doucement, on s’arrête sur un banc, je lui passe une main dans le dos et elle répond bien. Je verbalise un peu, je lui demande si elle se sent à l’aise et elle me dit que oui. On s’embrasse, elle en redemande. Cela dure quelques minutes et ça m’excite car j’ai l’impression qu’elle a envie d’aller plus loin (elle respire fort, me serre une main qui était sur son genou et la rapproche de son entrejambe). En même temps, après cela, j’ai un peu l’impression qu’elle n’est plus tout à fait là. Elle sourit mais ne me regarde pas, elle regarde au loin.
On se remet en route vers l’entrée du parc. Arrive le moment de la séparation, et là c’est le drame! J’essaye de l’embrasser mais cette fois elle bloque. Elle est même assez confuse, elle semble hésiter. Après quelques secondes de silence, je l’invite gentiment à exprimer son malaise mais elle ne sait pas quoi dire et a l’air un peu perdue. Elle se met à parler de shopping?! Moi je ne sais pas ce qui la perturbe.

Cette drôle de fin de date m’a énervé un peu car je n’ai pas compris ce qu’il s’est passé. En soi, rien de grave, mais je m’en veux un peu sans trop savoir pourquoi. Il faut que j’apprenne à être plus détaché.
Le lendemain je lui ai envoyé un message, en lui disant que je l’avais senti confuse. Elle m’a dit que c’était le cas, car bien qu’elle ait passé une bonne après-midi et qu’on se soit bien entendu, elle avait besoin de plus pour aller plus loin. Je lui ai dit qu’à défaut d’être son futur amour, je voulais bien être son amant mais elle n’a pas répondu. GAME OVER

Mer
Je parle aussi avec Mer. Elle ne vit pas loin, mais son profil est assez vide : 2 photos et deux passions (la cuisine et faire du sport): sur l’une des photos, qui a été faite par un pro, elle est vraiment woooooooow ! très belle et pas du tout vulgaire: les yeux, le sourire, la robe, la coupe de cheveux, tout envoie du rêve. Sur l’autre elle est totalement quelconque.
Je la questionne sur ses passions… et elle me dit qu’en fait elle ne cuisine pas beaucoup et même pour le sport j’ai un doute. C’est étrange. Elle envoie uniquement de courts messages mais a l’air parfois assez enthousiaste (quand je lui dis que je fais régulièrement du sport après le travail, elle me demande si j’aurai en plus le temps dans ma vie pour une amoureuse. C’est mignon).

On est allé boire un verre. Ce jour là, j’étais principalement triste car j’ai ressassé mes vieilles frustrations. Finalement je me prépare et je la retrouve devant un bar à quelques km de chez moi avec quelques minutes de retard. Mon humeur s’est améliorée en chemin et elle est jolie, moins que sur sa magnifique photo, mais elle me plaît, elle est même bien au-dessus de mes critères de sélection!

Le date a duré presque 2h mais c’est vite passé. Pas de folie, on a uniquement parlé de choses et d’autres. Pas sûr que ça soit le bon plan pour la revoir mais ça m’a fait du bien. Elle est sympathique et la conversation se passe bien, mais elle n’est pas enthousiaste de la vie : elle me donne l’impression d’avoir des difficultés, bien que je ne les ai pas toutes totalement cernées: elle doute d’elle même et il lui manque un but ou une manière d’y arriver… Et des passions.
Car oui, elle n’a pas l’air d’avoir de passions : elle peint mais n’aime pas ce qu’elle produit (elle ne veut pas voir ses réalisations une fois qu’elles sont finies). Elle regarde beaucoup Netflix mais ne peut pas me dire les films et séries qui l’ont marqué. Elle voyage mais plus pour accompagner des amies ou un partenaire que pour voir quelque chose en particulier qui lui plairait. Elle a un Master, elle est clairement intelligente mais elle a du mal à quitter le nid (elle n’envisage pas de quitter le département pour trouver du travail, vit de nouveau chez l’un de ses parents).
Bon je dis tout ça mais c’est une impression, pas un jugement. Elle a le droit d’avoir des défauts, c’est même mieux car je suis moi-même loin d’être sans défaut. Par contre ces impressions me rappellent mon ex ! Heureusement on a quand même des points communs et des valeurs communes. J’ai aussi été un minimum tactile une fois sorti du bar, mais j’ai peur d’escalader trop vite quand la fille me plaît, et la configuration (table en face à face) rendait le truc compliqué avant. Pourtant il y avait des ouvertures, mais je ne les ai pas vues sur le moment.
Ce rendez vous m’a fait du bien. J’étais morose aujourd’hui et je suis revenu souriant et chantonnant. Je ne sais pas si je la reverrai mais j’aimerai bien. Elle m’a l’air d’être une suiveuse, ce qui augmente mes chances j’imagine. Je vais lui proposer un second date ce week-end, mais les prévisions météo sont mauvaises et on ne peut aller ni chez elle ni chez moi… Resto ou bowling ?

Mais bref, c’est pas dramatique non plus et je ne suis sans doute pas tout à fait comme mes photos non plus.
Attention à se satisfaire de nana moyennes, voire en dessous de tes critères... Ca peut être satisfaisant pour ton égo sur le moment... mais après coup c'est déprimant, non ?
Si les sites de rencontres ne donnent rien, tu n'as pas la possibilité de te promener ou sortir pour faire des rencontres IRL là où tu es pour le moment ?
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] 100% d'accord le 01.07.21, 11h46 par Gafano
  • [+1] Merci ! :) le 01.07.21, 18h19 par Esope

Merci pour ta réponse Jalap.
Jalapeno a écrit :
01.07.21
Attention à se satisfaire de nana moyennes, voire en dessous de tes critères... Ca peut être satisfaisant pour ton égo sur le moment... mais après coup c'est déprimant, non ?
Ce que tu dis est très vrai, il y a une grande part d'égo là-dedans! Un besoin de validation, en plus du plaisir charnel et de la tendresse recherchés.

Après pour être honnête, mes critères pour les relations courtes ou longues sont assez différents: beaucoup de femmes passent mes critères de relations courtes si je suis d'humeur et qu'il y a un minimum de complicité. Pour des relations longues, c'est une autre histoire.

Le truc, c'est que je reste encore 3 semaines sur place, ensuite je prends une semaine de vacances avec des potes et je retourne chez moi à 500km d'ici. Donc le long terme, c'est compliqué et quand je dis aux femmes que je pars dans 3 semaines, la plupart perd instantanément tout intérêt à la conversation.
Jalapeno a écrit :
01.07.21
Si les sites de rencontres ne donnent rien, tu n'as pas la possibilité de te promener ou sortir pour faire des rencontres IRL là où tu es pour le moment ?
Alors je sors, mais il n'y a pas de demoiselles libres dans les parages. Il faut aller en ville pour en croiser et trouver des activités propices aux rencontres mais ça reste à une bonne heure de route. En plus séduire IRL reste un concept pour moi. Les 5 femmes que j'ai rencontrées et séduites IRL étaient toutes des étudiantes étrangères, soit totalement isolées, soit dans des groupes où les autres mecs étaient vraiment effacés.
Il y a eu d'autres jeux de séductions dans d'autres contextes, mais ils n'ont jamais abouti.

Donc oui, j'ai du travail

Le point 10/07: remise en question

Les femmes
Mer m'a contacté le lendemain du rendez vous, disant qu’elle a bien apprécié le temps passé ensemble, mais qu’elle ne m’envisage pas autrement qu’en ami. J’ai l’habitude, c’est pas grave. Je lui dis que c’est des choses qui arrivent et lui souhaite bonne chance dans ses recherches.
Le lendemain, perdu pour perdu, je lui envoie un message, pour déterminer ce qui n'a pas marché. Je lui explique que ce n’est pas la première fois que je me fais friendzoner et que je cherche à comprendre ce que je pourrai changer, ce qui peut me manquer. Vu que c’est une fille sympathique, je lui demande en plus d’être honnête, je ne veux pas d’une réponse gentille.

Voici la réponse : « Salut :) T’inquiète pas il n’y a rien à travailler, pas de point précis qui n’allait pas. Dans les rencontres, je pense que l’attirance/le feeling est inexplicable. Voilà tout ! »

Bon, soit elle est gentille et ne veut pas me faire de mal, soit elle est naïve. Car non, je ne crois pas que l'attirance ou le feeling frappe au hasard.

-------------------------
Bon comment attirer plus les femmes? J'ai essayé de mettre plus d'humour, et j'ai eu des retours positifs, dont un de Fé qui cherche une relation sérieuse. Une semaine plus tard, après quelques blagues et avoir réussi à bien sexuer la conversation, Fé prend mon numéro (et me bloque de l'appli direct derrière!?). Je lui propose de se rencontrer dans un bon resto avant son départ en vacances... oui, j'en ai marre de faire des heures de route pour boire une bière ou un thé et entendre que je ne suis pas assez bien pour un deuxième rendez-vous; donc si je n'attire pas Fé, j'aurais au moins bien mangé.

Bref, bon resto, bonne ambiance, Fé est vraiment agréable: jolie, intelligente, elle a de la conversation, de l'humour, on a des points communs... Ca match pour moi! A la sortie du resto on va se balader, on parle et on rigole pendant que je me rapproche physiquement. Elle répond bien, me touche, me prend par la main... On s'embrasse, elle devient encore plus physique (elle se colle à moi, me passe la main sur la poitrine, met sa tête dans mon cou). Ca sent bon. J'ai envie d'elle! Je lui demande si elle veut que je la raccompagne chez elle, elle me dit qu'il est déjà tard et qu'on a chacun un gros programme le lendemain (et j'ai un max de route avant de travailler) mais qu'on se reverra lorsqu'elle reviendra de vacances. J'aurai peut-être dû, mais je ne pousse pas plus loin, je suis déjà content que ça ait matché: elle cherche du sérieux, elle me plaît a priori assez pour que je tente un truc sérieux, je ne veux donc pas lui faire peur ou être lourd... on s'embrasse et je rentre chez moi.

Dans les jours qui suivent, elle devient plus distante... Et depuis qu'elle est en vacances, c'est silence radio de sa part. C'est peut-être pas mort, mais je ne mise plus sur elle!
-----------------------------

J'ai aussi joué la carte de l'humour avec une femme de 5 ans plus âgée que moi. Elle avait du répondant et avait l'air mignonne (mais pas souriante). J'ai sexualisé très rapidement (ou plutôt, je lui ai laissé le choix entre 2 sujets dont un était sexuel et elle a voulu en savoir plus). Ma description de ma vision de la sexualité lui a bien plu et elle a cherché à mieux me connaître. J'ai été honnête avec elle, je ne suis que temporairement dans la région et je ne cherche a priori pas de relation longue. Ca l'ennuie mais elle finit par me dire qu'elle apprécie mon honnêteté et qu'après réflexion c'est ok pour elle.

Elle habite à 1h30 de route, on fixe un rendez vous pour le week-end suivant (à côté de chez elle), pour apprendre à se connaître, pas pour se sauter dessus de suite. Entre temps on communique sur différentes choses: hobbies, voyages, sexe... On se trouve de nombreux points communs et elle a l'air accrochée, car quand je lui souhaite bonne nuit, elle me demande si je ne préfère pas continuer à lui parler pendant une petite heure en plus. Mais je remarque qu'elle est aussi toujours en ligne sur le site. J'ai assez d'expérience pour savoir ce que c'est mauvais signe.

Et le jour du rendez vous arrive et elle annule... Je mentirai si je disais que je suis étonné. Ca sentait trop bon pour être vrai
-----------------------------

Le point sur l'année écoulée
J'ai fait des stats sur l'année écoulée:
j'ai obtenu 13 rendez-vous en un an (plus 2-3 qui n'ont pas eu lieu suite à des problèmes logistiques: confinement, météo)
j’ai couché avec 2 jeunes femmes, et elles étaient mignonnes : une que j’ai revu plusieurs fois, l’autre qui est juste passé en coup de vent dans ma vie. Ca m’a fait énormément de bien (sans être génial) et je serai heureux de vivre cela plus qu’une fois tous les 6 mois.

Malheureusement, les autres femmes que j’ai rencontrées n’étaient pas ou pas vraiment intéressées par plus que de l’amitié. L'une d'entre elle m'a donné l'impression d'être physiquement attirée, pour d'autres je ne sais pas, mais plusieurs m’ont dit après coup que physiquement je ne leur plaisais pas, même si elle n'avait rien à me reprocher par ailleurs.

Pour moi, l'attirance est donc mon problème numéro 1, malheureusement, la confiance ou le génie pour palier cela ne sont pas toujours présents, loin de là.
J'ai fait des stats sur la note d'attirance des photos que j'ai mise sur Photofeeler:
J’ai reçu 360 votes sur une 30 aines de photos que je pensais être bien. Ma note moyenne par vote est de 6,2. Ma moyenne par photo est de 5,7 (j’ai en moyenne plus de votes sur les meilleures photos et peu sur les pires car enfoncer le clou sur mon absence d’attirance sur une photo en particulier ne m’intéresse pas). Et j’ai supprimé au cours du temps les plus mauvaises photos car je n’aimais pas voir des scores moyens de 3 sur mes photos. Mettons que ma note moyenne est à 5, sur des photos que je trouve bien.

5, sur Photofeeler, ça signifie que les hommes sur la moitié des photos postées sont notés comme étant plus attirants.
----------------------------

La remise en question

Donc comment faire en sorte d’attirer les femmes plus que marginalement ?

Je sais que j’ai de la marge de progression tant pendant les rendez vous que pour séduire dans la vraie vie: confiance, look, style de vie, sortir dans des endroits plus fréquentés, mieux sexuer… Mais je me demande encore une fois à quel point je dois encore adapter ma vie pour plaire.
En fait, je remets tout en question : on ne peut changer que marginalement son visage sans chirurgie, mais on peut travailler son état d’esprit, élargir son cercle social, changer son corps, sa coupe de cheveux, son look, avoir des accessoires, montrer qu’on a de la thune, avoir le dernier smartphone, une voiture qui claque et des vacances sur un yacht dans les caraïbes…

J’ai essayé de changer les basiques : corps, coupe de cheveux, barbe, fringues… Le seul point sur lequel je ne suis jamais satisfait est ma coupe de cheveux (j'ai jamais été satisfait de ma coupe de cheveux et je l'ai déjà changé quelques fois).

Pour améliorer mon état d’esprit, c’est en travaux. J’essaye d’avoir d’autres choses dans sa vie, un peu la méthode Coué et me rappeler de ce que j’ai déjà réussi. Le problème c’est que mon mental est assez peu stable et que la séduction et ses cycles de petites validations et de petits rejets ont un impact énorme sur mon humeur et ma santé mentale.

Au niveau social, c'est le bordel en ce moment. J'ai des amis mais ils sont très dispersés et j'ai du mal à nouer de nouveaux contacts avec des gens qui ont un cercle social (mes derniers "potes" ne connaissent personne et sont encore plus asociaux que moi). Donc je suis de fait assez isolé. C'est un truc que je souhaite changer, et je sais comment (assoc, sport...) mais j'ai zéro motivation pour entreprendre quoi que ce soit à ce niveau tant que je ne suis pas stable géographiquement.

Enfin, en ce qui concerne le lifestyle, j’ai toujours un problème avec montrer ma valeur à travers l’argent. J’ai de l’argent, beaucoup même pour certains, mais ça ne se voit pas: je vis presque comme si j’étais au SMIC et ça me convient. J’ai toujours été minimaliste et relativement discret: pas de superflu ni de superficiel, j’aime ni les montres, ni les bijoux, pas de tatouages, mon téléphone a 4 ans, je pars en vacances dans des zones qui ne connaissent pas le tourisme de masse... Ma personnalité me plaît, mais il faut bien avouer que de nombreuses personnes ne le comprennent pas et que ça n’attire personne (ni les femmes indépendantes qui montrent leur succès, ni celles qui cherchent un provider).

Du coup je me demande parfois si je ne dois pas me renier partiellement pour avoir plus de chance de trouver quelqu’un.
Car :
-si mon physique n’attire que 5 % de la population féminine
-et si mon style de vie actuel et mes valeurs rebutent 90% de la population féminine
-et que ces deux variables sont indépendantes
cela signifie que 0,5 % des femmes peuvent me trouver à leur goût sur les deux plans. C'est pas impossible de trouver quelqu'un mais c'est pas dit que cette femme sur 200 me plaise.


Bref, j’ai le choix.
- continuer ce que je fais en ce moment : beaucoup d’efforts, de temps et d’énergie et peu de résultat.
- me consacrer à d’autres choses que la séduction: moins d’efforts, plus de temps libre, moins énervant mais parfois frustrant et encore moins de résultat
- changer un pan de ma personnalité et pour devenir plus attractif : beaucoup d’efforts, de temps et d’énergie, mais se renier aussi en quelque sorte… résultats inconnus

-----------------------------------
Sinon, je viens de supprimer les applis (même si je pense que je testerai en vacances). C'est normalement compliqué pour moi et je ne suis pas actuellement dans une situation favorable. Je voulais tester ce que ça donnait en France et oui, c'est pas 100% négatif: je match de temps en temps, et j'arrive à avoir des premiers rendez vous... Mais je ne suis pas au niveau (mental, jeu de la séduction...) pour avoir plus.

Je commence à avoir peur d'une chose: qu'usé par tout ce travail de séduction, je finisse par me mettre en relation avec la première qui dira oui. C'est pas forcément une mauvaise chose, mais dit comme cela ça ne fait pas rêver.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Courage le 10.07.21, 16h29 par Onmyoji

Je pense que plutôt que de te considérer en rapport de l'ensemble de tes photos, il vaut mieux voir celle où tu es le plus basique en mode "polaroid" pour agence de mannequin (tu peux trouver pas mal d'exemples chez les nanas, parce que pour elles les transformations sont plus massives encore et les chasseurs de tête et casteurs sont souvent intéressés par le matériau brut.
Ça c'est ton état de base. Ensuite tu mets une photo correcte (pas "bien prise", juste toi pas un cadrage et un contexte), en mode "pimpé/ sortie", c'est censé être ton max. Sinon c'est que tu fais mal un truc.
Et tu en prends une autre pour ton mode quotidien/ "vie dans la société", ça c'est ta moyenne quand tu es au boulot ou au sortir de ça, tu es un peu amélioré (ou pas mais tu peux avoir l'impression de le faire, selon tes goûts", et le mode casual où tu vas te montrer en mode plus relax mais pareil arrangé à ta sauce.
À partir de là tu peux voir mais normalement si par rapport aux polas en mode "pimp" tu gagnes pas 2 3 points c'est que tu fais mal un truc. Idem en mode "quotidien", si tu n'as pas 1 ou 2 points de plus c'est que tes goûts correspondent pas à ce qui est bon pour toi.

Après ça peut venir aussi plus de ton body langage ou de ton style au sens large que vraiment de ton physique.
Après on peut être dans un style qui n'est pas tape à l'œil mais qualitatif où les gens qui ont du goût (et les nanas parce qu'elles ont généralement plus de connaissances en termes de mode/style, par éducation et par la presse qui s'adresse à elles) le repèrent. Je pense pas que tes vacances posent un problème.
Après on peut se dire qu'on est pas intéressé par quelque chose mais assurer le minimum.
Après hormis si ton smartphone va avoir l'air antédéluvien, aucune nana va te bloquer là dessus.
Tu peux avoir une belle montre parce que même si ça t'intéresse pas, tu peux savoir ce qui est beau (et creuser à peine pour éviter les trucs de beaufs ou trop courus).
Tu peux aller dans des endroits où c'est implicite que tu as de la tune si ça te plaît.
Le problème d'être rustique c'est que ça peut avoir l'air de "radin", genre si tu sors tu vas compter tes sous même si tu as les moyens, etc, le genre de choses qui casse le fun. Parce que même si la majorité des nanas cherche pas forcément à se faire rincer par les mecs qu'elles rencontrent, casser le moment pour des questions triviales c'est un tue l'amour.

Après vu ce que tu décris et si tu n'as pas fait la paix avec toi c'est très possible que ta confiance impacte sur ton physique par tes expressions et réactions. Si tu es plus facilement soucieux que souriant c'est un problème.

Pour ton corps, je suppose que tu as essayé la muscu ? Est-ce que c'était équilibré? Est ce que tu continues?

Pour le reste je pense que d'avoir un cercle social même temporaire c'est important. Ça permet de ne pas rouiller, perdre de vue l'humain, l'air du temps et ses envies dans une relation.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Merci ! :) le 10.07.21, 18h44 par Esope
"Les gens déplorent les effets dont ils chérissent les causes"

Merci pour ta réponse Onmyoji :)

Alors pour les photos, il faudra que je regarde ça plus en détail.

Sinon, je pense que le body language et la confiance ne jouent pas en ma faveur:
je suis normalement plus discret qu'affirmé. Quand tu conjugues ça avec un minimum de sens de l'écoute, de culture, mon corps fin comme un I et mon style plutôt bien habillé, ben ça fait peut-être un peu efféminé (on m'a fait la remarque 2 ou 3 fois il y a quelques années).
Depuis j'essaye de muscler mon jeu, d'être plus direct et physique et oui je fais de la muscu: selon les jours, je me fais des séries de curls, d'abdos, de pompes, de cardio aussi, j'alterne pour ne pas faire deux jours de suite les même types d'exos... j'ai pris 8kg en un an, plutôt sur le haut du corps, mais ça fait des mois que je n'avance plus.

Je ne pense pas que mon style de vie soit le problème pour attirer physiquement les femmes parce que je ne suis pas radin (je dépense plus pour du bon consommable et de belles expériences que pour des objets qui trônent dans mon salon ou des choses que j'affiche). Mais c'est juste que ça permettrait peut-être de mettre en place un environnement qui fasse plus rêver.

C'est con à dire, mais je suis sûr que quand tu parles d'un week end à Barcelone ou de vacances au Québec, tu fasses plus rêver que quand tu parles d'un week end dans un petit massif montagneux allemand ou de vacances en Dordogne (pourtant, pour avoir fait tout ça, ben c'est vrai que c'est très différent, que Barcelone ou le Québec, ça a de la gueule et que tu mets des étoiles dans les yeux de tes interlocuteurs, mais j'aurai du mal à dire que les premières expériences sont meilleures que les secondes).

Pareil quand tu parles de la taille de la télé, de la voiture que tu possèdes... C'est pas pour l'utilité du truc, le film est le même et une smart ou une porsche peuvent t'emmener de A à B... mais pour l'effet marketing!

Réflexion en cours

Si tu as atteint un plafond, il y a un topic de Bumble il me semble sur la muscu qui peut peut-être t'aider. Il faut sûrement changer de régime d'exercice, trouver de nouveaux exercices et une nouvelle dynamique en termes de séries, répétitions, poids...
Aussi les gens font souvent l'erreur de ne pas bosser correctement le bas du corps et ça leur donne une morphologie bizarre, pas naturelle.

Pour le reste, plutôt que de parler de quelque chose qui ne parle pas aux gens, et qui va peut-être leur donner l'impression que tu sublimes un truc parfaitement chiant pour la majorité du monde, montre le?
La Dordogne c'est sûr c'est pas Ibiza, mais il y a de quoi s'étonner quand même. Fais des photos, montre les, parles-en peut-être différemment?

Pour le matérialisme et l'utilité des choses je te rejoins, en plus déménageant souvent et étant souvent peu fixe par ailleurs, je vis dans une "réserve" plus que dans un foyer. Mais c'est un point je pense important à travailler, pour soi plus que pour les autres. Juste meubler un peu ton antre peut changer beaucoup de choses pour toi, et les regards (j'ai vécu quelques années avec presque rien, en minimalisme total, et ça me paraissait bien et je ne le vivais pas mal. Ça faisait souvent bizarre aux autres même si j'en parlais bien. Au final j'ai fini par voir que pour eux je n'avais pas le minimum vital. Et qu'ils avaient un peu raison, et que je l'ai bien vécu parce que je suis spartiate et parce que je bouge tout le temps. Mais même si c'était ma manière "personnelle" de concevoir mon intérieur, ça ne me reflétait pas. Et psychologiquement je pense qu'on a un besoin de se matérialiser un peu dans notre environnement...). Les regards ne cherchent pas forcément du tape à l'œil. Ils cherchent à t'identifier au travers de ce qu'ils voient.
Et ça peut être une manière de se donner de la valeur ou de brouiller les pistes. Mais aussi de s'ancrer dans le réel.
Aussi, autre chose, il est très facile de ne voir que l'utilité des choses, mais alors on peut en oublier l'essentiel, la beauté, l'agrément. Tu parles de bonnes expériences. Rouler en Porsche ou dans une belle décapotable vintage ça a quand même plus d'agrément que de le faire en smart. Et je parle pas que de confort, parce que parfois il faut sacrifier du confort à des choses plus importantes.
Comme l'esthétique, la "mystique", le mythe, le symbole. Parce qu'il y a des bagnoles ou des fringues parfaitement confortables qui sont atroces.
Je pense que le fait de s'intéresser aux femmes est important pour ça car elles ont souvent une approche moins fonctionnelle, l'esthétique compte par exemple, la sensation aussi. Je vais encore me faire traiter de misogyne mais je reste assez persuadé que même si ça ne les rend pas inférieures, nos visions du monde, d'un point de vue sensoriel mais aussi des croyances et de l'expérience qu'on en conçoit, est radicalement différente. Un peu comme ce même sur les couleurs vu par les hommes et les femmes.
Elles sortent parfois la nuance de visions trop tranchées ou axées autour d'un objectif. Mais ce n'est pas exclusif aux femmes, je trouve juste que c'est plus instinctif et naturel chez elles de par leur fonctionnement, mais la culture japonaise est fortement axée sur ce principe aussi. Même si l'on recherche le maximum de performance, il faut aussi garder la beauté du geste, du rituel, sublimer par la sophistication.
Le plus proche de ça dans les ancrages culturels européens, c'est le fair play en ce qui concerne le jeu, ou les ordres adoptant des choses stricts pour dépasser juste leur utilité première, comme par exemple la chevalerie, ou la courtisanerie.
Mais c'est plus du point de vue relationnel et social que dans la matérialité, même si on a des traditions d'artisans aussi assez fabuleux.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Intéressant le 11.07.21, 00h19 par Esope
"Les gens déplorent les effets dont ils chérissent les causes"

Merci pour tes réponses, je les trouve utiles et elles me donnent envie de creuser tout ça!
Onmyoji a écrit :
10.07.21
Pour le matérialisme et l'utilité des choses je te rejoins, en plus déménageant souvent et étant souvent peu fixe par ailleurs, je vis dans une "réserve" plus que dans un foyer.
Je suis aussi un peu à vivre dans ma valise: j'ai changé de villes et de pays régulièrement. Mon but à long terme est de me poser, de trouver un chez moi et de pouvoir concevoir un environnement qui me plaît (au niveau esthétique aussi). Mais tant que je n'y suis pas, je ne cherche pas un environnement idéal.
Onmyoji a écrit :
10.07.21
j'ai vécu quelques années avec presque rien, en minimalisme total, et ça me paraissait bien et je ne le vivais pas mal. Ça faisait souvent bizarre aux autres même si j'en parlais bien. Au final j'ai fini par voir que pour eux je n'avais pas le minimum vital. Et qu'ils avaient un peu raison, et que je l'ai bien vécu parce que je suis spartiate et parce que je bouge tout le temps. Mais même si c'était ma manière "personnelle" de concevoir mon intérieur, ça ne me reflétait pas. Et psychologiquement je pense qu'on a un besoin de se matérialiser un peu dans notre environnement...
J'ai vécu la même chose, c'est pas facile à expliquer aux gens qui n'ont pas la même optique: une de mes copines avait été vraiment choquée par le vide dans ma chambre (un lit, deux meubles et une plante verte dans 16m²). Depuis j'ai décoré un peu mais mon appart ne reflète pas mon chez moi idéal. C'est un arrangement temporaire, mon prochain déménagement est déjà prévu, la destination n'est pas encore connue.
Onmyoji a écrit :
10.07.21
il est très facile de ne voir que l'utilité des choses, mais alors on peut en oublier l'essentiel, la beauté, l'agrément.
C'est exactement ma situation actuelle et ce que je remets en question: je privilégie l'utilité sur de nombreux aspects du quotidien. Je mentirai en disant que l'esthétique n'a pas un rôle à jouer (je ne sors pas en jogging même si c'est confortable), mais j'ai des aspirations esthétiques différentes de mes collègues ou de certains de mes proches. Rouler une Porsche m'aurait fait rêver étant ado... Maintenant, je trouve toujours les Porsche belles, ça me fait toujours plaisir d'en croiser, mais en rouler me fait moins rêver... Et en posséder une me semble plus emmerdant qu'autre chose.
Par contre, ça tape à l'oeil: un ami en avait acheté une après avoir touché un héritage. Ca a changé la façon dont le commun des mortels le regardait. Il est passé du type complexé physiquement au gars que certains hommes respectaient d'office et que certaines femmes dévisageaient quand il était autour de sa voiture. Ca lui a un peu tourné la tête d'ailleurs mais il est redevenu invisible après avoir revendu sa voiture.
J'ai eu des discussions similaires avec des gens qui avaient un bateau, une piscine, ou une maison secondaire dans le sud en bord de mer. Ça fait son effet.

Donc je me demande si casser cette image un peu spartiate pourrait m'aider dans mes relations avec les femmes. Sincèrement, je trouverai assez triste que ce soit le cas (en tout cas pour les femmes ne cherchant pas un provider). Mais en même temps ma situation actuelle est assez compliquée aussi donc pourquoi ne pas essayer de montrer un peu plus "mon statut" si ça peut aider. Ca serait un peu la mort de mon côté anti-conformiste et idéaliste, un changement de philosophie et le reniement d'un système de valeur.

Après tu n'es pas obligé de draguer avec ta bagnole. Les mecs qui sont en couple avec leur bagnole sur les réseaux juste chauffer les feuilles c'est triste à pleurer. Et effectivement ton attrait ne doit pas dépendre de ça sinon tu peux finir par l'oublier et ne pas comprendre quand tu ne l'as pas.
Simplement sans parler d'une porsche ou cause vintage parce que c'est un peu emmerdant comme tu le dis, tu peux aussi trouver une bagnole qui n'est pas la mort de l'esthétique automobile (et ça ne veut pas dire "une grosse voiture", juste certains modèles plus classes/stylés/ moins courants).

Et je crois que pour le côté spartiate c'est pareil, tu es pas obligé de te transformer en démonstration de valeur ambulante. Mais c'est aussi pour toi. C'est un peu la différence entre vivre et survivre. Quel intérêt à d'être cassé le cul à avoir un bon boulot si tu n'en fais rien? À part si tu es obligé de vivre frugalement pour financer d'autres projets, ton pognon tu l'emmèneras pas au paradis. Donc autant en profiter, et puis se sortir la tête du cul de la vision utilitaire, c'est faire un pas vers apprécier les choses plus authentiquement, pour le ressenti qu'elles procurent et pas juste le côté "tableur Excel". Style over performance?
C'est un peu comme vinyle vs cd.
Tous les gens qui disent qu'ils écoutent un vinyle pour la qualité du son sont généralement des gens qui savent pas de quoi ils parlent, et répètent un argument de perroquet. Ceux qui le font pour la sensation, le contexte, la beauté du vinyle, et avec des titres choisis (si c'est du aya nakamura ce sera toujours de la merde) trouvent bien plus grâce à mes yeux...
"Les gens déplorent les effets dont ils chérissent les causes"

Après une nuit de réflexion, je me dis que ces questions sur le style de vie ne doit pas affecter directement les femmes que je rencontre - et mes autres relations sociales d'ailleurs - mais que cela contribue à me rendre différent... Peut-être trop différent, et cela complique mon intégration/acceptation.

Par exemple avec mes collègues: je travaille principalement avec des hommes entre 23 et 45 ans, tous ingénieurs. Je suis le seul étranger et en fait le seul qui vient d'une autre région. J'ai d'autres expériences de vie et d'autres attentes, je m'habille différemment (90% ont le même type de jean et une chemise bleue), j'ai d'autres références. Je suis le seul à ne pas manger de la viande tous les jours à la cantine (en fait j'en mange rarement), à ne pas avoir un écran d'un mètre de large dans mon salon (j'ai pas de télé) et le seul à ne pas avoir un barbeuc à plus de 500€ sur mon balcon...
Malgré tout, cela se passe très bien avec eux: on rigole, on va boire des bières et on bosse bien ensemble. Mais à une exception près, j'irai pas jusqu'à dire qu'ils me comprennent ou deviennent des amis.

Casser cette image spartiate ou un peu austère pourrait peut-être me permettre de me synchroniser plus facilement au niveau social. Après si je le fait, je ne vais pas passer dans le flashy ou dans l'ostentatoire, juste me rapprocher de la "norme". J'imagine que cela pourrait aussi faciliter les choses pour les femmes (même si je ne vois pas clairement l'intérêt pour les relations courtes que je cherche)
Onmyoji a écrit :
11.07.21
Quel intérêt à d'être cassé le cul à avoir un bon boulot si tu n'en fais rien?
alors oui, j'ai quelques projets qui demandent des financements conséquents et que je ne peux pas réaliser actuellement. C'est d'ailleurs une des raisons pour laquelle je vais déménager: un de ces projets n'est pas réalisable dans la région dans laquelle je vis.

Si tu veux mon avis tu as une difficulté évidente dont tu n’as pourtant pas parlé.


Tu déménages souvent.



=> bcp plus compliqué pour le cercle social
=> bcp plus compliqué pour que les nanas se projettent
=> moins de connaissance du terrain, de l’environnement, des mentalités.
=> pas de validation implicite sociale lié au partage d’un même terroir/pays/culture
=> temps d’adaptation
=> même pas l’avantage de passer pour le baroudeur/voyageur/aventurier puisque tu sembles y rester un peu.
=> complexité à entretenir des passions/sports/assos/projets

Perso dans m vie pro j’ai déménagé 6 fois en 5 ans sur le début de ma carrière. Et galère au niveau des femmes.
Puis je me suis sédentarisé volontairement. Changement direct.

Bien sûr y a pas eu que ça. Mais la moitié des conseils que tu vas recevoir ici seront plus facilement applicable si tu sais être « installé » là où tu es.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Effectivement le 12.07.21, 10h46 par Esope
  • [+1] Il y'a du vrai... le 12.07.21, 12h38 par Jalapeno
  • [0] Yep ! :) le 12.07.21, 17h24 par JoshuaVa
If you want to touch the sky,
Fuck a duck and try to fly !

Merci ThePop pour ta réponse!
Ton message est très vrai: ces déménagements m'ont apporté beaucoup mais c'est aussi un immense fardeau au niveau social... et cela dure depuis longtemps mais je n'en vois toujours pas clairement la fin. En fait, je n'ai pas trouvé un seul job correct, en CDI, dans une région qui me plaît! J'en suis au point où je réfléchis à démissionner sans savoir ce que je vais faire ensuite, juste pour m'installer quelque part et tourner cette page.

En tout cas, merci pour vos réponses. Je remets pas mal de choses en question en ce moment, donc ça fait du bien d'avoir des avis différents de ceux que j'entends par ailleurs.

2021, je ne te regretterai pas !

Si on voit le verre à moitié vide, on notera :
- les difficultés à avancer dans ma vie. En 2021, j’ai l’impression d’être resté bloqué dans une position qui ne me convient pas et d’avoir passer la plupart du temps cette année pour m’en sortir.
- le peu de nouveaux amis que je me suis fais: mes amis vivent loin, et les gens du cru sont sympas mais restent distants, on ne partage rien.
- le peu d’évènements positifs : 2021 ne fut pas l’année des concerts, évènements sportifs, fêtes de famille, festivals, ni l’année de vacances/rencontres incroyables
- les énormes difficultés à séduire : sérieusement, je me demande parfois si ça vaut le coup d’essayer. Je ne compterai pas le nombre d’heures passées sur les appli de rencontre, le nombre de conversations qui n’ont pas abouties, le nombre de dates où la demoiselle (et rarement moi-même) n’a pas voulu aller plus loin. La rapport «plaisir»/(temps+énergie) est supérieur à 0 mais reste ridicule. J’ai parlé de ces difficultés avec des amies, et elles m’ont rassuré sur mon potentiel de séduction pour une relation à long terme mais m’ont aussi fait comprendre que je n’étais pas celui que la grande majorité des femmes choisira par passion (je suis quelqu’un de sûr avec de bonnes valeurs mais je n’ai pas le look, je ne fais pas vibrer et je ne suis pas excitant ou dangereux). C’est sans doute vrai, mais c’est assez triste. Du coup, étant donné que je ne vois pas comment commencer une relation longue cette année, j’ai décidé d’arrêter d’essayer de séduire il y a 5 mois.
- la dépression : la combinaison de tout le reste m’a fait plonger dans une phase dépressive qui a duré quelques mois et d’où je suis sorti il y a un mois.

Bref, 2021, année de merde? Clairement! Ça aurait pu être pire cela dit, car tout n'a pas été négatif et certains points sont prometteurs pour les années à venir :
- j’ai reçu une sorte de déclaration d’amour professionnelle! Mes nombreuses années de travail commencent finalement à payer, et cela d'une manière imprévue: on m'a contacté pour m'offrir un poste que je ne peux pas refuser avec des conditions de travail inespérées: je vais enfin pouvoir changer d’environnement géographique, me rapprocher de me proches, gagner en qualité de vie et en liberté. Bien sûr il y aura des contraintes et des insécurités aussi, mais on ne peut pas tout avoir.
- si je ne me suis pas fait de nouveaux amis en 2021, j’ai pu compter sur ceux que j’ai déjà, ainsi que sur mes proches et sur de nombreuses connaissances pour m’aider à traverser les moments difficiles, pour me changer les idées… C’est génial d’avoir ces personnes autour de moi
- si mon investissement en temps et en énergie pour séduire n’a pas porté beaucoup de fruits, j’ai quand même eu quelques dates sympas, quelques kisses et eu un (oui un seul) rapport sexuel avec une demoiselle rencontrée cette année ! Pour autant, 2021 n’était pas une année de disette relationnelle, émotionnelle, tactile et sexuelle, grâce à A. en début d’année et à mon ex par la suite. Je ne les reverrai sans doute plus (ces 2 histoires sont bel et bien terminées) mais je ne peux pas m’empêcher de les remercier car le monde est toujours plus beau quand on peut serrer une femme contre soi !
- j’ai pas mal travaillé avec mon psy et on a peut-être déniché l’une des causes possibles de mon caractère un peu effacé, de mon manque d’assertivité, de mon altruiste qui tend vers le sacrifice, de ma difficulté à savoir vraiment ce que je veux… Des évènements familiaux compliqués dans ma petite enfance auraient pu affecter la capacité de ma famille à prendre en compte mes besoins. Le résultat est que j’aurai alors cessé d’exprimer mes besoins pour à la place m’occuper des autres et faire en sorte que les gens autour de moi soient heureux, un caractère encore renforcé par l’éducation traditionnelle/religieuse que j’ai reçu, qui place le bien-être de l’individu derrière celui de la communauté. Déterrer cela ne soigne pas mais je me sens moins coupable de ce qu’il m’arrive. Reste à savoir quels sont finalement mes besoins et à arriver à les exprimer.
- J’ai survécu à une autre dépression et je me sens bien, très bien même. Comme quoi, après la pluie, le beau temps

Les projets pour 2022:
- Essayer de trouver un moyen de m’approcher de la vie que je me souhaite.
- Rebâtir les fondations d’un mental solide : clarifier mes besoins et mes envies, et agir pour les atteindre. Profiter des petites choses, accepter que mes choix seront toujours imparfaits, et en même temps me fixer des limites sur ce que je ne veux pas accepter.
- Fonder/développer un cercle social plus dynamique qu’en 2021, sortir de ma zone de confort et gagner confiance.
- Si tout va bien, j’essaierai peut-être à nouveau de séduire. Mais je me considère en ce moment comme étant un peu trop en chantier pour arriver à intéresser une femme ou pour démarrer une relation.

BON PLAN SEXY : De -15 à -70% chez la boutique sexy LoveHoney.fr. LoveHoney.fr propose toute l'année des réductions très agressives sur leur catalogue lingerie, sextoys et autres accessoires. Suivez ce lien pour consulter les offres du moment.

Vous pouvez aussi soutenir FTS en passant par ce lien pour faire votre shopping sur Amazon.fr

Répondre