Embourbée dans le silence.

Note : 2

le 26.03.2022 par Gwen

2 réponses / Dernière par Speedy Smile le 28.03.2022, 13h55

La vie est faite de virages, d'obstacles à surmonter, d'audace, de surprises et de rencontres décisives. Racontez votre histoire, entrez dans la légende; partagez vos cheminements, vos interrogations, vos rencontres, vos aventures - foirées ou réussies, c'est pas le plus important - et recevez les avis et conseils des autres membres.
Répondre
Bonjour, j'ai 17 ans, et je reviens sur ce forum après 4 mois et demi. Bonne lecture.

J'ai passé une semaine atroce. Lundi aprem j'ai raté les cours, mercredi j'ai raté les cours et la répétition avec mon groupe l'après midi, ce qui me sauvait la semaine auparavant. Jeudi c'était le pire, impossible de parler avec qui que ce soit sans être en alerte complète, j'étais en mode autosabotage c'était une horreur, vendredi un peu moins mais a midi c'était terrible, je ne savais pas quoi faire de mon corps, pas quoi dire, j'avais envie de fuir, de me cacher. Je me sens hyper seule, hyper fatiguée, bloquée dans cette vie que je veux pas et même si on me dit qu'il reste deux mois ça avance pas. J'arrête pas de me comparer, j'arrête pas de me juger et de juger les autres, j'arrête pas de me sentir asociale alors que je suis plutôt extravertie d'habitude, j'en peux plus, tout le monde est con et moi je suis la reine des connes. Et le vendredi a la fin des cours, y a ceux qui pense au weekend, moi je pense déjà à lundi ou faudra que je bouge mon cul pour aller en cours et j'ai peur, hyper peur. J'ai envie de fuir et d'être avec ma mère. Aucune de mes relations me rend à l'aise, ni les gens avec qui je l'étais auparavant, mes amis très proches, ni personne et quand j'essaie den parler, je panique parce que j'arrive pas à trouver mes mots. Et pourtant je le ressens comme une urgence, de devoirs trouver les mots, comme si le dire, savoir l'expliquer, ça stopperait cette roue infernale. Un ami, si extraverti, si solaire, tout le temps, vient me voir souvent et j'arrive pas à interagir avec lui alors je me sens comme une loque. Il y a des gens dans mon lycée qui se foute de tout, du regard des autres, du jugement, et vive les meilleurs années de leur vie et moi je suis en train de couler et je sais pas comment faire pour remonter et avoir envie de venir au lycée. Il y a un philosophe qui s'appelle Alexandre jollien qui dit que quand on a l'impression d'être dans une machine a laver a 300000 km/h et que t'arrive pas à en sortir, faut arrêter de lutter et laisser la machine tourner. Alors c'est ce que je fais, mais parfois c'est trop . La ça fait alarmiste comme message mais en vrai ça va j'ai pas envie de me tuer. Jai juste plus aucun intérêt à aller au lycée et même faire de la musique le mercredi ça se passe mal j'en ai plus envie. L'avenir me fait peur et aller au lycée me fait peur. Et j'ai l'impression de subir (surtout) mes interactions sociales, les cours et les journées en général et pourtant j'ai terriblement besoin d'amis avec qui je me sens comprise et a l'aise mais au jour le jour yen a pas, j'en ai pas. Avant j'en avais ? Je ne sais plus. Eux sont toujours les même, toujours disposé à ecouter, mais moi j'ai changé et je n'arrive pas à leur parler.
Alors ça n'est pas nouveau. Mais auparavant j'arrivais tout de même à me laisser vivre sans être bloquée sans cesse. Or depuis quelque jour je m'enfonce et je m'enfonce. Ça vient comme ça, quelqu'un vient me parler, où je me tiens dans un groupe, et je veux fuir. Quand je parle ma gorge se bloque et me fait mal, je me vois presque de l'extérieur. Et quand enfin la personne s'en va, je m'en veux de cette piètre interaction sociale, de cet échec de ne pas avoir su montrer la part de moi que je veux montrer. Une fille bien dans ses baskets, drôle, sincère, empathique. Quand est ce que ça a commencé ? Mon plus vieux souvenir ce serait en troisième, avec ma meilleure amie de l'époque. Elle était très belle, tout le monde la courtisait si je puis dire et nous comparais et ça ne m'avait jamais derangé je crois, je passais inaperçue mais pour mes amis proches j'étais importante. Et un jour où nous sommes sortie toutes les deux, Ce fut gênant . Ce silence terriblement gênant. Tu ne sais pas quoi dire, tu te forces a combler ce silence. J'avais si peur de ce silence , je me souviens avoir fais une introspection toute la nuit d'après pour comprendre et rien en est ressorti. Seulement que je m'en sentais si inférieure et tellement jugée sur des attentes que je n'arrivais pas à atteindre. Et aujourd'hui je m'enfonce. Et cette peur des silences s'est transformé en mal être. Et moi qui pensais avancer avec ma thérapie, prendre confiance en moi, je rechute.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Courage le 26.03.22, 13h16 par Safrania95

Salut Gwen !!

Je comprends ta situation dans le sens où j'ai moi-même vécu quelque chose de très similaire quand j'étais au lycée.

Je sais que c'est dur à vivre et que la solitude que l'on peut ressentir n'arrange rien.

Ta démarche de venir raconter ça sur ce forum me paraît une excellente idée. Vouloir comprendre ce qui nous arrive, réussir à en parler aux autres et se laisser aider c'est à mon avis le meilleur chemin pour se sortir de ressentis comme ceux que tu as. Avoir envie de dépasser ses problèmes c'est la meilleure (et peut-être même la seule) chose à faire. Et tu sembles être dedans.

Tu dis voir une psychologue ou une thérapie, c'est très bien. Il faut que tu fasses le tri dans tes émotions, que tu déconstruises tous les noeuds que tu peux avoir et petit à petit tu iras de mieux en mieux. Simplement saches que les progrès ça met du temps à arriver. Ca se compte en années. Souvent également, tous ces problèmes viennent du cercle familial et de ton histoire au sein de ta famille.

Est-ce que tu as pensé à consulter un psychiatre ? Je ne suis pas sûr que ta situation nécessite d'en voir un mais ça peut être une béquille. Il est possible de prendre certains médicaments qui peuvent calmer tes angoisses. Mais bon ça c'est à toi de voir. En tout cas ça peut être très efficace. J'en prends moi-même de temps en temps quand des angoisses apparaissent et ça me calme direct.

Est-ce que tu pourrais expliquer un peu plus clairement comment tu penses en être arrivé là ? Quelles sont les raisons qui font que tu rencontres ces difficultés aujourd'hui ? Ton histoire familial ? Et aussi et surtout quelles sont les solutions que tu peux trouver ou mettre en place pour évoluer et dépasser tout ça ?

En tout cas courage, il y a toujours des solutions !

Hésites pas à poster !
Aussi étroit soit le chemin,
Nombreux les châtiments infâmes,
Je suis le maître de mon destin,
Je suis le capitaine de mon âme.

Je sais pas si ça peut t'aider, mais moi aussi parfois j'ai pu avoir peur des interactions sociales. Et plus tu en as peur, plus tu les ecourtes, ou tu les fuis dans ton cas tu sombres dans le silence.
Le problème c'est que ça crée un cercle vicieux qui rend chaque nouvelle interaction plus dure et plus stressante.

Moi, personnellement j'ai compris que mon problème c'est que je me concentrais trop sur moi et pas sur ce que je pouvais apporter aux autres. Quand je me concentre sur les autres 2 choses se produisent, la première c'est que j'arrête de m'écouter, d'écouter mon corps qui m'envoie des signaux du stress et de peur, la seconde c'est que je rentre dans l'action et dans l'action on se concentre sur le résultat, on cherche des solutions et pas des explications. Quand tu vois quelqu'un de triste et que tu veux le faire sourire, c'est un tout autre processus qui s'enclenche.

J'espère que ça pourra t'aider.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Absolument le 28.03.22, 14h22 par Citadin

BON PLAN SEXY : De -15 à -70% chez la boutique sexy LoveHoney.fr. LoveHoney.fr propose toute l'année des réductions très agressives sur leur catalogue lingerie, sextoys et autres accessoires. Suivez ce lien pour consulter les offres du moment.

Vous pouvez aussi soutenir FTS en passant par ce lien pour faire votre shopping sur Amazon.fr

Répondre