Choisir un art martial

Note : 27

le 24.08.2011 par achribu

83 réponses / Dernière par Onmyoji le 30.06.2015, 02h32

Un forum pour parler fitness, musculation, sport et, d'une manière générale, tout ce qui contribue à une bonne santé physique.
C'est bientôt la rentrée, je déménage et vais devoir me trouver un nouveau club d'arts martiaux. L'exercice du choix est toujours difficle, aussi je vous propose de partager mes propre scritères, issus de quelques années de pratiques, de quelques mauvaises expériences, de plusieurs excellentes aussi ! En espérant que cela puisse vous servir.

Tout d'abord, une petite présentation : je ne suis pas un garçon particulièrement athlétique (1m73 - 63kg). Je cherche avant tout dans la pratique des Arts Martiaux (AM) à me confronter à me défouler, à m'endurcir un peu. Je veux apprendre à me battre correctement aussi. Bien sûr, comme je ne suis pas une force de la nature à la base, je préfère en retirer une certaine capacité à être zen. Accessoirement, cela fait un peu d'entretien physique aussi. Il y a plus efficace pour celà : muscu, gymnastique, course, etc... Mais un de mes critères de choix pour un AM est quand même une partie préparation physique pas trop ridicule. J'utilise le terme "Arts Martiaux" de façon très générique, incluant les sports de combat, la self defence, etc... Pour finir la présentation, mon parcours. J'ai pratiqué au moins deux ans à raison d'au moins deux séances par semaine le judo (ceinture marron... Pfff, faut que je trouve le temps pour avoir les points pour cette fichue ceinture noire !), l'Aikido, le Yoseikan Budo, et la boxe thailandaise. J'ai eu l'occasion de faire quelques séances de Boxe Française, que pratique ma compagne, de Jiu Jitsu Brésilien, que je rêverai de recommencer, de Jeet Kune Do, de Ju Jitsu japonais.

La recherche d'un club commence par la visite des clubs. Pour la même discipline, la pratique varie grandement d'un club à l'autre : certains clubs de judo sont très axés compétition, d'autre tradition. Certains clubs de Ju jitsu font beaucoup de randori, d'autre non. Il faut visiter les clubs et profiter de la première séance, généralement offerte, et discuter un peu avec le prof et les élèves pour se faire une idée de la pratique particulière du club, de l'ambiance, des équipements. Je vais lister quelques illusions classiques des clubs d'AM, mes critères de qualité, et les deal breaker qui indiquent un club à fuir.

Les figures de l'illusion

Avant de vous dire quels critères je prends en compte, je vais énumérer quelques figures souvent utilisés par les clubs et les arts pour faire leur publicité. Il faut garder son esprit critique, les pratiquants ont tendance a vouloir que leur AM soit au dessus de tout, et à déployer des trésors de mauvaise foi, voire de mensonge pour justifier cet état de fait. Ne croyez que ce que vous voyez. Et si ce que vous voyez vous semble loufoque, celà l'est probablement. J'ai personnellement assisté à une démonstration de projection sans contact. Le professeur agitait vaguement les bras et "l'onde de ki" projettait l'élève. Bizarrement, un haut gradé qui aurait probablement sauté par la fenêtre si le professeur avait prétendu que son chi lui aurait permis de voler.

Première figure : "mon AM est efficace car utilisé historiquement par des combattants ultra-badass" (des samouraïs au ninjas en passant par les pirates). Déjà, les historiens des AM montrent que les filiations historiques sont assez souvent sinon fausses, difficiles à établir. De plus, il faut considérer que
  • vous ne vivez pas dans un environnement aussi dur que ces combattants ; vous n'êtes probablements pas vous mêmes aussi durs. Lorsque les capacités athlétiques et l'état d'esprit adéquat sont déjà développés, on peut développer des capacités au combat avec n'importe quel enseignement.
  • les adversaires que vous risquez de rencontrer ne sont pas les mêmes
  • vous développerez vos capacités quasiment exclusivement lors des cours : vous n'allez pas voyager en défiant les samourais errants. Il faut que les cours fassent plus que fournir un aspect théorique.
  • vous avez une vie à côté ddes AMs... Enfin, on espère !
Il y a une variante "mon AM est efficace car utilisé aujoud'hui par des combattants ultra-badass". (armée, police, videurs). En effet, les militaires ont certes souvent un entrainement aux AM... Mais si le combat est leur coeur de métier, le combat à mains nues ne l'est pas : avant de devoir se battre à mains nues, il faut qu'ils aient perdu leurs armes (fusil, pistolet, couteau...)

Seconde figure : "mon AM est efficace car le fondateur/certains pratiquants a/ont réalisé tel ou tel exploit". Il est bien connu en effet que Ueshiba se téléportait dans son dojo. Souvent, ce genre d'anecdotes font d'ailleurs rigoler les japonais, qui savent qu'en gros cela signifiait que O'sensei avait l'habitude de surprendre les gens qui ne l'entendaient pas arriver. De plus, cela ne serait interessant que si l'école arrivait à apprendre ce genre de trucs à ces élèves de façon consistante, n'est-ce pas ? Vous voulez vous améliorer vous-même, après tout.

Troisième figure : " mon AM est efficace car on casse des briques/planches/on apprend les trucs des moins shaolin". Ok, tout cela est très photogénique, mais a peu de choses à voir avec le combat. Une brique a deux qualités qui en font un piètre adversaire : elle ne bouge pas et ne rend pas les coups.

Les critères de la qualité

Premier critère : les élèves un peu avancés sont ils en bonne forme physique ? Si vous avez l'impression de vous trouver dans un club de gymnastique d'entretien pour mamies, même si l'enseignant prétend qu'il vous enseigne les secrets chinois de l'énergie interne qui fera de vous un combattant redoutable/des techniques de self-défense imparables, vous êtes dans un club de gymnastique pour mamies. Même chose si vous avez l'impression de vous retrouver dans un club de jeu de rôles, une conférence sur l'histoire des AM... Si vous avez l'impression de vous retrouver dans un repère de brutes, c'est plutôt bon signe : bienvenue hors de votre zone de confort.

Deuxième critère : quel est la quantité de sparring/combat libre/randori ? Vous n'aurez véritablement intégré une technique qu'à partir du moment ou vous êtes capable de la placer à vitesse réelle sur un adversaire qui résiste et qui peut riposter. Tout le reste (katas, exercices chorégraphiés) ne sont que des exercices intermédiaires pour arriver à ce résultat. Accessoirement, le niveau de contact est-il bien contrôlé ? Le but n'est pas non plus de se pèter quelque chose...

Troisième critère : quelles sont les distances de combat étudiées ? Si vous voulez devenir un combattant affuté, il vous faut maitriser toutes les distances du combat, de la distance de coup de pieds au combat au sol...

Les deal-breakers

Premier deal breaker : "Tu m'as mal attaqué"
Prof (avec une garde caricaturale bras tendu): Attaque moi comme tu veux
Elève : clé de bras sautée un peu mal fagottée qui passe
Prof Oui, mais tu m'as mal attaqué, dans la rue tu aurais risqué de te faire mal

Refus de la part du prof de regarder la réalité en face, club à fuir. Variante pour montrer un bon club :
Prof: Ok, tu as fait du judo avant, montre moi ce que tu sais faire
Elève : Judoka+rugbyman, bien bourrin, passe un étranglement au prof
Prof : OK, reste ici, tu est jeune et tu me domine physiquement j'ai encore quelques trucs à t'apprendre, tu pourra m'assister et être un excellent sparring partner pour les autres.

Deuxième deal breaker : "Ce que l'on pratique est trop dangereux pour faire du combat libre". Les boxeurs arrivent à faire du combat libre, les lutteurs, les judokas... Ils restent tout de même assez efficace, et le nombre de blessure sérieuses n'est pas si élevé sur les tapis/dans les salles d'entrainement. De plus, le combat est avant tout affaire de timing et de positionnement : certes, il est peut être difficile de placer une attaque aux yeux (encore que si on voulait faire un exo spécifique celà se ferait bien, genre avec des lunettes de plongée !)

Troisième deal-breaker : "Ici, on apprend à se défendre, pas à attaquer". Astuce sémantique utilisée ad nauséam par certains arts. Le combat est un ensemble, qu'il faut maitriser intégralement pour pouvoir en extraire un sous ensemble. De plus, comment s'entrainer à se défendre si personne dans le club n'attaque correctement ?

Quatrième deal-breaker : "Je vais vous apprendre quelques techniques de self-defense". Il n'y a pas quelques techniques de self defence, c'est juste idiot. Qui veut apprendre à se défendre doit se battre dans des conditions au plus proches de la réalité, pas apprendre deux trois techniques et frapper sur un bonhomme en mousse, pour se retrouver en panique parceque le coup de pied dans les couilles n'a pas eu l'effet escompté. Mais la self s'éloigne de mes compétences. Je me suis déjà pris plusieurs coups de pieds mal placés : des fois ça calme, certes. Mais des fois, ça rend furieux, aussi.

Voilà ,j'espère que certains m'auront lu et retiré quelques choses de cet article. Bien que je ne sois pas fan ultime de l'UFC, Pride, ce genre de choses, je vous conseille de vous faire votre petite culture là dessus : vous verrez des combattants au top techniquement. De même je reposte la vidée de Matt Thornton sur le concept d'Aliveness, qui devrait exprimer à ceux qui comprennent l'anglais l'esentiel de ce que je voulais dire. Bonne recherche !

[youtube][/youtube]
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Intéressant le 24.08.11, 16h01 par Magic_Lemon
  • [+1] A lire le 04.01.12, 21h59 par Fonk
  • [+1] Merci ! :) le 05.01.12, 03h20 par Philéas
  • [+2] Merci ! :) le 27.04.12, 19h59 par Zaik
Come on and Rise / Free your soul / Catch the dream where we all shine (Samael)
Deuxième deal breaker : "Ce que l'on pratique est trop dangereux pour faire du combat libre".
Lool What? Tu viens d'un geste de la main de virer le penchak, la seule discipline vraiment martial (et dont le krav est une version simplifié) . Le tout en parlant de la boxe et du judo les deux sports les p)lus castrés du monde..

Sérieux, rien de perso Achribu maius la revise tes sources avant de faire des articles pareilles ...
moi je suis là : http://www.facebook.com/lafrange. SI vous n'êtes pas content vous savez ou me trouver!
achribu a écrit :Je veux apprendre à me battre correctement aussi.
Le but des Arts Martiaux, justement, est de ne pas se battre.


Je dis ça pour les mecs qui voudraient:

-apprendre à manipuler leur Chi pour libérer des kaméha méha de malade comme Sangoku

-porter un uniforme orange avec un gros dragon et un symbole ying/yang énorme brodés dessus

-apprendre à casser des briques

-apprendre à casser la gueule à ceux qui ne sont pas gentil avec eux

-pouvoir (et surtout, vouloir) résister à une attaque armée en cassant un bras à chacun de leurs 5 adversaires et s'en sortir tout fier, puis s'en vanter.


Si vous vous présentez à un dojo digne de ce nom et que vous expliquez au Maître que ce sont la vos motivations, vous vous ferez rembarrer.

Anyway, article pertinent :) (particulièrement d'accord avec ton troisième "deal-breaker" ! )
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Pas convaincu le 03.01.12, 13h46 par Constant99
If you hesitate, you masturbate.
Mis à part le point soulevé par Tulpa, l'article reste quand même intéressant.

Choisir un art martial, puis un club, c'est pas forcément évident et Achribu met en évidence des points plutôt bon à garder à l'esprit.

Savoir ce que l'on recherche vraiment puis étudier les différents sports de façon objective.


Ptite précision quand même, aller visiter les différents clubs c'est très bien, mais si parce que pendant le seul cours auquel vous avez assister y a pas eu, par exemple, de combats, ça veut pas dire que y en aura jamais.
Ça reste difficile de se faire une véritable idée d'un sport en seulement 1h30-2h00, et le meilleur moyen de savoir reste d'expérimenter.

Tulpa a écrit : Lool What? Tu viens d'un geste de la main de virer le penchak, la seule discipline vraiment martial (et dont le krav est une version simplifié) . Le tout en parlant de la boxe et du judo les deux sports les p)lus castrés du monde..
Alors je sais pas du tout à quoi correspond le penchak, j'ai juste entendu parler très rapidement de penchak silat lorsque je me suis intéressé aux arts martiaux pour en choisir un. Donc je vais éviter d'en parler.

Après c'est vrai que le Judo c'est quand même un art martial assez limité niveau combat, rien qu'à voir toutes les règles et tout les interdits.
Au même titre que le krav serait la version simplifiée du penchak, le Judo est une version simplifiée du Jujitsu.

Quand à la boxe... faut voir déjà de laquelle on parle. Thaï, anglaise, française... même si j'en ai jamais pratiqué je crois savoir qui y a de sacrées différences.

Donc conclusion les exemples cités par Achribu sont pas forcément très pertinents.
Narmolanya a écrit :Le but des Arts Martiaux, justement, est de ne pas se battre.
Euh... si un peu quand même. C'est dans le nom quoi.

Après ça dépend beaucoup de l'art martial mais y en à pas mal dont la vocation est d'apprendre à se battre.
Et apprendre à se battre ne signifie pas devenir un super-héros, mais ça chacun devrait pouvoir le deviner avec du recul et un bon prof sera capable de l'expliquer.

Après si tu voulait parler de la philosophie des arts martiaux, en effet beaucoup aspirent à la paix intérieur.
Mais bon le jour où toi/un de tes pote/ta copine se fait emmerder, bein la philosophie à un rang assez secondaire quand même.
Tulpa a écrit :
Deuxième deal breaker : "Ce que l'on pratique est trop dangereux pour faire du combat libre".
Lool What? Tu viens d'un geste de la main de virer le penchak, la seule discipline vraiment martial (et dont le krav est une version simplifié) . Le tout en parlant de la boxe et du judo les deux sports les p)lus castrés du monde..

Sérieux, rien de perso Achribu maius la revise tes sources avant de faire des articles pareilles ...
:D Le débat tradition vs. sport est vieux comme l'interêt pour les AM. Je ne vois rien de perso à se trouver de côtés différents de la barrière. Et comme je disais, je cherche un nouveau club sur Paname pour la rentrée prochaine : j'essaierai avec plaisir et sans a priori le penchak !

Je ne balaye d'un revers de la main qu'une phrase éventuellement dite dans un club, pas un style ou une discipline. Je pars sans a priori du point de vue du style : j'ai vu du jujitsu jap' pratiquée rien qu'en kata, et avec beaucoup de randori.

Les méthodes d'entrainement sportives ont prouvé leur efficacité aussi, et les balayer d'un revers de la main sous prétexte de tradition ou d'idéologie est tout aussi idiot. Pragmatisme avant tout.

Ou ont-elles prouvé leur efficacité ? Dans le combat libre (Pride, UFC, ce genre de choses). Mais aussi historiquement : le judo est devenu l'AM de la police japonaise en démontrant lors de combats sa supériorité sur le Ju-jitsu traditionnel. Supériorité acquise par la pratique du randori (combat libre).

Effectivement, pour pouvoir être pratiquer le combat libre, il faut éliminer certaines techniques qui ne permettent pas le contrôle. D'ou l'impression de castration. Toutefois, cette perte est compensée par la possibilité de pratiquer les techniques en situation réelle. Et, lorsqu'un judoka a projetté "avec efficacité" son compagnon de jeu sur un sol modérémment acueillant et qu'il le contrôle bien, il peut se laisser aller à des choses non encouragées en compétition.

Quant à mes sources : Bullshido, rec.martial-arts essentiellement. Ainsi que ma propre pratique et les témoignages de collègues pratiquants...
Come on and Rise / Free your soul / Catch the dream where we all shine (Samael)
Magic_Lemon a écrit :(...)
Après c'est vrai que le Judo c'est quand même un art martial assez limité niveau combat, rien qu'à voir toutes les règles et tout les interdits.
Au même titre que le krav serait la version simplifiée du penchak, le Judo est une version simplifiée du Jujitsu.
Je n'ai définitivement pas été très clair dans mon message. Une partie importante de celui-ci étant "Il n'y a pas que l'éventail de techniques qui compte, la présence de combats libres dans l'enseignement est fondamental". Historiquement, cette importance accordée aux combats libres est ce qui a marqué l'évolution du jujitsu vers le judo. Alors, certains club de jujitsu ont intégré la pratique du combat libre, ce n'est pas le cas de ceux que j'ai pu voir.

Ma défense du judo n'est pas (que) liée au fait que je l'ai pratiqué. Si j'avais le choix, il n'est pas très haut dans la liste des AM (MMA, Jiu Jitsu Brésilien, boxe Thai) que j'aimerais pratiquer. Outre le fait qu'il soit hyper répandu et donc très accessible, le judo a quelques très bonne propriétés. Il dispose d'un arsenal de techniques suffisamment développé pour faire très mal. Les projections deviennent dévastatrices hors du tatami, le judoka apprend à bien maitriser son adversaire au sol, et dispose de suffisamment de clés et d'étranglements pour finir l'adversaire. Parceque si les clés entrainent une soumission en compète, c'est par choix : elles pourraient tout aussi bien casser. Le principal défaut, c'est que la majorité des clubs sont orientés 100% compètes, et que le judoka a très rarement l'occasion d'apprendre à pratiquer contre un adversaire qui frappe. Pire : il prend souvent de mauvaises habitudes (donner son dos pour faire ippon par exmple)
Magic_Lemon a écrit :Quand à la boxe... faut voir déjà de laquelle on parle. Thaï, anglaise, française... même si j'en ai jamais pratiqué je crois savoir qui y a de sacrées différences.
Il y a deux types de différences dans les boxes : les frappes autorisées (poings, pieds, genoux, coudes) et le niveau de contact : du léger, système de note à la touche/au points; au ko.

N'importe quelle boxe est déjà une bonne expérience. Six mois d'anglaise, et on a déjà beaucoup appris.
Come on and Rise / Free your soul / Catch the dream where we all shine (Samael)
J'ai jamais vu des methodes dites sportives avoir AUCUNE efficacitée dans la rue. D'experience (et je te parle du temps ou je sortias minimum trois personnes par semaines) . Plus un mec te dis/ as fait une pratique sportives moins il est efficace.

Un de mes aides videurs est 1ère dan de Ju jitsu et de jet kun do il a fallut lui réapprendre tout les automatismes avant qu' il soit opérationnel.


Je parle pas de théories mais d'exemples concrets hein :?

Si tu veux savoir les gens avec qui t'as pas envie de te battre quand tu as un peu de bouteille en combat de rue tu seras étonné de qui arrives en premier...

Tiens je fais la liste pour que les gens puissent se faire une idée :

5 ) Boxe thai : c'était a la mode et pas mal de monde te sors n'importe quoi la dessus. La plupart des ecoles françaises sont castrés mais j'ai vu des mecs redoutables avec. Tu tombes cependant toujours sur les problemes d'un AAAAAAAAAAAAAAAART concretement il ne savent pas se battre si la personne en face ne respecte pas les même regles qu'eux..

4) Krav maga : très basique, je suis un peu biaisé la dessus (mériterait peu être une place de plus) mais concretement c'est un truc de troufion appris par des trouffions

3) rugbymen : bordel les rugbymen.. C'est là ou on voit que celui qui gagne un vrai combat et la plupart du temps pas celui qui tape le plus fort mais celui qui encaisse le mieux

2) les catcheurs: hé ouais . Je ne supporte pas ce truc mais je traine avec pas mal de semi pro qui sont essentiellement des cascadeurs en slip . Ils savent encaisser, ils savent projeter et ils savent rester sur leurs deux pieds. Les trois trucs les plus importants en situation ou tu te ballade pas en pyjama.

1) Baston de rue et Penchak Silat. Simplement pour un raison des plus simples. Même si tu gagnes tu vas perdre un truc. Il n'y a virtuellement aucune manière de se sortir indemne d'un baston avec un mec qui cherche a tout prix le contact et a t'arracher les yeux pendant que tu envois de jolies droites bien chorégraphiés.


Dans tout les cas ce sont des disciplines ou tu apprends a te prendre de grosses baffes dans la gueule avant de faire de jolie toupies sur toi même Le reste sincèrement même si c'est de l'aaaaaaaaaaaaaaaaaart . Ou un spooooooooooooooort et que le senseiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii evite bien de dire tout les trucs dans ta liste. Faut pas que ça sorte dehors ça risquerait de se faire ecorcher les genoux...


Hop ce qu'on apprend au judo [youtube][/youtube]

(vous noterez qu'un bon rugbyman lui aurait deja arraché une oreille avec les dents au bout de 10 secondes)

et ce qu'on apprend au Penchak [youtube][/youtube]


Des questions ? :lol:
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Pourquoi tant de haine ? le 19.09.11, 02h17 par Iskandar
  • [0] Du calme le 05.01.12, 03h26 par Philéas
  • [0] Du grand n'importe quoi le 20.02.12, 22h57 par Reborn
moi je suis là : http://www.facebook.com/lafrange. SI vous n'êtes pas content vous savez ou me trouver!
:D

Niveau vidéos, je peux jouer aussi (même si je pense que celà prouve peu !)

Ce que l'on apprend au judo :
[youtube][/youtube]
[youtube][/youtube]

Ce que l'on apprend au silat
[youtube][/youtube]

A aucun moment je ne dis que le judo est l'art ultime, au contraire, on passe trop de temps sur des points spécifiques aux règles de compétitions (le kumi kata est un bon exemple). Mais que c'est répandu, que cela donne d'excellentes bases d'équilibre, de timing, un début de maîtrise des positions au sol et une bonne boite à outils de projections/clés/étranglements. Pour quelqu'un qui doit choisir entre judo/aikido/karate "light", ce qui est le cas dans les villes moyennes de provinces, c'est un bon choix. L'argument ne te concerne pas, parisien de mon coeur.

Il est évident que quelqu'un qui veut se battre avec une base de judo doit adapter sa stratégie.

Bref. J'ai du mal à me faire une idée de quoi que ce soit avec ta seule video, et c'est une partie de mon argument aussi : pour choisir, voir en vrai. Ta video me montre de techniques, réalisées sur un partenaire de bonne volonté. Pour juger une école, il faut voir quels exercices vous utilisez pour intégrer les techniques, développez vos réflexes... Kata (ou équivalent ?) Exercices avec partenaires coopératifs ? Combat libre/randori ?

Je ne me prononcerai pas sur le silat : je n'y connais rien, j'aimerai voir, je ne suis fermé à rien, sauf aux écoles sectes. Le but de mon article était de mettre en garde contre celles-ci. Mis a part la présence en 1 dans ta liste du silat, ta liste me surprend peu.

Les rugbymen, les catcheurs et les boxeurs thais ont en commun d'avoir travaillé leur condition physique et acquis une grande résistance à la douleur. Niveau technique, les catcheurs ont souvent un passé de lutteur (habitude du combat libre), les boxeurs thais passent un temps significatif de l'entrainement en combat libre. Et les rugbymen ne se combattent pas : ils se courent après, se plaquent, se cathédralaient il y a peu... Deux aspects donc : le conditionnement (que j'ai peu évoqué dans mon premier article mais qui est au coeur de l'efficacité), et un espace de jeu ou l'on se donne à fond, avec des règles...

En ce qui me concerne, la liste a priori serait :
1) MMA : mixed martial arts. Je vais visiter un club à la rentrée, si vous en avez d'autres à me proposer.
2) Boxe thai. J'adore l'esprit de ce sport. "Quand tu t'en prends une, souris. Ca énerve l'adversaire".
3) JiuJitsu Brésilien

Ces trois sports arrivent en premier, car la qualité de l'enseignement est relativement calibrée : je sais que les clubs vont me proposer une quantité importante de sparring, de drills, etc.

Pour le reste : Yoseikan Budo (qui oscille entre le fitness pour gonzesses et le quasi MMA, avec une prise en compte des armes, des aspects self defense), Kali pour les armes...

Kali version Dog Brothers, voila qui me fait rêver !
[youtube][/youtube]

Ca + du bushcraft et de l'escalade, je rentre en Bretagne et monte une de ces écoles de ninjutsu, moi !
Come on and Rise / Free your soul / Catch the dream where we all shine (Samael)
achribu a écrit :Je n'ai définitivement pas été très clair dans mon message. Une partie importante de celui-ci étant "Il n'y a pas que l'éventail de techniques qui compte, la présence de combats libres dans l'enseignement est fondamental". Historiquement, cette importance accordée aux combats libres est ce qui a marqué l'évolution du jujitsu vers le judo. Alors, certains club de jujitsu ont intégré la pratique du combat libre, ce n'est pas le cas de ceux que j'ai pu voir.

Ma défense du judo n'est pas (que) liée au fait que je l'ai pratiqué. Si j'avais le choix, il n'est pas très haut dans la liste des AM (MMA, Jiu Jitsu Brésilien, boxe Thai) que j'aimerais pratiquer. Outre le fait qu'il soit hyper répandu et donc très accessible, le judo a quelques très bonne propriétés. Il dispose d'un arsenal de techniques suffisamment développé pour faire très mal. Les projections deviennent dévastatrices hors du tatami, le judoka apprend à bien maitriser son adversaire au sol, et dispose de suffisamment de clés et d'étranglements pour finir l'adversaire. Parceque si les clés entrainent une soumission en compète, c'est par choix : elles pourraient tout aussi bien casser. Le principal défaut, c'est que la majorité des clubs sont orientés 100% compètes, et que le judoka a très rarement l'occasion d'apprendre à pratiquer contre un adversaire qui frappe. Pire : il prend souvent de mauvaises habitudes (donner son dos pour faire ippon par exmple)
Je suis parfaitement d'accord au niveau de la mise en pratique de ce qu'on apprend en théorie, je remettais juste en cause les exemples qui sont des sports, notamment olympique pour le judo, où il est nécessaire d'avoir des règles pour le bon déroulement de la compétition (fini les combats de gladiateurs :wink:)

Je pense que l'idée aurait été mis beaucoup plus en valeur avec comme exemples des sports beaucoup plus violents :wink:



Sinon le débat de "quel art martial/sport de combat est le plus efficace" est vieux comme le monde, et si on à toujours pas trouvé de réponse universelle il doit bien y avoir une raison...

Chaque art martial/sport de combat à ses points forts et ses faiblesses et sera efficace si on est capable de l'adapter.
Par exemple un judoka ferait mieux de casser la distance rapidement et inversement pour un boxeur...

J'ai connu des mecs au Jujitsu qu'une danseuse aurait pu mettre au tapis, et à l'inverse des gars impressionnants avec qui tu préfère rester amis.

L'art martial ne fait pas tout, l'efficacité relève beaucoup de celui qui l'utilise.
C'est pourquoi je pense qu'il est indispensable de choisir un art martial/sport de combat qui nous corresponde vraiment, histoire de s'épanouir et d'étudier un style de combat qui nous parle.

Mais de toute manière je pense que le but du sujet n'était pas de démontrer quel est le meilleur sport de combat pour apprendre à casser des gueules.

PS : les vidéos c'est bien mais ça prouve tout et rien à la fois vu qu'elles sont rarement objectives, pourquoi ne pas mettre des scènes de films pendant qu'on y est^^
Magic_Lemon a écrit :(...)Je suis parfaitement d'accord au niveau de la mise en pratique de ce qu'on apprend en théorie, je remettais juste en cause les exemples qui sont des sports, notamment olympique pour le judo, où il est nécessaire d'avoir des règles pour le bon déroulement de la compétition (fini les combats de gladiateurs :wink:)

Je pense que l'idée aurait été mis beaucoup plus en valeur avec comme exemples des sports beaucoup plus violents :wink:
Le point des règles est effectivement central. Si une partie de l'entrainement est du combat libre, il faut des règles : sinon, il va y avoir des blessures, les élèves vont être incapable de s'entrainer les 3/4 du temps.

Comment choisir ces règles ? La question théorique est donc : "existe-t-il un système de règles qui permettent de développer de bonnes habitudes techniques de combat, tout en protégeant l'intégrité des pratiquants ?"

Comme tu le vois, ma réponse (personnelle) est un OUI franc et massif.

Après, le problème de la pratique sportive entièrement centrée sur la compétition est que les règles deviennent une fin en soi, et les pratiquants développent des techniques/habitudes efficaces à l'intérieur du système de règles, mais contre productives à l'extérieur : par exemple, la garde très basse du tae kwon do olympique. La garde des judokas n'est pas excellente non plus, mais je pense que du judo et un peu de la boxe disponible, voila le moyen de bien s'initier à toutes les distance du combat. Après, Jiu Jitsu Brésilien, sambo, au mieux MMA, mais tout celà n'est pas si évident à trouver. Ou peut être d'autres styles, selon le prof et la façon dont il fait travailler les élèves... Mais toujours avec cet aspect combat libre.
Magic_Lemon a écrit :Sinon le débat de "quel art martial/sport de combat est le plus efficace" est vieux comme le monde, et si on à toujours pas trouvé de réponse universelle il doit bien y avoir une raison...

Chaque art martial/sport de combat à ses points forts et ses faiblesses et sera efficace si on est capable de l'adapter.
Par exemple un judoka ferait mieux de casser la distance rapidement et inversement pour un boxeur...

J'ai connu des mecs au Jujitsu qu'une danseuse aurait pu mettre au tapis, et à l'inverse des gars impressionnants avec qui tu préfère rester amis.

L'art martial ne fait pas tout, l'efficacité relève beaucoup de celui qui l'utilise.
C'est pourquoi je pense qu'il est indispensable de choisir un art martial/sport de combat qui nous corresponde vraiment, histoire de s'épanouir et d'étudier un style de combat qui nous parle.
Première chose : pour pouvoir adapter son art martial à toutes les situations, il faut pouvoir expérimenter toutes les situations dans le dojo/salle d'entrainement, de façon la plus réaliste et la moins chorégraphiées possible. Et si l'on se confine au cadre d'un "style", il n'y a pas toujours moyen d'expérimenter. Ce karateka n'avait sans doute jamais expérimenté le combat libre avec une personne qui avait une stratégie différente de la sienne :
[youtube][/youtube]
Les karatekas disent souvent : "la clé pour se battre contre un judoka est de le garder à distance. Mais comment mettre celà en pratique sans judoka dans le dojo ?

Deuxième chose : un des arguments que j'essayais de développer dans le post original est : certains mecs sauraient se battre en pratiquant le ping pong. Je parle du développement de l'aspect technique, mais l'agressivité, la force physique, la résistance à la douleur et à l'effort font beaucoup aussi.

Qualités que l'on développe généralement d'ailleurs dans les sports de combat "contact". Et au rugby :mrgreen: .

Magic_Lemon a écrit :Mais de toute manière je pense que le but du sujet n'était pas de démontrer quel est le meilleur sport de combat pour apprendre à casser des gueules.

PS : les vidéos c'est bien mais ça prouve tout et rien à la fois vu qu'elles sont rarement objectives, pourquoi ne pas mettre des scènes de films pendant qu'on y est^^
:D Le jour ou je verrais une vidéo de MMA ou le mec gagne via une clé de poignet type aikido (en mouvement) alors c'est autorisé dans les règles, cela prouvera quelque chose pour moi :mrgreen:
Come on and Rise / Free your soul / Catch the dream where we all shine (Samael)
Je ne suis pas du tout dans les arts martiaux, mais on m'avait parlé du "Systema" ou Cистема en russe, utilisé par l'armée russe. Il est beaucoup question d'autodéfense, et de tout axer sur la souplesse du corps, d'apprendre à encaisser les coups en les amortissant, et l'idée de "zen" semble assez présent.

J'ai failli en faire, c'est pour dire à quel point l'idée me semble ok même quand on aime pas se battre...
Et le taekwondo dont le but est la rapidité et où il est scientifiquement prouvé que les taekwondoïstes ont une capacité de réflexe plus grande que la moyenne.
Laisse partir ce qui doit.
Holden Caulfield a écrit :C'est déjà arrivé mais dans le passé, lorsque l'un des fils Gracie a lancé la mode des combats inter art-martiaux, il a dominé chacun de ses adversaires par des clés, notamment des clés en mouvement.
Je suis assez surpris : des Gracies, je retiens "Position before submission". D'ou mon support des systèmes basés sportifs, ou on a tout loisir de tester l'éventail des positions, en se limitant aux soumissions qui ne risquent pas trop de blesser.
Holden Caulfield a écrit :Je comprends pas votre faux débat, pourquoi essayer de dire ce qui marche ou pas dans la rue ?

On s'en branle, c'est pas l'art qui fait le combattant mais l'inverse, et cette line je la tire d'un grand de ce milieu.. non ?
Il n'y a toute de même pas que ça, autrement le choix de l'art et de l'école ne se poserait pas, on trouverait des pratiquants de tai chi dans les premières places du MMA, etc... Mon propos à l'origine était de (tenter de) donner quelques pistes pour choisir une école, c'est tout.
Holden Caulfield a écrit :Un mec issu de la thailandaise peut très bien se faire niquer par un karatéka s'il perd ses moyens à cause du stress et de l'adrénaline, alors que ce type de boxe forme pourtant parfaitement à la résistance au coup, mieux que le karaté j'entends.
Bien sûr ! Il n'en reste pas moins qu'il vaut mieux se former dans un club de thaï (ou de karate !) qui a une bonne dose de sparring avec un niveau de contact respectable, que dans un club de karate qui ne fait que du kata.
Holden Caulfield a écrit :Y'a pas de technique de fou pour le combat de rue, pas de truc à la Néo. Les qualités à avoir par ordre d'importance :

La capacité à rester lucide.
La capacité à rester stable.
Avoir de bons reflex.
Savoir frapper sans se blesser (des doigts cassés après un impact ne servent plus).
L'agressivité.
La puissance et l'explosivité.
La technique.
Yep, tout à fait d'accord avec l'absence de truc de fou, ainsi qu'avec ta liste.

Notons que 4 de tes 7 capacités sont des caractéristiques athlétiques, développées aussi dans d'autres disciplines (l'exemple des rugbymen de Tulpa), et laissées de côté dans pas mal de clubs d'Arts Martiaux sous prétexte que l'on veut apprendre à " se défendre sans utiliser sa force" (le genre de choses que je voulais faire éviter aux gens)
Come on and Rise / Free your soul / Catch the dream where we all shine (Samael)
C'est le genre de remarque que ne j'aime pas du tout. Tu mets en avant ta discipline tout en dénigrant les autres, et donc en ne les respectant pas. Si tu ne sais pas de quoi tu parles, ne parle pas. Le krav maga a prouvé son efficacité sur le field et a été adopté par les troupes d'interventions des meilleures polices du monde. Si tu penses vraiment ce que tu dis tu peux prendre contact avec Richard Douieb et lui expliquer ton point de vue sur les trouffioneries.
A partir du moment ou je dis moi même que je suis biaisé, je vois pas en quoi je ne respecte pas. QUi plus est j'ai expliqué le pourquoi du comment je faisais ma liste qui proviens a la différence des considérations mystico technique que je vois fleurir encore plus ici que dans un article sur la mystery method... DU field... 4 ans de securité toussa...
Si tu ne sais pas de quoi tu parles, ne parle pas.
Ah bha c'est rassurant que je sache de quoi je parle alors! :P

Tout ce que tu décris en technique de Krav sont des trucs appris depuis la nuit des temps par le Penchak et le combat de rue (dont est dérivé le karv avec une bonne dose.. de penchak dedans ...)

Le probleme du Krav et le pourquoi je dis que c'est un truc de trouffion est le coté "assimilation rapide" de la discipline, c'est fait pour être appris rapidement a des trouffions pour se défendre en tant que trouffion. Donc la profondeur du krav est limite par rapport a d'autre discipline etudiant depuis des millénaires l'art de coller un parpaing entre les deux oreilles de son petit camarade et que des mecs en Indonésie passe 20 ans a etudier comme des tarés y'a même pas photo la dessus effectivement.

Les mouvements du krav maga "sur le field " sont les mêmes que le street fighting point. C'était même reconnu par Lichtenfeld.

Et me citer un ponte de ta catégorie pour grogner est aussi teubé que si achribu m'avait dit d'aller voir David Douillet quand j'ai parlé de Judo ... :roll:

(Achribu donc c'est le dojo de grenelle ou tu dois aller au fait si t'as zappé ;) )
moi je suis là : http://www.facebook.com/lafrange. SI vous n'êtes pas content vous savez ou me trouver!
Je mets bien la technique en dernier, un 4éme Dan (peu importe de quoi) qui n'a aucune lucidité se fera toujours éclater par un mec lambda, si ce dernier garde une vision claire de la situation.
Tu places quoi derrière le terme "technique"? Parce que ça reste quelque chose d'assez transversal qui touche:

- la capacité à rester stable
- savoir frapper sans se blesser
- dans une certaine mesure, la puissance et l'explosivité
- dans une certaine mesure, la capacité à rester lucide (par le fait d'éviter au maximum de prendre des coups, que ce soit par l'esquive ou le blocage)


Si un mec arrive 4eme Dan et qu'il se fait éclater par un mec lambda, c'est que la discipline qu'il pratique ou comme il la pratique dans son club/ dojo, pour n'exclure personne, n'a pas une vocation "martiale" à proprement parler.
laissées de côté dans pas mal de clubs d'Arts Martiaux sous prétexte que l'on veut apprendre à " se défendre sans utiliser sa force"
Oui, je me méfie aussi de ça. Pour avoir pratiqué kempo et karaté dans des écoles très traditionnelles, dans aucun des deux cas l'entretient physique était optionnel.

Globalement, c'est un certain réalisme que j'attends de la part de l'enseignant. C'est mon avis, mais j'accorde pas mal de crédit à la discipline que je pratique quand la personne qui m'enseigne me dit d'éviter quand même d'aller au contact avec un rugbyman, me conseil d'oublier les planchettes japonaises hors des tatamis et de me méfier des coups de pute dans le dos de la part d'un pote du type avec qui tu traites déjà ou encore effectivement qui inclue pas mal d'entretien physique dans les séances.
Nan mais c'est pas répéter ad nauseam les mêmes banalités théorique (oui on sait ça a pas été fait pour l'armée a la base, oui y'a pas de tenu de sport , non j'ai pas besoin de Wikipedia pour savoir ça ...) Que tu vas ex nihilo transformer ta prise de mouche en argument d'autorité hein ! :lol:

J'ai effectivement un grand respect pour l'armée, je pense au même titre que Desproges (la je vais faire plaisir a @Dudj) Qu'il ne faut jamais despérer des imbéciles car avec un peu d'entrainement on peu toujours en faire des militaires. Cela dit j'ai également d'excellent potes issus de l'armée et eux même emploi a tour de bras le terme "trouffion" donc bon...

C'est d'ailleurs un d'entre eux ancien Hussard parachutiste qui est le plus virulent sur le Krav. Ma perception étant un version beaucoup plus light de la sienne.

Concrètement et tu peux retourner le probleme comme tu veux , un sport d'une trentaine d'année calibré pour être maîtrisé en deux ans n'aura jamais un profondeur abbyssale.

Moi tu peux critiquer le penchak autant que tu veux, j'ai pas d'action dedans et j'ai envie de te dire que je classe un peu comme je veux les sports suivant mon experience perso et ce n'est pas en me disant d'aller voir superman qui ne sera pas content que je vais tout d'un coup développer une toute nouvelle attitude envers ce sport..

Donc au risque de me répeter (mais j'ai l'impression que je suis le seul que ça gene ici) Parmi les centaines d'AM existant, j'ai foutu le Krav en 4 ce qui n'est pas une mauvaise place même si visiblement elle est traumatisante pour toi et en tant que pratiquant "de rue" je maintiens ma selection, en maintenant même qu'éventuellement pourquoi pas le mettre en 3ème .

Mais oui entre un mec qui me dis "j'ai deux ans de Krav" et l'autre "j'ai deux ans de penchak" (ou une experience de securité, ou je suis gitan, rugbyman.. tu vois le tableau) je sais tout de suite qui je choisis.

Et même si ça te déplais ça reste mon choix perso

Bisous
moi je suis là : http://www.facebook.com/lafrange. SI vous n'êtes pas content vous savez ou me trouver!
Un site que j'aime beaucoup a fait un excellent article sur la façon de choisir une école d'AM.

Il est disponible en anglais ici.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+3] Merci ! :) le 06.05.12, 12h03 par Zaik
Come on and Rise / Free your soul / Catch the dream where we all shine (Samael)
Tulpa, le coup de la vidéo "ce qu'on apprend au Judo; Ce qu'on apprend au Penchak", c'est quand même de la blague.
Sur celle du Judo on ne voit qu'un point de la discipline, tandis que sur l'autre on voit une démonstration plus complète.
Sacré farceur!
Achribu a écrit :Il dispose d'un arsenal de techniques suffisamment développé pour faire très mal. Les projections deviennent dévastatrices hors du tatami, le judoka apprend à bien maitriser son adversaire au sol, et dispose de suffisamment de clés et d'étranglements pour finir l'adversaire.
Certes les projections sont dévastatrices, mais dans un combat de rue, surtout très dangereuses. Avec tout le mobilier urbain dans la rue, en béton ou en métal, tu auras tôt fait de transformer ton ennemi en paraplégique. Et tu le paieras toute ta vie si on t'identifie.
Les clés, les soumissions, d'accord, mais seulement en un contre un, ce qui est rarement le cas. Y en a qui ont essayé, ils ont eu des problèmes.
C'est une anecdote que nous confiait le Senseï de Judo-Ju-Jitsu où je suis allé quelques années: Quand il avait 16 ans un samedi soir, lui et un pote se sont retrouvés dans une embrouille contre 2 crétins. Bref, le ton monte, le Senseï: ippon seoi, avec presqu'immobilisation au sol (réflexe). Et là comme il dit :"dans ma tête le combat était fini, j'attendais presque qu'un arbitre dise maté". C'est là que le second crétin lui mis un grand coup de casque dans la gueule, lui pétant deux incisives au passage. Il s'est quand même relevé et d'autres potes à lui sont arrivés en renfort, mettant les crétins en fuite.

En matière de Krav Maga et Ju-Jitsu, un pote a fait les deux pendant quelques années, l'un après l'autre. Il me dit qu'il a retrouvé tout le Krav dans le Ju-Jitsu. Mais que le gros avantage du second, c'est qu'on apprend aussi à chuter.
Un bon ami à moi a pratiqué l'Aïkido pendant 5 ans, où il était capable de faire face à plusieurs adversaires armés de battes et d'autres trucs. Depuis 3-4 ans, il fait du Judo-JuJitsu, qu'il apprécie beaucoup aussi.
Un de mes meilleurs amis a lui longtemps pratiqué le Kempo et le combat de rue (en simple, en équipe, en supériorité numérique, en infériorité numérique, convivial quoi). Grosse préparation physique pour les leçons de Kempo m'a t'il rapporté. Il considère cet art comme très efficace. Et l'une de ses anecdotes fera plaisir à Tulpa: l'une de ses bastons les plus mémorables fût contre une équipe de rugbymen bourrés: il m'a dit "on a gagné, mais quel crève-coeur!"
Un pote Belge m'a dit que dans son Dojo, la première leçon qu'il a prise en Krav, consistait à se faire rosser par les autres histoire d'apprendre la douleur pour ne pas être surprise par elle et d'apprendre à l'encaisser dans les leçons suivantes.
Et en écrivant ces lignes, je m'aperçois soudain que je traîne avec beaucoup de types qu'il vaut mieux ne pas chercher... Faut que j'me méfie...

J'aime l'esprit de ces deux arts martiaux, nés dans des contextes de guerre et de violence (le Ju-Jitsu sur les champs de bataille de l'Ere Sengoku du Japon médiéval, et le Krav Maga dans un cadre de violence de rue) et ayant pour but de sauver sa vie, de se défendre et de vaincre l'adversaire rapidement et efficacement.

Pour conclure, il faut choisir son art martial selon ses objectifs. Veut-on s'investir dans un AM de façon à apprendre à se battre mais en visant le moyen-long terme et en pratiquant comme un loisir et une passion? Ou veut-on s'endurcir un peu mais surtout apprendre à se battre pour se sortir rapidement d'embrouille contre un ou plusieur opposants, en devenant efficace en 2 ans?
Le tout en observant les critères cités par Achribu dans son message initial, que je trouve pertinents. Mais qui nécessitent qu'on ait quand même un large choix dans ce que sa ville propose comme AM.


PS: Achribu, quelle est la traduction en français de "deal-breaker"?
J'aime regarder les filles qui marchent sur la plage
Leurs poitrines gonflées par le désir de vivre
Leurs yeux qui se détournent quand tu les regardes
achribu a écrit :Deuxième critère : quel est la quantité de sparring/combat libre/randori ? Vous n'aurez véritablement intégré une technique qu'à partir du moment ou vous êtes capable de la placer à vitesse réelle sur un adversaire qui résiste et qui peut riposter. Tout le reste (katas, exercices chorégraphiés) ne sont que des exercices intermédiaires pour arriver à ce résultat. Accessoirement, le niveau de contact est-il bien contrôlé ? Le but n'est pas non plus de se pèter quelque chose...
Tu entends quoi par sparring ? Je pratiquais le karaté dans mon enfance, et on apprenait pas mal en kihons. Ce sont des exos chorégraphiés, oui. Cependant, la force, la vitesse et l’intensité de l’exos ne dépendait que des pratiquants (et éventuellement des instructions du prof. Par exemple, il pouvait indiquer que pour l’attaquant comme le contre-attaquant, le but était de toucher sans se faire toucher,…). C’est plus sûr et sympa qu’en combat, mais surtout, c’est là que tu vas apprendre une technique, certainement pas en combat. En combat, tu vas devoir t’adapter à l’adversaire, et donc adapter ton éventail de coups, et donc ne pas pouvoir tester et développer certains trucs.
Troisième critère : quelles sont les distances de combat étudiées ? Si vous voulez devenir un combattant affûté, il vous faut maîtriser toutes les distances du combat, de la distance de coup de pieds au combat au sol...
Je doute un peu de ce point, et pense que ça dépends de l’art martial pratiqué. J’ai fait du Taekwondo aussi, et le très longue distance ( je veux dire plus grande que la distance coups de pied), tu le travailleras jamais en karaté (et ça peut être source de mauvaises habitudes quand t te bats dans d’autres sports).

Sur la proximité que les arts martiaux doivent avoir avec la réalité, sur le combat libre, je reste dubitatif. Prenons l’exemple du MMA : il y a certaines règles à ce sport, ce qui en fait un truc différent du close-combat. Si les sports de combat avaient pour but premier l’élimination de la menace (condition absolument nécessaire selon moi pour prétendre faire de la self-défense), ce ne serait plus… amusant. Les AM traditionnels (la plupart) ont certes ce but, mais il n’est pas premier. Le but premier, c’est d’abord l’affrontement.

Par exemple, on peut parfois entendre certains insister sur l’importance du combat au sol et autres. Sauf qu’en combat réel… leur importance diminue beaucoup. Pourquoi ? Parce que souvent, sauf dans les films, les mangas, …, dans les situations où tu vas en venir aux poings dans la rue, tu fais pas du 1 contre 1. Non pas que je dis que les sports de striking sont plus efficaces, mais tu peux pas passer du temps au sol avec ton adversaire dans ce type de cas.

Tout ça pour dire que l’important dans les sports de combat, c’est d’abord les victoires sur soi-même, et le fun qu’on n’y prend.
."Maxime : ne fréquenter personne qui soit impliqué dans cette fumisterie éhontée des races".
Friedrich Wilhelm Nietzsche, 1887

."L'homme raisonnable s'adapte lui-même au monde; l'homme déraisonnable continue à essayer d'adapter le monde à lui-même. Donc, tout progrès dépend de l'homme déraisonnable".
George Bernard Shaw, 1957

."La plus belle des ruses du diable est de vous persuader qu'il n'existe pas".
Charles Baudelaire, 1862.
X a écrit :Tu entends quoi par sparring ? Je pratiquais le karaté dans mon enfance, et on apprenait pas mal en kihons. Ce sont des exos chorégraphiés, oui. Cependant, la force, la vitesse et l’intensité de l’exos ne dépendait que des pratiquants (et éventuellement des instructions du prof. Par exemple, il pouvait indiquer que pour l’attaquant comme le contre-attaquant, le but était de toucher sans se faire toucher,…). C’est plus sûr et sympa qu’en combat, mais surtout, c’est là que tu vas apprendre une technique, certainement pas en combat. En combat, tu vas devoir t’adapter à l’adversaire, et donc adapter ton éventail de coups, et donc ne pas pouvoir tester et développer certains trucs.
A peu près OK sur l'analyse, pas d'accord sur la conclusion. Le sparring/randori/combat libre, c'est la partie du cours ou les deux partenaires simulent un combat (essayant tout de même de préserver leur intégrité physique, c'est pas fight club).

Ma thèse est justement que le travail le plus dur et le plus long est ce travail d'adaptation à l'adversaire, la mise en place de réflexes. Donc, qu'il faut consacrer un temps important à celà.

Espérer apprendre un AM sans jamais pratiquer en mode aléatoire (randori/combat libre en club... Ou d'autres conditions moins controlées pour les allumés, dont je ne fais pas partie), c'est comme espérer apprendre à séduire sans jamais rencontrer d'inconnues.
X a écrit :
Troisième critère : quelles sont les distances de combat étudiées ? Si vous voulez devenir un combattant affûté, il vous faut maîtriser toutes les distances du combat, de la distance de coup de pieds au combat au sol...
Je doute un peu de ce point, et pense que ça dépends de l’art martial pratiqué. J’ai fait du Taekwondo aussi, et le très longue distance ( je veux dire plus grande que la distance coups de pied), tu le travailleras jamais en karaté (et ça peut être source de mauvaises habitudes quand t te bats dans d’autres sports).

Sur la proximité que les arts martiaux doivent avoir avec la réalité, sur le combat libre, je reste dubitatif. Prenons l’exemple du MMA : il y a certaines règles à ce sport, ce qui en fait un truc différent du close-combat. Si les sports de combat avaient pour but premier l’élimination de la menace (condition absolument nécessaire selon moi pour prétendre faire de la self-défense), ce ne serait plus… amusant. Les AM traditionnels (la plupart) ont certes ce but, mais il n’est pas premier. Le but premier, c’est d’abord l’affrontement.

Par exemple, on peut parfois entendre certains insister sur l’importance du combat au sol et autres. Sauf qu’en combat réel… leur importance diminue beaucoup. Pourquoi ? Parce que souvent, sauf dans les films, les mangas, …, dans les situations où tu vas en venir aux poings dans la rue, tu fais pas du 1 contre 1. Non pas que je dis que les sports de striking sont plus efficaces, mais tu peux pas passer du temps au sol avec ton adversaire dans ce type de cas.

Tout ça pour dire que l’important dans les sports de combat, c’est d’abord les victoires sur soi-même, et le fun qu’on n’y prend.
Ok sur la conclusion.

Pour le sol, mets toi en tête que tu n'est pas seul à vouloir choisir la distance de combat. Du coup, négliger la possibilité de tomber/être accroché par un mec est idiot. D'autant que pour pas tomber, tu dois résister au mec en face, aux obstacles du sol et à la gravité. Ce qui ne signifie pas qu'il est futé de bâtir tout son plan sur l'idée d'amener au sol. Par contre, se relever rapidement est rendu plus facile par la connaissance des techniques au sol.

Des mecs comme Couture en MMA utilisent leur passé de lutteur pour ne pas être amené au sol, et deviennent des strikers assez efficaces.
Come on and Rise / Free your soul / Catch the dream where we all shine (Samael)
Répondre