course à pied

Note : 5

le 15.08.2014 par nenuphar59

13 réponses / Dernière par missnet le 19.11.2014, 10h08

Un forum pour parler fitness, musculation, sport et, d'une manière générale, tout ce qui contribue à une bonne santé physique.
Répondre
Bonjour,

Qui pratique la course à pied ?
Quelle est votre distance favorite ?

Ma première course remontant à moins d'un an, je n'ai pas encore de réponse sur ma distance favorite.

Je sais par contre que j'adore courir en pleine nature, que je préfère les terrains variés, ludiques et techniques ...

J'ai fait 4 courses. 11 km 270D+ m'avait semblé un peu juste. À refaire avec un plus gros dénivelé comme c'est plutôt mon point fort.

Le format semi marathon, petite dénivelée ... Bof. En plus, la boue, c'est mal. C'était bien parce que c'était dans un coin de Bretagne que j'adore ...

Le format 30 km, 800m D+ m'a bien plu. Assez de distance pour avoir plein de terrains et de paysages différents.

Le format marathon, 2000 D+ commence à demander de bonnes capacités à gérer la course, et un entraînement adapté. Je referait sans doute, mais avec une meilleure préparation, et plus de stratégie.

À vrai dire, je suis en train de remettre en cause ma pratique des courses longues distances. Au bout de seulement un an, des douleurs au genoux se sont intensifiées. De par la boxe, j'ai de la puissance dans les jambes et un assez bon cardio pour faire tourner la machine, avec l'habitude de serrer les dents quand ça pique. Seulement, une descente en trail sans technique, avec les muscles fatigués et l'attention qui part, c'est assez traumatisant.

Soit je reviens vers des courtes distances en essayant de trouver des tracés sympa, soit je bosse vraiment la technique de course pour me protéger un peu ...
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Post responsable le 20.08.14, 15h29 par Eloxford

Salut, moi je cours depuis Février.
J'ai commencé à coups de 2km tous les jours / tous les deux jours, mais j'ai ralentis depuis : c'était trop, du moins pour le débutant que j'étais. J'avais besoin de me créer l'habitude et de faire taire la douleur, mais le rythme était épuisant.

Désormais je cours du 3.5 / 4km une à deux fois par semaine. C'est peu, faut que je stabilise à 2 fois par semaine, avec objectif 4km minimum à chaque fois.

J'ai déjà eu l'occasion d'en parler dans un article mais ça m'apporte énormément de bien être, ça élimine incroyablement bien le stress ET la fatigue intellectuelle & physique, ça permet des journées très productives avec un gain d'énergie et de motivation assez dingues. Ca permet de s'oxygéner et de prendre un moment pour soi, où on se coupe de tout pour se plonger dans l'instant, apprécier le paysage et le calme de la ville.

+ la fierté et les bienfaits pour l'amour propre que ça procure
+ l'habituation au dépassement de la zone de confort, pour moi qui suis entrepreneur c'est primordial que je sache affronter l'appréhension et la douleur. Au bout de 6 mois, je vois une différence très nette dans mon tempérament. Je m'en veux d'avoir attendu 31 ans pour faire cette découverte.

Les gens qui ne courent pas loupent vraiment un truc.


Une pépite pour les runners qui lisent l'anglais : ils s'y retrouveront je pense (et c'est drôle, et incroyablement juste et pertinent) : http://theoatmeal.com/comics/running
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Instructif le 20.08.14, 13h00 par Lenny2stras
  • [+2] Like ! le 21.08.14, 11h49 par Marshall Ombre
  • [+1] Tout à fait ! le 19.11.14, 01h01 par missnet

Le comics est génial !

Sa vision du premier marathon est interessante. Après mon marathon, je me suis retrouvé un peu tout paumé... Cet objectif avait pris beaucoup d'espace mental dans ma tête, me semblait une épreuve indépassable, un rite initiatique. Mon père courait sur séminaire, un voisin pompier sur marathon ce qui lui donnait une réputation de fou furieux, et le mythe derrière le marathon avec ce messager qui meurt à l'arrivée.

J'atteins la ligne d'arrivée déprimé, je me suis fait dépasser par des flèches au km 22. L une d'entre elles est sublime. Le joli p'tit cul moulé dans le lycra et le reste à l'avenant, la foulée parfaite, aucune trace d'effort. Le p'tit cul ne me console certainement pas d'être derrière, haletant, douloureux, moche. Un adolescent me dit au km 35 qu'il n'y avait plus personne à l'arrivée que personne n'attend plus. Dans un état de fatigue extrême, je le crois. Je suis rejoint à ce moment là par un mec aussi mal foutu que moi, et encore plus mal équipé alors que le départ d'un trail est un défilé de mode de lycra flux et de chaussettes de compression, toutes marques visibles.

On en est à marcher dans les côtes, clopiner dans les descentes. Il se fera un sprint final pour l'honneur, je n'aurais pas la force. On est dans le premier septième, mais je n'arrive même pas à réaliser. Les flèches qui nous avaient doublées courraient le marathon en relais, et venaient de partir.

Je n'ai senti aucune satisfaction à l'arrivée, au plus une délivrance. Ça, c'est fait. Quoi maintenant ?

Plus jeune je courais les cross l'hiver et le 1000m au printemps.

Je ne cours plus depuis que je suis en banlieue parisienne parce que je trouve l'air pollué et j'ai donc peur que ce soit contre-productif... mais avec les championnats d'Europe qui viennent de se terminer, j'ai envie de me remettre à la piste :D

Mais quelle idée de se lancer sur un marathon !
Pour voir des petits culs en licra, pas besoin de se lancer dans la grosse galère de 42km sur route, qui va demander 6 mois de récupération. :mrgreen:

Suffit de repérer un parc, un lieu bien fréquenté en joggueuses. C'est la mode, elles sont toutes de sortie le dimanche ou les soirs de semaine.

Plus sérieusement, je rejoins FK sur les bienfaits d'une pratique raisonnée. Je pratique aussi régulièrement, 2 à 3 fois par semaine.
Ancien sportif de haut niveau en cyclisme, je reproduis certains shémas, comme notamment s'écouter et sentir en combien de temps le corps récupère ET sur-compense : c'est la clé de la progression.

Autrement dit : si on pratique tous les jours alors qu'on a pas le niveau, on régresse un peu plus à chaque entrainement, le corps n'ayant pas le temps de récupérer.
Si au contraire, on espace trop les sorties, le corps a le temps de récupérer, sur-compenser, puis revenir à l'état normal : on ne progresse pas.

Bref, il faut vraiment marcher au feeling, et voir si l'on se sent mieux sortie après sortie, si au contraire les douleurs s’amplifient, si on arrive pas à augmenter un peu la distance, etc.
Il faut trouver le rythme, la périodicité et le volume qui permettent de pratiquer régulièrement sur le long terme.

Après les bienfaits sont énormes, la créativité et la productivité se ressentent énormément. Perso, j'aime bien me coller un lecteur mp3 sur les oreilles, et c'est fou comme l'esprit se met à divaguer positivement; et je ne compte plus les idées que j'ai eu en courant.

@Achribu : je pratique aussi principalement en trail, c'est plus rigolo, plus varié, et on rencontre vraiment de drôles de choses dans la nature. Un nez à nez avec un sanglier laisse des souvenirs impérissables, et fait relativiser la peur de l'approche d'une jolie poupoune en milieu citadin.
Le truc c'est qu'effectivement ça demande un travail technique pour pouvoir encaisser les descentes caillouteuses, c'est assez traumatisant, les muscles sont secoués dans tous les sens.
Le port de manchons de mollets voir cuisses, c'est plus qu'une mode, c'est assez efficace pour ça.
C'est pas très sexy par contre.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] lol le 21.08.14, 10h10 par Marshall Ombre

Les gars, si vous avez le temps et l'inspi pour des articles de conseils à destination des débutants sur tout ce qui touche la course à pied / ses variantes (conseils, matos, ...), je prends volontiers : je lance la rubrique outdoor / sport / challenges / dépassement de soi sur FTS et je serais pas contre un peu d'aide pour la remplir (surtout qu'à moi tout seul, je vais vite faire le tour de ce que j'ai à partager).


(en fait, je prends tout ce qui trouve sa place dans cette rubrique : activité sportive, plein air, défis et dépassement de soi)

achribu a écrit :Le format marathon, 2000 D+ commence à demander de bonnes capacités à gérer la course, et un entraînement adapté. Je referait sans doute, mais avec une meilleure préparation, et plus de stratégie.

À vrai dire, je suis en train de remettre en cause ma pratique des courses longues distances. Au bout de seulement un an, des douleurs au genoux se sont intensifiées. De par la boxe, j'ai de la puissance dans les jambes et un assez bon cardio pour faire tourner la machine, avec l'habitude de serrer les dents quand ça pique. Seulement, une descente en trail sans technique, avec les muscles fatigués et l'attention qui part, c'est assez traumatisant.

Soit je reviens vers des courtes distances en essayant de trouver des tracés sympa, soit je bosse vraiment la technique de course pour me protéger un peu ...
+1 sur ce constat ! Quand j'étais licencié il y a quelques années et que je m'entraînais à fond, je voulais toujours aller plus loin dans la distance et la difficulté... J'ai donc abordé le sujet des courses plus longues (semi marathon et +) à mon entraîneur...qui m'a vite refroidi ! Il faut, en plus d'une préparation spécifique, un excellent pedigree en course à pied pour pouvoir supporter l'effort que ça demande sans trop de dégâts !

Pour le reste, je privilégiais jadis les courtes distances en extérieur, 4 à 10km, en dénivelé moyen, en privilégiant les parcours souples en nature. Le bitume est une horreur pour mes articulations, je dois mal gérer mes foulées mais c'est vraiment systématique !

Je m'attelais aussi à un peu de piste, à partir de 800m...mais mentalement trop compliqué pour moi.

Désormais, je me limite modestement à 3 sorties par semaines de 35 à 50 minutes, de 6 à 9 kilomètres, sans dépasser une fréquence cardiaque moyenne/minutes de 150 pulsations. Il m'arrive de faire du spécifique, des sprints en cotes ou du fartlek pour gagner un peu en puissance mais de toute façon je ne fais plus de courses à proprement parler...pour l'instant !

FrenchKiss a écrit :Les gars, si vous avez le temps et l'inspi pour des articles de conseils à destination des débutants sur tout ce qui touche la course à pied / ses variantes (conseils, matos, ...), je prends volontiers : je lance la rubrique outdoor / sport / challenges / dépassement de soi sur FTS et je serais pas contre un peu d'aide pour la remplir (surtout qu'à moi tout seul, je vais vite faire le tour de ce que j'ai à partager).


(en fait, je prends tout ce qui trouve sa place dans cette rubrique : activité sportive, plein air, défis et dépassement de soi)
Je peux proposer des idée mais écrire un article de plus de 3 ligne est la limite du possible pour moi, sans parler des fautes d’orthographes.

J'en ai fait en club moi FK (cross + demi-fond) mais je vois pas bien quoi raconter dessus.

Courir seul ça m'ennuie à mourir, par contre en club c'était génial d'avoir des encouragements à chaque compétition/cross (mentalement ça vous évite de craquer) et même à l'entrainement, des gens avec qui courir, une émulation positive, etc.

Et sinon je pense que ça sert à rien de vous lancer sur un marathon si vous savez pas faire un semi, ça sert à rien de vous lancer sur un semi si vous savez pas faire un 10km, ça sert à rien de faire un 10km si vous savez pas faire un cross de 6km, etc.

Ça sert à rien de courir si vous savez pas marcher.

D'ailleurs c'est pas si con, tiens. Si y a bien un truc que j'ai appris à mes dépends, c'est que le type de foulée qu'on a influe grandement sur tout le reste, et ça implique de bien choisir ses chaussures.
Ayant les pieds plats très supinateurs (le pied qui rentre en dedans), je me suis payé de grosses tendinites du tendon rotulien jusqu’à ce que je prenne des chaussures qui compensent la supination.

Salut,
pour ma part, j'ai commencé la course à pied il y a 6 mois, je n'avais pratiquement jamais couru de ma vie et j'avais pour objectif un 10 km dans un mois.

Autant dire que vu comme cela, ça parait difficile, mais je me suis fait violence, j'ai commencé direct avec les séances de 5 km, et j'avoue que j'était totalement épuisé avec la musculation que je faisais en parallèle.

J'ai donc arrêté la musculation pour un mois afin de me concentrer sur la course à pied. J'ai alterné les séance de 2,5 km & 5 km, j'en était à une séance par jour donc la fatigue était omniprésente...

Au bout de deux semaines, j'ai un frère qui s'est marié, tout s'est bien passé, et je suis rentré à 5H du mat. Pourquoi je dis cela ? Parce que j'ai enchaîné une nuit blanche et ma première séance de 10 km, après cela, j'étais clairement épuisé, mais je m'étais prouvé que je pouvais faire un 10 km.

Le reste du mois s'est vu parsemé de séances de 5 km tous les deux jours, et le jour J arrivé, j'ai pas été mécontent de mon temps : environ 54 minutes sur 10 km.

Le plus fou alors que j'écris cela, c'est que je me rends compte que j'ai fait ça en un mois seulement ^^

Sinon pour ma distance préférée, je m'en tiens au 5 km pour le moment, ça me fait 30 minutes de course, c'est simple et efficace :)
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Intéressant le 19.11.14, 01h06 par missnet

Pas de course à pied, mais je voulais en profiter pour rappeler que la marche peut être très bien aussi, et sans doute plus intense dans les bons endroits. Évidemment en plein cœur de Paris c'est un peu hors de propos, mais ceux qui ont la chance d'habiter pas trop loin de la nature ou qui peuvent se déplacer facilement, une bonne marche sur un terrain un peu difficile remplace bien le footing.
Particulièrement les terrains escarpés, qui musclent le dos et les abdos.

Après, pour les plus motivés, il y a toujours la possibilité de faire de la randonnée. Le format randonnée dans la journée s'est pas mal développé en France ces dernières années, ça permet d'occuper un dimanche, tu montes la montagne, pic-nic en haut, redescente, sans avoir à te lancer sur des parcours d'une semaine avec un fourbi sur le dos.
Et si c'est votre truc, de nombreuses associations proposent des parcours à thème. Culture, découverte, etc.

Mais sans aller jusque là, pour rester dans une durée compatible avec la course, si vous avez des collines près de chez vous, 20 minutes de montée et 20 minutes de descente par les sentiers, ça fait le boulot :)
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Forke stp le 17.11.14, 14h34 par FK
  • [0] 100% d'accord le 17.11.14, 16h10 par Leocel

je cours un peu, au moins une fois par semaine et je me retrouve dans le message de frenchkiss

le plaisir pour moi est de pouvoir me dépasser, je me fixe des petits objectifs et quand j'y arrive j'éprouve une petite satisfaction

là je suis un peu bloquée, j'attends mes semelles (syndrome de l'essuie-glace) pour que je puisse reprendre dès ce week-end et me racheter de nouvelles baskets à cause de ce souci, les miennes sont mortes pfff

Répondre