La tromperie permet-elle de mieux aimer ?

Note : 38

le 28.11.2019 par Fred23

46 réponses / Dernière par Fred23 le 12.12.2019, 22h31

C'était plus simple du temps de papa & maman. Pour celles et ceux qui veulent échanger autour de la vie de couple et des relations, et des différentes formes que tout ça peut prendre. Polyamour ou monogamie, relations libres, jalousie, engueulades dans la cuisine, routine, infidélité, la totale.
Fred23 a écrit :
01.12.19
D'ailleurs, je n'ai pas la moindre envie que ma conjointe écarte les jambes dans le but d'avoir la paix.

C'est pour ça que j'ai décidé de ne plus initier aucun rapport sexuel avec elle, et d'essayer de créer les conditions nécessaires à ce que ce soit elle qui en demande.

1ère étape : lui faire reprendre confiance en son corps par perte de poids (j'ai fini par comprendre que c'est quelque chose qui la bloque).

Parce que, savoir qu'elle le fait simplement par obligation, c'est quelque chose qui me bloque totalement.

J'ai décidé que ce sera elle qui initiera tout désormais, ou sinon ça veut dire qu'on n'est plus vraiment un couple de ce point de vue là.
En fait, si ta copine et toi êtes prêts à communiquer, mais vraiment, et à écouter l'un l'autre, alors ton projet a de très grandes chances de succès. Par contre, il faut aussi que ta copine qui a des blocages, veuille faire les démarches par elle-même pour aller mieux. Tu ne peux juste que l'assister.
Le voyage est court. Essayons de le faire en première classe.

Philippe Noiret

[
En fait, si ta copine et toi êtes prêts à communiquer


Encore faudrait il qu'elle ait conscience qu'il y a un problème. ^^

J'ai pas le cran de rendre explicite tout ce qui est implicite, et qu'elle comprendrait si elle faisait un peu attention à ce que je ressens et aux signes que je montre. Je veux pas lui dire " Tu ne m'excites plus, on a perdu quelque chose, je veux me taper d'autres meufs mais je ne le ferai pas car je veux sauver notre relation/ j'ai pas les couilles de le faire".

Je trouve que la com dans un couple est avant tout implicite. Dans une relation sérieuse, la personne trompée devrait être capable de déceler les signes chez l'autre et qui montrent que quelque chose ne va pas.

Et si elle fait l'aveugle, c'est soit qu'elle s'en fout, soit qu'elle a peur de regarder la vérité en face, soit qu'elle se désintéresse de cela.

Franchement, après 8 ans passés ensemble, elle devrait me connaitre comme sa poche et faire un peu attention aux signes qu'elle devrait déceler. Je devrais pas avoir à tout dire cash comme ça. Elle devrait faire attention à moi.


C'est une situation assez commune malheureusement, quand l'un des 2 va mal et que l'autre s'en fout à un point qu'il ne s'en est même pas aperçu. Faut pas s'étonner après que ça pète.

Non, ma démarche sera d'améliorer mon couple.

Et tant pis si pour cela il faut qu'elle se sente à nouveau désirable auprès d'autres mecs pour qu'un jour la tentation lui vienne aussi et qu'elle comprenne enfin ce que je ressens...

Mais vraiment, un fossé s'est creusé entre nous sans même qu'elle s'en aperçoive.

Ca reflète bien un motif de rupture des couples d'aujourd'hui, qui est souvent incompris par la personne trompée dans ce cas-là.

Plus généralement, je trouve ce topic profitable aux ftsiens : il est probable qu'on se retrouve tous dans cette situation un jour ou l'autre. Peut-être que lire l'avis d'une personne tentée par la tromperie vous aidera si un jour vous êtes dans cette situation. D'un côté ou l'autre.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [0] Pas convaincu le 02.12.19, 08h17 par Onmyoji

Fred23 a écrit :
01.12.19
D'ailleurs au bout d'un certain nombre d'années, ce n'est pas très surprenant que le désir se soit estompé. C'est comme de voir une très belle femme devant soi : quand on n'a pas couché avec elle, l'envie est à 100% grâce à l'inconnue, au mystère etc, mais au bout de x fois à baiser...
Il y a plein de raisons biologiques et psychologiques à ça. OK.
Maintenant, tu as quelques manières de réagir qui n'impliquent pas la tromperie.
Et qui ne sont pas plus mauvaises.
La vie de couple étant ce qu'elle est, peut-être que sa femme lui convient parfaitement sur de nombreux plans, mais qu'au niveau sexuel et affectif il a été déçu, a perdu son envie pour des raisons ou d'autres.
Ca peut sembler paradoxal, mais même si l'autre nous déçoit sur certains plans dont sexuel (le plus souvent), il y a beaucoup d'autres aspects où il nous satisfait pleinement : et puis on ne quitte pas comme ça quelqu'un avec qui on a tant partagé. Personnellement je comprends pas comment font ceux qui quittent du jour au lendemain quelqu'un avec qui ils ont vécu 5/10/15 ans : je n'ai pas la moindre envie qu'elle sorte de ma vie et je souhaite rester avec elle car elle est devenue très importante pour moi.
Oui. Mais là encore, ce que je lis, c'est quelque chose de centré sur la personne qui trompe. Ne pas vouloir perdre, c'est légitime. Certes, elle compte beaucoup, elle n'est pas "remplaçable" pour cette série d'expérience qu'on a partagé avec elle. La perdre, c'est renoncer à quelque chose qui fait partie de nous. OUI.
Cependant, la vie est une question de choix. Si on veut être honnête avec sa partenaire, ce n'est pas un choix de la tromper, donc si on ne veut pas la perdre, ou perdre "ce qu'elle nous apporte" (ce qui est substantiellement différent, en situation c'est lié à elle, mais elle pourrait potentiellement être remplacée par quelqu'un qui nous apporte "tout", puisque c'est ce qui compte), il faut trouver une autre solution pour avoir ce que l'on veut sur les autres plans.
Personnellement je m'inscris dans une démarche de chercher ce qui peut relancer le désir avec ma partenaire. Mais tromper ou essayer de relancer le désir relève du choix propre de chacun.
ah mais je ne dis pas le contraire. Mais ça reste un choix malhonnête, unilatéral, irrespectueux envers sa partenaire. Encore une fois, pas dans l'optique "c'est pas moral de tromper", juste dans le contrat tacite qui lie deux personnes dans une relation.

[/quote]
Oui et puis il y a le côté affectif qui rentre en jeux. Perso je ne me verrais pas une seule seconde de dire à ma copine "écoute ce soir je vais rentrer tard, tu peux sortir avec un mec et plus si affinités". Ca me mettrait clairement mal à l'aise, mais cela dépend sûrement de si les 2 partenaires sont à l'aise avec ça, si leur relation s'y prête etc... On s'orientera donc vers la tromperie si la relation ne crée pas les conditions propices à ce type d'échanges.
[/quote]
Tu vois, c'est exactement ce que je dis. Pour ton côté affectif ça te met mal à l'aise. Imagine la elle. Pourtant, tu réfléchis à prendre cette option. C'est déséquilibré. Ce n'est pas la relation qui ne crée pas les conditions propices à ce type d'échange. C'est clairement toi qui t'y refuse, ta femme serait peut-être ravie. Ta femme serait sans doute ravie que tu échanges avec elle sur des tas de sujets que tu te refuses à aborder, ne serait-ce que parce que cela montre de la confiance en elle. Ou parce que ça lui oterait aussi un point qu'elle a et parce qu'à l'intérieur, elle a peut-être un questionnement similaire sur comment faire évoluer la situation.
A mon sens, ceux qui avancent l'argument (on a un emprunt, on est proprio, on a un gosse etc) se font des illusions : un emprunt ça se rembourse avec la vente d'un bien, et un gosse ça préfère des parents séparés qui s'entendent bien qu'ensemble et avec un climat familial destructeur...
Pour avoir vécu ce type d'ambiance familiale : un peu de discussions permettra aux parents de comprendre qu'il vaut mieux être séparés et en bon termes qu'ensemble avec un climat malsain, voire violent...

Pour moi ce n'est qu'un moyen de se voiler la face.
Pas nécessairement. Un gosse, ça a beau vivre dans une bonne ambiance avec des parents qui vivent chacun de leur côté, ça se demande aussi pourquoi Papa et Maman peuvent pas être avec lui tous les deux en même temps. Pourquoi son bonheur peut pas être complet. Ce moment où tu es parfaitement heureux avec l'un de tes parents, et tu te rends compte que tu voudrais plus que tout avoir ton autre parent là aussi. Et que tu voudrais qu'il te reconnaisse et voir l'amour dans ses yeux. Et l'amour envers ton autre parent.
Faut pas croire, les enfants sont des êtres bien plus complexes que la simple sustentation des besoins ne suffit à satisfaire. Ils ont besoin de chaleur, de présence, de choses construites, élaborées. Pas juste de la présence de l'un puis de l'autre. Même si les parents sont bien plus heureux comme ça.
Tu n'es sans doute pas un enfant en bas âge, ou un enfant qui au contraire malgré son adolescence et une compréhension aigue des choses, vit dans l'illusion que tout va bien pour sa famille. Tu penses aussi que tout dysfonctionnement ne se traduit forcément que par un climat malsain, alors que beaucoup de gens internalisent sans pour autant que ça se retraduise au niveau de leur partenaire ou leur famille. Ils sont bloqués, "la mort dans l'âme".
Mais à l'extérieur, ils paraissent parfaitement heureux.

J'ai été à cette place, sûrement à un âge bien avant la raison, même pour moi. Aujourd'hui comme adulte, j'ai vu beaucoup d'amis qui se sont séparés dans cette optique, avec des enfants qui en apparence gèrent bien, mais qui parfois montrent les mêmes signes que moi.
ça change une vie, définitivement. Les enfants de divorcés sont plus susceptibles de divorcer. Pas juste par "la valeur de l'exemple".
Certainement aussi parce que ça casse un truc. Il ne faut pas se leurrer.
Ce n'est pas leur faire un bien en évitant une ambiance pourrie qui n'existait pas forcément.
Je vois d'ailleurs que dans toutes les crises de couple que j'ai pu traverser, je n'ai définitivement pas le même comportement qu'aucun de mes potes qui a vécu dans une famille stable. Ce n'est pas une excuse que je me fais, il y a bien des raisons sous-jacentes à ça, que je n'ai pas appris à bien gérer.
En outre, tu peux très bien te sentir incomplet avec ta partenaire, sans pour autant que ça se passe mal. Tu peux avoir un besoin sur certains plans (mais bizarrement, c'est souvent pour des histoires de cul que la question se pose), mais sans que l'ambiance entre vous soit dégradée, toxique. Tu pourrais parfaitement avoir une famille heureuse.
Alors, certes, vaut mieux ça que de s'écharper devant eux, mais pour ma part, vu qu'en dehors de ça la situation n'était pas toxique (violence), je pense qu'en rester sur une situation de constat d'un désaccord soi-disant insoluble n'était pas une solution. Qu'il y avait de la marge de manoeuvre pour essayer d'être une famille, si chacun se remettait en question dans ses besoins et sa manière de faire, de considérer l'autre.
Et j'aurais pas voulu pour autant que l'un de mes parents trompe l'autre pour m'épargner.
Les raisons physiques sont des camouflages aux raisons pour lesquelles on reste : que l'autre est important pour nous, parfois au point qu'on est prêts à faire l'impasse (du moins officiellement) sur certaines choses.
ça c'est ta vision. Pour d'autres, ils quitteraient volontiers leur partenaire car l'amour n'est plus là, mais restent bloqués pour d'autres raisons, comme les enfants.
Même en disant ce que j'ai dit, ce n'est pas une bonne situation, j'en conviens.
Pour moi, ce que tu dis s'applique quand tu mets en balance ton amour et ton besoin insatisfait, et que tu cherches des choses auxquelles te raccrocher pour ne pas partir.
Oui mais si on a l'intention de mieux aimer ? N'est-ce pas le début d'un cheminement pour découvrir son couple d'une autre façon ?
Si tu as l'intention de mieux aimer, ne peux-tu pas le faire dans ta relation? Explorer tout ce qui peut l'être autour de ta partenaire.
Cette intention, n'est-ce pas un alibi que tu te donnes?
Qu'est ce qui te fait croire qu'aller séduire ou baiser une autre femme, ça va plus te faire aimer celle-ci? ça va juste t'enlever le poids de ton manque avec celle-ci, donc te rendre plus heureux, donc te permettre de donner libre cours à tes sentiments pour elle, pas entravés par un besoin. Mais ce n'est qu'une dérivation. ça ne mettra pas en relief ce qu'elle fait déjà pour toi. ça tu le sais déjà de toute manière. ça t'empêchera juste de le mettre en balance avec ce qu'elle ne fait pas pour toi.
Quand tu vois une enième chose qui t'énerve chez lui/ elle, et que tu te dis que tu trouverais mieux ailleurs, quand tu as l'impression qu'il/ elle ne fait pas d'effort et que ça commence à te gonfler, je pense que ça peut être un élément déclencheur dans certains cas.
Oui, mais ça, ça montre peut-être qu'en réalité, tu n'aimes pas la personne qu'elle est réellement (on met souvent des années à être ce qu'on est vraiment en couple)
Encore une fois cela peut être un choix assumé ou non de ne pas renoncer à ce qu'on a : donc, quelque part, c'est qu'on n'est pas si malheureux que ça.
Pas malheureux, ou pas assez courageux pour risquer de le perdre, ou trop égoïste.
Tu vois si je devais faire ma liste [...]
Tu vois, au final ce qui te manque c'est du sexe, de la compréhension, et forcément, de la nouveauté.
Et évidemment tu as de l'attachement, et tu ne veux pas la perdre ou la faire souffrir, mais d'un autre côté, tu ne la trouves plus si bien que ça.
Peut-être que tu devrais la laisser partir pour qu'elle soit vraiment aimée par un homme. Ou alors, peut-être que tu devrais te remettre en question aussi, redécouvrir chez elle ce qui t'a fait l'aimer. Parce que même si l'on est sensible à des milliers de choses et qu'il y a différentes cordes pour nous faire vibrer, au final, on aime souvent des femmes qui ont un noyau similaire.
Ce que tu trouves comme atout chez les autres, tu as juste oublié où tu le trouvais chez elle, ou alors ta frustration le masque.
En définitive il y a sûrement trop de données pour prendre une décision
C'est ce qu'on se dit souvent pour ne pas la prendre. Alors que c'est très simple. Tu es insatisfait, tu dois agir, certes. Maintenant, vas-tu prendre le chemin difficile de l'aimer malgré tout, en essayant d'avoir ce que tu veux, souffrir en silence par peur de la perdre, ou la tromper pour une raison ou une autre.
Hydrogene a écrit :
01.12.19
Il y a certainement un tas de choses inexplicables dont les changements hormonaux qui font arriver à cette situation. Je crois aussi que nous la majorité mecs, nous sommes dictés par notre envie sexuelle, quand la majeur partie des femmes s'y désintéressent rapidement (ET c'est seulement mon avis basé sur mes observations et retours) du moment qu'elles ont eu ce qu'elles voulaient, c'est-à-dire la famille.
C'est aussi un constat que je croyais pouvoir faire, mais c'est depuis ma vision de mec. Sans vouloir faire mon féministe (loin de moi cette idée là;)), tu sais très bien que quand on les écoute, beaucoup de femmes sont insatisfaites au lit. Suffit pas de leur mettre un coup tous les jours pour qu'elles soient contentes. Elles disent souvent que c'est pas important pour pas mettre en abîme leur manque, mais un peu plaisir ça leur suffit pas. Il leur faut jouir aussi. Et puis, on va pas se leurrer, au quotidien, beaucoup n'ont même pas ce plaisir.
Après, bien sûr, ce dont tu parles, la nana qui se met en berne parce qu'elle a sa famille, qu'elle s'est transformée en maman, sans retour en arrière possible parce que dans sa vision, la maman et la jeune fille qui baise, ça ne coexiste pas, ça existe aussi, j'en conviens. Mais pourtant, quand la rupture survient souvent (je connais quelques mecs qui ont été dans cette situation),
elles finissent par se réveiller à leur vie de femme. Ce qui signifie qu'il ne faut pas nécessairement un déclic aussi violent pour ça.
Comme je l'écrivais dans mon premier message, quel est la définition de la tromperie? Est-ce que penser au petit cul de la nouvelle secrétaire de sa boîte pendant qu'on fait sa fête à bobonne est de la tromperie? Je crois Ca serait beau en effet d'être the one dans tous les domaines pour sa femme, mais il ne faut pas se voiler la face.
Certainement qu'il se soulage. Mais il soulage aussi sa femme qui n'a pas de mec qui lui demande quotidiennement de le satisfaire.
Comme quoi, elle ne manque pas tant de désir. Après, si elle ne lui fait plus ce qu'il aime, c'est sans doute parce qu'elle a perdu le goût de lui donner, sans doute parce qu'elle ne reçoit pas assez de son côté.
Après pour la tromperie, c'est assez simple, c'est ne pas respecter son contrat avec l'autre. Penser à quelqu'un pendant qu'on baise quelqu'un d'autre, ça relève de trucs pas toujours contrôlés, du fantasme, je mettrais pas ça sur le même plan.
Il y a la théorie à l'eau de rose et la réalité de la vie avec les problèmes (ex: stress au boulot, carrière, santé, etc.) de la vie qui sont une composante importante dans l'équilibre du couple et des acteurs.
Je ne crois pas être dans la théorie à l'eau de rose, même si je ne suis pas d'accord avec toi. Ce dont tu parles, je l'ai connu. En fait, je ne serais pas ici si je n'avais pas vécu une série de relations dysfonctionnelles ou insatisfaisantes. Mais on est tous stressés, on a tous du boulot. Moi ce que je vois, c'est que parfois, j'ai laissé ça me bouffer jusqu'à ne plus occuper mon rôle de partenaire pour mon autre. Parfois non. Pourquoi? Parfois l'autre tolère, ou t'épaule, parfois non. Pourquoi? Qu'est-ce qui fait que ça marche ou pas? J'ai pas de réponse, mais je me dis que ça tient beaucoup à une chose:
une conviction de faire les choses "pour l'autre", quand on fait les choses pour soi. Ne pas faillir au taf pour ne pas baisser dans le regard de l'autre, quand en fait on ne fait que s'accrocher à sa position*.
Tromper l'autre pour l'épargner. C'est un peu ironique quand même. Dans la réalité de la vie, un trompé n'est pas épargné; il en souffrirait. Donc ça c'est la théorie, si tu me permets. Pour le reste, je suis bien conscient de la vie et ses difficultés.

*(qui certes à un impact dans notre relation, certaines femmes ne supportant pas de voir leur mec déchoir, mais bon, dans ce cas, c'est moins toi qu'elles aiment que ta CSP, et même si c'est un intrinsèque de l'attraction, aujourd'hui je me dis qu'il vaut mieux avoir séduit en étant dénué de tout, pour qu'on te voit à nu et au plus mal, qu'au mieux avec tout ce qui peut te rendre plus attirant. Parce que quand ça disparait il ne reste que des choses qui ne sont pas forcément ce qu'on aime le plus chez toi).

C'est délicat comme sujet. Pour l'avoir amorcé une fois avec une ex (parce que je voulais tester ce concept), il faut que l'idée fasse sont chemin quand la personne en face est déjà bien comme ça. Il faut encore qu'elle accepte. En plus, avec les gamins au milieu. Je n'en ai pas parlé avec lui mais je ne crois pas que c'était une option. N'oublions pas qu'il aime sa femme. Ca pèche juste au niveau relations sexuelles. TOUT le reste va.
Il aime sa femme, donc il ne veut pas la partager. ok. Mais il ne veut pas qu'elle, elle puisse se satisfaire. Ou pas sans lui. Encore, ton ami reste assez logique, parce que lui il paie vraiment pour du sexe et que ça. Quand tu dis "quand la personne en face est déjà bien comme ça", tu oublies que de la même manière que ton ami a son masque de "mon couple est parfait et je suis le plus heureux des hommes", sa femme porte sans doute le même, la mort dans l'âme aussi. Les femmes sont plus douées encore que nous pour porter des masques, parce que culturellement, on leur apprend à ne pas mettre en avant leurs envies, à rester humbles, modestes, à ne pas s'affirmer. Elle dissimule sans doute très bien son insatisfaction.
Aborde le sujet du cul avec elle, et tu pourrais ouvrir une boite dont tu ne verrais pas le fond.
Je crois que c'est compliqué d'avoir la bonne solution surtout quand on ne vit pas cette situation au quotidien (qui, à mon avis, et le pain quotidien de la plupart des couples). Je ne connais pas tout de leur vie, même si je connais la famille. Possible qu'elle était là pour lui quand il en avait besoin, et inversement. Et ça, ça n'a pas de prix. Parce que la vie peut être parfois méchante et compliquée pour certains.
Oui, mais encore une fois tu ne veux pas perdre quelqu'un qui t'es essentiel.
Et en gros, tu veux recomposer une relation en patchant plusieurs femmes, plutôt qu'avoir une relation complète parce que tu n'y arrives pas (le Tu est générique).
Perlambre a écrit :
01.12.19
En fait, la situation du copain d'Hydrogene est commune à ceux qui dépassent 10-15 ans de couple monogame.

Si je me base sur les confidences de mes copines quadras en couple :
- il y a celles qui savent que leur mec va voir ailleurs et ça leur convient parce que plus obligée d'écarter les cuisses pour le "devoir conjugal"
Et si elles prenaient leur pied, elles se sentiraient obligées? C'est une vraie question, pas un sarcasme. Ont-elles vraiment atteint une absence de désir si forte qu'elles n'ont plus besoin de ressentir du plaisir physique, ou c'est juste qu'elles ne prennent plus de plaisir parce qu'il n'y a plus rien de nouveau. Aussi, dans ce cas, ne seraient-elles pas mieux dans une relation libre ou libertine?
- celles qui se la jouent martyres pour le bien des enfants et profitent au passage d'une vie agréable
ça n'enlève pas que si tu es insatisfait, même s'il y a un ensemble d'avantages qu'on a bien listés comme la sécurité de l'autre, etc, tu peux avoir un manque.
Je n'y vois pas l'hypocrisie que tu sembles mettre en avant.
- celles dont le mec a perdu toute libido alors que la leur flambe et qui vont donc prendre leur pied ailleurs
Qui sont donc les sujets de notre discussion. Pourquoi ne cherchent-elles pas à fonctionner avec leur mec? Solution de facilité? Pourquoi ne cherchent-elles pas une relation complète ailleurs?
Plein de raisons font qu'elles restent, que leurs mecs restent aussi.
Un dénominateur commun, la famille certainement mais aussi un solide lien amical avec celui/celle qui un jour a été amant/te. Ils savent qu'ils peuvent compter l'un sur l'autre.
On en revient à faire de vrais choix. Pas fromage ou dessert, mais "est-ce que mon envie doit me coûter quelqu'un pour qui j'ai de l'affection?". On cherche à prendre la troisième option, mais je ne crois pas que ce soit juste envers l'autre (même si certaines personnes qui ont perdu toute estime d'elles-mêmes préfèreraient être trompées pour rester avec l'autre. être trompée, plutôt qu'être en relation libre...).

Encore une fois, je ne fais pas de morale. Mais pour avoir été dans ces situations de nombreuses fois, j'en suis toujours venu à la conclusion que ne plus aimer l'autre, malgré l'affection, ou se sentir incomplet malgré un certain amour, n'est pas le terreau propice à une relation. Alors peut-être que je me fourvoie et qu'une relation complète est exceptionnelle, et que le reste d'entre nous sommes condamnés à errer de relations incomplètes en relations incomplètes ou trouver le meilleur partenaire qui puisse nous satisfaire et faire avec en trouvant ou non quelques solutions d'appoint pour le reste.
Mais l'honnêteté et la responsabilité individuelle sont des valeurs auxquelles je crois, je ne veux pas agir contre.
Ceci n'est pas une citation inspirante

Fred23 a écrit :
01.12.19
C'est pour ça que j'ai décidé de ne plus initier aucun rapport sexuel avec elle, et d'essayer de créer les conditions nécessaires à ce que ce soit elle qui en demande.
[...]
J'ai décidé que ce sera elle qui initiera tout désormais, ou sinon ça veut dire qu'on n'est plus vraiment un couple de ce point de vue là.
De ce que je lis, c'est que tu mets tout le problème à son niveau, et toute la responsabilité sur elle.
Elle doit changer, elle doit évoluer, elle doit revenir.
Déjà, si quand elle redevient désirable, tu la baisais sérieusement pour lui montrer qu'elle l'est, ça la motiverait sans doute.
Ensuite, quelque chose me dit que tu ne cherches pas à savoir pourquoi elle, elle ne te désire plus, en dehors du fait que ne pas se sentir désirable la bloque. Communiquer avec elle ne se résume pas à l'aider à changer pour mieux te convenir. Mais aussi à savoir ce qui lui manque à elle.
Fred23 a écrit :
02.12.19
Encore faudrait il qu'elle ait conscience qu'il y a un problème. ^^
Il y a un dicton américain qui dit "Poor communication kills". C'est vérifié maintes fois au cours de l'Histoire et quotidiennement. Que ce soit des gens ou des relations...
Elle ne lit pas dans le marc de café, surtout si tu te fais fort de ne pas lui en dire un mot pour ne pas la vexer. Tu dis montrer des signes, mais dans le quotidien et l'habitude de toi, si tu n'as jamais rendu ces signes explicites, que peut-elle en comprendre.

Je veux pas lui dire " Tu ne m'excites plus, on a perdu quelque chose, je veux me taper d'autres meufs mais je ne le ferai pas car je veux sauver notre relation/ j'ai pas les couilles de le faire".
"Tu m'excites plus" et "Je veux me taper d'autres meufs",
ce sont deux problèmes différents. Je pense que le second subsisterait même sans le premier, même si tu passerais plus facilement dessus. C'est un problème en soi.
Pour le premier, tu peux lui communiquer, même si pas aussi abruptement.
Je trouve que la com dans un couple est avant tout implicite.
D'où la moitié des divorces;)
Dans une relation sérieuse, la personne trompée devrait être capable de déceler les signes chez l'autre et qui montrent que quelque chose ne va pas.
Non, là c'est une vision bien pratique des choses qui te dédouane.
C'est pas à l'autre de lire dans ta tête, si tu lui montres que tout est parfait, et que par ailleurs tout va bien. Si en plus le changement dans votre vie sexuelle est graduelle, rien ne lui dit que quelque chose ne va pas. Pour elle, vous êtes dans cette situation parce que vous y êtes arrivés à deux, elle ne t'y force pas. Et si ça se trouve, de son côté, son comportement est aussi dicté par des choses qui ne vont pas.
Et si elle fait l'aveugle, c'est soit qu'elle s'en fout, soit qu'elle a peur de regarder la vérité en face, soit qu'elle se désintéresse de cela.
Encore une fois, c'est bien pratique, tu trouves toutes les raisons de l'accuser, mais où est ta responsabilité dans tout ça? Dans ta lâcheté? Dans ton amour qui te "force" à la préserver?
Je te fais pas la morale, mais tu es responsable de toi-même et de ton comportement. De ce que tu choisis de dire ou non. Les autres ne pensent pas comme nous, même nos proches, même nos amours.
Tu ne peux pas sérieusement exiger de quelqu'un qu'il soit devin, et lui reprocher de ne pas l'être.
Franchement, après 8 ans passés ensemble, elle devrait me connaitre comme sa poche et faire un peu attention aux signes qu'elle devrait déceler. Je devrais pas avoir à tout dire cash comme ça. Elle devrait faire attention à moi.
8 ans à ne pas exprimer ce qui ne va pas? Tu te sens incompris, mais est-ce que tu as essayé de parler? C'est décevant que l'autre ne soit pas une deuxième partie de nous, connectée à nos émotions, mais déjà en parlant, c'est difficile d'être compris. Alors en fermant sa gueule, n'y compte pas.
C'est une situation assez commune malheureusement, quand l'un des 2 va mal et que l'autre s'en fout à un point qu'il ne s'en est même pas aperçu. Faut pas s'étonner après que ça pète.
Rien te dit qu'elle s'en foutrait. Tu fais un reproche basé sur une hypothèse de ce qu'elle pense et ressent. Pas sur sa réalité. Tu ne peux même pas dire que c'est ce que tu perçois, puisque son attitude est basée sur sa perception que tout va bien, puisqu'elle ne sait pas que tu vas mal.
Non, ma démarche sera d'améliorer mon couple.

Et tant pis si pour cela il faut qu'elle se sente à nouveau désirable auprès d'autres mecs pour qu'un jour la tentation lui vienne aussi et qu'elle comprenne enfin ce que je ressens...
On revient à "j'ai envie de me taper d'autres nanas". Qui est à mon avis le fond du problème. Qui fait que tu le tais, pour en arriver à la situation où "déçu" par ces "grains de sable", tu seras "poussé par l'autre à la faute".
Encore un moyen de se déresponsabiliser.
Mais vraiment, un fossé s'est creusé entre nous sans même qu'elle s'en aperçoive.
Si le fossé est dans ton jardin, derrière la haie, qu'est-ce qu'elle en sait?

Ton questionnement est légitime.

Il y a sans doute pas mal à faire.
Mais examine bien tes motivations réelles, au-delà de ton couple.
Et dis toi que tu gagneras plus à communiquer, même si ça te met en danger, si tu veux réellement sauver ton couple. à moins que tu saches que ça le détruira forcément, mais dans ce cas, on en revient à l'égoïsme, vouloir préserver quelque chose qui nous sied, tout en enlevant à l'autre son choix de vivre une vie "réelle" dans une relation vraie et pas entâchée de tromperie.

C'est dur à lire, mais l'autre a aussi le droit d'être heureux, et que son bonheur ne soit pas illusoire. Même si ce n'est pas avec toi.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] En effet le 02.12.19, 19h10 par Perlambre
  • [+2] Pertinent le 08.12.19, 10h16 par Alniyat
Ceci n'est pas une citation inspirante

Il y a plein de raisons biologiques et psychologiques à ça. OK.
Maintenant, tu as quelques manières de réagir qui n'impliquent pas la tromperie.
Et qui ne sont pas plus mauvaises.
Je ne dis pas le contraire, mais le choix va dépendre des circonstances, de l’état d’esprit, de la lucidité, etc… Les bons choix ne sont pas toujours les plus évidents.

Oui. Mais là encore, ce que je lis, c'est quelque chose de centré sur la personne qui trompe. Ne pas vouloir perdre, c'est légitime. Certes, elle compte beaucoup, elle n'est pas "remplaçable" pour cette série d'expérience qu'on a partagé avec elle. La perdre, c'est renoncer à quelque chose qui fait partie de nous. OUI.
Cependant, la vie est une question de choix. Si on veut être honnête avec sa partenaire, ce n'est pas un choix de la tromper,
Tout dépend de la personne : certaines le font sciemment, d’autres non.

donc si on ne veut pas la perdre, ou perdre "ce qu'elle nous apporte" (ce qui est substantiellement différent, en situation c'est lié à elle, mais elle pourrait potentiellement être remplacée par quelqu'un qui nous apporte "tout", puisque c'est ce qui compte),

Là tu sembles faire référence à un aspect matériel (elle/ il apporte de la sécurité, du confort etc…), mais moi je parle de la personne en elle-même.

ah mais je ne dis pas le contraire. Mais ça reste un choix malhonnête, unilatéral, irrespectueux envers sa partenaire. Encore une fois, pas dans l'optique "c'est pas moral de tromper", juste dans le contrat tacite qui lie deux personnes dans une relation.
Parce que c’est respectueux de ne pas faire attention à l’autre ? De faire comme si on était plus des espèces de colocs qu’un couple ?



Tu vois, c'est exactement ce que je dis. Pour ton côté affectif ça te met mal à l'aise. Imagine la elle. Pourtant, tu réfléchis à prendre cette option. C'est déséquilibré. Ce n'est pas la relation qui ne crée pas les conditions propices à ce type d'échange. C'est clairement toi qui t'y refuse, ta femme serait peut-être ravie.
Je peux t’assurer qu’elle ne comprendrait même pas de quoi je lui parle.
Je me refuse à détruire bêtement ce qu’on a construit, sans chercher une solution, en lui disant des paroles qui vont la blesser (voire la détruire) et remettre en cause notre couple. C’est pas du tout mon but.

Si j’étais cash, elle comprendrait « je suis moche, je l’attire plus, il ne m’aime plus etc… » Je préfère qu’on fasse un chemin ensemble pour qu’il y ait peu à peu une prise de conscience, mais entre la théorie et la réalité ce n’est pas aussi facile.

Ce n’est pas seulement du côté affectif que ça me met mal à l’aise : j’ai pas l’intention de la tromper, je sais que je ne le ferai pas volontairement, mais on ne sait jamais ce qu’il peut se produire dans la vie.

Ta femme serait sans doute ravie que tu échanges avec elle sur des tas de sujets que tu te refuses à aborder, ne serait-ce que parce que cela montre de la confiance en elle. Ou parce que ça lui oterait aussi un point qu'elle a et parce qu'à l'intérieur, elle a peut-être un questionnement similaire sur comment faire évoluer la situation.
Ca ne me dérangerait pas de parler de ces sujets avec elle, mais ça me met mal à l’aise de les aborder de moi-même.

J’ai déjà réussi à lui faire comprendre (en douceur hein, pas comme un bourrin) qu’on (j’ai bien dit « on ») avait un problème d’alimentation, et qu’il était nécessaire qu’on progresse à ce sujet.

Lorsqu’elle sera plus mince, j’imagine qu’elle aura davantage confiance en elle et que le moment sera plus propice à discuter sans qu’elle le prenne mal.



Pas nécessairement. Un gosse, ça a beau vivre dans une bonne ambiance avec des parents qui vivent chacun de leur côté, ça se demande aussi pourquoi Papa et Maman peuvent pas être avec lui tous les deux en même temps. Pourquoi son bonheur peut pas être complet.


Je me souviens que la séparation entre mes parents ne m’avaient pas été si difficile que ça à digérer, car on m’avait expliqué les choses.

C’est quand j’ai assisté à la dégradation de l’ambiance familiale et que j’ai assisté à de multiples séparations qui ont suivi que ça m’a mit un coup au moral.

C’est sûr que ce serait plus beau si tout pouvait toujours être parfait, mais des fois ce n’est pas possible.

Ce moment où tu es parfaitement heureux avec l'un de tes parents, et tu te rends compte que tu voudrais plus que tout avoir ton autre parent là aussi. Et que tu voudrais qu'il te reconnaisse et voir l'amour dans ses yeux. Et l'amour envers ton autre parent.
Faut pas croire, les enfants sont des êtres bien plus complexes que la simple sustentation des besoins ne suffit à satisfaire. Ils ont besoin de chaleur, de présence, de choses construites, élaborées. Pas juste de la présence de l'un puis de l'autre. Même si les parents sont bien plus heureux comme ça.
Ils ont surtout besoin d’un climat sain, sans violence et où les 2 parents sont toujours présents pour eux, indépendamment du couple qu’ils ont formé.

Tu n'es sans doute pas un enfant en bas âge, ou un enfant qui au contraire malgré son adolescence et une compréhension aigue des choses, vit dans l'illusion que tout va bien pour sa famille.

Je l’ai été, je sais à quel point c’est destructeur.

Tu penses aussi que tout dysfonctionnement ne se traduit forcément que par un climat malsain, alors que beaucoup de gens internalisent sans pour autant que ça se retraduise au niveau de leur partenaire ou leur famille. Ils sont bloqués, "la mort dans l'âme".
Mais à l'extérieur, ils paraissent parfaitement heureux.

Oui mais je ne parle pas d’un simple dysfonctionnement mais d’une ambiance malsaine, voire violente.

J'ai été à cette place, sûrement à un âge bien avant la raison, même pour moi. Aujourd'hui comme adulte, j'ai vu beaucoup d'amis qui se sont séparés dans cette optique, avec des enfants qui en apparence gèrent bien, mais qui parfois montrent les mêmes signes que moi.
ça change une vie, définitivement. Les enfants de divorcés sont plus susceptibles de divorcer. Pas juste par "la valeur de l'exemple".
C’est comme de dire que si ton père était dépressif, tu as plus de chances de l’être aussi.
Que tu as plus de chances d’abandonner tes enfants si tu l’as été.

Pour moi cette théorie ne tient pas debout.

Après ton passé t’appartient, mais chaque enfant à sa propre façon de vivre les choses. Les parents se rendent coupables lorsqu’ils ne voient pas ces signes, et qu’ils se révèlent incapables d’accompagner leur enfant. Mais c’est une chose différente.



Certainement aussi parce que ça casse un truc. Il ne faut pas se leurrer.
Ce n'est pas leur faire un bien en évitant une ambiance pourrie qui n'existait pas forcément.
Ah mais moi je parle d’une ambiance qui existe réellement.

Je vois d'ailleurs que dans toutes les crises de couple que j'ai pu traverser, je n'ai définitivement pas le même comportement qu'aucun de mes potes qui a vécu dans une famille stable. Ce n'est pas une excuse que je me fais, il y a bien des raisons sous-jacentes à ça, que je n'ai pas appris à bien gérer.
En outre, tu peux très bien te sentir incomplet avec ta partenaire, sans pour autant que ça se passe mal. Tu peux avoir un besoin sur certains plans (mais bizarrement, c'est souvent pour des histoires de cul que la question se pose), mais sans que l'ambiance entre vous soit dégradée, toxique. Tu pourrais parfaitement avoir une famille heureuse.

Oui mais le cul n’est qu’un prétexte : c’est une partie visible de l’iceberg, qui cache des choses plus subtils : l’intimité de manière générale, le physique, le manque d’efforts etc…). On ramène souvent ces choses au cul parce que c’est là que le couple est censé être le plus proche, le plus intime et le plus complet.

Alors, certes, vaut mieux ça que de s'écharper devant eux, mais pour ma part, vu qu'en dehors de ça la situation n'était pas toxique (violence), je pense qu'en rester sur une situation de constat d'un désaccord soi-disant insoluble n'était pas une solution. Qu'il y avait de la marge de manoeuvre pour essayer d'être une famille, si chacun se remettait en question dans ses besoins et sa manière de faire, de considérer l'autre.
On est bien d’accord qu’il faut distinguer un couple avec une ambiance violente du reste.

Personnellement, je ne fais que ça de me remettre en question, sincèrement.




ça c'est ta vision. Pour d'autres, ils quitteraient volontiers leur partenaire car l'amour n'est plus là, mais restent bloqués pour d'autres raisons, comme les enfants.
Même en disant ce que j'ai dit, ce n'est pas une bonne situation, j'en conviens.
Pour moi, ce que tu dis s'applique quand tu mets en balance ton amour et ton besoin insatisfait, et que tu cherches des choses auxquelles te raccrocher pour ne pas partir.


Pas du tout : en fait j’ai eu une incompréhension depuis le début vis-à-vis de mon envie de tromper : j’ai rien contre ma femme, en dehors des points déjà évoqués, notre vie me plait, et je la considère trop importante pour lui faire du mal.

Je veux juste comprendre comment on s’en est retrouvé là pour pouvoir nous sauver du naufrage qui nous attend (dans 2, 5, 10 ans … ?) si je ne fais rien.

Dans l’absolu j’ai pas du tout envie de partir. Je constate juste que ma vision des femmes a changé.

Si tu as l'intention de mieux aimer, ne peux-tu pas le faire dans ta relation? Explorer tout ce qui peut l'être autour de ta partenaire.
Cette intention, n'est-ce pas un alibi que tu te donnes?
Qu'est ce qui te fait croire qu'aller séduire ou baiser une autre femme, ça va plus te faire aimer celle-ci? ça va juste t'enlever le poids de ton manque avec celle-ci, donc te rendre plus heureux, donc te permettre de donner libre cours à tes sentiments pour elle, pas entravés par un besoin. Mais ce n'est qu'une dérivation. ça ne mettra pas en relief ce qu'elle fait déjà pour toi. ça tu le sais déjà de toute manière. ça t'empêchera juste de le mettre en balance avec ce qu'elle ne fait pas pour toi.
Je faisais une simple référence à des couples où il s’est avéré que l’un allait voir ailleurs : des fois ça pète, des fois l’autre est incapable de pardonner, et des fois ça permet une réelle remise en question pour aller de l’avant et comprendre où ça a merdé.

Ca reste théorique bien sûr.

Ca veut pas dire que je veux le faire : je disais juste que si ma femme se trouve plus sexy, elle se sentira peut être plus femme. Le reste après n’est que suppositions.


Oui, mais ça, ça montre peut-être qu'en réalité, tu n'aimes pas la personne qu'elle est réellement (on met souvent des années à être ce qu'on est vraiment en couple)

Pas malheureux, ou pas assez courageux pour risquer de le perdre, ou trop égoïste.
Tu vois si je devais faire ma liste [...]
Tu vois, au final ce qui te manque c'est du sexe, de la compréhension, et forcément, de la nouveauté.
Pourtant j’ai toujours été amoureux, et j’aime sincèrement qui elle est. Il y a juste des choses chez elle qui m’énèrvent.

Je n’ai jamais fait de secret que mon manque d’expérience m’empêche d’être à 100% lucide. Heureusement pour moi, j’ai toujours un cerveau.

Et évidemment tu as de l'attachement, et tu ne veux pas la perdre ou la faire souffrir, mais d'un autre côté, tu ne la trouves plus si bien que ça.
Peut-être que tu devrais la laisser partir pour qu'elle soit vraiment aimée par un homme. Ou alors, peut-être que tu devrais te remettre en question aussi, redécouvrir chez elle ce qui t'a fait l'aimer. Parce que même si l'on est sensible à des milliers de choses et qu'il y a différentes cordes pour nous faire vibrer, au final, on aime souvent des femmes qui ont un noyau similaire.
Ce que tu trouves comme atout chez les autres, tu as juste oublié où tu le trouvais chez elle, ou alors ta frustration le masque.
Oui tout à fait : c’est pour ça que je disais que la tromperie peut être bénéfique, pour nous aider à prendre conscience qu’on tient davantage à l’autre qu’on ne le pensait, car mille et une choses font qu’on l’avait oublié.




C'est ce qu'on se dit souvent pour ne pas la prendre. Alors que c'est très simple. Tu es insatisfait, tu dois agir, certes. Maintenant, vas-tu prendre le chemin difficile de l'aimer malgré tout, en essayant d'avoir ce que tu veux, souffrir en silence par peur de la perdre, ou la tromper pour une raison ou une autre.
Ou pour mesurer l’importance d’une décision qu’on pourrait prendre, quelle qu’elle soit.

Ca fait longtemps que j’ai décidé de faire en sortes qu’on retrouve ce qu’on avait perdu.

J’en prends ma part de responsabilité.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Constructif le 02.12.19, 16h27 par Jalapeno

Sympa le débat les gars, faites juste gaffe avec les posts trop longs, en plus avec les pubs du forum ça devient vraiment galère à suivre.
Gaffe aussi à ne pas rentrer dans le personnel parce qu'en vrai ses situations sont tellement chaudes à gérer et merdiques que faut bien prendre le temps de nuancer.

Ceci étant dit, Fred, j'ai tendance à me ranger sur l'avis d'Onmyoji, surtout dans ton cas personnel. Apprendre à formuler les choses, à discuter avec ta femme fera à terme bien plus de bien que d'aller voir ailleurs.
Faut pas se leurrer, les mecs qui arrivent à gérer une tromperie sans se pourrir la vie à côté ne sont pas si nombreux.

C'est quand même un peu jouer à la roulette russe avec une épée de Damoclès au dessus de la tête. La réalité c'est que si tu est sûr de ne pas vouloir rompre, tu n'as que deux options :
- rester avec elle, ne rien changer et t'asseoir sur ta sexualité. Plein de couples fonctionnent comme ça et ça marche pas plus mal.
- parler, échanger avec elle. En bienveillance. Aller consulter un thérapeute de couple. Avancer, se remettre en question.

Parce que la tromperie un jour ou l'autre peut te conduire à la rupture. C'est une vraie probabilité, et si tu es sûr de ne pas vouloir rompre, et bien...

Si je devais résumer autrement : par crainte de la blesser en lui parlant ouvertement de votre sexualité tu envisages de la tromper. Ce qui la blessera plus surement et plus durablement que n'importe quelle discussion bienveillante. Du coup à part dire que cela demande le courage de regarder les choses en face...

Quoi qu'il en soit maintenir une sexualité épanouissante dans un couple qui dure est un challenge. Mais je crois que c'est le même que de rester dans la séduction quand le couple dure. Je pense qu'il n'y a pas de fatalité ou d'impossibilité. Simplement une volonté.



Un dernier point Fred, fais gaffe, les gens qui se plaignent qu'on ne fait pas attention à eux n'ont pas toujours raison. Parfois les autres s'occupent de nous comme ils aimeraient qu'on s'occupe d'eux. Et tu fais probablement pareil. Ce qui amène aux frustrations des uns et des autres.
If you want to touch the sky,
Fuck a duck and try to fly !

PS : pardon pour la longueur des postes, j'ai essayé d'être concis mais pas évident.

Après je ne dis pas que Onmoyji a tort : il a tout à fait raison d'affirmer ce qu'il dit, mais dans mon contexte, je suis désolé mais c'est pas si simple.

Après oui, restons sur ce sujet qui est intéressant et nous atteindra tous un jour ou l'autre.

De ce que je lis, c'est que tu mets tout le problème à son niveau, et toute la responsabilité sur elle.
Elle doit changer, elle doit évoluer, elle doit revenir.
Déjà, si quand elle redevient désirable, tu la baisais sérieusement pour lui montrer qu'elle l'est, ça la motiverait sans doute.
Ensuite, quelque chose me dit que tu ne cherches pas à savoir pourquoi elle, elle ne te désire plus, en dehors du fait que ne pas se sentir désirable la bloque. Communiquer avec elle ne se résume pas à l'aider à changer pour mieux te convenir. Mais aussi à savoir ce qui lui manque à elle.
Contrairement aux apparences, non.
Tu en as l'impression car mon analyse est imbibée de ma frustration : c'est normal que je ne sois pas rationnel.

J'ai ma part de responsabilité , c'est une évidence : c'est pour ça que j'ai initié de nouveau des sorties, que je me suis remis au sport pour qu'elle me voit différemment...

Mais j'ai des reproches et c'est forcément ce qui ressort de ce que je dis.

En aucun cas je pense être irréprochable.

Je sais que j'ai un problème de communication, je dois faire avec.
Il y a un dicton américain qui dit "Poor communication kills". C'est vérifié maintes fois au cours de l'Histoire et quotidiennement. Que ce soit des gens ou des relations...
Elle ne lit pas dans le marc de café, surtout si tu te fais fort de ne pas lui en dire un mot pour ne pas la vexer. Tu dis montrer des signes, mais dans le quotidien et l'habitude de toi, si tu n'as jamais rendu ces signes explicites, que peut-elle en comprendre.
Oui d'accord, mais elle devrait un minimum sentir les choses. Mais non, ou alors elle le cache bien elle aussi.

Je sais que je dois m'améliorer en com : ça remonte à mon enfance, si c'était aussi facile ce serait déjà réglé.


"Tu m'excites plus" et "Je veux me taper d'autres meufs",
ce sont deux problèmes différents. Je pense que le second subsisterait même sans le premier, même si tu passerais plus facilement dessus. C'est un problème en soi.
Pour le premier, tu peux lui communiquer, même si pas aussi abruptement.
Pour moi ils sont liés.
Attention : l'attirance ne se joue pas qu'au physique.

Je trouve que la com dans un couple est avant tout implicite.

D'où la moitié des divorces;)

Tout à fait d'accord.
Mais pas que parce qu'on a pas su dire : c'est aussi parce qu'on a pas su écouter les signaux.


Non, là c'est une vision bien pratique des choses qui te dédouane.
C'est pas à l'autre de lire dans ta tête, si tu lui montres que tout est parfait, et que par ailleurs tout va bien. Si en plus le changement dans votre vie sexuelle est graduelle, rien ne lui dit que quelque chose ne va pas. Pour elle, vous êtes dans cette situation parce que vous y êtes arrivés à deux, elle ne t'y force pas. Et si ça se trouve, de son côté, son comportement est aussi dicté par des choses qui ne vont pas.
Je veux pas du tout me dédouaner. Sinon j'irais me taper une meuf pour soulager ma conscience et ce serait réglé.

Une part du problème vient de moi, et clairement j'essaie de progresser car j'en suis conscient. Elle, j'en suis moins sûr.

Attention : c'est pas parce que je suis pas totalement franc que je cache tout non plus. J'ai jamais dit que j'ai un grand sourire aux lèvres tous les soirs en rentrant.


Encore une fois, c'est bien pratique, tu trouves toutes les raisons de l'accuser, mais où est ta responsabilité dans tout ça? Dans ta lâcheté? Dans ton amour qui te "force" à la préserver?
Je te fais pas la morale, mais tu es responsable de toi-même et de ton comportement. De ce que tu choisis de dire ou non. Les autres ne pensent pas comme nous, même nos proches, même nos amours.
Tu ne peux pas sérieusement exiger de quelqu'un qu'il soit devin, et lui reprocher de ne pas l'être.
Cf plus haut : j'ai jamais dit que j'ai pas de responsabilité.

Et là je dois te contredire : ta nana depuis plus de 5 ans a minima doit faire un minimum attention à ce que tu ressens. Elle devrait le sentir en fait.

Je n'exige pas qu'elle soit devin...

8 ans à ne pas exprimer ce qui ne va pas? Tu te sens incompris, mais est-ce que tu as essayé de parler? C'est décevant que l'autre ne soit pas une deuxième partie de nous, connectée à nos émotions, mais déjà en parlant, c'est difficile d'être compris. Alors en fermant sa gueule, n'y compte pas.

Rappel de la chronologie : ça fait qu un an et demi que j'ai ce soucis, pas 8 ans.

Je suis pas non plus retranché dans un igloo hein ! Je communique avec elle normalement sur plein de choses, on parle même très librement de certains sujets. Mais parler de ça, c'est pas pareil.

Rien te dit qu'elle s'en foutrait. Tu fais un reproche basé sur une hypothèse de ce qu'elle pense et ressent. Pas sur sa réalité. Tu ne peux même pas dire que c'est ce que tu perçois, puisque son attitude est basée sur sa perception que tout va bien, puisqu'elle ne sait pas que tu vas mal.
Je crois que je la connais quand même, nan ?
Mon reproche se base sur du quotidien.
Si je ressens ça y'a une raison nan ?
On revient à "j'ai envie de me taper d'autres nanas". Qui est à mon avis le fond du problème. Qui fait que tu le tais, pour en arriver à la situation où "déçu" par ces "grains de sable", tu seras "poussé par l'autre à la faute".
Encore un moyen de se déresponsabiliser.

Bah nan : je dis juste qu'on est pas sur la même longueur d'onde.

Si j'ai eu cette envie (que j'ai pas eu pendant plus de 6 ans), c'est bien que dans mon couple quelque chose m'a déçu.

Si j'étais aussi irresponsable, tu crois que je serais entrain de me poser toutes ces questions ?

J'ai la volonté de faire avancer mon couple, et pas du tout celle de tromper, même si parfois la tentation est forte. Si c'est ta définition d'un irresponsable, bah écoutes
...

Mais vraiment, un fossé s'est creusé entre nous sans même qu'elle s'en aperçoive.
Si le fossé est dans ton jardin, derrière la haie, qu'est-ce qu'elle en sait?

Ton questionnement est légitime.

Il y a sans doute pas mal à faire.
Mais examine bien tes motivations réelles, au-delà de ton couple.
Et dis toi que tu gagneras plus à communiquer, même si ça te met en danger, si tu veux réellement sauver ton couple. à moins que tu saches que ça le détruira forcément, mais dans ce cas, on en revient à l'égoïsme, vouloir préserver quelque chose qui nous sied, tout en enlevant à l'autre son choix de vivre une vie "réelle" dans une relation vraie et pas entâchée de tromperie.

C'est dur à lire, mais l'autre a aussi le droit d'être heureux, et que son bonheur ne soit pas illusoire. Même si ce n'est pas avec toi.
[/quote]


Mais je veux qu'elle soit heureuse.


Bah je vois pas en quoi c'est égoïste de vouloir la préserver...

mon problème est lié à elle en grande partie.

Garde à l'esprit que, paradoxalement, communiquer franchement avec quelqu'un qu'on connait bien, et à qui on tient, peut être bien plus dur qu'avec une parfaite inconnue.

PS : ce sujet est ouvert et je n'ai pas la prétention de me l'accaparer. Tous les avis et retours d'expérience sont les bienvenus.

The_Pop : je la connais, je sais qu'elle me sortira "bah écoutes casses toi et vas voir ailleurs qu'est ce que tu veux que je te dise?" Si je suis vraiment cash.

Comment nuancer mes propos ? Elle a un fort caractère et pourrait vite mal prendre mes paroles si je ne les amène pas comme il faut.

Je ne veux pas la tromper, vraiment, et encore moins fuir.

Et là je dois te contredire : ta nana depuis plus de 5 ans a minima doit faire un minimum attention à ce que tu ressens. Elle devrait le sentir en fait.
1/ En fait elle le ressent peut être, t'en sais rien. Elle est peut être juste tétanisée par ce qu'elle imagine justement. Et vu que vous ne pouvez pas en parler, si elle n'arrive pas à trouver la solution seule comment pourrait-elle faire ?
2/ Plus globalement je ne suis pas d'accord avec toi. En couple depuis 5 ans actuellement, je te confirme que parfois on peut pas, parfois on comprend pas, parfois on est ailleurs, parfois on est sur la mauvaise piste. La bonne communication c'est celle qui est explicite. Pas implicite.
La routine étant un piège des plus fourbes pour s'endormir. On peut assez facilement imaginer que toi aussi tu t'es laissé endormir par la routine. Et que ce qui t'a réveillé c'est ta libido couplée à ton manque de vécu. Mais elle, c'est quoi qui doit la réveiller ?
Rajoute à ça qu'en tant que Maman, se réapproprier son corps n'a pas du être forcément simple. Et qu'elle a déjà un enfant dont elle doit deviner/pressentir les besoins/attentes.
Garde à l'esprit que, paradoxalement, communiquer franchement avec quelqu'un qu'on connait bien, et à qui on tient, peut être bien plus dur qu'avec une parfaite inconnue.
ça c'est une fausse croyance Fred. En fait cela dépend juste des enjeux du moment. Si demaint 'es de nouveau célibataire et que t'as pas touché une meuf depuis 1 an, crois moi ça te sera plus difficile de parler à une inconnue qu'à une personne proche.
Chacun ses difficultés. Il n'y a pas de plus dur ou moins dur.

La question c'est : qu'est ce qui t'empêche d'essayer. Et si tu estimes avoir déjà essayé, qu'est-ce qui t'empêche d'essayer différemment, d'essayer mieux ?


EDIT : tu me demandes comment lui amener le sujet ? Commencer par le positif. C'est la base. Ne pas l'accuser, ou lui reprocher quelque chose. Ne pas laisser ta peur guider tes paroles, mais plutôt ton amour et ton respect pour elle. Lui rappeler vos bons moments. La rassurer sur le fait qu'évidemment tu ne la quitteras pas, que ce n'est pas le sujet, mais que tu aimerais que vous soyez plus épanouis. Lui demander si à son âge elle envisage sérieusement de renoncer au cul ? Alors que vous pourriez encore largement vous éclater ? Lui proposer cela comme un jeu, en diminuant les enjeux. Lui montrer ta bonne volonté en la déchargeant de tâches ingrates pour lui libérer du temps pour vous si besoin. Bref. Donner avant de demander.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Oui le 02.12.19, 19h08 par Perlambre
If you want to touch the sky,
Fuck a duck and try to fly !

Fred,

Ce qui va suivre n'est en rien une critique.

Je me demande simplement si tu connais vraiment ta nana. Dans ce qui peut la faire se bouger, dans ce que toi tu peux lui apporter pour qu'elle garde l'étincelle de la séduction.
Je lis beaucoup de critiques à son égard même si tu l'enveloppes avec des je tiens à elle et ne veux pas la tromper. Pour la com' Onmy et Pop ont lancé des pistes intéressantes, à suivre...

Moi toi ? Désolée d'être directe mais as-tu un physique qui donne envie ? Parce que les mecs qui se laissent aller et pourtant très critiques à l'égard des femmes... mdr. Sais-tu encore charmer ta nana pour la faire fondre ? Que proposes-tu pour sortir de votre quotidien ? Lui demandes-tu ce dont elle a envie ou plutôt l'étonnes-tu ?

Perlambre a écrit :
02.12.19
Fred,

Ce qui va suivre n'est en rien une critique.

Je me demande simplement si tu connais vraiment ta nana. Dans ce qui peut la faire se bouger, dans ce que toi tu peux lui apporter pour qu'elle garde l'étincelle de la séduction.
Je lis beaucoup de critiques à son égard même si tu l'enveloppes avec des je tiens à elle et ne veux pas la tromper. Pour la com' Onmy et Pop ont lancé des pistes intéressantes, à suivre...

Moi toi ? Désolée d'être directe mais as-tu un physique qui donne envie ? Parce que les mecs qui se laissent aller et pourtant très critiques à l'égard des femmes... mdr. Sais-tu encore charmer ta nana pour la faire fondre ? Que proposes-tu pour sortir de votre quotidien ? Lui demandes-tu ce dont elle a envie ou plutôt l'étonnes-tu ?
Je comprends, je suis preneur de tout ce qui peut me faire progresser.

Durant ces dernières années : non, clairement j'étais trop gros, je faisais pas attention à moi. C'est dernièrement que j'en ai pris conscience.

Depuis peu : j'ai perdu 15 kilos, je fais du sport et je fais tout pour l'inciter à en faire, je veux la trouver attirante et qu'elle me trouve attirant.

De ce côté, je suis pas une gravure de mode mais je pense qu'il y a pire que moi.


Est ce que je la connais ? Oui et non. J'aimerais savoir comment stimuler son désir, mais je pense que la première étape est qu'elle se sente désirable.

Est ce que je la connais ? Je me pose la même question.

La charmer ? Depuis le temps on est passé à autre chose. ça fait longtemps qu'on n'a plus de jeu de séduction. Elle ne s'apprête même pas en sachant qu'on va à l'hôtel.

Alors l'étonner ? Plus les années passent et plus c'est dur lol.

Je m'y suis pris avec douceur pour lui faire comprendre qu'il fallait qu'elle perde du poids. C'était déjà gênant. Alors lui faire comprendre que je suis attiré par d'autres alors qu'elle a encore 30 kilos à perdre... je suis un minimum galant.

Edit : ici je dis beaucoup de négatif, mais j'en pense pas moins que c'est une super fille et que j'ai envie de faire en sorte d'arranger les choses. C'est juste que j'ai des doutes que ce soit possible.

Fred, si les bons choix ne sont pas toujours les plus évidents, c'est une question d'état d'esprit. Si tu es quelqu'un pour qui la tromperie n'est pas une option, le "mauvais" choix ne se poserait pas à toi.
Ensuite, on ne trompe pas sans le savoir, donc j'ai dû comprendre ta réponse de travers, ou alors il y a un problème. Quand tu dis "je sais que je ne le ferai pas volontairement", je ne crois pas qu'une femme te force à tromper ta femme. Sinon, ce n'est plus de la tromperie, d'ailleurs...
Quand je parlais de perdre ce que t'apporte la personne, je parlais bien au niveau personnel, émotionnel, pas de "solide". Je ne considérais pas ça au niveau de l'individu, parce que comme on sépare déjà ce qu'elle nous apporte sur d'autres aspects, dont le sexe, il n'y a pas de raison.

Pour ce qui est de ne pas faire attention à toi, c'est ton ressenti. Encore une fois, passé au prisme de ta frustration. Elle ne voit sans doute pas les choses de la même manière.
Tu dis que tu la connais bien, que tu sais, etc, mais si tu savais si bien, tu saurais aussi où appuyer pour la faire bouger vers ce que tu aimes, pour lui montrer ce qui te dérange sans devoir l'exprimer de vive voix. Là, tu es dans l'impasse. Tu dis "détruire bêtement"; c'est si bête de vouloir s'exprimer?
Si tu es convaincu qu'elle sera sourde à tes envies, et que tu veux vraiment rester avec, c'est juste du confort. Parce qu'alors, ce n'est sans doute pas une personne qui t'aime, ou la personne que tu as aimée. Les gens changent, et peut-être que vous n'êtes plus faits l'un pour l'autre.
Ensuite, tu vas "la détruire", en lui disant que tu manques d'intimité avec elle, que son désir te manque, que lui donner du plaisir te manque?
Je sais pas, au contraire, je crois que pour la plupart des femmes, ce serait flatteur sur certains aspects. Ou en tous cas, c'est pas accusateur. Choisis tes mots.
Entre la théorie et la réalité, il y a une différence, mais justement, tu es beaucoup dans la théorie toi aussi. Et ta théorie ne t'aide pas. Si tu en parles ici, c'est bien pour une raison.

Ce que je vois, c'est que toi, surtout, tu as peur de sa réaction et de la perdre, tu es mal à l'aise, tu as peur de la blesser et c'est louable, mais du coup tu te paralyses.
Si tu veux lancer la conversation innocemment, un tas de films abordent le sujet. Tu en mates un avec elle, et tu discutes du film avec.
Tu sondes, tu vois, tu tends des perches, si tu ne veux pas être frontal.
Aussi: pour toi, le cul, c'est là où le couple devrait être le plus proche.
Pour moi, c'est dans la conversation. Ceci explique sans doute cela.
Le cul, ce serait que le prolongement du reste de ton entente, pas le terreau. ça t'aiderait bien à communiquer.

Pour le divorce et les gosses, d'une part, ce que je dis sur les gosses, c'est un fait statistique et sociologique, les enfants de divorcés divorcent plus, c'est pas de la théorie. Ensuite, tu peux expliquer les choses, les enfants ont pas toujours la maturité pour l'accueillir, et dépasser le fait qu'ils perdent ce qui est leur seul socle au monde: leur famille.
Et encore une fois, tu négliges le fait qu'un divorce, ça ne se passe pas toujours entre deux parents qui se hurlent dessus, ça peut venir du jour au lendemain. Ou du moins, l'ambiance peut être largement dissimulée aux enfants un long moment. Le climat sain, sans violence et où les 2 parents sont toujours présents pour eux, il disparaît alors au moment du divorce. Parce que justement, les deux parent ne pourront PLUS être toujours présents pour eux.
Et tu parles de parents coupables, j'ai juste envie de dire: aucun n'est équipé pour bien éduquer un enfant dans ces conditions, en plus en gérant une rupture.
Il n'y a pas de recette. Mais le problème, c'est que quand tu te plantes, il y a de la casse, et ce n'est pas à ton niveau, ce sont des enfants innocents qui trinquent.

Quand tu dis que tu veux comprendre comment tu t'es retrouvé là, quelle est ta supposition?
Tu trouves que la charmer, c'est risible.
Si tu veux du désir, va pas falloir vous baser que sur de l'animal.
La meilleure zone érogène d'une nana, c'est son cerveau (y a qu'à voir comment une majorité peut mouiller devant 50 Shades of Grey alors que c'est objectivement très nul... Elles ne se fixent pas sur la qualité de l'histoire, le fait que le "héros" soit juste un violeur biclassé milliardaire et beau gosse donc sexy au lieu d'être gibier de potence, elles se projettent dans un fantasme. Et sont à fond).
Et si tu ne joues pas le jeu, ça ne l'entrainera pas à le jouer.

Tu dis aussi que tu n'as pas toujours une attitude qui laisse supposer un bonheur sans tâche. Qui te dit qu'elle ne puisse pas penser que c'est le boulot, tes soucis, et que tu ne la laisserais pas rentrer...?
Vouloir la préserver c'est légitime, mais imagine que le couple, c'est comme une course avec les pieds attachés l'un à l'autre. Si vous ne communiquez pas d'une manière ou d'une autre, vous allez vous casser la gueule.
Et être explicite, c'est le meilleur moyen, pour ne pas chuter, et vous faire mal tous les deux. ça n'implique pas de lui dire forcément les choses de manière abrupte. Elle va pas craquer au premier mot qui décrira tes manques et tes malaises.
Ceci n'est pas une citation inspirante

Fred, si les bons choix ne sont pas toujours les plus évidents, c'est une question d'état d'esprit. Si tu es quelqu'un pour qui la tromperie n'est pas une option, le "mauvais" choix ne se poserait pas à toi.

Je vais peut-être me répéter, mais c'est facile à dire : quand tu es influencé par tes problèmes de couple, d'attirance, le "bon" choix n'est pas toujours une évidence. Il y en a qui se posent sérieusement la question, de façon avouée ou inavouée.

Qu'entends-tu par "état d'esprit" ? Moi je trouve que faire un choix dépend de plein de sources d'influence.

Si je suis très honnête avec moi-même, je dois reconnaître que j'ai envisagé la tromperie, mais de façon inavouée. Jamais je me suis dit "tiens, ce matin, je vais m'inscrire sur un site de plan cul !", mais il y a des fois où j'aurais pu me laisser tenter avec des filles avec qui ça accrochait bien. Il ne s'est jamais rien passé, peut-être parce que j'ai toujours été franc sur ma situation : aucune fille avec qui j'ai eu de jeu de séduction n'ignorait que j'étais en couple avec un enfant.

Ensuite, on ne trompe pas sans le savoir, donc j'ai dû comprendre ta réponse de travers, ou alors il y a un problème. Quand tu dis "je sais que je ne le ferai pas volontairement", je ne crois pas qu'une femme te force à tromper ta femme. Sinon, ce n'est plus de la tromperie, d'ailleurs...
As-tu déjà été dans une situation où tu avais envie de tromper mais où quelque-chose t'en empêchait ? Si oui, tu comprendrais que ça veut dire : "j'irai jamais voir une nana dans l'intention de coucher avec, mais s'il y avait une rencontre à laquelle je ne m'attendais pas (et ça arrive), je ne suis pas sûr que je résisterais à la tentation".

Je ne parlais bien évidemment pas d'être forcé à tromper.


Quand je parlais de perdre ce que t'apporte la personne, je parlais bien au niveau personnel, émotionnel, pas de "solide". Je ne considérais pas ça au niveau de l'individu, parce que comme on sépare déjà ce qu'elle nous apporte sur d'autres aspects, dont le sexe, il n'y a pas de raison.
Oui mais ne soyons pas naïf : il y a toujours l'aspect physique, matériel qui fait pencher la balance, même si tout le monde ne l'admettra pas, on y pense tous du moment que notre situation économique est liée à celle de quelqu'un d'autre. Pourquoi tant de gens trompent au lieu de quitter s'ils ne supportent plus ou sont complètement indifférents à l'autre, sinon ?

Sinon ça veut dire que tu as le luxe de ne pas inclure l'aspect matériel de ce que tu pourrais perdre.

Attention : je n'ai pas dit que je reste avec elle pour l'aspect matériel, bien sûr, mais il est évident qu'en couple avec un gosse, je peux pas me permettre de raisonner que sur le "personnel".

Pour ce qui est de ne pas faire attention à toi, c'est ton ressenti. Encore une fois, passé au prisme de ta frustration. Elle ne voit sans doute pas les choses de la même manière.
Tu dis que tu la connais bien, que tu sais, etc, mais si tu savais si bien, tu saurais aussi où appuyer pour la faire bouger vers ce que tu aimes, pour lui montrer ce qui te dérange sans devoir l'exprimer de vive voix. Là, tu es dans l'impasse. Tu dis "détruire bêtement"; c'est si bête de vouloir s'exprimer?
Tu as raison : c'est mon ressenti, basé sur mes frustrations, mes déceptions, toutes les fois où elle me rejetait quand je voulais me rapprocher d'elle, les fois où je lui faisais remarquer qu'on pourrait prendre davantage soin de nous et où j'avais l'impression qu'elle s'en foutait ; les fois où on avait des engueulades, des crises, bref toutes les fois où j'avais l'impression qu'elle ne m'écoutait pas. J'ai fini par en conclure qu'elle ne faisait pas vraiment attention à moi.

C'est vrai que je la connais bien : il pourrait difficilement en être autrement après toutes les choses qu'on a vécu ensemble.

Encore une fois mon avis n'est pas objectif, c'est normal, mais si je l'ai déçu, j'aimerais qu'elle me le fasse au moins comprendre, parce que je n'arrive pas à me retirer de la tête qu'elle ne se rend pas compte.

Toi et The_Pop avez raison : une conversation franche sera le seul moyen de savoir si oui ou non elle est déçu elle aussi, et s'il y a un moyen qu'on devienne le couple dont je rêve qu'on soit. J'ai pas honte de dire que j'ai peur de la tournure que ça pourrait prendre.

Si tu es convaincu qu'elle sera sourde à tes envies, et que tu veux vraiment rester avec, c'est juste du confort. Parce qu'alors, ce n'est sans doute pas une personne qui t'aime, ou la personne que tu as aimée. Les gens changent, et peut-être que vous n'êtes plus faits l'un pour l'autre.
J'ai un avis un peu plus nuancé que le tien.

Tu vois, j'ai beau me plaindre beaucoup, je suis convaincu qu'on s'aime mais qu'on a beaucoup de blocages qui nous empêchent d'être heureux. Je le sens.

Même si l'idée qu'on ne s'aime plus reste une possibilité, il y a quelque-chose en moi qui me dit que ce n'est pas le cas et qu'on pourrait être heureux si on s'en donnait les moyens. Mais pour ça encore faudrait-il qu'elle se rende compte qu'il y a un problème, ou alors qu'on communique davantage (ou plutôt qu'on commence à communiquer, dans notre cas).

Ensuite, tu vas "la détruire", en lui disant que tu manques d'intimité avec elle, que son désir te manque, que lui donner du plaisir te manque?
Non : en lui disant que j'ai failli la tromper avec une fille, puis avec une 2ème, et que j'entre parfois dans des jeux de séduction avec des filles sans même m'en rendre compte.

Que son corps ne m'excite plus, en tout cas pas autant qu'avant, surtout en sachant qu'elle ne fait jamais rien pour être désirable, comme si on était plus une coloc qu'un couple.

Bon j'exagère un peu, mais c'est mon ressenti.



Je sais pas, au contraire, je crois que pour la plupart des femmes, ce serait flatteur sur certains aspects. Ou en tous cas, c'est pas accusateur. Choisis tes mots.
Entre la théorie et la réalité, il y a une différence, mais justement, tu es beaucoup dans la théorie toi aussi. Et ta théorie ne t'aide pas. Si tu en parles ici, c'est bien pour une raison.
En effet je suis beaucoup trop dans la théorie : c'est ce qui fait que je passe pas à l'action, en bien (lui parler) comme en mal (écouter mon instinct et aller voir d'autres filles).

Ca fait longtemps que je serais passé à l'acte si j'étais pas aussi théorique.

Il faut que tu comprennes que je pars pas avec les mêmes bases de communication que les gens normaux : pour moi communiquer (sauf derrière un écran) c'est très difficile, j'ai vraiment du mal à le faire et je ne le fais pas exprès, que ce soit en couple, au boulot, socialement ou en famille... J'ai beaucoup progressé depuis quelques années, mais ça reste un gros gros soucis chez moi.

Des fois je me rends même pas compte de l'image que je renvoie de moi en communiquant.

Je sais pas comment m'y prendre, j'ai peur de la blesser, qu'elle se casse, de pas choisir les bons mots, de me lancer, etc...
Ce que je vois, c'est que toi, surtout, tu as peur de sa réaction et de la perdre, tu es mal à l'aise, tu as peur de la blesser et c'est louable, mais du coup tu te paralyses.
Si tu veux lancer la conversation innocemment, un tas de films abordent le sujet. Tu en mates un avec elle, et tu discutes du film avec.
Tu sondes, tu vois, tu tends des perches, si tu ne veux pas être frontal.
Aussi: pour toi, le cul, c'est là où le couple devrait être le plus proche.
Pour moi, c'est dans la conversation. Ceci explique sans doute cela.
Le cul, ce serait que le prolongement du reste de ton entente, pas le terreau. ça t'aiderait bien à communiquer.
C'est en effet ce que je devrais faire.

Tu as raison, mais il y a bien un moment où je devrai me lancer et lui avouer tout, dont le fait que je l'ai trompé (au sens de notre couple). Donc inéluctablement ça passera ou ça cassera.

En fait, je ne pense pas forcément que le cul est le moment où un couple devrait être le plus proche : je répondais à ta réaction, quand tu te demandais pourquoi les gens ramènent tout au cul, en disant que peut être que le cul symbolise beaucoup de chose : la proximité du couple, sa fusion, sans compter que le cul est vu comme l'une des formes d'épanouissement les plus fortes. Combien de personnes ont trompé car "elles ne voulaient pas passer à côté de leur vie" ?

Ta dernière idée est intéressante.

Pour le divorce et les gosses, d'une part, ce que je dis sur les gosses, c'est un fait statistique et sociologique, les enfants de divorcés divorcent plus, c'est pas de la théorie. Ensuite, tu peux expliquer les choses, les enfants ont pas toujours la maturité pour l'accueillir, et dépasser le fait qu'ils perdent ce qui est leur seul socle au monde: leur famille.
Je ne peux que confronter les statistiques à mon vécu personnel, qui est celui de beaucoup de gosses qui ont vécu dans un environnement violent : il vaut mieux des parents séparés que des parents ensembles mais destructeurs.

Et puis au delà : en quoi divorcer est un crime ? Dans certains cas c'est même la meilleure des solutions, y compris pour les enfants.



Et encore une fois, tu négliges le fait qu'un divorce, ça ne se passe pas toujours entre deux parents qui se hurlent dessus, ça peut venir du jour au lendemain. Ou du moins, l'ambiance peut être largement dissimulée aux enfants un long moment. Le climat sain, sans violence et où les 2 parents sont toujours présents pour eux, il disparaît alors au moment du divorce. Parce que justement, les deux parent ne pourront PLUS être toujours présents pour eux.
J'espère que tu ne m'en voudras pas de t'en faire la remarque, mais j'ai l'impression que ton point de vue se fonde beaucoup sur ton vécu personnel.

C'est faux de dire que les parents ne pourront plus être présents pour eux : ils le seront d'une manière différente. Pour des parents normaux, l'amour envers leurs enfants ne change pas avec le divorce.

J'ai jamais dit, pour autant, que les enfants n'impactent pas la séparation : en ce qui me concerne, il est évident que je n'envisage pas de vivre loin de ma fille. Ca pèse évidemment dans la balance.

Mais je reste sur mon idée de base : si des parents, quelque soit le climat familial, restent ensemble uniquement pour le bien de leurs gosses, ces derniers le ressentiront d'une façon ou d'une autre et ça ne les aidera pas.

Je sais ce que ça fait de voir ses parents se séparer : c'est pas drôle, on est bien d'accord. Mais avec 20 ans de recul, j'aurais préféré qu'ils se séparent une bonne fois pour toutes au lieu de se séparer, se remettre ensemble, se re-séparer x fois en me donnant des faux espoirs. Ce sont les faux espoirs qui détruisent les enfants, pas des parents qui décident que, même s'ils ne s'aiment plus, ils veilleront toujours sur le bien-être de leurs enfants en priorité.




Et tu parles de parents coupables, j'ai juste envie de dire: aucun n'est équipé pour bien éduquer un enfant dans ces conditions, en plus en gérant une rupture.
Il n'y a pas de recette. Mais le problème, c'est que quand tu te plantes, il y a de la casse, et ce n'est pas à ton niveau, ce sont des enfants innocents qui trinquent.
Mais ça dépend de la rupture.

C'est la responsabilité des parents de se séparer dans un respect mutuel, en tenant compte de leurs enfants : ils ont une responsabilité, ils peuvent pas se foutre sur la gueule sans faire attention, ou sinon ils sont franchement irresponsables.

Après, comment dire ? Dans la vie on peut pas tout prévoir, et bien souvent on fait ce qu'on peut.



Quand tu dis que tu veux comprendre comment tu t'es retrouvé là, quelle est ta supposition?
Tu trouves que la charmer, c'est risible.
Si tu veux du désir, va pas falloir vous baser que sur de l'animal.
La meilleure zone érogène d'une nana, c'est son cerveau (y a qu'à voir comment une majorité peut mouiller devant 50 Shades of Grey alors que c'est objectivement très nul... Elles ne se fixent pas sur la qualité de l'histoire, le fait que le "héros" soit juste un violeur biclassé milliardaire et beau gosse donc sexy au lieu d'être gibier de potence, elles se projettent dans un fantasme. Et sont à fond).
Et si tu ne joues pas le jeu, ça ne l'entrainera pas à le jouer.

La base, pour séduire une fille, c'est de la trouver attirante, je me trompe ?

Voilà où j'en suis.

Voilà pourquoi j'essaie de lui faire prendre conscience qu'elle est une femme, qu'elle doit être un minimum féminine, qu'elle peut pas se laisser complètement aller à 28 piges et qu'elle doit se reprendre en main.

Mais quand je dis "elle", je veux dire "on" : je l'ai déjà dit, j'ai moi aussi du boulot.

Qu'on me fasse pas dire ce que je n'ai pas dit : je sais que j'ai des responsabilités, des torts et je commence à saisir que j'ai pu la décevoir par le passé : je suis dans une démarche d'amélioration. Ca ne peut que nous faire du bien.


Tu dis aussi que tu n'as pas toujours une attitude qui laisse supposer un bonheur sans tâche. Qui te dit qu'elle ne puisse pas penser que c'est le boulot, tes soucis, et que tu ne la laisserais pas rentrer...?
Oui, c'est parfaitement possible, et c'est même quasiment certain quand j'y pense.

Je l'ai dit : je suis une quiche en communication. Mais si c'était simple, ça serait depuis longtemps résolu. Je sais pas communiquer comme le font les gens normaux.

Attention hein : j'ai dit que je communique mal, pas que je communique pas du tout. Je veux juste dire que je peux être quelqu'un de très renfermé qui ne laisse personne essayer de comprendre ce qu'il ressent.

Vouloir la préserver c'est légitime, mais imagine que le couple, c'est comme une course avec les pieds attachés l'un à l'autre. Si vous ne communiquez pas d'une manière ou d'une autre, vous allez vous casser la gueule.
Et être explicite, c'est le meilleur moyen, pour ne pas chuter, et vous faire mal tous les deux. ça n'implique pas de lui dire forcément les choses de manière abrupte. Elle va pas craquer au premier mot qui décrira tes manques et tes malaises.
Je pense que tu as entièrement raison sur ce point.

Reste qu'avec ma com, et avec ce que j'ai à lui avouer, si j'y arrive, je suis très loin d'être serein...

Quand je parle d'état d'esprit, je pourrais parler de croyances, mais ça n'est pas que ça, ça touche aussi ce que tu veux vraiment pour ta relation.
Toi, tu as l'air de vraiment aimer ta femme, c'est ça qui repousse la tromperie. Mais tu as l'air d'être aussi vraiment frustré par le fait de ne pas voir d'autres nanas, et ça, pour moi, depuis le début, ça ne prend pas racine que dans ta frustration sexuelle avec cette partenaire. Plus dans un mode de fonctionnement, une envie générale.
Mais généralement, quand tu as vraiment les idées claires, même si tu as un passage à vide, c'est difficile de troubler ta vision, tu sais toujours que la lumière est au bout du tunnel.

Pour notre incompréhension, c'est parce que j'aurais employé les mots "intentionnel/délibéré" ou "inattendu" selon la situation. La volonté, pour moi, est présente dans les deux cas. Tu peux ne pas t'attendre à tromper ta nana en faisant une rencontre, mais à un moment, tu veux bien céder à l'envie, te dire "vas-y, bats les couilles, elle me plait, personne saura". Ou "non, elle me plait, c'est clair, mais je peux pas, je dois pas".

Pour ce qui est du "luxe de ne pas inclure l'aspect matériel de ce que tu pourrais perdre.", disons qu'à un moment ça n'est plus une option de l'inclure. La situation est tenable ou pas. Si tu dois finir en fait divers ou à l'HP pour rester en couple, non merci. Si tu dois aller contre tous tes principes pour maintenir une relation moribonde, ou contre toutes tes envies (dont celles de baiser d'autres meufs qui elles te kiffent, et celle de te casser loin de celle qui te fait chier), ben tu es mal. Et si tu y arrives, ce sera pas forcément le cas de l'autre, qui est dans une situation qui identique à la tienne, ironiquement.
C'est là où je te rejoins quand tu parles de l'impact sur les enfants, par exemple, même si on a des vues différentes sur le reste de ce point.
évidemment, tu ne peux pas juste suivre un coup de sang. Tu dois bien considérer les choses.
Mais le vraiment matériel, c'est le plus simple. Y a même des avocats qui le font pour toi. Un gosse, c'est pas une décision que je pourrais prendre.

C'est déjà pour ça qu'il faut être sûr de la situation avec elle, et pour ça, il faut communiquer. C'est un risque majeur, mais soit c'est ça, soit c'est barrer à l'aveugle. Ce serait aussi le meilleur moyen qu'elle se rende compte du problème. Et aussi le meilleur moyen de contrôler les dommages de la prise de conscience. Parce que le jour où elle s'en rend compte d'elle-même parce qu'elle pète un plomb, bonne chance pour communiquer...
Et pour ce qui est de lui parler de tes tentations externes, c'est pas le sujet.
ça, c'est soulager ta conscience, mais c'est pas ton sujet. Tu n'as rien à "avouer". C'est pas un procès, ni le tien, ni le sien.
Tu veux juste lui donner des infos pour qu'elle t'aide à résoudre un problème commun.
Si elle n'est pas stupide, elle sait bien que si tu n'as plus de désir pour elle, un désir pour une autre peut facilement le remplacer.
Par contre, lui dire que son corps ne t'excite plus, qu'elle ne fait jamais rien pour être désirable, et que tu as l'impression que c'est ta coloc (et encore, il y a des colocs qui justement, ne veulent pas "déchoir", et rester bandantes pour leur coloc...), ça c'est pertinent.
Et je vois pas en quoi ça pourrait la choquer alors qu'elle même te repousse.

Si tu as du mal à communiquer, vraiment, fais toi aider par un psychologue de couple. il peut t'aider à formuler, à mettre les mots, à bien communiquer, et l'aider à bien accueillir les réponses et répondre à son tour.
ça fait pas des miracles, mais ça peut aider.
Ceci n'est pas une citation inspirante

Quand je parle d'état d'esprit, je pourrais parler de croyances, mais ça n'est pas que ça, ça touche aussi ce que tu veux vraiment pour ta relation.
Toi, tu as l'air de vraiment aimer ta femme, c'est ça qui repousse la tromperie. Mais tu as l'air d'être aussi vraiment frustré par le fait de ne pas voir d'autres nanas, et ça, pour moi, depuis le début, ça ne prend pas racine que dans ta frustration sexuelle avec cette partenaire. Plus dans un mode de fonctionnement, une envie générale.
Mais généralement, quand tu as vraiment les idées claires, même si tu as un passage à vide, c'est difficile de troubler ta vision, tu sais toujours que la lumière est au bout du tunnel.

Tu as exactement décrit la situation dans laquelle je me trouve, et il me semble clair que ce n'est pas à elle de subir les conséquences de ma frustration.

Elle n'y est pour rien si je n'ai pas eu suffisamment de relations avec des filles et que cette frustration ressort aujourd'hui, c'est donc à moi de faire des choix et d'assumer mes responsabilités.

En revanche, c'est sûr que si elle me satisfaisait pleinement, je ressentirais moins de frustration.

Mais quand tu dis "avoir les idées claires", qu'entends-tu par là ?


Et pour ce qui est de lui parler de tes tentations externes, c'est pas le sujet.
ça, c'est soulager ta conscience, mais c'est pas ton sujet. Tu n'as rien à "avouer". C'est pas un procès, ni le tien, ni le sien.

Tu veux juste lui donner des infos pour qu'elle t'aide à résoudre un problème commun.
Si elle n'est pas stupide, elle sait bien que si tu n'as plus de désir pour elle, un désir pour une autre peut facilement le remplacer.
Par contre, lui dire que son corps ne t'excite plus, qu'elle ne fait jamais rien pour être désirable, et que tu as l'impression que c'est ta coloc (et encore, il y a des colocs qui justement, ne veulent pas "déchoir", et rester bandantes pour leur coloc...), ça c'est pertinent.
Et je vois pas en quoi ça pourrait la choquer alors qu'elle même te repousse.

Je ne comprends pas : j'ai quand même failli la tromper, et j'ai trahi sa confiance, car je sais qu'elle n'imagine pas que je sois capable de ça.

Je vois difficilement comment on pourrait garder une relation de confiance si je ne lui avoue pas.

Et puis, comment peut-elle prendre la mesure du problème si elle ignore jusqu'où c'est allé ?

---

J'ai mieux les idées claires maintenant, et je me demande même comment ai-je pu être assez bête ou aveugle pour ne pas comprendre des choses qui étaient pourtant évidentes, comme le fait qu'elle a besoin de perdre du poids pour se sentir féminine et remplir son rôle de femme dans le couple, et qu'on a besoin de passer plus de temps à deux pour nourrir notre relation.

Salut Fred,

Pour être franche, je n'ai pas lu ligne à ligne toutes les deux pages du topic, mais j'avais envie de te répondre quand même, car ton message m'a touchée.
Dans les réponses que tu as reçues, je suis notamment très souvent d'accord avec ce qu'Onmyoji a pu te dire sur le fait qu'il est indispensable de communiquer.

Je comprends ton envie de rester avec ta conjointe ET de pouvoir avoir une vie sexuelle. Je comprends aussi que l'idée d'aller voir ailleurs discrètement puisse être tentante parce que ça pourrait apparaître comme LA solution (combler ton manque, sans forcer les réticences de ta conjointe ni quitter la relation)...

Mais sincèrement, je crois que c'est une idée dangereuse pour votre couple. Une histoire de confiance trahie risque d'être une grosse blessure pour vous deux. Et si tu vis quelque chose dans son dos, elle risque de s'en rendre compte (sans vouloir trop généraliser, nous les femmes on devine énormément de choses à partir de peu d'éléments) et d'en être très blessée.

Pour moi, les deux solutions les moins pires que tu as pour te satisfaire sans être déloyal seraient :
- couple libre (mais encore faut-il qu'elle accepte... et toi, serais-tu capable d'accepter qu'elle, elle aille voir ailleurs, sans te sentir blessé ou en danger ?)
- réparer votre relation sur le plan physique.
Je plussoie Onmyoji, ta conjointe n'habite pas dans ta tête, il FAUT que vous communiquiez.
Les hommes commettent très souvent l'erreur de passer les problèmes sous silence en évitant de se "prendre la tête" alors qu'au contraire c'est capital pour nous de communiquer sur ce qui ne va pas. Si tu abordes les choses avec tact, en lui rappelant à quel point tu l'aimes et tiens à elle, en l'invitant aussi à te faire part de ses éventuels griefs (pour montrer que ce n'est pas une mise en accusation, que tu ne veux pas juste l'améliorer elle mais VOUS améliorer VOUS chacun de votre côté + tous deux ensemble dans votre alchimie commune), il n'y a pas de raison qu'elle se vexe ou t'engueule.

Ca ne me paraît pas impossible que vous puissiez vous retrouver physiquement. Difficile parce que l'habitude et l'éloignement physique sont passés par là, mais pas impossible.

Tu as déjà fait un travail sur toi en perdant du poids, en faisant du sport, etc., bref, en changeant ton image... c'est un début.

Moi, ce que je te conseillerais aussi, en autre option, c'est : re-séduis-la. Je ne te dis pas que ça marchera mais si vraiment ça ne marche pas, au moins tu te seras battu jusqu'au bout. (mais si je pensais que c'est mort et que ça ne peut pas marcher, je ne te le conseillerais pas...)
Je crois que dans ta situation, les articles du site sur les thèmes "sortir de la friendzone" ou "séduire une amie de longue date" peuvent aider.
Certes, c'est ta conjointe, pas ton amie, mais il y a une problématique similaire à la racine : celle d'une personne que tu aimes, et qui t'aime beaucoup aussi certainement, mais qui a complètement perdu de vue que tu pouvais être un homme, un amant, que vous puissiez ensemble vous emballer physiquement. Celle aussi (ce qu'on voit dans la friendzone) d'une personne pour qui tu es devenu très voire trop familier, prévisible, qui ne se sent plus surprise par toi.
Surprends-la, continue comme tu l'as fait avec la perte de poids, à devenir "autre" ou plutôt à devenir une meilleure version de toi-même... Par exemple s'il y a des choses que tu veux faire depuis longtemps et as mises de côté, tu peux te lancer, vivre de nouvelles choses et revenir à la maison avec des anecdotes neuves à raconter (du genre, j'invente, imaginons que tu aies toujours envie de te mettre aux arts martiaux ou au théâtre, lance-toi pour de bon si tu peux...). Si tu as envie d'oser des changements dans ton apparence, ose-les, etc.
Re-sexualise les échanges entre vous, je ne te dis pas de faire pression pour du sexe bien sûr, mais tu peux lui lancer des regards, des sourires, des allusions... Si elle te dit qu'elle se trouve trop grosse tu peux tenter un regard de braise, un sourire complice, une blague clin d'oeil genre "tu sais que les orgasmes ça fait brûler des calories ?" :mrgreen:
Tu peux te poser en homme qui a du succès avec les femmes, je ne te dis pas de la tromper ou de mater les autres filles devant elle (pas de muflerie...) mais, par exemple, tu peux lancer des anecdotes du genre "tiens aujourd'hui, il y en a une qui m'a lancé de drôles de regards à la salle de sport. Pas mon genre du tout, mais ça m'a amusé", histoire de lui rappeler que tu as toujours du sex-appeal, qu'elle te voie par d'autres yeux.
Pour lui proposer de l'accompagner à la salle de sport, ne le fais pas en mode bienveillant et sérieux "c'est pour ton bien" mais plutôt en la courtisant "allez, j'adore t'avoir avec moi, on va se retrouver tous les deux et passer un bon moment".

Quand vous vous êtes rencontrés, qu'est-ce qu'elle aimait chez toi ? Qu'est-ce qui la séduisait ? Est-ce quelque chose que tu as laissé de côté et que tu peux récupérer ?

Pour ce qui est de son poids... Elle, tu dis qu'elle se trouve moche, mais toi, tu la trouves comment ? Il y a des choses que tu aimes chez elle ?
Si oui, souligne régulièrement ce qui te plaît, en étant dans la suggestion sexuelle si tu peux : "tes cheveux sont magnifiques aujourd'hui, super soyeux, on a envie de les caresser...", "t'es sexy avec ce décolleté", etc.
Touche-la, rétablis le contact avec son corps, là encore si tu peux, qu'elle te laisse faire... Enlace-la chaleureusement de temps en temps, caresse-lui la nuque en lui parlant, si elle est fatiguée propose de la masser, etc., enfin ce genre de chose. Pas forcément repartir tout de suite dans le sexuel mais être dans des contacts "gratuits", agréables, tendres, qui lui rappelleront à elle-même l'existence de son propre corps (quand on est complexé et mal dans sa peau on se coupe souvent de ses ressentis physiques) et que c'est agréable d'en avoir un.

Je connais des femmes grosses (voire obésité marquée) qui ont une vie sexuelle épanouie avec leur copain. Ce n'est pas juste parce qu'elles ONT confiance en elles, mais parce qu'il LEUR donne confiance en elles. Le partenaire ne les aime pas MALGRE leurs formes, mais AVEC leurs formes en s'extasiant sur leurs seins, leurs fesses, leur côté "voluptueux"... Il n'arrive pas juste à les faire se sentir "pas si mal", mais belles, et surtout, bandantes.
Bien évidemment tu n'es pas responsable des complexes de ta conjointe, mais l'erreur à faire à mon avis serait de la seconder dans la façon dont elle se juge en soulignant en effet qu'il serait "bien" qu'elle fasse du sport, perde du poids, etc.
Tu es l'amant, le mec, pas le papa, la bonne conscience ou le médecin :)
Quand on est dans la vie commune et des problématiques "sérieuses", on perd souvent de vue la séduction... elle a oublié que tu n'es pas juste le conjoint/papa/compagnon mais aussi celui avec qui elle peut s'éclater... si tu peux, essaie de le lui rappeler :)

Je ne te dis pas que tout ça ça va marcher mais si vous vous aimez, et que tout ça n'est qu'un bête problème d'habitude installée, ça serait vraiment trop dommage de ne pas tout essayer pour le résoudre.

Je te souhaite bonne chance :)
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+3] Intéressant le 08.12.19, 13h31 par Perlambre
  • [+3] A lire le 08.12.19, 14h10 par Onmyoji

Alniyat,

Ton post est très complet d'où mon + 3 et je souhaite qu'il encourage Fred à poursuivre sa relation (tout en pensant perso que certaines relations ne sont pas destinées à durer dans le temps).
Car je relève ici et là des éléments qui me posent question.

A plusieurs reprises il nous dit qu'elle ne prend pas soin d'elle même lorsqu'ils sortent... donc le compliment sur les cheveux soyeux ou autres, peut-il sans mentir le prononcer ?

Il nous confie aussi que sa frustration est de ne pas avoir eu X expériences avant son couple.

Donc Fred, que regrettes-tu vraiment ? Un manque d'expériences avec des filles ou ta vie de couple qui ronronne au point de s'endormir définitivement ?

Et puis pourquoi vouloir avouer à ta compagne que tu as envie d'une autre (et pourquoi pas que tu es passé à l'acte) ? Pour lui donner une raison de t'en vouloir ? Pour lui faire payer un manque d'attention, de sexe ? Pour l'encourager à rompre ? Tu sais, la transparence alors qu'un dialogue n'existe pas de façon fluide dans un couple... c'est juste une façon de s'ôter toute culpabilité en en faisant porter le poids à l'autre... et c'est moche...
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Pertinent le 08.12.19, 14h11 par Onmyoji
  • [+1] Bien vu le 08.12.19, 14h27 par Alniyat

Tu ne reconstruiras rien en détournant son attention sur ta tromperie qui n'en est pas une d'ailleurs puisque tu n'es pas allé voir ailleurs. Si on allait en prison chaque fois qu'on a rêvé de mettre une droite à quelqu'un ce serait compliqué. Là c'est pareil. C'est normal d'avoir des envies.
Le problème c'est qu'elle se laisse aller et que vous n'avez plus une relation de couple. C'est simple. Ne te complique pas la vie.
Sinon tu ne feras que saborder ta relation, c'est garanti ou presque. Tout ça pour soulager ta conscience.
Pour ce qui est de prendre la mesure de la chose, si tu lui en parles franchement en lui montrant la manière dont ça te blesse d'être considéré comme un coloc, repoussé dans tes avances, ou de la voir ne faire aucun effort quand tu essaies de relancer la machine, ça devrait suffire.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] A lire le 08.12.19, 14h29 par Alniyat
Ceci n'est pas une citation inspirante

Répondre