En couple avec un homme, ce n'est pas l'homme de ma vie

Note : 6

le 05.03.2020 par Alex17

9 réponses / Dernière par The_PoP le 06.03.2020, 18h12

C'était plus simple du temps de papa & maman. Pour celles et ceux qui veulent échanger autour de la vie de couple et des relations, et des différentes formes que tout ça peut prendre. Polyamour ou monogamie, relations libres, jalousie, engueulades dans la cuisine, routine, infidélité, la totale.
Répondre
Bonjour a tous.

C'est la première fois que je viens ici et que j'étale ma vie sur un forum. Je me dis que peut être quelqu'un vivrait la même chose que moi et pourrais m'aider.

Je suis en couple avec un homme depuis 6 ans maintenant. Il est très amoureux de moi. Moi avec le temps mes sentiments ont changés et évoluer mais pas dans le bon sens. J'ai l'impression de ne pas être a ma place et de ne plus l'aimer. C'est un homme génial, doux et attentionné mais je le mérite pas. Je ne l'aime pas autant que lui m'aime.

J'en viens a pensé que ce n'est pas l'homme de ma vie et j'aimerais le quitté mais je n'y arrive pas. Tellement peur de me tromper et d'être aveuglé par mon mal-être. Et tellement pas envie de lui faire de mal, ce n'est pas mon style et je n'ai rien a lui reprocher. Il ne mérite pas de souffrir.

Malheureusement, secrètement j'espère rencontrer l'homme de ma vie, le prince charmant, l'évidence en fait. Je souhaiterais que tout soit plus simple. Je voudrais que ce soit l'amour passionnel, l'amour qui fait souffrir quand l'autre est absent. Actuellement ce n'est pas le cas.

Je sais que vous allez me dire que je dois le quitter, c'est mieux ainsi. Mais je n'y arrive pas. Est ce que quelqu'un vit la même chose que moi ?

Je ne demande pas a être juger non plus, mais plutôt accompagné ou soutenu. J'aurai encore plein de chose a dire mais je ne sais pas par ou commencer.

Enfin bref, je suis perdu, aidez moi !

Je ressens le conflit entre deux choses en te lisant :

- l'appréciation des qualités de ton conjoint
C'est un homme génial, doux et attentionné
- une opinion préconçue de ce que devrait être un "vrai" amour
le prince charmant, l'évidence en fait. Je souhaiterais que tout soit plus simple. Je voudrais que ce soit l'amour passionnel, l'amour qui fait souffrir quand l'autre est absent.
Pour moi, ton opinion préconçue repose sur une chimère de l’inconscient collectif, une sorte d’amour de cinéma ou de théâtre. Avec tous les clichés du genre « dès la première seconde j’ai su que c’était lui/elle », le bouleversement, ne pas pouvoir respirer l’un sans l’autre etc.

Il y a autant d’histoires qu’il y a de personnes et ce n’est pas parce qu’une histoire n’est pas spectaculaire/passionnelle/conforme aux clichés qu’elle n’est pas heureuse ou importante. J’irais même jusqu’à dire que les histoires les plus « addictives » que j’ai vues autour de moi (ne pas se sentir tranquille en l’absence de l’autre etc., être constamment remué par la passion) ont parfois un fond toxique, du genre l’un des conjoints est pervers narcissique, ou encore les conjoints ont une immaturité affective avec un besoin de « fusion » permanent et tyrannique, etc. Donc bon.
Quand tu parles de « l’amour qui fait souffrir quand l’autre est absent », c’est vraiment différent selon chacun, j’ai déjà été très amoureuse sans ressentir cette souffrance parce que je savais que même en l’absence de l’autre j’étais toujours « connectée » à lui et inversement, qu’il pensait à moi (et, par ailleurs, je suis très indépendante, passer plusieurs semaines sans voir la personne que j’aime n’a rien d’insoutenable). Au contraire on « jouait » de cette absence pour imaginer nos retrouvailles. Mais je connais aussi des couples qui sont beaucoup plus fusionnels.
En fait, il n’y a pas de norme. Il semblerait que tu t’imagines une norme du « vrai » amour et que ton image de ta relation en prenne un coup parce qu’elle se distancie de cette norme, ce qui génère des anxiétés.
Du genre : dans un « vrai » amour, l’absence de l’autre est génératrice de souffrances intolérables > je ne ressens pas cette souffrance intolérable en son absence > je ne suis donc pas « vraiment » amoureux.
Je te conseillerais de prendre une telle conclusion avec de solides pincettes.

Quant au fantasme de l’évidence, je connais aussi bien des couples solides qui se sont « reconnus » dès les premiers instants, que des couples solides où les conjoints ont mis beaucoup de temps à se rendre compte des qualités de l’autre et à construire une histoire. Là encore, pas de norme…

Pour ce qui est d’évaluer ta relation, mieux vaut que tu la juges par rapport à elle-même et par rapport à toi plutôt que par rapport à une idée imaginaire de ce que devrait être l’Idéal :
- est-ce que, en dehors de cette aspiration à la chimère, tu es heureux avec ton copain ?
- est-ce que vous avez toujours une bonne connexion (érotique, émotionnelle, intellectuelle…), est-ce que c’est agréable de passer du temps avec lui, est-ce que tu as l’impression que vous vous apportez toujours du positif de façon générale ?
… etc.

Si cette relation ne te satisfait pas en elle-même, peut-être qu’il te faut autre chose.
Si elle est en soi heureuse et satisfaisante, et que le manque que tu ressens vient juste de ton aspiration à un amour fantasmé qui serait conforme à tel ou tel critère, peut-être peux-tu réfléchir à ton idéal amoureux et te demander s’il n’est pas un frein, plutôt qu’un moteur, à ton bonheur ?
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Oui le 06.03.20, 10h35 par Perlambre
  • [+2] 100% d'accord le 06.03.20, 17h23 par Oldboy

Il faudrait peut être en dire plus sur toi et ta relation. Votre âge, ce que vous partagez, comment se sentiment est arrivé, depuis quand, ce à quoi tu aspires.


Sinon globalement ce que tu décris est très commun, et effectivement au milieu de cela il y a des causes et des analyses bien différentes.
If you want to touch the sky,
Fuck a duck and try to fly !

Déjà merci pour vos messages.

Je me présente c'est mieux. J'ai 35 ans et mon ami pareil. On vit ensemble depuis 6 ans maintenant. Tout allait bien au départ et j'ai vite commencé à douter. Je suis quelqu'un de nature anxieux. Et puis c'est passé. Et c'est revenu sans jamais repartir réellement. J'ai été plusieurs fois infidèles. Ce qui n'a pas aidé a me sentir mieux. Le temps est passé et cela ne s'est pas vraiment améliorer. Il y a eu a un moment une rupture, il avait découvert mon infidélité. Je l'ai convaincu de revenir, je pensais a ce moment là que c'est ce que je voulais. Et depuis, je suis fidèle, environ 1 an et demi. Mais j'ai l'impression que mes sentiments sont partis. Et je tiens a lui, mais je ne suis pas sûr de l'aimer.

J'ai été voir un psy mais rien n'a changé. Je pense vraiment que le problème vient de moi. Et j'ai peur de me tromper en partant. J'ai déjà fait cette erreur par le passé avec un ex et aujourd'hui je le regrette.

Partir ou rester, telle est la question.

J'en parle ici car je n'ai pas vraiment d'amis à qui parler.

On aura pas la réponse exacte, bien sûr, mais on peux te donner des éléments.

Moi ce qui me vient, c'est un peu le côté 'thrill seeker', comme mentionné dans un autre topic. Le côté 'dopamine VS sérotonine'. Plaisirs immédiats, intenses, et éphémère VS la satisfaction à long terme, stable, mais plus diffuse.

Une rencontre et les débuts c'est toujours intense. Tout est neuf, beau, fort. Mais ça retombe, inévitablement. Car le corps s'est 'habitué' à cette personne, et veux une dose aussi forte qu'avant, voire plus forte.

Je ne dis pas que c'est ton cas, mais peut-être est-ce ça ? Et que tu as le besoin de comprendre qu'une relation évolue, et que la passion des débuts (qui ne dure JAMAIS) se transforme en quelque chose de moins intense, mais tout aussi satisfaisant. En général, les personne dans ce genre de cas ont une carence en eux, qu'ils essaient de combler par ces 'shoots' intenses. Une nouvelle rencontre et toute son intensité leur fait oublier leur douleur interne, puis pouf, ça retombe, alors ils pensent devoir partir, mais ils embarqueront leur vide avec eux et referont pareil plus tard.

( Point de condescendance dans mes propos, ayant été (et l'étant encore un peu) ce genre là ...)

Pour savoir si c'est ton cas, il faudrait peut-être t'observer en dehors du couple. Comment étais tu seul ? Ca allait ? Tu arrivais à te satisfaire de toi même et de ta propre vie ? Amour et dépendance ne sont pas la même chose ...
J'en parle ici car je n'ai pas vraiment d'amis à qui parler.
Une phrase pareille me prête à penser que je suis ptet dans le vrai ...

En espérant t'avoir été utile.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] Intéressant le 06.03.20, 10h31 par Perlambre
  • [+1] Constructif le 06.03.20, 12h23 par Alniyat

Après la rupture, avez-vous pris le temps de faire un bilan de votre couple, d’évoquer les raisons t’amenant à tromper ton ami ? Une rupture est un signal fort d’un dysfonctionnement et sans dialogue entre les intéressés le couple ne repart pas sur de nouvelles bases.

Et puis, pourquoi vouloir le faire revenir ? Par sentiment, par culpabilité, par peur de la solitude, par confort ?

Ton ami se doute-t-il de ton malaise actuel ? Lui donnes-tu le change ou es-tu en train de doucement sortir de la relation ? En étant moins présent physiquement, sentimentalement, intellectuellement ?

Ca fait beaucoup de questions mais à mon sens il faudrait que dans un premier temps tu fasses un point personnel, puis que tu fasses part de tes réflexions à ton ami. Que tu prennes aussi le temps de l’écouter, peut-être n’est-il pas plus heureux que toi…

Si tu as le temps et l’envie, un livre très intéressant pour t’aider à faire ton bilan : « On arrête ? on continue ? » écrit par le psy R. Neuburger.
    Notes et commentaires reçus par ce post :
  • [+1] A lire le 06.03.20, 12h23 par Alniyat

Merci encore pour ces réponses.

Quand j’étais seul, j’étais bien. Mais effectivement, la présence d'une personne me manquait parfois.

C'est vrai que je me fais toujours une idée de l'amour comme on voit dans les films ou les livres...grand, beau, évident, etc...et je sais que ce ne sont que de la fiction. Mais on a tellement l'impression que c'est facile pour les autres, même si je sais que beaucoup sont dans le même cas, mais ne le montre évidemment pas à leur entourage.

J'ai déjà fait plusieurs fois le point sur moi même, en me disant que surement j'en demande trop, ou je me fais une idée préconçue de l'amour (ce qui est vraie) et j'ai essayé de changer ma facon de penser. Je me contente de ce que j'ai, en me disant que j'ai un homme qui m'aime, une petite vie tranquille, on s'entend bien etc...mais au final ne serait-ce pas de l'amitié désormais, et la crainte de partir ?

Je pense que je manque de force pour partir, tellement pas envie de faire souffrir les gens. Cest malheureusement dans ma nature de vouloir le bien des autres, quite à m'oublier complètement.

Alors je laisse le temps faire et j'attends de voir ce qui se passe, comment ca évolue. Mais le temps passe, et rien n'y fait, mes sentiments restent les memes. Vous allez me dire alors que j'ai déja la réponse et que je dois partir.

Mon conjoint semble etre heureux mais je n'ai pas envie de lui poser la question car ma réponse sera négative si il me demande, et la déja, je lui briserai le coeur. Je ne sais pas si il se rend compte de mon mal etre profond. Mais cest vrai qu'il faudra un jour ou lautre que je lance le sujet.

Je suis désolé pour ces réponses en vrac à toutes vos questions posées précédement, j'essai de répondre a tout le monde en meme temps.

Est-ce que tu as déjà parlé avec ton conjoint ?
Lui dire que tu te poses des questions sur tes sentiments, partagé ton malaise... etc.

on avait eu cette discussion y'a 1 an et demi lorsque l'on s'était séparé...mais depuis jamais. et j'ose pas revenir dessus

Gaffe, on planque parfois la peur de se retrouver seul derrière la peur de blesser les autres.
If you want to touch the sky,
Fuck a duck and try to fly !

Répondre